04/12/2008

03/12/2008: quelques pensées anti-racistes....



--------- Message transféré ----------
De : mimi >
Date : 3 décembre 2008 07:31
Objet : Fw: Homme noir et blanc: les couleurs ...




---------- Message transféré ----------
De : mimi >
Date : 3 décembre 2008 07:31
Objet : Fw: Homme noir et blanc: les couleurs ...

 

 



 __,_._,___ Cher frère blanc,
> Quand je suis né, j'étais noir,
>  Quand j'ai grandi, j'étais noir,
>   Quand je vais au soleil, je suis noir,
>    Quand j'ai peur, je suis noir,
>     Quand je suis malade, je suis noir,
>      Quand je mourrai, je serai noir...
>       Tandis que toi, homme blanc...
>        Quand tu es né, tu étais rose,
>         Quand tu as grandi, tu étais blanc,
>          Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
>           Quand tu as froid, tu es bleu,
>            Quand tu as peur, tu es vert,
>             Quand tu es malade, tu es jaune,
>              Quand tu mourras, tu seras gris...
>               Et après cela, tu as le toupet de m'appeler :
>                ' Homme de couleur ' !
 

 

21:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liberte, medias, racisme, fascisme, democratie, euro-dictature, rsf, presse, repression, capitalisme, solidarite, syndicats, social, sans-papiers, silence, societe, television, 127bis, droits de l homme, information, justice, courcelles, romain, actualite, histoire, belgique | |  Imprimer | | |

29/12/2007

29/12/2007: ces torchons racistes qui circulent sur Internet et que l' on colporte ...

Ceci est tout simplement un torchon raciste, fasciste, d' extrême-droite, qui prouve que ces gens ne reculent devant  aucun amalgame, même inventé de toutes pièces.
Plaintes devraient être déposées contre ces saloperies lorsque l'origine en est connue.
A Bruxelles, des milliers de fonctionnaires étrangers de toutes les institutions européennes sont venus s'établir avec leurs familles, à très hauts salaires et avec de gros privilèges, pour construire l' Euro-dictature capitaliste. Contre ceux-là, il n'y a pas la moindre protestation. De même les otaniens dans la région de Mons... Il est vrai que ceux-là avec de gros salaires, ont surtout commencé à faire monter les prix des loyers, des logements ... Pour l' anecdote, bien sûr ... !
En réalité, ceux qui pillent la Belgique et d' autres pays d' Europe, ce sont les multinationales capitalistes. Comme elles l'ont fait naguère, et le font encore aujourd'hui, en Afrique à un point tel qu' après des siècles de "civilisation" et d' évangélisation colonialistes, des dizaines de millions d' Africains crèvent encore de faim et cherchent leur salut dans la fuite ...           
Naguère aussi, les travailleurs belges, principalement les ouvriers, savaient faire preuve de plus de solidarité. Par leurs luttes revendicatives, ce sont d' ailleurs eux principalement qui ont conquis nos libertés et avantages sociaux.
Bonne journée quand même !
RoRo


Patrick Wautier a écrit :

Ma réponse :
Alors là, Jean-Claude Piette, je me demande quels sont tes principes politiques !
Tu nous envoie un message simpliste et radicalement raciste.
 
La misère est engendrée par la mondialisation du système capitaliste impérialiste, esclavagiste, colonialiste, néo-colonialiste, qui a commencé il y a plusieurs siècle...
Ce n'est pas de gaieté de coeur que les immigrés quittent leur famille, leurs amis, leur région, leur pays. La plupart voyagent dans des conditions épouvantables, certains n'arrivent jamais à destination. Et arrivés dans le pays de destination, la grande majorité, mal logée, travaille, et bien sûr dans de très mauvaises conditions, ils sont SUR-exploités ! 
Rien de tel qu'une société où toute la classe des travailleurs, quel que soit l'origine, a le droit de vivre dans un bien être optimum.
Alors luttons pour accéder à cette société SOCIALISTE, TOUS ENSEMBLE!
 
Patrick Wautier



From: piettejeanclaude@...

Subject: FW: Tr : Fw: tr: Best du jour. Transmettez surtout SVP
Date: Thu, 27 Dec 2007 20:49:11 +0100


-------Message original-------
De : Decelle ...
Date : 27/12/2007 0:20:14
Sujet : Tr : Fw: tr: Best du jour. Transmettez surtout SVP


S.V.PTransmettez s.v.p ! 


          Hélas, triste évidence...

>        

LA MANGEOIRE A'OISEAUX :

J'ai acheté une mangeoire, je l'ai suspendue derrière la maison et remplie de graines.

En une semaine nous avions des centaines d'oiseaux qui venaient se nourrir dans cette cabane

ils avaient accès à cette nourriture si facilement accessible et gratuite.

Ensuite les oiseaux ont commencé à faire des nids sous la véranda, au dessus de la table et près du barbecue.

Et puis il y a eu les excréments, il y en avait partout, sur les tuiles de patio, les chaises, la table, partout.

Certains des oiseaux sont devenus menaçants,

Ils plongeaient vers moi et essayaient de me piquer avec leur bec, même si j'étais celle qui les avait nourris en payant de ma propre poche.

Certains autres oiseaux étaient très bruyants.

Ils restaient près de la mangeoire à hurler et caqueter à toute heure du jour et de la nuit

en demandant que je remplisse la mangeoire aussitôt que les graines commençaient à diminuer.

Après quelques temps je ne pouvais même plus m'asseoir dans mon propre patio.

J'ai enlevé la mangeoire et trois jours plus tard les oiseaux étaient partis.

J'ai nettoyé les dégâts et enlevé les nids qu'ils avaient bâtis un peu partout sous la véranda.

En peu de temps la cour arrière est redevenue comme avant, tranquille, sereine et personne n'exigeant le droit à un repas gratuit.

Maintenant regardons les choses de cette façon : notre gouvernement donne de la nourriture gratuite, subventionne les loyers,

frais médicaux gratuits, éducation gratuite et a donné le droit à quiconque qui était né ici d'être automatiquement citoyen de notre pays.

Et tout à coup les illégaux ont commencé à arriver par centaines de milliers.

Soudain nos taxes ont grimpé pour payer tous les services gratuits, les petits appartements abritent 5 familles,

nous devons attendre des heures pour être vus par un médecin à l'urgence,

la classe de notre enfant de deuxième année est en retard sur les autres écoles

parce que la moitié de la classe ne parle pas Français,

je dois appuyer sur « * 1 * » pour entendre ma banque me parler en français

et voir des gens activant des drapeaux autres que «Notre Drapeau» crier et hurler

dans les rues pour demander plus de droits et de libertés gratuites.

Il serait peut-être temps que notre gouvernement enlève la mangeoire à oiseaux ?

A être trop bons, on devient souvent... trop cons !

P.S. : Transmettez s.v.p. ! Plus de gens vont lire ceci qu'on va peut-être finir par se serrer les coudes ?

13:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, presse, racisme, belgique, courcelles, romain, histoire, silence, democratie, liberte, injustice, fascisme, sans-papiers | |  Imprimer | | |

26/12/2007

25/12/2007: Vu sur le forum du journal Libération : la Belgique expliquée aux Français ...



-------- Message original --------

Sujet: [Fwd: Interlude : journal Libération]
Date: Tue, 25 Dec 2007 14:24:11 +0100
De: André Despontin <andna@skynet.be>


"Nous", vus avec réalisme, par un journal français.

Vu sur le forum du journal Libération : la Belgique expliquée aux Français
 


Imaginez que de l'autre côté du périphérique parisien, l'on parle flamand
et qu'à Boulogne-Billancourt, qui compterait 80% de Francophones, il serait
interdit à ces derniers de parler le français au conseil municipal, sous
peine de poursuites. Imaginez que les Francophones de Boulogne n'auraient
le droit d'aller dans une école francophone de Boulogne qu'en maternelle
et en primaire. Que ces écoles seraient gérées par le gouvernement des
Flamands, et qu'il serait interdit au maire, sous peine de suspension,
d'adresser la parole à un instituteur francophone en... français (sauf
hors du cercle professionnel). Imaginez que les Flamands y auraient coupé
Arte, FR3 et TF1 au profit de chaînes anglophones. Imaginez qu'il y serait
interdit d'envoyer des convocations électorales en français aux
Francophones, sous peine de suspension. Et que l'on appellerait
Boulogne-Billancourt une «commune à facilités». C'est cela, la question
linguistique en Belgique aujourd'hui. Ah oui. Imaginez enfin que les
Francophones aux droits si limités seraient installés là depuis deux,
trois, quatre ou cinq générations. De vrais immigrés, en quelque sorte.
Mais dans leur propre pays.

Oiges nous donne un bel exposé, où le mot «racisme» apparaît plusieurs
fois. Il s'agirait du racisme des Francophones envers les Flamands. C'est
étrange, parce que les seuls Flamands qui font état de ce racisme
habitent... en Flandre. Je n'ai jamais entendu un Flamand habitant la
Wallonie se plaindre d'une telle chose. C'est étrange, parce que les
Francophones ont été sortis de Flandre (notamment de l'Université de
Louvain) sous le slogan «Walen Buiten», que l'on trouve aujourd'hui encore
sur beaucoup de murs en Flandre. C'est étrange, parce qu'en réponse à
cela, j'ai lu, pour la première fois, le tag «Flamands dehors» voici un
mois, sur le parlement flamand, situé à Bruxelles, à 85% francophone, mais
capitale de la Flandre. Un tag, aussitôt effacé par un ouvrier flamand.
Les tags «Wallons dehors» ne sont, eux, presque jamais effacés. Efficacité
avant tout. Quant aux panneaux «Là où les Flamands sont chez eux» qui
ornent l'entrée de plusieurs communes flamandes, quelquefois même des
ponts entiers, et ce, sur les ordres de l'autorité locale, il ne sont pas
racistes. C'est une simple précision.

Vous sortez du périph pour aller à Asnières, et à la sortie, on vous
assène «Asnières, là où les Flamands sont chez eux». Et ce n'est pas
raciste. Ensuite, sur un blog, on vous dit : vous, les Francophones, vous
êtes des racistes. Ce n'est pas du surréalisme belge, c'est tout
simplement la vision flamande d'aujourd'hui, et c'est tout simplement
atterrant.

Raciste, le wallon?

C'est bizarre, parce que le site
Wallonie.be existe en 6 langues, alors
que le site
Flandres.be n'existe qu'en néerlandais et en... anglais. SI on
veut la version francophone, on tombe sur une page qui dit que c'est en
construction, et qu'en attendant, on doit aller sur l'une des deux autres
versions.

C'est même très bizarre, parce que pour qui parle couramment le
néerlandais (ce qui est mon cas), il y a sur le site
Vlaanderen.be tout un
chapitre qui explique aux habitants de Flandre quand ils ont le droit (ou
pas) de parler une autre langue que le néerlandais, alors que sur le site
wallon, rien de tel. Pourtant, il y a des communes à facilités en Wallonie
aussi, et là, il n'y a pas de loi antiflamands.

C'est même terriblement bizarre, quand on sait que l'extrême-droite,
ouvertement raciste, est le premier parti au gouvernement flamand, que
celui-ci assimile les francophones aux «autres allochtones» : paresseux,
profiteurs, étrangers. Alors qu'en Francophonie, le FN doit se contenter
d'un siège, obtenu tout juste.

Bien sûr, il y a l'histoire. Bien sûr, il y a cent ans de domination
francophone, mais cette discrimination tenait avant tout de la ségrégation
de classe : ces Francophones qui ont brimé les Flamands étaient en réalité
des bourgeois et des nobles... flamands. La preuve? Ils portaient des noms
flamands. N'allez pas me dire que Woeste ou Van de Berghe sont des noms
français!

Bien sûr, les Wallons ont eu un sort plus confortable que les Flamands
pendant la grande guerre... c'est dans une langue proche de leur dialecte
qu'on leur expliquait comment se faire charcuter sur le champ de bataille.
Alors que les Flamands sont morts pour n'avoir pas compris les ordres.
Tout de même, après 3 ou 4 ans de guerre, on peut supposer que la plupart
d'entre eux étaient suffisamment intelligents pour comprendre le français?
Mais plus sérieusement, oui, il faut le reconnaître, impérativement : il y
a eu de graves injustices envers les soldats flamands pendant la grande
guerre, comme avec les Bretons bretonnants, les Germanophones ou les
Corses en France, comme avec les Harkis plus tard, comme avec les
tirailleurs sénégalais. Et évidemment, les épitaphes en français pour des
soldats flamands étaient une infamie.

Mais c'était en 1914.

De 1940 à 1945, bien des nationalistes flamands se sont associés aux nazis
pour défendre leur «cause» (alors que depuis 1930, il y avait des
bataillons flamands et des bataillons francophones). Bien des Francophones
sont morts en stalag ou sous la torture de ces gens. De cela, les Flamands
ne vous parleront jamais. Pire : très récemment, le patron de la NVA
(nationaliste de droite non extrémiste), Bart De Wever a cru nécessaire de
faire un tout petit peu de révisionisme en critiquant les excuses que le
maire d'Anvers venait de faire aux Juifs pour les exactions de sa police,
de 1940 à 1945. (Bart de Wever s'en est excusé en petit comité devant les
Juifs d'Anvers, mais a «oublié», comme il l'avait promis, de diffuser ces
excuses dans la presse, suite à quoi les Juifs d'Anvers, très modérés, ont
dit refuser ces excuses si privées.)

L'histoire n'est pas simple. L'histoire de Belgique moins encore. Alors
revenons à l'actualité : il y a quelques signes qui ne devraient tromper
personne, et qui sont autant de signaux d'alarme que l'ambiance complexe du
pays et le double langage de certains rendent presque imperceptibles, au
point qu'aucune presse ne les relève. Il y a de quoi s'alarmer.

Oui : s'alarmer ! Quand tous les partis flamands, socialistes inclus
votent, avec les néo-nazis antifrancophones du Vlaams Belang, un projet de
loi visant à supprimer la possibilité pour les Francophones de «Boulogne»
ou d' «Asnières» d'être jugés dans leur langue ou de voter pour des partis
francophones - eux qui sont installés là depuis quelquefois quatre ou cinq
générations. (je précise toutefoisque les verts flamands se sont
abstenus... mais n'ont pas voté contre) S'alarmer, quand les
sociaux-chrétiens applaudissent avec les néo-nazis, se félicitent
ensemble, pour le bon tour qu'ils ont joué aux Francophones. Ce n'est pas
Sarkozy serrant la main de Le Pen, non. En Belgique, c'est carrément Bayrou
qui danse la gigue avec Mégret ou Golnisch.

S'alarmer! Quand le Vlaams Belang, toujours lui, veut mettre une loi à
l'agenda de la chambre. Cette loi exige la séparation immédiate du pays.
Le préambule de 30 pages est une véritable diatribe antifrancophone. Dans
tout pays occidental, tous les partis démocrates voteraient contre. En
Belgique, non : même des chrétiens démocrates flamands, des libéraux
flamands, des indépendantistes démocrates flamands se croient obligés, en
pleine négociation gouvernementale avec les Francophones, de s'abstenir,
plutôt que de se lever d'une voix contre l'extrême-droite. On vous
expliquera que la démocratie, en Flandre, c'est de laisser libre cours à
l'expression des idées fascistes (et authentiquement fascistes) de
l'extême-droite au nom de la liberté d'expression. Ce sont ces mêmes partis
qui, interrogés par une presse étrangère, affirment haut et fort qu'ils
sont absolument contre une éventuelle séparation du pays.

S'alarmer, donc, quand la complaisance envers les idées du parti néo-nazi
le plus puissant d'Europe (qui n'est rien de moins que le premier parti au
parlement flamand...) a inondé les cénacles et la presse. Non pas par peur
de leur violence, mais par peur de l'opinion publique. S'alarmer quand un
membre de ce parti diffuse sur son site la liste des «Mauvais Flamands»,
soit celle des signataires d'une pétition pour la solidarité entre les
deux communautés, nom, prénom, adresse.

Celui qui a connu Vichy devrait, à la lecture de cette dernière phrase,
commencer à trembler. Mais bien sûr, c'est du passé, tout ça!

Noir tableau que celui que je dresse là? Oui, noir, à dessein, ET par la
force des choses. Mais ce sont des faits que je reprends ci-dessus, pas des
discours, des simples faits, vérifiables, précis.

Autre fait : en 1999, le Parlement flamand a voté une série de lois qui
définissaint l'avenir de la Belgique. Ceci devrait convaincre : 60% de la
population a décidé de l'avenir de 100% de la population, sans consulter
les 40% restants. C'est comme si les Suisses allemands décidaient de tout
et imposaient ensuite leurs décrets aux Suisses francophones.

Pardon, ce n'est pas «comme si», c'est «exactement comme si».

Aujourd'hui, les représentants de ce parlement «négocient» avec les
francophones pour faire passer leurs décrets unilatéraux, qui comprennent
notamment la scission de la sécurité sociale. Et pour mieux faire
«accepter» ces idées, ils expliquent à qui veut l'entendre (et l'écrire)
que c'est à l'avantage des francophones, que ceux d'entre ces derniers qui
disent «non» les «humilient» (c'est le terme exact utilisé par Bart de
Wever, président d'un des partis qui négocient le futur gouvernement avec
les Francophones«.) Ils disent aussi que le Francophone est un profiteur
et que Bruxelles s'enrichit de l'argent flamand. Bruxelles? 85% de
Francophones, un PIB par habitant proche du double de celui de la Flandre.
La seule vraie région très riche du pays. A qui l'on ne rend qu'un quart
des produits fiscaux qu'elle génère. Mais cela, on oubliera de vous le
dire, parce que pour tous les partis flamands, Bruxelles, 1.200.000
personnes, dont un million de francophones, est la capitale de la...
Flandre.

Ceux qui n'auront pas compris que la Flandre veut prendre tout ce qui
l'intéresse et abandonner tout ce qui n'est pas assez riche pour elle sont
aveugles. Ceux qui n'auront pas considéré le décalage entre l'électeur
flamand, qui se dit modéré, Belgicain, non-séparatiste, et le même, qui a
voté à 65% pour des partis ouvertement confédéralistes (qui voient la
future Belgique comme l'association de deux états) et à 30% nationalistes
purs et durs (dont 20% d'extrême-droite), ceux-là sont des utopistes.

Mais le problème de l'extrême droite est soigneusement laissé de côté dans
la presse flamande autant que dans la politique. Mauvaise image. Oulah! La
mauvaise image! Pourtant, en Flandre, c'est avéré, Le Pen fait mieux que
Sarko. Et ça ne dérange personne.

Tache d'huile : le journal le plus lu de Flandre n'utilise déjà plus le
terme »Régions«, qui correspond à la définition légale (on peut penser que
cela intéresse les journalistes). Elle utilise plus généralement le terme
»états fédérés«, qui correspond à sa vision et à celle des partis. Or deux
états fédérés sont bien deux états distincts.

Une presse qui se détache à ce point de la sémantique nationale
(belgicaine) ne fait plus du journalisme, elle fait du militantisme.

J'ai bien dit »militantisme«, pas »propagande«. Je n'ai pas écrit
»propagande«, parce que seuls 80% des journaux flamands en sont vraiment
déjà là.

Et pour cette dernière phrase, je reconnais que j'ai pêché : ce chiffre
n'est pas vérifiable.

14:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, romain, courcelles, belgique, actualite, presse, silence, democratie, liberte, racisme, fascisme, politique | |  Imprimer | | |

01/11/2007

01/11/2007: L'aveu: du danger des tests ADN et des OGM: derrière la pseudo Aide Humanitaire, l'idéologie raciste et économie-iste...

-------- Message original --------
Sujet: L'aveu: du danger des tests ADN et des OGM: derrière la pseudo Aide Humanitaire, l'idéologie raciste et économie-iste
Date: Thu, 01 Nov 2007 00:37:19 +0100
De: Gilbert Leonard <gleonard@laposte.net>


Thotep: http://www.thotep.com/article.php3?id_article=412

Paris, le 31 octobre 2007,

L'aveu: du danger des tests ADN et des OGM: derrière la pseudo Aide Humanitaire, l'idéologie raciste et économie-iste

A ceux qui refusaient de croire que les bio-molécules peuvent être une arme ethno-sélective à double tranchant, l'article suivant va très certainement les surprendre.

Après les déclarations du généticien James Watson
sur la prétendue "différence" d'intelligence entre les Noirs et les Blancs, "au détriment du Noir" bien sûr; différence qui "expliquerait" l'extinction inéluctable des Noirs,
Dans la frénésie de la quête du génome humain qui s'est emparée des institutions des pays riches dans le "Projet de Génome Humain", projet placé sous le pilotage du National Institutes of Health dont le premier directeur est ce même James Watson,
Avec la généralisation tous azimuts de la collecte des empreintes génétiques,

Cet article confirme que les bio-molécules peuvent être ethno-sélectives; pour guérir d'une maladie, mais aussi pour provoquer une maladie.
Les OGM, Organismes Génétiquement Modifiés, peuvent ainsi être destinés à telle ou telle population.
De ce fait, l'aide humanitaire qui veut imposer les OGM aux pays pauvres et en particulier à l'Afrique revêt potentiellement un caractère criminel génocidaire; car on ne peut pas oublier les expériences impunies menées en Afrique du Sud par Wouter Bason pour éliminer les Noirs avec des bio-molécules ethno-sélectives.
Comment faire confiance aux milieux scientifiques occidentaux qui ont travaillé avec Wouter Bason ?
Un chef d'État Africain doit garder à l'esprit que les OGM qu'on lui impose peuvent contenir à son insu une molécule ethno-sélectée contre sa population; Tel maïs OGM pourrait par exemple contenir une molécule qui stérilise uniquement les femmes noires, tel autre stériliserait uniquement les hommes noirs; en bonne santé, mais stérile.

Extraits:
"Une prédisposition à la maladie ne fait pas une race. Mais la génétique va désormais plus loin dans la différenciation. Certains cherchent à déceler des mécanismes génétiques de tolérance ou de réponse à telle ou telle molécule, plus probablement présents dans certaines communautés que dans d'autres. Les motivations de ces travaux pourraient être économiques. "Il y a, hélas, très peu de nouvelles molécules thérapeutiques qui arrivent sur le marché puisque nombre d'entre elles, qui ont pourtant nécessité des investissements lourds, présentent trop d'effets indésirables même si ces derniers sont variables selon les individus, avance François Balloux. La tentation est forte de remettre en selle certaines de ces molécules, en les destinant à certaines catégories de la population."
"En attendant l'émergence annoncée d'une médecine individualisée, dans laquelle chaque traitement serait administré en concordance avec les particularités génétiques du patient, des laboratoires pharmaceutiques pourraient miser sur une médecine ethno-raciale. Une médecine ou le patient déclare, lui-même, son appartenance à un groupe en même temps qu'il décrit ses symptômes.
"Premier signe de cette tendance : l'autorisation du BiDil, en 2005 aux Etats-Unis, un médicament contre l'hypertension artérielle spécifiquement destiné aux Afro-Américains. En 1997, sa commercialisation avait d'abord été refusée par la Food and Drug Administration (FDA). Cette médecine "racialisée" ne convainc pas l'ensemble de la communauté médicale aux Etats-Unis. Loin s'en faut. Dans une tribune publiée fin septembre dans la revue PLoS Medicine, un groupe de médecins américains en contestent la pertinence et critiquent la classification forcément réductrice des patients qui, selon eux, "peut conduire à des erreurs de diagnostic et à des traitements inappropriés".
"Aux Etats-Unis, la tentation ethno-raciale dans la recherche biomédicale s'officialise. Depuis 2001 [Ndlr, ayez en mémoire le 11 septemebre 2001], les chercheurs financés par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) doivent catégoriser les individus participant à des essais dans l'un des cinq ensembles ethno-raciaux prédéfinis par l'administration : Amérindiens ou natifs d'Alaska ; Asiatiques ; Noirs ou Afro-Américains ; natifs d'Hawaï ou de toute autre île du Pacifique ; Blancs.
"Nul doute que les variations génétiques, ténues et invisibles, ainsi réaffirmées par la biologie, seront récupérées à des fins idéologiques de hiérarchisation.

La suite de l'article sur Thotep:
http://www.thotep.com/article.php3?id_article=412

Gilbert Léonard

Paris, le 31 octobre 2007,


= = = = = = = = = = = = = voici l’article complet = = = =

La tentation de la race LE MONDE | 30.10.07 | 13h51 • Mis à jour le 30.10.07 | 16h22

On la croyait enterrée pour de bon. Tuée par la science. Mise en miettes par la génétique, dont les premiers résultats ramenaient toute l’humanité à une seule même et grande famille. Las ! Voilà la notion de race remise en selle. Et pas par n’importe qui : par l’Américain James Watson lui-même, codécouvreur, avec Francis Crick et Rosalind Franklin, de la structure de l’ADN (acide désoxyribonucléique). Interrogé mi-octobre par le Sunday Times, pour la promotion de son dernier ouvrage (Avoid Boring People, Oxford University Press, 14,99 £), le Prix Nobel de médecine 1962, aujourd’hui âgé de 79 ans, a expliqué sans ambages qu’il était "profondément pessimiste sur le futur de l’Afrique". Pourquoi ? Parce que, a-t-il dit, "toutes nos politiques de développement sont basées sur le fait que leur intelligence (celle des Africains) est la même que la nôtre (Occidentaux blancs), alors que tous les tests disent que ce n’est pas vraiment le cas". "Ceux qui ont eu affaire à des employés noirs", a-t-il ajouté, savent ce qu’il en est.

Retour d’un "racisme scientifique" qu’on croyait disparu ? Ou simples élucubrations d’un vieil homme qui s’est dit, quelques jours plus tard, "mortifié" par ses propres mots, alors que toutes ses conférences au Royaume-Uni étaient annulées et que son institution, le Cold Spring Harbor Laboratory, le remerciait sans délai.

Que James Watson dévoile aujourd’hui sa pensée, de manière aussi crue et décomplexée, sur un sujet aussi sensible, ne doit rien au hasard. Le co-inventeur de la double hélice de l’ADN, explique le généticien Axel Kahn, directeur de l’Institut Cochin, "se situe dans la mouvance de la droite déterministe anglo-saxonne, un vieux courant de pensée inégalitariste, scientiste et flirtant parfois avec le racisme". Or, selon M. Kahn, ce mouvement idéologique connaît un regain : "Après la seconde guerre mondiale, ce à quoi avait abouti le paroxysme de cette vision et l’horreur qu’elle avait suscitée dans le monde l’ont durablement disqualifiée, l’ont en quelque sorte mise entre parenthèses. Mais cette parenthèse, aujourd’hui, se dissipe."

Les tabous tombent. En septembre 2005, la revue Science - l’une des plus prestigieuses institutions scientifiques au monde - publie les travaux d’une équipe de chercheurs américains portant sur deux gènes impliqués dans la microcéphalie : ASPM et MCPH-1. Ces deux séquences génétiques ont subi deux mutations, apparues respectivement il y a 5 800 ans et 37 000 ans, qu’ils pensent être impliquées dans l’augmentation du volume cérébral. La rapide diffusion de ces mutations dans la population montrerait, selon les auteurs, que ces deux caractéristiques sont soumises à une forte "pression sélective". Soit, en d’autres termes, que la sélection naturelle s’est opérée au fil des siècles en favorisant les humains porteurs de ces deux gènes mutés, du fait de leurs meilleures capacités intellectuelles.

Bien sûr, ce n’est pas tout. "Les auteurs ajoutaient sans frémir que ces deux mutations étaient largement présentes dans les populations européennes et asiatiques et, au contraire, qu’elles étaient rares en Afrique, explique Axel Kahn. Il a été depuis montré que tout était faux, mais ce que dit aujourd’hui M. Watson n’est rien d’autre que la traduction de ce que ces chercheurs ont prétendu, à tort, avoir démontré."

A l’époque, l’émoi, discret, provoqué par Science, ne transparaît guère dans la presse grand public. Il demeure pour l’essentiel cantonné à des débats techniques sur la fragilité des statistiques mises en oeuvre. "Beaucoup d’équipes ont réanalysé leurs données : il n’y a aucune preuve de ce qu’ils avançaient", confirme François Balloux, chercheur au département de génétique humaine de l’université de Cambridge (Royaume-Uni).

Reste la notion de race. La génétique l’a-t-elle évacuée ? Ou, au contraire, les dernières méthodes d’analyse tendent-elles à opérer une distinction entre les peuples, rangeant les uns ici, les autres là ? Un nombre considérable de travaux scientifiques s’attache, depuis quelques années, à relever les particularités génétiques de telle ou telle population, en fonction de la géographie ou des origines ethniques.

En décembre 2002, une équipe américano-russe avait déjà publié dans Science l’un des articles les plus cités sur le sujet : en analysant plus de 300 marqueurs génétiques chez environ un millier d’individus appartenant à 52 populations différentes, les chercheurs sont parvenus à isoler 5 à 6 grands groupes humains, cohérents avec les grands ensembles géographiques. Peut-on parler de races ? Pas vraiment. Il s’agit, précise le généticien Vincent Plagnol (université de Cambridge), "d’une simplification de la réalité" puisque dans ce type de modèle "personne n’appartient à 100 % à un groupe, les individus étant décrits comme appartenant à une combinaison de ces ensembles". Du coup, la notion "scientifique" de race devrait demeurer une virtualité.

Voire une ineptie. "La notion de race n’est scientifiquement pas pertinente, estime ainsi Lluis Quintana-Murci, généticien des populations (CNRS-Institut Pasteur). Il est impossible d’isoler une race : les variations des populations humaines sont graduelles et continues, de l’Europe du Nord à la Chine méridionale. Il n’existe jamais de fossé génétique entre deux ethnies."

"Même en ayant accès au génome d’un individu, il est impossible de le rattacher à une race’ au sens populaire’ du terme, poursuit le chercheur. Imaginons que moi, Lluis Quintana-Murci, je commette un crime et que l’on retrouve sur place un échantillon de mon ADN. On pourrait dire, en forçant à peine les choses, que le criminel est originaire du Moyen-Orient, car mon chromosome Y appartient à la lignée J, qui y est particulièrement fréquente. Alors même que ma famille est, à ma connaissance, espagnole depuis toujours." La récente profusion d’études visant à segmenter et catégoriser génétiquement les populations humaines n’est pas le fait d’une névrose classificatrice. Ni d’un racisme latent.

C’est surtout, depuis peu, un enjeu important de la recherche biomédicale. La circulation de pathologies génétiques dans certaines communautés ou au sein de certaines ethnies est bien documentée. Comme l’est la prédisposition génétique à certaines maladies multifactorielles. Thalassémie ou hémophilie dans certains pays arabo-musulmans, où l’union entre cousins n’est pas prohibée. Maladie de Gaucher ou syndrome de Tay-Sachs chez les juifs d’Europe de l’Est. Troubles cardio-vasculaires deux à trois fois plus fréquents chez les Afro-Américains que dans les autres communautés d’Amérique du Nord. Etc.

Une prédisposition à la maladie ne fait pas une race. Mais la génétique va désormais plus loin dans la différenciation. Certains cherchent à déceler des mécanismes génétiques de tolérance ou de réponse à telle ou telle molécule, plus probablement présents dans certaines communautés que dans d’autres. Les motivations de ces travaux pourraient être économiques. "Il y a, hélas, très peu de nouvelles molécules thérapeutiques qui arrivent sur le marché puisque nombre d’entre elles, qui ont pourtant nécessité des investissements lourds, présentent trop d’effets indésirables même si ces derniers sont variables selon les individus, avance François Balloux. La tentation est forte de remettre en selle certaines de ces molécules, en les destinant à certaines catégories de la population."

En attendant l’émergence annoncée d’une médecine individualisée, dans laquelle chaque traitement serait administré en concordance avec les particularités génétiques du patient, des laboratoires pharmaceutiques pourraient miser sur une médecine ethno-raciale. Une médecine ou le patient déclare, lui-même, son appartenance à un groupe en même temps qu’il décrit ses symptômes.

Premier signe de cette tendance : l’autorisation du BiDil, en 2005 aux Etats-Unis, un médicament contre l’hypertension artérielle spécifiquement destiné aux Afro-Américains. En 1997, sa commercialisation avait d’abord été refusée par la Food and Drug Administration (FDA). Cette médecine "racialisée" ne convainc pas l’ensemble de la communauté médicale aux Etats-Unis. Loin s’en faut. Dans une tribune publiée fin septembre dans la revue PLoS Medicine, un groupe de médecins américains en contestent la pertinence et critiquent la classification forcément réductrice des patients qui, selon eux, "peut conduire à des erreurs de diagnostic et à des traitements inappropriés".

Aux Etats-Unis, la tentation ethno-raciale dans la recherche biomédicale s’officialise. Depuis 2001, les chercheurs financés par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) doivent catégoriser les individus participant à des essais dans l’un des cinq ensembles ethno-raciaux prédéfinis par l’administration : Amérindiens ou natifs d’Alaska ; Asiatiques ; Noirs ou Afro-Américains ; natifs d’Hawaï ou de toute autre île du Pacifique ; Blancs.

Nul doute que les variations génétiques, ténues et invisibles, ainsi réaffirmées par la biologie, seront récupérées à des fins idéologiques de hiérarchisation. Mais, rappelle Axel Kahn, la prédisposition à une maladie, comme la réponse à un traitement médicamenteux, tient à des variations relativement simples "sur très peu de gènes". "Alors que les capacités cognitives reposent, elles, sur un équilibre extraordinairement subtil entre l’inné et l’acquis, conclut le généticien. Equilibre dont nous ne savons aujourd’hui presque rien."

Stéphane Foucart Article paru dans l’édition du 31.10.07

11:15 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, politique, racisme, romain, courcelles, histoire, actualite, presse, silence, democratie, liberte, capitalisme, colonialisme | |  Imprimer | | |

26/08/2007

23/07/2007: C' est pour cela qu' ils voulaient "libérer" l' Ukraine et les autres pays de l' Est du "Communisme" ...



-------- Message original --------

Sujet: [JUGOINFO] Les collabos de la Wehrmacht réhabilités en Ukraine
Date: Thu, 23 Aug 2007 22:22:12 +0200
De: Coord. Naz. per la Jugoslavia <jugocoord@tiscali.it>


http://www.michelcollon.info/articles.php?dateaccess=2007-07-14% 
2006:04:47&log=invites

Les collabos de la Wehrmacht réhabilités en Ukraine


Jean-Marie Chauvier


ROMAN CHOUKHEVITCH honoré en Ukraine pour son 100ème anniversaire
Ancien chef nationaliste, il fut commandant ukrainien de la Wehrmacht
(bataillon « Nachtigall »), capitaine dans le Schuztmannshaft
bataillon 201, puis commandant suprême de l’Armée d’Insurrection
Ukrainienne. (UPA)


Réhabilité solennellement par le président Viktor Iouchtchenko, l’un
des chefs historiques de l’OUN (Organisation des Nationalistes
Ukrainiens) et commandant suprême de l’Armée d’Insurrection
ukrainienne (UPA), ROMAN CHOUKHEVITCH, voit son 100ème anniversaire
célébré en Ukraine.
Des cérémonies ont lieu en plusieurs endroits d’Ukraine occidentale,
principalement à Lviv (Lvov, Lemberg) et à Kiev. C’est la figure d’un
héros national légendaire qui se construit. Il avait résisté « aux
deux totalitarismes »
dit la nouvelle vérité officielle opposée à
l’ancienne- soviétique- qui faisait de l’OUN et de l’UPA des «
fascistes »,
une version aujourd’hui qualifiée de « calomnie
stalinienne ».
C’est un moment important dans la formation de la Mémoire nationale
en Ukraine, opposée à d’autres « mémoires »...


ROMAN CHOUKHEVITCH avant de commander l’UPA, fut chef de « Nachtigall
» (Wehrmacht, juin 1941) engagée dans l’invasion hitlérienne de
l’URSS le 22 juin 1941, et de la police nazie (SS) le Schutzmanshaft
bataillon 201 affecté à la chasse aux Partisans (soviétiques) en
Biélorussie en 1941-42.

Cet hommage à Choukhevitch s’inscrit dans une longue série.
Les anciens combattants de l’Armée Rouge, des organisations juives et
des sources polonaises et russes contestent la vague de
réhabilitations en cours de ce qu’ils considèrent comme des «
criminels de guerre ».
Les Polonais jugent l’UPA responsable de « massacres génocidaires »
de dizaines de milliers de Polonis en Volhynie en 1943. Ces
accusations sont rejetées par les sympathisants de l’OUN et de l’UPA
qui ont désormais les faveurs du pouvoir à Kiev.
Pour honorer la mémoire du GENERAL CHOUKHEVITCH, et de l’UPA se sont
rassemblés les militants des organisations nationalistes et néo-
nazies le 30 juin. Ils se sont heurtés aux contre-manifestants
communistes et socialistes. Les forces spéciales anti-émeutes les ont
séparés sans gros incident. Un tribunal a interdit les manifestations
et une exposition de photos nationalistes. Le Parti socialiste a
installé dans le centre-ville un piquet arborant la pancarte : «
Choukhevitch, assassin du peuple ukrainien ». (Le commandant de l’UPA
est accusé de meurtres de villageois ukrainiens) « Un
Hauptschturmführer SS consacré héros de l’Ukraine » s’indigne
l’hebdomadaire russophone libéral de Kiev « Stolitchnye Novosti ». Un
autre journal signale que la réhabilitation de l’UPA fera l’objet
d’un projet de loi de « Notre Ukraine », le parti du président
Iouchtchenko. Dans leur ensemble, les médias de Kiev sont plutôt
favorables.
La campagne de réhabilitation est également appuyée par
« ! Pora », l’organisation de choc de la « révolution orange ».
A
l’inverse, le parti des Régions, le PC (implantés à l’Est et au Sud)
le PS dans une moindre mesure, sont hostiles aux initiatives du
président Iouchtchenko.
Celles-ci, et en général les réhabilitations
de chefs nationalistes ou de légions SS dans divers pays d’Europe
centrale et orientale (Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie
etc... ), allant de pair avec le démontage de monuments aux « soldats
libérateurs du nazisme » (soviétiques) sont observés en Occident
assez favorablement.
Ces réhabilitations permettent en effet de
construire une nouvelle « mémoire nationale » axée sur la
dénonciation des « crimes du communisme ».
Les gouvernements et
médias occidentaux évitent cependant de rappeler les aspects les
moins sympathiques des nationalismes- comme leur rôle dans la Shoah.

Leurs références traditionnelles aux SS, croix gammées et autres
saluts hitlériens ne sont pas souhaitées, et les gouvernements est-
européens s’efforcent qu’ils n’apparaissent plus. Seules des
minorités extrémistes conservent les symboles fascistes et nazis, et
le terme « judéobolchévisme » est banni du vocabulaire.

Le 14 octobre seront célébrés les 65 ans de l’UPA, dont le président
Iouchtchenko voudrait faire voter la reconnaissance officielle comme
mouvement de résistance nationale, ce qui ne manquera pas de soulever
de nouvelles controverses.

Sur ce rapport (historique et actuel) des Ukrainiens à la
collaboration nazie, un dossier paraîtra dans « Le Monde Diplomatique
» d’août. (Jean-Marie Chauvier)


http://www.shukhevych.netfirms.com/roman/shukhevych00ukr.htm
(pour plus d’information sur Choukhevitch)


HOMMAGE A SIMON PETLIOURA :
à Poltava... et à Paris. Quelques remous.
Depuis plusieurs années déjà, Simon Petlioura, l’un des leaders de la
première république indépendante d’Ukraine (1918-20) et chef des
armées nationalistes aux prises avec les « Rouges » et... les juifs
pendant la guerre civile, a fait l’objet de nouvelles célébrations
en
Ukraine
et en France.
A Poltava (Ukraine) un monument à Simon Petlioura sera érigé, la
première pierre a été posée par le président Iouchtchenko qui, ces
derniers jours a par ailleurs participé à divers séminaires et
cérémonies sur le thème de la terreur bolchévique en Ukraine.
A Paris également, le leader nationaliste de la guerre civile Simon
Petlioura a été honoré. Il y a eu quelques réactions...

Le 25 mai, 1926, Paris, le « terroriste juif » Sholom Schwartzbard
assassine Simon Vassilievitch Petlioura, militant nationaliste
(1879-1926)
France-Ukraine.com ?
Simon Petlioura - Homme politique ukrainien (Poltava, 1879 - Paris,
1926). Ministre de la Guerre de la République indépendante d’Ukraine
en 1917, Petlioura devint président du directoire ukrainien et hetman
(chef de l’armée) deux ans plus tard.


Proclamée en novembre 1917, la République autonome ukrainienne,
dirigée depuis Kiev par Simon Petlioura, a face à elle, dès décembre
1917, une république soviétique d’Ukraine, soutenue par les
bolcheviques, basée à Kharkiv et dirigée par Rakoski. Occupée
jusqu’en décembre 1918 par les armées allemandes après la signature
du traité de Brest-Litovsk (mars 1918), l’Ukraine, de nouveau dirigée
par le gouvernement de Petlioura, voit se dérouler jusqu’en 1921 de
violents combats qui opposent les armées blanches de Wrangel et
Denikine aux bolcheviques.
En 1920, le gouvernement nationaliste s’allie avec la Pologne dans
une guerre contre la Russie, mais l’avancée des troupes bolcheviques
permet au gouvernement soviétique de prendre le contrôle de
l’Ukraine. Chassé par les bolchevistes en 1920, Simon Petlioura se
réfugia à Paris, où il périt assassiné, abattu à la terrasse d’un
café du Quartier Latin, par un terroriste juif, Schwartzbard
pour
venger les pogroms organisés en Ukraine.

L’événement est vite devenu international. Les Américains juifs, par
exemple, ont envoyé de l’argent pour couvrir les frais du procès pour
Schwartzbard. A l’étonnement de certains et à la joie des autres,
Schwartzbard fut acquitté.
Simon Petlioura est enterré au cimetière de Montparnasse à Paris.
France-Ukraine.com
Droits de reproduction et de diffusion réservés -
www.France-
Ukraine.com?© France-CEI - 2000 - Usage strictement personnel.

Lu sur
www.menapress)

« Un tueur de Juifs ukrainien honoré sous l'Arc de Triomphe ! »

Jeudi 25 mai 2006 à 17 heures 30, s’est tenue, à Paris, sur la tombe
du soldat inconnu, une commémoration en l’honneur de Simon Petlioura,
ancien chef du gouvernement ukrainien pendant la courte indépendance
de l’Ukraine, qui dura de 1918 à 1920.
Petlioura fut responsable de
l’organisation de pogromes qui causèrent la mort de milliers de Juifs
en 1919 et 1920.


Cette commémoration s’est tenue en présence de l’ambassadeur
d’Ukraine en France, Yuriy Sergeyev.
Elle marquait le 80ème
anniversaire de la mort du pogromiste ukrainien.

Des dizaines de massacres organisés de Juifs sont à mettre à l’actif
de Petlioura et de son "Armée nationale ukrainienne".
Le premier
d’entre eux eut lieu à Orinin, où 5 Juifs furent massacrés, des
femmes juives violées et de nombreuses autres battues à coups de plat
de sabre.

A Brazlav, ce sont 82 Juifs qui furent égorgés et 12 autres blessés,
au cours d'une action d’extermination déclenchée par les alliés et
les supplétifs de Petlioura. En 1920, des unités de l’armée de Simon
Petlioura égorgèrent près de 700 Juifs et en blessèrent 800, au cours
d’un pogrome qui eut lieu à Hodorkov (district de Kiev) et qui dura
près de douze heures.

Le 25 mai 1926, à Paris, un Juif révolutionnaire du nom de Samuel
Schwartzbard, abattit, de six coups de revolver, l’Ukrainien
Petlioura, alors réfugié en France, pour venger sa famille décimée
par ses pogromes. La Ligue contre les Pogroms, à laquelle adhérèrent
notamment Albert Einstein et André Malraux, et qui deviendra plus
tard la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme
(LICRA), fut créée un an plus tard, suite à la médiatisation du
procès de Schwartzbard, qui fut finalement acquitté par la cour
d’assises de la Seine.

Un important dispositif policier avait été mis en place, ce jeudi,
afin d’évacuer, sans préavis, les touristes présents sur toute
l’esplanade de l’Arc de Triomphe au moment de la cérémonie.
Une
dizaine de militaires français, en treillis, étaient en outre postés
dans le tunnel faisant la jonction entre les Champs-Élysées et l’Arc
de Triomphe. Une représentation de la LICRA, emmenée par son
président, Patrick Gaubert, par ailleurs député européen, a été
refoulée par la police jusqu’à l’intersection de l’Avenue des Champs-
Élysées et de la Rue de Presbourg.

Un correspondant officiel de la Metula News Agency a assisté à cette
surprenante commémoration. Les officiels français lui ont demandé de
quitter les lieux, mais le représentant de la Ména, ayant rétorqué
qu’il ne quitterait les lieux que s’il était contraint de le faire
par l’usage de la force, a finalement été le seul journaliste
n’appartenant pas à l’organisation de cette commémoration à être en
mesure de couvrir l’événement.

Des représentants de l’Etat français accompagnèrent la cérémonie,
notamment en interprétant des morceaux de musique de circonstance.


NDLR : l’historiographie nationaliste ukrainienne, réhabilitant
Petlioura, estime qu’il n’est pas responsable et aurait même tenté de
limiter les pogromes perpétrés, dit-on, par toutes les armées de la
guerre civile russe – blanche, rouge, anarchiste, nationalistes.



--------------------------------------------------------

IL DOSSIER NASCOSTO DI SREBRENICA
Guerra psicologica e disinformazione strategica per
squartare la Jugoslavia, demonizzare i serbi, colonizzare la Bosnia

http://www.cnj.it/documentazione/srebrenica.htm

--------------------------------------------------------

FOR FAIR USE ONLY
--> La lista JUGOINFO e' curata da componenti del
*** Coordinamento Nazionale per la Jugoslavia (CNJ) ***
***
http://www.cnj.it/ ***
I documenti distribuiti non rispecchiano necessariamente
le posizioni ufficiali o condivise da tutto il CNJ, ma
vengono fatti circolare per il loro contenuto informativo al
solo scopo di segnalazione e commento.
--> Bilten JUGOINFO uredjuju clanovi
*** Italijanske Koordinacije za Jugoslaviju (CNJ) ***
***
http://www.cnj.it/ ***
Prilozi koje vam saljemo ne odrazavaju uvek nas zvanicni stav,
niti nase jedinstveno misljenje, vec svojim sadrzajem
predstavljaju korisnu informaciju i potstrek na razmisljanje.
---> Archivio/Arhiv:
>
http://groups.yahoo.com/group/crj-mailinglist/messages
> http://www.domeus.it/circles/jugoinfo
---> Per iscriversi [o per cancellarsi] / Upisivanje [brisanje]:
crj-mailinglist-[
un]subscribe@yahoogroups.com
---> EMAIL: jugocoord(a)tiscali.it
---> C.N.J.: DOCUMENTO COSTITUTIVO / OSNIVACKI DOKUMENT:
>
http://www.cnj.it/documentazione/documento_costitutivo.htm

Link utili di Yahoo! Gruppi

<*> Per andare all'homepage del gruppo vai alla pagina:
http://it.groups.yahoo.com/group/crj-mailinglist/

<*> Le tue impostazioni email:
Email singoli|Tradizionali

<*> Per cambiare le impostazioni online visita il sito:
http://it.groups.yahoo.com/group/crj-mailinglist/join
(necessaria l'ID Yahoo!)

<*> Per cambiare le impostazioni tramite email:
mailto:crj-mailinglist-digest@yahoogroups.com
mailto:crj-mailinglist-fullfeatured@yahoogroups.com

<*> Per annullare l'iscrizione al gruppo scrivi a:
crj-mailinglist-unsubscribe@yahoogroups.com

<*> L'utilizzo da parte tua di Yahoo! Gruppi è soggetto alle:
http://it.docs.yahoo.com/info/utos.html

21:31 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, politique, presse, silence, communisme, capitalisme, fascisme, oppression capitaliste, europe, euro-dictaure, romai, belgique, histoire, actualite, democratie, liberte, racisme | |  Imprimer | | |

18/08/2007

18/08/2007: COURCELLES: ce samedi 18 août 2007, la commémoration annuelle de la tuerie du Rognac par les rexistes, ivres, fanatiques, assoiffés de sang et de vengeance ...

COURCELLES: ce samedi 18 août 2007, la commémoration annuelle de la tuerie du Rognac par les rexistes, ivres, fanatiques, assoiffés de sang et de vengeance ...

Voici ce que nous écrivions à ce sujet en 1948:

COURCELLES : la tuerie du 18 août 1944 par les rexistes au Rognac ...

Belgique, Wallonie : aux origines du rexisme

Quand des Belges traquaient les Juifs

6 JUIN 1944 : débarquement en NORMANDIE : autres points de vue, autres vérités...

Sang et Lumière L'esprit de Résistance   au Club des poètes...

L' Insurrection du Ghetto de Varsovie

1952: La Guerre des Mercenaires

http://users.skynet.be/roger.romain/resistance01.htm
 




IL Y A QUATRE ANS ... à COURCELLES:

C' était le 18 août mil neuf cent quarante-quatre. Le débarquement avait eu lieu. On sentait que la fin était proche. L' action des Partisans s' élargissait, la Résistance s' affirmait de plus en plus. Englebin, traître au Pays et au Peuple, traître à la Liberté venait d' être abattu par des patriotes.
Ses pareils, Belges et boches, tremblaient. La peur les amena à la vengeance.
Et ce fut Courcelles.
... Victimes: jeunes et vieux, hommes et femmes, ouvriers et intellectuels, médecin et prêtre. Du sang. Un charnier parmi les autres. Puis conséquence logique de la peur qui continue, des assassins aux mains rouges qui se saoulaient aux terrasses de café.
C' était, il y a quatre années. Ils payeraient leur forfait.
Les Allemands pour avoir été trop longtemps complices du régime nazi paieraient aussi leurs forfaits.
Camarades, souvenons nous !
Non pas pour prononcer des discours, pour déposer des fleurs... et pour agir ensuite comme si rien ne s' était passé.
Mais pour que la leçon de Courcelles ne soit pas perdue.
Parce que nous savons que Courcelles et les mille autres lieux pareils ne sont pas des faits isolés dans le grand drame de la guerre, mais parce que nous savons qu' ils sont la guerre elle-même, dans toute son abjection et dans toute son horreur.
Parce que nous savons que si demain la guerre recommençait, elle multiplierait par cent les horreurs que nous avons connues, comme QUARANTE a multiplié par cent QUATORZE - DIX-HUIT.
Pour cela, nous dénonçons la guerre contre laquelle nous luttons de toutes nos forces.
Car il ne suffit pas d' affirmer EN PAROLES que l' on est contre la guerre. Il faut AGIR dans le sens concret d' éviter son renouvellement.
Pouvons-nous dire qu' à cet égard, quatre ans après Courcelles, on ait fait de grands progrès ? Non, sans doute !
Jamais on a autant parlé de guerre que maintenant.
Jamais la campagne d' excitation des bellicistes n' a été aussi poussée. Jamais on n' a tant agité d' épouvantail d'un conflit possible. Et comme si la "guerre des Nerfs" que l' on a pratiquée dans la période 38-39 avait laissé trop de souvenirs dans les masses, on parle maintenant de la guerre froide.
Parce que, dans le fond, tous les bellicistes du monde sont convaincus qu' aucun peuple ne veut la guerre. Parce qu' ils savent qu' il n' y a pas une nation où les travailleurs qui constituent les armées, accepteraient de reprendre les armes sous quelque prétexte que ce soit. Qu' à cela ne tienne, on a repris le procédé qui est maintenant classique.
On reconstruit en Allemagne.
Comme après 14-18, on reforme le potentiel de guerre allemand en réinstallant par priorité l' économie de la Ruhr.
Personne n' ignore qu' il existe dans les zones anglaises et américaines de soi-disant forces de police qui, en collaboration avec les armées "occidentales", entreraient en lutte contre les forces de l' "Orient".
Tout le monde doit savoir qu' il existe, même dans notre pays, des excitateurs à la guerre qui ont l' impudeur de réclamer un conflit.
Un conflit auquel bien entendu notre armée belge, engagée par les accords de Londres, devrait participer.
Des batailles au cours desquelles nos uniformes se mêleraient à des "forces de police allemandes" dans lesquelles se trouveraient peut être des Tueurs de Courcelles ou des S.S. de Stavelot.
Au souvenir de Courcelles, nous affirmons que cela ne sera pas.
 
René J. PAQUAY
Dans "L' Etincelle"
journal hebdomadaire de la Fédération de Charleroi du
PARTI COMMUNISTE DE BELGIQUE
 
LE 22/08/1948

Souvenirs d' un résistant courcellois :

François DRUINE: les circonstances de l' exécution, par la Résistance, du bourgmestre du Grand-Charleroi, le traître Teughels, en automne 1942.

 

François DRUINE fut commissaire de police à Courcelles. Il vivait, rue du 28 Juin et partit successivement à Luttre et à Charleroi finir son existence.
Alors âgé de 91 ans, il relata encore, dans "La Nouvelle Gazette",  les circonstances de l' exécution, par la Résistance, du bourgmestre du Grand-Charleroi, le traître Teughels, en automne 1942.
François fut en effet un grand résistant, ancien de Breendonk et de Dachau, il fut condamné à mort par l' ennemi. Profondément marqué par la captivité, mais toujours un homme de caractère, il réchappa de ses mois de détention dans les pires circonstances.
Il fut, presque à la fin de sa vie, honoré par l' État d' Israël et proclamé "Juste parmi les Nations" pour avoir sauvé des Juifs de la mort. Avant guerre son père fut aussi Bourgmestre de Courcelles. En hommage, la cité Druine (dite anciennement la "cité des Vieux") porte d' ailleurs le nom de ce mandataire socialiste .
Sensible notamment au sort des Juifs pendant la guerre, François ne resta pas inactif face aux agissements du bourgmestre rexiste Jean Teughels qui avait fait procéder au recensement des Juifs de la ville pour les livrer aux nazis. Révoltés eux aussi, les responsables locaux de la Résistance avait décidé de supprimer le bourgmestre Kollabo.
"C' est Victor Thonet, un grand résistant communiste, qui est venu me trouver à ce propos: "Il faut supprimer Teughels". 
J' étais alors simple agent de police à Courcelles. J' ai compris que Thonet avait besoin de mon aide. Je ne pouvais pas refuser. Le jour dit, le 19 novembre 1942, vers 6 heures du soir, nous nous sommes retrouvés à quatre près de l' Hôtel de Ville de Charleroi. Je faisais le guet, en civil, à la rue Turenne, à l' entrée de l' urinoir qui se trouvait là, mon pistolet en poche, prêt à tirer en cas de besoin. Thonet et un certain Genen se trouvaient là tout près. Le pompier Montfort devait signaler la sortie de Teughels de l' Hôtel de Ville.
Une fois le signal donné, vers 6 heures 30, tout s' est passé très vite. Teughels est sorti de l' Hôtel de Ville et Thonet l' a abattu. Il a tiré trois balles sur Teughels qui s' est effondré.
Nous n' avons pas traîné sur place...
En ce qui me concerne, j' ai filé jusqu' au plus proche arrêt de tram et je suis rentré chez moi. Par la suite, j' ai été arrêté de même que Thonet et Montfort, mais ces derniers ont été fusillés...".
A la suite ce cette exécution, huit ou dix résistants communistes, selon des sources différentes seront effectivement fusillés. Fin décembre 1942, Victor Thonet et la plupart des membres de son groupe ont été arrêtés, à la suite d' une dénonciation de l' un d' eux qui, à peine aux mains de l' ennemi, avait décidé de collaborer.
Le successeur de Teughels à la tête de Charleroi, Oswald Englebin fut lui aussi exécuté par des résistants ce qui valut, en vengeance, la tragique tuerie du 18 août 1944 au Rognac à Courcelles. A cet endroit, rue des martyrs, un imposant monument a été érigé après la guerre en hommage aux victimes: une vingtaine, dont le doyen de Charleroi, Pierre Harmignie, tous abattus un par un, de sang-froid, à la sortie d' une cave où ils avaient été enfermés...  


 

28-01-2005, 19:12:39 Roger Romain


Ce qui est regrettable:
Aujourd'hui, 10 pourcents des Courcellois, ignares et/ou oublieux du passé, déçus par la "gauche" réformiste et opportuniste, envoient 3 élus d' extrême-droite siéger au Conseil communal de COURCELLES.

À COURCELLES:

le racisme,      

le fascisme,

c’ est la haine des autres !

Max GALLO, pourtant écrivain anti - communiste notoire: "Trois ans avant la marche sur Rome, en 1919, Mussolini n' avait eu

que 4.795 voix aux élections législatives. Et en 1928, cinq ans avant la prise du pouvoir par Hitler, les nazis ne réunissaient que

2,6 % de l' électorat allemand ... "

PLUS QUE JAMAIS, IL FAUT FAIRE FRONT: aujourd' hui, partout dans l' Euro-dictature capitaliste, en Pologne, en Tchéquie, dans les pays baltes, en Autriche, en Espagne, en Allemagne, dans les Flandres, en ... Wallonie, l' extrême-droite raciste et nationaliste, relève la tête ... Tandis que les pires crimes, les pires massacres, sont commis au nom de la "Démocratie", de la "Liberté", des "valeurs occidentales", ... dans les Balkans, en Afghanistan, en Irak, en Palestine, au Liban, etc... Le monde n' en a pas fini avec les guerres fratricides qui jettent les peuples les uns contre les autres, pour le seul profit des marchands de canons capitalistes.
RoRo

09:37 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, barbarie, silence, romain, courcelles, histoire, actualite, politique, belgique, hainaut, charleroi, fascisme, racisme, europe, euro-dictature, capitalisme | |  Imprimer | | |

12/01/2007

11/01/2007: Honte à ceux qui ont obéi !

Honte à ceux qui ont obéi !

Carte blanche parue dans « Le Soir » du mardi 24 octobre 2006

 

Il y eut Semira, étouffée par les pandores chargés de l’expulser par tous les moyens. D’autres morts encore et des gens molestés, restés anonymes parce que les victimes n’avaient ni identité ni soutien. Et puis il y a Tabitha, une petite fille de 5 ans traitée comme une criminelle parce qu’elle voyageait « sans papiers », en compagnie de son oncle, pour rejoindre sa maman au Canada. Elle dut faire escale à Zaventem. Mauvais plan pour elle : ce fut un peu comme si un Juif fuyant l’Allemagne nazie tombait en parachute au milieu du camp de Bierkenau.

 

Pour avoir jeté en prison - car les centres fermés ne sont rien d’autre que des prisons - puis expulsé comme une pestiférée et renvoyé vers le pays qu’elle fuyait la petite Tabitha, la Belgique vient d’être quasiment mise au ban des nations civilisées par la Cour européenne des droits de l’homme. La gifle flanquée par la Cour de Strasbourg à l’État belge est sévère et cinglante. À juste titre !

 

C’est « la Belgique » qui a été condamnée à Strasbourg. C’est loin d’être la première fois... Vu de l’étranger, la honte retombe sur tous les Belges puisque le camouflet est administré à leur pays. C’est ainsi que fonctionne la justice internationale.

Ce n’est pourtant pas « la Belgique » qui a terrorisé une fillette de cinq ans ; ce sont des fonctionnaires de l’Office des étrangers, des gardiens et, peut-être, des policiers, sur ordre - ou avec la couverture... d’un ministre de l’Intérieur.

 

Le ministre responsable et ses collègues du gouvernement qui l’ont soutenu devraient à jamais être déshonorés. Mais ils parviendront sans doute à se trouver des excuses (ils n’ont fait qu’appliquer la « loi », on connaît la rengaine...) et à faire oublier « l’incident », bref : à noyer le poisson.

 

Quant aux agents de l’Office des étrangers, aux gardiens ou policiers qui ont scellé, dans les faits, le sort épouvantable de Tabitha, un anonymat pépère leur permettra d’éviter le mépris public qu’ils méritent pourtant. Les gendarmes qui, naguère, ont étouffé Semira sont toujours en fonction, que je sache, et je ne serais pas étonné d’apprendre qu’ils ont été promus.

 

Lorsque sévit la barbarie, l’histoire ne retient souvent que le nom des tyrans : tout le monde connaît Néron, Attila, ou Hitler. L’opprobre et le dégoût focalisés sur les dictateurs laissent dans la nuit et le brouillard les agissements ou les lâchetés de toutes les « petites mains » sans lesquelles la machine à réprimer, à humilier ou à tuer ne pourrait pas fonctionner.

 

Les simples exécutants ne doivent pourtant pas pouvoir se dédouaner en douce sous prétexte qu’ils n’étaient que des maillons du système. Au lieu d’être des maillons, ils auraient pu être des grains de sable qui enraient les processus délétères.

Sans doute Jean-Jacques Goldman a-t-il mille fois raison de se demander si, « né en dix-sept à Leidenstadt », il aurait été « meilleur ou pire que ces gens » qui, au jour le jour, ont fait fonctionner et prospérer l’hydre totalitaire : pareille quête de lucidité doit éviter que chacun puisse trop facilement se délivrer à soi-même un brevet de héros.

Mais il faut espérer que l’universalisme des droits de l’homme ou, si nécessaire, la crainte de la réprobation collective et de la sanction pénale amène le plus grand nombre à s’imaginer sinon résistants, à tout le moins réfractaires ou déserteurs, plutôt que complices d’actes abjects.

 

Les crimes collectifs ou les lâchetés démultipliées appellent des réactions globales. C’est dès l’école primaire qu’il faut apprendre aux enfants à refuser de se plier à ce qui heurte la morale et choque les consciences pour nourrir l’esprit critique et faire de l’empathie pour les faibles un réflexe naturel.

Certes, les expériences de Milgram ont démontré que la soumission à l’autorité était un atavisme solide puisqu’une forte majorité des quidams testés ont infligé des tortures à des inconnus sur une simple injonction du personnel d’encadrement. Mais ces tests ont tout de même permis de trouver pas mal d’insoumis et c’est à la proportion de ceux-ci qu’il convient, par tous les moyens, de donner de l’ampleur.

 

Si l’enseignement des valeurs humanistes et la promotion de la désobéissance civique ne suffisent pas, que l’on sorte alors de l’anonymat et que l’on traîne en justice tous ceux qui ont prêté la main à des ignominies sans autre excuse que celle d’avoir obéi !

Dans l’affaire Tabitha, je veux me persuader que tous les Belges n’auraient pas agi comme le ministre de l’Intérieur et ses sbires. Ces derniers devraient être identifiés et poursuivis, même si l’on sait qu’ils invoqueront illico l’alibi des lâches : « Nous n’avons fait qu’obéir aux ordres ! » Mais, bon sang, l’obéissance n’est pas une valeur morale ! Tout juste une règle utilitaire.

 

On oublie souvent que l’article 1er de la Déclaration universelle des droits de l’homme impose à tous les êtres humains un devoir d’« agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité » et que son ancêtre de 1789 faisait figurer dans les « droits naturels et imprescriptibles » la « résistance à l’oppression » !

Plus récemment, les pénalistes ont élaboré la théorie de la résistance légitime à l’autorité qui justifie les refus d’obéissance, voire la violence exercée pour se soustraire aux abus flagrants d’autorité. Même si beaucoup de gouvernants, de juges et de policiers vivent avec l’idée, inconsciente chez la plupart, qu’« une injustice vaut mieux qu’un désordre », selon la formule de Goethe, il faut, si l’on veut éviter de nouvelles dérives fascisantes - comme faire d’une fillette de cinq ans une brebis galeuse instiller, chez tous les citoyens, un réflexe de refus, voire de désobéissance.

 

Toutes les lois ne se valent pas et celles qui protègent la dignité humaine, les libertés individuelles et l’intégrité physique ou morale d’un enfant, priment les lois scélérates comme celles qui permettent d’emprisonner et d’expulser une « étrangère » de cinq ans ou les lois stupides comme celles qui obligent un fonctionnaire, un policier ou un militaire à toujours obéir à son chef...

 

Jean-Marie Dermagne
Avocat, bâtonnier du barreau de Dinant

 

 


 Plus d'info sur ; http://oscarflores.canalblog.com/

21:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, courcelles, romain, europe, euro-dictature, democratie, liberte, capitalisme, oppression capitaliste, actualite, histoire, presse, silence, repression, politique, racisme, colonialisme, sans-papiers, 127bis, immigres, solidarite, resistance | |  Imprimer | | |

22/12/2006

22/12/2006: un peu curieux, j’ ai assisté à la réunion du nouveau Conseil communal de ce mercredi 20 décembre 2006.

COURCELLES : un peu curieux, j’ ai assisté à la réunion du nouveau Conseil communal de ce mercredi  20 décembre 2006.

 

Pas grand-chose d’ attirant : une sorte de ronronnement collectif au cours d’ une réunion  de routine nécessairement convoquée parce qu’ il fallait approuver (ou rejeter) les modifications budgétaires n°3, exercice 2006, du Cpas, réunion sous la présidence d’ un jeune bourgmestre « socialiste », fraîchement émoulu, qui se cherche avec beaucoup de tâtonnements…

 

On notera que la taxe communale sur la distribution des prospectus sera désormais établie en fonction du poids de l’ exemplaire distribué  et non plus du nombre d’ exemplaires… En l’ absence d’ informations détaillées pour le public, c’ est peut être une bonne chose pour rentabiliser davantage, au profit des finances communales et de la collectivité courcelloise, la pollution systématique et hebdomadaire de nos boîtes aux lettres… ( ?).

 

Pour le reste, parmi les interpellations reléguées au point 7 de l’ ordre du jour, on notera :

 

-une interpellation de Monsieur Clersy (Écolo) qui vise, à l’ appui d’ une série de propositions techniques et administratives, à favoriser l’ information et la participation des riverains, lors des enquêtes publiques, touchant en fait l’ autorisation d’ exploitation des installations de classes I et II. Encommissionnement, puisque, paraît-il, cela correspond aux intentions du Collège… Cela a quand même permis d’ apprendre que l’ enquête publique relative à Forever à La Glacerie va enfin démarrer… (11 mois après la réunion des riverains du 25 janvier 2006…).

 

-une déclaration d’ excuses de Monsieur Goffin (FNat), faite pour se démarquer du scandale provoqué lors du Conseil communal de Charleroi, au cours de laquelle, un élu Fn a prêté serment, en levant une main gantée de noir… symbole d’ allégeance au fascisme et au nazisme. Un débat politique que le bourgmestre a voulu d’ emblée éluder, car le problème ne touchait pas Courcelles, bien que cette tendance politique soit désormais représentée, pour 6 ans, dans notre commune par 3 élus.

 

Robert Tangre (Ucpw) a quand même eu la possibilité de rappeler que l’ on ne peut désapprouver de tels gestes tout en appartenant à un parti dont le président national vient d’ être condamné en justice pour racisme et privé de ses droits d’ éligibilité, sans compter qu’ un second élu Fn à Charleroi est celui-là même qui avait inauguré le geste, il y a 6 ans à Anderlecht… Lorsque l’ on opte pour un parti politique, au point de le représenter dans une assemblée élue, cela signifie que l’ on accepte aussi certains compagnonnages effectivement …

 

-que Monsieur Cigna (désormais indépendant) continue à ruer dans les brancards :

 

1)     il dénonce le mauvais fonctionnement de la zone de police (point aussitôt reporté au huis clos, en raison du numéro d’ une plaque de voiture…). Le public n’ en saura donc pas plus…

2)     il proteste, avec raison, contre le manque de sonorisation des débats, lors des séances du Conseil communal (de mémoire personnelle, Courcelles accuse quelque 20 ans de retard sur la Ville de Châtelet, par exemple, à ce sujet). Mais cela se fera, dans la cadre de prochains travaux de réaménagement de la salle du Conseil. Pourtant, une petite installation provisoire ne devrait pas coûter énormément à la caisse communale et pourrait être aussi utilisée lors d’ autres réunions publiques avec la population.

3)     Il s’ insurge opportunément sur la présence de tags nazis à différents endroits du parc depuis des semaines. Ernest Glinne (devenu écolo pour une seconde législature),  rappelle que les auteurs de tels actes (s’ ils sont connus) pourraient être pénalement poursuivis, en vertu de la loi dont il est l’ initiateur, réprimant les actes racistes, xénophobes, chers à l’ extrême - droite. C’ est finalement Monsieur Goffin (Fnat) qui estimera qu’ en attendant les produits et la mise en œuvre des dispositions nécessaires, les signes en question pourraient être masqués par des panneaux…

 

Bref quelque chose me dit que pendant les prochains mois, le Fnat à Courcelles va essayer de se dédouaner afin de se faire admettre sans doute au sein de la famille des partis auto-proclamés « démocratiques ».

 

A part, une intervention tonitrurante d’ un représentant en civil des forces « de l’ordre » à l’ égard d’ une élue, en bout de table et  juste avant l’ ouverture du Conseil, du Fnat, la séance fut sans imprévus et autres incidents… Le bourgmestre mettra sans doute de l’ ordre pour éviter ce genre de choses à l’ avenir ( ???), en rappelant le rôle de chacun …

 

RoRo (22/12/2006)

21:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : silence, democratie, racisme, romain, histoire, presse, fascisme, courcelles, belgique, hainaut, charleroi, politique | |  Imprimer | | |

29/11/2006

29/11/2006: CINQ AFGHANS PIEGES PAR LA PROTECTION SUBSIDIAIRE ET L'OFFICE DES ETRANGERS

C’ est en EURO-DICTATURE capitaliste …

RoRo

 

 

 

De : CRER Bxl [mailto:coordsanspapiersbxl@yahoo.fr]
Envoyé : mercredi 29 novembre 2006 10:07

Objet : CINQ AFGHANS PIEGES PAR LA PROTECTION SUBSIDIAIRE ET L'OFFICE DES ETRANGERS

 

CINQ AFGHANS PIEGES PAR LA PROTECTION SUBSIDIAIRE ET L'OFFICE DES ETRANGERS

 

Nous ne voulons plus soutenir cette politique d'état qui torture dans les centres fermés, enprisonne les enfants et viole les Droits de l'Homme !!

Exigeons la démission du Ministre de l’Intérieur Patrick Dewael !!


Beaucoup de langues se délient dans les centres fermés et à l’administration du Ministre de l'Intérieur, pour nous révéler les traitements barbares utilisés par ces « agents de l’office des  étrangers.

Beaucoup d’ONG et de Parlementaires ont réagit et ont interpellé Mr. Patrick Dewael sur ces violations aux droits de l'Homme.

Malgré les dénonciations de tortures physiques et psychologiques, Monsieur Dewael et Monsieur Roosemont (directeur de l’Office des Etrangers), continuent à emprisonner des demandeurs d’asile, en vue de leurs ’expulsions vers des pays oùils risquent gros.

En plus des 12 iraniens toujours enfermés,  5 Afghans se sont présentés de bonne foi et en toute confiance la semaine passée à l’Office des Etrangers pour demander la "nouvelle" protection subsidiaire, vu la situation dans leur pays et l’impossibilité actuelle d’y retourner.

Ils y ont été arrêtés sur-le-champ et sont enfermés dans les centres fermés de Bruges et de Merksplas !!

Sans oublier tous les enfermements et tentatives d’expulsion arbitraires et illégitimes, dont la dernière en date : la femme angolaise enceinte de 7 mois emprisonnée au centre fermé de l’aéroport de Bruxelles, dit INAD (pour « inadmissibles ») alors qu’elle était en possession d’un passeport et d’un visa valable ainsi que des moyens de subsistance nécessaires.

D’autres sont en grève de la faim depuis une semaine dans ces centres fermés : Vicente, membre de l'occupation de l'eglise St. Bernard a St. Gilles arrêté en juillet 2006 et enferme à Vottem et un membre Iranien de l'eglise des Minimes enferme à Merksplas.

Comble de tout dans notre état de droit, nous devons aller manifester ce 3 décembre pour la libération d’enfants dans des prisons !!!! .

Le Ministre de l'Intérieur et son obscure administration  (l’Office des Etrangers) ont-ils un pouvoir tel qu’ils peuvent arrêter, torturer, expulsés, terroriser des demandeurs d’asile comme bon leur semble, violant toutes les conventions et les droits internationaux ?

Malgré les appels de différentes ONG (Amnesty internationale, MSF, le MRAX, La Ligue des Droits de l’Homme….) , Monsieur Patrick Dewael continue à bafouer sans scrupule toutes les lois belges, Européennes et universelles.

Vu les évènements actuels des vies sont en danger et les responsables sont au pouvoir !!

 

Nous exigeons que le gouvernement prenne ces responsabilités.


Celui qui reçoit le pouvoir est dans l’obligation d’assumer les dérives de certains de leur «collègue».

 

C.R.E.R. – Bruxelles : INFO  -  http://regularisation.canalblog.com/

Tél : 0496 40 33 09 - 0473 62 87 33

 

Manifestation du 1 mai : http://1maimanif.canalblog.com/

 

Soutien a la CRER au N° Triodos  :  523 - 0801898 - 74

10:29 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, europe, euro-dictature, capitalisme, repression, oppression capitaliste, flicage, gangsterisme, fascisme, racisme, colonialisme, presse, silence, actualite, histoire, romain, courcelles, solidarite, immigres, sans-papiers, 127bis, democratie, liberte, politiq | |  Imprimer | | |

28/11/2006

29/11/2006: Bruxelles: Place de la Monnaie à Bruxelles de 15 h à 19 h: st nicolas pour les enfants emprisonnés dans les centres fermés de la "Démocratie" capitaliste belge ...

BELGIQUE: Bruxelles:   Place de la Monnaie à Bruxelles de 15 h à 19 h:     st nicolas pour les enfants emprisonnés dans les centres fermés de la "Démocratie" capitaliste belge ...

 

 

 

De : CRER Bxl [mailto:coordsanspapiersbxl@yahoo.fr]
Envoyé : lundi 27 novembre 2006 16:46

Objet : st nicolas à la monnaie

 

APPEL à la solidarité 

 

Stand d’information /sensibilisation

ce mercredi 29 novembre 06

Place de la Monnaie à Bruxelles de 15 h à 19 h

 

St Nicolas sera là et les enfants feront des dessins à distribuer aux enfants enfermés dans les centres fermés, lors de la manifestation  du 3 décembre.

 

Vous êtes tous  bienvenus et amenez vos enfants !!!!

 

Nous ferons aussi une récolte de carte téléphonique (X-call-5 euros) que la délégation, qui va renter dans le centre le 3 décembre, distribuera aux parents enfermés pour leur permettre d’avoir des contacts avec l’extérieur.

 

 

 

Les centres fermés, réalité inacceptable dans notre pays, doivent être supprimés et les enfants libérés

 

DIMANCHE 3 DECEMBRE

Marche de la gare de Nosseghem au Centre Fermé de Steenokkerzeel127bis 14h

(Train Gare du Nord Bruxelles 13h44 direction Leuven)

 

Des enfants en prison ? Inacceptable !!!

Manifestation de St.-Nicolas au centre fermé 127bis à Steenokkerzeel

 

Les centres fermés, réalité inacceptable dans notre pays, doivent être supprimés et les enfants libérés

 

 

Dans le cadre de la fête enfantine de St-Nicolas, nous organisons pour la 3ème année une manifestation au centre fermé de Steenokkerzeel 127bis où sont enfermés entre 40 et 70 enfants.

 

Nous dédions cette journée à tous les enfants et plus particulièrement à Tumba, 7 ans, qui a subi avec sa maman 3 tentatives d’expulsions violentes, avant d’être finalement toutes deux expulsées ce 22 septembre. Tumba a énormément souffert lors de sa détention, comme en attestent les différents témoignages récoltés et un certificat accablant de MSF.

Leur avocat écrivait : « À chacune de mes visites, j'ai pu constater que les conclusions prises par le Centre de guidance de l’ULB dès 1999, considérant que l’enfermement des mineurs en centre fermé constituait de la « maltraitance psychologique » comportant des conséquences inévitables sur le développement de l’enfant, étaient horriblement exactes ». Et de témoigner en ces termes :

 

 « Pour Tumba, cela a commencé par faire pipi au lit et se réveiller en panique avec des cauchemars terribles. Ensuite, elle a commencé à agresser verbalement chaque adulte en lui criant : «  a-t-on le droit d'enfermer des enfants ? ». Enfin, elle s’est arrêtée de parler. »

 

Rappelons aussi la condamnation de l’État belge par la Cour européenne des Droits de l’Homme, concernant Tabitha, une petite Congolaise de 5 ans, expulsée seule vers le Congo.

La Cour européenne a conclu, unanimement, à la violation de l'article 5 §4 (droit à la liberté et à la sûreté) par l'État belge!!! Parlant des autorités belges, la Cour a déclaré qu’ « à ses yeux, pareille détention (celle de Tabitha) fait preuve d'un manque d'humanité et atteint le seuil requis pour être qualifiée de traitement inhumain ».

 

 

Nous envoyons ci-joint l’appel, déjà signé par plusieurs associations.

Un stand d’information/sensibilisation sur la place de la Monnaie à Bruxelles aura lieu le mercredi 29 novembre de 16h à 19h. Toute participation/soutien est la bienvenue.

 

Pour en faire une journée de « Fête », nous cherchons des groupes de musique, des clowns, des ballons. Toutes les propositions sont les bienvenues.

 

Nous appelons à une récolte de jouets et de cartes téléphoniques (X Call-5 euros) pour permettre aux prisonniers de téléphoner et leur offrir un contact avec l’extérieur.

 

Nous invitons les groupes de France, des Pays-Bas, etc.  à participer à cette manifestation contre les centres fermés et l’enfermement d’enfants en Europe et à diffuser l’appel européen. http://www.nominorsindetention.org/position.html )

 

 

Pour les cartes de téléphone, vous pouvez verser sur le compte CRER – Triodos  523 – 0801898 – 74

 

Pour déposer les jouets tel 0473628733.

 

Contact : 0473628733    0496403309  coordsanspapiers° yahoo.fr

 

 

Veuillez diffuser cet appel le plus largement possible, dans tous les secteurs ( écoles, enfants, parents, enseignants), pour que nous soyons nombreux et variés à nous exprimer et à dénoncer.

 

http://regularisation.canalblog.com

 

C.R.E.R. – Bruxelles : INFO  -  http://regularisation.canalblog.com/

Tél : 0496 40 33 09 - 0473 62 87 33

 

Manifestation du 1 mai : http://1maimanif.canalblog.com/

 

Soutien a la CRER au N° Triodos  :  523 - 0801898 - 74

19:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, euro-dictature, repression, capitalisme, oppression capitaliste, democratie, liberte, justice, actualite, presse, silence, histoire, romain, courcelles, politique, ps, mr, cdh, ecolo, colonialisme, fascisme, 127bis, sans-papiers, immigres, solid, belgique, racisme | |  Imprimer | | |

17/11/2006

16/11/2006: Des enfants en prison ? Inacceptable !!!

 

De : Comite 25 fevrier [mailto:comite_25_fevrier_2006@yahoo.fr]
Envoyé : jeudi 16 novembre 2006 19:00

Objet : APPEL ST. NICOLAS ACTUALISE

 

APPEL ST. NICOLAS ACTUALISE

 

Des enfants en prison ? Inacceptable !!!

 

Manifestation de St. Nicolas au centre fermé 127bis à Steenokkerzeel

 

 

Dans le cadre de la fête enfantine de St-Nicolas, nous organisons pour la 3ème année une manifestation au centre fermé de Steenokkerzeel 127bis où sont enfermés entre 40 et 70 enfants.

 

Nous dédions cette journée à tous les enfants et plus particulièrement à Tumba, 7 ans, qui a subi avec sa maman 3 tentatives d’expulsions violentes, avant d’être finalement toutes deux expulsées ce 22 septembre. Tumba a énormément souffert lors de sa détention, comme en attestent les différents témoignages récoltés et un certificat accablant de MSF.

 

Leur avocat écrivait : « À chacune de mes visites, j'ai pu constater que les conclusions prises par le Centre de guidance de l’ULB dès 1999, considérant que l’enfermement des mineurs en centre fermé constituait de la « maltraitance psychologique » comportant des conséquences inévitables sur le développement de l’enfant, étaient horriblement exactes ».

Et de témoigner en ces termes :

 « Pour Tumba, cela a commencé par faire pipi au lit et se réveiller en panique avec des cauchemars terribles. Ensuite, elle a commencé à agresser verbalement chaque adulte en lui criant : «  a-t-on le droit d'enfermer des enfants ? ». Enfin, elle s’est arrêtée de parler. »

 

Rappelons aussi la condamnation de l’État belge par la Cour européenne des Droits de l’Homme, concernant Tabitha, une petite Congolaise de 5 ans, expulsée seule vers le Congo.

La Cour européenne a conclu, unanimement, à la violation de l'article 5 §4 (droit à la liberté et à la sûreté) par l'État belge!!! Parlant des autorités belges, la Cour a déclaré qu’ « à ses yeux, pareille détention (celle de Tabitha) fait preuve d'un manque d'humanité et atteint le seuil requis pour être qualifiée de traitement inhumain ».

 

 

Nous envoyons ci-joint l’appel, déjà signé par plusieurs associations, et un tract /affiche est en cours d’élaboration.

Un stand d’information/sensibilisation sur la place de la Monnaie à Bruxelles aura lieu le mercredi 29 novembre de 16h à 19h. Toute participation/soutien est la bienvenue.

 

Pour en faire une journée de « Fête », nous cherchons des groupes de musique, des clowns, des ballons. Toutes les propositions sont les bienvenues.

 

Nous appelons à une récolte de jouets et de cartes téléphoniques (X Call-5 euros) pour permettre aux prisonniers de téléphoner et leur offrir un contact avec l’extérieur.

 

Nous invitons les groupes de France, des Pays-Bas, etc.  à participer à cette manifestation contre les centres fermés et l’enfermement d’enfants en Europe et à diffuser l’appel européen. http://www.nominorsindetention.org/position.html 

 

 

Pour les cartes de téléphone, vous pouvez verser sur le compte CRER – Triodos  523 – 0801898 – 74

 

Il est possible de déposer les jouets à SUBTERRA asbl :  rue de Dublin 33 – 1050 Bruxelles, de mardi à vendredi entre 18h et 20h.

 

Contact : Fr 0496 40 33 09 / Neerl 0473 62 87 33

 

Réunion d’organisation de l’événement ce vendredi 17 novembre 18h30 à Subterra  33, rue de Dublin. Tout le monde est le bienvenu pour des coups de mains ou de nouvelles idées.

 

 

 

Les centres fermés, réalité inacceptable dans notre pays doivent être supprimés et les enfants libérés

 

DIMANCHE 3 DECEMBRE

Marche de la gare de Nosseghem au Centre Fermé 127bis

Départ 14h

 

Ils ne sont pas des endroits banals, ils ne sont pas banals en soi, ils sont au contraire des lieux saisissants et extraordinaires.  Ils sont des zones de non-droit, des espaces clos, clôturés par des hauts murs et des barbelés.  Ils sont une offense à toute conscience en bonne santé.

 

C'est là que l'on isole des personnes venues chez nous.  Hommes, femmes, jeunes familles avec enfants, bébés, jeunes mères : tous enfermés, tous en prison.

 

Non-accès aux visiteurs sans autorisation, isolement de ceux qui expriment un refus de se plier sans broncher...  Lieux de détresse, lieux d'humiliations, lieux de dignité bafouée, lieux de torture morale et physique, lieux de vies brisées...

 

Pas de permanence juridique, visites limitées, contacts avec l'extérieur minutés et très difficiles...

 

Tout ceci appliqué à des personnes qui ont parfois vécu 10 ans en Belgique, des enfants tirés de leur école, des demandeurs d’asile dont les recours ne sont pas épuisés.

 

Cette réalité-là reste inacceptable, même si elle perdure.  Des enfants s'y retrouvent nombreux pendant des semaines, des mois parfois.  Privés d'école, de copains, de parcs, d'air frais, de plaine de jeux, de ballons, de rires...  Ils sont témoins de la détresse de leurs parents, blessés à vie par ce vécu indigne.  Pour combien de temps, pour aller où?

 

Beaucoup a été dit et écrit déjà, mais le gouvernement belge et l'Office des étrangers persistent et signent.

 

En droite ligne des centres ouverts vers les centres fermés, en droite ligne des logements raflés vers les centres fermés, en droite ligne des écoles vers les centres fermés, en droite ligne des commissariats vers les centres fermés. 

 

Cela ne vous rappelle rien ?

 

Parce que c'est intolérable, honteux et humainement inacceptable, révoltant : nous continuons à dénoncer.

 

Rejoignez-nous à l'occasion de la "fête de St-Nicolas", date symbolique dans notre pays pour fêter les enfants.  Il y a en effet en Belgique ceux qui ont droit à la fête des "enfants sages" et les autres venus d'ailleurs, coupables de ne pas être nés de parents du bon endroit. 

 

 

POUR LA LIBERATION IMMEDIATE DES ENFANTS

 

POUR LA SUPRESSION DES TOUS LES CENTRES FERMES

 

POUR LA LIBRE CIRCULATION ET INSTALLATION DES PERSONNES

 

 

 

 

Signature de Soutien à l'Appel

 

Nom   

 

Organisation/profession

 

Adresse

 

Premiers signataires:

  • LDH - Ligue des Droits de l'Homme
  • MRAX -   Mouvement contre le racisme, l'antisemitisme et la xenophobie
  • SUB TERRA - Centre Culturel Latinoamericain - Bruxelles
  • CRER - Coordination Contre les Rafles, les Expulsions et pour la Regularisation
  • UPJB - Union des Progressistes Juifs de Belgique
  • VAK - Vluchtelingen Aktie Komitee
  • CRACPE - Collectif de Resistance Aux Centres Pour Etrangers
  • UAG - Une autre gauche est possible 
  • LIT Ligue Internationale des Travailleurs
  • POS Parti Ouvrier Socialiste
  • PTB Parti du Travail de Belgique
  • UFLED - Union des Femmes Libres pour l'Egalite des Droits asbl
  • Parti Humaniste
  • Zoe Genot - Députée Fédérale
  • Leroy Nathalie - Enseignante
  • Soulez Thomas - Enseignant
  • Mouvement Citoyen Palestine

 

Veuillez diffuser le plus largement possible, dans tous les secteurs cet appel pour que nous soyons nombreux et variés à nous exprimer et à dénoncer

 

Info sur la lutte pour la Regularisation

des Sans Papiers  : http://regularisation.canalblog.com/

21:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : euro-dictature, oppression capitaliste, repression, injustice, presse, silence, fascisme, 127bis, sans-papiers, solidarite, resistance, mccarthysme, colonialisme, racisme, belgique, courcelles, romain, histoire, democratie, liberte, europe | |  Imprimer | | |

08/11/2006

08/11/2006: ... Sur un banc...

 

... Sur un banc...

Bonjour monsieur. . .

Bonjour petit...

L'homme : tu es bien gentil. Comment t'appelles-tu ?

L'enfant: merci! En principe, je m'appelle Abdelouahab.

L'homme: joli prénom. Moi c'est Jean Pierre. Tu as l'air bien rêveur... Tu vis par ici ?

L'enfant: je crois, enfin je pense...

L'homme: tu penses! Tu n'en es. pas sûr? Tu as bien une adresse?

L'enfant: hooo oui monsieur... L'enfant le regarda avec un regard perdu...

L'homme: (l'air étonné) tu habites où, Abdelouahab?

L'enfant: sur la place là-bas, dans l'église... L'homme: (soudain, il vit dans les yeux du petit une grande tristesse) tu habites dans

l'église, c'est une: bien grande maison. Tu as de la chance, et en plus tu es au centre de la

ville entouré de jolis magasins...

L'enfant: oui, c'est vrai. Mais je ne vais jamais au magasin. Moi, ma nourriture

s'appelle « VIVRES », mes vêtements sont des « DONS» et mes chaussures aussi. Je

n 'ai pas de jouets à moi, ils ont tous déjà servis, ils sont sans énigmes et sans vie car ils

ne m'appartiennent pas...

L'homme: (surpris et triste a la fois) mais, dis-moi, tu es de quelle nationalité, où es-

tu né ? L'enfant: je suis né ici, pas très loin, ma nationalité, Monsieur, c'est « SANS

PAPIER» et j'ai très peur...

L'homme sans voix: peur petit, mais de quoi donc?

L'enfant :je suis né ici, je n'ai pas de racine car papa m'a dit « attends avant de

regarder leur soleil car, vois-tu mon fils, ici, il n'est pas à nous. Et peut-être qu'un jour,

ils nous renverront là-bas, dans le pays dont on ne veut plus ». Alors, Monsieur Jean

Pierre, j'ai très peur car ce pays dont papa me parle, je ne le connais pas. Et papa est

toujours très abattu quand il en parle, maman pleure quand l'église sonne, alors j'ai peur de regarder le soleil et je ne sais pas pourquoi... .

L 'homme les yeux remplis de tristesse et ,de honte lui dit : moi je suis d'ici et, j'ai

honte de te l'avouer, mais, vois-tu Abdelouahab, mon soleil, je t:e l' offre et ta nationalité

sera la mienne car tes yeux sont ceux d'un homme de valeur. Et,.surtout dis à ton papa

et à ta maman que le soleil est pour tous sur cette terre et que la frontière est dans la tête

des grands, mais que dans le cœur des justes, lès hommes sont tous « EGAUX». Il se

leva et serra l'enfant contre lui et s'en alla vers sa joumée...

Abdelouahab est rentré heureux et très ému en criant dans l'église à ce dieu universel,

MERCI

De m' avoir accordé la joie de rencontrer cet homme. Il m' a donné la clé qui me fera

croire en nous. PAPA, MAMAN, venez voir dehors. Le soleil brille et nous donne

l'espérance... Et le soleil sait que je m'appelle ABDELOUHAB....

Pour que le soleil brille de la même façon pour tous...

                     Frère Christine.. . .Un papillon

10:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, courcelles, histoire, actualite, charleroi, hainaut, europe, euro-dictature, 127bis, sans-papiers, expulsions, racisme, colonialisme, fascisme, injustice, capitalisme, liberte, democratie, afrique, romain | |  Imprimer | | |

06/11/2006

06/11/2006: Saddam Hussein et les autres ...

On peut maintenant espérer qu’  après la condamnation à mort par pendaison de Saddam Hussein, on va maintenant condamner les 2 autres à la même peine : George W. Bush et Tony Blair, pour les massacres non-moins innommables qu’ ils ont déclenchés. On pourra aussi se contenter de la perpétuité pour tous les complices de ces massacres, à la tête du « Monde libre » et de la fameuse « Communauté internationale » …

A partir de ce moment, le monde pourra peut être vivre et respirer quelques années en Paix ( ???). Que Milosevic repose en Paix puisqu’ il figurait lui aussi parmi les vaincus … Il est vrai que les massacreurs élus « démocratiquement », on ne les pend pas, on ne les juge même pas … Dans les rues du Texas, puisque nous sommes maintenant sous la botte des shérifs de cet État exemplaire, on se contente d’ un duel : celui qui tire le premier, le plus juste, est celui qui a raison, qui gagne suivant des lois de vachers d’ une certaine époque…

RoRo

 

 

 

 

 

De : Philippe Guistinati [mailto:pguistinati@yahoo.fr]
Envoyé : lundi 6 novembre 2006 11:37
À : roger.romain@skynet.be
Objet : article sur saddam, à bientôt. Philippe G

 

On peut dormir sur nos deux oreilles, Saddam va être pendu...

 

Du fond de Ma Seine et Marne je pensais que la pendaison était réservée aux voleurs de bétails du temps des cow-boys…

De nos jours après un siècle et demi de modernisme on pend haut et court les chefs de gouvernement.

Et je ne veux même pas parler de la peine de mort dans cette affaire, car au moins chez nous l’affaire est entendue.

D’une part s’il s’agit de crimes contre l’humanité (c’est comme ça que l’on appelle les civils tués par les armes que l’on fabrique chez nous mais utilisées par de méchants « Saddam »), donc dans ce cas il existe un tribunal pénal international.

Et ce tribunal fonctionne bien, il permet de juger des hommes en tant qu’individu alors même qu’ils étaient suivis par tout un peuple et aidés par les grandes puissances. En plus ça ne coûte pas trop cher car les méchants meurent en prison, là haut dans le nord, de maladie ou suicide…On gagne du temps et donc de l’argent. Et en plus on ne parle pas de sujets qui fâchent.

 

L’important c’est que nous puissions dormir sur nos deux oreilles et tant pis pour les « pôvres gamins » qui perdent leurs jambes (ou même pire diraient nos grands machistes).

L’important c’est d’être persuadé que nous n’avons rien à voir là-dedans, en effet quels rapports entre l’ouvrier qui paye les traites de son pavillon de banlieue avec son salaire de salarié dans nos usines Françaises d’armement et le gamin cul de jatte.

C’est vrai, il n’a qu’à savoir où marcher à la fin ce gamin…

 

Le fait que la France est le troisième ou cinquième fabricant d’armes dans le monde n’est pas un problème car nous faisons tous des dons (déductibles) pour que nos associations humanitaires offrent de belles jambes en titanes aux petits pôvres handicapés.

L’honneur est sauf et nous irons tous aux paradis…

 

Pour revenir et finir sur Saddam, homme qui ne m’inspire pas spécialement de sentiments de tendresse, je trouve que si on le condamne du fait de la comptabilisation de ses crimes (148 personnes), il faudrait alors établir une comptabilité mondiale de nos chers gouvernants.

Par exemple un calcul en France que l’on mettrait à jour après chaque quinquennat des morts et handicapés (on parle pas des traumatisés, on est déjà assez embêté à compter tout ce petit monde…) du fait de chaque arme vendue ou produite par la France.

France, pays champion des droits de l’homme dans le monde…

 

Il faudrait aussi calculer combien d’Irakiens sont morts depuis que Saddam a été viré par Bush (c’est vrai que pour sa défense ils ont besoin de beaucoup de pétrole aux « states »…).

 

Et aussi combien ne serait pas mort si Saddam était resté, mais bon ça devient compliqué car du coup il y aurait de bons morts et de mauvais morts…

Et comme ça devient compliqué du coup il faudrait peut-être avant d’aller jouer les grands civilisateurs chez les autres, faire le ménage chez soi.

Mais alors du coup on va se sentir concerné ???

Non, il vaut mieux laisser parler notre ministre Mr DOUSTE qui ce matin a dit qu’il prenait « acte » de la décision du gouvernement irakien.

Au moins on se mouille pas, je dis mouille car en fait les ministres c’est nous qui les rémunérons, en grande partie avec l’argent des armes que l’on fabri…

Bon j’arrête.

Philippe GUISTINATI

06/11/2006

 

www.droledecoco.com

 

http://www.wmaker.net/droledecoco/xml/syndication.rss

20:01 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iran, onu, otan, usa, terrorisme, oppression capitaliste, crimes, racisme, paix, guerre, demo, actualite, presse, silence, belgique, histoire, romain, courcelles, irak, afghanistan, occupation, barbarie, colonialisme, fascisme, imperialisme | |  Imprimer | | |

16/10/2006

15/10/2006: Belgique : « Démocratie », « Droits de l’ homme », « Liberté » ??? PAS D ’ENFANTS EN PRISON

Belgique : « Démocratie », « Droits de l’ homme », « Liberté » ???  PAS D ’ENFANTS EN PRISON

 

 

De : Sub Terra [mailto:subterra02@yahoo.fr]
Envoyé : dimanche 15 octobre 2006 9:55
À : Concert
Objet : Belgique 

 

PAS D ’ENFANTS EN PRISON

 

Comme chaque année nous organisons lors de la St. Nicolas une manifestation devant le centre fermé à Steenokkerzeel ou entre 20 et 50 enfants sont enfermés en vue d’une expulsion.

 

Le 22 et 23 novembre 2006, la commission des libertés du Parlement Européen se prononcera sur un projet de directive relatif au retour des etrangers, qui risque d'entériner l'enfermement et eloignement des mineurs.

Plusieurs associations européennes demandent au parlement européen et au conseil de l'union européenne que l'enfermement des mineurs etrangers soit purement et simplement interdit, sachant que des nombreuses alternatives existent.

Elles lancent un appel européen tendant à ce que ce projet de directive soit amendé en ce sens. ( http://www.nominorsindetention.org/position.html )

 

Nous avons choisis la date du 3 décembre , entre la journée internationale des droits de l’enfant du 20 novembre et la féte de St Nicolas du 3 décembre, pour denoncer l’enfermement de ses enfants et la maltraitance  psychologique lors de leur privation de liberté et leurs expulsions.
Nous avons pu récolter divers témoignages de maman et de parrain/marraine qui atteste de ces maltraitances.

 

Nous avons envie de léguer cette journée à tous les enfants et plus particulièrement à Tumba, 7 ans qui a subit avec sa maman 3 tentatives d’expulsions violentes .et qui ont finalement été expulsés ce 22 septembre. Tumba a énormément souffert lors de sa détention, comme en atteste les différents témoignages récoltés et un certificat accablant de MSF.

 

Leur avocat écrivait : À chacune de mes visites, j'ai pu constater que les conclusions prises par le Centre de guidance de l’ULB dès 1999, considérant que l’enfermement des mineurs en centre fermé constituait de la « maltraitance psychologique » comportant des conséquences inévitables sur le développement de l’enfant, étaient horriblement exactes. Pour Tumba, cela a commencé par faire pipi au lit et se réveiller en panique avec des cauchemars terribles. Ensuite, elle a commencé à agresser verbalement chaque adulte en lui criant « a-t-on le droit d'enfermer des enfants ?».

 

Enfin, elle s’est arrêtée de parler. 

 

Pour ceux qui ont le temps d’aider à rédiger la plateforme de la journée en commémoration à Tumba et à sa maman et à organiser le rassemblement

Reunion ce vendredi 20 octobre a 18h30 rue de Dublin 33 - 1050 Bxl

 

Pour ceux qui sont trop loin, nous proposons une mobilisation large dans les écoles, auprès des syndicats, auprès des enseignants,etc… .

 

Nous faisons aussi appel à d’autres associations européennes pour venir nous rejoindre.

 

Nous devons être nombreux pour montrer notre détermination à ne pas accepter cette politique d’enfermement, contraire à tout droit élémentaire.

 

NON A L'EUROPE FORTERESSE

 

LIBRE CIRCULATION ET INSTALLATION DES PERSONNES

 

SUPRESSION DES CENTRES FERMES

 

 

CRER Coordination contre les Rafles, les Expulsions et pour la Regularisation

http://regularisation.canalblog.com/

 

INFO : Oscar 0496 40 33 09



SUBTERRA asbl - Agenda Internet  :  http://subterrabxl.canalblog.com/

Rue de Dublin 33 - 1050 Bruxelles

tel 0496 40 33 09

INFO generales de SUB TERRA : http://subterra.canalblog.com/

22:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, democratie, europe, euro-dictature, racisme, sans-papiers, 127bis, romain, courcelles, histoire, presse, silence, actualite, colonialisme, capitalisme, oppression capitaliste | |  Imprimer | | |

09/10/2006

09/10/2006: COURCELLES: sus au FN ! Lors de l' installation du nouveau Conseil communal ...

COURCELLES: sus au FN ! Lors de l' installation du nouveau Conseil communal ...

 

 

 Suivant la nouvelle législation électorale communale, les nouveaux conseils communaux, issus des élections du 8 octobre, seront installés le lundi 04 décembre 2006.

 

A COURCELLES, les 3 élus du Fn, parti raciste et fascisant, prêteront serment et prendront aussi leurs fonctions.

 

Tout ce que COURCELLES compte encore de démocratique, progressiste, de gauche et patriotique, ne peut laisser passer un tel événement  scandaleux, sans réaction de protestation. Je rappelle que pendant la campagne électorale, j’ avais déclaré qu’ il y aurait des surprises ce dimanche 8 octobre, je fus le seul à réagir en introduisant un recours, qui malheureusement n’ a pu aboutir, contre la présentation des candidats du Fn. Je fus aussi le seul à proposer, via Internet, une réunion  à l’ Ucpw, le Ps, les Ecolos, et autres partis « démocratiques », afin de réagir également politiquement  et unitairement contre cette présence du Fn. Seule la tête de liste Écolo s’ est déclaré preneur, sans plus...

 

Aujourd’ hui, je n’ ai aucune leçon à donner à personne, mais je maintiens ma proposition et je pense, que lors de l’ installation du nouveau Conseil, les organisations patriotiques pourraient se mobiliser et être présentes dans la salle avec leurs drapeaux. C’ est une nouvelle proposition de ma part, en tant que tête de liste Ptb+Pcc. Elle pourrait être examinée et relayée afin de mobiliser. …

 

De cette façon aussi, une certaine « gauche » pourrait sortir de sa torpeur …

 

Roger Romain.

 

12:19 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, racisme, resistance, silence, solidarite, actualite, belgique, charleroi, courcelles, cdh, alc, democratie, ecole, elections, elections 2006, fascisme, hainaut, histoire, politique, presse, ps, ptb, liberte, mr, ucpw | |  Imprimer | | |

07/10/2006

07/10/2006: de Michel Collon, journaliste belge: NOUVEAU: Tourisme international, foulard, Venezuela, juif, discours Nasrallah...

 

De : Michel Collon [mailto:michel.collon@skynet.be]
Envoyé : samedi 7 octobre 2006 7:51
À : roger.romain@skynet.be
Objet : NOUVEAU: Tourisme international, foulard, Venezuela, juif, discours Nasrallah...

 

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur :

Bernard Duterme - Expansion du tourisme international : gagnants et perdants
Poste n°1 du commerce mondial, croissance explosive... Mais quels effets au Sud ?
Tourisme

Robert Thomson - Qu'est-ce qui définit un juif et ses droits ?
"Aucune raison d'instaurer un 'Etat juif' où que ce soit. La taille maximale d'un Etat monoreligieux, c'est le Vatican."
juif

Romain Migus - Le programme rose-brun du candidat anti-Chavez
Bush est avec lui. Les riches du Venezuela aussi. Que propose Manuel Rosales ?
Venezuela

Nasrallah (Hezbollah) - "Notre victoire n'est pas celle d'un parti ou d'une communauté"
Critique à la Ligue arabe : "Comment obtenir un règlement honorable si vous ne combattez pas ?"
Nasrallah

Associations musulmanes de Belgique - Proscrire le foulard, monsieur le ministre ?
"La discrimination et l'exclusion sont des réalités concrètes"
foulard

Michel Collon - Savez-vous ce qui se passe, toutes les nuits, dans ce commissariat ?
"Combien faudra-t-il encore de drames, de vies brisées et d'émeutes « inexplicables »
avant qu'un responsable se décide à briser la loi du silence ?"

Commissariat

11:49 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fn, actualite, belgique, capitalisme, alc, courcelles, cdh, collon, democratie, ecolo, europe, euro-dictature, immigres, fascisme, flicage, injustice, bruxelles, liberte, mr, oppression capitaliste, politique, presse, ps, hainaut, histoire, islam, ptb, romain, racisme, resistance, sio | |  Imprimer | | |

29/09/2006

28/09/2006: BELGIQUE : Le voile banni des bureaux de vote en région bruxelloise ...

De plus en plus de « libertés » en Belgique « démocratique » et en EURO-DICTATURE capitaliste …

RoRo

 

 

 

De : Transfer_info@yahoogroupes.fr [mailto:Transfer_info@yahoogroupes.fr] De la part de Meriem
Envoyé : jeudi 28 septembre 2006 14:32

Objet : [Transfer_info] BELGIQUE : Le voile banni des bureaux de vote

 

Le Soir samedi 23/09/2006

Le voile banni des bureaux de vote

Hanane se réjouissait d'accomplir son devoir civique en tant qu'assesseur, à Molenbeek, à l'occasion des élections communales du 8 octobre... Hanane déchante : elle porte le voile et le formulaire officiel qui la convoque interdit « la manifestation extérieure de toute forme d'expression politique, philosophique ou religieuse ».

Le ministre-président de la région bruxelloise, Charles Picqué (PS), a arrêté, le 9 août dernier, les instructions administratives destinées aux présidents de bureaux de vote. Première, en Belgique : ces dispositions interdisent aux citoyens sollicités en tant que présidents de bureau ou assesseurs d'afficher tout emblème religieux.

Officiellement, il s'agit de « garantir la liberté de l'électeur dans son choix démocratique ». C'est en tout cas en ces termes que le gouvernement bruxellois justifie la mesure. Ni la Région wallonne ni la Flandre n'ont jugé bon prendre de telles dispositions. Seule la Région bruxelloise a changé d'attitude : lors du scrutin régional de 2004, des citoyennes voilées ont officié en tant qu'assesseurs, et même en tant que présidentes de bureaux de vote (à Uccle notamment).

La députée MR Corinne De Permentier s'en était émue, à l'époque, interpellant le ministre de l'Intérieur, Patrick Dewael (VLD), le 30 juin 2004. Sa réponse à la parlementaire avait été limpide : « Il n'existe aucune disposition spécifique concernant la tenue vestimentaire du président ou des membres d'un bureau de vote, qui serait d'ailleurs très difficile à réglementer. Le port du voile pour des motifs religieux n'est dès lors pas interdit. »

Cinq mois plus tard, le ministre de l'Intérieur change radicalement de position : il avance dans un courrier adressé, le 22 novembre 2004, au président du tribunal de 1re instance de Bruxelles, Etienne Vande Walle, qu'il « considère que le port du tchador par un membre du bureau électoral dans les locaux du vote peut être considéré comme portant atteinte au principe de neutralité des bureaux de vote et peut menacer la liberté de l'électeur dans son choix démocratique ».

Le ministre de l'Intérieur ajoute même que « l'interdiction ne se limitera pas au tchador musulman, mais également aux emblèmes de toute religion comme, à titre d'exemple, la croix chrétienne, la kippa juive ou le turban hindouiste. »

C'est sur ce simple courrier que s'est basé Charles Picqué pour interdire les membres des bureaux de vote d'afficher « toute forme d'expression philosophique ou religieuse » : ni voile, ni crucifix, ni flambeau laïque.

Hanane, qui tenait à exercer son devoir de citoyenne, s'est vu confirmer par son président de bureau qu'elle ne serait pas admise en tant qu'assesseur si elle ne retirait pas son voile. Et qu'elle risquait même une amende, dans ce cas... « Ce n'est pas du tout l'esprit des instructions administratives transmises », réagit le cabinet Picqué, estimant la menace d'amende disproportionnée.

Vendredi, pourtant, la justice, craignant une pénurie d'assesseurs, se déclarait disposée à poursuivre les citoyens désignés qui ne pourraient justifier leur absence. Avec des amendes qui pourraient grimper jusqu'à 200 euros, précisait le parquet.

Hanane et d'autres citoyennes voilées d'Ixelles et de Molenbeek ont déposé une plainte au Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (Mrax). Les juristes de l'organisation estiment que l'interdiction du port du voile pour les membres des bureaux de vote « ne repose sur aucune base légale ». Avant d'entamer d'éventuelles actions, ils ont écrit aux présidents des bureaux et aux bourgmestres concernés.

Hanane n'entend par renoncer : elle a écrit au président du bureau où elle devait officier pour contester l'instruction administrative bruxelloise. Elle s'y présentera voilée, le 8 octobre.


Ricardo Gutiérrez
ricardo.gutierrez@lesoir.be

http://www.rtbf.be/info/belgique/ARTICLE_041982

Assesseurs sans signes religieux

 

A Bruxelles, lors des prochaines élections, les personnes présentes dans les bureaux de vote en qualité d'assesseurs ne pourront manifester aucune forme d'expression philosophique ou religieuse.

 

Source:Info radio - 23 sep 2006 15:52

VIDEO

• Interdiction de tout signe religieux dans les bureaux de vote à Bruxelles

Les personnes convoquées pour exercer la fonction d'assesseur des bureaux de vote devront éviter la manifestation extérieure de toute forme d'expression politique, philosophique ou religieuse. Une disposition qui n'existait pas lorsque le ministère fédéral de l'Intérieur organisait les élections communales. Une disposition que la Région wallonne n'impose nullement. C'est donc une spécificité bruxelloise. Cela se comprend - et va même de soi - pour l'expression politique. C'est plus discutable pour l'expression philosophique et religieuse.

 

D'ores et déjà, deux femmes portant le foulard islamique ont pris contact avec le Mrax. Ces deux citoyennes acceptent la mission d'assesseur de bureaux de vote mais elles refusent d'ôter leur foulard pour cette occasion. Le Mrax étudie la question sur le plan juridique. Peut-on, par exemple, assimiler un citoyen accomplissant un devoir civique à un fonctionnaire d'une région ou d'une commune? Les personnes désignées se voient confrontées à une double contrainte: on les oblige à faire quelque chose tout en leur imposant unilatéralement une condition. Quand on sait, en plus, la difficulté à trouver des volontaires pour ce genre de tâche... L'affaire pourrait faire du bruit dans les prochains jours.



---------- Forwarded message ----------
From: Bouhlal Radouane - <radouane.bouhlal@cfwb.be>
Date: 23 sept. 2006 20:41
Subject: Le MRAX conteste l'interdiction des signes d'appartenance religieuse pour les Assesseurs aux prochaines élections communales 2006
To: radouane.bouhlal@cfwb.be



Mesdames, Messieurs,
Cher-e-s ami-e-s,

Je vous prie de bien vouloir prendre connaissance du courrier que le MRAX vient d'adresser au Ministre-Président Picqué, pour se plaindre de sa décision d'interdire les signes extérieurs confessionels pour les assesseurs aux prochaines élections communales.

Je vous en souhaite bonne réception et reste à votre service pour de plus amples informations…

Bien à vous,

Radouane BOUHLAL
Président du MRAX
Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie
0475/75.14.89
radouane.bouhlal@skynet.be




------------------------------------------------------------------------
GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BXL-CAPITALE
Monssieur Charles PICQUÉ
Ministre-Président
7-9, rue Ducale
B-1000 Bruxelles

Bruxelles, le 22 septembre 2006

Nos Réf. :      MRAX/RB/2006/lt.80
Contacts :      Radouane BOUHLAL, Président, radouane.bouhlal@skynet.be - +32 (0) 475/75.14.89.
Didier de LAVELEYE, Directeur, didier.delaveleye@mrax.be - +32 (0) 2/209.62.59.

Objet :         Plainte contre l'interdiction de la manifestation extérieure de toute forme d'expression philosophique ou religieuse dans le chef des assesseurs pour les prochaines élections communales du 8 octobre 2006 dans la Région de Bruxelles-Capitale


Monsieur le Ministre-Président,
Cher Monsieur Picqué,

Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie (MRAX), principale et plus ancienne organisation antiraciste belge, vient d'être saisi, en quelques jours à peine, de quatre plaintes similaires mettant en cause les conditions imposées aux assesseurs dans le cadre des prochaines élections communales du 8 octobre 2006.

Le formulaire de désignation des assesseurs par les présidents des bureaux de vote – formulaire B5 unifié pour l'ensemble des communes de la Région de Bruxelles-Capitale – énonce en effet la règle suivante :

« En vue de garantir la liberté de l'électeur dans son choix démocratique, la manifestation extérieure de toute forme d'expression politique, philosophique ou religieuse est interdite pour les membres des bureaux électoraux. Vous êtes invité(e) à en tenir compte lorsque vous vous présenterez le 8 octobre 2006. »

Les quatre plaignantes qui ont sollicité l'aide du MRAX sont de confession musulmane et portent le foulard. Désireuses de remplir leur devoir de citoyennes et d'assumer la fonction d'assesseurs, elles ne peuvent, pour ce faire, admettre de renoncer à leurs convictions religieuses. L'interdiction de la manifestation de toute forme d'expression religieuse a dès lors pour effet de les priver de l'opportunité de participer de manière active à la vie citoyenne et politique de notre pays. Une telle prise de position de l'autorité conduit à créer une distinction illégitime entre citoyens, certains ne pouvant ainsi exercer les droits et devoirs afférents à la citoyenneté en raison de leurs choix philosophiques et religieux.

L'interdiction conduit également à des situations pour le moins choquantes, particulièrement dans la présente situation où l'on compte une pénurie d'assesseurs pour les prochaines élections : si les plaignantes n'entendent pas renoncer à leurs convictions religieuses, elles s'exposent à une amende pouvant s'élever à un montant de 1.000 € !

De plus, aucune disposition du Code électoral communal bruxellois ne prévoit l'interdiction contestée par le MRAX. Seul un document du Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, intitulé « Instructions pour les présidents des bureaux principaux lors des élections communales », fait référence à cette interdiction. Ce texte à la valeur normative incertaine – il s'agit de simples instructions administratives – nous semble d'une légalité douteuse.
Sous réserve d'une analyse juridique plus approfondie, il apparaît que l'interdiction des manifestations extérieures de l'appartenance religieuse est contraire à l'article 2, § 4, de la loi du 25 février 2003 tendant à lutter contre la discrimination, lequel dispose :

« § 4. Toute discrimination directe ou indirecte est interdite, lorsqu'elle porte sur:
-       (...) ;
-       l'accès, la participation et tout autre exercice d'une activité économique, sociale, culturelle ou politique accessible au public. »

L'interdiction constitue également une ingérence disproportionnée dans le droit de manifester ses convictions religieuses, garanti notamment par l'article 19 de la Constitution et l'article 9 de la Convention européenne des droits de l'homme. En effet, outre qu'elle n'est pas prévue par la loi, la restriction à la liberté de manifester ses convictions religieuses ne nous semble nullement nécessaire, dans une société démocratique, à la sécurité publique, la protection de l'ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou la protection des droits et libertés d'autrui.

Enfin, nous estimons la position adoptée d'autant plus absurde, qu'elle n'est partagée par aucune autre autorité compétente : ainsi, le modèle du formulaire de convocation des assesseurs en Région wallonne ne contient aucune disposition similaire. De même, par le passé, de nombreuses citoyennes de confession musulmane et portant le foulard ont, sans aucune difficulté, exercé le rôle d'assesseur et même de président de bureau de vote sans que cela n'ait jamais influencé, de quelque manière que ce soit, la liberté de l'électeur dans son choix démocratique.

Les élections communales approchent à grand pas et cette urgence impose une réaction déterminante et rapide. Si aucune mesure n'est prise, de nombreuses citoyennes de confession musulmane et portant le foulard, se verront privées d'une opportunité de participer au bon fonctionnement démocratique de notre société. La Région de Bruxelles-Capitale, qui vante la multiculturalité et se veut un exemple en matière d'interculturalité, en perdrait son crédit.

C'est pourquoi, nous vous prions de revoir votre position dans les meilleurs délais et de le faire savoir largement, en particulier aux services compétents.
Nous ne doutons pas de votre nouvelle attitude dans le présent dossier. Dans la négative, nous nous réservons le droit de contester votre décision par toute voie de droit, y compris juridictionnelle.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour évoquer avec plus de profondeur nos réflexions brièvement ci-exposées.

Dans l'attente impatiente de votre réaction, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre-Président, cher Monsieur Picqué, en l'assurance de notre considération distinguée.


Radouane BOUHLAL,
Président


Didier de LAVELEYE,
Directeur




MRAX a.s.b.l.
37, rue de la Poste   1210 Bruxelles
Téléphone : +32 (0) 2/209.62.50.   –   Télécopie : +32 (0) 2/218.23.71.   –   mrax@mrax.be
Bienvenue sur notre site : www.mrax.be   –   Numéro de compte : 001-2329854-87

 


Découvrez un nouveau moyen de poser toutes vos questions quelque soit le sujet ! Yahoo! Questions/Réponses pour partager vos connaissances, vos opinions et vos expériences. Cliquez ici. __._,_.___

Sites à visiter :

http://www.minorites.org/

http://www.palestine-vivra.org/

http://fr.groups.yahoo.com/group/assawra/

http://fr.groups.yahoo.com/group/islam_jeunesse_internati...

Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à :
http://fr.groups.yahoo.com/group/Transfer_info/

12:35 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, alc, charleroi, courcelles, cdh, democratie, europe, ecole, euro-dictature, fn, hainaut, immigres, racisme, histoire, liberte, mr, politique, presse, ps, ptb, romain, resistance, silence, solidarite, ucpw, religions | |  Imprimer | | |

26/09/2006

25/09/2006: 80 % de perdants au loto de Sarko ?

C’  est toujours en EURO-DICTATURE capitaliste …

Pendant ce temps, TF1 titre « A Cuba, des femmes (sans doute une poignée, gavées de dollars U$) luttent pour la libération de leur mari ! ». Rsf est leur complice …

En France « démocratique », comme en Belgique , les centres de détention sont appelés des « centres de rétention ».  C’  est plus doux, plus acceptable … Pourtant des sans-papiers, n’ ayant commis aucun délit criminel, sont détenus, sans procès, avec leurs enfants pendant des semaines, des mois, avant d’ être expulsés de force, comme au 127bis de Steennokkerzeel .  Les « droits de l’home », c’ étaient seulement valables du temps de Walesa, Sakharov, Havel, …

RoRo

 

 

 

 

De : Joss Rovélas [mailto:jossrovelas@msn.com]
Envoyé : lundi 25 septembre 2006 22:09
Objet : FW: [Gisti-info] 80 % de perdants au loto de Sarko ? [RESF]

 

From:  Gisti <gisti@gisti.org>
To:  gisti-info@rezo.net
Subject:  [Gisti-info] 80 % de perdants au loto de Sarko ? [RESF]
Date:  Mon, 25 Sep 2006 20:07:55 +0200


80 % de perdants au loto de Sarko ?

Plus de 30 000 dossiers reçus en préfecture cet été dans le cadre de la circulaire du 13 juin. Un immense espoir...

Mais parmi toutes les familles concernées, qui remplissaient pour la plupart les critères définis par le ministère, seules 6924 ont été régularisés, sans surprise. Les préfectures ont ignoré les dossiers et appliqué les quotas définis à l'avance par le Ministère de l'Intérieur. Un soulagement pour 6 924 parents d'élèves, mais l'angoisse pour les 26 614 familles refusées au loto Sarko !

D'autres n'ont pas encore été convoquées. Certaines n'ont toujours pas reçu de réponse. A ces familles s'ajoutent toutes les personnes seules ou les couples qui ne remplissaient pas les conditions de la circulaires et qui, de ce fait, n'ont pas déposé de demande. Pour elles, pas de faux espoir, mais la même peur d'être expulsées.

 Tous ces gens vivent aujourd'hui dans l'attente et l'angoisse.

« /Quelqu'un qui n'a pas de papiers en France a vocation à être raccompagné chez lui /», a déclaré le ministre de l'Intérieur, en précisant bien que le fait d'avoir un enfant scolarisé ne donnait pas le droit de rester en France.

Le 15 septembre, il adresse une nouvelle note aux préfets : « //Vous êtes amenés à mettre à exécution, conformément à la loi, des mesures d'éloignement à l'encontre d'adultes, parents d'enfant (s) mineur (s), dont vous avez rejeté la demande de régularisation. J'appelle tout particulièrement votre attention sur le fait que l'exécution de ces mesures ne doit en aucun cas donner lieu à l'interpellation de ces adultes par les services de police ou de gendarmerie dans l'enceinte ou à proximité immédiate d'un établissement scolaire./ /»

C'est vrai : une interpellation à 6 heures du matin au domicile familial, c'est beaucoup plus humain.

Au cours de l'été le chasseur d'enfants a pu expulser quelques familles et jeunes majeurs scolarisés : les chaises vides d'Abdallah, Aminata D., Aminata S., celle de Khalid, de Mourad, de Vladislav, de Jeff, celles des enfants Nouridou, des enfants Mutischi... représentent autant d'expulsions brutales et injustes.

   *
A Chartres, la police est entrée dans une école maternelle pour récupérer un enfant de 2 ans et 1/2 dont les parents étaient en rétention.

    *
A Soissons, une famille malgache vit cachée après avoir été arrêtée.

    *
A Montereau, un père de famille, débouté de la circulaire du 13 juin, fait la grève de la faim.

   *
A Bagneux, à Cholet, à Paris des enfants attendent le retour
de leur père, expulsé pendant l'été.

   *
Et à Cachan, des dizaines de familles vivent dans des conditions iinhumaines. Chaque jour sur le chemin de l'école, ces familles sont harcelées, bousculées, interpellées et malmenées par la police.

Mais le Réseau Education Sans Frontières continuera, avec toutes les associations qui le composent et tous les citoyens qui soutiennent son action, à organiser le soutien et la solidarité autour des personnes et des familles menacées et de leurs enfants.

Demain, partout, enseignants, parents d'élèves, élèves, voisins, citoyens, élus, nous serons encore là pour empêcher les expulsions et réclamer la régularisation qui permettra à tous de vivre ici dans la dignité.

La solidarité doit l'emporter contre la chasse à l'enfant...
Mercredi 27 septembre devant les Préfectures, dans toute la France

Nous dirons NON aux expulsions aujourd'hui comme à la fin de l'année scolaire.
Nous exigerons des papiers pour tous par un titre de séjour « vie privée et familiale ».

Tous ensemble, nous voulons pouvoir continuer à construire un avenir de justice et de fraternité !

 Et à l'appel des expulsés de Cachan des collectifs de sans papiers et de RESF :
 

Manifestation samedi 30 septembre à Paris

14 h 30 Place Denfert-Rochereau

Des PAPIERS, des LOGEMENTS et des ECOLES POUR TOUS

HALTE AU DISCRIMINATIONS ET A LA REPRESSION POLICIERE

/ Rendez-vous des collectifs RESF d'Ile de France : 14 h 30, angle Bd Raspail / rue Considérant/

*Réseau Education Sans Frontières* / Réseau des militants, collectifs d'établissements, syndicats et associations pour l'information et le soutien aux jeunes scolarisés étrangers sans papiers.

http://www.gisti.org/doc/actions/2006/resf/09-2730_80pcent.html

http://www.gisti.org

16:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, courcelles, colonialisme, democratie, europe, euro-dictature, expulsions, fascisme, france, histoire, immigres, liberte, politique, presse, romain, racisme, resistance, sans-papiers, oppression capitaliste, silence, solidarite, 127bis | |  Imprimer | | |

23/09/2006

22/09/2006: de Michel Collon, journaliste belge,...

De : Michel Collon [mailto:michel.collon@skynet.be]
Envoyé : vendredi 22 septembre 2006 3:08
À : Par
Objet : NOUVEAU : Bush, Ratzinger et Darwin, Cuba, Pub Télé, Europe génocidaire, Venezuela...

 

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur :

HISTOIRE :
Rosa Amelia Plummelle-Uribe - La longue tradition esclavagiste et génocidaire de l'Europe
Hitler n'est pas tombé du ciel. D'où vient le mot "esclave" ? De "slave". Notre histoire cachée.
Europe génocidaire

ACTUALITE :
David Pestieau et Dominique Meeùs - Bush, Ratzinger and C° contre Darwin
Interview du professeur de Duve, prix Nobel de médecine, sur l'évolution. Et les superstitions actuelles.
Darwin

Oxfam-Solidarité - Cuba aux Cubains!
Un des seuls pays du Sud à atteindre les "Objectifs du Millénaire" contre la pauvreté. Ca dérange l'UE ?
Cuba

Salim Lamrani - Le désespoir de l'opposition vénézuélienne
"Le système électoral vénézuélien est le plus avancé du monde", dit l'UE. Que pourra inventer Bush ?
Venezuela

MEDIAS :
Respire - RTBP : Radio Télévision Bourrée de Pub
La ministre Laanan laisse la pub envahir l'audiovisuel public. Pas qu'une histoire belge...
Pub et télé

 

14:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : venezuela, actualite, amerique, belgique, capitalisme, charleroi, communisme, courcelles, cuba, collon, colonialisme, europe, euro-dictature, fascisme, france, guerre, histoire, democratie, liberte, oppression capitaliste, politique, presse, ptb, romain, racisme, silence, solidaire, socialis | |  Imprimer | | |

22/09/2006

22/09/2006: 60 ans d’immigration italienne… en Belgique

De : Jacques CHEVALIER [mailto:chevaljak@mail.be]
Envoyé : vendredi 22 septembre 2006 9:42

 

Bonjour,

Je vous prie de bien vouloir trouver en annexe le texte du discours qui sera prononcé ce soir par Myriam PIRON à l'occasion du vernissage de l'Exposition consacrée au 60ème anniversaire de l'immigration Italienne via les accords charbonniers belgo-italiens.

Le vernissage a lieu à 19 h au Tchératî, rue Aux Communes, 37 à 4602 Cheratte-Haut, l'exposition est accessible au public samedi 23 et dimanche 24 septembre 2006 de 11 h à 18 h.

Vous êtes cordialement invité(e) au vernissage.

Jacques CHEVALIER

Animateur ACPR - locale Visé-Cheratte

 

 

 

 

60 ans d’immigration italienne…

 

Cheratte, c’est un peu le nombril du Monde.

 

Aussi bien en surface, par la diversité des mélanges de cultures que l’on y trouve, la beauté de sa géographie entre collines et voies maritimes, et la richesse historique de son passé houiller et industrieux, que dans son ventre, avec ses galeries de mine actuellement noyées  et peut-être d’autres trésors qu’il renferme encore (ne prenons que les gigantesques travaux de démergements toujours en cours).

Cheratte, j’en suis tombée amoureuse en visitant pour la première fois les ruines du charbonnage du « Hasard » une froide après-midi d’hiver, et j’ai de suite adhéré à la philosophie culturelle de mon compagnon, Jacques Chevalier, bien connu pour son implication au sein de ce quartier, via notamment l’Association Culturelle Paul Renotte dont notre Camarade Marcel Levaux est le président. 

 

PAC et ACPR de Cheratte s’associent pour un hommage à la communauté d’origine Italienne les 23 et 24 septembre 2006

 

Le 23 juin 1946, les premiers accords entre la Belgique et l’Italie sont négociés par le biais d’une Convention préparant le transfert de cinquante mille travailleurs Italiens en 2 années, vers les charbonnages belges. En 1952, seulement, 48000 hommes auront répondu aux critères de l’accord charbonnier, et auront fait la connaissance de nos mines.

 

Comment en sommes-nous arrivé là ?

 

Après la seconde guerre mondiale  et la fermeture des frontières avec les pays de l’Est l’immigration Italienne devient dominante :

De 1946 à 1956

 

L’Italie s’attache à résoudre les problèmes dus  à l’effondrement de son économie ainsi qu’au désarroi et la révolte de sa jeunesse face au chômage.

 

Les patrons charbonniers de Belgique quant à eux doivent faire face au départ des prisonniers allemands travaillant dans les mines jusqu’à leur libération en 1947, et donc à une pénurie de main d’œuvre pour les besoins énergétiques du pays.

 

l’ Italie quant à elle à grand besoin de combustible également pour se reconstruire.

 

La « FEDECHAR » est chargée de l’organisation pratique de l’embauche (1 homme contre 1200kgs de charbon/semaine pendant+/- 1 an).

 

A partir  de Milan s’organise une véritable campagne publicitaire dans tout le pays (affiches, documentaires expliquant la bonne vie à la mine pour ceux qui auront le privilège d’être choisis : qualités requises : Jeunes hommes célibataires de moins de 35 ans en excellente santé : corps sain et vigoureux, courage, force et sang froid ).

 

Des médecins belges sélectionnent avec prudence les candidats au départ étant donné la dureté du travail.

 

Moins d’hommes que l’on espérait se présentent, ils vont alors diminuer leurs prétentions et élargir les critères de choix, c’est ainsi que des hommes plus vieux, avec charge de famille vont quitter leurs régions pauvres du sud de l’Italie pour s’installer ici.

 

Le voyage entre Milan et Bruxelles dure près de deux jours ; de longs convois arrachent à leur famille des milliers d'hommes, le cœur battant d'espoir vers une vie meilleure. Beaucoup d'entre eux ne reverront jamais leur terre natale.

 

A Bruxelles, la dispersion vers les différents charbonnages est organisée. Des interprètes et délégués des mines règlent les formalités et le précieux chargement d’Humains est dirigé vers les « cantines » qui les attendent, ce sont des anciens  bâtiments de charbonnages fermés depuis 1930 ou ayant servi de « baraquements » aux prisonniers Russes et Allemands, les conditions de vie y sont indignes et bien loin des promesses faites par la FEDECHAR.

 

Les années passent et la santé des mineurs s'affaiblit. Outre les maladies, il y a les différents accidents.

 

Entre 1946 et 1955, plus de 500 ouvriers italiens  périssent dans les différents charbonnages de Belgique. Et puis, vient le 8 août 1956, l'effroyable tragédie du Bois-du-Cazier, à Marcinelle ; 262 morts, dont 136 Italiens (il faut noter qu’il y a  eu peu d’accidents catastrophiques à Cheratte parce qu’il y a peu de « grisou » étant donné la qualité exceptionnelle du minerais (moins gazeux et donc de meilleure combustion), les accidents seront dus à l’eau et le plus souvent en surface..

 

Les conséquences de ce drame sont rapides : renforcement de la sécurité dans les mines et blocage de l'immigration italienne vers la Belgique. 

      

A la fin des années cinquante, beaucoup d'Italiens épuisés par le travail rentrent au pays avec une santé médiocre et sans pension.

 

Ils n’ont pas assez d'années de service dans les mines de Belgique

 

La  « silicose » ne fait pas partie des maladies professionnelles indemnisables.

 

Pour aider ses rapatriés, le gouvernement Italien, poussé par les partis politiques de gauche, approuve une loi en 1962, celle-ci prend en charge l'indemnisation de la maladie de la silicose, en attendant que le gouvernement Belge le fasse.

 

La reconnaissance de cette indemnisation entrera en vigueur dés le premier janvier 1964.

 

La silicose est reconnue comme maladie professionnelle : c’est rendre justice aux victimes de ce mal qui détruit tant d êtres humains depuis des dizaines d'années.

 

On s'est bien gardé de dire en Italie, au moment du recrutement des travailleurs, les différentes maladies que la mine peut occasionner, ainsi que les conditions de travail qu’ils allaient rencontrer.

 

Ceux qui resteront en Belgique et qui seront, mis à la pension prématurément suite à cette maladie devront subir des moqueries, rapidement généralisées à tous les Italiens sur la « moutouelle» voulant ainsi signifier qu’ils ne sont venus que pour émarger le plus vite possible à notre Sécurité Sociale!

 

Et tout cela en ne respectant pas les principes d’hygiène en vigueur chez nous. Je me souviens, petite fille, avoir entendu dire qu’ils étaient malades parce qu’ils mangeaient des tomates et de l’huile d’olive !!! et qu’ils ne vivaient pas comme nous !!!

 

La vie s’organise

 

Dans les années 1950, la recherche de logements plus décents et appropriés, principalement quand la « famille » arrive et s’agrandit,, relève presque de « mission impossible » et on voit fleurir sur bon nombre d’habitations privées des pancartes « ni animaux ni étrangers ».

 

Il y a bien les « Cités ouvrières » dont nous en avons un des plus beaux fleurons ici, avec une des premières cité d’habitations sociales construite en Wallonie (avec Tilleur) au début des années 1920, et destinée au départ à abriter une majorité de familles d’origine Polonaise, représentant la première forme d’immigration massive vers nos charbonnages, mais vu l’ampleur de l’immigration et des regroupements familiaux,, nous manquions de logements décents.

 

L’intégration n’est vraiment pas facile au début, malgré nombre de mariages mixtes entre ces jeunes hommes fougueux et nos jeunes filles locales, et ce, dès 1950.

 

La Belgique compte d’ailleurs, dès 1964 sur l’apport de nouvelles familles immigrées en plus de celles déjà installées (d’abord marocaines, ensuite Turques) pour redresser la courbe de natalité du pays.

 

Quelques politiciens « éclairés » (Marcel Levaux à Cheratte et André Cools à Flémalle) obtiennent, dès 1968, la création du Conseil Consultatif des immigrés, faute d’obtenir déjà un droit de vote pour les personnes résidant régulièrement en Belgique.

 

En 1972, le droit de vote est accordé aux étrangers pour les élections sociales (représentants syndicaux).

 

En 1974, la Belgique décide de stopper l’immigration étrangère tout en accompagnant cela d’une campagne de régularisation d’un faible pourcentage de celles-ci.

  

Dans les années quatre-vingt, les autorités Belges prennent conscience de l’installation définitive des immigrés en Belgique, et mettent enfin en place une politique d’ « intégration ». par le biais entre autre de la «  Loi GOL » de 1984 octroyant la nationalité Belge aux immigrés de la 2eme génération en cas de mariage mixte et automatiquement à ceux de la 3eme génération.

 

Celle-ci se confirme dans le temps puisque de plus en plus de jeunes générations sont essentiellement Belges.

 

Le 7 février 1992, le traité de Maastricht indique que les Européens peuvent voter aux élections locales et européennes.

 

Le 27 janvier 1999, droit de vote aux élections communales pour les européens, étendu le 19 mars 2004 aux non-européens inscrits depuis 5 ans en Belgique.

 

Le 8 octobre 2006, ce sera la première participation de ceux-ci aux « Communales »

 

Le combat continue pour les « Législatives » les « Régionales » et le droit d’éligibilité. (RoRo : et les provinciales … !)

 

La première immigration Italienne dont on parle peu

 

De 1920 à 1940

 

La première guerre mondiale cause beaucoup de dégâts en Europe, notamment en Belgique et  en Italie.

 

La Belgique se remet bien vite à la tâche, la plupart des usines et des charbonnages retrouvent leur rythme et leur productivité.

 

L'Italie, au contraire, se remet confusément de sa guerre. Le régime politique subit des assauts imprévus  : la pauvreté s'étend, Mussolini se prépare.

 

En 1922, soutenu par 30 députés fascistes, il obtient la maîtrise des principaux ministères. Deux ans plus tard, fort d'une majorité de +/- 80%( 405 élus sur 535), il écarte l'opposition et instaure la dictature.

 

Dés lors, par milliers, des Italiens vont fuir leur patrie. Certains aboutissent en Belgique car l'industrie lourde a besoin de nouveaux travailleurs, ils seront rapidement assimilés.

 

Ils arrivent petit à petit à partir de 1922.

 

En 1925,  le nombre d'Italiens travaillant dans les charbonnages peut s'évaluer à quatre ou cinq mille, soit plus de 3% du total du personnel.

 

Et cette proportion ne fera que s'accroître, d'autant plus que la communauté italienne de Belgique se développe sans cesse : ils sont 20 000 en 1930 ; ils seront près de 35 000 en 1940.

 

A l'arrivée de Mussolini au pouvoir, en Belgique comme ailleurs, l'ambassade et les consulats deviennent les symboles du fascisme italien, et tentent de rallier les émigrés à ce régime.

 

Il faut savoir que la plupart des immigrés italiens de l'époque sont antifascistes, et Mussolini va tout faire pour endoctriner ces fuyards.

 

A Charleroi, des écoles et des bibliothèques Italiennes sont organisées sous contrôle fasciste, et, les livres y sont triés.

(Pour information, l’Université du Travail créé par le Mouvement Ouvrier Chrétien va  trouver son essor dans les années 1960 afin de favoriser, l’intégration de ce qu’on appelle alors, les immigrés de la deuxième génération de par l’organisation de cours de haut niveau : graduats et universitaires).

 

Des informateurs produisent pour l'ambassade Italienne un rapport hebdomadaire, pour chaque antifasciste  vu en Belgique.

 

Sur base de ces dossiers, la police italienne demande et obtient , l'arrestation des " agitateurs " par la police belge. Ainsi la population italienne de Belgique, loin d'être à l'abri chez nous, fait en plus l'objet de diverses pressions de la part de son consulat.

 

A ce moment, en Belgique, pour obtenir un passeport, un document officiel, il faut s'inscrire à une organisation fasciste, du moins faire allégeance au Duce ou répondre à de longs questionnaires pour détecter les activités antifascistes. Autrement, les documents pourtant indispensables (extraits de naissance) se font indéfiniment attendre.

 

Cela serait un comble que l’histoire se répète puisque bon nombre d’ « anciens » Italiens déplorent  être toujours en possession d’une carte de séjour renouvelable tous les 5 ans, malgré plus de cinquante ans de résidence ininterrompue en Belgique.

 

Ils doivent même toujours avoir un passeport pour se rendre en Italie, à notre époque de libre circulation dans la Communauté Européenne et d’un retour de l’extrême droite en Italie, voire en Europe.

 

Conclusion

 

Actuellement on entend souvent dire que « l'intégration des Italiens est réussie ».

 

Je n’aime pas beaucoup ce terme …Intégration ?? Notre planète nous appartient, à tous, il y a toujours eu et il y aura toujours des brassages de populations, des départs, des retours, des installations, là où la vie s’organise.

 

Pourquoi penser qu'un peuple peut être meilleur qu'un autre ?

 

Peu importe la couleur de sa peau, peu importe le dieu qu'il prie, un Etre Humain reste une personne qui a le droit d'avoir des droits.

 

On entend souvent dire que la Belgique est envahie d'étrangers mais est ce vraiment le cas?

 

Si l'on se réfère à des chiffres officiels (source : INS,) on constate qu’en 2000, en Belgique, il y avait +/- 90% de Belges, +/- 6% d'étrangers d’origine européenne et +/- 4% d'étrangers hors Union européenne

 

Certains aussi s'interrogent sur les causes qui poussent les gens à partir de chez eux ?

 

Souvent derrière une immigration se cache un accord entre deux Etats, sans tenir toujours compte des désirs de leurs ressortissants

 

Départs forcés ou choix de vie, installations obligées ou espérées, et quoi qu’il en soit, quelles que soient les raisons pour lesquelles nous « émigrons » la terre nous appartient.

 

Les frontières, les régimes politiques, les dictatures, les oppressions sont le résultat de la guerre du Pouvoir, de la Loi du plus fort…

 

Nous, les « petits », les faiseurs de peuples, les forçats de la faim, apprenons à nous respecter, arrêtons de jouer dans la cour de nos oppresseurs, restons unis…Forçons les barrières, créons la solidarité…Et ne parlons plus d’intégration

 

Parlons d’abord d’accueil, d’échange, de vie commune, de partage de valeurs…parlons-nous, écoutons-nous, il y a tant à gagner…

 

Au niveau de la Communauté de Belgique d’origine Italienne, il faut savoir qu’en nombre, elle est plus importante que la communauté germanophone, est-ce que l’on parle d’intégration quand on parle des gens d’Eupen ??

 

Lorsque l'on parle d'immigration italienne et d’ « intégration réussie », on prend souvent comme exemple Elio di Rupo, Paola ou Adamo, mais il ne faut pas croire que les 300 000 italiens en Belgique ont tous atteint la réussite et la reconnaissance de ces personnes connues (Re-connues), un peu comme si les idées racistes étaient « excusées » parce que certains « représentants de nationalités » étaient reconnus ? Resteront-ils toujours, et après plusieurs générations étrangers en Belgique et idem dans leurs contrées d’origine ??

 

Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que les Italiens comme d'autres nationalités ne sont pas venus " voler " le travail aux Belges. Ils ont au contraire contribué à faire de la Belgique le pays qu'il est maintenant. Je pense donc que les partis d'extrême droite se voilent la face et devraient revoir leur Histoire car sans les « étrangers », l'économie belge actuelle ne serait pas ce qu'elle est.

Je termine en rappelant qu’à l’heure actuelle, dans notre beau pays, terre d’asile, il y a des Hommes, des Femmes et des Enfants, qui, sans papiers, se trouvent dans des situation de grand désarroi, ils souffrent de ne pas être reconnus, de n’avoir aucune existence légale, et d’être ainsi des proies faciles pour les marchands d’esclaves et d’illégalités en tout genre.

 

Des êtres humains qui ne savent pas ce que demain sera fait et qui sont sacrifiés au nom du libéralisme international et du profit maximum à n’importe quel prix…

 

Pour en revenir aux personnes d’origine Italienne, puisque c’est elles qui sont à l’honneur aujourd’hui, je tiens à ajouter que depuis l’ouverture des frontières (espace Shengen), bon nombre d’entre elles arrivent toujours en Belgique en espérant trouver une situation économique meilleure, et se trouvent rapidement dans la situation de « sans-papiers » ne pouvant prouver dans les 5 mois de leur arrivée d’un travail déclaré leur offrant la « carte de séjour ».

 

Et non, les « sans-papiers »ne sont pas toujours des étrangers de lointaines contrées, notre voisin ou nous-mêmes pouvons vite sombrer, ne l’oublions jamais…

Et enfin, je voudrais vous rappeler que ce 22 septembre, nous célébrons le triste huitième anniversaire de la mort de Sémira Adamu, candidate réfugiée Nigériane, qui n’a pas survécu aux sévices de ses bourreaux lors de l’expulsion par avion pour laquelle elle était condamnée.

 

Je demande un moment de silence en son honneur et pour toutes les personnes qui vivent actuellement dans la même souffrance 

 

 

 

                                                                                      Pour l’ACPR,

                          

                                                                                   Myriam Piron

 

Bibliographie

Livre

François CAVANNA, les ritals, Beffond, 1978

Articles

Hilde MEESTERS, Crime raciste à Schaerbeek, dans " Solidaire", n°19, 2002, pp 16-17.

François ROBERT, C'est la haine qui a frappé, dans " Le Soir", n°109, 2002, p.4

Sites

C. GOLIN, Et Si on racontait.... une histoire de l'immigration en Belgique, Février 2002, (05/03/02). http://www.iournalessentiel.be/agenda/lectr_emigr.html

(sans auteur), Les étrangers, les Belges et la Belgique, (07/05/02).

httD://www.cidj.be/dossiers/racisme/population.htmi

S. ABDESLAM, Histoire de l'immigration marocaine en Belgique, (0705/02)

http://users.pandoro .be/ibn_batouta/Belgica/historique.html

Livres

- " Siamo tutti neri ! ", Des hommes contre du charbon, Etudes et témoignages sur l'immigration italienne en Wallonie

Institut d'histoire ouvrière, économique et sociale, Seraing ,1998

- Per un sacco di carbone, Associations Chrétiennes des Travailleurs Internationaux, 1996

Articles

Anne Morelli, dossier "Immigration & citoyenneté " dans la Revue L'Observatoire n°6/1995

11:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, charleroi, courcelles, communisme, democratie, europe, euro-dictature, fascisme, hainaut, histoire, immigres, italie, logement, liberte, politique, presse, propagande, romain, sans-papiers, expulsions, silence, racisme, solidarite, syndicats, 127b | |  Imprimer | | |

15/09/2006

14/09/2006: ISRAEL : La culture du mépris des Palestiniens

The Holocaust and Palestine - L' holocauste et la Palestine occupée     08/11/2001

 

 

 

 

De : Transfer_info@yahoogroupes.fr [mailto:Transfer_info@yahoogroupes.fr] De la part de adac association
Envoyé : jeudi 14 septembre 2006 14:13
À : Transfer info
Objet : [Transfer_info] ISRAEL : La culture du mépris des Palestiniens

 

BERNARD NOEL(POETE)...LA CULTURE DU MEPRIS EN ISRAEL

(Bernard Noel, Grand Prix national de Poésie 1992 EST né le 19 novembre 1930.

Il est écrivain et poète,

« Poète, dit-on de Bernard Noël (l'un des plus grands, ne dit-on pas moins). Oui, mais à la condition qu'on dise que la poésie serait alors : tamis, râpe, laminoir de la langue. Supplice de la pensée au sens de Kafka dans La Colonie pénitentiaire (où le texte s'écrit à même la chair) »)

 

INCURSIONS, IRRUPTIONS. CULTURE DU MEPRIS EN ISRAEL BERNARD NOEL POETE ECRIVAIN

 

INCURSIONS

 

Le mot « incursion » sert à désigner, dans les derniers bulletins d'information de France-Culture, les opérations militaires israëliennes au Liban. Ce mot saisit parce qu'il est original par rapport au vocabulaire des autres chaînes. D'après Littré, « l'incursion est une course ; par conséquent celui qui la fait passe seulement sur le terrain qu'il ravage ». Bien que vieille d'un siècle et demi, cette définition décrit assez bien l'action d'Israël, sauf que la « course » viole cette fois l'espace aérien et que le « ravage » tombe ainsi principalement du ciel.

 

Littré renvoie au mot latin « incursio » qu'il traduit par « invasion ». La consultation du Gaffiot donne « choc , attaque » pour « incursio », puis « se jeter sur » pour « incursito » et « fondre sur, attaquer » pour « incurso ». Il ne faut pas, dit le Dictionnaire analogique, confondre « incursion » , qui est le fait de pénétrer momentanément dans un domaine qui n'est pas le sien, avec « irruption », qui consiste à pénétrer de vive force et à s'installer…

L'aviation, est l'instrument parfait de « l'incursion » puisqu'elle « se jette sur » son objectif et retourne aussitôt vers sa base. Les chars , les commandos, l'infanterie, par contre, sont obligés de faire « irruption » même si, officiellement, leur commandement n'a pas l'intention de s'installer. L'armée israëlienne, dénommée Tsahal, combine de toute évidence depuis un demi-siècle « incursion » et « irruption » pour le plus grand dommage de ses voisins.

 

L'histoire de cette période prouve en effet que l'existence et le comportement de Tsahal font de l'incursion et de l'irruption une méthode d'intimidation brutale dont l'exercice est sans cesse nourri d'actions violentes. Cela va du « bouclage » toujours arbitraire à la confiscation des terres, de la destruction des oliveraies et des maisons à l'assassinat ciblé, du bombardement des infrastructures civiles au bombardement des civils, de l'enlèvement et de la séquestration des responsables politiques à l'emprisonnement et à la torture de quiconque a l'infortune d'être au mauvais endroit au mauvais moment. Tout cela au nom d'un droit à l'autodéfense et à la sécurité dont le résultat est de créer une insécurité générale, non seulement autour d'Israël mais dans tout le Moyen Orient.

 

Devant tant de violences, dont le seul succès est d'en appeler et d'en rappeler d'autres aux références totalitaires fâcheuses, il semble que le simple bon sens aurait dû conduire à demander à la paix ce que ne peut obtenir par la guerre. Mais non, l'Etat d'Israël s'obstine à entretenir l'oppression, la peur, la menace quand il ne passe pas à des actes qui visent à terroriser l'ennemi qu'en réalité ils fabriquent. Pourtant, ces jours-ci, les actes en question atteignent un degré où l'injustifiable le dispute à la sauvagerie. Une sauvagerie masquée par la technologie guerrière qui métamorphose les tueries en une affaire inhumaine que les communiqués qualifient de « dégâts collatéraux ».

 

L'humanité a sans doute besoin du contact, de la vision directe ou du face à face pour que le tueur ait conscience du droit de mort dont il dispose. On peut croire que tel n'est pas le cas de l'artilleur ou de l'aviateur qui tirent sur un « objectif », mais comment accorder cette circonstance atténuante aux généraux, ministres et chef de gouvernement dont le moins qu'on puisse attendre d'eux est qu'ils sachent ce qu'ils font ? Quand on compare l'importance des « dégâts » et la justification qu'en donnent les responsables israéliens, on se demande ce qui l'emporte chez eux du mensonge ou du racisme dans leur empressement à pousser au crime.

 

Bien sûr, une bonne partie de leur arrogance dans le déni des faits tient à l'aide constante et à la conduite exemplaire de leur soutien américain, qui a si brillamment réussi la démocratisation de l'Irak et de l'Afghanistan. Les crimes de guerre, la torture des prisonniers, les massacres changent de nature dès lors qu'on les qualifie de lutte contre le terrorisme : ils tirent même de cette qualité une sanctification. Et puis, de toute évidence, les victimes de cette lutte n'ont pas droit à ce statut : il suffit de vous étiqueter « terroriste » pour que vous cessiez d'être un humain.

 

Depuis des années, et les témoignages abondent à ce propos, on assiste en Israël à un entraînement au mépris. Au mépris du Palestinien, jour après jour humilié aux check-points, privé de travail, privé d'eau, d'électricité, de nourriture, malmené pour un oui pour un non, emprisonné sans jugement… Encore n'est-ce là que les formes les plus douces d'une oppression qui n'hésite pas à recourir aux obus, aux bombes, aux fusillades à Gaza ou au fameux « Mur » qui est en train de transformer la Cisjordanie en camp de concentration.

 

La gravité de la situation ainsi créée s'accompagne de dizaines de morts avec un fort pourcentage de femmes et d'enfants. Tout cela a été dénoncé en vain par des articles, des documentaires, des livres, mais rien ne dénonce la dégradation morale qu'entraîne chez les Israéliens l'exercice régulier de l'oppression. Si l'artilleur et l'aviateur ne voient peut-être pas ce qu'ils font, l'oppresseur le voit fort bien quand il laisse des malheureux attendre des heures durant un passage, quand il enfonce les portes, casse les meubles, quand il écrase une maison avec son tank ou son bulldozer, quand il tire sur des enfants. Pour supporter ce face à face, il faut avoir pratiqué longuement le mépris et même en avoir fait sa culture. On sait à quel point il faut déshumaniser l'Autre pour le traiter comme un être inférieur.

Le gouvernement israélien organise cette déshumanisation et le mépris raciste qui en découle. Il s'étonne de la résistance qu'il rencontre dans le temps même où il s'efforce d'en finir avec elle. D'où ce redoublement de violence, qui prouve un désir de génocide latent, et la rage de ne pas oser l'accomplir. Cette rage aveugle monsieur Olmert et sa clique puisqu'elle les fait agir à l'inverse de l'intérêt de leur peuple également aveuglé par leur propagande. Ainsi au quinzième jour de la destruction du Liban avec des bombes américaines dans le but de provoquer le rejet du Hezbollah cause, soit disant, de tout ce malheur, un sondage révèle aujourd'hui que 87% des Libanais voient dans le Hezbollah un mouvement de résistance qui les honore.

 

La bêtise politique est criminelle : on le voyait en Irak, en Afghanistan, on le voit hélas en Palestine et au Liban. Le plus accablant est que cette bêtise ne rencontre aucune opposition dans un Occident qui se déshonore en lui trouvant des motifs respectables. Les pays arabes ne font pas mieux mais ils ont l'excuse, grâce encore à l'Amérique, d'avoir des gouvernements qui sont étrangers aux aspirations de leurs peuples. Il n'est pas nouveau de traiter de terroristes des mouvements de résistance, mais les utilisateurs de cette rhétorique apparemment inusable devraient savoir qu'il est dangereux de précipiter la résistance dans le désespoir.

 

L'honneur n'a jamais été le fort des diplomates et des commerçants, mais il fut longtemps la règle du jeu des militaires. Quel honneur pourrait-il y avoir à bombarder une usine de lait, les pistes d'un aéroport civil ou les immeubles de l'autorité palestinienne ? Il est dommage que Tsahal et ses généraux n'aient jamais eu à méditer ce vers classique devenu proverbial : « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». L'honneur d'Israël ne tient plus qu'aux quelques « refuzniks » qui refusent de massacrer des innocents, mais pour Tsahal, il est trop tard, cette armée d'élite n'est entraînée qu'à écraser plus faible qu'elle, aussi doit-on la considérer désormais comme la plus lâche du monde.

 

Bernard Noël, écrit le 2/08/06.

 

http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=65869

 

Sites à visiter :

http://www.minorites.org/

http://www.palestine-vivra.org/

http://fr.groups.yahoo.com/group/assawra/

http://fr.groups.yahoo.com/group/islam_jeunesse_internati...


Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à :
http://fr.groups.yahoo.com/group/Transfer_info/

09:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, barbarie, courcelles, crimes, colonialisme, democratie, fascisme, guerre, gangsterisme, histoire, irak, afghanistan, imperialisme, israel, liban, liberte, onu, otan, ocupations, palestine, politique, presse, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solida | |  Imprimer | | |

13/09/2006

12/09/2006: Non à la mission de l'ONU

Bravo : le Parti communiste grec est un Parti communiste qui voit clair dans le jeu impérialiste ricano-otan-occidental et pro-sioniste  !

RoRo

 

 

 

 

De : Antonio Artuso [mailto:pueblo@sympatico.ca]
Envoyé : mardi 12 septembre 2006 21:37
À : 00-artusoantonio
Objet : Fw: Liban-Lebanon - Non à la mission de l'ONU - No to UN mission

 


Vous voulez cesser de recevoir mes messages?  Changer ou ajouter une adresse?  Écrivez-moi : pueblo@sympatico.ca

Do you want to stop receiving messages:  Chage or add an e-mail?  Write to: pueblo@sympatico.ca

¿No quiere más recibir mis mensajes?  ¿Quiere cambiar o añadir una direccion?  Escribame: pueblo@sympatico.ca


[FRANÇAIS] + [ENGLISH]

 

[FRANÇAIS]

 

Traduction du Parti communiste du Québec (section du Parti communiste du Canada)

 

----- Original Message -----

From: SolidNet

To: info@solidnet.org

Sent: Friday, September 08, 2006 9:23 AM

Subject: CP of Greece, About the Mission of the Greek Frigate to Lebanon

 

http://www.solidnet.org 

News, documents and calls for action from communist and workers’ parties. The items are the responsibility of the authors.

Join the mailing list: info/subscribe/unsubscribe mailto:info@solidnet.org  .

 

PC de Grèce - Au sujet de la mission de la frégate grecque envoyée au Liban

-------------------------------------------------

From: Communist Party of Greece, Friday, September 08, 2006

http://inter.kke.gr , mailto:cpg@int.kke.gr

==================================================

 

Le Parti communiste de Grèce s'oppose à la participation

 de la Grèce à la mission militaire au Liban

 

Le bureau de presse du Comité central du Parti communiste de la Grèce (KKE) a émis la déclaration suivante au sujet de la décision du gouvernement grec d'envoyer une frégate de la marine se joindre à la force d'intervention des Nations Unies au Liban :

 

«Le gouvernement de Démocratie Nouvelle a assumé d'immenses responsabilités en prenant la décision d'envoyer une frégate grecque et d'autres effectifs militaires au Liban.

 

Le rôle de la soi-disant “mission de maintien de la paix” des Nations Unies est clair et net: il s'agit d'une force d'occupation et d'imposition des objectifs impérialistes, qui interviendra carrément dans les affaires internes du Liban à l'encontre des intérêts des populations de la région.  La mission de cette force consiste à réaliser ce que les envahisseurs israéliens n'ont pas réussi à obtenir, c'est-à-dire le désarmement de la résistance populaire armée.

 

Le gouvernement grec est confronté à une question impitoyable : les forces navales et militaires de la Grèce devront soit renforcer le blocus naval inacceptable et provocateur d'Israël contre le Liban, soit faire partie d'une force de remplacement.

 

L'une ou l'autre de ces options constitue un engagement inacceptable et dangereux.

 

Toutes les parties doivent prendre une position clairement opposée à cette mission.  Ne pas protester clairement constituerait un appui à celle-ci.

 

Le Parti communiste de Grèce (KKE) lance un appel au people grec pour qu'il dénonce cette décision agressive du gouvernement grec et s'y oppose.

 

Aucune participation, d'aucune manière et par aucun moyen à la force d'occupation au Liban!

 

Solidarité avec les luttes des peuples!

 

Athènes, le 6 septembre 2006

 

*FIN DU COMMUNIQUÉ*

 

Pour s'abonner ou se désabonner : mailto:info@solidnet.org

Internet : http://www.solidnet.org

 

 

[ENGLISH]

 

----- Original Message -----

From: SolidNet

To: info@solidnet.org

Sent: Friday, September 08, 2006 9:23 AM

Subject: CP of Greece, About the Mission of the Greek Frigate to Lebanon

 

http://www.solidnet.org 

News, documents and calls for action from communist and workers’ parties. The items are the responsibility of the authors.

Join the mailing list: info/subscribe/unsubscribe mailto:info@solidnet.org  .

 

CP of Greece, About the Mission of the Greek Frigate to Lebanon

-------------------------------------------------

From: Communist Party of Greece, Friday, September 08, 2006

http://inter.kke.gr , mailto:cpg@int.kke.gr

==================================================

 

KKE Condemns Greek Participation in the Military Mission to Lebanon

 

The Press Bureau of the CC of KKE issued the following statement about the governmental decision to dispatch a Greek frigate to the UN intervention force in Lebanon

 

“The government of New Democracy assumes huge responsibilities with its decision to send the Greek Frigate and other military forces to Lebanon.

 

The role of the so-called “peacekeeping mission” of the UN is clear-cut and defined: it is an army of occupation and imposition of the imperialist designs, a force that will pointedly intervene in the internal affairs of Lebanon, against the interest of all peoples of the region. The mission of that force is to accomplish what the Israeli invaders failed to achieve, to disarm the armed popular resistance.

 

The Greek government is faced with a merciless question: will the Greek naval and military forces reinforce the unacceptable and provocative naval blockade of Lebanon by Israel or it is going to participate in a force replacing it

 

Either option constitutes an unacceptable and dangerous engagement

 

All parties must take an unambiguous position against the mission, muttering means agreement and consent.

 

KKE calls upon the Greek people to condemn and express its opposition to this aggressive decision of the Greek Government.

 

No participation, in any way or means, to the occupation force in Lebanon

 

Solidarity with the peoples’ struggle

 

Athens, 6 September 2006

 

*End*

 

subscribe/unsubscribe mailto:info@solidnet.org,

http://www.solidnet.org


 

11:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : barbarie, courcelles, crimes, colonialisme, actualite, belgique, fascisme, grece, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, liberte, onu, otan, occupations, paix, palestine, politique, presse, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Imprimer | | |

09/09/2006

08/09/2006: Un avis: COURCELLES: nous proposons un front anti-fasciste immédiat ...


De : pp105757 [mailto:petit.przetak@scarlet.be]
Envoyé : vendredi 8 septembre 2006 0:17
À : roger.romain@skynet.be
Objet : COURCELLES: nous proposons un front anti-fasciste immédiat ...

 

Tu as raison d’être inquiet, Roger. L’extrême droite, c’est ce que tu dis. Mais, à mon avis, ce que tu ne dis pas (encore), comme d’ailleurs beaucoup de forces démocratiques et/ou antifascistes, voire communistes, c’est que l’extrême droite, c’est d’abord et avant tout, un vote anti ouvrier, anti employé, anti fonctionnaire. Le programme des fachos, ce n’est pas QUE le racisme, mais c’est le pacte des générations (voté par le PS et ses camas MR et Cie) en 1.000 fois pire : c’est remettre ou maintenir au travail le plus de monde possible, donc, la pension à .......70, 75 ans ? Si tu sais taper à un ordi, au boulot, mon vieux ! C’est la baisse très forte des allocations de chômage de même que la durée de ses effets, la baisse simultanée de toutes les aides pour ceux qui ne peuvent plus du tout travailler : CPAS, pensions, allocations d’invalides ou de handicapé, indemnités de « mutuelle » etc.. Le seul poste que ces messieurs (largement financés par une partie du patronat (et pour cause !) ont l’intention d’augmenter, c’est les alloc pour les gosses, futurs soldats, et la création d’une allocation de femme au foyer. (Selon eux, ce serait un chômeur de moins).

 

Et bien d’autres choses encore pour diminuer nos droits et nos revenus. Ceci est la partie cachée de leur programme qu’on n’exhibe pas assez, Ils agitent la muleta du racisme pour qu’une partie d’entre nous fonce dedans en ne sachant rien du reste.

 

Voter facho, ce n’est pas du tout ce que certains électeurs croient bêtement : emmerder le système. C’est au contraire lui faire plaisir et faire plaisir à une bonne partie du patronat. Ceci doit être popularisé. Tout le monde ignore ces buts poursuivis. Et beaucoup ne se rendent pas compte que voter F.N. c’est voter contre soi-même et voter en faveur de nos exploiteurs les plus féroces : ceux du genre Albert Frère par ex..

Laissons les démocrates et les curés s’occuper de lutter contre l’extrême droite sur le seul terrain, du reste très respectable, du rejet du racisme. Nous, à mon humble avis, devons expliquer aux gens le résultat MATERIEL qui sortira d’une montée de l’extrême droite. Le seul moyen de faire réfléchir les étourneaux qui voudraient voter de cette façon, c’est de leur faire comprendre qu’un vote d’extrême droite, c’est un suicide politique ; autant voter pour Albert Frère si d’aventure ce dernier déposait des listes.

Amicalement et mes salutations RVLT.

Pépé le coco, PTB Liège.

21:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, courcelles, cdh, democratie, ecolo, elections, fascisme, fn, hainaut, histoire, liberte, communisme, politique, presse, ps, ptb, romain, racisme, resistance, silence, social, syndicats, ucpw, elections 2006 | |  Imprimer | | |

08/09/2006: Réseau terroriste démantelé en Belgique

Nouveau sur le site de RésistanceS :

Réseau terroriste démantelé en Belgique : Portrait d'une mouvance néonazie active depuis bien longtemps.

Ce jeudi 7 septembre, dix-sept activistes néonazis – dont dix militaires – ont été arrêtés. Membres de l'organisation clandestine Bloed-Bodem-Eer en Trouw (BBET), ils se préparaient, selon la justice belge, à organiser des actions terroristes. BBET est issu de la ''division flamande'' de Blood and Honour, une organisation néonazie internationale. Depuis plusieurs années, RésistanceS dénonce l'existence de cette mouvance extrêmement violente.

Depuis ce vendredi soir, le site RésistanceS vous propose une radioscopie de cette mouvance et plusieurs photographies édifiantes.

http://www.resistances.be/bhv.html




Vous voulez aussi agir contre l'extrême-droite ?

Achetez chez votre libraire :

Le Guide des résistances contre l'extrême droite
de Manuel Abramowicz, coordinateur du site RésistanceS, publié par RésistanceS aux éditions Labor (2005).

Plus d'infos sur ce "Guide" : http://www.resistances.be/guide00.html __._,_.___

@@@ RésistanceS - Info - Net @@@

http://www.resistances.be


S'inscrire :  resistances-info-net-subscribe@yahoogroupes.fr
Archives: http://www.resistances.be/mailing.html

RésistanceS 08-09-2006

Réseau terroriste démantelé en Belgique


Portrait d'une mouvance néonazie active depuis bien longtemps


Ce jeudi 7 septembre, dix-sept activistes – dont dix militaires – néonazis ont été arrêtés. Membres de l'organisation clandestine Bloed-Bodem-Eer en Trouw (BBET), ils se préparaient, selon la justice belge, à organiser des actions terroristes. BBET est issu de la ''division flamande'' de Blood and Honour, une organisation néonazie internationale. Depuis plusieurs années, RésistanceS dénonce l'existence de cette mouvance extrêmement violente. Radioscopie de celle-ci.


Skinnazis de la ''division serbe'' de Blood and Honour, lors d'un concert de musique ''oï''.


C'est au tout début des années 90, qu'une ''Belgian division'' de Blood ans Honour (B&H) apparaît en Belgique. B&H est une organisation skinhead néonazie internationale (voir notre encadré ci-dessous). Des publications néonazies néerlandophones, comme francophones (par exemple ''Bec et ongles'', alors éditée par un dirigeant du groupe l’Assaut) vont s’occuper de la promotion des activités des militants belges de B&H. La ''Belgian division'' est localisée à Waarschoot. Son adresse (une boîte postale) est la même que celle de la revue néonazie ''Thule'', le nouveau titre de ''Euro-Forum'', un opuscule réalisé par des néonazis belges, néerlandophones et francophones. Parmi eux, il se trouve le dirigeant de l'Assaut et futur dirigeant-fondateur, en 1999, du mouvement Nation.

C’est surtout en Flandre que Blood and Honour va se développer. Notamment avec le soutien idéologique de Bert Eriksson, l’ancien ''führer'' du Vlaamse militanten orde (VMO), milice néonazie interdite par la justice belge.

Une mouvance très bien structurée
En Belgique, les productions ''oï'' (musique skinhead) faisant partie de la ''galaxie'' de Blood and Honour sont alors distribuées par Pure-Impact, un label de disque fondé en 1984, dans la périphérie bruxelloise, par un skin proche du Parti des forces nouvelles et du groupe l’Assaut.

Au début des années 2000, une ''division flamande'' de B&H va se réactiver, sous le nom de Blood and Honour-Flanders puis Vlaanderen. Cette dernière est en relation étroite avec une série de groupes néonazis : Groen-rechts, l'ex-Vlaamse jongeren Mechelen (VJM), la Vlaamse Jongeren Westland (VJW)... Les skinheads néonazis participent encore aux manifestations du Comite nationalisten tegen globalisering (le Comité des nationalistes contre la globalisation) et à celles du Comité nationalistes contre l'Otan. Ces comités permettent alors aux activistes de diverses organisations d'extrême droite de se retrouver et de militer ensemble pour d'identiques causes. Dans cette mouvance politique, ils vont également côtoyer des affiliés des Vlaams Blok/Belang jongeren (VBJ), l'organisation de jeunesse du parti nationaliste flamand. Une preuve de plus des liens maintenus entre le VB et la mouvance néonazie.



Manifestation du Comité des nationalistes contre l'Otan, à Bruxelles en 2005. Un comité servant de courroie de transmission entre les skinheads francophones du mouvement Nation et les néonazis de Blood and Honour.

Organisant des concerts de musique ''oï'', la division flamande de B&H est également totalement impliquée dans le soutien aux négationnistes, dont l'objectif est de nier le génocide juif commis durant la Deuxième Guerre mondiale et de réhabiliter le nazisme.

Le 2 mars 2002, quelque part en Flandre et dans la totale clandestinité, B&H-Vlaanderen participait ainsi au ''Revisionistisch congres'' où prirent la parole Siegfried Verbeke (leader du groupe négationniste anversois VHO), Bert Eriksson (ex-VMO), Vincent Reynouard (négateur français exilé en Belgique et depuis lors responsable de la section francophone de VHO) et Paul Kruger (pseudonyme du porte-parole de Blood and Honour-Vlaanderen).


Photo exclusive du meeting négationniste du 2 mars 2002. De gauche à droite : Bert Eriksson (ex-VMO), Vincent Reynouard (responsable de la section francophone de VHO), Siegfried Verbeke (leader du groupe VHO) et Paul Kruger (pseudonyme du porte-parole de Blood and Honour-Vlaanderen).

Sang-Sol- Honneur et Fidélité
La défense du négationnisme et de l'héritage ''national-socialiste'' va aussi se faire dans la revue ''Bloed-Bodem-Eer en Trouw'' (en français : Sang-Sol-Honneur et Fidélité, une dévise nazie) également connue par ses initiales : BBET. Cette publication confidentielle néonazie flamande se présente comme étant la revue de réflexion idéologique de la mouvance de Blood and Honour.
Le 19 mars 2005 à Waasmunster, près d'Anvers, BBET organisait un meeting néonazi clandestin pour soutenir les ''prisonniers politiques'' emprisonnés pour négationnisme. Depuis, suite à des conflits internes apparus au sein du B&H-Vlaanderen, l'équipe rédactionnelle réalisant BBET aurait fait dissidence et formée ensuite son propre groupe. Qui prendra le même nom que la revue.

C'est BBET qui fut l'objet de l'opération policière, du 7 septembre, et qui permit l'arrestation de dix-sept néonazis belges. Selon nos confrères de Blokwatch, BBET serait constitué d'environ 25 activistes. Blood and Honour-Vlaanderen aurait pour sa part été épargné par l'opération policière. Pour l'instant.


Affiche de l'organisation Bloed-Bodem-Eer en Trouw. Les nouveaux SS ?


En Wallonie et à Bruxelles aussi ?
Il n'y a jamais existé, du côté francophone, de ''division Wallonne'' ou ''Bruxelloise'' de Blood and Honour. Cependant, des bandes de skinheads francophones se sont revendiquées de l'idéologie véhiculée par B&H. Au début des années 90, à Liège, un fanzine (un journal amateur) skinhead, ''Blind Justice'', avait par exemple des contacts avec les représentants belges de B&H. ''Blind Justice'' était alors proche du groupe l'Assaut.
Aujourd'hui la majorité des skinheads néonazis francophones est active au sein du Front national et du mouvement Nation. Ce dernier a été fondé par l'ex-leader de l'Assaut. Ce groupe néonazi s'était, dans les années 80 et 90, spécialisé dans le recrutement de jeunes ''crânes rasés''. Dans le mouvement Nation en général, dans Jeune Nation (son organisation de jeunesse) en particulier, les skinheads restent nombreux. Ils partagent la même idéologie que les skinheads flamands de Blood and Honour. Récemment encore, plusieurs militants de Jeune Nation participaient au service d'ordre d'une manifestation de Belgique & Chrétienté, un groupuscule intégriste catholique membre du ''réseau social'' du mouvement néofasciste Nation. Une preuve de plus que les skinheads ont des contacts qui vont au-delà de leur environnement politique immédiat.


Un danger skin ?
Si la version néonazie du ''mouvement skin'' représente un véritable danger, c'est l'ensemble de sa mouvance et de ses soutiens politiques qui doivent ici être stigmatisés. En effet, les skinheads ne sont que les ''troupes de choc'' de formations et d'organisations d'extrême droite dont l'objectif reste le même : la destabilisation du système politique actuel pour le remplacer par un régime d'Ordre nouveau.

Tel était en tout les cas, l'objectif des apprentis terroristes de BBET arrêtés le 7 septembre.

 

Manuel ABRAMOWICZ



B&H Vlaanderen en photo


Meeting de Blood and Honour-Vlaanderen le 3 novembre 2001, avec le portrait de Rudolf Hess, le numéro 2 de la dictature nazie.


L'un des leaders des skinazis de B&H en Flandre.


Meeting de B&H-Vlaanderen organisé en 2002 pour fêter l'anniversaire de naissance d'Adolf Hitler.


Bert Eriksson à la tribune de la division flamande de Blood and Honour. Ex-leader de la milice privée néonazie VMO, il reste une référence politique pour l'ensemble de l'extrême droite subversive, y compris pour les francophones du mouvement Nation.

 


Blood and Honour : une internationale néonazie ?


Ian Stuart, leader néonazi britannique et héros de Blood and Honour.

Blood & Honour (B&H) est fondé en Grande-Bretagne, à la fin des années 70, par Ian Stuart (1957-1993), un dirigeant du National front (NF) qui souhaite recruter et politiser les jeunes skinheads. Les skinheads appartiennent alors à un mouvement culturel issu de la classe ouvrière britannique. Ils sont plutôt antiracistes et leur musique est le ''ska'', un mixte entre le rock anglo-saxon et le reggae jamaïquain.

B&H deviendra la première organisation structurée et internationale rassemblant les skinheads de tendance ''NS'', c'est-à-dire ''nationaux-socialistes''. Le mouvement de Ian Stuart se revendique comme étant l'héritier direct de la SS, l'élite de la dictature hitlérienne. Il est ouvertement antisémite. Les Juifs sont sa cible numéro un.

Organisant des concerts de ''oï'', le rock des skins, et la distribution des disques des groupes agissant sous son label RAC (Rock against communism), Blood and Honour va également fonder un groupe d’action qui se lancera ensuite dans des opérations terroristes, sous le nom de ''Combat 18'' (un et huit, pour la premier et la huitième lettre de l’alphabet, soit AH, c’est-à-dire les initiales d’Adolf Hitler).

Fort de plusieurs ''divisions'' à l’étranger (en France, en Allemagne, en Italie, en Belgique, aux Etats-Unis et maintenant en grande partie dans la plupart des pays de l’ex-Bloc soviétique), B&H a néanmoins connu des conflits internes qui donneront lieux à des dissidences, comme celle des Hammers skins.
(M.AZ)


© RésistanceS – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 8 septembre 2006


Affiche de BBET, le groupe néonazi démantelé ce 7 septembre. Au programme : violence terroriste et antisémitisme.


Encore sur RésistanceS.be

Pour comprendre la galaxie de B&H et de BBET, lire nos articles suivants :

La Belgique reste une plaque tournante des ''négateurs-nazis''
• Infiltration – Hooligans : L’extrême droite au stade
• Anti-globalisation : infiltration néonazie

• Tentative d’assassinat de Chirac : Des Belges liés à la mouvance de Maxime Brunerie


19:59 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, charleroi, courcelles, democratie, fascisme, hainaut, histoire, liberte, politique, presse, romain, racisme, resistance, silence, solidarite, terrorisme | |  Imprimer | | |

07/09/2006

07/09/2006: COURCELLES: nous proposons un front anti-fasciste immédiat ...

 

COURCELLES: nous proposons un front anti-fasciste immédiat ...

 

COURCELLES: c' est donc malheureusement fait:

Ce jeudi, entre 13 et 16 heures, le Bureau électoral principal communal de Courcelles recevait les présentations des candidats par les différents partis politiques.

Ce jeudi, 7 listes sont d' ores et déjà déposées. Dans l' ordre alphabétique: Alc, Cdh, Écolo,  Fn, Mr, Ptb+Pcc, Ucpw...

Et demain, vendredi, entre les mêmes heures, c' est re-belote ! Toutes les listes n' ayant pas encore été déposées comme on le voit ...

Reste à savoir si toutes passeront les caps de l' arrêt provisoire et de l' arrêt définitif par le Bureau électoral...

Comme nous l' avions prévu une liste du Fn est déposée. Le Fn, c' est l' extrême-droite, un parti qui prêche un certain nationalisme, le racisme, les idées du fascisme: c' est-à-dire la haine des autres, en fonction de leurs orgines, de la couleur de leur peau, de leur classe sociale. 

A Anvers et ailleurs en Flandre, à Charleroi et ailleurs en Wallonie, et aujourd' hui à Courcelles, nous en sommes donc revenus aux années '30: Rex, le Vnv, leur alliance avec les nazis. Les nazis chassaient les Juifs, les tziganes, les handicapés, les communistes d' abord, et ensuite les autres ... C' est pour emprisonner les communistes qu' ils ont ouvert les premiers camps de concentration en Allemagne. COURCELLES en garde un triste souvenir dont en témoigne un certain monument à la rue des Martyrs ...

La situation est donc grave: COURCELLES, commune ouvrière par excellence, a toujours eu le coeur à gauche, un coeur qui battait dans la solidarité avec les exploités, les défavorisés, ...

La présence du Fn a COURCELLES n' est pas seulement une affaire purement électorale. Le danger intéresse les organisations patriotiques, progressistes, démocratiques, de jeunesse, les syndicats, et bien entendu les partis politiques, même si certains, en créant l' injustice, en jouant le jeu du capitalisme, ont favorisé un climat de revanche.

Les candidats du Parti du Travail de Belgique et de Présence communiste courcelloise, maintiennent donc leur proposition d' une réaction commune, sans aucune exclusive, contre cet élément nouveau, la convocation d' une réunion immédiate de tous ceux qui veulent se rassembler dans la lutte anti-fasciste.

RoRo

 

élections communales: Courcelles: aujourd' hui, comme hier, préparons nous à faire barrage au front nazi ... 

                   

 

Selon les témoignages que j' ai recueillis, le Fn a récolté des signatures de parrainage et déposera vraisemblablement une liste de candidats à COURCELLES jeudi ou vendredi.

Le danger fasciste est donc également dans nos murs. La bête n' est pas morte ...

Comment vont réagir tous les démocrates et les progressistes devant cette situation ?

Une seule réponse s 'impose: L'  UNION pour faire barrage au front nazi ...

C’ est ce que proposent les communistes de la liste PTB + PCC. Une réunion commune devrait être convoquée en ce sens dans le délai le plus court …

RoRo ( 04/09/2006)

19:25 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, charleroi, communisme, courcelles, cdh, democratie, ecolo, fascisme, elections, fn, hainaut, histoire, liberte, mr, politique, presse, ps, ptb, romain, resistance, racisme, silence, solidarite, syndicats, social | |  Imprimer | | |

05/09/2006

14/09/2006: BRUXELLES: Dans l' intérêt de qui ?


De : cic [mailto:centrinter@wol.be]
Envoy¨¦ : mardi 5 septembre 2006 15:42
Objet : CIC 14-9-2006 Vlaams Belang, Dans l'intérêt de qui ? / Wiens Belang?

 

Centre International ¨C Internationaal Centrum
171, bd Lemonnier, 1000 Bruxelles ¨C Lemonnierlaan 171, 1000 Brussel

Nederlands

Invitation

 

 

Front National et Vlaams Belang

Dans l' intérêt de qui ?

 

Discussion avec Norbert Van Overloop, auteur de l'ouvrage

Wiens Belang ? (Dans l' intérêt de qui ?) et

Olivier Fellemans qui suit de près le Front National

Jeudi 14 septembre 2006 de 19 h 30 à 22 h

Centre international,
Bd M. Lemonnier 171, 1000 Bruxelles

 

 

 

Norbert Van Overloop et Olivier Fellemans passent au peigne fin ce que le Front National et le Vlaams Belang ont en tête sur le plan de votre salaire, votre emploi, votre pension et vos soins de santé¦.

Ces deux spécialistes ne veulent pas lancer des mots en l'air, sans suites. Ils ont pour objectif de vous fournir des arguments précis et concrets afin de d'entamer la discussion et de la gagner. 

 

La soirée est bilingue. Traduction prévue.

 

Plus d'information :

Sur le guide d'action contre l'extrème droite L'agenda caché du Front National :

http://www.chengetheworld.org/fr/index.php?op=action&noAction=3&typeInfo=article&pid=1535#undefined
Sur l'ouvrage Wiens Belang ? 
(en néerlandais) :

 http://www.epo.be/uitgeverij/nieuw.php.

 

 

Deux instruments de travail  à commander
 
Wiens Belang? Het Vlaams Belang over inkomen, werk, pensioenen

(Dans l'intérêt de qui ? Le VB  à propos des revenus, de l'emploi, des pensions (uniquement disponible en néerlandais)

L'agenda caché¦ du Front National

 

Nom et prénom : ......................................................................................................................

Adresse : ...................................................................................................................................
Syndicat / association : .........................................................................................................

Téléphone : .................................... E-mail : ..........................................................................

Commande .......... ex. de l'ouvrage Wiens Belang?  à 12,50 euros (+ 2 euros de frais postaux).

                   .......... ex. de L'agenda caché¦ du Front National à 4 euros (+ 2 euros de frais postaux).


Bon à renvoyer au Centre international, bd M. Lemonnier 171, 1000 Bruxelles.

Commande par téléphone : 02/504 01 12.

Uitnodiging

 

 

Vlaams Belang en Nationaal Front

In wiens belang ?

 

Discussie met Norbert Van Overloop,

auteur van het boek Wiens Belang ?

en Olivier Fellemans, die het Nationaal Front van nabij volgt

¨‹¡ø

Donderdag 14 september 2006 van 19.30 tot 22.00 uur
¨‹¡ø

Internationaal Centrum,
M. Lemonnierlaan 171, 1000 Brussel

 

 

 

Norbert Van Overloop en Olivier Fellemans analyseren wat Vlaams Belang en Nationaal Front in petto hebben inzake loon, werk, pensioenen en gezondheidszorg.

Zij komen niet om vrijblijvende bespiegelingen te maken.

Zij bezorgen u precieze en concrete argumenten om de discussie aan te gaan op de werkvloer en ze ook te winnen. 

 

 De avond is tweetalig. Vertaling voorzien.

 

Meer informatie
Over het actieboekje
De verbogen agenda van het Nationaal Front:

http://www.chengetheworld.org/nl/index.php?op=action&noAction=3&typeInfo=article&pid=1534#undefined
Over het boek Wiens Belang ? :

http://www.epo.be/uitgeverij/nieuw.php.

 

 

Twee nuttig werkinstrumenten die u kan bestellen
 
 Wiens Belang? Het Vlaams Belang over inkomen, werk, pensioenen
 De verborgen agenda van het Nationaal Front

 

Naam/voornaam: .....................................................................................................................

Adres: .........................................................................................................................................
Vakbond / Vereniging: ...........................................................................................................

Telefoon: .................................... E-mail: ................................................................................

Bestelt .......... ex. van Wiens Belang? ¨C 12,50 euro (+ 2 euro portkosten).

            ¡­¡­.. ex. van De verborgen agenda van het Front National ¨C 4 euro (+ 1 euro portkosten)
Bon terugsturen naar Internationaal Centrum, M. Lemonnierlaan 171, 1000 Brussel.
Telefonisch bestellen : 02/50 40 112.

18:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualit, belgique, courcelles, histoire, romain, capitalisme, communisme, d mocratie, euro-dictature, fascisme, fn, ptb, presse, silence, racisme, r sistance, europe | |  Imprimer | | |

05/09/2006: LIBAN: Pourquoi allons-nous payer ?


De : Michel Collon [mailto:michel.collon@skynet.be]
Envoyé : mardi 5 septembre 2006 0:43
Objet : Pourquoi allons-nous payer ?

 

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Pourquoi allons-nous payer ?
MICHEL COLLON

Nous, petits contribuables belges, français ou européens, allons payer pour reconstruire le Liban. C'est-à-dire pour réparer ce qu'Israël détruira de nouveau dans deux ou trois ans.
Les victimes libanaises en bénéficieront-elles ? Très peu car ce style de « reconstruction » les endettera et profitera surtout à quelques grosses entreprises européennes. Détruire et reconstruire, elles adorent.
En Europe, on n'a pas d'argent pour l'emploi, les écoles ou les pensions trop basses. Mais pour gonfler les profits de nos exportateurs, oui.
En Justice, c'est le coupable qui doit payer ce qu'il a cassé. En politique, pas du tout. Ce sont d'autres victimes. Cette hypocrisie de l'U.E. aidera les États-Unis à maintenir Israël dans son rôle de « flic » local. Chargé de patrouiller au Moyen-Orient, afin qu'Esso continue à augmenter chaque année ses bénéfices - records. Pendant que les peuples arabes subiront la pauvreté.
Ne serait-il pas plus logique d'adresser la facture à Washington d'où viennent les missiles, les chars, les bombes à fragmentation et surtout les ordres ?


Davantage sur Israël et le Moyen-Orient : Invités

10:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : euro-dictature, presse, politique, romain, silence, belgique, actualite, barbarie, courcelles, colonialisme, fascisme, europe, guerre, imperialisme, israel, liban, onu, otan, occupations, palestine, racisme, resistance, sionisme, solidarite, terrorisme, usa, social | |  Imprimer | | |

24/08/2006

24/08/2006: Les nouvelles de Stop Usa ....

De : Stop USA [mailto:info@stopusa.be]
Envoyé : jeudi 24 août 2006 13:43

Objet : News

 

www.stopusa.be

 

Nederlands

 

Israël a largué des bombes à fragmentation sur 170 sites au Sud-Liban, rapporte l'ONU
23 août 2006 - Reuters

Israël a délibérément largué des bombes à fragmentation sur des dizaines de villages du Sud-Liban, en violation flagrante du droit international. Une proportion des bombes éparpillées n'explosent pas sur le champs, et constituent à présent une menace mortelle pour les civils, particulièrement les enfants. 

Amnesty International accuse Israël de crimes de guerre
23 août 2006 Reuters

 

«L'affirmation par Israël que les attaques des infrastructures étaient légales est de toute évidence erronée. (...) Nombre de violations décrites dans notre rapport, telles que des attaques disproportionnées et menées sans discrimination, constituent des crimes de guerre. Les éléments suggèrent fortement que la destruction massive de centrales d'eau et d'électricité et d'infrastructures indispensables au transport de la nourriture et de l'aide humanitaire était délibérée et s'inscrivait dans une stratégie militaire» 

 

La résolution 1701 de l'Onu apportera-t-elle la paix au Liban ?

 

Ce n'est qu'après un mois de guerre et plus de 1200 morts que le Conseil de sécurité est enfin parvenu à se mettre d'accord sur un arrêt des hostilités au Liban. Durant trois semaines, la chose n'a pas été une priorité pour les États-Unis et Israël. Israël n'acceptait de mettre un terme à son agression contre le Liban que si le mouvement de résistance du Hezbollah était refoulé à au moins 30 km plus au Nord, au-delà du fleuve Litani. 

 

La Belgique doit-elle envoyer des troupes au Liban ?

 

Le gouvernement belge se tâte encore à propos d'une éventuelle participation à la force des Nations unies. Tout comme la France, les USA et Israël, la Belgique veut qu'il y ait un mandat bien clair : les troupes de l'ONU doivent avoir le droit d'utiliser leurs armes. Tant la France que l'Italie et l'Allemagne, ont déjà fait savoir clairement ce qu'elles considèrent comme leur première tâche: le désarmement de la résistance libanaise. À aucun moment, ces pays n'ont condamné l'agression contre le Liban, les violations du droit international ou les crimes de guerre d'Israël. Avec une troupe d'intervention internationale de ce genre, les États-Unis et Israël pourraient à tout le moins fêter la victoire de leur guerre injuste. 

 

Un pays renvoyé vingt ans en arrière par les bombardements

 

Bilan de l'agression commise par Israël.

 

Aznar : « L'OTAN devrait être en train de bombarder le Liban »
19 août 2006 - BBC

 

Journaliste : vous êtes en train de dire que l'OTAN devrait être en train de bombarder le Liban ?
Aznar : Si c'est nécessaire, oui. Parce que je considère qu'Israël est une partie essentielle du monde occidental. Et je considère que mes intérêt, ma démocratie, ma liberté, ma prospérité, passent actuellement dans une large mesure par l'existence d'Israël... et cette lutte est une lutte vitale pour l'existence d'Israël... et moi je soutiens cette idée qu'il est nécessaire de garantir l'existence d'Israël... Israël est une partie du monde occidental. 

 


Français

 

Een land 20 jaar achteruit gebombardeerd

Balans op van wat het Israëlisch leger in het land heeft aangericht 

Brengt VN-resolutie 1701 vrede in Libanon?

 

Een goede week geleden, op 12 augustus, keurde de VN-Veiligheidsraad resolutie 1701 goed. Sinds 14 augustus is een stopzetting van de vijandelijkheden van kracht. Is dit het begin van de vrede?

 

Moet België troepen sturen?

 

De Belgische regering beraadt zich nog over een deelname aan deze VN-macht. Net als Frankrijk, de VS en ... Israël wil België echter dat er een duidelijker mandaat komt: de VN-troepen moeten het recht hebben om wapens te gebruiken. Zowel Frankrijk, dat het bevel voert, als Italië en Duitsland hebben al duidelijk gemaakt dat ze als hun belangrijkste taak zien: de ontwapening van het Libanese verzet. Ze hebben op geen enkel moment de agressie tegen Libanon, de inbreuken tegen het internationaal recht en de oorlogsmisdaden van Israël veroordeeld. Met een dergelijke internationale troepenmacht zouden de VS en Israël toch de overwinning van hun onrechtvaardige oorlog kunnen vieren.

 

De regels van de Westerse Media
15 Augustus 2006 - Assarwa / Indymedia

 

Neutrale journalistiek in de Westerse Media? Vergeet het.

 

Souha Bechara: «We zullen onze dorpen in Libanon heropbouwen»

 

Souha Bechara is een belangrijke figuur in het Libanese verzet. Tijdens de eerste bezetting van Libanon door Israël, probeerde ze in 1988 ­ ze was toen 20 ­ generaal Antoine Lahad, hoofd van de militie die samen met Israël Zuid-Libanon controleerde, te vermoorden. Ze werd zonder proces tien jaar opgesloten (1989-1998) in de beruchte gevangenis van Khiam, in Zuid-Libanon. Sinds haar vrijlating ijvert ze voor de bevrijding van de 10.000 Palestijnse en Libanese gevangenen in Israël. De Libanese verzetsvrouw Souha Bechara ijvert voor de vrijlatiing van de 10.000 Palestijnse en Libanese gevangen die in Israëlische gevangenis worden vastgehouden.

23:29 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, barbarie, courcelles, crimes, colonialisme, euro-dictature, fascisme, france, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, onu, otan, occupations, palestine, paix, politique, presse, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Imprimer | | |

22/08/2006

22082006: Invitation à la commémoration Semira Adamu - 23 Sept. 2006


De : CRER Bxl [mailto:coordsanspapiersbxl@yahoo.fr]
Envoyé : mardi 22 août 2006 14:56
À : coordsanspapiersbxl@yahoo.fr
Objet : Invitation à la commémoration Semira Adamu - 23 Sept. 2006

 

Invitation à la commémoration Semira Adamu - 23 Sept. 2006

1er appel à la mémoire

 

Site d'information : www.vluchteling.be/semira 

 

Vous êtes vivement et cordialement invités à nous rejoindre à la 8ème commémoration de la mort de Sémira Adamu que nous organisons pour le 23 septembre 2006.

 

Il vous est loisible de vous joindre à cette action en tant que signataire uniquement mais il est évident qu'une participation active sous différentes formes serait tellement plus intéressante! Par exemple rejoindre les commissions de travail avant et pendant la journée commémorative. 

 

Prenez contact avec nous !!! 

 

Pour nous en Belgique une grande marche est prévue à partir de 14 heures débutant à l'Office des Étrangers (gare du Nord)  pour se terminer en face du Parlement Européen à la place du Luxembourg (gare du quartier Léopold). Pour nos camarades en Europe et aux EEUU plusieurs activités sont également prévues et des délégations des mouvements des sans papiers d'Italie, Espagne, France et Allemagne seront avec nous à Bruxelles le 23 septembre prochain. Cette année donc, notre commémoration à la mémoire de Semira acquiert une dimension internationale.

 

En Belgique la manifestation sera suivie d'une activité à partir de 18h au Théâtre LUMEN (Place Flagey) : musique, prises de paroles de délégations étrangères et témoignages, débats, petite restauration etc.

 

ll vous faut transmettre cet appel à vos proches, vos amis, vos collègues, à votre carnet d'adresses emails,… Ne vous préoccupez pas des réactions qui s'en suivront. Parfois, il faut un peu plus de temps à certains pour rentrer dans la danse. L'essentiel en ce qui vous concerne aura été fait.

 

 

Faire suivre, ne pas briser la chaîne de solidarité, c'est beaucoup et nous vous en remercions d'avance !!!



Pour un soutien financier extrêmement nécessaire

veuillez verser au compte  - 063 - 4107523 - 93 - SEMIRA ADAMU 2006

 

 

Pour ceux dont la signature manque…

signature de soutien à l'appel


Association : .............................................................................................................

Nom du signataire : ....................................................................................................

Personne ou groupe : ..................................................................................................

 

 

Ci-dessous vous trouverez le texte de l'appel que nous lançons à cette occasion.

 

COMITE 25 FEVRIER
rue de Dublin 33 - 1050 Ixelles
> contact : FR 0496 40 33 09 - NL 0496 27 94 78 comite_25_fevrier_2006@yahoo.fr

N° Compte : 063 - 4107523 - 93 

 

 

 

Huit ans après Semira, le combat continue…

Avec les sans-papier-e-s !

 

« Le vingt-deux septembre, aujourd’hui

comme hier, pouvons-nous nous  en foutre ? »

(libre actualisation d’une chanson de Brassens)

 

Le 22 septembre 1998, Semira Adamu, une jeune nigériane de près de vingt-ans, mourait, étouffée par neuf gendarmes armés d’un coussin, acharnés à l’expulser du petit royaume surprotégé, à tout prix, à six reprises chaque fois plus violentes. Fuyant un mariage forcé avec un sexagénaire polygame, elle était venue chercher l’asile dans l’Europe des droits de l’Homme. Elle n’y trouva que la raideur administrative, la froideur du pragmatisme gestionnaire et sécuritaire, les barreaux d’un centre fermé, la violence policière et la mort.

 

Huit ans plus tard, rien n’a changé. Les hommes et femmes migrant en quête d’une vie plus sûre et moins précaire sont toujours traité-e-s comme des « flux » qu’il s’agit de contrôler et de refouler. Chaque année, 8000 personnes sont toujours enfermées abusivement, puisqu’elles n’ont commis aucun délit, et inutilement, puisque la majorité d’entre elles sont relâchées dans la nature et la clandestinité après quelques mois d’incarcération. Parmi celles-ci, on compte de plus en plus d’enfants, détenus en contravention flagrante avec le droit international, privés du droit fondamental à l’instruction et à la dignité. Les expulsions se perpétuent (et tuent parfois) dans l’arbitraire, la violence et le non respect des droits fondamentaux dont l’Europe se vante être le berceau. Tout récemment encore, madame Hawa Diallo, jeune guinéenne, et son fils Yousouf, connurent une succession de tentatives d’expulsion, chaque fois plus violentes : camisole de forces, jambes ligotées, escortes musclées par cinq gendarmes, coups dans le ventre, étranglements,… Elle échappa de peu au sort tragique de Semira dont nous voulons chaque année commémorer la mémoire. Deux cas emblématiques du peu de reconnaissance par les politiques d’asile européenne de l’oppression, de l’exploitation et de la violence que subissent les femmes dans les pays qu’elles fuient.

 

A l’intérieur des frontières du royaume, des dizaines voire des centaines de milliers de migrants passant au travers des mailles du filet répressif ou ayant été libérés d’un centre fermé suite à l’échec de leur éloignement, vivent dans les interstices clandestins de nos sociétés. Sans que l’État ne reconnaisse officiellement leur présence mais qu’il tolère hypocritement car il est incapable d’expulser toutes les personnes irrégulières sans glisser vers un État policier et que celles-ci s’avèrent en fin de compte très utiles, si pas nécessaires, au travail précaire et non protégé sur lequel reposent des pans entiers de notre économie. Depuis quelques mois – fait nouveau et décisif –, ces hommes et ces femmes se sont décidé-e-s à sortir de l’ombre, à s’organiser au sein de l’UDEP (Union pour la Défense des Sans-Papiers), à occuper des lieux symboliques, à manifester et même à rédiger une proposition de loi pour revendiquer leur régularisation, c’est-à-dire leur droit d’exister, leur droit d’avoir des droits. Ce mouvement prend de l’ampleur au plus total mépris du gouvernement qui vient d’approuver une énième réforme de la loi sur les étrangers, animée par la même logique gestionnaire et sécuritaire que les précédentes, sans la moindre prise en compte des doléances des personnes sans-papiers.

 

Cette situation n’est pas propre à la Belgique, elle se retrouve et se décide au niveau européen. Dès le lendemain de l’assassinat de Semira Adamu, le vaste mouvement de solidarité et d’indignation, suscité dans la société civile, dénonçait déjà la construction d’une Europe forteresse. Depuis lors, la construction de cette Europe-là progresse à bien plus grand pas que celle de l’Europe sociale ou de l’Europe des droits. Des policiers et policières coopèrent pour renforcer et perfectionner le contrôle des frontières. Les ministres de la Justice et des Affaires intérieures se concertent pour élaborer des normes communes de rapatriement et organiser des charters communs pour les expulsions collectives. Des budgets considérables sont alloués aux nouveaux États membres afin de garantir l’imperméabilité des nouvelles frontières de l’Europe élargie. La coopération au développement se marchande avec les pays du sud contre des accords de réadmissions pour toutes les personnes migrantes parties ou ayant transitées par chez eux. Petit à petit prennent forme les projets d’externalisation de l’asile (camps dans les pays tiers où seraient parqués tous les candidat-e-s à l’asile ou l’immigration en Europe dans l’attente d’une réponse rarement positive). A Rabat, la récente conférence ministérielle euro-africaine sur la migration et le développement aboutit à 62 recommandations pour « endiguer » le « fléau » de l’émigration (et non plus l’immigration) clandestine.

 

Les conséquences de cette politique de forteresse commencent à faire de plus en plus de  bruit dans les médias et l’opinion publique : ce sont, chaque jour, des dizaines de morts qui sont recensés lors du trajet vers ou à l’abord des côtes espagnoles et italiennes (15 000 décès depuis 1993).

 

Ces conséquences, au même titre que le meurtre de Semira, l’arbitraire, la violence et le non respect des droits fondamentaux qui sévissent toujours en Belgique, seront inévitables tant que les politiques ne comprendront pas que la migration est un phénomène séculaire, intrinsèque à l’humanité, et de surcroit favorisé et démultiplié par la modernité, la mondialisation et l’inégalité des rapports Nord/Sud. Le mouvement définit la vie et aucune politique, aucun arsenal répressif, ne pourra jamais le refreiner complètement. Toute tentative de le réprimer se révèle inefficace, dangereuse et contreproductive. Plus on restreindra l’immigration légale, plus se développera l’immigration clandestine. Plus on durcira les conditions d’accès au territoire et renforcera les contrôles, plus on poussera les migrants dans des conditions toujours plus précaires qui font le fonds de commerce des trafiquants en tout genre et plus on bafouera les droits fondamentaux de la personne humaine.

 

Il est donc temps que l’on inverse la logique. Il est donc urgent et indispensable que l’on fasse désormais primer le respect des droits de l’homme – pour toute personne humaine, d’où qu’elle vienne et où qu’elle aille – sur les impératifs gestionnaires et sécuritaires de nos opulentes démocraties libérales, de nos États occidentaux dont la puissance, la supériorité, la richesse, le bien-être et les droits se sont, entre autre, construits sur le dos de l’exploitation des pays et des peuples dominés. Dès lors que la politique d’éloignement se révèle irréaliste ; que la politique d’enfermement se révèle très souvent inutile ; que toute personne résidant sur notre territoire et contribuant à notre économie a le droit d’avoir des droits ; que la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des Libertés fondamentales garantit à toute personne le droit à la vie (art. 2), à la dignité (art 3), à la sûreté et à la liberté (art. 5) dont la liberté de circulation (art. 2 du protocole additionnel n°4) ; qu’il est du devoir de l’État de respecter et d’encadrer les libertés pour ne pas les livrer aux lois de la jungle ; nous revendiquons, en mémoire de Semira et au nom de toutes les personnes migrantes :

 

LA SUPRESSION DES CENTRES FERMES

 

L'ARRET DES EXPULSIONS

 

LA REGULARISATION DES SANS PAPIERS

 

UNE POLITIQUE D'ASILE ET D'IMMIGRATION EUROPEENNE RESPECTUEUSE DES DROITS FONDAMENTAUX POUR TOUS LES ETRES HUMAINS

 

 

 

Premier signataires:

  • LDH - Ligue des Droits de l'Homme - Belgique
  • MRAX - Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xenophobie - Belgique
  • SUB TERRA - Centre Culturel Latinoamericain - Bruxelles
  • CRER - Coordination Contre les Rafles, les Expulsions et pour la Regularisation - Bruxelles
  • VAK - Vluchtelingen Aktie Komitee - Gand
  • CRACPE - Collectif de Resistance aux Centres pour Etrangers - Liege
  • UDEP - Union pour la defense des Sans Papiers - Mouvement National
  • COLFEN - Collectif des Femmes en Noir contre les Centres Fermes et les Expulsions - Belgique
  • LIT IV internationale - Ligue Internationale des Travailleurs en Belgique
  • UPJB - Union des Progressistes Juifs de Belgique - President Jacques Ravedovitz
  • COORDINATION NATIONALE DES SANS PAPIERS DE FRANCE - Le collège des délégués Elus - France
  • C.N.C.D. CENTRE NATIONAL DE COOPERATION AU DEVELOPPEMENT  - Belgique
  • PIMENTS ROUGES - Bruxelles

 

C.R.E.R. – Bruxelles : INFO  -  http://regularisation.canalblog.com/

Tél : 0496 40 33 09 - 0473 62 87 33

 

Manifestation du 1 mai : http://1maimanif.canalblog.com/

 

Soutien a la CRER au N° Triodos  :  523 - 0801898 - 74

21:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : immigres, liberte, politique, resistance, actualite, belgique, courcelles, colonialisme, democratie, europe, euro-dictature, expulsions, fascisme, flicage, histoire, presse, romain, racisme, sans-papiers, silence, solidarite, 127bis, syndicats | |  Imprimer | | |

22/08/2006: Manifestation mensuelle de solidarité avec les sans-papier à Saint-Gilles, ce mercredi 23 août 2006

De : difpol_mbietlot-bounces@pimentsrouges.be [mailto:difpol_mbietlot-bounces@pimentsrouges.be] De la part de Mathieu Bietlot
Envoyé : mardi 22 août 2006 21:03
Objet : [Difpol_mbietlot] 

 

Un peu tard mais pour rappel ou pour qui ne le savait pas encore…

 

 

 

Manifestations: solidarité avec les sans-papiers !!!

>
Le 23 août à 19h, place Van Meenen (Hôtel de ville de Saint-Gilles).
Apportez vos casseroles et faites du bruit.
De 20h à 22h: concert au Parvis de Saint-Gilles
>
Tous les lundis
de 11h à 12h, devant l’Office des étrangers (8, boulevard Albert II - 1000 Bruxelles)

POUR :
> La libération de tous les occupants de l’église d’Anderlecht et de celui de l’église St-Bernard
> La suppression des centres fermés
> la régularisation de tous les sans-papiers
> l’arrêt immédiat des expulsions

CONTACT :
> Eglise St-Bernard - Abdelak : 0476/27.62.02 - udep-st.bernard@hotmail.com
> Eglise Ste-Alène - Alba : 0474/23.09.67

Tract et affiche à télécharger ici

 

> Pour une commune sans expulsion
> Pour la libération de Vicente et des occupants de l’église d’Anderlecht
> Pour l’arrêt des expulsions et suppression des Centres fermés
> Pour la régularisation de tous les Sans-papiers

Le mouvement des sans-papiers a pris depuis un an une ampleur nationale : occupations d’église, manifestations devant les centres fermés, grèves de la faim, manifestations nationales, dont la dernière le 17 juin 2006 a rassemblé 15.000 personnes devant l’Office des étrangers. Il y a aujourd’hui, en Belgique, plus de quarante lieux d’occupation regroupant 600 personnes. A Saint-Gilles, les sans-papiers qui ont tenté d’occuper l’église du Parvis, le 5 avril, se sont heurtés à la police ; le bourgmestre a interdit les rassemblements de plus de cinq personnes et, le 4 mai, les grèvistes de la faim de l’avenue Paul Dejaer ont été délogés de force, sous un prétexte sanitaire. Depuis le début du mois de juin, un groupe de sans-papiers occupe l’église Saint-Bernard et un autre l’église Sainte-Alène. Les deux églises sont devenues le point de ralliement des sans-papiers et des clandestins de la commune.

Ces occupations ont pour but de rendre visible la situation inadmissible dans laquelle le gouvernement plonge des dizaines de milliers de familles. Les sans-papiers vivent dans la peur d’être expulsés, ils ont toutes les peines du monde à faire inscrire leurs enfants à l’école, mais surtout ils sont obligés, pour survivre, de travailler au noir. Ils n’ont pas droit à la sécurité sociale, ce qui veut dire pas de soins médicaux, pas d’assurance chômage, pas de pension ni d’allocations familiales, sans parler du pécule de vacances. Et dans la mesure ou leur précarité contribue à faire baisser les salaires et détériorer les conditions de travail de tous les travailleurs en situation régulière, le combat des sans-papiers devient le combat de tous.

Le gouvernement a fait voter une réforme du droit d’asile qui ne concerne que les réfugiés politiques, soit 7 ou 8.000 demandeurs d’asile. Rien en matière d’immigration, rien pour la grande masse des sans-papiers qui vivent et travaillent en Belgique. Et pour donner le ton, au moment où la loi passait devant le Parlement, le bourgmestre d’Anderlecht et l’Office des étrangers faisaient arrêter brutalement les 48 occupants de Notre Dame Immaculée Conception. Ils sont aujourd’hui menacés d’expulsion et détenus en centre fermé au mépris de l’article 5 de la Convention européenne des droits de l’homme. Vicente, un occupant de l’église Saint-Bernard, a également été capturé et roué de coups avant d’être envoyé au centre fermé de Vottem. A Saint-Gilles les manœuvres d’intimidation se précisent : la police locale de la zone Anderlecht - Saint-Gilles a procédé à un contrôle d’identité musclé à Saint-Bernard et le Service Incendie de la région (SIAMU) a rédigé un rapport dans lequel il s’oppose formellement à l’occupation des églises. Faisons respecter le droit des sans-papiers à occuper les églises.

Ce 23 août, cela fait dix ans, jour pour jour, que les trois cents occupants de l’église Saint-Bernard à Paris ont été évacués par les CRS. Cet évènement qui reste dans les mémoires comme un sommet de la répression contre les sans-papiers, a donné naissance à la Coordination Nationale des Sans-Papiers (CNSP) qui rassemble des collectifs à travers toute la France. Aujourd’hui, nous nous solidarisons avec les sans-papiers de France pour commémorer cette journée. A l’heure où la politique d’immigration et la répression s’organisent au niveau européen, il est indispensable de s’unir à l’échelle de l’Europe. C’est dans ce but qu’une coordination internationale a commencé à prendre forme.

Les occupants des églises mènent une lutte longue et difficile, ils ont besoin de votre soutien. Vous êtes chaleureusement invités à participer

> à la manifestation mensuelle dans les rues de Saint-Gilles,
> à la manifestation hebdomadaire devant l’Office des étrangers, le lundi de 11 à 12 h,
> aux réunions de l’Assemblée générale de l’occupation, le lundi à 18h30 à l’église Saint-Bernard ou le mardi à 20h à Sainte-Alène.
>
aux activités culturelles (voir programme ici)

Vous pouvez aussi apporter de la nourriture et des produits de première nécessité, ou tout simplement rendre visite aux occupants. A partir du mois de septembre, une permanence juridique, ouverte à tous les sans-papiers, sera assurée chaque semaine à l’église Saint-Bernard.

Ø     Assemblée générale de l’occupation de l’église Saint-Bernard - 83 rue de la Source, 1060 Saint-Gilles (Abdelhak 0476 27 62 02)
> Assemblée générale de l’occupation de l’église Sainte-Alène - 53 avenue des Villas, 1060 Saint-Gilles (Alba : 0474/23.09.67)

21:25 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 127bis, actualite, belgique courcelles, democratie, europe, euro-dictature, expulsions, fascisme, flicage, histoire, immigres, liberte, politique, presse, romain, racisme, resistance, sans-papiers, silence, solidarite | |  Imprimer | | |