15/09/2010

12/09/10: notre camarade Belkacem nous a quittés ...

Le PTB - Charleroi plus particulièrement endeuillé ...:
  
 

In memoriam Belkacem Chilali

Belkacem Chilali nous a quittés ce samedi 4 septembre 2010. Son amie Myriam De Ly lui rend hommage.

Des hommes comme toi, il n'y en a pas deux

 

Tu étais un combattant, Belkacem, un homme de la solidarité, un homme de la masse. Tu es né en Algérie, près de Tizi Ouzou, près des montagnes de Djurdjura et tu avais en toi la force de ceux qui veulent déplacer des montagnes. Très jeune, tu as combattu le colonialisme français en Algérie dans les rangs du FLN. C'est une période qui t'a fortement marqué.

Tu as été mineur de fond dans la région de Charleroi et tu étais délégué de la FGTB. Et tu mobilisais tes troupes pour la grève quand il y avait des problèmes.

Un jour, tu es allé frapper à la porte de la Braise, de la FGTB et du MOC, lorsque ton beau-frère s’est retrouvé enfermé dans le centre fermé de Vottem. Lors d'une conférence de presse à Gosselies, tes amis belges ont témoigné leur estime pour toi, pour Mourad, pour la famille.

Tu parlais avec tout le monde, tu défendais tout le monde. Comme Annie, cette femme habitant ta rue, agressée de multiples fois par son ex-mari. Alors que tu étais déjà alité, tu m'as demandé d'aller voir une femme algérienne à qui on avait retiré ses papiers de séjour et sa pension de survie.

Tu étais dans les manifs des sans-papiers, dans les manifs des syndicats; avec ton casque FGTB, ton keffieh, tes drapeaux... Et évidemment tu étais toujours là pour la Palestine ou contre la guerre en Irak.

Depuis le début de l'année, ta maladie s'est aggravée, mais tu ne te plaignais pas. Tu continuais de venir aux activités de la Plate-forme Charleroi-Palestine. Comme à cette action symbolique au Colruyt où tu avais rempli ton caddy de patates israéliennes... Le 31 mai, le jour même de l'attaque israélienne contre la flottille pour Gaza, tu m’a téléphoné :  « Myriam, si tu vas à Bruxelles pour une action, je viens avec toi », et nous sommes partis ensemble...

Je ne pourrais pas compter le nombre de manifs, de mobilisations que nous avons faites ensemble. Nous sommes allés plusieurs fois en Flandre aussi, comme lors de la visite de solidarité avec les travailleurs de Ford Genk.
Tu n'étais pas un triste non plus, Belkacem. Qu'est-ce que nous avons rigolé avec tes blagues ! Tu me disais : « Il fait plus propre en Flandre. On va demander aux Flamands de venir nettoyer les rues en Wallonie... »

Et toujours tu prenais la parole au micro, au mégaphone, à haute voix... Même devant de jeunes lycéens en grève contre la guerre en Irak. Et ce n'était pas toujours facile de t'arrêter... Toujours tu étais là avec un tract ou une pétition en main. Tu marchais beaucoup, de Gosselies  à Marchienne, et sur la route, tu interpellais les gens. Tu as fait un travail gigantesque pour le PTB. Tu ne supportais pas le racisme, le colonialisme et tu avais des répliques toutes prêtes pour ceux qui parlaient en ce sens.

Tu as une famille formidable, Belkacem, avec ta doctoresse Menoune, ton infirmière Tassadith, tes fils, beau-fils et belles-filles et tes petits-enfants que tu adorais. Nous leur présentons nos sincères condoléances.

Belkacem, mon ami, un homme comme toi, on ne l'oublie pas. Car ce sont des hommes de ta trempe qui font changer le monde.

Myriam De Ly

12:06 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, courcelles, histoire, actualité, algérie, charleroi, ptb, silence, politique, belgique, social, solidarite | |  Imprimer | | |

28/02/2009

22/02/2009: Ptb: « L'indécence, de quel côté vient-elle, M. le Bourgmestre?»

From: PTB+ Hainaut
Sent: Sunday, February 22, 2009 5:02 PM
Subject: Grève du personnel de la Ville et du CPAS à La Louvière. « L'indécence, de quel côté vient-elle, M. le bourgmestre?»


« Indécent, ce préavis de grève, à l'heure où des milliers de travailleurs perdent leur emploi »,...
 
 
 
 
22 février 2009 17:02 | Il y a 2 jours |

Grève du personnel de la Ville et du CPAS à La Louvière. « L'indécence, de quel côté vient-elle, M. le Bourgmestre?»

« Indécent, ce préavis de grève, à l'heure où des milliers de travailleurs perdent leur emploi », dit Jacques Gobert, le bourgmestre PS de La Louvière. Pourtant, le 12 février, les travailleurs ont croisé les bras pour le pouvoir d'achat, l'emploi de qualité et de meilleures conditions de travail.

Michel Mommerency

 

 

« Les chèques repas, la ville les a quand même accordés », s'exclame le bourgmestre. « On ne les a toujours pas en poche », répondent les travailleurs. Et pour cause. La Louvière, ville fort endettée, doit présenter un budget en équilibre au gouvernement wallon. Si la majorité PS-MR-UDSC a inscrit 810.000 € dans le budget communal 2009 pour ces chèques, ceux-ci s'y trouvent comme seuls responsables du déficit pour la même somme dans les comptes. Comme pour dire à la Région wallonne : « Si vous imposez l'équilibre, les chèques repas, vous n'avez qu'à les biffer »!  Jacques Gobert copie Ponce Pilate!

Ce sont pourtant les conditions de travail de plus en plus mauvaises qui suscitent le grand mécontentement du personnel.
En novembre, celui-ci a dû batailler pour obtenir des nominations dans les catégories inférieures du personnel, plutôt que chez de nouveaux cadres.
Depuis janvier, au CPAS, les infirmières qui prestaient 8 h par jour, un weekend sur deux, devront en faire 11 (et peut-être 12, carrément illégal) un weekend sur trois, tout en restant 'appelables' un deuxième weekend. Une proposition, déjà rejetée deux fois par l'ensemble des infirmières, que le CPAS veut imposer tout de même. « Impossible, disent les infirmières, « cette charge physique et morale est trop grande. »
Les assistantes sociales ont trop de dossiers à gérer.  
Et si on engageait? « On est dans les normes », dit Gobert. « Trop basses », répond le personnel. En plus, le CPAS a économisé 500.000 € en 2008 sur le dos du personnel en ne remplaçant pas à temps des malades et certains départs naturels.  

« Je favorise le service public, plutôt que le transfert au privé », dit Jacques Gobert. En principe,  un bon service public, cela devrait se remarquer aussi dans les ateliers des travailleurs de la ville. Pourtant, il faut s'y battre pour une brosse, pour des vêtements de travail adaptés. Les pneus lisses des voitures de service sont monnaie courante, alors que le projet onéreux des « mouchards » pour surveiller le personnel n'a été retiré que sous la pression des grèves. Les chefs? « Brimades, aucun dialogue ou respect ».   
Les femmes de nettoyage s'insurgent contre les services coupés qui les occupent le matin de  « 6h à 9 h », et puis de « 15 h30 à 19 h 30 ». Elles sont appelées à des « formations », mais sur les lieux de travail, il vaut parfois mieux apporter ses propres produits. Il fait -12 C° dehors, pas de chance, il faut laver sans eau chaude. Et quand les canalisations pètent, sans eau froide! Les déplacements avec sa propre voiture se font sans indemnité.

La ville a commandé  une grande enquête auprès du personnel sur le « bien-être au travail». Pour faire oublier qu'on n'écoute pas les travailleurs? Sous l'effet de la grève, de nouvelles concertations sont quand même annoncées. L'inspection sociale entendra aussi les infirmières. On attend avec impatience la décision de la Région wallonne sur les chèques repas.
 
(photo déjà envoyée: de Michel Mommerency)
Les ouvriers au piquet devant l'atelier de la Rue de Belle Vue.
« Moins de bling-bling à la surface »,  plus pour le social et le service public ».   

21:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, wallonie, hainaut, ps, syndicats, social, romain, histoire, silence, belgique, communes | |  Imprimer | | |

05/02/2009

05/02/2009: COURCELLES: bientôt la loi martiale ...

COURCELLES: bientôt la loi martiale ...
 
Une bande de jeunes, désoeuvrés sans doute, sème la "terreur" chez les habitants de Trazegnies: un chauffeur de bus agressé, deux voitures incendiées, etc ... Parmi cette bande de jeunes délinquants, des gosses de ... 9 ans.
 
Le problème des jeunes n' est pas isolé à l'entité de COURCELLES.
 
Il y a 589 communes en Belgique.
 
Mais à COURCELLES, nous avons un bourgmestre "socialiste" qui a accumulé 2 années de pouvoir et d' expérience "à l'écoute de la population" et qui est, sans doute, atteint de Sarkomania-karshérisme. Le couvre-feu est donc instauré pour les jeunes dans les cités à partir de 22 heures et les rassemblements de plus de 5 personnes interdits dans toute l' entité de 30.000 habitants.
 
Pas question pour le maïeur de décharger 4-5 policiers de toute autre tâche que celle de mener une enquête approfondie et discrète jusqu'à la découverte des jeunes terreurs.
 
Pourtant notre police-gendarmerie unique, sans cesse renforcée, coûte la peau des fesses aux communes et ne devrait donc pas manquer de moyens.
 
Le bourgmestre a donc pris sur lui, en bon "responsable", de s' en prendre à toute la population, et la jeunesse de toute la commune en prticulier, en limitant la liberté de mouvement pour tous. Un héros ! On se croirait revenu au temps de l'occupation ...
 
Que se passera-t-il si un groupe de 6-7 personnes honnêtes, si 2-3 jeunes calmes, se font pincer après 22 heures ?
 
Ce sera Breendonk ou Guantanamo ?
 
Quoi qu'il en soit la mesure suscite des pour et des contre, évidemment.
 
Sur Internet, certains dénoncent la racaille, le 1/4 monde (sous-entendu les insolvables, les assistés, les chômeurs, les sdf, tous ces gens qui se font un plaisir de devenir des assistés sociaux à charge des habitants...). Des voix s'élèvent déjà dans les médias pour que ces mesures soient étendues à l'ensemble du pays. Sans doute des émules de Le Pen et/ou Degrelle, car tout cela est du pain béni pour ce qui reste du Fn à COURCELLES.
 
La Belgique est patronale et capitaliste depuis 1830. Elle a bénéficié d'une main d'oeuvre exploitée à outrance et parmi les plus qualifiées au monde. Elle a pillé le Congo pendant 80 ans de colonialisme des plus cruels. Elle est donc devenue un des pays parmi les plus riches/habitant au monde. Le luxe s' étale à la vitrine de nos magasins.
 
L'Etat belge a distribué aux patrons des centaines de milliards de francs/belges d'argent public pour "sauver" et moderniser les charbonnages, ensuite la sidérurgie. créé des zonings, ... Aujourd'hui l' Etat vole au secours des banquiers et demain ce sera le tour des multinationales de la construction et de l'automobile, en attendant ce qui va suivre... Aujourd'hui, la mode n'est plus de donner des cadeaux aux multinationales pour "créer des emplois" (sic), mais tout simplement pour maintenir ceux qui existent encore ...
 
Dans ces conditions ne devrait-on pas se poser une fois pour toutes simplement la question de savoir pourquoi il y a encore un quart-monde qui n'arrête pas de gonfler dans la Belgique pseudo "démocratique" où la société se déglingue, l'agressivité et tous les égoïsmes ne cessent  de grandir de même que l'intolérance ?
 
Ne devrait-on pas se poser la question du rôle joué par la télévision ? Les guerres, les destructions, les tueries, kgb, terrorisme, Cia, violence, on ne nous sert plus que cela, sous l'influence des films et navets de séries anglo-saxons. Nous vivons de plus en plus sous le signe de l'american way of live, à l' exemple du Texas. La Belgique ne doit pas avoir beaucoup plus d'habitants que la Ville ... de Chicago.
 
La plupart des Wallons ne se reconaissent plus dans ce pays de magouilleurs et de rackets. Il faut effectivement être à l'écoute de ce que les gens disent, essayer de comprendre et trouver des solutions collectives.
 

21:49 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liberte, medias, occupation, police, presse, ps, repression, romain, silence, societe, television, actualite, belgique, courcelles, trazegnies, bruxelles, capitalisme, colonialisme, charleroi, democratie, euro-dictature, histoire, hainaut, information, jeunesse, chomage, social | |  Imprimer | | |

04/12/2008

03/12/2008: quelques pensées anti-racistes....



--------- Message transféré ----------
De : mimi >
Date : 3 décembre 2008 07:31
Objet : Fw: Homme noir et blanc: les couleurs ...




---------- Message transféré ----------
De : mimi >
Date : 3 décembre 2008 07:31
Objet : Fw: Homme noir et blanc: les couleurs ...

 

 



 __,_._,___ Cher frère blanc,
> Quand je suis né, j'étais noir,
>  Quand j'ai grandi, j'étais noir,
>   Quand je vais au soleil, je suis noir,
>    Quand j'ai peur, je suis noir,
>     Quand je suis malade, je suis noir,
>      Quand je mourrai, je serai noir...
>       Tandis que toi, homme blanc...
>        Quand tu es né, tu étais rose,
>         Quand tu as grandi, tu étais blanc,
>          Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
>           Quand tu as froid, tu es bleu,
>            Quand tu as peur, tu es vert,
>             Quand tu es malade, tu es jaune,
>              Quand tu mourras, tu seras gris...
>               Et après cela, tu as le toupet de m'appeler :
>                ' Homme de couleur ' !
 

 

21:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liberte, medias, racisme, fascisme, democratie, euro-dictature, rsf, presse, repression, capitalisme, solidarite, syndicats, social, sans-papiers, silence, societe, television, 127bis, droits de l homme, information, justice, courcelles, romain, actualite, histoire, belgique | |  Imprimer | | |

16/11/2008

04/11/2008: COURCELLES: TaxiPost et le gâchis de la nouvelle Poste en voie de privatisation capitaliste européenne ...

COURCELLES: TaxiPost et le gâchis de la nouvelle Poste en voie de privatisation capitaliste européenne ...

Il y a à peine quelque 3-4 ans (les années passent vite pour ceux qui travaillent et ne comptent pas les jours !), TaxiPost est venu s'installer sur le nouveau zoning en voie de développement, avec notre fric principalement...

Cela devait être intéressant: des bâtiments nouvellement construits à grands frais, au coin de l' avenue de Wallonie et rue de Liège, sans doute aussi de plantureux subsides publics et exonérations fiscales ('?), et des rationalisations de personnel suite à une réorganisation et une centralisation des services, à l' entrée d'un tout nouveau zoning qui compterait aujourd'hui 1.400 emplois (ne croyez surtout pas, à l' exemple de TaxiPost, qu'ils sont tous nouveaux ...).

Hélas, si les nouveaux bâtiments étaient bien implantés à côté de nouveaux bâtiments industriels (principalement des entrepôts qui ressemblent plus au camp de de concentration ricain de Guantamo qu'à autre chose) , ils étaient plutôt éloignés des centres populaires et populeux de la Commune. Même pas une ligne de bus réguliers. Pour y accéder, il fallait absolument posséder un véhicule, dépendre d' autrui ou se taper à pattes le trajet Courcelles-Trieu, ou Lido, et retour ...

Dès lors, rien ne va plus: TaxiPost a déménagé et sans aucune publicité tapageuse a vidé ses locaux et mis le bâtiment en location.

Cela n' a évidemment pas fait grand bruit, s'est fait en douce, sans susciter la moindre des réactions des autorités et personne n' a pipé au sein de nos représentants, élus des partis "démocratiques"...., si prompts à dénoncer les gaspillages des autres ...

Bref, voici quelques photos qui en disent longs sur ce que nous ouvrent les perspectives de privatisations capitalistes et européennes, avec l' appui de nos ministres nationaux les doigts sur la couture du pantalon, d'ici 2012 sur le dos de la population, des chers usagers, appelés aujourd'hui "clients" ... Quelques questions quand même: combien de millions d' euros de gaspillage a pu coûter l'implantation nouvelle de TaxiPost et son nouveau déménagement, combien d' emplois "nouveaux" ont été "gagnés" dans ce cadre et celui du fameux Plan Marshall, si cher à Di Rupo et son ex-copain Van Cau ???  N'attendons surtout pas une réponse ...

Une vraie chance cependant: les entreprises du zoning ont dû apprécier le fait que pour le dépôt de 20 colis/jour, elles doivent se taper Mons et/ou plus de 500 colis/jour Fleurus - Heppignies... Il est vrai qu' entre capitalistes (anciens et/ou nouveaux), on ne se fait pas toujours des cadeaux non plus ...

RoRo

21:51 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, roro, exploitation capitaliste, histoire, actualite, belgique, poste, communes, silence, charleroi, euro-dictature, capitalisme, ps, presse, medias, teleision, information, politique, syndicats, social | |  Imprimer | | |

16/11/2008: Quelques réflexions personnelles...

Quelques réflexions personnelles:
 
C'est la récession économique mondiale, les Ami(e)s, qui fait penser et pencher de plus en plus vers celle d' avant-guerre au temps où aux Usa les milliardaires et/ou spéculateurs et joueurs des casinos ruinés se suicidaient en se jetant par les fenêtres des gratte-ciel du capitalisme où ils possédaient leurs luxueuses suites tout confort, ... genre Dubaï d'aujourd'hui.
 
Le capitalisme bancaire et spéculatif est au bord du gouffre. Partout des usines ferment définitivement leurs portes ou se mettant partiellement en chômage économique, dans certains cas déjà pour 6 mois...
 
Des dizaines de milliers de travailleurs supplémentaires volent au chômage et la crise s'aggrave surtout pour les plus pauvres et tous les pays pillés par le colonialisme et l'impérialisme ricano-occidental. Le nombre de chômeur va doubler même aux Usa, paradis du système économique en place depuis trop  longtemps.
 
Normal, la crise débute principalement de là: Bush et  ses effroyables et ruineuses guerres impérialistes et colonialistes à la conquête du Monde qui endettent "l' Amérique", les spéculations financières et immobilières, la libre concurrence effrénée et anarchique où les plus gros requins avalent les plus petits. Une guerre sans lois entre capitalistes eux-mêmes...
 
Qui va  donc devoir payer ?
 
Des centaines de milliards d' euros et/ou de dollars d' argent public ont donc été trouvés comme par enchantement pour voler au secours des banques multinationales. Il faudra faire la même chose pour le secteur immobilier, l'industrie automobile occupant des centaines de milliers de travailleurs et sous-traitants, secteur où la concurrence est incroyable pour vendre toujours plus de bagnoles sur des marchés sur-saturés. Or, sans croissance, le capitalisme du profit immédiat se casse la gueule. Et nous avec, quitte à devoir bouffer  toujours plus de saloperies inutiles. C' est "l'économie réelle" (sic) ... !
 
Les valets du capitalisme aux abois vont nous présenter toutes les factures pour continuer à donner du fric aux multinationales richissimes non plus pour "créer des emplois", mais pour sauver ceux qui existent encore, et continuer à se sucrer d'abord...
 
La machine est en marche ...
 
-au 1er février 2009, la Sncb augmente une fois de plus ses tarifs d'une moyenne de 5,9%. Voyager en train, va devenir un luxe, conclut "La Nouvelle Gazette" de Charleroi. Pour tous ceux qui ne bénéficient pas de réductions tarifaires, voyager en train, ou en bus, est DÉJÀ un luxe depuis longtemps ...
 -notons que 6%, c'est cependant dans la norme, s'il faut en croire la nouvelle augmentation accordée à la famille royale de Belgique en 2009... Attention, 6% d' augmentation pour le Roi et à chaque membre de sa sainte famille, cela ne signifie pas 10, 15 ou 20.000 frs belges en plus par an, mais ça se traduit en plusieurs millions d' euros (1 euro = 40,3399 f.belges).
 
-à CHARLEROI, on annonce une nouvelle augmentation de la fameuse taxe communale impopulaire sur les immondices. On ne sait pas encore combien. Il est vrai que les ristournes versés annuellement aux communes par Dexia, les compagnies de gaz et d'électricité, etc, vont se réduirent comme des peaux de chagrin alors que toutes les charges financières continuent à s'agraver (exemple la police unique voulue réformée par tous les partis "démocratiques et qui a déjà coûté la peau des fesses aux communes du royaume).
 
"Ne faites pas payer les riches, Sire ! Faites payer les pauvres, car ils sont les plus nombreux ... !"
 
Allez les Verts, allez ... !
 
Congrès des Verts en Allemagne, vu sur Euronews ce dimanche...
 
La co-présidente Roth gesticule à la tribune et s'écrie: "Chers Amis' avec vous, je vais lutter contre le populisme de droite et ... de gauche, véritable(s) poison(s) pour la "Démocratie" ! Et toute la claque applaudit dans la salle ...
 
Pas un seul congressiste colo-colo pour s' d'abord, en Allemagne et ailleurs, à lutter contre les multinationales et l' Euro-dictature capitalistes, car c' est eux qui nous exploitent et vont écrier : "Et on commençait nous faire crever ?".
 
On peut toujours rêver de la part de tous les intégrés du capitalisme d' extrême-droite, de droite, du centre et/ou de ... "gauche" !
 
RoRo

20/10/2008

18/10/2008: Humour - Comment la bourse fonctionne - How the Stock Market Works..

From: Antonio Artuso

Sent:Saturday, October 18, 2008 2:25 AM
 
Subject:  Humour - Comment la bourse fonctionne - How the Stock Market Works..

From: Kamal
Sent:Friday, October 17, 2008 11:46 AM
Subject: How the Stock Market Works..
Humour jaune - Comment la Bourse fonctionne ...

Il était une fois un homme qui est arrivé dans une région infestée de singes et a annoncé aux habitants du village qu'il les en débarrasserait en leur achetant des singes pour 10 $ chaque.

Sachant qu'il y avait beaucoup de singes dans la forêt, les villageois s'y sont rendus et ont commencé à en attraper.

L'homme a acheté des milliers de singes à 10 $ chaque.

L'offre en singe a commencé à diminuer. Les singes devenaient plus rares et plus difficiles à attraper, et les villageois ont ralenti leurs efforts.

L'homme est revenu une deuxième fois et a annoncé qu'il paierait désormais 20 $ chaque.

Les villageois ont redoublé d'efforts et ont recommencé à attraper des singes.

Mais bientôt l'offre a diminué davantage les singes devenant encore plus difficiles à attraper.

Les villageois sont alors retournés à leurs fermes et ont oublié la chasse aux singes.

L'homme est revenu une troisième fois et a offert 25 $ chaque.

L'offre de singes est devenue si rare qu'il était même devenu difficile de voir des singes et encore plus d'en attraper.

L'homme est revenu une quatrième fois et a annoncé qu'il allait acheter les singes à 50 $ chaque, mais qu'il devait aller à la ville régler certaines affaires et que son assistant serait désormais chargé d'acheter les singe pour lui.

Quand l'homme est parti, l'assistant a réuni les villageois et leur a dit : «Regardez cette grande cage : elle contient tous les singes que l'homme a achetés. Je vais vous les vendre à 35,00 $ chaque et quand l'homme reviendra de la ville, vous les lui revendrez à 50 $ chacun.

Les villageois ont rassemblé toutes leurs économies et achetés tous les singes.

Les villageois n'ont jamais plus vu ni l'homme ni son assistant, et une fois de plus les singes infestaient la région.

Cette histoire nous permet de comprendre mieux comment fonctionne le marché boursier.

http://fr.groups.yahoo.com/groups/romainroger/messages  
romainroger-subscribe@yahoogroupes.fr 

 
 
Pour en savoir un peu plus, n'hésitez pas à cliquer sur mes liens et/ou à vous inscrire volontairement ...

22:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, banque, bourse, courcelles, capitalisme, democratie, exploitation capitaliste, finances, histoire, information, medias, presse, romain, syndicats, social, societe, television | |  Imprimer | | |

14/10/2008

14/10/2008: COURCELLES: MERCI aux SIGNATAIRES, aux PÉTITIONNAIRES VOLONTAIRES, aux COMMERCANTS: dernier bilan: 1031 signatures récoltées dans la localité...

COURCELLES: MERCI aux SIGNATAIRES, aux PÉTITIONNAIRES VOLONTAIRES, aux COMMERCANTS: dernier bilan: 1031 signatures récoltées dans la localité

 

BELGIQUE: Ramener la tva sur l' énergie (le gaz, l' électricité, le mazout de chauffage) de 21 % (taux des produits de luxe, dont le caviar, le champagne, les cigares, le foie gras,...)  à 6% (taux des produits de consommation courante et indispensable), c' est ce que réclament et veulent les signataires de notre pétition... D' autant plus que l' actuel gouvernement, à participation Mr, Cdh et "socialiste" trouve des milliards d' euros en une seule nuit pour voler au secours du terrorisme bancaire capitaliste ...
RoRo
 
Dernier décompte: ce mardi 14/10/2008: 1.031 signatures récoltées à Courcelles ... Sans compter, les signataires par Internet, directement sur http://6pourcent.be, dans tout le pays... Bravo les Courcellois ...! 
RoRo
 

 

 
 
 
COURCELLES:   MERCI aux SIGNATAIRES, aux PÉTITIONNAIRES VOLONTAIRES, aux COMMERCANTS... !
 
-UN SUCCÈS en très peu de temps: déjà 1.031 signatures, dont celle d' Ernest GLINNE, conseiller communal, a/bourgmestre, les docteurs José Tordeur, Noël Haveaux,...
 
-UNE PREMIÈRE LISTE (qui sera remise à jour régulièrement et progressivement) des COMMERCANTS  qui ont déjà rentré des signatures et chez qui                  VOUS POUVEZ TOUJOURS SIGNER,
SI CE N'EST PAS ENCORE FAIT (et soyons sûrs que d' autres vont encore nous rejoindre et/ou sont en cours, ..., car la revendication est de plus en plus populaire et ne cesse de progresser):
 
-Boulangerie COHART, rue Wartonlieu 63, 6180 Courcelles
-       "          DESCLIN, rue de Gaulle 46, 6180       "
-       "         LA TRADITION, place Roosevelt 66 (face à La Poste), 6180 Courcelles
-Fleuriste EDELWEISS, rue de Trazegnies 47, 6180 Courcelles
-PROMO FASHION, rue de Gaulle 3, 6180 Courcelles
-SHOE DISCOUNT,    "          "     22,            "
-CAFE LADIES AND GENTLEMEN, place Roosevelt 30, 6180 Courcelles
-VIDEOTHEQUE, rue Churchill 20, 6180 Courcelles
-CAFE DE LA POSTE, rue Rectem 59, 6183 Trazegnies
-Café "A L'Orange", coin des rues Rectem et Delval, 6183 Trazegnies
...
 
NOUS CONTINUONS LE COMBAT ! 
Roger ROMAIN
a/conseiller communal 
roger.romain@skynet.be                                                                                

Tél: 0495.470042

 

.

23:01 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : presse, actualite, belgique, banque, courcelles, capitalisme, cdh, charleroi, democratie, euro-dictature, exploitation capitaliste, finances, gouvernement, histoire, hainaut, information, ptb, medias, mr, ps, prix, petitions, politique, romain, tva, syndicats, social, silence, television | |  Imprimer | | |

27/09/2008

24/09/2008: Réduire la TVA sur l’énergie ? Pétitionner ? Un faux argument contre...

Réduire la TVA sur l’énergie ? Pétitionner ? Un faux argument contre...

Comme on le sait, la pétition www.6pourcent.be réclamant la réduction de la tva de 21 à 6% sur le gaz, l’ électricité, le mazout de chauffage, marche très bien à Courcelles.
    Au dernier bilan : 609 signatures déjà récoltées en quelques semaines. Et un peu partout dans la localité, on continue à pétitionner et à signer avec l’aide de commerçants volontaires d’ailleurs ...
    C’était évidemment à prévoir : des personnes refusent de signer. Leur argument : « ce sont les riches qui vont en profiter aussi... ! ».
    C’est en partie vrai, en tenant compte cependant que les riches, eux, ont de toute manière de quoi payer quel que soit le prix de l’énergie et le montant de la tva... Ce n’est pas cela qui les retiendra...
    Cet argument est avant tout propagé par les ministres du gouvernement des riches et des capitalistes pour ne pas donner satisfaction à cette revendication de plus en plus populaire. Parmi eux, les sieurs Reynders, Magnette et cie, qui eux ne comptent pas évidemment parmi les pauvres ni les bas revenus, comme on le sait.
    D’ ailleurs avec un tel raisonnement, il ne serait même plus nécessaire de lutter contre le coût de la vie de plus en plus cher ... Pourquoi ? Mais si les prix tombent, ce sont encore une fois les riches qui vont en profiter le plus puisque ce sont eux qui ont le plus d’argent pour acheter et le plus gros pouvoir d’achat ...
    Tant pis, si en attendant de plus en plus de gens n’ont plus assez de fric pour se nourrir, se déplacer, payer leurs médicaments indispensables, se chauffer, s’éclairer, payer le loyer, les frais d’ études des gosses et recourent de plus en plus nombreux à l’emprunt, s’endettent donc, pour faire face à ces dépenses les plus élémentaires et les plus indispensables !
    Un franc n’ a pas la même valeur pour tout le monde, je ne cesse de le répéter. Un exemple : dans les circonstances actuelles, si la tva est réduite à 6 %, j’économiserai annuellement quelque 20 000 frs belges  (500 euros) sur l’énergie. Pour un riche, un Reynders, Magnettes et cie, c’est une bagatelle 500 euros. Pour moi, et beaucoup d’autres, c’est la moitié de ma pension mensuelle qui m’est indispensable pour (sur)vivre face à la vie de plus en plus chère.
    Alors, signons les amis: cette revendication est éminemment sociale.


Roger Romain, lettres@solidaire.org

12/09/2008

12/09/2008: COURCELLES: MERCI aux SIGNATAIRES, aux PÉTITIONNAIRES VOLONTAIRES, aux COMMERCANTS !

COURCELLES:   MERCI aux SIGNATAIRES, aux PÉTITIONNAIRES VOLONTAIRES, aux COMMERCANTS !
 
-UN PREMIER BILAN (arrêté au 13/09/2008) de la PÉTITION réclamant la réduction de la tva de 21 à 6% sur le mazout, le gaz, l' électricité:
 
 
-UN SUCCÈS en très temps de temps: déjà 544 signatures, dont celle d' Ernest GLINNE, conseiller communal, a/bourgmestre.
 
-UNE PREMIÈRE LISTE (à compléter) des COMMERCANTS  qui ont déjà rentré des signatures et où VOUS POUVEZ TOUJOURS SIGNER,
SI CE N'EST PAS ENCORE FAIT (et soyons sûrs que d' autres vont encore nous rejoindre et/ou sont en cours, ..., car la revendication est de plus en plus populaire et ne
cesse de progresser):
 
-Boulangerie COHART, rue Wartonlieu 63, 6180 Courcelles
-       "          DESCLIN, rue de Gaulle 46,   
-          "       LA TRADITION, rue Churchill (face à La Poste), 6180 Courcelles
-Fleuriste EDELWEISS, rue de Trazegnies 47, 6180 Courcelles
-PROMO FASHION, rue de Gaulle 3, 6180 Courcelles
-SHOE DISCOUNT,    "          "     22,            "
-CAFE LADIES AND GENTLEMEN, place Roosevelt 30, 6180 Courcelles
-VIDEOTHEQUE, rue Churchill 20, 6180 Courcelles
-CAFE DE LA POSTE, rue Rectem 59, 6183 Trazegnies
-CAFE DES QUATRE CHEMINS, 6183 Trazegnies
...
 
NOUS CONTINUONS LE COMBAT !
 
Roger ROMAIN
a/conseiller communal
 
http://romaindecourcelles.spaces.live.com/                                                                                          

roger.romain@skynet.be

Tél: 0495.470042

23:11 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : petitions, prix, television, solidaire, actualites, belgique, charleroi, courcelles, capitalisme, cdh, histoire, hainaut, information, medias, mr, ptb, presse, ps, politique, romain, syndicats, social, silence, exploitation capitaliste, vie chere, gouvernement, wallonie, pays-noir | |  Imprimer | | |

06/09/2008

03/09/2008: COURCELLES : excellent démarrage de la pétition pour la réduction de 21 à 6% de la tva sur le mazout, l'électricité, le gaz: déjà 413 signatures en très peu de temps et ça continue ...

 

COURCELLES :  excellent démarrage de la pétition pour la réduction de 21 à 6% de la tva sur le mazout, l'électricité, le gaz: déjà 413 signatures en très peu de temps et ça continue ...
 
 
A COURCELLES: le démarrage de la pétition connaît déjà un grand succès.
 
Les gens signent pour la plupart spontanément sur le comptoir des commerçants. Ils sont déjà informés et d' accord avec la pétition. Pas besoin de discuter pour convaincre.
 
Pourquoi ce premier succès rapide ?:
 
-de plus en plus de commerçants s' engagent volontairement, font signer et ne cessent de réclamer des listes, voire le tract-affichette-fenêtre ou affiche plus grand format... Les commerçants sont en contact avec de + en + de clients qui ont de + en + difficile de payer et qui réduisent de + en + leurs achats en raison du coût de la vie de + en + cher et d' une fiscalité sans cesse aggravée par tous les pouvoirs en place. Nous les remercions car ils ont compris que leur intérêt est du côté des petits.
 
Et ce, contrairement aux politiciens du régime et aux médias qui voudraient faire croire le contraire tout en essayant de culpabiliser ... les consommateurs sur tous les plans. Exemple, ce Defeyt, dirigeant écolo, "économiste", président du Cpas de Namur qui a voulu prouver que le pouvoir d' achat de la population n' est pas en train de dégringoler par référence à une certaine période antérieure...
 
Informés les gens ?
 
-d'abord par leur porte-monnaie
 
-ensuite par une distribution militante de tracts que nous menons progressivement dans les différents quartiers de la localité et qui va continuer à s' étendre. Cette information commence d' ailleurs à faire tache d'huile dans les localités immédiatement limitrophes de Courcelles...
 
Alors ? Mettons-nous au boulot partout. Plus nous amplifierons la contestation et plus vite nos gouvernants devront céder et prendre des mesures radicales. La discussion sur Bhv, ne remplit pas nos assiettes. Les gens en ont assez. De + en + d'ailleurs, ils accusent l' Europe, l' euro et comprennent que les multinationales sont derrière et nos gouvernants, tous partis confondus, sont à leur solde car ils ne cessent de saigner les petits, en appliquant les doigts sur la couture du pantalon les injonctions de l' Euro-dictature capitaliste dans laquelle ils n'ont pas cessé de nous y introduire, vendant notre indépendance et notre souveraineté nationales, créant de plus en plus un nouvel empire totalitaire...
 
RoRo
03/09/2008

20:06 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mr, medias, prix, politique, ptbromain, resistance, social, silence, histoire, information, vie chere, wallonie, actualite, belgique, charleroicourcelles, capitalisme, bhv, petitions, ptb, presse, ps, syndicats, television, euro-dictature, exploitation capitaliste, finances, gouvernement, hainaut | |  Imprimer | | |

29/08/2008

29/08/2008: Cette fois, c'’est l’'année de la pétition à Courcelles !

Cette fois, c'’est l’'année de la pétition à Courcelles !

Avec l'aide de Marc, Sophie et Myriam.

 

 

La pétition « 6% de TVA pour le gaz et l’électricité » du PTB, je l’ai d'abord un peu personnalisée. En y ajoutant "le mazout de chauffage", mon adresse personnelle et celle de ma compagne Mariette, mes sites Internet, mon numéro de téléphone, mon adresse e-mail et une phrase indiquant que 100.000 premiers signatures ont déjà été remises à Leterme et qu'il faut donc continuer à signer massivement...

Il y a plus de 11.000 maisons à Courcelles. Sophie a d' abord effectué un premier tirage de 500 exemplaires du texte de la pétition, ensuite un second de 1.000 et nous allons incessamment passer à un 3e tirage de 1.000 exemplaires supplémentaires...

Nous les distribuons massivement dans la commune, accompagnés de la dernière circulaire affichette du Ptb Nous le faisons de la main à la main aux relations personnelles, parents, connaissances et amis, aux voisins,. Nous allons aussi rue par rue au porte-à-porte, aux commerçants. Notre but est d’abord d'informer d' abord ensuite de rechercher l'aide d’autres nouveaux collaborateurs. On peut faire boule de neige en mettant d’autres personnes  dans le coup. C'est nous qui devons aller d'une manière permanente vers les gens. Nous ne devons pas espérer et attendre trop longtemps le contraire pour grandir.

Et cela marche: des signatures tombent toutes seules dans ma boîtes aux lettres, des commerçants me téléphonent pour me réclamer des listes supplémentaires à remplir: une boulangerie-pâtisserie, un cabaretier et un magasin de confection à Courcelles-Trieu, un cabaretier de Trazegnies. Et je vais en contacter et en trouver d’autres: fleuristes, libraires, cafés, etc... Un militant du Pc à Trazegnies a prévu de faire sa rue au porte-à-porte.
Des gens me disent "Je n'ai pas encore signé, mais je suis au courant, passe-moi ta feuille et ton bic!". La preuve que l'information a déjà circulée et continue à circuler de bouche à oreille et par la lecture des circulaires déjà distribuées.

De temps en temps, je fais le tour des pare-brises des voitures stationnées sur la grande place de Courcelles-Trieu et même lorsque je vais faire mes courses au Carrefour de Jumet et ailleurs.
Prochain objectif: le marché hebdomadaire du mercredi-matin à Courcelles-Trieu. Des centaines de gens y viennent de partout en voitures, trams et bus, de toutes les communes environnantes: Chapelle, Gosselies, Roux, Jumet, Pont-à-Celles,.... Une occasion d’essaimer ailleurs, de dépasser les limites courcelloises...

Toucher un maximum et faire participer un maximum de gens, découvrir partout et patiemment un renfort de pétitionnaires pour nous aider et frapper un grand coup dans la région avec des milliers de signatures. C’est aussi une manière de construire le Ptb.

Roger Romain

19/08/2008

Ps: Je remercie également les commerçants de plus en plus nombreux qui participent volontairement au succès de l'opération pétition dans le "Grand-Courcelles"

23/08/2008

23/08/2008: pour s'inscrire à ma liste de diffusion d'infos courcelloises et régionales ...

Nouvelle liste de diffusion: http://fr.groups.yahoo.com/group/romainroger/messages

Bonjour,
voici comment faire pour rejoindre ma nouvelle liste de diffusion:
 
Infos politiques relatives à Courcelles, Charleroi et sa Région, le Hainaut, la Wallonie, la Belgique, la vie sociale, économique et syndicale
 
Merci et bienvenue à tous les amis qui donneront suite en y adhérant !
 
RoRo
  Adresses mail du groupe
Envoyer un message :romainroger@yahoogroupes.fr
S'inscrire :romainroger-subscribe@yahoogroupes.fr
Désinscription :mailto:romainroger-unubscribe@yahoogroupes.fr

et roger.romain@skynet.be
Fondateur de la liste :romainroger-owner@yahoogroupes.fr

23:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, mensonges, medias, ptb, presse, propagande, politique, revolution, rsf, social, silence, television, actualite, belgique, bruxelles, hainaut, charleroi, courcelles, menard, cia, histoire, collon, solidaire, information, wallonie | |  Imprimer | | |

26/07/2008

26/07/2008: la contribution foncière à payer en rentrant de vacances, en plus du chauffage, de la rentrée scolaire, et tout le reste ???

Oui, à propos de tous ceux qui vont rentrer de vacances:  une Courcelloise me dit que cette année elle a reçu la contribution foncière (la taxe sur l'immobilier) à payer 2 mois en avance par rapport à 2007. Il vaut mieux ne plus attendre le facteur et ouvrir nos boîtes aux lettres ...: il n'y a plus que de la pub et 90% de mauvaises nouvelles et d' emmerdements de toutes natures administratives et autres ...
L'équipe Leterme, Reynders, Di Rupo, sait surtout s'y prendre pour faire rentrer notre fric dans les caisses de l' Etat et "aider" les multinationales milliardaires ...
RoRo

Le prix du mazout de chauffage: scandaleusement et spéculativement toujours plus haut ...
 
Ce mardi 22 juillet 2008, j' ai rentré 1.500 litres de mazout...
Le prix ?  1.361,56 euros (dont 236,30 euros de tva, dans les caisses de l' État et du gouvernement pour boucler ses budget et comptes annuels), soit 54.925 Fbelges
Pour beaucoup de salariés, cela représente 1 mois de salaire et, pour beaucoup de pensionnés et/ou chômeurs, 1 à 2 mois de revenus...
Et avec 1.500 litres de mazout, beaucoup de petites gens ne pourront passer l'hiver (modéré ou dur ???) .
Le 07 février 2008, pour 1.500 litres, j' ai payé 1.036,22 euros... Un prix déjà démesuré ...
Différence: + 325,34 euros, soit 13.124,18 Fbelges
De quoi rentrer de vacances: début septembre, ce sera pour beaucoup la rentrée scolaire, le moment de remplir les cuves, Electrabel qui va envoyer sa facture annuelle et tout le reste qui augmente sans cesse...
On va faire de plus en plus grise mine et se rendre compte que nous allons crever avec le capitalisme "social" et "à visage humain" à l'occidental (par rapport au capitalisme sauvage qui est revenu au pouvoir, il y a quelque 20 ans dans les pays socialistes de l' Est européen).
De quoi aussi aussi se rendre compte que le capitalisme n' a jamais rien eu de social, ni d'humain, ni de démocratique, ...
Ni les partis intégrés, opportunistes et réformistes qui le servent d' ailleurs: pendant que les politicailleurs calotins, socialistes, libéraux, verts, du Nord et du Sud de la Belgique, discutaillent depuis plus d' 1 an sur BHV et la réforme institutionnelle voulue principalement par le patronat flamand, de plus en plus de gens sombrent dans la misère. Si la Tva de luxe à 21% payée sur mes 1.500 litres était réduite à 6%, par la grâce gouvernementale, j' aurais payé 168,79 euros de taxe en moins, soit 6.809 Fbelges ... De que faire réfléchir sur la nécessité de réduire la taxe sur l'énergie, gaz, électricité, mazout, de 21 à 6 %, comme tous les produits de nécessité courante, et de signer toutes les pétitions et participer à toutes les mobilisations et actions allant dans ce sens...
Ca va craquer les amis ! Le capitalisme, les multinationales et l' Euro-dictature, nous réservent des lendemains qui chantent ... 
RoRo
 

22:47 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : medias, prix, syndicats, vi chere, social, actualite, belgique, euro-dictature, courcelles, capitalisme, societe, presse, ps, mr, romain, television, exploitation capitaliste, finances, gouvernement, histoire, cdh, courcellesmedias | |  Imprimer | | |

24/07/2008

23/07/2008: Le prix du mazout de chauffage: scandaleusement et spéculativement toujours plus haut ...

Le prix du mazout de chauffage: scandaleusement et spéculativement toujours plus haut ...
 
Ce mardi 22 juillet 2008, j' ai rentré 1.500 litres de mazout...
Le prix ?  1.361,56 euros (dont 236,30 euros de tva, dans les caisses de l' État et du gouvernement pour boucler ses budget et comptes annuels), soit 54.925 Fbelges
Pour beaucoup de salariés, cela représente 1 mois de salaire et, pour beaucoup de pensionnés et/ou chômeurs, 1 à 2 mois de revenus...
Et avec 1.500 litres de mazout, beaucoup de petites gens ne pourront passer l'hiver (modéré ou dur ???) .
Le 07 février 2008, pour 1.500 litres, j' ai payé 1.036,22 euros... Un prix déjà démesuré ...
Différence: + 325,34 euros, soit 13.124,18 Fbelges
De quoi rentrer de vacances: début septembre, ce sera pour beaucoup la rentrée scolaire, le moment de remplir les cuves, Electrabel qui va envoyer sa facture annuelle et tout le reste qui augmente sans cesse...
On va faire de plus en plus grise mine et se rendre compte que nous allons crever avec le capitalisme "social" et "à visage humain" à l'occidental (par rapport au capitalisme sauvage qui est revenu au pouvoir, il y a quelque 20 ans dans les pays socialistes de l' Est européen).
De quoi aussi se rendre compte que le capitalisme n' a jamais rien eu de social, ni d'humain, ni de démocratique, ...
Ni les partis intégrés, opportunistes et réformistes qui le servent d' ailleurs: pendant que les politicailleurs calotins, socialistes, libéraux, verts, du Nord et du Sud de la Belgique, discutaillent depuis plus d' 1 an sur BHV et la réforme institutionnelle voulue principalement par le patronat flamand, de plus en plus de gens sombrent dans la misère. Si la tva de luxe à 21% payée sur mes 1.500 litres était réduite à 6%, par la grâce gouvernementale, j' aurais payé 168,79 euros de taxe en moins, soit 6.809 Fbelges ... De quoi faire réfléchir sur la nécessité de réduire la taxe sur l'énergie, gaz, électricité, mazout, de 21 à 6 %, comme tous les produits de nécessité courante, et de signer toutes les pétitions et participer à toutes les mobilisations et actions allant dans ce sens...
Ca va craquer les amis ! Le capitalisme, les multinationales et l' Euro-dictature, nous réservent des lendemains qui chantent ... 
RoRo
 

20:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : verts, ecolo, cdh, bhv, syndicats, courcelles, capitalisme, democratie, medias, mr, societe, socialisme, presse, ps, politique, ptb, romain, social, silence, television, europe, euro-dictature, exploitation capitaliste, finances, gouvernement, information, actualite, belgique | |  Imprimer | | |

09/07/2008

07/07/2008: Ptb: Quand le Forem prend des allures d'agences intérimaire !

Subject: Ptb 07/07/2008: Quand le Forem prend des allures d'agences intérimaire !

Quand le Forem prend des allures d’agences intérimaire !

M.L. DE COMAC-HERSTAL

J’ai 23 ans et j’habite à Herstal, une commune dont 22 % des jeunes sont au chômage (quand ils ont la chance de percevoir les allocations). Dès la fin de ma scolarité, souhaitant vraiment intégrer le monde du travail, je me suis inscrit à une formation Forem-CEFORA en « inspecteur de chantiers » pour le domaine du nettoyage.

De cette formation a découlé un stage qui m’a permis d’être engagé dans une entreprise de nettoyage en tant que gestionnaire de chantiers. « Bien », me direz-vous ? Mais la réalité de cet emploi est tout autre.

J’avais un contrat de 15 h/semaine et j’en faisais 40 h (non-payées) pour que tous les chantiers tournent comme le voulait le directeur. Je démarrais parfois à 4 h 30 du matin pour revenir chez moi vers 22 h.
J’ai décidé de quitter cette entreprise après quatre mois quand une offre d’emploi dans une fonction similaire à la commune de Herstal s’est présentée. Contrat à durée indéterminée avec 14 jours d’essai, je m’occupais de la gestion de 54 techniciennes de surfaces et de l’entretien de 62 bâtiments communaux. Tout s’est bien déroulé.

En tout cas les trois premiers mois (…). Après avoir été licencié par le pouvoir politique socialiste de la commune de Herstal, sur base d’un rapport mensonger et peu scrupuleux, j’ai décidé de tourner la page et je me suis inscrit dans une formation en « tourneur-fraiseur ». J’ai eu la chance de réussir les tests et d’être pris dans un module de formation qui débutera en septembre.

Entre-temps, j’ai reçu une convocation du Forem qui me conviait à une séance d’information sur le travail saisonnier de cueilleur de fruits.

« Vous cherchez un emploi ? Le travail saisonnier de cueilleur de fruits est la solution. » (…).

Je me suis donc rendu sur place (…). Les conditions de travail étaient les suivantes : Cueillir les fruits dans le Limbourg sur une durée de deux mois maximum, avec un salaire de 3 000 € net (pour les deux mos) car il n’y a pas de retenue ONSS, donc vous ne cotisez pas à la sécurité sociale. Vous disposez d’un contrat de travail renouvelable tous les jours, donc vous n’avez pas intérêt à avoir une baisse de régime un jour car on vous dira de rester chez vous le lendemain. Une fois la séance terminée tout le monde s’est levé et a pris la porte.

Un mois plus tard, je reçois un coup de téléphone d’une dame du Forem qui me demande si je suis toujours intéressé par la cueillette de fruits. En essayant de maîtriser ma colère, je lui ai répondu poliment : « Ecoutez madame, non, je n’ai jamais été intéressé par le travail saisonnier de cueilleur de fruits. Ce que j’aimerais, c’est trouver un emploi stable, de longue durée, qui me permette de redémarrer dans la vie et de pouvoir faire des projets à long terme (maisons, enfants….) »

Elle m’a répondu que c’était bien pour me faire un peu d’argent en attendant. Je lui ai rétorqué que je préférais mettre mon temps à profit dans la recherche d’un emploi sérieux et pas d’un boulot pour étudiants et pensionnés.

La conversation téléphonique s’est achevée et je me suis dit que j’allais très certainement avoir des nouvelles de l’Onem. Malgré mes craintes, je suis fier de moi car j’ai tenu à boycotter ce système du Forem qui ne propose aux gens que la précarité et collabore ainsi à la promotion des petits jobs sans avenir.


21:05 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, democratie, belgique, capitalisme, euro-dictature, exploitation capitaliste, histoire, information, medias, ptb, presse, romain, syndicats, social | |  Imprimer | | |

27/04/2008

26/04/2008: WALLONIE : le logement SOCIAL aussi en route vers la privatisation... Farceurs nos libéraux !

WALLONIE : le logement SOCIAL aussi en route vers la privatisation... Farceurs nos libéraux !
Le logement social est dans un bien triste état en Wallonie: délabré de plus en plus, des finances en difficultés, des milliers de demandeurs en attente pendant des mois, voire des années...
Pas trop de désespoir cependant, nos partis pseudos démocratiques, qui ont tellement bien géré le secteur, en spéculant sur les subventions (voire en remplissant certaines poches), vont bien trouver LA solution.
Ainsi, une délégation de responsables et mandataires du Mr, Kubla en tête, vient d' aller étudier la question ... à Reims.
Là, pas de problèmes pour nos réformateurs libéraux: à Reims, tout va bien et à neuf, bien entretenu: le logement SOCIAL est en grande partie privatisé...
Dès lors, le sieur KUBLA estime que nous devons en tirer les enseignements pour la Wallonie ...
Et, à mon très humble avis, surtout des interrogations...
A Reims, qui décide:
-des conditions d' attribution,
-des conditions de revenus,
-des modalités de logement, de la réglementation,
-des organes de gestion et de décisions,
-et surtout, du montant des loyers et des charges, de leur fixation ???
Pas de doute: à Reims, les gestionnaires PRIVES (des sociétés immobilières ???) sont des bienfaiteurs complètement désintéressés qui y vont de leur poche ... Ils n'ont bien sûr pas pour but principal de réaliser de plantureux profits sur les loyers des classes sociales les plus modestes, les plus démunies, les plus pauvres...
Gare, les amis: la privatisation du logement SOCIAL pointe AUSSI à l'horizon. Nos libéraux francophones enfoncent le premier clou... Le secteur du logement SOCIAL peut encore devenir juteux. A l' exemple de Reims et de la France sarkozyste, on pourrait faire avec
un euro privatisé 4-5 fois plus et mieux qu' avec un euro ordinaire wallon...
RoRo

20:41 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, actualite, presse, media, privatisation, social, mr, politique, romain, ps, cdh, ecolo, logement, courcelles, histoire, wallonie, information | |  Imprimer | | |

10/04/2008

06/04/2008: Les titres-services plus chers dès le 1er mai ....


Les titres-services plus chers dès le 1er mai

La "générosité" du gouvernement "socialistes", calottins et libéraux (du Nord et du Sud de la Belgique): 0,30 euro de l'heure d' augmentation pour les titres-services. Un bagatelle, n' est-ce pas ?

Faisons vite un petit calcul pour l' exemple: prenons Y... (88 ans, devenue handicapée) et R... (93 ans, devenu handicapé). Une petite pension mensuelle ménage de 1.170 euros ...
Etant donné leur âge et leur état, ils ont besoin d' une aide: 5 heures semaine de la part du Cpas de Courcelles (ce qui est un minimum), payés en titres-service ...
Le calcul annuel à payer en plus est le suivant: 52 x 5 x 0,30 euros = 78 euros, ou 3.147 fbelges/an.
Déductibles fiscalement ? Tintin, comme les revenus annuels de Y et R sont trop bas pour être taxés, ils ne jouissent d' aucune déductibilité fiscale. L' avantage fiscal est profitable uniquement à ceux qui ont de plus hauts revenus.
Très beau cadeau gouvernemental donc cette année pour la Fête internationale des Travailleurs, dont 600.000 assistés, de la part des "socialistes" et de leurs compères Mr et Cdh qui nous annoncent à grands fracas des allocations (des aumônes!) pour combattre les hausses scandaleuses de l'énergie et de tous les produits de consommation journalière.
C' est bien connu: ce que les partis "démocratiques" donnent d'une main, ils l' a reprennent de l'autre. Ce n' est pas nouveau, alors que les multinationales capitalistes multi-milliardaires rançonnent le pays et le Monde...
Ah oui, le Ministre Cdh-Psc à l'origine de la mesure est l' ex-syndicaliste Josly Piette. Il laissera donc une belle trace de son passage de ... "syndicaliste" lui aussi . De quoi lui dire merci ...
RoRo

From: Finances
Sent: Sunday, April 06, 2008 11:12 AM
Subject: Les titres-services plus chers dès le 1er mai

Les titres-services plus chers dès le 1er mai

Les titres-services coûteront 30 centimes d'euro de plus à partir du 1er mai 2008, et leur prix net passera de 4,69 à 4,90 euros après déduction fiscale, rapporte samedi Het Laatste Nieuws.

Cette augmentation résulte d'une décision antérieure du gouvernement de faire passer le prix du titre-service, qui est utilisé par quelque 600.000 Belges pour disposer d'une aide à domicile, de 6,70 à 7 euros. Selon Het Laatste Nieuws, elle entrera en vigueur le 1er mai prochain, mais l'arrêté royal doit encore recevoir l'approbation du conseil d'Etat. Par ailleurs, à partir du 1er juin, un utilisateur ne pourra plus acheter plus de 750 titres-services par an, dont 350 seront fiscalement déductibles. (MPA)



--
Envoyé par romain dans Ce que la grande presse "libre", "neutre" et "indépendante" capitaliste ne vous dira pas le 4/06/2008 01:24:00 PM

21:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie, capitalisme, cdh, romain, silence, social, actualite, belgique, presse, finance, gouvernement, histoire, injustice, medias, mr, politique, ps, syndicats | |  Imprimer | | |

07/04/2008

06/04/2008: Leterme 1er et le pouvoir d’'achat : des cadeaux pour ceux qui n'’en ont pas besoin...

" de soutenir les économies d'’énergie."

Cela devient un véritable cinéma pour tenter de culpabiliser de plus en plus le consommateur, la population, les travailleurs.
Question: quel propriétaire de sa maison, parfois  depuis  30, 40, 50 ans, est disposé à entamer des travaux coûteux (rentables dans seulement  6, 7, 8 ans) pour isoler complètement sa maison, remplacer ses vitres,  installer des capteurs solaires sur le toit, remplacer son chauffage au charbon/mazout par un chauffage central munis de régulateurs et thermostats à tous les radiateurs ... ? Les sdf, les chômeurs, les minimexés, les jeunesd qui se marient, les familles qui n'ont qu'un seul petit salaire ou une petite pension. ? En Belgique, 70% des retraités natteignent pas 1.250 euros par mois au bout de leur carrière professionnelle ...
Malgré toutes les aides publiques (formalités administratives et bureaucratiques incluses ...), cela doit se compter sur les doigts...
Sauf ceux, bien sûr, qui ont encore les moyens de se faire construire une nouvelle habitation de quelques 250.000 euros, car ayant de très gros revenus et un emploi garanti ...
"Ils" se foutent de plus en plus de nos g..., en cette période de ceinture et de vaches de plus en plus maigres pour plusieurs millions de Belges ...
Les Wallons sont quelque 3 millions.
Le samedi 23 juin 2007, "La Nouvelle Gazette" de Charleroi titrait:
ENERGIE/prix
-128.000 ménages dans le rouge.
-de plus en plus de Wallons ne parviennent plus à payer leurs factures d'électricité
-Une famille wallonne sur 11 dans le rouge:
1.200.000 rappels en 2006
   260.000 familles concernées
   162.000 ont reçu un recommandé
   128.000 plans de paiement
     10.000 compteurs à budgent
        5.500 coupures de gaz, dont 3.000 à Charleroi et 827 à Liège ...
 

RoRo


Leterme 1er et le pouvoir d’'achat : des cadeaux pour ceux qui n'’en ont pas besoin

Après 9 mois, nous avons enfin un gouvernement. Mais il ne s'’occupe pas du problème n° 1 de l'’homme de la rue : le pouvoir d'’achat. Malgré les fins de mois difficiles. Malgré la manifestation syndicale du 15 décembre. Malgré les grèves de janvier.

David Pestieau et Mark Kennes

Ces derniers mois, une vague de grèves pour le pouvoir d'’achat a traversé le pays. Les ouvriers d'’Ekol à Houthalen voulaient obtenir un euro d’'augmentation de l'’heure.

Salaires

Le gouvernement Leterme 1er veut appliquer une norme salariale stricte (un blocage des salaires) pour que « l’'évolution des coûts salariaux soit plus avantageuse que celle de nos principaux partenaires commerciaux ». Autrement dit, faire en sorte que nos salaires soient plus bas que ceux de nos voisins allemands, français et néerlandais.

Pour les allocations sociales et les pensions, le gouvernement propose :

– d’'appliquer le mécanisme de liaison au bien-être pour les allocations sociales
– d' augmenter les pensions les plus basses
Mais cela uniquement si le budget de l'’État le permet. Or, comment le budget pourrait-il le permettre si, d'’un autre côté, le gouvernement a garanti à 100 % que la politique de cadeaux aux patrons continuera ?

Les cadeaux aux patrons se feront grâce :
• à de nouvelles réductions des cotisations patronales. Une réduction qui dépasse pourtant déjà les six milliards d’'euros par an ;
• au renforcement des avantages fiscaux pour les entreprises, que ce soit pour encourager le travail en équipe et de nuit ou pour encourager les heures supplémentaires ;
• à la prolongation des intérêts notionnels qui coûtent pourtant plus de deux milliards d’euros.

Contrôle des prix et pouvoir d’'achat

Le gouvernement propose :
• d’'installer un observatoire des prix ;
• de stimuler la concurrence sur le marché de l’'énergie ;
• de soutenir les économies d'’énergie.

Qu’'en est-il de ces mesures dans la réalité ?
    D’'un côté, Leterme 1er met sur pied un « nouvel observatoire des prix » de l’'énergie alors que de l’'autre, il refuse de mettre en pratique les conseils d’'un organe déjà existant, la CREG. En  effet, la CREG a proposé le 18 janvier 2008 des propositions concrètes afin de diminuer les factures familiales, entre autres par une régulation plus stricte des tarifs des gestionnaires de réseaux et par la diminution de la TVA de 21 à 6 % sur le gaz et l'’électricité. Toutes ces propositions ont été refusées par le gouvernement Leterme 1er.
    Si la CREG est déjà impuissante actuellement, un « observatoire des prix » ne pourra pas non plus limiter l’'augmentation des prix, puisque :
• Electrabel et Distrigaz refusent de donner des informations au sujet de la composition de leur prix au nom du secret d'’entreprise ;
• le gouvernement précédent a enlevé à la CREG toute compétence de limiter les augmentations de prix.

    En matière de contrôle des prix de l’'alimentation, les mêmes critiques sont applicables.

    Quant à la concurrence sur le marché de l'’énergie, on constate ce que celle-ci a rapporté : des hausses de prix.
    Et last but not least, la seule mesure proposée est de développer les économies d’'énergie : en clair, mettez un pull en plus…

Bref, rien n’'est prévu, si ce n’'est des mesurettes du fonds énergie qui ne s’'appliquent qu’'aux couches les plus précarisées de la population. Ces « chèques énergie » sont d'’ailleurs basés sur une forme de charité, charité à laquelle il faut prouver qu’'on a droit à coup de fiche salariale et de documents multiples.

Essence et diesel

Ici non plus, aucune mesure réelle n'’est proposée, même pas la limitation des accises touchées par l'’État avec les hausses des prix.


23:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : social, finance, injustice, actualite, belgique, cdh, courcelles, democratie, histoire, medias, mr, politique, presse, ps, ptb, romain, silence, solidaire, gouvernement | |  Imprimer | | |

28/02/2008

Une syndicaliste courcelloise dans "Solidaire" ...

Evelyse BEGON habite rue de Forrière à Courcelles. C' est une syndicaliste bien connue dans le secteur de la distribution. Aux dernières élections, elle figurait sur la liste des candiddats Ptb+PCC à Courcelles...

« Nous faisons un syndicalisme de contact, proche des gens »
Elections sociales, jour J-102 :: Evelyse Begon, déléguée aux magasins Champion

« Coincés entre le patron et le client, les travailleurs n'ont plus d'espace démocratique », dit Evelyse Begon. Pourtant, elle est certaine que les choses peuvent changer.

Germain Mugemangango
23-01-2008

« Au début, il y avait très peu de femmes dans le syndicat », explique Evelyse Begon. Aujourd'hui, elle représente ses affiliés jusqu'au niveau national. (Photo Solidaire, Germain Mugemangango)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -

Nom : Begon
Prénom : Evelyse
Age : 30 ans... de syndicalisme, un fils de 26 ans
Employée dans la grande distribution, chez Champion. Déléguée principale CNE. Présente aussi dans les instances du secteur commerce et de l’interpro CNE, au niveau régional et national.


Comment vous êtes-vous lancée dans le syndicat?

Evelyse Begon. Je me suis rendu compte que nos conventions collectives de travail étaient moins bonnes qu’ailleurs car nous n’étions pas sortis du paternalisme patronal. Au début, il y avait très peu de femmes dans le syndicat. Encore moins dans le commerce. J’ai dû faire face à pas mal d’hostilité. Comme femmes syndicalistes, on ne voyait que les déléguées de la sidérurgie, qui étaient mal perçues.

 

Que veulent les travailleurs des grands magasins ?

Evelyse Begon. Les gens veulent une augmentation de leur pouvoir d’achat. Actuellement, il existe des conventions qui remplacent le paiement des heures supplémentaires par des bons à dépenser dans le magasin. C’est une rétribution illégale, sur laquelle le patron ne paye pas de cotisations sociales. Nous n’avons pas signé ça. La CNE veut des augmentations de pouvoir d’achat sans toucher à la sécu.

Nous voulons aussi des contrats plus stables et avec plus d’heures. Il y a très peu de temps pleins dans notre secteur. Par exemple, dans mon magasin, il n’y a que 7 temps pleins sur un total de 42 employés. Nous nous battons pour obtenir des contrats de plus de 20 h. Si tu es mi-temps, tu touches seulement la moitié du salaire. C’est aussi le cas si tu es malade ou si tu es en fin de carrière. Pourtant, pour toi le pain coûte le même prix. Nous devons éviter que les gens qui arrêtent de travailler se retrouvent plus pauvres qu’en travaillant. Si tu as un mari pour t’aider financièrement, ça peut aller, mais de plus en plus de familles sont monoparentales.

Il y a bien trop de contrats à durée déterminée chez nous. On commence d’abord comme intérimaire. Ensuite, ce sont les contrats à durée déterminée, avec un maximum de quatre contrats sur deux ans. On peut aussi tomber dans le système du contrat de remplacement. Tu remplaces dans n’importe quel magasin les personnes qui sont en maladie ou qui partent en crédit-temps. Ça peut durer des années. Tu peux donc te retrouver dehors après des années car tu n’as toujours pas de contrat stable.

L’aménagement de la fin de carrière reste aussi une priorité pour nous. Dans ce cadre, nous avons obtenu du crédit-temps. Ça permet à des femmes usées par le travail de se remettre un peu. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, nous faisons un travail pénible. Mais ce crédit-temps n’est pas encore un droit pour tous. Ça se négocie individuellement.

 

Quelles sont vos relations avec les autres centrales syndicales ?

Evelyse Begon. Lors de la lutte contre le pacte de solidarité entre les générations, nous avons travaillé en front commun avec le Setca1. Chez nous, les relations sont constructives entre les deux syndicats. Je discute régulièrement avec la déléguée principale Setca. On peut être en désaccord, mais lorsque nous prenons une position commune, je peux lui faire confiance pour qu’elle la défende devant le patronat. De toute manière, les deux syndicats ont les mêmes objectifs, même si les moyens utilisés sont parfois un peu différents.

Nous avons aussi de bonnes relations avec la délégation ouvrière CSC. Ce n’est pas évident, car il y a plusieurs endroits où c’est plus compliqué.

 

Votre bilan des quatre dernières années ?

Evelyse Begon. Nous avons obtenu de bonnes conventions et résolu pas mal de cas particuliers. Il y a une évolution idéologique au sein de la délégation. Depuis la lutte contre le pacte de solidarité entre les générations, on peut lancer des mots d’ordre de grève et les gens les suivent. Avant, nous étions obligés de faire des piquets. Nous avons aussi obtenu une augmentation salariale de 20 euros pour les contrats temps plein (avec pro rata pour les temps partiels).

Dans notre délégation, nous avons comme principe de rester au boulot. Si tu ne fais plus le boulot toi-même, c’est impossible de bien défendre de meilleures conditions de travail. Nous faisons un syndicalisme de contact. C’est de là que nous viennent les nouveaux délégués. Il faut être comme eux. Proche des gens.

 

Avec votre expérience, quels conseils donneriez-vous à ceux et celles qui se présentent pour la première fois aux élections sociales ?

Evelyse Begon. La plus grande satisfaction que je retire de mes mandats syndicaux c’est l’amitié et la confiance que me portent ceux que je représente.

Les gens ont légitimement peur pour leur emploi. Le syndicaliste doit savoir porter leurs revendications, être leur porte-parole. Le syndicaliste doit savoir prévoir à long terme. Il vaut mieux par exemple se battre pour le maintien de la sécu plutôt que donner des chèques-repas qui ne donnent pas lieu à une cotisation sociale.

Nos défis pour l’avenir seront le rajeunissement du syndicat par l’obtention des contrats stables et la découverte de nouvelles forces, la lutte contre l’individualisation des relations de travail et le combat pour ramener la démocratie au sein de l’entreprise.

1 Le Setca est la centrale syndicale de la FGTB pour les employés

Les supermarchés Champion

Evelyse Begon. Les 36 magasins Champion sont situés à Charleroi, dans le Brabant Wallon et à Mons. C’étaient au départ des magasins qui ressemblaient plutôt à des épiceries, tenues par la famille fondatrice, les Mestdagh, qui restent les principaux actionnaires. Le premier supermarché a été ouvert en 1955. Par la suite, les supermarchés se sont multipliés. Ça représente environ 1 000 employés et 500 ou 600 ouvriers. Il y a un seul fournisseur central pour tous les magasins. Un quart des actions est détenu par des Français, qui sont également actionnaires chez Carrefour. Au conseil d’entreprise, le Setca (FGTB) a cinq mandats et la CNE quatre. Mais aux dernières élections sociales la CNE avait plus de voix. C’est le mode de calcul des attributions des sièges qui a bénéficié au Setca.

1001 façons d’être syndicaliste

Les élections sociales auront lieu du 5 au 18 mai 2008. Dans plus de 6 000 entreprises, 1 400 000 travailleurs éliront leurs représentants au conseil d’entreprise et au comité pour la protection et la prévention au travail. Solidaire vous en présente quelques-uns, actifs dans différents secteurs et reflets de différentes sensibilités. Car il y a bien des façons d’être syndicaliste. Vous retrouverez cette série de portraits deux fois par mois.

19:23 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : solidarite, politique, courcelles, romain, histoire, actualite, syndicats, social, capitalisme, ptb, communes, oppression capitaliste | |  Imprimer | | |

23/02/2008

29/12/2007: Hausse des taux d'imposition locaux ...

 


Tout augmente... La plupart de nos communes sont en faillite ou au bord de la faillite. Partout, dans un des pays parmi les plus riches du monde, on gratte les fonds de tiroir pour faciliter l' exploitation de multinationales milliardaires, sous le couvert de "nouveaux" emplois... On veut nous faire croire qu'il n'y a plus de fric, alors que les profits capitalistes atteignent des sommets, avec de moins en moins d' emplois ...
Faites payer les pauvres, Sire, car ils sont les plus nombreux ... !
RoRo.


From: Finances
Sent: Friday, December 21, 2007 7:39 PM
Subject: Hausse des taux d'imposition locaux

19.12.2007 09:27

Hausse des taux d'imposition locaux

Les taux d'imposition pour la taxe additionnelle à l'impôt des personnes physiques et les centimes additionnels au précompte immobilier seront plus élevés en 2008 par rapport à 2007, estime l'Association des villes et communes flamandes (VVSG) dans le quotidien De Tijd.

Une minorité des communes augmenteront leurs taux. La taxe additionnelle à l'impôt des personnes physiques et les centimes additionnels au précompte immobilier représentent 80 pc des revenus fiscaux locaux. En moyenne, l'impôt additionnel augmentera de 7,13 à 7,14% tandis que les centimes additionnels augmentera de 1.308 à 1.324. En outre, la taxe communale pour l'assainissement des eaux usagées connaîtra également une hausse presque partout en 2008. (GFR)

20:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, politique, finances, ps, syndicats, social, histoire, capitalisme, courtcelles, belgique, mr, cdh, democratie | |  Imprimer | | |

La pilule anticholestérol beaucoup moins chère grâce au modèle kiwi

Cinq ans après que le médecin du PTB Dirk Van Duppen a déclenché les hostilités, le médicament le plus courant contre le cholestérol, le Zocor, ne coûte plus qu’un cinquième du prix pratiqué en 2003.

Gaston Van Dyck
09-01-2008

-84 %... Tant pour l’assurance-maladie (l’Inami) que pour les 466 000 personnes qui doivent prendre des médicaments contre le cholestérol, la guerre lancée par le médecin du PTB Dirk Van Duppen est devenue une bénédiction.


Tant pour l’assurance-maladie (l’Inami) que pour les 466 000 personnes qui doivent prendre des médicaments contre le cholestérol, la guerre lancée par le médecin du PTB Dirk Van Duppen est devenue une bénédiction. Le prix public des simvastatines est descendu à 31 euros depuis le 1er janvier. Du coup, l’Inami économise jusqu’à 20 millions d’euros par an et les patients dépensent au total 5 millions d’euros de moins pour leur médicament.

La guerre a débuté en juillet 2003. Et déjà le 1er août, le prix du Zocor, de loin le réducteur de cholestérol le plus vendu, est passé de 184 à 123,50 euros. En partie parce que le brevet du médicament arrivait à expiration. Le 1er janvier 2006, nouvelle baisse de moitié : de 123,50 à 58 euros. Et le 1er janvier 2008, la boîte de 98 pilules de 40 mg de Zocor ne coûte plus que 31 euros au lieu de 58, soit une diminution de 46 %.

Tout ça grâce au souffle chaud du modèle kiwi lancé par le docteur Van Duppen il y a cinq ans. Il est bien sûr très content de cette évolution, mais estime surtout que c’est un encouragement à poursuivre. « Pour moi, l’exemple montre surtout que nous avons payé ces médicaments beaucoup trop cher et que le modèle kiwi fonctionne réellement. Et une application complète de l’idée permettrait une économie encore plus grande. En Nouvelle-Zélande, la firme MSD vend son Zocor à 12 euros ! », constate-t-il avec modestie.

Demotte n’est pas allé jusqu’au bout

La diminution du prix des simvastatines a été décidée par le ministre Demotte avant qu’il devienne ministre-président de la Région wallonne. Mais il n’a mis en œuvre qu’une version allégée du modèle kiwi. Son appel d’offres ne concernait que les médicaments dont le brevet a expiré. En plus, il a changé les procédures en cours de route, provoquant le retrait de la plupart des producteurs de médicaments génériques. Seule la multinationale américaine MSD a répondu avec sa marque Zocor.

Et puisque MSD présentait son Zocor à 31 euros, le ministre Demotte a « fait un geste » : contre l’avis des experts de la commission de remboursement des médicaments, il a donné le feu vert au remboursement du prétendu nouveau médicament Inegy de MSD. Un remède très cher (197,6 euros) sans vraie nouveauté. Inegy est simplement la fusion de deux médicaments en un : le réducteur de cholestérol simvastatine et l’ezetimibe (connu sous la marque Ezetrol).

Cette transaction entre MSD et Demotte permettra à cette préparation hors de prix de dominer le marché. Parce que des scientifiques conseillent de diminuer encore les valeurs limites de cholestérol et de prescrire dès lors soit des doses plus fortes de statines soit une combinaison de réducteurs de cholestérol. Et surtout parce que MSD utilisera habilement ces données avec insistance dans ses publicités.

 

19:45 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme, courcelles, politique, social, syndicats, solidarite, economie, belgique, actualite, histoire, romain, ptb | |  Imprimer | | |

20/02/2008

Conditions de travail sur les chantiers ...

Chantiers Charleroi :: 90 % de contrats illégaux et cinq euros de l’heure

Descente syndicale sur le chantier de l’hôpital de Charleroi à Lodelinsart, le 24 novembre dernier. En cause, le travail au noir de travailleurs étrangers.

Germain Mugemangango
13-02-2008

Nous avons rencontré Carlo Briscolini, secrétaire régionale adjoint centrale générale FGTB Charleroi et Marc Moreau, secrétaire régional CSC bâtiments industries pour explique le sens de leur demande.

 

Que se passe-t-il sur le chantier de l’hôpital de Charleroi ?

Carlo Briscolini. Le chantier de l’hôpital civil de Charleroi est un immense chantier où deux cents travailleurs sont occupés de manière permanente dont cent à cent cinquante travailleurs dans le cadre du détachement (voir plus bas, ndlr). La plupart sont des Portugais sous-payés. En Belgique, le manoeuvre a un barème de 11,60 euros de l’heure au minimum. Dans l’ensemble des manoeuvres et travailleurs qualifiés, il y a 90 % de contrats illégaux. Ils gagnent entre 5 et 9 euros de l’heure. Ils n’ont pas les autres avantages sociaux du secteur. Cela fait des marges bénéficiaires gigantesques.

C’est connu de tout le monde que les règles ne sont pas appliquées. L’inspecteur des lois sociales de Charleroi devrait pouvoir aller voir les vraies fiches de paie au Portugal pour voir ce qui est effectivement payé mais il ne peut pas le faire. Après l’Europol judicaire, il devrait être possible d’avoir une Europol sociale. Mais ici, il s’agit d’un client public. Il s’agit de l’intercommunale (ISPPC) présidée par le MR Olivier Chastel. Un tel client devrait être moralement plus responsable qu’un privé.

Marc Moreau. Il y a 170 00 ouvriers qui travaillent dans la construction. On estime qu'il faut y ajouter 50 000 polonais dont la plupart travaillent illégalement. C’est un phénomène grandissant qui s’attaque à la sécu, à l’emploi. Même ceux qui travaillent légalement sont payés moins cher. Les prix des marchés sont tirés vers le bas. L’entreprise honnête est poussée à ne pas respecter la loi. Ou alors, elle paie moins cher ses travailleurs de manière illégale.

 

D’où vient le problème ?

Carlo Briscolini. C’est le résultat d’une directive européenne dite de détachement. C’est l’utilisation de travailleurs qui viennent pour un travail spécifique et une durée spécifique. C’est une problématique qui frappe les travailleurs au niveau européen. C’est très répandu dans la construction.

Il y a des règles. L’élément essentiel est qu’on doit appliquer les conventions collectives de travail et les salaires du pays qui donne le travail. Dans le cas du chantier de l’hôpital, il s’agit bien sûr de la loi belge en la matière. On s’aperçoit depuis un certain nombre d’années que cette partie de la législation est bafouée de plus en plus. Ce qui entraîne dans toute l’Europe une dérégulation du marché. Il y a même une pression pour que les entreprises honnêtes ne respectent plus les règles. C’est parfois le seul moyen d’obtenir le marché.

À côté de ça, l’administration et le contrôle des lois sociales sont sous équipés en matière de personnel et de moyens pour aller jusqu bout des enquêtes. Nous menons une campagne plus globale à Charleroi sur le sujet. Une fois par an nous tentons de détecter un certain nombre de chantiers qui présentent des signes fraude. Nous faisons l’action pour signaler entre autres ces entreprises à l’inspection sociale.

Marc Moreau. À Lodelinsart, le donneur d’ordre public a fait la sourde oreille. En Belgique, le client n’est pas tenu responsable de ce qu’il se passe sur le chantier. La seule obligation qui lui incombe c’est qu’il doit désigner pour les chantiers publics un fonctionnaire qui doit aller sur le chantier tous les jours vérifier la légalité des travailleurs. Dans les faits ça ne se fait pas. Il y a tellement peu de fonctionnaires que ce n’est pas possible. C’est donc une obligation qui a été complètement abandonnée.

Nous aimerions inclure dans la loi une responsabilité solidaire pour ce qu’il se passe sur le chantier comme infraction sociales. Les grands clients n’en veulent pas et les entreprises non plus.

 

Quelles solutions proposez-vous ?

Carlo Briscolini. Nous ne sommes pas contre la venue de ces travailleurs immigrés en Belgique. Mais ça doit se faire dans les règles.

De plus, il faut avoir une politique proactive pour mettre au travail les personnes en Belgique intéressées par le secteur de la construction. Ce qui est grave c’est qu’ils sont encore moins intéressés par la formation des jeunes maintenant.

Marc Moreau. Nous avons été à la réunion de la cellule d’arrondissement qui doit poursuivre ce type de fraude. Nous avons été chez l’auditeur du travail et nous avons été très mal accueillis. Pourtant nous avons beaucoup d’informations qui viennent des travailleurs et des syndicalistes.

Nous avons donc décidé de faire une initiative informelle avec les acteurs intéressés. Les services d’inspections, l’Onss, l’Onem et les partenaires sociaux. Pas les finances, pas le monde juridique non plus.

Nous voulons faire respecter le règlement des travailleurs en détachement. Et aller beaucoup plus loin en chassant les négriers. Ça a pris une nouvelle ampleur. Pour éviter le classement sans suite ou les enquêtes tardives.

Nous voulons mettre en évidence les mécanismes qui permettent à ces gens d’échapper au contrôle pour à l’avenir proposer des modifications de la loi. Nous voulons aussi mener des actions de sensibilisation vers les travailleurs et les entreprises. Nous voulons aussi avec le syndicat nous porter partie civile par rapport à certains dossiers.

 

Connaissez-vous d'autres exemples ?

Marc Moreau. Au-delà du respect de la convention collective de la construction, il y a aussi des gens qui sont extrêmement exploités. Par exemple, il y a une filière brésilienne du travail (des faux Portugais). Ils ont de faux papiers qu’ils arrivent à remplacer par de vrais papiers. Dès qu’ils arrivent ici, on leur confisque leurs papiers et on les fait travailler pendant six mois ou un an. On les fait dormir sur chantier.

En cas d’accident, ça devient vite dramatique. En construction, chaque travailleur a un accident tous les cinq ans. En cas de travail au noir sur un chantier, c’est de l’esclavage.

Carlo Briscolini. Je sais que les grosses entreprises d’ici ont formé des sociétés là-bas pour prospecter le marché. C’est le seul moyen d’avoir les travailleurs que l’on cherche. Une société de toiture avec une vingtaine d’homme avait obtenu un gros marché dans le cadre des logements sociaux. Ils ont fait venir en ligne directe une société polonaise en détachement de 50 personnes. Un sous-traitant plus gros que la société principale. Douteux comme arrangement !

15:39 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, romain, histoire, actualite, belgique, hainaut, charleroi, politique, capitalisme, injustice, democratie, syndicats, social, solidarite | |  Imprimer | | |

13/02/2008

13/02/2008: COURCELLES: dossier Cidex, zoning et Johnson & Johnson ...

COURCELLES: dossier Cidex, zoning et Johnson & Johnson ...

Notre cher et novia mayeur de Courcelles Axel SOEUR part en guerre...
La société multinationale ricaine Johnson & Johnson, installée sur le zoning  vient d' introduire un dossier d' extension de ses activités... et il semble qu'il y a quelques petits problèmes (?)

160 nouveaux emplois à la clé, dit noss mayeur ... ! Je vais revenir sur sa récente information distribuée aux riverains concernés (notamment avenue de Wallonie) ce mardi 12 février 2008, dès que j' aurai un peu de temps. Emplois vraiment nouveaux ou ... emplois déplacés ???
En attendant, selon l' info du bourgmestre, le produit qui sera stocké, dans les installations de J&J, est du Cidex et dérivés.
Je me suis donc, en un premier temps, déjà penché un peu sur ce produit, en tapant tout simplement le mot "Cidex" sur Google. Et voici quelques élements que j' ai trouvés. Si vous êtes plus curieux que notre mayeur qui pratique couramment cette langue universelle qu' est l' anglais, je vous engage fortement à faire comme moi:

un premier dossier qui ne manque pas d'intérêt (mais les liens sur Internet sont nombreux relatifs à ce produit et de nature à relancer bien des questions, sans doute chez les gens spécialisés).

http://www.destexhe.be/dossier_cidex.htm

En cliquant en outre sur le lien ci-dessous, je vous rappelle un peu et modestement ce qu' est J&J et sa spécialisation particulière dans la création d' emplois "nouveaux" en Flandres, au travers de l' activité de certaines de ses filiales ...:

http://courcelles.skynetblogs.be/post/5031446/27092007-co...


Bonne lecture et recherches !

RoRo

http://users.skynet.be/roger.romain/Sommario.html

20:51 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mr, histoire, actualite, social, belgique, communes, syndicats, capitalisme, hainaut, democratie, ps, romain, charleroi, courcelles | |  Imprimer | | |

27/01/2008

Note Verhofstadt :: No future pour la Sécu et la Belgique ...

Avec un agenda néo-libéral, la note Verhofstadt pousse dans le sens d’une scission de la Sécurité sociale et d’une division accrue. Des raisons pour une autre réforme de l’État, démocratique et solidaire, existent pourtant.

Herwig Lerouge
16-01-2008

Quand le patronat flamand inspire Verhofstadt

Mis côte à côte, le programme du patronat flamand et la note Verhofstadt présentent quelques ressemblances des plus intéressantes.

En matière de régionalisation et de scission de la sécurité sociale, la note réalise pour l’essentiel le programme de l’organisation patronale flamande VOKA et du CD&V-NV-A. Dans certains domaines, elle va même plus loin. Dans le domaine de la scission du financement, elle est plus ambiguë sur ce qui sera fédéral ou pas.

Le programme anti-social du VOKA (limitation du chômage dans le temps, suppression de la prépension,…) et l’inspiration politique de la note Verhofstdat mis côte à côte fait frissonner les syndicats qui parlent déjà d’une note cachant un agenda libéral.

Le programme du VOKA1
et du CD&V-NVA2

 

Note Verhofstadt

 

La régionalisation du marché du travail.

Les régions peuvent décider des allocations de chômage (durée et montants), des réductions de cotisations sociales, de l’activation des chômeurs, des permis de travail à accorder aux étrangers, des règlements du travail intérimaire.

La régionalisation de la politique de l’emploi et notamment « la politique de dispense de la disponibilité sur le marché de l’emploi et la politique de contrôle et de sanction des demandeurs d’emploi; les règles en matière de la durée et du montant des allocations; les régimes en matière de prépension, crédit-temps et interruption de carrière»

La note envisage la régionalisation de l’ONEM et du financement des allocations de chômage, des prépensions et des allocations similaires.

 

La régionalisation des conventions collectives de travail (CCT)

Des CCT flamandes doivent remplacer les CCT fédérales pour ainsi saboter la solidarité fédérale. On doit même aller à des négociations limitées aux entreprises. Cela remplace l’Accord interprofessionnel.

La note fait un pas dans ce sens. Elle veut « accroître le rôle des régions dans la concertation sociale ». La concertation interprofessionnelle nationale ne serait plus chargée que de « fixer le cadre fédéral en matière de salaires et de conditions de travail au sein duquel les régions pourront opérer à l’aide de leurs nouveaux instruments de politique de remise au travail ».

 

La scission des allocations familiales

 

« Un nouveau cadre pour les allocations familiales où les communautés pourront mettre leurs propres accents. »

Cela conduira nécessairement à des allocations différentes selon les régions, une administration distincte et bientôt un financement régionalisé. Un enfant ne sera pas traité de la même manière qu’il soit néerlandophone ou francophone.

La régionalisation de l’impôt sur les sociétés

 

Verhotstadt propose « l’octroi de la compétence décisionnelle en matière d’impôt des sociétés ». Il veut introduire « un tarif scindé permettant, outre un tarif fédéral de base, aux régions d’introduire des centimes additionnels régionaux jusqu’à un certain plafond ».

Ce taux de base, très bas (entre 15 à 25%), deviendra le taux officiel. Les régions plus riches pourront se le permettre tandis que les régions plus pauvres devront soit lever un taux plus élevé, soit réduire leurs dépenses (sociales, pour les services publics).

Bonjour la concurrence fiscale et les délocalisations.

La régionalisation de l’impôt sur les personnes physiques.

 

Des réductions ou des hausses d’impôts peuvent déjà être accordées par les régions.

Mais la note veut qu’on élimine les garde-fous actuels, notamment « la notion de concurrence fiscale déloyale » et « le maintien de la progressivité de l’impôt ».

La porte est ouverte pour des fortes différences de traitement fiscal.

La note parle aussi de régionaliser une partie de la Justice, de la SNCB et du contrôle des prix sur l’énergie. La note de Guy Verhofstadt constitue un soutien aux revendications du CD&VNV- A et de l’organisation patronale séparatiste VOKA sous le prétexte de renforcer l’État fédéral. Elle va à l’encontre des revendications de base de « Sauvons la solidarité ».

1 Programme minimum du Voka, l’ancienne association des Employeurs flamands VEV, Unizo et le VKW (patrons chrétiens) annoncé lors d’une conférence de presse commune en novembre 2006. • 2 Le programme électoral du CD&V-NVA 2007 « Une réponse positive au gouvernement » sur www.cdenv.be

> Top

La note Verhofstadt appliquée à Audi-Bruxelles et à Carrefour

L’usine Audi-Bruxelles (ex-VW) est située à Forest et emploie des travailleurs venus de Bruxelles, de Flandre et de Wallonie.

Si la note Verhofstadt entre en application, Jean de Mons et Jan d’Audenaarde auraient des conditions différentes pour prendre un crédit-temps, une indemnité différente s’ils tombent au chômage ou un âge différent pour accéder à la prépension. Ils paieront aussi des impôts différents et auront, pour le même travail et une même situation familiale, un salaire net différent.

Avec des Conventions Collectives de Travail (CCT) différentes, Claudine de Marchienne et Elke d’Anvers, toutes deux caissières au Carrefour, n’auront pas les mêmes conditions de travail.

Avec des CCT différentes pour la Flandre et la Wallonie, la surenchère aura les coudées franches. On pourra dresser Claudine et Elke et leurs collègues les unes contre les autres afin de leur faire avaler des réductions de salaire et des conditions de travail moins favorables, sous le prétexte que l’autre région les a déjà acceptées.

> Top

Renforcer l’État fédéral … pour mieux l’affaiblir

Verhofstadt prétend concilier une régionalisation élargie à de nombreuses compétences à un renforcement de l’État fédéral. Un écran de fumée.

Pour l’essentiel, la note Verhofstadt aboutit non à un renforcement mais à un recul de l’État fédéral.

Verhofstadt transfère toute une série de compétences aux régions. Il permet d’avoir demain des règles, des salaires, des conditions de travail et des allocations différentes selon les régions. En même temps, il affirme vouloir maintenir la solidarité interpersonnelle au niveau fédéral, autrement dit la Sécurité sociale.

Il veut y arriver par l’instauration de « critères de convergence ».

Critères de convergence ou de divergence ?

En de nombreuses matières, l’État fédéral fixe aujourd’hui les normes qui sont valables pour l’ensemble du pays (droit du travail, allocations de chômage, allocations familiales....). On part d’une situation où tout le monde est égal devant la loi et on organise la création de divergences au niveau régional.

On accepte les différences. Et dans un premier temps, on dira (comme on l’a dit pour l’impôt sur les personnes physiques) que les différences entre régions ne peuvent pas dépasser un certain seuil (6% par exemple). Puis on laissera tomber ces limitations. Et la pression sera tellement forte qu’il y aura scission et deux sécurités sociales fortement affaiblies.

Une inflation de comités de coordination

En effet, après avoir transféré toutes ces compétences aux régions, il crée pour toutes ces matières des dizaines de comités de coordination, de concertation, des sièges des régions dans tel conseil fédéral ou de l’État fédéral dans tel conseil régional. Cela montre à suffisance qu’il vaudrait mieux traiter ces matières au niveau fédéral. Cela montre que la note Verhofstadt va développer une bureaucratie et un gaspillage sans nom.

La refédéralisation : beaucoup de bruit pour pas grand-chose

Verhofstdat affirme renforcer le rôle de l’État fédéral en transmettant des compétences régionalisées à l’État fédéral, c’est-à-dire en refédéralisant certaines compétences. Mais ces compétences ont très peu de poids face à ce qui est régionalisé. Il se limite à la refédéralisation des normes de bruit découlant du fonctionnement de l’aéroport national et la coopération au développement.

Une circonscription électorale fédérale dans ce contexte est une coquille vide

Verhofstadt propose qu’« outre les 150 sièges répartis selon le régime en vigueur dans les actuelles circonscriptions électorales, l’on peut penser à l’élection d’un nombre significatif de membres de la Chambre (p.ex. 33) au sein d’une circonscription électorale nationale ».

C’est le seul point positif de la note et qui sera combattu par les séparatistes. Verhofstadt admet le bien fondé de tous les arguments que donnent les anti-séparatistes à ce sujet.

Mais dans la mesure où il a vidé l’État fédéral d’une grande partie de ses compétences, les députés fédéraux élus dans cette circonscription n’auront plus grand chose à débattre. Les domaines essentiels relevant des régions et des communautés.

 

> Top

Dix raisons pour une autre réforme de l’État, démocratique et solidaire

Une réforme de l’État est nécessaire. Une réforme démocratique et solidaire basée sur dix principes.

Toute réforme de l’État devrait d’abord déterminer les compétences qui sont le mieux gérées au niveau fédéral. On peut ainsi créer plus de compétences homogènes en les transférant au niveau fédéral. C’est la tendance actuelle de la plupart des États fédéraux.

Les réformes de l’État successives ont en effet conduit à un éparpillement des compétences. Les violons entre le fédéral et le régional doivent sans cesse être accordés. Mais pourquoi la solution consisterait-elle toujours à diviser encore et encore. Les dix principes suivants garantiraient au contraire un État démocratique et solidaire.

 

1. Le droit fédéral doit primer sur le droit des autres niveaux.

 

2. Les compétences qui ne sont pas exclusivement des autres niveaux sont du niveau fédéral.

 

3. L’État central doit garantir l’égalité de tous les habitants et la solidarité entre les personnes. L’État central doit être compétent pour la Constitution, la législation en matière d’institutions,la justice, les relations et le droit du travail, la sécurité sociale, la politique des prix et des revenus, les impôts sur les personnes, la politique de santé, les normes et le financement de l’enseignement. Une scission de ces matières est contraire au principe d’égalité de traitement entre les Belges. Aucun pays européen n’a, par exemple, régionalisé les allocations de chômage.

 

4. Toutes les questions économiques importantes sont de la compétence de l’Etat central. Comme le droit commercial et celui des sociétés, la politique financière, les impôts sur les bénéfices, les communications, la sécurité de la chaîne alimentaire, l’énergie nucléaire.

 

5. La même chose pour les grandes questions politiques : la défense nationale et le maintien de l’ordre, la politique étrangère, les règles en matière d’état civil et de la nationalité, de l’accès des étrangers, …

 

6. Les matières où la scission a conduit à l’inefficacité devraient être refédéralisées : le transport, les communications, la politique en matière de logement, les grandes infrastructures routières, la recherche scientifiques.

 

7. Les institutions communautaires devraient tendre à disparaître. Nous sommes opposés à la division du pays par langues. C’est provoquer consciemment d’interminables querelles linguistiques. L’existence même de Parlements linguistiques pousse les partis dans le sens nationaliste le plus étroit. Le découpage de compétences sur base linguistique sert à diminuer les salaires, les impôts des entreprises et des riches, à démanteler la sécurité sociale, à imposer davantage de flexibilité. Il détourne l’attention de tous les travailleurs, quelle que soit leur langue, du combat commun contre ces mesures.

 

8. Il faut maintenir et renforcer des mécanismes de solidarité et de cohésion au sein du pays et en créer de nouvelles. Un État multinational offre de grandes opportunités pour apprendre, dès le plus jeune âge, deux ou trois langues. Connaître plusieurs langues est une nécessité par ces temps d’échanges internationaux. En Belgique, tout homme ou toute femme sortant de l’enseignement secondaire devrait être parfaitement bilingue.

 

9. Il faut réformer le système électoral qui fait aujourd’hui le jeu de la surenchère nationaliste et mène au séparatisme. La Belgique est sans doute le seul pays au monde où une partie du gouvernement ne doit jamais se justifier devant l’électeur. Ce système permet de rejeter chaque fois les problèmes sur l’autre communauté linguistique. C’est pourquoi il faut introduire pour les élections fédérales une circonscription électorale fédérale, à côté des circonscriptions régionales et d’arrondissements.

 

10. Tout en renforçant l’État central, il faut une décentralisation pour l’application des politiques décidées au niveau fédéral et pour les questions qui sont mieux réglées à un niveau plus bas. Cela peut se faire sur base des provinces et/ou des régions (la Flandre, la Wallonie et la région de Bruxelles) délimitées sur base des relations économiques réelles, des relations sociales et de la composition nationale. Les populations concernées se prononçant par référendum sur leur appartenance à l’une ou l’autre région.

> Top

11:23 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme, courcelles, belgique, romain, histire, actualite, politique, democratie, presse, silence, social | |  Imprimer | | |

26/01/2008

Marre de jouer les Mac Gyver ...

Charleroi :: Le personnel communal en grève

Barrages filtrants, ce 15 janvier, aux grands carrefours de Charleroi. Sept cents agents communaux sensibilisent les citoyens sur les difficultés rencontrées pour assurer le service au public.

Sara Vanobbergen
23-01-2008

Alain Laforet, de la Centrale Générale des Services Publics (CGSP) est satisfait de l’action. « Notre but principal était de sensibiliser les citoyens et les usagers des services publics sur les difficultés que rencontre actuellement le personnel communal pour rendre le service public que les citoyens sont en droit d’attendre de la Ville. Au départ à 6 h 15 on était déjà 450 personnes. Nous nous sommes ensuite répartis en 9 piquets différents aux points de distribution pour diffuser notre tract aux citoyens carolos. Beaucoup d’agents nous ont rejoints directement au piquet. Je dirais qu’au total 700 à 800 personnes ont participé. Cela s’est très bien passé. Un chauffeur du TEC nous a même ouvert ses portes, pour qu’on distribue notre tract aux passagers. »

 

Quelles difficultés rencontrez-vous exactement ?

Alain Laforet. Partout, nous ne pouvons pas fonctionner correctement. Notre outil de travail se détériore. Certains services ne comptent plus que la moitié de leur personnel, des services entiers sont décapités. Les services internes ne savent plus suivre, soit par manque de personnel, soit par manque de matériel : informatique dépassée, véhicules immobilisés, retards dans les approvisionnements, magasins quasi vides, bons de commande en retard.

Nous en avons marre de jouer les Mac Gyver pour réparer une chaudière dans une école ou une douche dans une piscine. Il n’est pas possible de faire un bon travail avec une telle pénurie de matériel. Des retards énormes se sont accumulés. Cela devient insupportable pour les travailleurs de passer pour des gens qui ne font pas bien leur boulot.

 

Votre volonté est pourtant de bien servir les citoyens…

Alain Laforet. Depuis deux ans, nous avons traversé les troubles politico judiciaires sans broncher, en tentant calmement de continuer notre travail. Depuis maintenant 6 mois, la nouvelle équipe au pouvoir nous a affirmé que nos conditions de travail allaient s’améliorer, que la communication allait s’instaurer, bref, que cela allait aller mieux. Mais nous ne voyons rien venir, ou si peu!

Aujourd’hui nous avons voulu faire passer le message que nous voulons bien faire notre travail. Nous voulons être performants, nous voulons redonner à la Ville et son personnel une image d’efficacité et de professionnalisme. Mais pour cela il faut vraiment que l’outil de travail s’améliore.

 

Quelle sera la suite de ces actions?

Alain Laforet. Une rencontre avec la Ville de Charleroi est programmée pour le 24 janvier. Là, on verra si notre action d’aujourd’hui a permis de nous faire entendre. Franchement je crois que oui. En fonction de cette rencontre, on fera rapport au personnel qui décidera de la suite.

20:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, syndicats, courcelles, romain, belgique, actualite, communes, politique, presse, silence, ps, cdh, mr, capitalisme, democratie, social, hainaut, charleroi | |  Imprimer | | |

22/01/2008

Valkeniers :: L’ancien patron portuaire devient patron du Vlaams Belang ...

Le Vlaams Belang a un nouveau président. Après avoir longuement joué des coudes et intrigué, Bruno Valkeniers s’est présenté comme seul candidat.

Gaston Van Dyck
16-01-2008

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


Il a beau se donner du « parti de l’homme de la rue », le Vlaams Belang rassemble surtout des fils et des filles de « l’élite flamande » tous en course vers les hauteurs absolues du parti. Il y a d’abord eu Marie-Rose Morel, fille de l’un des gros directeurs de la firme américaine Alcatel. Ainsi que Freddy Van Gaever, patron, entre autres, de la Société flamande des transports aériens, désireux de supprimer les indemnités de chômage et qui, en très peu de temps, est devenu député du VB. Et, en mars, ce sera au tour de l’ancien patron portuaire Bruno Valkeniers de devenir président du VB.

Valkeniers a déjà derrière lui un long parcours dans le monde des affaires. Après un bref stage à la Thyssen Stahlunion à Duisburg (Allemagne), il devient en 1980 patron de la SA Hessenatie. Par la vente de Hessenatie à la CMB et la fusion de Hessenatie et Noordnatie, il se retrouve en février 2002 à Hesse Noord Natie. Deux ans plus tard, il est directeur de la division conteneurs, après avoir dirigé la section RoRo. En janvier 2006, il quitte Hesse Noord Natie pour se concentrer sur son bureau de consultance Falconsult. En tant que président du VB, dit-il, il fera profiter le parti des nombreux contacts qu’il a noués ces 28 dernières années dans le monde des entreprises.

Officiellement, ce n’est qu’en 2006 qu’il a franchi le pas vers le VB mais, en fait, il y avait déjà longtemps qu’il marchait sur les traces nationalistes flamandes de son oncle Jef Valkeniers, le député – d’abord pour la VU, ensuite pour le VLD –, qui était surtout un fan de l’apartheid sud-africain. En 1977, son neveu Bruno – 22 ans ! – était l’un des cofondateurs de la NSV, l’Association des étudiants nationalistes, ouvertement fasciste. Pour les célébrations des 30 ans de la NSV, quand on lui a demandé de prononcer un discours, il a très volontiers parlé de « l’élite flamande ». « Nos anciens membres (de la NSV, NdlR) sont actifs dans le monde des entreprises, et aux plus hauts des niveaux », s’est-il écrié. Car c’est là qu’est leur place, « dans le monde d’aujourd’hui, où la misère la plus noire est repoussée grâce – et non malgré – notre économie occidentale libre-échangiste. » Claironner les louanges du libre marché, c’est bien le cheval de bataille de Valkeniers. Après des drames sociaux comme la fermeture de Renault, VW ou Ford, il juge nécessaire d’encore insister sur son site Internet pour dire que « le libre marché est la meilleure garantie pour nous de partager la prospérité avec beaucoup de monde. La concurrence est une bonne chose. »

Maintenant que Bruno Valkeniers est officiellement le candidat à la présidence, le seul autre candidat, l’actuel président Frank Vanhecke, peut se retirer avec un peu plus de certitude que l’élection présidentielle de mars ne deviendra pas une lutte fratricide entre les clans Vanhecke-Morel et De Winter-Annemans. Car tout le monde se rangera derrière le nouveau président. Tout le gratin du parti affirme que Valkeniers a le profil parfait pour diriger le parti. Valkeniers lui-même se pose en « jeteur de ponts ». Au sein du parti, mais surtout en dehors. Depuis des années, il est membre du groupe de pression séparatiste de la Warande et, à l’approche des élections parlementaires, il a travaillé avec des patrons comme Freddy Van Gaever et des libéraux comme Hugo Coveliers et Jean-Marie Dedecker à une Forza Flandria. Dans l’espoir de mettre sur pied un large front libéral, antisocial et nationaliste flamand.

20:27 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, belgique, romain, politique, social, presse, politque, democratie, capitalisme, histoire, silence | |  Imprimer | | |

« Didier, voici des pistes pour faire rentrer l’argent dans les caisses »

Budget :: Où trouver de l’argent pour le pouvoir d’achat ?

En suggérant la semaine dernière au ministre des Finances de faire rentrer l’argent dans les caisses de l’Etat, Elio Di Rupo s’est référé à l’ouvrage de notre collaborateur Marco Van Hees, « Didier Reynders, l’homme qui parle à l’oreille des riches ». Nous avons demandé « à la source » quelles sont ses pistes.

Marco Van Hees
16-01-2008

« Nous allons faire ce que nous pourrons pour le pouvoir d’achat des gens, mais ce sera très modeste. » Le message du Premier ministre Guy Verhofstadt ne ravira pas la population qui attendait avec impatience la formation d’un gouvernement s’attaquant aux problèmes sociaux.

 

Il est vrai que le budget est en déficit pour la première fois depuis 1999. Mais les dogmes idéologiques libéraux du gouvernement semblent l’empêcher de voir qu’il y a de l’argent disponible. Voici trois pistes.

1. Supprimer les intérêts irra(no)tionnels

Quand le ministre des Finances Didier Reynders comprendra-t-il que son bébé est une sorte de Frankenstein semant un carnage dans les finances publiques ? Les intérêts notionnels sont la réponse folle à un souci qui, au départ, était déjà pour le moins contestable : préserver aux multinationales les avantages fiscaux de leurs centres de coordination (qui paient autour de 1 % d’impôts).

L’Union européenne ayant condamné les centres de coordination pour leur caractère discriminatoire, Reynders a offert leurs successeurs – les intérêts notionnels – à l’ensemble des sociétés. Et l’impact budgétaire réel sera un multiple de l’estimation initiale (un demi-milliard d’euros) de notre apprenti sorcier.

Un milliard ? Deux milliards ? Trois milliards ? Reynders a refusé d’avancer le moindre chiffre aux élus qui l’interrogeaient ce 8 janvier à la Chambre. Mais on sait déjà que ce sera bien plus que les 800 millions qui permettraient par exemple de faire passer de 21 à 6 % la TVA sur l’électricité.

Un comptable ébahi nous disait à propos des intérêts notionnels : « Vous êtes bien sûr, on pourra déduire un tel montant chaque année ? C’est incroyable… » Avec le recul, un rectificatif s’impose : l’année prochaine, ce ne sera pas le même montant, mais un montant supérieur. Le taux passe en effet de 3,442 % (exercice 2007) à 3,781 % (exercice 2008).

Arrêtons les frais. N’est-il pas plus urgent de soutenir les dépenses réelles des ménages que de permettre aux entreprises de déduire des intérêts purement fictifs ?

 

2. Revoir la taxation des revenus mobiliers

L’impôt sur les revenus est théoriquement un impôt progressif : plus le revenu est haut, plus le taux de taxation est élevé. Cette progressivité a évidemment été réduite lorsque le ministre Reynders a supprimé les taux de 52,5 % et 55 % sur les tranches supérieures des hauts revenus. Mais c’est surtout la taxation des revenus mobiliers (les revenus des actions en Bourse, par exemple) qui biaise la progressivité.

Les intérêts et dividendes sont soumis à un précompte mobilier (un impôt de 10 ou 25 %) libératoire : ils ne doivent pas être mentionnés dans la déclaration fiscale et ne sont donc pas cumulés aux revenus professionnels. Quant aux plus-values sur actions, elles sont totalement exonérées. Comme les très hauts revenus sont constitués majoritairement de revenus mobiliers, ils payent donc un pourcentage d’impôts moins élevé que les salariés.

Dans un rapport d’août 2007 qui a fait grand bruit, le Conseil supérieur des finances envisage, entre autres pistes, de réduire l’écart existant entre les impôts sur les revenus du travail et revenus du capital. Pour ce faire, le Conseil développe un scénario de « Dual income tax » que l’on trouve dans les pays nordiques et dont le rendement atteindrait 1 % du PIB, soit quelque trois milliards d’euros.

 

3. Taxer les plus gros patrimoines

 

Plusieurs pays européens, dont la France, taxent les fortunes. Et en Belgique ? Contrairement à ce qu’on pense, il existe un impôt sur le patrimoine touchant la majorité des ménages belges : le précompte immobilier sur la maison d’habitation. Officiellement, il s’agit d’un impôt sur le revenu. Mais la maison d’habitation ne produisant aucun revenu, il s’agit bien d’une sorte d’impôt sur le patrimoine.

Paradoxe : les plus petits patrimoines sont ainsi taxés, tandis que les gros patrimoines, majoritairement financiers, sont exonérés. Et second paradoxe : ce patrimoine immobilier est plus taxé dans les communes pauvres que dans les communes riches.

Introduire un impôt sur les gros patrimoines serait à la fois juste, réaliste et nécessaire.

Juste ? En France, le président Sarkozy a créé un « bouclier fiscal » qui réduit l’impact de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), mais cet ami intime des plus grands patrons n’a pas osé (re)supprimer un impôt auquel le président Chirac imputait son échec électoral face à Mitterrand. Car une large frange de la population trouve cet impôt juste. A côté des Johnny et des Pagny, des artistes et présentateurs télés français soumis à l’ISF déclarent publiquement qu’ils trouvent normal de payer cet impôt profitant à des couches moins favorisées.

Réaliste ? Son existence dans plusieurs pays suffit à le prouver. Et la fin des titres au porteur (qui étaient anonymes) le rendra plus aisé à mettre en œuvre. Ses adversaires prétendent qu’il fera fuir les capitaux. Mais le cas français montre seulement un exode de domiciles fiscaux. Par exemple, de nombreux membres de la famille Mulliez, principaux actionnaires des hypermarchés Auchan, sont domiciliés près de Tournai. Mais leurs magasins restent introuvables en Belgique.

Nécessaire ? J’ai calculé1 qu’un impôt de 1 % sur les fortunes de plus de 500 000 euros, avec une tranche à 2 % au-dessus de 750 000 euros, aurait un rendement théorique de 11 milliards d’euros par an. Le rendement réel sera moindre, évidemment. Mais cette source financière est loin d’être négligeable face aux défis en matière de pouvoir d’achat et de financement de la sécurité sociale.

 

1 Voir Marco Van Hees, La fortune des Boël, Aden, 2006.

Marco Van Hees est fonctionnaire au ministère des Finances, auteur de Didier Reynders, l’homme qui parle à l’oreille des riches (Ed. Aden, 2007) et collaborateur de Solidaire.

Hebdomadaire du Parti de Travail de Belgique | bd M. Lemonnier 171, 1000 Bruxelles | 38e annee n° 2 (1685) du 16 janvier 2008

Découvrez cette nouvelle formule et prenez un abonnement à l'essai


19:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, belgique, romain, histoire, actualite, politique, mr, presse, silence, capitalisme, syndicats, social | |  Imprimer | | |

16/01/2008

Pas grand-chose de disponible ....

Le dessin de Matiz
16-01-2008

Désolé, mais pour l'augmentation du pouvoir d'achat, il n'y a pas grand-chose de disponible, a dit Verhofstadt

dans Solidaire du 16/01/2008

13:51 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, cdh, solidaire, romain, istoire, actualite, belgique, capitalisme, oppression capitaliste, democratie, politique, presse, silence, mr, ps, euro-dictature, social, syndicats | |  Imprimer | | |

Ce n' était pas la clientèle habituelle attendant sagement son tour durant 20, 30 ou 40' devant les guichets de la Poste de COURCELLES-Trieu, ce mardi 15/01/2008.


Ce n' était pas la clientèle habituelle attendant sagement son tour durant 20, 30 ou 40' devant les guichets de la Poste de COURCELLES-Trieu, ce mardi 15/01/2008. Des dizaines d' habitants sont venus protester avec raison contre la fermeture des bureaux de Souvret et de Trazegnies, en présence de la presse ... et d'élus principalement de gauche représentant la Commune et de nombreux syndicalistes... à l' appel du Comité des Aînés. Une pétition de 2.200 protestataires a en outre été remise au Percepteur des Postes...


15 janvier 21:13
(http://romaindecourcelles.spaces.live.com/)
Vie chère, chômage, toujours plus d' impôts, délocalisations, rentabilité, privatisations, fermetures d' entreprises et de biens publics, répression, flexibilité, marché libre et libre concurrence, anarchie économique, gaspillage des richesses naturelles, productivité et surconsommation (pour d' aucuns!): je ne cesserai pas de rappeler que tout cela est l' oeuvre des multinationales et de l' Euro-dictature capîtaliste que pratiquement l' ensemble des partis pseudos démocratiques mettent en place depuis 60 ans pour servir avant tous les intérêts patronaux sur le dos des travailleurs et de la population. Aujourd'hui, nos gouvernants et politiciens nationaux osent crier "C' est pas nous, c' est l' Europe", éludant bien sûr les responsabilités de leur parti politique et leurs propres responsabilités. C' est de l'hypocrisie ! Il faut agir contre eux également, au lieu de voter continuellement pour eux pour les élire...

 

05:26 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, belgique, hainaut, charleroi, romain, histoire, actualite, poste, democratie, politique, capitalisme, oppression capitaliste, europe, euro-dictature, communes, solidarite, social, syndicats | |  Imprimer | | |