27/09/2008

24/09/2008: Réduire la TVA sur l’énergie ? Pétitionner ? Un faux argument contre...

Réduire la TVA sur l’énergie ? Pétitionner ? Un faux argument contre...

Comme on le sait, la pétition www.6pourcent.be réclamant la réduction de la tva de 21 à 6% sur le gaz, l’ électricité, le mazout de chauffage, marche très bien à Courcelles.
    Au dernier bilan : 609 signatures déjà récoltées en quelques semaines. Et un peu partout dans la localité, on continue à pétitionner et à signer avec l’aide de commerçants volontaires d’ailleurs ...
    C’était évidemment à prévoir : des personnes refusent de signer. Leur argument : « ce sont les riches qui vont en profiter aussi... ! ».
    C’est en partie vrai, en tenant compte cependant que les riches, eux, ont de toute manière de quoi payer quel que soit le prix de l’énergie et le montant de la tva... Ce n’est pas cela qui les retiendra...
    Cet argument est avant tout propagé par les ministres du gouvernement des riches et des capitalistes pour ne pas donner satisfaction à cette revendication de plus en plus populaire. Parmi eux, les sieurs Reynders, Magnette et cie, qui eux ne comptent pas évidemment parmi les pauvres ni les bas revenus, comme on le sait.
    D’ ailleurs avec un tel raisonnement, il ne serait même plus nécessaire de lutter contre le coût de la vie de plus en plus cher ... Pourquoi ? Mais si les prix tombent, ce sont encore une fois les riches qui vont en profiter le plus puisque ce sont eux qui ont le plus d’argent pour acheter et le plus gros pouvoir d’achat ...
    Tant pis, si en attendant de plus en plus de gens n’ont plus assez de fric pour se nourrir, se déplacer, payer leurs médicaments indispensables, se chauffer, s’éclairer, payer le loyer, les frais d’ études des gosses et recourent de plus en plus nombreux à l’emprunt, s’endettent donc, pour faire face à ces dépenses les plus élémentaires et les plus indispensables !
    Un franc n’ a pas la même valeur pour tout le monde, je ne cesse de le répéter. Un exemple : dans les circonstances actuelles, si la tva est réduite à 6 %, j’économiserai annuellement quelque 20 000 frs belges  (500 euros) sur l’énergie. Pour un riche, un Reynders, Magnettes et cie, c’est une bagatelle 500 euros. Pour moi, et beaucoup d’autres, c’est la moitié de ma pension mensuelle qui m’est indispensable pour (sur)vivre face à la vie de plus en plus chère.
    Alors, signons les amis: cette revendication est éminemment sociale.


Roger Romain, lettres@solidaire.org

13/09/2008

11/09/2008: Mes 'Questions à la Une'...

-------- Message original --------

Sujet : 11/9 : ma réaction à une curieuse émission télé : mes 'Questions à la Une'
Date : Thu, 11 Sep 2008 18:30:11 +0200
De : Michel Collon <michel.collon@skynet.be>
Pour : <romain-proprietaire@yahoogroupes.fr>



11 septembre : réaction à chaud sur une curieuse émission télé
Mes 'Questions à la Une'

MICHEL COLLON


Ce 10 septembre, la télévision belge RTBF a diffusé une curieuse émission : « 11 septembre: nous a-t-on caché la vérité? - Bloggeurs et journalistes: la guerre de l'info ? »

Nous encourageons chacun à la visionner (elle passera sans doute sur TV5 Monde ?). Car elle pose des questions fort actuelles, qui interpellent toute démarche d'info citoyenne. Malheureusement, pour des journalistes qui ont mis en avant le sérieux et la déontologie, on ne peut pas dire qu'ils les aient eux-mêmes respectés. L'émission s'appelant Questions à la Une (beaucoup mieux inspirée d'habitude et même courageuse parfois), c'est donc le moment de leur adresser ces « Questions à la Une »...

Question 1 : Est-il déontologique de réduire tous ceux qui se posent des questions sur le 11 septembre à des fous obsédés, antisémites et manipulés par l'extrême droite, comme l'a fait l'émission ? Beaucoup de gens dans le monde, notamment des scientifiques, des journalistes réputés et des gens de gauche, mettent en doute la version officielle de l'administration Bush.

Par exemple, sur l'effondrement du troisième bâtiment, j'ai entendu des avis de physiciens dans un sens et dans l'autre. N'ayant pu consacrer à une question aussi complexe le temps qu'il faudrait pour me faire un avis personnel, je ne me suis jamais prononcé. Je n'ai pas été convaincu par les arguments de ReOpen ni ceux de Thierry Meyssan. Mais la version officielle présente de nombreuses incohérences. Ce que j'apprécierais, c'est qu'il y ait un débat sérieux, avec échange des arguments entre partisans des diverses thèses afin que le public puisse se faire une opinion.

Je suis agacé par les super - conspirationnistes qui voient des complots partout. Mais l'acharnement de la RTBF contre tous les blogueurs (voir plus loin) m'a fait l'effet d'une super - théorie du complot. Ce matin, 11 septembre, le quotidien belge Le Soir publie un dossier de deux pages, beaucoup plus équilibré que la RTBF, sur les doutes raisonnables qui entourent la version officielle de l'administration Bush.

Question 2 : Est-il déontologique de passer sous silence la troisième hypothèse ? En 2003, le chercheur belge Peter Franssen publiait 11 septembre : Pourquoi ils ont laissé faire les pirates de l'air ? Il relevait les invraisemblances manifestes de la version Bush. Et il émettait une hypothèse que je trouve intéressante. Des services secrets US et sans doute certains responsables politiques US (pas Bush personnellement bien sûr, c'est une marionnette) auraient été au courant qu'un attentat se préparait (il y avait eu beaucoup d'avertissements venant de services étrangers). Ils auraient laissé faire car ils avaient besoin d'un nouveau Pearl Harbour. Et pourquoi ?

Parce que l'administration Bush avait élaboré un programme (intitulé Project for a New American Century) de recolonisation brutale de régions stratégiques, liées au pétrole, qu'elle avait besoin de prétextes pour envahir l'Irak et l'Afghanistan (et d'autres pays encore), que l'administration Bush à ses débats patinait lamentablement et que le 11 septembre a été une aubaine pour ces gens-là.

Le 11 septembre 2001, à 18 h 40, à peine dix heures après les attentats, Donald Rumsfeld, ministre US de la Guerre, interpelle un sénateur démocrate : « Ce qui s'est passé aujourd'hui suffit-il à vous convaincre que ce pays doit, de toute urgence, accroître ses dépenses pour la défense et que l'argent pour financer ces dépenses militaires doit être prélevé, si nécessaire, dans les caisses de la Sécurité sociale. »

« Si nécessaire » ? Quelle hypocrisie ! Rumsfeld sait très bien que l'argent ne peut venir que de la Sécu. Et c'est sur cet argent que, depuis longtemps, il compte faire main basse pour enrichir le complexe militaro-industriel (dont il fait lui-même partie) !

Tout ça fournit un mobile, au moins pour l'hypothèse n° 3, mais ne fournit pas de preuves, reconnaissons-le. Voilà pourquoi une enquête objective serait tellement nécessaire. Des millions de gens n'ont-ils pas été victimes de la prétendue 'guerre contre le terrorisme' ? Alors que les talibans offraient de livrer ben Laden et que Bush a refusé ! Ca ne pose toujours pas de questions à nos courageux journalistes ? Il est vrai que quelques mois plus tôt, Questions à la Une avait essayé de démolir le film de Michaël Moore avec des arguments assez lamentables également.

Le vrai courage en télé serait d'investiguer sans tabous sur les dessous de la « guerre contre le terrorisme ».

Question N° 3 : Est-il déontologique d'attaquer Internet et les blogueurs, tous dans le même sac ? Oui, il y a sur Internet des fous et des obsédés. Comme dans la société réelle. Oui, Internet augmente leur impact et crée des risques. Mais est-il honnête de ne présenter d'Internet que le pire, des blogueurs farfelus ou suspects, et de censurer le meilleur ? Les images finales de l'émission : un faux JT RTBF, présenté par son vrai présentateur, qui qualifiait Internet de 'insultes à gogo' et de défoulement étaient d'une incroyable bassesse.

Cette fois, Questions à la Une a employé les pires procédés. Pour réfuter les critiques adressées aux médias traditionnels, on les caricature grossièrement. Alors que des auteurs sérieux comme Chomsky, Ramonet, Bricmont Morelli, Geuens et d'autres ont publié des travaux sérieux avec des preuves sur des médiamensonges précis, travaux que la RTBF ignore soigneusement, c'est devenu dans l'émission, je cite : « Tous les journalistes seraient pourris, payés pour cacher la vérité alors que les internautes seraient tous indépendants ». N'est-ce pas une caricature grossière !

Les critiques ne défendent pas cette thèse. Par exemple, dans mon livre Attention, médias (Les médiamensonges de la guerre du Golfe), j'avais, comme Chomsky, présenté une analyse en termes de système des médias. L'émission n'a pas cessé de confondre 'médias' et 'journalistes'. Or, ce ne sont pas les journalistes qui décident, ce sont les patrons des grands médias. Dont la majorité représente une catégorie sociale très limitée puisqu'il faut être milliardaire pour posséder une télé ou un empire de presse.

La question-clé dans la guerre de l'info, c'est en effet la question du pouvoir sur les médias. Les médias des multinationales Lagardère, Berlusconi, Murdoch et Cie ne sont pas des 'informateurs', ce sont des armes de guerre économique et politique. Et malheureusement, les médias publics ont de moins en moins d'indépendance, autocensurés par le poids énorme de la publicité des multinationales et par les complicités au sommet avec les mêmes milieux économiques et politiques.

La différence n'est pas entre info Internet ou pas Internet. De nouveaux médias, commerciaux, se lancent aussi sur Internet et ils sont également soumis aux mêmes règles de concurrence, de course à la rentabilité et à la pub, de production rapide, de non vérification. La différence est entre info marchandise (soumise à la pub) ou info citoyenne (mais avec des critères de rigueur). Internet offre de nouvelles possibilités. Nous y reviendrons dans un prochain texte.

Question n° 4 : Pourquoi avez-vous escamoté la question essentielle ?
L'émission constate : « Sur Internet de plus en plus de citoyens engagés font concurrence aux journalistes traditionnels ». Elle ne cesse de se lamenter sur la 'perte de confiance' envers les médias traditionnels. Puis, elle se lance dans un plaidoyer de mauvaise foi pour discréditer les internautes et restaurer le prestige de la carte de presse.

Mais vous avez escamoté la question essentielle : d'où provient cette perte de confiance ? Pourquoi les gens ne croient-ils plus automatiquement ce qu'on leur raconte à la télé ? Voilà la question intéressante, non ?

Un élément de réponse ? A chaque grande guerre, l'opinion publique a été manipulée par des médiamensonges. Les gouvernements et les armées engagent des dizaines de 'spin doctors', spécialistes de l'intox. Comment avez-vous réagi ? Avez-vous lancé une grande enquête, un grand débat ? Avez-vous été plus prudents dans vos JT en donnant aussi la parole aux critiques, en faisant appel à la prudence, en rappelant les manipulations passées ?

C'est le moment d'ajouter un témoignage personnel. On me demande souvent (sur Internet, désolé !) comment les médias réagissent à mes travaux sur les médiamensonges. Et pourquoi on ne voit pratiquement jamais à la télé des travaux comme les miens. J'en profite pour répondre à tout le monde sur ce point. Il faut distinguer deux périodes...

et les télés françaises (faut dire qu'ils y étaient pris la main dans le sac), mais pas par la Mon premier livre sur les médiamensonges du Golfe, paru en 1992, a été censuré par Le Soir, Le Monde, Libération,RTBF bien que celle-ci ait également été critiquée. Ce fut une exception remarquable. Entre 92 et 94, j'ai été invité à plusieurs émissions, on a même publié ma contribution dans la revue interne de la RTBF et les discussions étaient très positives. Plus tard, j'ai aussi eu l'occasion de participer à trois débats de feu L'Ecran - Témoin ou Lieu Public. Mais par la suite, ces émissions de véritables débats sont passés à la trappe, et les gens comme moi sont persona non grata à la RTBF également. Pressions politiques ?

Question n° 5 : Les médias publics ne devraient-ils pas se différencier ?
Finalement, comment juger cette émission ? Certes, on peut comprendre l'agacement des journalistes honnêtes qui n'aiment pas de se faire traiter de pourris. Mais leur émission n'ouvrait pas un vrai débat, il le refermait. En effet, pour nous aussi, journalistes alternatifs sur Internet, la fiabilité de l'info qui circule sur le Net pose de vrais problèmes. Mais il existe des critères pour trier le vrai du faux. Nous y reviendrons dans de prochains courriers.

La RTBF a produit non pas une émission pour débattre, mais une attaque en dessous de la ceinture, inspirée par la panique. Comme les quotidiens, la télé est en crise, ses revenus publicitaires sont concurrencés par le média qui monte : Internet. Brandir la carte de presse officielle comme un sésame garantissant l'infaillibilité était pathétique, quand on pense à tous les médiamensonges qui ont été relayés (et parfois même produits) par des journalistes avec carte.

La frilosité de la RTBF s'explique-t-elle par la crainte de perdre de l'audience, et donc des recettes publicitaires ? Je suis convaincu qu'une télé publique qui jouerait le jeu et qui mènerait des investigations sans tabous sur les médiamensonges, retrouverait au contraire sa crédibilité. Les gens sont attachés à la qualité de l'info qu'on leur donne, c'est pour ça qu'ils passent de plus en plus de temps à chercher sur Internet.

Le service public veut sauver sa peau ? Il aurait un rôle à jouer. Ca passe par la suppression de la publicité, le relèvement des dotations publiques (peut-être par un impôt sur la pub justement), la lutte contre la mainmise des partis dominants sur la télé (comme sur la Justice et d'autres services publics).

Et par le développement d'un vrai débat sur les médiamensonges et la qualité de l'info. Avec des citoyens traités en adultes et pas en consommateurs passifs.

Chiche ?

MICHEL COLLON
11 septembre 2008

PS. J'ai réagi très vite, tout ça mériterait un débat posé et serein. Le site
:
et l'équipe Investig'Action vous invitent à envoyer vos commentaires. Nous n'aurons pas les moyens de creuser le débat maintenant sur le 11 septembre lui-même. Mais bien sur la question la plus importante : Internet offre-t-il une alternative, comment s'assurer une info fiable, comment dépister les médiamensonges ?

Notre site contient une rubrique d'articles sur les médimensonges :
Notre rubrique médias

Le livre Attention, médias! est épuisé, on peut en trouver des pages gratuites sur : Livre Attention, médias!

16:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, fascisme, guerre, histoire, israel, irak, information, mensonges, medias, presse, propagande, politique, rsf, romain, silence, television, usa, actualite, afghanistan, agressions, bruxelles, cia, courcelles, collon, democratie | |  Imprimer | | |

26/08/2008

25/08/2008: LE PS MENT; IL ARRETE ET EXPULSE QUOTIDIENNEMENT!...

L'Office des Etrangers n' est rien d' autre qu'un Etat incontrôlable à l'intérieur de l' Etat.

L'Office arrête, expulse et emprisonne sans rendre de comptes, bien souvent en contradiction avec la loi, en bafouant la Liberté, la Démocratie, les Droits de l'Homme, la dignité humain, le droit d' asile et la Justice elle-même ...
RoRo

-------- Message original --------
Sujet: LE PS MENT; IL ARRETE ET EXPULSE QUOTIDIENNEMENT!
Date: Mon, 25 Aug 2008 00:17:35 +0000 (GMT)
De: Angelica 11 ans détenue au 127bis <s_o_s_angelica@yahoo.fr>
Répondre à :: s_o_s_angelica@yahoo.fr
Pour :: forum@ps.be, jean-francois.mahieu@ps.be


Ps TU MENS; TU ARRETES ET EXPULSES QUOTIDIENNEMENT!

 
L'UDEP (Union de défense des personnes sans papiers) s'étonne des récentes condamnations du Ps (voir texte au bas) et appelle le Parti socialiste à joindre les actes à sa parole en appliquant un moratoire dans les communes socialistes, tel que le font déjà certaines communes flamandes et 2 francophones. (1)
Dès lors, il est bien légitime de s'étonner des propos du parti socialiste et de l'appeller à cesser les arrestations de personnes sans papiers dans ses communes.  
 
L'UDEP rappelle que si le Parti socialiste dans son discours, réclame un moratoire à grands bruits: ("En attendant, pour que des drames humains soient évités, le PS demande un moratoire sur les expulsions." communiqué PS - 21 août 2008), le PS arrête, via ses bourgmestres et leur police locale, quotidiennement les personnes sans papiers et les livre sans sourciller à l'Office des étrangers, sachant très bien les conséquences d'enfermement et d'expulsion encourues par ces personnes.(2)
 
C'est bien sur le territoire de la commune de St-Gilles que le jeune Rothman Salazar s'est fait contrôler et arrêter et c'est à Forest qu'il s'est fait mettre au cachot et livrer aux mesures " à caractère arbitraire et inhumain prises par l'Office des étrangers." (communiqué PS - 21 août 2008).
 
Aussi, si le Ps veut réellement "éviter des drames humains"(ibidem), qu'il commence par éviter de les provoquer.
 
L'UDEP déplore que le Ps pointe sans cesse l'Office des étrangers et non pour le défendre, mais pour éclairer nos responsables socialistes, l'UDEP leur rappelle que l'Office est une administration appliquant des lois (votées par le Ps lors des législatures précédentes) et exécutant les ordres d'un gouvernement par l'intermédiaire et la tutelle d'une Ministre, Mme Turtelboom.
 
Gouvernement dont le Ps fait partie et pour lequel il s'était fermement engagé à ne pas participer sans que celui ci n'effectue une opération de régularisation et change la loi, sur base des critères des attaches durables...  Aussi, l'UDEP appelle le Ps à interpeller directement la Ministre plutôt que ses sous fifres et l'enjoint à tenir ses engagements politiques.
 
Malgré toute l’importance que le PARTI socialiste semblait y accorder (avant les élections), la situation des deux fillettes tchéchènes et du jeune Rothman entre autres, sont plus que vous ne voulez le laisser croire, aussi de votre amère et entière responsabilité. 
 
 

 L'UDEP (Union de défense des personnes sans papiers)

 
(1) Lors du dernier Cercle du silence tenu à Louvain-La-Neuve, son Bourgmestre (Ecolo) s'est engagé à ne plus signer aucun ordre d'expulsion, bientôt rejoint par son comparse d'Amay.
(2) Marie Arena s'est battue pourtant pour faire respecter les engagements du Ps, malheureusement, elle semble bien isolée sur la question dans son parti.
 
L'UDEP (Union de défense des personnes sans papiers) est un mouvement social, organisé démocratiquement. Il compte près de 3000 membres(sans papiers), ils sont affiliés à la CSC et la FGTB et partenaires de nombreuses organisations.
 - Assemblée générale hebdomadaire  tous les LUNDIS à 18h30 - SALLE COSMOS rue du Docteur De Meersman 12 à Anderlecht.
 
 
INFOS: Gerardo Cornejo, ALEX, Oumarou, Mohamed, portes parole
 
 
En date de : Ven 22.8.08, Marie Cappart <marie.cappart@ulb.ac.be> a écrit :
COMMUNIQUE PS - Le 21 août 2008

Expulsion des 2 fillettes tchéchènes et ordre de quitter le territoire de Rothman Salazar : le PS dénonce le caractère arbitraire et inhumain des mesures prises par l'Office des étrangers

L'Office des étrangers a expulsé hier deux fillettes tchéchènes alors que leur mère se trouve à l'hôpital, et ce malgré les protestations répétées du directeur du centre d'accueil. Cette expulsion est scandaleuse et viole notamment le principe fondamental de l'unité familiale.

Ce même Office a récemment délivré un ordre de quitter le territoire à Rothman Salazar, un jeune Equatorien de 19 ans qui est en Belgique depuis 6 ans et entame des études supérieures dans notre pays.

Le PS dénonce le caractère arbitraire et inhumain des décisions relatives aux expulsions prises par l'Office des étrangers, qui illustre une fois de plus l'impérieuse nécessité d'adopter un cadre clair en la matière.

Le PS insiste pour que l'accord du gouvernement soit mis en application avec loyauté et correction dans les plus brefs délais. En attendant, pour que des drames humains soient évités, il demande un moratoire sur les expulsions.

Par ailleurs, le Groupe PS de la Chambre interpellera la Ministre de l'Immigration sur les raisons justifiant la décision d'expulser les deux fillettes en Pologne, et demandera, dès la rentrée parlementaire, une audition du directeur de l'Office des étrangers en Commission de l'Intérieur.

 

23/08/2008

23/08/2008: pour s'inscrire à ma liste de diffusion d'infos courcelloises et régionales ...

Nouvelle liste de diffusion: http://fr.groups.yahoo.com/group/romainroger/messages

Bonjour,
voici comment faire pour rejoindre ma nouvelle liste de diffusion:
 
Infos politiques relatives à Courcelles, Charleroi et sa Région, le Hainaut, la Wallonie, la Belgique, la vie sociale, économique et syndicale
 
Merci et bienvenue à tous les amis qui donneront suite en y adhérant !
 
RoRo
  Adresses mail du groupe
Envoyer un message :romainroger@yahoogroupes.fr
S'inscrire :romainroger-subscribe@yahoogroupes.fr
Désinscription :mailto:romainroger-unubscribe@yahoogroupes.fr

et roger.romain@skynet.be
Fondateur de la liste :romainroger-owner@yahoogroupes.fr

23:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, mensonges, medias, ptb, presse, propagande, politique, revolution, rsf, social, silence, television, actualite, belgique, bruxelles, hainaut, charleroi, courcelles, menard, cia, histoire, collon, solidaire, information, wallonie | |  Imprimer | | |

01/07/2008

30/06/2008: Un nouveau pétard mouillé pour justifier les lois liberticides...


Mais il faut quand même de temps en temps rappeler quelques réalités: si mes souvenirs sont bons, l' ancienne Ministresse Ps de la "Justice" qui a fait voter cette saloperie de loi anti-"terroristes", pour faire plaisir au massacreur de Washington, ne serait-ce pas une appelée          Laurette Onkelinx ... ????
Elle en pense donc quoi aujourd'hui puisque, si je ne me trompe, elle serait encore Vice-premier ministre ...
RoRo

-------- Message original --------
Sujet: [Difpol_mbietlot] La "bande" a bon dos
Date: Mon, 30 Jun 2008 14:01:39 +0200
De: Mathieu Bietlot <mathieu.bietlot@gmail.com>
Pour :: <difpol_mbietlot@pimentsrouges.be>


Bonjour,Si vous n’avez pas lu La Libre Belgique de ce week-end et ne l’avez pas reçu par d’autres canaux, vous trouverez ci-dessous une carte blanche relative à l’« affaire » Secours Rouge, à cette mise en scène qui se dégonfle dès qu’on déconstruit tous les bruits qui ont circulé à son propos.   Ce texte a déjà été soutenu par une centaine de signataires. Il est encore possible de le signer via http://s5s.hautetfort.com/ ou en directement envoyant un courriel à s-5-s@allmansland.net.Deux personnes (Bertrand Sassoye et Jean-François Legros) sont encore incarcérées dans le cadre de cette histoire.L’esprit critique, la dénonciation des dispositifs antiterroristes et la solidarité restent de rigueur !Mathieu La « bande » a bon dosUn nouveau pétard mouillé pour justifier les lois liberticidesLe 5 juin, la Belgique était tirée du sommeil par une nouvelle « alerte terroriste ». Quelques personnes avaient été réveillées un peu plus tôt. A 5h, des unités « anti-terroristes » débarquaient chez Wahoub Fayoumi, Pierre Carette, Betrand Sassoye, Virgine D. (relâchée le soir même) et Constant Hormans pour les appréhender et perquisitionner chez eux. Abdallah Ibrahim Abdallah, lui aussi recherché, se rendit de lui-même au commissariat. Le 6 juin, c’était au tour de Jean-François Legros d’être interpellé.Des arrestations sans convocation préalable, menées par des policiers cagoulés, armés et n’hésitant pas à braquer leurs armes sur des mineurs. PC, GSM et quantité de documents saisis. Ecoutes téléphoniques, surveillance des déplacements et des comptes bancaires. Des « suspects » transportés, sirènes hurlantes, visage masqué et menottes aux poings vers un lieu secret, sans possibilité de contact avec leurs proches ni avec des avocats, soumis à un régime de détention spécial… Ces méthodes laissaient entendre que de dangereux individus auraient été interceptés.Au compte-gouttes, le Parquet fédéral divulgua des « informations » dont le relais médiatique suscita des interprétations délirantes, nourries d’amalgames, d’anachronismes, de sensationnalisme et de fantasmes. Il fût ainsi question de deux anciens membres des CCC qui n’auraient pas respecté leurs conditions de libération et auraient eu l’intention de se reformer ou de « replonger dans le terrorisme » via une organisation italienne — qui n’existe pas en tant que telle et qui n’a fait l’objet d’aucune condamnation (c’est l’hypothétique intention de créer cette organisation qui est à l’instruction en Italie). Le scénario de tous les dangers fut entretenu par les descriptions des autres personnes interpellées : deux redoutables « grands bandits » et un mystérieux « Libanais », une journaliste présentée par pure spéculation comme la compagne de Carette. Selon l’hypothèse du Parquet fédéral, des explosifs auraient été retrouvés dans la « planque » de Sassoye ; une réunion aurait rassemblé les « suspects » et des « terroristes » italiens ; la justice italienne aurait transmis des écoutes téléphoniques compromettant les militants belges ; des courriels émis par Sassoye étaient cryptés…Mais ces « preuves » ne résistent pas à l’analyse. Et les pièces du « dossier terroriste » s’écroulent les unes après les autres…Les CCC n’existent plus depuis 1986. Les faits et gestes de leurs ex-militants sont connus de tous, notamment de leurs agents de probation qui n’ont jamais signalé de contravention à leurs conditions de libération. Carette, mis dans le même panier que Sassoye pour créer l’amalgame « CCC », n’est en fait pas lié à l’enquête qui a suscité les arrestations. Il a d’ailleurs été libéré ce 18 juin par le tribunal d’application des peines.Les « explosifs » trouvés lors de la perquisition à la brasserie où travaille Sassoye n’étaient que de simples feux d'artifice achetés pour une fête de mariage.La « réunion » où certains inculpés auraient rencontré des « terroristes » italiens s’est avérée une conférence publique dans un café du centre-ville dont la vidéo a  été postée par ses organisateurs sur Internet.Les écoutes téléphoniques italiennes relatives aux militants belges semblent en réalité n’avoir jamais existé : la justice italienne a seulement transmis des comptes rendus « d’écoutes d’environnement » dans un café, où sont évoqués des « flamands efficaces » sans aucun nom cité. Aucun des arrêtés de juin n’est d’ailleurs néerlandophone.Quant au cryptage des courriels, il s’agit d’un procédé non seulement légal, mais aussi conseillé face au piratage et pratiqué par des banques, des ONG…Il apparaît que les données rassemblées et la surveillance intrusive effectuée pendant un an grâce aux « méthodes particulières de recherche » n’ont pas révélé un seul élément justifiant cette opération musclée. Rien, si ce n’est quatre photos d’identité retrouvées sous des salades en Italie. Rien qui légitime arrestation ou détention préventive : une simple convocation par la juge aurait suffi.C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé la Chambre du conseil le 11 juin et la chambre des mises en accusation le 26 juin en décidant de libérer trois des quatre inculpés. Mais par l’acharnement du Parquet, qui  « veut donner une chance à l’enquête » (sic), quatre personnes restent poursuivies et l’une d’entre elle (Sassoye) est toujours incarcérée. Toute ressemblance avec l’affaire DHKP-C – qui malgré les acquittements se voit repartie pour être jugée une quatrième fois – est purement fortuite…Pour nous, la question n’est pas de se positionner par rapport aux idées défendues par ces cinq personnes. Leur organisation (Secours Rouge) développe des activités publiques et légales de solidarité avec des victimes de la répression politique. Leur démarche s’inscrit dans une optique marxiste mais, jusqu’à nouvel ordre, cela n’est pas (encore) illicite dans un Etat de droit.Nous ne pouvons accepter la répression de ces militants en raison de leurs seules idées et sympathies, pas plus que le message adressé à la population sur leur dos. La justice n’a rien à leur reprocher, si ce n’est des « délits » d’opinion, de solidarité et d’association, institués par les lois anti-terroristes en vigueur depuis 2003, alors que la Constitution et les conventions internationales garantissent ces droits fondamentaux.Il serait aussi trop facile de se désintéresser du sort des « cinq solidaires » sous prétexte du passé judiciaire de certains. Ils ont été jugés et la justice ne revient pas sur la chose jugée. Ressortir leur passé aujourd’hui n’a d’autre objectif que d’effrayer la population autour d’un scénario monté de toutes pièces par le Parquet fédéral.Il faut arrêter cette nouvelle mise en scène menée au nom de la « lutte anti-terroriste ». On se rappellera que, jusqu’ici, toutes les menaces invoquées à ce titre se sont révélées inconsistantes (la dernière en date étant l’alerte de niveau 4 qui a perturbé les fêtes de fin d’année). Les premières affaires montrent que le Parquet a d’abord essayé d’asseoir la légitimité de ces dispositifs en s’attaquant à des figures supposées moins populaires : communistes, étrangers, musulmans ou anciens auteurs de faits d’armes. S’agirait-il d’inquiéter la population pour mieux pouvoir la rassurer ensuite et justifier les dispositifs non démocratiques et les budgets colossaux déployés au nom du contrôle des populations et de la guerre au terrorisme ?Les lois anti-terroristes sont des lois d’exception, liberticides. Elles permettent de criminaliser l’opinion politique, le militantisme et la solidarité. De plus, elles sont superflues : les actes qu’elles sont censées réprimer le sont déjà par d’autres dispositions du droit pénal. Ces lois sont dangereuses et produisent des effets néfastes, actuellement bien plus que les prétendues menaces terroristes. Si nous ne réagissons pas, ce sera demain n’importe quelle organisation politique, syndicale, non gouvernementale ou altermondialiste, n’importe quel citoyen engagé ou ayant simplement parlé au cousin de la belle-sœur de l'oncle d'un suspect lointain qui pourra être surveillé, qualifié de terroriste et arrêté. Liste des signataires :Ligue des droits de l'homme
UDEP-Bruxelles
Mouvement International de la Réconciliation - Internationale des Résistants à la Guerre (MIR-IRG)
Manuel Abramowicz - Auteur, militant citoyen et délégué syndical CGSP-FGTB
France Arets - Porte-parole du CRACPE (Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers)
Laurent Arnauts - Avocat
Joëlle Baumerder - Directrice de La Maison du Livre
Anne Bautier - Psychologue
Emilien Baglio - D'autres Mondes, forum social à la liégeoise
Juliette Beghin - Criminologue ULB
Jean-Louis Berwart - Avocat
Mathieu Bietlot - Société belge des amis d'Aragon
Francis Bismans - Professeur de sciences économiques à l'Université de Nancy2, secrétaire général du Mouvement socialiste
Gueric Bosmans - Fédération bruxelloise des jeunes socialistes
Yannick Bovy - Journaliste
Gwenaël Breës - Journaliste et vidéaste
Didier Brissa - www.missurecoute.be, Une Autre gauche
Maia Chauvier - Comédienne
Claude Debrulle - Juriste et échevin d'Ittre
Didier de Laveleye - Anthropologue
Céline Delforge - Député régionale Ecolo
Chris Den Hond - Reporter, LCR
Vincent De Raeve - Accompagnateur syndical FGTB, écrivain
Freddy Dewille - Conseiller communal du groupe Gauche Anderlues
Didier Dirix - Secrétaire régional Enseignement, FGTB-CGSP Liège
Paul-Emile Dupret - Juriste, GUE/NGL, Parlement européen
Pascal Durand - Professeur à l'ULG
Séverine Dusollier - Professeur FUNDP (Namur)
Julien Dohet - Historien du mouvement ouvrier
Pierre Eyben - Secrétaire politique de la Fédération de Liège du PC
Oscar Flores - CRER
Pascale Fonteneau - Ecrivain
Cristina Gay - Co-porte-parole Une Autre Gauche
Jean Flinker - Membre du CLEA
Pierre Galand - Professeur ULB
Michèle Gilkinet - Présidente de GRAPPE (Groupe de Réflexion et d’Action Pour une Politique Ecologique)
Corinne Gobin - Directrice du GRAID, ULB
José Gotovitch - Historien, chargé de cours honoraire en Histoire ULB
Eric Grandjean - Enseignant
Michel Grétry - Journaliste RTBF
Daniel Hélin - Chanteur
Bernard Hengchen - Maître assistant à la Haute Ecole Charleroi Europe, éditeur de la revue Travailler le social
Francis Houart - LCR-Bruxelles, membre d'ATTAC
Denis Horman - LCR
Marc Jacquemain - ULG
Thierry Jacques - Président du MOC
David Jamar - Chercheur ULB
Jean-Jacques Jespers - journaliste, chargé de cours à l’ULB
Catherine Kestelyn - Déléguées syndicale SETCa Bruxelles
Bahar Kimyongür - Inculpé du procès DHKP-C
Jean-Marie Klinkenberg - Professeur à l'ULG
David Lannoy - Jeunes FGTB
Pierre Lannoy - Chargé de cours ULB
Catherine Lemaître - Conseillère communale Ecolo bruxelles
Arnaud Levêque - Permanent FGTB namur
Cédric Libert - Membre du secrétariat de la Fédération bruxelloise des jeunes socialistes
Karim Majoros - Militant Ecolo
Francis Martens - Psychanalyste
Philippe Mary - Professeur ULB
Gregory Marzec - Secrétaire Centrale-génarale FGTB Charleroi
Jacky Morael - Ancien secrétaire fédéral d'Ecolo, Ministre d'Etat
Anne Morelli - Professeure à l'ULB
Carla Nagels - ULB
Christine Pagnoulle - Chargée de cours à l'Université de Liège, membre d'ATTAC-Liège
Jorge Palma - Chercheur ULG
Jean-Claude Paye - Sociologue
Julien Pieret - Juriste ULB
Jean-François Pontégnie - Co-porte-parole Une Autre Gauche
Yke Raxola - Musicien
Michel Recloux - Bibliothécaire
Nadine Rosa-Rosso - Enseignante et auteur
Yannick Samzun - Secrétaire général du PAC
François Schreuer - Journaliste
Claire Scohier - Criminologue ULB
Miguel Oliveira Silva - Permanent Interprofessionnel FGTB Sud-Hainaut
Olivier Starquit - Militant associatif
Maxime Steinberg - Historien
Isabelle Stengers - Philosophe, ULB
Annick Stevens - Philosophe
Michel Sylin - Chargé de cours ULB
Edgar Szoc - Chercheur
Olivier Taymans - Journaliste
Lise Thiry - Sénatrice honoraire
Cedric Tolley - Sociologue
Nathalie Trussart - ULB
Julien Uyttebroek - Historien et journaliste
Philippe Uyttebroek
- Délégué syndical, président CGSP enseignement - régionale de Bruxelles
Dan Van Raemdonck - Professeur ULB et VUB
David Vercauteren - Groupe de Recherche et de Formation Autonomes (GReFA)
Grégoire Wallenborn - Chercheur ULB

22.06.2008

Signatures individuelles

Vincent DEVAUX, enseignant Philippe Santini, Etudiant et membre d'Attac-ULBLuc TAMBEUR, InstituteurLaurence Blésin, Chercheure UCLStephane Ginsburgh, Musicien (Bruxelles)Gilles Maufroy,Membre d'Attac-ULB, Membre du Bureau des Etudiants Administrateurs-ULB Françoise Janssens, EnseignanteCéline Deschietere, musicienne et juriste, BruxellesThierry Delforge, délégué CGSP-Enseignement-BxlCéline Serrad, photographeOlivier Bony, Coordinateur du Bar des ClandestinsDominique DE LAET, citoyenne belgeEric Smeesters, CinéasteFrançois Bouchardeau, HB EditionsIvan Fox - ActeurJacques FoschiaMichel LemboNathalie Melis, Rédactrice web et traductriceResier Patrick, délégué syndical ULBSaid LamkademSara  Meurant, dessinatriceMilena Strange, Photographe

Xavier May

21:35 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : presse, medias, mr, p resse, ps, politique, repression, romain, propagande, silence, democratie, europe, euro-dictature, fascisme, gouvernement, information, liberte, television, actualite, belgique, capitalisme, dictature, cdh, justice, courcelles, histoire | |  Imprimer | | |

23/01/2007

22/01/2007: Lorsqu'un perroquet, attardé de l' anti-communisme béat, m' écrit ...

De : Roger Romain [mailto:roger.romain@skynet.be]
Envoyé : samedi 20 janvier 2007 19:49
À : fa029559@skynet.be; aksakal7@hotmail.com
Objet : CoDif: (suite) Encore un attardé de l' anti-communisme béat ... Je vous laisse les fautes ... qui ne sont pas de simple inattention . Dois-je publier ... ?

 

Merci de ton message !

Il y a une chose, vois-tu, que ces attardés mentaux (que je n’  ai  d’ ailleurs pas sifflés !) ne comprendront jamais : c’ est que tant qu’ il y aura 1 seul exploiteur capitaliste sur cette terre, il y aura des communistes (qu’ ils s’ appellent communistes ou autrement…).

Je ne cesse de le répéter : la révolte des esclaves et des exploités dure depuis Spartacus, et probablement bien avant … et elle continue de plus belle.

Depuis « la chute du mur de Berlin » et l’ Anschluss de la Rda,  le Monde vit de plus en plus mal et la situation s’ aggrave de jour en jour.

Les crimes du capitalisme et leur mépris des peuples n’ont plus de limites.

Dans les pays de l’  Est « libérés » du « communisme » (sic), les exploiteurs, les popes et les monarques ont repris le pouvoir ramenant le monde 1 siècle en arrière, sous le pillage des multinationales, les guerres de religions, racistes, impérialistes et colonialistes.

Bonne soirée !

RoRo

 

 

 

 

 

 

De : romain-proprietaire@yahoogroupes.fr [mailto:romain-proprietaire@yahoogroupes.fr] De la part de Marcus Lemaire

Objet :[romain : paix_socialisme_communisme] CoDiff: Encore un attardé de l' anti-communisme béat ... Je vous laisse les fautes ... qui ne sont pas de simple inattention . Dois-je publier ... ?

 

Bonjour Romain,

Bien fait de publier ce mail ...

Il (dé)montre  que la capitalisme fabrique (en effet) de plus en plus d'attardés mentaux.

Marc.

 

----- Original Message -----

Sent: Saturday, January 20, 2007 12:19 PM

Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] CoDiff: Encore un attardé de l' anti-communisme béat ... Je vous laisse les fautes ... qui ne sont pas de simple inattention . Dois-je publier ... ?

 


De : aksakal7@hotmail.com [mailto:aksakal7@hotmail.com]
Envoyé : vendredi 19 janvier 2007 22:12
À : roger.romain@skynet.be
Objet : Toutes mes félicitation!

Quand l'on pense,
que le marxisme-léninisme est mort depuis la chute du mur de Berlin, je ne peut que vous félicité pour votre ténacité a maintenir cette doctrine stupide et moribonde .
La seul présence sur votre site du drapeau communiste est une insulte a notre commune!
Vous voulez que Courcelles évolue?
Et bien arrêtez de la polluer avec vos niaiseries rouges!
Voila tout se que je pense de vos idées et du (co)comunisme!

22:05 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, charleroi, histoire, romain, courcelles, belgique, communisme, democratie, liberte, social, ptb, politique, propagande, syndicats, solidarite, hainaut | |  Imprimer | | |

14/12/2006

14/12/2006: Michel Collon - Pourquoi j'approuve le canular de la TV belge


De : Antonio Artuso [mailto:pueblo@sympatico.ca]
Envoyé : jeudi 14 décembre 2006 16:12
Objet : Belgique - Michel Collon - Pourquoi j'approuve le canular de la TV belge

 


Abonnement, désabonnement, changement d'adresse, commentaires : pueblo@sympatico.ca
To subscribe or unsubscribe, to send your new address or your comments: pueblo@sympatico.ca

Para suscribirse o de-suscribirse, enviarme su nueva dirección o sus comentarios: pueblo@sympatico.ca


Michel Collon est journaliste, chercheur, auteur d'analyses politiques, de films et militant de longue date.

 

Le texte de Michel Collon «Pourquoi j'approuve le canular de la TV belge», qui vient de paraître dans le site d'InvestigAction, est particulièrement intéressant sur la question du séparatisme flamand.

 

Son site Internet, InvestiAction (  http://www.michelcollon.info/  ) est une mine d'informations sur les manipulations et l'intoxication par les grands médias commerciaux, sur les luttes des peuples pour mettre fin à l'exploitation, aux oppressions, aux guerres et au pillage organisé par les grands monopoles et le système impérialiste.

 

Le film de Vanessa Stojilkovic «Bruxelles-Caracas», qui fait un grand succès au Québec parmi les groupes de gauche et bientôt dans le reste du Canada, est un produit de l'équipe d'InvestigAction.  Ce film sur la Révolution bolivarienne du Venezuela mérite d'être diffusé : www.film-bruxelles-caracas.info

 

Antonio Artuso


----- Original Message -----

From: Michel Collon

Sent: Thursday, December 14, 2006 9:04 AM

Subject: Pourquoi j'approuve le canular de la TV belge


 

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Pourquoi j'approuve le canular de la TV belge
MICHEL COLLON

Hier soir, la RTBF a présenté «en direct» la scission de la Belgique après la déclaration unilatérale de sécession du Parlement flamand.
Manifs au palais, le Roi en fuite, Wallonie rattachée à la France, bouleversements dans la vie quotidienne avec les nouvelles «frontières»... Tout en direct. Sauf que c'était une fiction. Du bluff. Comme la célèbre émission radio La guerre des mondes d'Orson Welles.
Avalanche de coups de fil alarmés et grosse émotion en Belgique. Chefs politiques scandalisés. La RTBF avait-elle le droit de piéger le public par une «politique-fiction» ?
Personnellement, je trouve ça plutôt positif, même si je comprends l'émotion. Pourquoi ?

1. En tant qu'analyste des médiamensonges, je me réjouis de cette démonstration très réussie : oui, il est possible de faire avaler à un public très large quelque chose qui n'existe pas. Il suffit de quelques journalistes, quelques interviews de prétendus «experts», deux ou trois images manipulées comme «preuves». Et j'aimerais qu'un véritable observatoire des médias fasse l'inventaire des bobards qui nous ont été servis sur les conflits des vingt dernières années : Timisoara, Panama, Nicaragua, Irak, Yougoslavie, Afghanistan, Liban, Venezuela et bien d'autres. Chiche, la RTBF ?
2. Cette émotion peut être salutaire. Jusqu'à présent, le débat sur l'avenir de la Belgique a été confiné à des politiciens très intéressés : six gouvernements (enfin, je crois) dans un pays de dix millions d'habitants ! Il est temps que les simples gens interviennent : veulent-ils ces querelles artificielles ou veulent-ils au contraire qu'on s'attaque à leurs problèmes réels : emploi, niveau de vie, avenir des jeunes ?
3. Bien sûr, les séparatistes flamands prétendent que la scission permettrait justement de mieux s'occuper de ces problèmes. Supercherie ! Leur vrai but ? Détruire la Sécurité sociale pour précariser les jeunes et offrir au patronat une main d'oeuvre corvéable à merci. Etre plus «compétitifs» dans la jungle de la mondialisation. En Italie, et ailleurs, on importe des esclaves polonais. Chez nous, on les fabriquera « made in Vlaanderen ».
4. Le séparatisme aura pour conséquence, en Flandre mais aussi en Wallonie, des politiques encore plus antisociales. L'argent économisé servira pour de nouveaux cadeaux aux multinationales. Comme VW qui a reçu des milliards pour gonfler ses bénéfices et nous laisser la casse.
5. VW, parlons-en. Avec ce bazar institutionnel, les travailleurs en lutte ont eu affaire à... trois ou quatre gouvernements différents selon la région d'où ils proviennent. Pratique !
6. Mes amis français me demandent souvent : «Et alors, les Belges, c'est vrai que vous allez finir comme la Yougoslavie ?» Je leur réponds que la grande majorité des gens est totalement contre cette excitation artificielle et ces divisions. L'émission de la RTBF ne l'a pas assez montré; elle aurait dû donner la parole à de simples Flamands.
7. Résumons. La Flandre a profité des transferts financiers entre régions pendant cent ans où elle était moins développée. A présent que la crise économique et les délocalisations frappent davantage le Sud, elle veut mettre fin à ces transferts. Mais soyons plus précis : ce sont les partis traditionnels flamands qui intoxiquent l'opinion par des discours racistes sur «les fainéants du Sud». D'abord, ils font tout simplement jeu des fascistes du Vlaams Belang en copiant son discours sous une forme «respectable». Mais surtout, ensuite, ils déclencheront la chasse aux «fainéants du Nord», qui ne voudront pas devenir des esclaves salariés. Et on sera tous perdants.

Autres articles sur la politique antisociale en Belgique et en UE :
:
Particulièrement : Débat UE
Sur la désinformation: même site, tapez "médiamensonge"

PROCHAIN MAIL : Médiamensonge par omission

16:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, histoire, actualite, presse, silence, democratie, liberte, belgique, romain, euro-dictature, general, hainaut, charleroi, politique, propagande | |  Imprimer | | |

25/11/2006

21/11/2006: COURCELLES: 6 années pour apprendre enfin à réfléchir ...

COURCELLES: 6 années pour apprendre enfin à  réfléchir ...

 

 

 

 

Grugés, trompés, bernés, une fois de plus, jusqu’ à la lie, les chers électeurs qui ont participé d’ une manière ou d’ une autre à la campagne électorale des pseudos partis « démocratiques », de l’ un ou l’ autre de leurs candidats, et qui leur ont donné leur voix à C0OURCELLES. J’  avais pourtant prévenu. Quoi qu’ il en soit : la comédie post-électorale se poursuit. Un véritable cirque, du jamais connu jusqu’ ici au plan local courcellois.

 

Fin de la semaine dernière, on a appris que le Députation permanente a finalement validé les résultats électoraux courcellois, refusant les recours introduits par certains.

 

Bonne chance donc à Axel SOEUR :   on verra ce qu’  il va faire à la tête d’  une équipe Ps toujours plus à droite, comme en témoigne l’  alliance conclue avec le Mr, AVANT MEME, et indépendamment, des résultats électoraux !

 

Les électeurs vont trinquer et ils ne seront certainement pas mieux écoutés pour autant, malgré ses promesses électorales et celles du Ps.

 

Un nouvel exemple, dû à une lettre-circulaire de Monsieur Michel DEBACKER, trouvée tardivement dans ma boîte aux lettres, ce mardi-matin 21 novembre 2006, à propos du zoning :

 

« Comme vous le savez sûrement les dirigeants de la commune ont donné un avis favorable à l ’ implantation d’ une société de fabrication de produits divers. Cette société disposera d’  une unité de mélange et de différents dépôts (20 tonnes de produits corrosifs, nocifs ou irritants, 2 tonnes de produits toxiques, 10 tonnes de produits dangereux pour l’  environnement, 30.000 litres de liquides inflammables, 30.000 litres de détergents …)

 

Tant le bourgmestre que les échevins ne daignent répondre à nos différents courriers. Mieux même, ils orchestrent une vraie campagne de désinformation.

 

Pourtant près de 750 personnes ont par leur signature démontré qu’  elles étaient contre cette implantation. Une société du zoning a même intenté un recours auprès de la région.

 

Ce lundi, lors du conseil communal, plusieurs conseillers communaux interpelleront le collège des bourgmestre et échevins ».

 

J’  ajoute à ceci que c’  est toujours le mutisme complet également  pour ce qui concerne l’  entreprise FOREVER implantée, elle, à La Glacerie, et ce depuis la mémorable réunion tenue le 25 janvier 2006  l’  Hôtel de Ville.

 

Quant à Aurelio Cigna, lui, selon la presse, il serait tout simplement exclu du Mr par la Fédération libérale (malgré ses 838 préférences) qui aurait en outre décidé de placer sa section courcelloise sous tutelle.

 

Sous tutelle ? C’  est très révélateur de la grande capacité politique et administrative des élus et dirigeants locaux du Mr.   Claudy BASTIN, candidat de la liste Alc, n’  avait pas nécessairement tapé à côté de la plaque. Sous tutelle fédérale, on ne saurait délivrer un meilleur certificat d’  incapacité à la section Mr courcelloise avant même qu’  elle n’  entre dans la majorité communale.

 

Pour CIGNA, il ne lui reste plus qu’  à siéger en tant qu’  élu indépendant. En restant ainsi dans l’  opposition,  il ne devra pas la fermer sur ordres de ses propres et ex-amis libéraux et nouveaux alliés « socialistes ».

 

Que c’  est  beau leur « démocratie » !  L’  immense majorité des électeurs va donc avoir 6 années pour commencer à réfléchir. La leçon pourrait être profitable à longue échéance …

 

RoRo (21 novembre 2006)

21:32 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, belgique, hainaut, charleroi, politique, presse, silence, actualite, elections, elections 2006, ps, mr, cdh, ecolo, ptb, alc, ucpw, fn, democratie, propagande | |  Imprimer | | |

25/11/2006: COURCELLES: contre les produits de Wtc sur le zoning: suites de la campagne de protestations en cours.

COURCELLES: contre les produits de Wtc sur le zoning: suites de la campagne de protestations en cours.

Dans des news précédents, j’ ai déjà dit et répété ce que je pensais de « l’ écoute de la population » par les élus en place et à venir, élus appartenant aux partis  autoproclamés et pseudos « démocratiques », en citant l’ exemple de Wtc sur le zoning, de Forever à la Glacerie, d’ un futur méga centre commercial à Trazegnies, des problèmes des riverains dans nombre de quartiers.

Aux « Fonds de Corbeaux », la campagne de protestations des riverains se poursuit. En témoigne cette nouvelle circulaire de Monsieur Michel Debacker, qui poursuit le pétitionnement en cours et entame une campagne d’ affichettes-fenêtre.

« Madame, Monsieur,

Concerne : Implantation de la société WTC dans le zoning de Courcelles.

Comme annoncé lors d’ un précédent courrier, le cas de l’ implantation de la société WTC a été débattu lors du dernier conseil communal du lundi 20 novembre dernier.

Qu’y avons-nous appris ?

A côté de la mauvaise foi du Bourgmestre et de ses Echevins (notamment Madame Lambot qui s’ en lave les mains et reporte le problème sur le prochain Echevin de l’ environnement) qui oublient qu’ ils ont été élus par le peuple pour gérer la commune mais aussi pour représenter et défendre les citoyens, nous avons pu découvrir qu’ une société du zoning avait déposé un recours.

Contact pris avec Monsieur Cabay, dirigeant de la S.A. Agral, il s’ avère exact qu’ un recours a été déposé auprès de la Région wallonne. Monsieur Cabay comprend notre démarche et nous soutient.

Il contacte son avocat afin de voir de quelle manière notre action pourrait être couplée à la sienne pour avoir plus de poids.

Il nous encourage à poursuivre la collecte de signatures « de sympathie » (clin d’ œil à notre cher Bourgmestre).

C’ est pourquoi je vous invite à nous rejoindre et signer notre pétition.

Envie de nous aider ? N’ hésitez pas à mettre en évidence (en façade ou sur votre voiture) l’ affichette annexée au présent courrier.

Mieux demandez des « fiches signatures » à compléter pour la pétition en nous contactant au 0477/689.431.

Je me tiens bien entendu à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.

D’ avance merci pour votre soutien.

A bientôt.

Michel Debacker

Fonds de Corbeau 21 – 6180 Courcelles

Tél : 0477/689.431 »

Bien sûr, n’ est-ce pas, que le Collège s’ en lave les mains. André TRIGAUT, bourgmestre Ps ne se représentait plus aux élections, car il termine sa looongue carrière. Idem pour Madame Marie-Christine LAMBOT (échevine Psc-Cdh) qui a décidé d’ aller respirer un air plus pur ailleurs. A se demander comment le Psc-Cdh a pu gagner 1 élu dans ses conditions ( ???) et pourquoi ( ???). L’ immense majorité des électeurs s’ est trompée de colonne le 8 octobre dernier … Il est vrai que les candidats et les futurs élus y ont mis le prix pour gruger le populo et se taire depuis lors …

RoRo  (25/11/2006)

21:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, romain, histoire, belgique, hainaut, charleroi, elections, elections 2006, democratie, alc, ps, cdh, mr, ucpw, ptb, eclo, fn, presse, silence, environnement, propagande, politique | |  Imprimer | | |

05/11/2006

06/11/2006: COURCELLES: à propos des scandaleuses dépenses électorales, nous jouons cartes sur table, car la population a le droit de savoir. Et les partis pseudos démocratiques courcellois ? Nous les mettons au défi d’ en faire autant !

 

COURCELLES: à propos des scandaleuses dépenses électorales, nous jouons cartes sur table, car la population a le droit de savoir. Et les partis pseudos démocratiques courcellois ? Nous les mettons au défi d’ en faire autant ! Pour ce qui nous concerne, à Courcelles, nous en faisons donc une affaire politique qui devrait en embarrasser plus d’ un …

 

 

On le sait les partis du système capitaliste assaisonnent leur « démocratie » à toutes les sauces. Subsidiés par des entreprises privées, des multinationales, … (et pas n’ importe lesquelles comme on l’ a appris à la lumière de certaines affaires et de certains scandales), ils se sont attribués un système électoral inique et de faveur, le monopole de la propagande sur les chaînes publiques d’ informations lors des campagnes électorales, ainsi que la bonne volonté des chaînes privées et de tous les autres médias du capitalisme, excluant « les autres » listes et partis. Ils ont décidé d’ un quorum électoral à atteindre pour avoir droit à un élu au niveau législatif. Dans les pouvoirs publics, ils bénéficient de la collaboration voulue et/ou obligée de beaucoup de membres du personnel là où ils détiennent le pouvoir, la direction.

Sans doute aussi jaloux de la Liste civile dont bénéficie la Royauté, nos partis intégrés se sont aussi accordé une confortable dotation parlementaire, en subsides annuels et en personnel. De quoi disposer de suffisamment d’  oseille pour garantir leur maintien institutionnalisé au pouvoir et la réélection de leurs dirigeants et mandataires cumulards.

Certaines campagnes électorales devenant trop dispendieuses et scandalisant de plus en plus de contribuables-électeurs, ils ont finalement dû décider d’ une limitation quasi incontrôlable de leurs dépenses : dans les 30 jours des élections, ils s’ imposent de déposer un relevé récapitulatif des dons reçus et des dépenses électorales effectuées, aux greffes de différents tribunaux de première instance d’ arrondissements du pays. Ils se contrôlent sans doute entre eux et/ou bien ces déclarations doivent pourrir, dormir, au fond de bien des tiroirs. Le public est « démocratiquement » tenus à l’ écart de ce qu’ ils veulent bien déclarer. Pour les curieux, les règles à suivre se trouvent sur le site officiel électoral de Wallonie.be. Ces règles sont aussi applicables aux « petites » listes évidemment, qui n’ont pas d’ élus, qui n’ont pas l’ audience des médias, qui ne sont pas généreusement subsidiés par les pouvoirs publics et/ou corrompus, arrosés, par de généreux donateurs privés, les sponsors du capitalisme. C’ est le cas pour le Ptb+.

Nous allons donc innover : la liste PTB+PCC à Courcelles publie OFFICIELLEMENT sa déclaration de dépenses électorales, et met les différents partis autoproclamés démocratiques de COURCELLES d’  en faire autant.

Cette déclaration est signée en principal par Roger ROMAIN , tête de liste, déposant et témoin effectif au Bureau principal. Elle est contresignée par l’ ensemble de nos 12 candidats locaux.

 

On le sait, nos résultats électoraux à COURCELLES (pour les communales) et au district de FONTAINE – SENEFFE (pour les provinciales) ont été les suivants :

Les voix du Ptb: 09/10/1994:     394      ( 2,43 %) 

                                     08/10/2000:     315      ( 1,95 %)

                                     08/10/2006:     284      ( 1,66 %)          

A la Province du Hainaut, les résultats du Ptb+ sont les suivants dans les différents districts en 2006 (les pourcentages entre parenthèses sont ceux de 2000) : Boussu 1,17% (contre 1,20%), Charleroi 2,50% (contre 1,52%), Châtelet 1,18% (contre 1,17%), Dour 1,21% (0,85%), Fontaine-Seneffe 1,58% (0,95%), La Louvière 4,59% (contre 1,03%), Mons 1,55% (contre 1,03).

Dans  tout le pays, à l' exception de 5 districts, l'  avancée du Ptb est quasi générale dans tous les districts provinciaux où il se présente.

Pour obtenir nos 284 voix à Courcelles, nous avons donc dépensé quelque 195 euros (7.866 francs belges) ! Même pas le coût d’  une seule annonce hebdomadaire dans « Tan Que Vivre » …

Pour obtenir 1,58 % des voix à Fontaine-Seneffe, nous n’  avons fait aucune campagne électorale, nous n’  avons pas dépensé 1 iota, 1 cent d’ euro, ni obtenu aucun don, aucun subside en nature ou en espèces.

En guise d’  affichage, nous avons utilisé une cinquantaine d’ affiches non-électorales (donc qui fait l’ objet de notre campagne permanente, sous le thème « Les Gens d’ abord, pas le profit). Une cinquantaine d’ affichettes numéro 11 ont été copiés avec notre matériel régional.

 

 

 

 

 

 

 

Province : Hainaut_____________________________________ Canton électoral : Fontaine - Seneffe_________________

Commune :  COURCELLES_____________________________

Modèle de déclaration des dépenses électorales consenties par une liste se présentant aux élections pour le renouvellement des conseils communaux

 

Dénomination, sigle et numéro d’ordre de la liste :

Parti du Travail de Belgique + Présence Communiste Courcelloise.................................

PTB+PCC....................................................................................................................................

Liste 11.........................................................................................................................................

 

Montant maximum autorisé de dépenses : .................................................................................

correspondant à ……………………………… électeurs inscrits.

 

            Le soussigné, candidat en tête de la liste mentionnée ci-dessus, déclare que ladite liste a consenti les dépenses électorales énumérées ci-après pour l’élection dont la nature et la date sont mentionnées ci-dessus :

 

 

 

Aucun de nos candidats à Courcelles n’ a dû consentir des dépenses personnelles, ni effectuer de telles dépenses, à l’ exception de Roger Romain qui a pris en charge les dépenses de la liste.

 

Roger Romain

Tête de liste,

Témoin effectif au Bureau principal.

 

(signature)

 

 

 

 

Rubrique 1.     Dépenses et engagements financiers afférents à des prestations de services ou à des fournitures en vue de la communication de messages verbaux, écrits, sonores et visuels.

                        Indiquer par type de message le moyen de communication utilisé (radio, télévision, presse écrite 1, tracts, affiches, panneaux de moins de 4 m² …), la date de la communication et le montant de la dépense en distinguant, si c’est possible, le coût des fournitures et celui des prestations de services elles-mêmes utilisées pour la communication.

                        Formulaires : de collecte des signatures de parrainage : 25 euros

                        Tracts :          - coût de la fourniture ;

                        tracts de présentation individuelle des candidats                       

                        Mariette Dujacquier (300), Gaetano Buscemi (100), Begon Evelyse (100),   Daniel Leduc (100), Mylène Deprèter (100), Didier De Swert (300), Sébastien Depasse (200), soit 1.200 circulaires, imprimées au moyen de notre matériel informatique (pc + imprimante) : soit 150,00 euros.

                                               - coût de l’expédition par exemple par la Poste : néant

                        Télévision :    - coût de la production; néant

                                              - coût de la communication. néant  

 

Rubrique 2.     Dépenses relatives à des prestations de services rémunérées non reprises à la rubrique 1.  néant

                        Indiquer par prestation de services, le prestataire et le montant de la prestation.  néant

 

Rubrique 3.     Dépenses relatives à l’acquisition ou à la location de biens ou de fournitures non visées à la rubrique 1. néant

          Indiquer par objet, l’identité des biens ou fournitures et le montant de l’acquisition ou de la location. Si la distinction entre la prestation de services et la fourniture n’est pas possible, le montant global est repris à la rubrique 2. néant

 

Rubrique 4.     Autres dépenses non visées aux rubriques 1 à 3.

                        Par exemple, les dépenses effectuées par une tierce personne au profit de la liste. 

                        Reçus gratuitement de l’organisation centrale du PTB 3.000 tracts, recto –verso, format A4, impression noir sur blanc, présentant notre liste de candidats courcellois, avec commentaires locaux , ainsi que 2.000 circulaires de propagande générale Ptb+     J’ ai personnellement versé 20 euros à titre de soutien personnel au Fonds électoral du PTB+ en remerciements.

Montant total des rubriques 1 à 4 : ……… 195,00 euros…(25 + 150 + 20)……………….

 

Rubrique 5.     Dépenses reprises sous les rubriques 1 à 4 utilisées pour le financement de la campagne électorale d’un ou de plusieurs candidats déterminés de la liste 2.


 

 

 

Rubrique 6.     Dépenses reprises sous les rubriques 1 à 4, financées ou payées par un ou plusieurs candidats déterminés, et imputées sur les dépenses de la liste avec l’accord du (de la) candidat(e) figurant en tête de liste 3.  Aucun des 12  candidats de ma liste n’ a dû consacrer des dépenses personnelles.

 

N.B. Les rubriques 5 et 6 sont mentionnées pour information de manière à faciliter le contrôle et concernent des dépenses déjà incluses dans les rubriques 1 à 4.

 

 

          Le (la) soussigné(e) déclare que les dépenses mentionnées dans les rubriques 1 à 4 constituent la totalité des dépenses et engagements financiers consentis par la liste lors de l’élection du 08 octobre 2006……………………………….

 

 

Fait à  Courcelles…., le           06 novembre .. 2006.

 

..................                                       ...........................                           …………..

 

                                                           (noms et signatures)

 

 

 

 

 

 

Le document ci-dessous est contresigné par l’ ensemble de nos douze candidats courcellois. Cliquer sur le jpg en attaché …

 

 

 

 

 




1 Préciser le journal ou le périodique, la date, la nature et le coût de la publication.

2 Indiquer le nom du (ou des) candidat(s) concerné(s) et le montant utilisé à son (leur) profit.

3 Indiquer le nom du (ou des) candidat(s) concerné(s) et les dépenses que celui-ci (ceux-ci) a (ont) payées au profit de la liste.

22:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : propagande, actualite, courcelles, histoire, romain, belgique, charleroi, hainaut, elections, elections 2006, democratie, liberte, presse, silence, politique, ptb, ps, mr, cdh, alc, ucpw, ecolo, fn | |  Imprimer | | |

10/10/2006

09/10/2006: débats Venezuela: Dans 14 villes de France, Suisse, Belgique...

De : Michel Collon [mailto:michel.collon@skynet.be]
Envoyé : lundi 9 octobre 2006 3:12
À : roger.romain@skynet.be
Objet : En 14 villes de France, Suisse, Belgique : débats Venezuela

 

Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Dans 14 villes de France, Suisse, Belgique...
Débats Venezuela

«J'ai vu ce film en formation syndicale et désire le commander pour le partager avec les camarades de mon entreprise» (Vincent). «Merci à Chavez et aux Vénézuéliens de nous montrer que réellement un autre monde est possible. Je vais faire un max de pub.» (Joël) «Félicitations, cette journaliste est courageuse» (Monique). «M'a fait réfléchir et redonné espoir en l'avenir. Pourquoi ce film ne peut-il être diffusé à la télévision ?» (Horia) «La réflexion collective, propriété spécifique de l'être humain, est mille fois plus fiable et performante.» (Joseph)

GENEVE - LILLE - PARIS - LYON - BRUXELLES
MARSEILLE - TOULOUSE - MONTPELLIER - PEZENAS
DIGNE - AVIGNON - VESOUL - BOULOGNE - NIVELLES, ETC :


Projections publiques du film Bruxelles - Caracas (Les Vénézuéliens répondent).
+ Débats avec :
- VANESSA STOJILKOVIC
réalisatrice du film
Et, dans certaines villes, également :
- EVA GOLINGER,
avocate new-yorkaise, auteur du livre "Code Chavez - CIA contre Venezuela"
- MICHEL COLLON,
écrivain (va publier "Les 7 péchés d'Hugo Chavez") et conseiller de TeleSur

Thèmes en discussion :
· Que vaut notre info sur le Venezuela ?
· Pourquoi Bush veut-il renverser Chavez ?
· Comment la CIA agit-elle pour renverser les gouvernements "gênants" ?
· L'argent du pétrole doit-il servir aux multinationales ou aux programmes sociaux ?
· Où va l'Amérique latine ?
Et aussi : Qui est Chavez ? Réalité concrète ou bla-bla politique ? L'alliance arabo-latine est-elle possible pour tenir tête à l'Empire ? Et vos questions ! Le discours à l'ONU : coup d'épée dans l'eau ou cauchemar pour Bush ?

FRANCE & SUISSE (Belgique suit)
OCTOBRE
LILLE - VENDREDI 13/10
19h30. Projection-débat avec la réalisatrice. Salle L'Univers (16, rue Danton, Lille - Métro Porte de Valenciennes). Infos : coloreslatino1@yahoo.fr

NOVEMBRE
TOULOUSE - LUNDI 6/11
19h. 56 rue du taur (face à la Cinémathèque), Org. Ecole Supérieure des Arts Audiovisuels Toulouse 2 et Master AGCOM Toulouse 1. Infos : guy.chapouillie@univ-tlse2.fr

MONTPELLIER - MARDI 7/11
20h. Cinéma Diagonal Capitole.
Org : Association Petit Oeil + Cercle Bolivarien Montpellier, UPMM, LCR, Attac Montpellier... Infos : Yanhel@laposte.net Réservations : le jour même avant la séance dès 12h au Diagonal Capitole. Arrêt Tramway Comédie.

PEZENAS - JEUDI 9/11
20h30, salle Bonnafous (à côté de la mairie). Org. Amis de Politis de l'Hérault. Infos : blanquer.alain@voila.fr

DIGNE-LES-BAINS - VENDREDI 10/11
18h30. Cinéma Le Cinoch'. Org. Université Populaire Rurale Ouverte, CGT, France-Cuba.
Infos : Aurélie Volle, 04-92-32-35-93 ou 04 92 36 31 26 ou upro04@yahoo.fr

A partir de Genève, le 11 novembre et jusque Avignon, le 17 novembre, participeront également aux débats : Eva Golinger, avocate, et Michel Collon, écrivain

GENEVE - SAMEDI 11/11
19h30. Festival du film latino-américain. Dans le cadre de la journée « Une Amérique latine qui change ? » en collaboration avec ATTAC, UOG, Collectif genevois d'action syndicale, collectif Genève Amérique latine Enlazando Alternativas. 19h30. Maison des associations, 15 rue des Savoises. Infos : esteban_munoz@gmx.net Réservations : http://www.filmaramlat.ch/Archives/Bilan_01.php

LYON - MARDI 14/11
19h. Temple, 10, Rue Lanterne - Lyon 1er (rue parallèle au Quai de la Pêcherie). Org : L'Improbable
Infos, réservations : LIMPROBABLE@aol.com Contacts : 04 92 84 65 33
Metro Ligne A - Arrêt(s) Hôtel de Ville/ Louis Pradel ou Cordeliers

PARIS - MERCREDI 15/11, 19h30.
Théâtre La Belle Etoile, 14 rue Saint-Just à Saint-Denis, quartier de La Plaine. 19h30. Accueil, petite restauration + expo. 20h30 : projection puis débat. Org : Cie Jolie Môme. Infos, réservations : 01 49 98 39 20 ou Loïc loic@cie-joliemome.org RER B, arrêt La Plaine Stade de France ou métro 12, Porte de la Chapelle + bus 153 arrêt Eglise de La Plaine ou à pied.

MARSEILLE - JEUDI 16/11
Nomad Cafe (confirmation fin de semaine), 11 boulevard de Briançon. Org. Comite 13 de Solidaridad con Venezuela, Association France Amérique Latine, ATTAC, Aix Solidarité, Cercle Bolivarien de Marseille, Comité Chili Amérique Latine d'Aix en Provence, Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde, Cultures de Terrain, La Rage du Peuple, Mrap 13, Sudacas, Ligue Communiste Révolutionnaire, Parti Communiste Français, la Riposte. Infos : raquinter@yahoo.es ou 0491339151 ou 0622010065

AVIGNON - VENDREDI 17/11
20h30, Cinéma Utopia, 4 rue des escaliers Sainte-Anne. En collaboration avec l'association Contraluz.
Infos : 04 90 82 65 36

VESOUL - SAMEDI 18/11
20h30. Projection-débat avec Michel Collon. Petite Salle Parisot - Théatre Edwige Feuillère, place Rénet Info : VermotC@aol.com

BOULOGNE - MARDI 22/11
10h. Projection-débat avec Vanessa Stojilkovic. Université du Littoral-Côte d'Opale, Centre Universitaire Saint-Louis II, Amphi 3, 21, rue Saint-Louis, 62231 Boulogne sur mer. Projection gratuite et ouverte à tous. Infos : David Oliviero david.oliviero@univ-littoral.fr

EN PREPARATION POUR LA FRANCE : BRETAGNE, SUD-OUEST, CENTRE, ETC...

Si vous désirez :
- Organiser un débat dans votre ville : contactez : nessa.kovic@skynet.be
- Etre tenu au courant et aider à faire connaître les débats dans votre ville : écrivez à la personne qui coordonne dans cette ville et dont le mail figure dans le programme.

BELGIQUE :
BRUXELLES - 14 OCTOBRE
14h15. Festival du cinéma d'Attac. Suivi d'un débat avec la réalisatrice et Michel Collon, écrivain, conseiller de Tele Sur. Botanique (métro Botanique). Infos : ATTAC-Bruxelles1, 0494/80.88.54 bxl1@attac.be
BRUXELLES - 19 OCTOBRE
20h15. Festival du film latino-américain. Suivi d'un débat avec le chanoine François Houtart, cofondateur du Forum Social, Alejandro Fleming, ambassadeur du Venezuela, Vanessa Stojilkovic, réalisatrice de Bruxelles - Caracas, et Michel Collon, écrivain, conseiller de Tele Sur. Botanique (métro Botanique). Infos et réservations : 02/650 22 81 ou info@cinema-itineraires.be

NIVELLES - 27 OCTOBRE
Film d'ouverture du 2ème Festival du film engagé. Org. Consultatif Nord - Sud. Suivi d'un débat avec la réalisatrice et Michel Collon, écrivain, conseiller de Tele Sur. Salle Waux Hall, Grand-Place. Infos : 067/84 43 72 ou sejpha@compaqnet.be

BRUXELLES - 28 OCTOBRE
Fête Che Presente, VUB (université flamande de Bruxelles, campus de la plaine, 1050. Première de la version néerlandaise de Bruxelles-Caracas. En présence de la réalisatrice et de Michel Collon. Infos : ics@cubanismo.net

EN PREPARATION : Liège, Charleroi, Mons, Tournai, Verviers... Infos : nessa.kovic@skynet.be

Si vous désirez :
- Organiser un débat dans votre ville : contactez : nessa.kovic@skynet.be
- Etre tenu au courant et aider à faire connaître les débats dans votre ville : écrivez à la personne qui coordonne dans cette ville et dont le mail figure dans le programme.

20:17 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : solidarite, amerique, belgique, terrorisme, social, actualite, capitalisme, courcelles, chili, bolivie, democratie, france, bruxelles, histoire, imperialisme, liberte, oppression capitaliste, paris, politique, presse, propagande, romain, resistance, silence, usa, venezuela | |  Imprimer | | |

10/10/2006: COURCELLES et ailleurs: élections: le calme pour 6 ans ???

COURCELLES et ailleurs: élections:  le calme pour 6 ans ???

 

 

Pendant 3 mois, la campagne électorale communale ayant  débuté le 7 juillet 2006, les candidats des 8 listes concurrentes, ont inondé vos boîtes aux lettres. Beaucoup de bobards, de promesses démagogiques, qu’  ils ne sauront tenir, beaucoup de binettes souriantes toutes plus belles les unes que les autres (sauf la mienne !).

 

Soulagement, à part sans doute quelques remerciements dans Tan Que Vive de cette semaine, et de la semaine prochaine pour ceux qui ne seront pas arrivés à temps avant le tirage, vous ne verrez plus rien de tout cela. Vos boîtes aux lettres vont se dégager…

 

Le calme va donc renaître jusqu’ aux prochaines qui auront lieu dans 6 ans…  En parlant des communales bien sûr, car l’ an prochain ce seront de nouveau les législatives.  Et coucou, les revoilà … ! Re-belote !  C’  est leur « démocratie » : briguer votre voix pour se faire élire, et après : basta ! On ne peut quand même pas dépenser du fric toutes les semaines pour vous « informer » et vous « consulter » pendant 5 minutes dans les isoloirs tous les 6 ans, non ?

 

Ah oui, certains, parmi ceux qui sont au pouvoir, ont dit: "Nous avons fait ceci, nous avons fait cela ...!".  Ils ont oublié d' ajouter: "c' est avec votre fric !". Fallait quand même bien que notre argent serve à quelque chose, non ?

 

 

RoRo

14:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charleroi, courcelles, cdh, democratie, ecolo, elections, elections 2006, fn, hainaut, histoire, liberte, mr, oppression capitaliste, politique, presse, actualite, belgique, capitalisme, alc, ps, ptb, propagande, romain, silence, social, solidarite, resistance, ucpw | |  Imprimer | | |

05/10/2006

04/10/2006: Lettre au bourgmestre Van Gompel de Sofie Merckx, tête de liste PTB+

De : Myriam Dely [mailto:myriam.dely@brutele.be]
Envoyé : mercredi 4 octobre 2006 23:05

Objet : Lettre au bourgmestre Van Gompel de Sofie Merckx, tête de liste PTB+

 

  

Lettre  au bourgmestre Van Gompel de Sofie Merckx, tête de liste PTB+

 

Monsieur Jacques Van Gompel

Hôtel de Ville de Charleroi

6000 Charleroi

 

 

 

 

Cher monsieur le bourgmestre,

 

J’ai bien reçu votre réponse concernant la pétition que j’ai initiée contre la taxe de salubrité urbaine et qui a été signée par plus de 6000 Carolos depuis le mois de juin.

 

Vous me répondez vouloir « m’apporter quelques précisions indispensables à ma bonne compréhension car (…) je ne saisirai pas la portée réelle de la taxe. »[1][1]

Nous n’aurions donc rien compris, nous qui payons par ménage 87 euros par an, en plus de nos sacs poubelles payants !

 

Vous écrivez que « la taxe sert à couvrir le coût de la gestion des déchets par les services communaux ( nettoyage de la voie publique, lutte contre les dépôts clandestins, participation dans les parcs à conteneurs accessibles au public gratuitement,…) » Et vous ajoutez qu’ « en aucun cas, cette taxe n’est liée à l’Intercommunale ICDI dont la gestion ne relève en rien de la Ville de Charleroi.»

 

Vraiment?

L’ICDI a été dirigée par Monsieur Cariat, échevin à la ville de Charleroi. Ensuite il a été remplacé, dans les circonstances que l’on sait, par Monsieur Parmentier qui est aussi, comme c’est bizarre, échevin à la ville de Charleroi. Et « la gestion de l’ICDI ne relèverait en rien de la ville de Charleroi » ?

L’ICDI est une intercommunale, la ville y a des représentants qui devraient défendre les intérêts des habitants de la commune et surveiller la bonne gestion de l’ICDI.

 

Vous affirmez que la taxe sert « à couvrir le coût de la gestion des déchets par les services communaux ». Et donc pas à payer l’ICDI et le ramassage des ordures ménagères.

C’est faux.

L’article 1er du règlement sur la taxe de salubrité publique, publié sur le site officiel de la ville, est clair : « Cette taxe vise l’enlèvement et le traitement des déchets ménagers et y assimilés et toutes autres interventions du même ordre visant à assurer la salubrité et l’hygiène publiques sur tout le territoire de la Ville. »[2][2]

Oui, le nettoyage de la Ville est du ressort de la commune. Mais qui s’occupe de la récolte des sacs poubelles à Charleroi ? L’ICDI ! Qui s’occupe du traitement des déchets ménagers? L’ICDI ! Qui s’occupe de la gestion des parcs à conteneurs ? Encore l’ICDI ! Comment est-ce alors possible d’affirmer que cette taxe n’est « en aucun cas » liée à l’ICDI ? Mystère.

 

D’ailleurs dans votre lettre à la population en décembre 2003[3][3], vous affirmiez pour justifier l’introduction de cette taxe qu’il fallait « présenter un budget en équilibre » d’une part et qu’il fallait « couvrir le coût de l’élimination des déchets » d’autre part (qui coûte à la ville plus de 11 millions d’euros).

 

Mais la ville paie justement l’ICDI pour le ramassage et le traitement des déchets ! Sinon comment expliquer que vous ayez remis en février 2004 à des associations réclamant la suppression de la taxe et plus de transparence sur les coûts des déchets une partie de la comptabilité …de l’ICDI ?[4][4]

 

Pour terminer, vous précisez avoir décidé, sur votre proposition  « d’atténuer l’impact de la taxe sur les personnes moins favorisées en leur octroyant, en contrepartie, une série de sacs poubelles gratuits. »

Sur votre proposition ? Ou plutôt sous la pression d’un mouvement de protestation de la part des Carolos, particulièrement les 14.000 signatures rassemblées en 2003 par différentes associations dont Médecine pour le Peuple où je travaille ?

 

Vous parlez de « gestion responsable » de la ville. Moi, je parle d’une gestion qui se fait sur le dos des Carolos qui paie trois fois : et avec les impôts communaux (parmi les plus élevées de Belgique), et avec les sacs poubelles payants et avec cette taxe de salubrité publique.

Au lieu de s’attaquer aux simples gens, il serait temps de se tourner vers ceux qui font du profit, produisent des déchets en quantité industrielle, laissent des industries à l’abandon et font payer l’Etat pour nettoyer ces nouveaux terrains vagues.

 

Votre réponse me renforce en tout cas dans ma volonté d’être élue dimanche au conseil communal.

Le dernier sondage publié ce 3 octobre à RTL donnant pour la liste PTB+ 4% des intentions de vote (et un siège) est un formidable encouragement pour atteindre cet objectif.

 

Car dans les six prochaines années, je compte bien au conseil communal, vous  interpeller et entendre de véritables réponses aux questions des Carolos.

Et surtout obtenir, avec le soutien des Carolos, la suppression de cette taxe injuste.

 

En vous souhaitant bonne réception de la présente,

 

 

 

Docteur Sofie Merckx, tête de liste PTB+ à Charleroi

sofie.merckx@mplp.be

0473/735525

 


Dr Merckx Sofie
Rue babotterie 87
6001 Marcinelle
Inami : 1-18820-05-004
tel: 071/47.64.96
fax:071/47.64.99
email : sofie.merckx@mplp.be

 

 

 

 

Toujours du nouveau sur :
http://users.skynet.be/roger.romain/Sommario.html
http://histoire.skynetblogs.be/
http://courcelles.skynetblogs.be/
http://www.ptb.be/solidaire.htm
 
Pour rappel, mes listes sont ouvertes à toutes les
organisations et camarades se réclamant de la
mouvance marxiste-léniniste, pacifiste, antiraciste
et antifasciste, à tous ceux qui luttent contre
l'impérialisme, le colonialisme, l' Euro-dictature et
l'exploitation capitalistes.
Bienvenue !
Si vous n' avez plus besoin de mes infos, m' écrire UNIQUEMENT à cette adresse, svp:
roger.romain@skynet.be
Si vous en avez de nouveau besoin, même adresse.
Vous revenez et vous partez quand vous voulez, suivant vos besoins, vos désirs, vos possibilités...
Merci !
Rediffusons pour faire triompher la vérité et rompre les silences et manipulations de la presse sécurisée capitaliste !
Infos COURCELLES, CUBA-Amérique_latine, IRAK-Palestine-Afghanistan, LIENS divers, GHETTO Varsovie, USA 1952: 6 listes séparées, sur demande.






[1][1] Lettre du bourgmestre à Sophie Merckx du 25 septembre 2006

[2][2]http://www.charleroi.be/SiteResources/Data/Templates/1Template1.asp?btn=&DocID=3451&v1ID=&RevID=&level1=&level2=&level3=&level4=&listerep=

 

[3][3] Lettre du bourgmestre à la population, 17 décembre 2003

[4][4] Bulletin du Conseil Communal du 22 septembre 2005.

18:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, resistance, silence, solidarite, social, syndicats, ucpw, romain, belgique, capitalisme, alc, charleroi, courcelles, cdh, democratie, ecolo, elections, elections 2006, environnement, ecologie, fn, hainaut, histoire, mr, politique, presse, ps, ptb, propagande | |  Imprimer | | |

05/10/2006: COURCELLES: élections: à propos de l' affichage électoral dans la commune ... Non, au Méga Centre commercial ... ?

 

COURCELLES: élections: à propos de l' affichage électoral dans la commune ...

Collage, surcollage, à COURCELLES.

De plus en plus d' électeurs scandalisés m'interpellent, trouvant honteux ce gaspillage de temps, d' énergie, d' argent qui pourrait servir à autre chose, et le monopole de propagande que veulent s' assurer ainsi certains partis  autoproclamés "démocratiques", au détriment des autres. Et encore, on ne sait pas tout: certains partis, certains candidats, paient des équipes d' afficheurs... Ce n' est même plus du militantisme politique, de l' attachement à un parti, à une idéologie, à un programme. C' est de plus en plus du business, du marketting spécialisé.

L' Administration communale Ps-Cdh , avec en tête son échevin des travaux, porte la plus grande responsabilité d' une telle situation: des panneaux suffisamment grands, partagés en huit (puisqu'il y a 8 listes concurrentes), avec dans l' ordre le numéro de chacun, aurient dû être installés et organisés par la Commune. Certains disent, ou bien "ils" manque de jugeotte, ou bien c' est voulu ...

La démocratie véritable, c' est permettre à chacun de s' exprimer par la viabilité des idées, et nons pas de faire taire, ou disparaître les autres. C' est donner la parole et non pas faire taire...

 

900 emplois nouveaux à TRAZEGNIES ?

900 (???) emplois nouveaux promet le bourgmestre "socialiste" André Trigaut, pour ... après les élections.

Comment ? En créant un Mega Centre Commercial,  et ultra concurrentiel, avec l' aide multinationales de la distribution.

Au détriment de qui ? Des centres déjà existants: Cora, Carrefour, Makro, Champion, Lidl, Ville 2, City-Nord, ... et ... des petits indépendants et commerçants locaux, qui une fois de plus, accablés de taxes, de bureaucratie, ..., vont devoir fermer boutique. Le nombre de faillite n' arrête pas de monter d' année en année, sous le beau soleil concurrentiel et de marché capitalistes. Non seulement le pouvoir d' achat des travailleurs et des consommateurs n' arrêtnt pas de descendre, mais les difficultés s' aggravent pour les petits indépendants.

Alors ?  Nous disons NON: la population, les riverains, doivent être consultés !

Roger ROMAIN

tête de liste Ptb+Pcc, n° 11 , à Courcelles

tête de liste Ptb+, n° 10, à la Province du Hainaut

 

16:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fn, mr, oppression capitaliste, politique, presse, ps, ptb, propagande, romain, resistance, silence, social, solidarite, hainaut, charleroi, actualite, belgique, capitalisme, alc, courcelles, cdh, democratie, ecolo, elections, elections 2006, ecologie, environnement, histoire, sonda | |  Imprimer | | |

04/10/2006

03102006: COURCELLES: les "incivilités": rue Jean Friot, Gouy, cité Renard, rue Glacerie, Monument Guerrard, ... et ailleurs ...

COURCELLES: les "incivilités": rue Jean Friot, Gouy, cité Renard, rue Glacerie, Monument Guerrard, ... et ailleurs ...

 

170 candidats, répartis sur 8 listes concurrentes, se présentent à COURCELLES, aux élections communales, … Du jamais vu …

 

Parmi tout ce beau monde, il y a 29 élus, appartenant à 5 partis autoproclamés « démocratiques », sortants et à (ré)élire éventuellement. Tous meilleurs les uns que les autres. Il y a même 11 concurrents se présentant sur une liste d’  un parti se réclamant du racisme et de l’  extrême – droite, sans que cela ne dérange le moins du monde certaines âmes tellement sensibles … Comme la vérité a ses droits : seule la tête de liste Ecolo, s’ est proclamé preneur pour envisager, en réponse à ma proposition, une action unitaire pour faire barrage au danger raciste … Sans suite du côté Ps, Ucpw… Nous ferons les comptes à ce sujet, dès ce lundi 9 octobre, s’ il y a vraiment lieu …

 

170 candidats (en dehors de ceux du Ptb+), qui, apparemment n’  ont plus grand-chose à proposer, que des broutilles. Parmi elles, la recherche des fameuses « incivilités », et leur répression, est à la mode, pour amuser et entretenir la galerie.

 

Je me suis aussi mis au travail.  Ce mardi, j’  étais de nouveau sur le dessus de la rue Jean Friot :

 

-une voirie, composée de pavés du temps des diligences …

 

-de l’ eau qui dévale en permanence d’ un côté à l’ autre de la rue, passant sur le côté de certaines habitations, pour aboutir dans les jardins en contrebas, charriant le trop-plein de certaines fosses sceptiques, car en ce début du 21e siècle, après des décennies de majorité « socialiste », il n’ y a toujours pas d’ égouttage public…

 

Devant certaines maisons, en ce début du mois d’  octobre, ça pue : je conseille aux collectionneurs de sortir les masques à gaz qu’ ils ont pu récupérer de la guerre ’14-’18. En juillet/août, cela doit être simplement intenable, sous les chaleurs estivales…

 

Dimanche-soir, j’  étais, avec Mariette, à Gouy-lez-Piéton :

-à part les voitures qui n’  arrêtent pas de circuler rue de Luttre, je me suis dit : « Mais, c’  est digne du Mezzogiorno italien du début des années ’70 : plus rien ne vit…. ».

 

-lundi après-midi, j’  ai failli me casser la gueule (pardon un pied !) sur les pavés du trottoir du bas de la rue des Libertaires, cité Renard, tellement c’  est entretenu et réparé en temps voulu …

 

A Courcelles même, dans la descente de la rue de La Glacerie, venant des Quatre chemins de Wartonlieu, c’ est là que mon chien dépose ses crottes, en attendant une contredanse d’ un « steward » (sic) en uniforme d’ Aurelio Cigna (Mr) tellement c’ est propre : les gens n’ ont même plus envie d’ y laisser tomber un mégot de cigarette, un chewing-gum, un sachet de frites souillé, ou quoi que ce soit d’ autre, tellement les pouvoirs publics ont encore le sens de la « civilité », du civisme, du simple entretien, du respect de ce qui est commun et … public.

 

De quoi garder encore un peu de moral, en attendant la désignation de la prochaine majorité et du prochain mayeur … Il va y avoir du boulot pour ramener la joie de vivre …

 

RoRo

00:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : communisme, cdh, democratie, ecolo, elections, elections 2006, hainaut, histoire, liberte, flicage, environnement, ecologie, mr, politique, presse, ps, ptb, propagande, romain, silence, social, solidarite, syndicats, ucpw, actualite, belgique, charleroi, alc, courcelles | |  Imprimer | | |

03/10/2006

SOLIDAIRE n° 36 du 4 octobre 2006

 

04-10-2006

10 raisons de voter PTB+

Votre hebdo vous offre ses derniers arguments pour voter dimanche pour le PTB+ aux élections communales et provinciales.

> Lire l'article

Plus de cent mille personnes aux concerts 0110 pour la tolérance

Bruxelles, Gand, Charleroi et Anvers : plus de cent mille personnes ont assisté aux concerts de plus de deux cents artistes. Sur place, nous avons recueilli le sentiment du public et d'artistes comme Lio, Adamo et Jean-Luc Fonck.

> Lire l'article

Livre choc sur la fortune des Boël

Dans La fortune des Boël, notre collaborateur Marco Van Hees lève le voile sur cette très riche famille dont la discrétion est légendaire. Petit abécédaire pour vous donner un avant-goût du livre...

> Lire l'article

Anvers: le PTB peut bloquer le Vlaams Belang

Filip Dewinter, leader du Vlaams Belang, espère obtenir la majorité absolue à Hoboken, Deurne et Merksem. Le PTB peut priver l'extrême droite de ce qui constituerait un triste précédent national.

> Lire l'article

Que font 2000 médecins cubains au Pakistan?

Au cours des derniers mois, plus de 2000 travailleurs médicaux cubains ont séjourné au Pakistan, durement touché par un tremblement de terre. Idalmis Delgado Acuesta en faisait partie. Entretien.

> Lire l'article

Et en plus...


 Envoyez vos réactionsréagirImprimerimprimerEnvoyer par e-mailenvoyer

22:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, mr, politique, presse, ps, ptb, propagande, romain, silence, solidaire, collon, alc, courcelles, communisme, cdh, democratie, ecolo, fn, hainaut, elections, elections 2006, histoire, social, syndicats, terrorisme, sondage, europe, charleroi, euro-dictature, ucpw | |  Imprimer | | |

02/10/2006

02/10/2006: Les élections sur et avec TéléSambre ...

Les élections sur et avec TéléSambre ... 

 

J’ ai très peu suivi les débats électoraux sur TéléSambre, la chaîne publique d’ informations régionales et locales, tant ils me barbent.  Rtl - Tvi, c’ est du tout cuit … !

 

Ces débats n’ étant réservés qu’ aux partis autoproclamés « démocratiques », c’ est partout le même ronronnement collectif, les mêmes constats, les mêmes problèmes, le même manque de moyens, les mêmes questions, les mêmes politicailleurs locaux : Ps, Mr, Cdh, Écolos et quelques autres sortants.. à  réélire. Seule différence d’ une commune à l’ autre, la couleur de la majorité en place.

 

Avec quelle sauce, voulez-vous avaler les mêmes frites : mayonnaise, moutarde, américaine, … ? Fortement, ou moins, épicée ?

 

Heureusement, ils ont quelques tartes à la crème :

 

-la sécurité : voulez-vous un flic supplémentaire à chaque coin de rue ? Dans ce cas, il faut engager, recruter, et du fric…

 

Ou bien alors, une caméra tous les 100 mètres ferait l’ affaire et serait moins coûteuse, dans une société de plus en plus fliquée, surveillée, épiée, filmée, fichée, écoutée ( ?). Au diable, la vie privée, la « démocratie », les libertés individuelles. Seule comptent encore les libertés d’ entreprendre et d’ exploiter. .. !

 

-les incivilités, désormais de plus en plus intentionnellement à l’ ordre du jour et à la mode :

 

Question : une crotte de chien, sur un trottoir, en plein centre de Charleroi, doit-elle être réprimée plus sévèrement et chèrement qu’ à la rue Trieu de Brabant à Courcelles ?

 

Un mégot jeté par terre est-il plus nocif et terrible qu’ un feu de cheminée ?

 

Comment doit-on décoller les chewings-gums et recycler les paquets de frites ?

 

Bref, dès le lundi 9 octobre 2006, la gestion de notre belle société « libre » et « démocratique » sera plus comestible et tout rentrera dans l’ ordre. Un véritable cirque à l’ image d’ une société orchestrée et qui se dégonfle. Pour les véritables problèmes sociaux, économiques, financiers, éducatifs, et la recherche de leurs causes et de leurs solutions, rendez-vous dans 6 ans, avec les mêmes partis et les mêmes médias...

 

RoRo

23:19 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, alc, communisme, courcelles, cdh, democratie, ecolo, elections, elections 2006, ecologie, flicage, histoire, liberte, mr, politique, presse, ps, ptb, propagande, romain, silence, social, socialisme, sondage, ucpw, fn | |  Imprimer | | |

02/10/2006: COURCELLES: AQUASAMBRE et les travaux: gare !

COURCELLES: AQUASAMBRE et les travaux: gare !

 

AQUASAMBRE procède actuellement au remplacement des anciens raccordements d’ eau à certaines habitations…

 

De multiples tranchées sont ouvertes un peu partout dans différents quartiers, différentes rues, de la localité…

 

Ca doit se faire, non ?   Mais cette opération va encore coûter chère à la voirie, à notre chère commune : lorsque les tranchées seront rebouchées, avec le tassement des terres au fil des semaines, elles vont laisser de nombreux affaissements dans l’ asphalte. Les amortisseurs des voitures vont de nouveau trinquer et le boucan va de nouveau s’  accentuer  (avenue de Wallonie, et ailleurs…), pendant des mois, plusieurs années, à chaque passage de camion, de poids lourds…

 

Reste à espérer qu’ AQUASAMBRE n’ a pas de raccordements à remplacer rue de VIESVILLE où la restauration de la voirie vient à peine de se terminer laissant d’ ailleurs du mécontentement chez pas mal de riverains. Une riveraine vient d’ ailleurs de me signaler qu’ elle a désormais de l’ eau dans sa cave car la pluie s’ infiltre maintenant entre les pavés du trottoir et ce trottoir a été reconstruit au ras des soupiraux de sa maison…

 

D’ autres riverains se plaignent de l’ inefficacité du casse-vitesse, d’ ailleurs insuffisant dans la rue. Il devrait y en avoir 2, 3, …

 

A oui, l’ Ucpw et les Écolos, mènent campagne pour une l’ amélioration de la « qualité » de la vie…

 

Ce lundi-matin, depuis 9 heures, Brutélé est de nouveau coupé avenue de Wallonie …

 

A 9,45 heures, la camionnette d’ AQUASAMBRE nous annonce : « Attention, attention, fermeture des eaux pour une durée indéterminée ! »

 

De quoi occuper Aurelio CIGNA en lui donnant des idées pour le prochain Conseil communal. Il doit en effet d’ ores et déjà songer à sa réélection en 2012  en préparant le terrain…

 

RoRo

12:31 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie, ecolo, elections, elections 2006, environnement, mr, hainaut, histoire, presse, ps, ptb, propagande, romain, silence, sondage, ucpw, politique, actualite, belgique, alc, charleroi, courcelles, cdh | |  Imprimer | | |

01/10/2006

01/10/2006: COURCELLES : élections : Ps, Mr, Cdh, se préparent déjà à encore aggraver la fiscalité communale dès le lendemain des élections.

COURCELLES : élections : Ps, Mr, Cdh, se préparent déjà à encore aggraver la fiscalité communale dès le lendemain des élections.  A quand un « plan Marshall » pour aider les communes wallonnes ???

 

Saviez-vous ce que les responsables « socialistes » courcellois (vieille garde et nouvelle garde) nous préparent pour le lendemain des élections ?

 

C’  est pourtant clair :

 

-au cours de leur ronronnement collectif sur TéléSambre, les compères Ps, Mr, Cdh, Écolo et Ucpw (les 3 autres listes présentes à Courcelles ont été « démocratiquement »  et scandaleusement exclues des débats !), nous ont rappelé que, à part un léger boni qui sera vite absorbé, les caisses courcelloises sont vides, que la Commune devient de plus en plus pauvre et qu’ elle doit faire face à des besoins criants et urgents. Les images de la voirie, du logement, qui ont été projetées à l’ écran nous l’ ont prouvé et rappelé tristement …

 

Ils n’  étaient guère très loquaces les compères communaux.

 

Alors que faire ? :

-seul Robert TANGRE a expliqué « qu’  il fallait prendre l’  argent là où il se trouve », laissant entendre que la solution ne peut venir que de ceux qui gouvernent le pays, dont la région wallonne, pour le compte du capitalisme. J’  ajoute personnellement que depuis que je suis en politique (ça fait quelque 50 ans !), les communes ont assez trinqué, à cause précisément du pouvoir capitaliste et de ses valets.  La commune, c’  est en effet la collectivité des électeurs, mais aussi et surtout , celle des contribuables, des travailleurs et des consommateurs.

 

-« A l’  écoute des Courcellois », Axel SŒUR (symbole de la relève « socialiste », lui, a déjà LA solution.  Il l’a en fait décrite (pour ceux qui savent lire et comprendre entre les lignes) dans sa « Rose au poing », au paragraphe suivant :   « Le Ps veille à maintenir l’  équilibre budgétaire sans avoir recours à l’  augmentation systématique ( ?????????) des taxes (le taux des impôts sur les revenus -8%- et du précompte immobilier -31,875%- n’ a pas augmenté depuis 1983, et ce malgré  l’ autorisation de la Région wallonne permettant aux Communes d’ augmenter ces taxes qui sont les deux principales recettes de transfert ». Alors, c’  est simple, comme l’  équilibre budgétaire courcellois sera incessamment rompu de nouveau vers le bas et que la Région wallonne, ce sont les ministres Ps, flanqués de leurs compères Cdh, la solution va venir toute seule : après les élections, impôt sur les revenus et/ou précompte immobilier vont augmenter, indépendamment des quelque 25 millions de francs que rapporte annuellement la nouvelle taxe « déchets ménagers ». Ils vont effectivement transférer de la poche du contribuable dans la caisse communale, si vous n’  aviez pas compris… Le mot transfert a donc bien une signification… politique et financière réelle et bien choisie.

 

Prendre l’  argent là où il se trouve réellement ?

 

Ce serait pourtant simple : 80 – 90% des parlementaires et des ministres des partis autoproclamés « démocratiques » détiennent aussi un mandat communal en cumul, voire un mayorat (Daerden à Herstal, Van Cau à Charleroi, Di Rupo à Mons, etc, etc…).

 

Derrière leur double - casquette, ils connaissent donc très bien les difficultés financières des communes. Ils savent que les communes doivent recourir à l’  emprunt systématique auprès des banques privées pour la moindre réalisation. Alors qu’  attendent-ils pour mettre les banquiers au pas ?  Surtout quand on se rappelle que le CCB (Crédit communal des Belgique –  l’ ex - banque des communes) a elle aussi été privatisée, avec leur complicité active.

 

Van Cau – Di Rupo viennent de mettre au point leur fameux « plan Marshall » : 50 milliards de francs belges supplémentaires, provenant de la collectivité et des avoirs de la Région Wallonne, pour aider les multinationales à investir et à créer des emplois (voila 30 – 40 ans que dure ce chantage !).

 

Alors, à quand un « plan Marshall » bis pour aider les communes wallonnes à sortir de leur enlisement, de leur marasme ?

 

Ce serait pourtant équitable, non ?:

 

-          50 milliards, pour aider les multinationales étrangères à augmenter encore leurs super – profits, avec le moins d’ emplois possible, grâce à des investissements de plus en plus modernes et ruineux.

 

-          50 milliards, pour aider ceux qui fournissent la machine de production capitaliste avec leurs bras et leur savoir : les travailleurs, la population, peuplant nos communes …

 

Mais, derrière leur double – casquette, Di Rupo, Van Cau, Daerden, Verhofstadt et Cie, savent à qui ils vont donner et à qui ils vont présenter la facture. La méthode des « transferts », ils connaissent d’  expérience…

 

Ce qu’ il faut alors, c’ est constituer au plus tôt un front uni des Communes pour rompre le pouvoir de ces nantis du capitalisme, car de plus en plus nous plongeons vers le retour à l’ esclavage.

 

La relance du logement social, des services publics, des travaux communaux, créera aussi de l’  emploi et diminuera le chômage. Et là, ce sera au profit direct de tous, … et pas seulement des multinationales étrangères.   Notre environnement y gagnera aussi et beaucoup d’  auteurs « d’  incivilités » retrouveront plus de  goût au civisme collectif en vivant dans un cadre amélioré …

 

RoRo

11:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, propagande, silence, solidarite, resistance, syndicats, ucpw, belgique, charleroi, alc, oppression capitaliste, hainaut, courcelles, actualite, capitalisme, cdh, democratie, ecolo, elections, elections 2006, environnement, histoire, logement, mr, politique, presse, ps, ptb | |  Imprimer | | |

30/09/2006

30/09/2006: De Michel Collon, journaliste belge: NOUVEAU: Chavez, Ratzinger, Afghanistan, Indigènes, journalistes exploités...

De Michel Collon, journaliste belge:         NOUVEAU: Chavez, Ratzinger, Afghanistan, Indigènes, journalistes exploités...

 

De la part de Michel Collon
Envoyé : vendredi 29 septembre 2006 20:49
À : Par
Objet : NOUVEAU: Chavez, Ratzinger, Afghanistan, Indigènes, journalistes exploités...

 

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur :

MAUVAIS LIEN ?
Mes excuses pour le lien erroné de la précédente interview sur Darwin, Bush, Ratzinger, etc.
Dans un tel cas, vous pouvez toujours retrouver les articles annoncés
en allant directement en page d'accueil à "Nouveau sur le site".


ACTUALITE :
Hugo Chavez - Discours à l'ONU : Le monde se réveille, Monsieur Bush !
"Hier, Monsieur Bush est venu parler ici comme s'il était le propriétaire du monde"
Chavez

Marseille Solidaire - Les descendants des « Indigènes » sont à Cachan et parmi les déboutés de Sarkozy !
Honorer (trop tard) les indigènes d'hier pour mieux persécuter ceux d'aujourd'hui ?
Indigènes

Leila - En Ratzinger, les architectes du Choc des civilisations ont-ils trouvé leur Apôtre ?
Le parcours d'un homme qui a choisi d'oublier la violence de l'Occident
Ratzinger

Ann Jones - Afghanistan : le paradis des "aides fantômes"
Où est parti l'argent des "dons" US et français ?
Afghanistan

MOYEN - ORIENT :
Daniel Sturm - « Tu ne vois rien, tu ne sens rien et tu ne regardes rien »
350 ex-soldats israéliens préparent une expo et une tournée sur les crimes de Tsahal
Soldat israélien

Marie Nassif - Debs - Position du PC libanais sur la Finul, le Hezbollah, les USA...
L'Europe collabore avec Bush mais ferait bien de se méfier. Elle aussi est visée.
FINUL, Hezbollah...

Emile Lahoud - Discours du président libanais à l'ONU
Lahoud, chrétien, répond à Bush sur le Hezbollah et le "Nouveau Moyen-Orient"
Liban

MEDIAS :
Association des Journalistes - Indépendants, ces journalistes ? Témoignages de pigistes surexploités
Faux indépendants, vrais exploités précaires. "Pisser de la copie", n'importe quelle copie...
Journalistes exploités


Salim Lamrani - Reporters sans Frontières osera-t-il publier cette réponse ?
RSF avoue enfin qu'elle est financée par Washington, mais...
Reporters sans Frontières

12:01 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, amerique, belgique, capitalisme, courcelles, charleroi, cuba, collon, democratie, europe, euro-dictature, france, paris, histoire, imperialisme, injustice, israel, liban, liberte, oppression capitaliste, politique, presse, propagande, romain, resistance, sionisme, silen | |  Imprimer | | |

30/09/2006: France: eh oui, c' est la "démocratie" capitaliste ...

Eh oui, c’ est la « démocratie » capitaliste … !

Certains y croient encore …

RoRo

 

 

 

De : Mike [mailto:michel.mahler@tiscali.fr]
Envoyé : samedi 30 septembre 2006 0:21

Cc : Liste Google
Objet : Frais de campagne

 

Frais de campagne
Reveil-des-marmottes - Publié depuis 1 heure
Les dépenses des candidats sont plafonnées à 15,5 millions d'€ pour le premier tour et 20,7 millions d'€ pour le second tour. ...

 

La France a bien des particularités. Par exemple, Jospin va pouvoir profiter de sa retraite de Premier ministre dans sa grotte, agrémentée d'avantages non négligeables. Giscard d'Estaing a sa retraite de président et peut cumuler des fonctions -très bien payées- en France et à l'UE. Comme les citoyens vont bientôt travailler 18 heures par jour pour un SMIC allégé (Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal l'ont promis, c'est son programme pour l'un et l'ébauche d'un programme encore vide pour l'autre), il reste encore des Euros à dilapider. En France, le financement des campagnes électorales est (en principe) sévèrement encadré. La loi de 1988 précise: Seuls les particuliers et les partis politiques peuvent proposer des aides financières. Les entreprises, les syndicats ou les États étrangers n'ont pas le droit de financer une campagne. Les dons des particuliers sont limités à 4600 €. Au-delà de 150 €, ils doivent être réglés par chèque. La loi du 11 mars 1988 oblige aussi les partis à justifier leurs dépenses.

 

Les dépenses des candidats sont plafonnées à 15,5 millions d'€ pour le premier tour et 20,7 millions d'€ pour le second tour. Ce plafond devrait être revu à la hausse (par décret) en février 2007. Chaque candidat ou parti faisant plus de 5% des voix est remboursé de ses frais de campagne. Si pour les "petits partis" les sommes sont ridicules (n'ayant pas de moyens, les campagnes sont souvent faites avec "des bouts de ficelle"), tout change avec les "gros partis".

Voyons d'abord Nicolas Sarkozy. On loue des avions, des caravanes parcourant les plages, on organise des meetings, banquets, lunchs, ou soirées spectacle, on organise des voyages à New York pour se faire photographier avec le président des États-Unis George W. Bush, on voyage partout dans le monde pour faire sa promo, on écrit -ou fait écrire- des bouquins dont on assure la publicité durant la campagne, on organise des dédicaces, on s'offre les services de spécialistes américains pour les Blogs, on achète des mots-clé en masse, on achète des noms de domaines (sites) et on pourrait continuer à l'infini... Tout ça serait payé avec les cotisations... Ben teins donc. Le candidat non officiel utilise ses fonction (ministre de l'Intérieur) pour sa pub. «Je ne suis pas encore candidat, donc je reste ministre et je fais ma pré-campagne de candidat. Les lois ? C'est bon pour le peuple...»

Côté Ségolène Royal, l'association «Désirs d'Avenir», fondée par Ségolène Royal fin 2005 pour sa candidature, finance les voyages (au Sénégal par exemple), les déplacements, les banquets, la location des salles, la sono, les repas des militants, les billets de train et d'avion, la locations de voitures, les achats d'ordinateurs et de téléphones portables, les frais d'imprimerie, etc..., etc... Pour contourner la loi (une association ne peut pas financer une campagne, un parti politique, oui), Ségolène Royal a transformé Désirs d'Avenir en parti politique en janvier 2006. Une question se pose: De quel parti Ségolène Royal sera-t-elle la candidate ? De Désirs d'Avenir ? Du Parti Socialiste ? Christophe Chantepy, le président de Désirs d'Avenir, s'explique: «Lorsque Ségolène Royal va au Sénégal, ce n'est pas la République qui paie...» Le PS accuse en effet Nicolas Sarkozy d'utiliser l'argent public pour sa propagande électorale (ce que le RdM a déjà fait remarquer avec le clip diffusé depuis plus d'un an sur une chaîne publique). Selon Christophe Chantepy, l'argent de Désirs d'Avenir provient des cotisations (de 10 à 50 euros) ou «d'une foule de petits chèques...» Ni Sarko ni Ségogo n'ont pu justifier le nombre de leurs adhérents...

Faisons un petit calcul... 10 candidats font plus de 5% au premier tour: 155 millions. Deux candidats au second tour: 41,4 millions. Total: 196,4 millions d'€ (remboursés par tous les contribuables).

.../...


Toutefois, cette loi existe. Messieurs les juges, vous êtes trop laxistes. Vous devriez exiger une enquête sur les dépenses électorales de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal et appliquer la loi Sarko: Tolérance zéro...

 

Lire tout:

http://www.reveil-des-marmottes.net/Annexe-RdM/Dossier_20...

 

N'oubliez pas le nouveau Blog:

http://marmottes.blogspace.fr

11:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, courcelles, democratie, europe, euro-dictature, france, histoire, injustice, liberte, politique, presse, ps, propagande, romain, silence, elections, paris | |  Imprimer | | |

29/09/2006

29/09/2006: COURCELLES: les chers électeurs seraient déjà trompés, grugés, une fois de plus, par certains partis "démocratiques AVANT même d' avoir voté ...

COURCELLES: les chers électeurs seraient déjà trompés, grugés, une fois de plus, par certains partis "démocratiques AVANT même d'  avoir voté ...

 

Un petit rappel pour commencer : lors des élections d’  octobre 2000, le Ps courcellois (14 élus) a perdu 3 sièges. Le Psc-Cdh (3 élus) a perdu 1 siège.

 

Cela n’  empêche : « socialistes » et catholiques constituent une alliance des perdants et dirigent la commune pendant 6 ans, avec les piètres résultats que l’  on connaît. Ceux qui avaient espéré le changement, ont reçu une importante taxe immondices nouvelle supplémentaire… qui, paraît-il, pourrait encore grimper… Car nos finances communales ont de nouveau soif … !

 

Aujourd’  hui, le conseiller Psc-Cdh Robert PIRMOLIN, qui est pourtant membre de l’  actuelle majorité, ne croit déjà plus à la reconduction éventuelle de l’ alliance existante.

 

Il nous l’  explique dans Tan Que Vive :

 

« Belle journée 2004 ! Ils se retrouvent dans un restaurant non loin de l’  ancienne abbaye d’  Aulnes !  Ils ont mangé. Ils ont bu. De quoi ont discuté notre échevin des travaux et le 1er candidat de la liste Mr ?  C’  étaient les prémices des amours bleues – rouges comme au Fédéral ? ».

 

Explications et traduction de RoRo :

 

-notre actuel échevin des travaux : c’  est le « socialiste » Christian HANSENNE qui ambitionne de devenir mayeur. Ce n’  est plus aujourd’ hui une question de capacités et de compétences, mais cela dépend des voix de préférences et du nombre de bobines apposées aux fenêtres par certains électeurs idolâtres …

 

-le 1e de la liste Mr ? C’  est un certain Jean-Claude MEUREE , tant adoré par le dissident Claudy BASTIN de la liste Alc …

 

Bref, cette belle journée 2004, aurait donc été en quelque sorte une belle journée de fiançailles Ps – Mr, dans un cadre enchanteur, ou un véritable rendez-vous de comploteurs plénipotentiaires … ?

 

Et PIRMOLIN ajoute :

 

« Et que penser des achats de l’  entreprise familiale de cette candidate Mr ? S’  approvisionner en médicaments dans une pharmacie Multipharma (filiale des mutualités socialistes) est-ce un geste vis-à-vis du Ps ? Tout est bon pour faire de doux yeux au Ps ».

 

Là, le conseiller Psc-Cdh Robert PIRMOLIN (73 ans – conseiller communal pour la 1ère fois !) n’  a rien compris des parties de tric – trac qui se jouent et des cadeaux qui se donnent entre les partis autoproclamés « démocratiques ». Il y a parfois aussi quelques crocs - en - jambe …

 

Exemples :

 

-          une habitante de la cité Confort voudrait quitter le taudis « social » qu’  elle occupe depuis des années. Elle va trouver un responsable de « A Chacun Son Logis ». Elle revient avec des promesses et une première récompense : … une affichette de Xavier RICHARD, premier candidat de la liste Psc-Cdh,  qu’  elle appose à sa fenêtre, avec quand même quelques doutes sur les résultats post-électoraux de sa démarche…

 

-          des riverains de la Cité Confort et de l’  avenue de Wallonie se plaignent à juste titre des nombreux problèmes du quartier (circulation, zoning,…), Aurelio CIGNA pose quelques questions avec grand tapage publicitaire, ils reçoivent eux aussi de quoi « décorer » en bleu leur façade …

 

Psc-Cdh et Mr tentent donc de récupérer les miettes dégoutées que laisse tomber la vieille garde « socialiste » prête à se vendre pour garder malgré tout le pouvoir après les élections du 8 octobre 2006. On pourrait multiplier les exemples : pour acheter certains électeurs, c’  est à qui donne et promet le plus et le mieux… Il suffit de savoir emballer la marchandise …

 

Reste à savoir ce qu’  en pense la jeune garde « socialiste », symbolisée par la tête de liste Ps, qui, lui, promet enfin du neuf, de la transparence.  Axel SŒUR est – il prêt à devenir bourgmestre avec à ses côtés Aurelio CIGNA qui ne mène donc qu’ une campagne personnelle, démagogique et de façade anti – Ps pour se faire une belle place au soleil, tout en jouant le rôle de persécuté du Parti unique « socialiste »… ?

 

On verra … Ca promet bien du plaisir pour les 6 années à venir …

 

Pour le reste, Robert PIRMOLIN devrait aussi savoir qu’  il y a belle lurette que pas mal de libéraux ont intégré, infiltré, les rangs « socialistes » à tous les niveaux.  En parlant des trotskystes, cela s’  appelle « l’  entrisme »…

 

Exemples :

 

-tout à ses débuts, un hebdomadaire régional, disait déjà de Jean-Claude VAN CAUWENBERGHE ( aujourd’hui en pleine déroute) que c’ était un mayeur bleu – rosé, d’ ailleurs félicité au niveau gouvernemental pour « sa bonne gestion financière » …

 

-le « socialiste » Lucien CARIAT n’  a rien fait d’  autre que de jouir des joies du libéralisme au sein du Ps, de la Ville de Charleroi et de l’ Icdi. Il était d’ ailleurs bien entouré, jusqu’ à la députation permanente du Hainaut. Pour certains, le libéralisme est devenu le socialisme réalisé à la belge !

 

Et l’  électeur dans tout cela ?    Et les vrais problèmes, la vraie politique ?    On s’  en, balance !   Devinez qui crée l’  extrême-droite ?  De cela, on s’  inquiètera une fois de plus, pour sauver la face, après les résultats électoraux. On vous promet une nouvelle grande manif bien autorisée, associant les syndicats, à Bruxelles, contre les injustices sociales et autres et tout rentrera dans l’  ordre …

 

RoRo

09:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, charleroi, hainaut, mr, politique, presse, ps, ptb, propagande, romain, silence, social, syndicats, ucpw, elections, elections 2006, alc, courcelles, cdh, democratie, ecolo, fn | |  Imprimer | | |

24/09/2006

24/09/2006: LE PLAN AFRIQUE, UNE EXCUSE POUR IMPLANTER L'IMPÉRIALISME ESPAGNOL SUR LE CONTINENT AFRICAIN

 ----- Original Message -----

From: Coordination Nationale des Sans Papiers

Sent: Sunday, September 24, 2006 4:18 PM

Subject: LE PLAN AFRIQUE, UNE EXCUSE POUR IMPLANTER L'IMPÉRIALISME ESPAGNOL SUR LE CONTINENT AFRICAIN

 

SANS PAPIERS

en lutte>>>coordination nationale

 

 

La CNSP a reçu ce texte de nos camarades de l’ATRAIE d’Espagne. Les terribles images d’une jeunesse africaine condamnée à risquer la mort par la traversée de l’atlantique jusqu’aux Iles Canaries dans l’espoir de trouver du travail dans les pays riches, industrialisés et dominants d’Europe sont instrumentalisées par la classe politique dans les pays européens, toutes tendances confondues, pour accréditer ce grand mensonge de la pseudo invasion des « nègres bamboulas ». En fait, les « pirogues de la mort et de l’espoir » sont une réponse aux assassinats de l’Europe barricadée à Ceuta et Melilla. Les nouveaux négriers d’Europe que sont les patrons du travail clandestin de mèche avec les mafieux africains des filières et passeurs souvent au pouvoir profitent de cette volonté inébranlable de la jeunesse africaine en quête de travail et d’emploi pour s’enrichir. En fait, ceux de la jeunesse africaine qui s’embarquent dans les pirogues constituent un pourcentage infime des migrations qui restent pour l’écrasante majorité une émigration Sud/Sud. C’est là où réside la manipulation médiatique des tenants de la « fermeture de frontière » y compris dans sa nouvelle mouture sarkozienne « d’immigration choisie »... En fait, la prétendue déferlante piroguière est une preuve de plus de l’échec et de l’escroquerie politique, qui durant ces 5 décennies depuis les soit disant indépendances des Etats africains a fait croire que la « coopération, l’aide publique, les plans d’ajustement structurel du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale, le libéralisme planifié par l’OMC participent au développement des pays du Sud ». C’est tout cela que dénonce le texte de nos camarades d’Espagne que la CNSP signe des deux mains pour rétablir toute la vérité sur la réalité oppressive et prédatrice qui fait aujourd’hui de l’Atlantique le plus vaste cimetière où gît une partie de la jeunesse africaine en quête de travail.     

 

LE PLAN AFRIQUE, UNE EXCUSE POUR IMPLANTER L'IMPÉRIALISME ESPAGNOL SUR LE CONTINENT AFRICAIN

 

Déclaration internationale des travailleurs immigrants et sans papiers contre le plan Afrique

 

L'intérêt du gouvernement de l'Etat espagnol pour exploiter les richesses du continent africain grandit de jour en jour. Actuellement il profite de l'arrivée de sub-sahariens aux côtes des Iles Canaries, et avec l'aide des media, il crée une grande préoccupation dans l'opinion publique, bien que ce type d'immigration ne représente que 10% de l'immigration qui rentre par la frontière terrestre de la France et les aéroports espagnols.

Dans ce cadre, le gouvernement espagnol criminalise l'« immigration illégale » et, avec le soutien de l'Union Européenne et les pays du G8, il prétend signer des « accords migratoires globaux » avec les pays d'où partent les « sans papiers ». Ces accords combinent le contrôle militaire des côtes avec des accords de rapatriement et d'« aides au développement ».

Les accords de rapatriement permettent le renvoi immédiat d'immigrants sans respecter les droits fondamentaux, comme cela a déjà été le cas avec les 99 premiers rapatriés au Sénégal (1 juin 2006). Dans ce cas, la responsabiliser pour ces faits incombe aux gouvernements des pays d'origine.

 

Le plan Afrique est un plan impérialiste

 

L'objectif d'avancer un plan pour l'Afrique, dirigé par l'Espagne, n'est qu'une manœuvre pour ouvrir les portes à l'impérialisme espagnol et ses multinationales afin de contrôler les richesses de ce continent. En utilisant l'immigration comme couverture légale, l'Espagne renforce sa pénétration dans des pays africains, depuis le Gambie et le Mali jusqu'au Soudan ou l'Ethiopie, sous le couvert de «  renforcer la démocratie, la sécurité et la paix dans la zone, et la création de richesse sociale et économique ». Ce sont les mêmes arguments qu'a utilisés l'impérialisme européen pour coloniser le continent africain dans le 19 ème et le 20ème siècle.

Avec les « aides au développement » on prétend réclamer des accords avec des perspectives financières. Comme dit le président de l'exécutif communautaire José Manuel Durao Barroso : «  l'association avec l'Afrique requiert un financement adéquat, et cela implique que l'Europe a besoin d'un accord sur les perspectives financières », ou encore : « sans cet accord nous ne serons pas dans des conditions de respecter nos engagements ».

 

Jusqu'à ce jour, les aides au développement, qui devraient hypothétiquement améliorer la qualité de vie de la population, n'accomplissent pas ces objectifs et profitent exclusivement aux entreprises européennes qui exécutent les supposées actions de développement, ainsi qu'aux gouvernements fantoches locaux, sans compter qu'elles grossissent la dette externe et donc la dépendance de ces pays.

Pour l'UE « renforcer la démocratie » consiste exclusivement à mettre en place des gouvernements fantoches qui garantissent l'implantation d'entreprises européennes pour contrôler l'exploitation des richesses, contre la volonté du peuple. Quand le peuple prétendra changer cette situation, suivra l'intervention militaire comme cela a été le cas en Sierra Leone, en Côte d'Ivoire, etc., ce qui est en contradiction avec l'exigence de paix.

Tant que les multinationales continuent à piller les pays d'Afrique avec le soutien de ces gouvernements fantoches, il sera impossible d'éliminer la pauvreté et, par conséquent, l'émigration. En réalité, se sont ces activités qui produisent la pauvreté et le désespoir et obligent par conséquent des populations entières à l'émigration.

 

Le plan Afrique est un plan militaire

 

Pour assurer ce plan impérialiste, avec l'objectif avoué de renforcer la surveillance et le contrôle des frontières de l'UE et en utilisant précisément la préoccupation créée par l'entrée des immigrants, le gouvernement espagnol est parvenu à avoir l'appui logistique-militaire de l'UE. Il obtient ainsi la supervision de l'agence européenne du contrôle des frontières extérieures (FRONTEX), qui a mis à disposition des moyens maritimes et aériens, ainsi que le déplacement de toute sorte d'experts, pour empêcher l'entrée de ces africains appauvris en Europe.

La présence militaire a deux objectifs : 1º Empêcher l'entrée en Europe des travailleurs africains. 2º Etablir un bureau de FRONTEX aux Iles Canaries pour militariser la zone et faciliter une intervention militaire rapide et efficace dans le cas de soulèvements populaires contre la présence des multinationales européennes ou contre les gouvernements qui appliquent cette politique.

 

Les travailleurs et les peuples n'émigrent pas, en mettant leur vie en danger, seulement par caprice. Dire que l'exigence de « papiers pour tous » est une mesure irrationnelle, et non réaliste, fait partie de l'idéologie impérialiste qu'on prétend transmettre pour conditionner « l'opinion publique ». Est-il rationnel et réaliste de spolier les peuples, de condamner ses gens à l'émigration et, quand ils insistent, de construire des murs contre eux, de militariser les frontières et de criminaliser les immigrants ?

En finir avec la spoliation des peuples africains par une poignée de pays et leur Union Européenne, mettre un terme au vol des multinationales, voilà les seules mesures sérieuses, réalistes et rationnelles pour aborder une politique migratoire.

 

LA RICHESSE DE L'AFRIQUE POUR LES PEUPLES AFRICAINS

LES MULTINATIONALES HORS D'AFRIQUE 

NON AU PLAN AFRIQUE  

FRONTEX HORS DES CÔTES AFRICAINES

21:19 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique, belgique, capitalisme, courcelles, colonialisme, crimes, actualite, democratie, espagne, europe, euro-dictature, expulsions, fascisme, france, histoire, immigres, imperialisme, liberte, oppression capitaliste, onu, occupations, politique, presse, romain, propagande, raci | |  Imprimer | | |

22/09/2006

22/09/2006: 60 ans d’immigration italienne… en Belgique

De : Jacques CHEVALIER [mailto:chevaljak@mail.be]
Envoyé : vendredi 22 septembre 2006 9:42

 

Bonjour,

Je vous prie de bien vouloir trouver en annexe le texte du discours qui sera prononcé ce soir par Myriam PIRON à l'occasion du vernissage de l'Exposition consacrée au 60ème anniversaire de l'immigration Italienne via les accords charbonniers belgo-italiens.

Le vernissage a lieu à 19 h au Tchératî, rue Aux Communes, 37 à 4602 Cheratte-Haut, l'exposition est accessible au public samedi 23 et dimanche 24 septembre 2006 de 11 h à 18 h.

Vous êtes cordialement invité(e) au vernissage.

Jacques CHEVALIER

Animateur ACPR - locale Visé-Cheratte

 

 

 

 

60 ans d’immigration italienne…

 

Cheratte, c’est un peu le nombril du Monde.

 

Aussi bien en surface, par la diversité des mélanges de cultures que l’on y trouve, la beauté de sa géographie entre collines et voies maritimes, et la richesse historique de son passé houiller et industrieux, que dans son ventre, avec ses galeries de mine actuellement noyées  et peut-être d’autres trésors qu’il renferme encore (ne prenons que les gigantesques travaux de démergements toujours en cours).

Cheratte, j’en suis tombée amoureuse en visitant pour la première fois les ruines du charbonnage du « Hasard » une froide après-midi d’hiver, et j’ai de suite adhéré à la philosophie culturelle de mon compagnon, Jacques Chevalier, bien connu pour son implication au sein de ce quartier, via notamment l’Association Culturelle Paul Renotte dont notre Camarade Marcel Levaux est le président. 

 

PAC et ACPR de Cheratte s’associent pour un hommage à la communauté d’origine Italienne les 23 et 24 septembre 2006

 

Le 23 juin 1946, les premiers accords entre la Belgique et l’Italie sont négociés par le biais d’une Convention préparant le transfert de cinquante mille travailleurs Italiens en 2 années, vers les charbonnages belges. En 1952, seulement, 48000 hommes auront répondu aux critères de l’accord charbonnier, et auront fait la connaissance de nos mines.

 

Comment en sommes-nous arrivé là ?

 

Après la seconde guerre mondiale  et la fermeture des frontières avec les pays de l’Est l’immigration Italienne devient dominante :

De 1946 à 1956

 

L’Italie s’attache à résoudre les problèmes dus  à l’effondrement de son économie ainsi qu’au désarroi et la révolte de sa jeunesse face au chômage.

 

Les patrons charbonniers de Belgique quant à eux doivent faire face au départ des prisonniers allemands travaillant dans les mines jusqu’à leur libération en 1947, et donc à une pénurie de main d’œuvre pour les besoins énergétiques du pays.

 

l’ Italie quant à elle à grand besoin de combustible également pour se reconstruire.

 

La « FEDECHAR » est chargée de l’organisation pratique de l’embauche (1 homme contre 1200kgs de charbon/semaine pendant+/- 1 an).

 

A partir  de Milan s’organise une véritable campagne publicitaire dans tout le pays (affiches, documentaires expliquant la bonne vie à la mine pour ceux qui auront le privilège d’être choisis : qualités requises : Jeunes hommes célibataires de moins de 35 ans en excellente santé : corps sain et vigoureux, courage, force et sang froid ).

 

Des médecins belges sélectionnent avec prudence les candidats au départ étant donné la dureté du travail.

 

Moins d’hommes que l’on espérait se présentent, ils vont alors diminuer leurs prétentions et élargir les critères de choix, c’est ainsi que des hommes plus vieux, avec charge de famille vont quitter leurs régions pauvres du sud de l’Italie pour s’installer ici.

 

Le voyage entre Milan et Bruxelles dure près de deux jours ; de longs convois arrachent à leur famille des milliers d'hommes, le cœur battant d'espoir vers une vie meilleure. Beaucoup d'entre eux ne reverront jamais leur terre natale.

 

A Bruxelles, la dispersion vers les différents charbonnages est organisée. Des interprètes et délégués des mines règlent les formalités et le précieux chargement d’Humains est dirigé vers les « cantines » qui les attendent, ce sont des anciens  bâtiments de charbonnages fermés depuis 1930 ou ayant servi de « baraquements » aux prisonniers Russes et Allemands, les conditions de vie y sont indignes et bien loin des promesses faites par la FEDECHAR.

 

Les années passent et la santé des mineurs s'affaiblit. Outre les maladies, il y a les différents accidents.

 

Entre 1946 et 1955, plus de 500 ouvriers italiens  périssent dans les différents charbonnages de Belgique. Et puis, vient le 8 août 1956, l'effroyable tragédie du Bois-du-Cazier, à Marcinelle ; 262 morts, dont 136 Italiens (il faut noter qu’il y a  eu peu d’accidents catastrophiques à Cheratte parce qu’il y a peu de « grisou » étant donné la qualité exceptionnelle du minerais (moins gazeux et donc de meilleure combustion), les accidents seront dus à l’eau et le plus souvent en surface..

 

Les conséquences de ce drame sont rapides : renforcement de la sécurité dans les mines et blocage de l'immigration italienne vers la Belgique. 

      

A la fin des années cinquante, beaucoup d'Italiens épuisés par le travail rentrent au pays avec une santé médiocre et sans pension.

 

Ils n’ont pas assez d'années de service dans les mines de Belgique

 

La  « silicose » ne fait pas partie des maladies professionnelles indemnisables.

 

Pour aider ses rapatriés, le gouvernement Italien, poussé par les partis politiques de gauche, approuve une loi en 1962, celle-ci prend en charge l'indemnisation de la maladie de la silicose, en attendant que le gouvernement Belge le fasse.

 

La reconnaissance de cette indemnisation entrera en vigueur dés le premier janvier 1964.

 

La silicose est reconnue comme maladie professionnelle : c’est rendre justice aux victimes de ce mal qui détruit tant d êtres humains depuis des dizaines d'années.

 

On s'est bien gardé de dire en Italie, au moment du recrutement des travailleurs, les différentes maladies que la mine peut occasionner, ainsi que les conditions de travail qu’ils allaient rencontrer.

 

Ceux qui resteront en Belgique et qui seront, mis à la pension prématurément suite à cette maladie devront subir des moqueries, rapidement généralisées à tous les Italiens sur la « moutouelle» voulant ainsi signifier qu’ils ne sont venus que pour émarger le plus vite possible à notre Sécurité Sociale!

 

Et tout cela en ne respectant pas les principes d’hygiène en vigueur chez nous. Je me souviens, petite fille, avoir entendu dire qu’ils étaient malades parce qu’ils mangeaient des tomates et de l’huile d’olive !!! et qu’ils ne vivaient pas comme nous !!!

 

La vie s’organise

 

Dans les années 1950, la recherche de logements plus décents et appropriés, principalement quand la « famille » arrive et s’agrandit,, relève presque de « mission impossible » et on voit fleurir sur bon nombre d’habitations privées des pancartes « ni animaux ni étrangers ».

 

Il y a bien les « Cités ouvrières » dont nous en avons un des plus beaux fleurons ici, avec une des premières cité d’habitations sociales construite en Wallonie (avec Tilleur) au début des années 1920, et destinée au départ à abriter une majorité de familles d’origine Polonaise, représentant la première forme d’immigration massive vers nos charbonnages, mais vu l’ampleur de l’immigration et des regroupements familiaux,, nous manquions de logements décents.

 

L’intégration n’est vraiment pas facile au début, malgré nombre de mariages mixtes entre ces jeunes hommes fougueux et nos jeunes filles locales, et ce, dès 1950.

 

La Belgique compte d’ailleurs, dès 1964 sur l’apport de nouvelles familles immigrées en plus de celles déjà installées (d’abord marocaines, ensuite Turques) pour redresser la courbe de natalité du pays.

 

Quelques politiciens « éclairés » (Marcel Levaux à Cheratte et André Cools à Flémalle) obtiennent, dès 1968, la création du Conseil Consultatif des immigrés, faute d’obtenir déjà un droit de vote pour les personnes résidant régulièrement en Belgique.

 

En 1972, le droit de vote est accordé aux étrangers pour les élections sociales (représentants syndicaux).

 

En 1974, la Belgique décide de stopper l’immigration étrangère tout en accompagnant cela d’une campagne de régularisation d’un faible pourcentage de celles-ci.

  

Dans les années quatre-vingt, les autorités Belges prennent conscience de l’installation définitive des immigrés en Belgique, et mettent enfin en place une politique d’ « intégration ». par le biais entre autre de la «  Loi GOL » de 1984 octroyant la nationalité Belge aux immigrés de la 2eme génération en cas de mariage mixte et automatiquement à ceux de la 3eme génération.

 

Celle-ci se confirme dans le temps puisque de plus en plus de jeunes générations sont essentiellement Belges.

 

Le 7 février 1992, le traité de Maastricht indique que les Européens peuvent voter aux élections locales et européennes.

 

Le 27 janvier 1999, droit de vote aux élections communales pour les européens, étendu le 19 mars 2004 aux non-européens inscrits depuis 5 ans en Belgique.

 

Le 8 octobre 2006, ce sera la première participation de ceux-ci aux « Communales »

 

Le combat continue pour les « Législatives » les « Régionales » et le droit d’éligibilité. (RoRo : et les provinciales … !)

 

La première immigration Italienne dont on parle peu

 

De 1920 à 1940

 

La première guerre mondiale cause beaucoup de dégâts en Europe, notamment en Belgique et  en Italie.

 

La Belgique se remet bien vite à la tâche, la plupart des usines et des charbonnages retrouvent leur rythme et leur productivité.

 

L'Italie, au contraire, se remet confusément de sa guerre. Le régime politique subit des assauts imprévus  : la pauvreté s'étend, Mussolini se prépare.

 

En 1922, soutenu par 30 députés fascistes, il obtient la maîtrise des principaux ministères. Deux ans plus tard, fort d'une majorité de +/- 80%( 405 élus sur 535), il écarte l'opposition et instaure la dictature.

 

Dés lors, par milliers, des Italiens vont fuir leur patrie. Certains aboutissent en Belgique car l'industrie lourde a besoin de nouveaux travailleurs, ils seront rapidement assimilés.

 

Ils arrivent petit à petit à partir de 1922.

 

En 1925,  le nombre d'Italiens travaillant dans les charbonnages peut s'évaluer à quatre ou cinq mille, soit plus de 3% du total du personnel.

 

Et cette proportion ne fera que s'accroître, d'autant plus que la communauté italienne de Belgique se développe sans cesse : ils sont 20 000 en 1930 ; ils seront près de 35 000 en 1940.

 

A l'arrivée de Mussolini au pouvoir, en Belgique comme ailleurs, l'ambassade et les consulats deviennent les symboles du fascisme italien, et tentent de rallier les émigrés à ce régime.

 

Il faut savoir que la plupart des immigrés italiens de l'époque sont antifascistes, et Mussolini va tout faire pour endoctriner ces fuyards.

 

A Charleroi, des écoles et des bibliothèques Italiennes sont organisées sous contrôle fasciste, et, les livres y sont triés.

(Pour information, l’Université du Travail créé par le Mouvement Ouvrier Chrétien va  trouver son essor dans les années 1960 afin de favoriser, l’intégration de ce qu’on appelle alors, les immigrés de la deuxième génération de par l’organisation de cours de haut niveau : graduats et universitaires).

 

Des informateurs produisent pour l'ambassade Italienne un rapport hebdomadaire, pour chaque antifasciste  vu en Belgique.

 

Sur base de ces dossiers, la police italienne demande et obtient , l'arrestation des " agitateurs " par la police belge. Ainsi la population italienne de Belgique, loin d'être à l'abri chez nous, fait en plus l'objet de diverses pressions de la part de son consulat.

 

A ce moment, en Belgique, pour obtenir un passeport, un document officiel, il faut s'inscrire à une organisation fasciste, du moins faire allégeance au Duce ou répondre à de longs questionnaires pour détecter les activités antifascistes. Autrement, les documents pourtant indispensables (extraits de naissance) se font indéfiniment attendre.

 

Cela serait un comble que l’histoire se répète puisque bon nombre d’ « anciens » Italiens déplorent  être toujours en possession d’une carte de séjour renouvelable tous les 5 ans, malgré plus de cinquante ans de résidence ininterrompue en Belgique.

 

Ils doivent même toujours avoir un passeport pour se rendre en Italie, à notre époque de libre circulation dans la Communauté Européenne et d’un retour de l’extrême droite en Italie, voire en Europe.

 

Conclusion

 

Actuellement on entend souvent dire que « l'intégration des Italiens est réussie ».

 

Je n’aime pas beaucoup ce terme …Intégration ?? Notre planète nous appartient, à tous, il y a toujours eu et il y aura toujours des brassages de populations, des départs, des retours, des installations, là où la vie s’organise.

 

Pourquoi penser qu'un peuple peut être meilleur qu'un autre ?

 

Peu importe la couleur de sa peau, peu importe le dieu qu'il prie, un Etre Humain reste une personne qui a le droit d'avoir des droits.

 

On entend souvent dire que la Belgique est envahie d'étrangers mais est ce vraiment le cas?

 

Si l'on se réfère à des chiffres officiels (source : INS,) on constate qu’en 2000, en Belgique, il y avait +/- 90% de Belges, +/- 6% d'étrangers d’origine européenne et +/- 4% d'étrangers hors Union européenne

 

Certains aussi s'interrogent sur les causes qui poussent les gens à partir de chez eux ?

 

Souvent derrière une immigration se cache un accord entre deux Etats, sans tenir toujours compte des désirs de leurs ressortissants

 

Départs forcés ou choix de vie, installations obligées ou espérées, et quoi qu’il en soit, quelles que soient les raisons pour lesquelles nous « émigrons » la terre nous appartient.

 

Les frontières, les régimes politiques, les dictatures, les oppressions sont le résultat de la guerre du Pouvoir, de la Loi du plus fort…

 

Nous, les « petits », les faiseurs de peuples, les forçats de la faim, apprenons à nous respecter, arrêtons de jouer dans la cour de nos oppresseurs, restons unis…Forçons les barrières, créons la solidarité…Et ne parlons plus d’intégration

 

Parlons d’abord d’accueil, d’échange, de vie commune, de partage de valeurs…parlons-nous, écoutons-nous, il y a tant à gagner…

 

Au niveau de la Communauté de Belgique d’origine Italienne, il faut savoir qu’en nombre, elle est plus importante que la communauté germanophone, est-ce que l’on parle d’intégration quand on parle des gens d’Eupen ??

 

Lorsque l'on parle d'immigration italienne et d’ « intégration réussie », on prend souvent comme exemple Elio di Rupo, Paola ou Adamo, mais il ne faut pas croire que les 300 000 italiens en Belgique ont tous atteint la réussite et la reconnaissance de ces personnes connues (Re-connues), un peu comme si les idées racistes étaient « excusées » parce que certains « représentants de nationalités » étaient reconnus ? Resteront-ils toujours, et après plusieurs générations étrangers en Belgique et idem dans leurs contrées d’origine ??

 

Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que les Italiens comme d'autres nationalités ne sont pas venus " voler " le travail aux Belges. Ils ont au contraire contribué à faire de la Belgique le pays qu'il est maintenant. Je pense donc que les partis d'extrême droite se voilent la face et devraient revoir leur Histoire car sans les « étrangers », l'économie belge actuelle ne serait pas ce qu'elle est.

Je termine en rappelant qu’à l’heure actuelle, dans notre beau pays, terre d’asile, il y a des Hommes, des Femmes et des Enfants, qui, sans papiers, se trouvent dans des situation de grand désarroi, ils souffrent de ne pas être reconnus, de n’avoir aucune existence légale, et d’être ainsi des proies faciles pour les marchands d’esclaves et d’illégalités en tout genre.

 

Des êtres humains qui ne savent pas ce que demain sera fait et qui sont sacrifiés au nom du libéralisme international et du profit maximum à n’importe quel prix…

 

Pour en revenir aux personnes d’origine Italienne, puisque c’est elles qui sont à l’honneur aujourd’hui, je tiens à ajouter que depuis l’ouverture des frontières (espace Shengen), bon nombre d’entre elles arrivent toujours en Belgique en espérant trouver une situation économique meilleure, et se trouvent rapidement dans la situation de « sans-papiers » ne pouvant prouver dans les 5 mois de leur arrivée d’un travail déclaré leur offrant la « carte de séjour ».

 

Et non, les « sans-papiers »ne sont pas toujours des étrangers de lointaines contrées, notre voisin ou nous-mêmes pouvons vite sombrer, ne l’oublions jamais…

Et enfin, je voudrais vous rappeler que ce 22 septembre, nous célébrons le triste huitième anniversaire de la mort de Sémira Adamu, candidate réfugiée Nigériane, qui n’a pas survécu aux sévices de ses bourreaux lors de l’expulsion par avion pour laquelle elle était condamnée.

 

Je demande un moment de silence en son honneur et pour toutes les personnes qui vivent actuellement dans la même souffrance 

 

 

 

                                                                                      Pour l’ACPR,

                          

                                                                                   Myriam Piron

 

Bibliographie

Livre

François CAVANNA, les ritals, Beffond, 1978

Articles

Hilde MEESTERS, Crime raciste à Schaerbeek, dans " Solidaire", n°19, 2002, pp 16-17.

François ROBERT, C'est la haine qui a frappé, dans " Le Soir", n°109, 2002, p.4

Sites

C. GOLIN, Et Si on racontait.... une histoire de l'immigration en Belgique, Février 2002, (05/03/02). http://www.iournalessentiel.be/agenda/lectr_emigr.html

(sans auteur), Les étrangers, les Belges et la Belgique, (07/05/02).

httD://www.cidj.be/dossiers/racisme/population.htmi

S. ABDESLAM, Histoire de l'immigration marocaine en Belgique, (0705/02)

http://users.pandoro .be/ibn_batouta/Belgica/historique.html

Livres

- " Siamo tutti neri ! ", Des hommes contre du charbon, Etudes et témoignages sur l'immigration italienne en Wallonie

Institut d'histoire ouvrière, économique et sociale, Seraing ,1998

- Per un sacco di carbone, Associations Chrétiennes des Travailleurs Internationaux, 1996

Articles

Anne Morelli, dossier "Immigration & citoyenneté " dans la Revue L'Observatoire n°6/1995

11:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, charleroi, courcelles, communisme, democratie, europe, euro-dictature, fascisme, hainaut, histoire, immigres, italie, logement, liberte, politique, presse, propagande, romain, sans-papiers, expulsions, silence, racisme, solidarite, syndicats, 127b | |  Imprimer | | |

20/09/2006

20/09/2006: Plaidoirie de Bahar Kimyongur sur fond de complot d'Etat

 

De : Turquie Rebelle [mailto:turquie.rebelle@gmail.com]
Envoyé : mercredi 20 septembre 2006 14:25
À : sre@rtbf.be
Objet :
Plaidoirie de Bahar Kimyongur sur fond de complot d'Etat

 

Une réunion secrète du gouvernement Verhofstadt a organisé la livraison d'un ressortissant belge à la Turquie.
Article du quotidien "Le Soir", 19 septembre 2006


Le gouvernement Verhofstadt aurait sciemment organisé la « livraison » le 28 avril dernier du ressortissant belge Bahar Kimyongur aux Pays- Bas en vue de son extradition vers la Turquie.

Selon la version constante des autorités belges, mise en doute par des révélations du Soir en mai et juin derniers, le porte-parole (ce qu'il nie) de l'organisation turque d'extrême gauche DHKP-C, actuellement jugé devant la cour d'appel de Gand, aurait été arrêté « fortuitement » aux Pays-Bas dans la nuit du 27 au 28 avril alors qu'il se rendait à un concert à 's Hertogenbosch.

Cette version, régulièrement avancée par la ministre de la Justice Laurette Onkelinx (PS), tant à la Chambre qu'au Sénat en réponse à des questions des parlementaires Ecolo Marie Nagy (députée) et Josy Dubié (sénateur), est démentie par un procès-verbal d'une réunion classifiée « confidentielle », tenue au centre de crise du ministère de l'Intérieur deux jours avant l'arrestation de Kimyongur.

Cette réunion, dont nous avons pu consulter le procès-verbal, s'est ouverte à 17 heures. Elle rassemblait 25 personnes, sous la présidence de Pascale Vandernacht, chef de cabinet adjoint de la ministre de la Justice, en charge des dossiers de terrorisme. Y assistaient un conseiller de Guy Verhofstadt (Premier ministre, VLD), Eugène Dimmock ; le directeur de la sécurité publique (Intérieur), Alain Lefebvre ; la conseillère juridique de Laurette Onkelinx, Pascale Petry ; l'administrateur général ff de la Sûreté de l'Etat, André Demoulin ; le procureur fédéral Daniel Bernard et ses adjoints, Johan Delmulle et Leen Nuyts (qui requièrent contre le DHKP-C) ; des représentants de la police locale et d'autres directeurs de la Sûreté ou de la police fédérale antiterroriste dont nous tairons les noms.

Le directeur général du centre de crise Jaak Raes, rédacteur du procès-verbal de la réunion, précise à l'entame des débats : « Cette réunion a lieu à l'initiative du cabinet Justice. Le centre de crise met sa structure à disposition. La présidence de la réunion est assurée par Mme Pascale Vandernacht. »

Les débats vont se poursuivre jusqu'à 20h02. Chaque service prend la parole. Vandernacht précise d'emblée que la ministre de la Justice « ne veut pas forcer les règles juridiques » dans le cadre de la préoccupation en débat : l'arrestation prioritaire de Bahar Kimyongur. L'assemblée discute sur le thème « de quelles possibilités dispose la justice belge ? ». Et analyse tous les cas de figure : « Arrêter ou interpeller la personne ; arrêter la personne s'il quitte le territoire et se réfugie à l'étranger ». Vers 18h, les représentants de la Sûreté de l'Etat interviennent. Kimyongur n'aurait pas l'intention de se présenter au procès de Gand (NDLR : en appel contre sa condamnation à 4 ans ferme en première instance à Bruges). Ils annoncent que le soir même à 19h30 une surveillance sur le suspect est organisée à l'occasion d'une conférence donnée par le militant à l'ULB. Ils précisent encore que, selon leurs informations, Kimyongur a peur de se retrouver en prison. Les représentants du parquet fédéral indiquent ensuite aux participants qu'en droit belge « il n'y a actuellement aucune possibilité d'arrêter Kimyongur », ce qu'acte la représentante de Laurette Onkelinx.

Les représentants de la police et du gouvernement décident alors qu'une observation des déplacements du militant sera opérée. Et, surtout, que le « parquet fédéral prendra contact avec son homologue néerlandais dans la perspective d'arrêter Kimyongur aux Pays-Bas (…) sur base du signalement Interpol en vue de la livraison à la Turquie ». La décision de livrer le ressortissant belge est ainsi approuvée. Il est décidé que le parquet fédéral prendra les contacts avec son homologue néerlandais, le Landelijk Parket. LaDSU(opérations spéciales de la police fédérale belge) est invitée à participer aux opérations de surveillance de Kimyongur. Le parquet fédéral demande aux services policiers de lui fournir des « sitrep » (rapports) le jeudi 27 à 08h, le vendredi 28 à 12h et à 18h. Une nouvelle réunion d'évaluation est fixée au 3 mai, après l'arrestation.

Le chef de la zone de police locale, impliquée dans l'opération de surveillance, s'inquiète toutefois : «Ne devons-nous pas prévenir le Comité P (police des polices) et le Comité R (surveillance des services de renseignement)? » Pascale Vandernacht répond que ces instances de contrôle ne dépendent pas des ministères de la Justice ou de l'Intérieur. La ministre de la Justice, que nous avons interrogée, confirme la matérialité de cette réunion du 26 avril. Elle nous déclare que le procès-verbal dont nous faisons état ne serait pas le « procès-verbal officiel » de cette réunion. Nous lui avons demandé de nous transmettre ce qu'elle considère être « le procès-verbal définitif » ; une demande qui n'a pu être rencontrée en raison, selon la ministre, du caractère « classifié » et « confidentiel » de ce document.

L'échange au Sénat entre le sénateur Josy Dubié et la ministre Onkelinx

Voici l'échange entre Laurette Onkelinx et Josy Dubié (Ecolo), en commission de la Justice du Sénat, le 18 mai.

o Josy Dubié : « M. Kimyongur, sur écoute, et surveillé par la Sûreté belge, a donc, selon moi, été livré aux Néerlandais, qui l'ont incarcéré sur la base du mandat international turc. »

– Laurette Onkelinx : « Ce genre d'affirmation est grave. »

o Josy Dubié : « Je relate des faits. (…) Je constate que M. Kimyongur a passé la frontière et qu'il a été arrêté par des policiers en civil, qui étaient là, selon vous, par pur hasard. Ce ne serait donc pas la Sûreté belge qui a communiqué des informations… (…) Je trouve simplement qu'un faisceau de présomptions permet de penser que M. Kimyongur a bel et bien été "livré", je ne dis pas par vous, mais par la Sûreté belge. »

– Laurette Onkelinx : « Vous dites n'importe quoi. »

Voici l'échange entre Laurette Onkelinx et Josy Dubié en commission de la Justice du Sénat, le 22 juin.

o Josy Dubié (intervenant suite aux révélations parues dans Le Soir) : « Il ressort donc, Madame la ministre de la Justice, du témoignage du procureur du Roi néerlandais que vous n'avez pas dit la vérité lors de votre réponse à ma question orale du 18 mai et que M. Bahar Kimyongur a bel et bien été "livré" à un pays étranger d'où il risque d'être extradé vers la Turquie. »

– Laurette Onkelinx : « J'ai pris connaissance, comme vous, via la presse, des informations suivant lesquelles les autorités judiciaires belges auraient communiqué aux autorités judiciaires hollandaises le fait que M. Kimyongur pourrait se rendre aux Pays-Bas. (…) Une nouvelle fois, je ne partage absolument pas votre analyse selon laquelle la Belgique aurait livré M. Kimyongur aux Pays-Bas afin de faciliter son extradition vers la Turquie. »

Le commentaire de Marc Metdepenningen: "Des mensonges nécessaires ?"

Le sort judiciaire de Bahar Kimyongur et de ses amis de l'organisation turque d'extrême gauche, qualifiée de terroriste, DHKP-C, qui a (étonnamment) pignon sur rue à Bruxelles, nous est indifférent. Leur procès en appel devant la cour d'appel de Gand, qui se poursuit actuellement, devrait déboucher dans un mois sur des condamnations - ou des acquittements - conformes à l'engagement personnel de chacun d'entre eux dans leurs activités terroristes, menées en Turquie et préparées en Belgique.

Ce qui nous importe est cette longue suite de mensonges gouvernementaux, qui ont été formulés tant en réponse aux médias qu'aux députés et aux sénateurs depuis l'échappée rocambolesque de Fehryie Erdal et l'arrestation aux Pays-Bas de Bahar Kimyongur, ressortissant belge et porte-parole du DHKP-C.

Depuis le 28 avril, date de l'arrestation de Kimyongur aux Pays-Bas, le gouvernement prétendait n'être jamais intervenu dans la remise d'un ressortissant belge à la Turquie, par Pays-Bas interposés. Le contenu de la réunion gouvernementale, que nous révélons, démontre qu'il aurait bel et bien organisé l'arrestation d'un ressortissant belge en vue de le livrer à une puissance étrangère.

Ce constat, s'il se confirme, est inquiétant. La lutte antiterroriste est certes une priorité. Et le gouvernement serait en droit d'invoquer la « raison d'Etat » pour esquiver les questions médiatiques ou parlementaires. Eviter le débat ou se réfugier honnêtement derrière le secret n'équivaut cependant pas à un permis de travestir la vérité. A accepter cet écart du gouvernement dans une affaire somme toute banale, on en arriverait à consentir que le mensonge puisse être accepté comme paravent du pouvoir dans toutes les affaires dont il a la charge, y compris les plus essentielles.

Les parlementaires, comme l'opinion ou la presse, peuvent légitimement se sentir floués par les « mensonges nécessaires » de l'équipe Verhofstadt. A elle de s'expliquer publiquement sur les véritables raisons qui l'ont conduite à proclamer le blanc pour le noir.

(Le Soir, 19 septembre 2006)

 

 

 

 

 

------------------------------------------------

 

 

 

 

Gand, le 19 septembre 2006

 

A l'attention de la Présidence de la Cour d'appel de Gand

Bahar Kimyongür

 

 

Messieurs les juges,

 

Ce serait un euphémisme que de dire que ce procès auquel nous assistons depuis quelques jours dans votre palais de justice est historique.

Et pour cause, ce sera l'une des premières fois que l'on appliquera en Belgique une loi qui apparaît comme étant l'une des plus liberticides que notre code pénal n'ait jamais connu.

Cette loi permet en effet au procureur fédéral de me poursuivre alors que je n'ai jamais commis le moindre crime ou délit, ni n'ai jamais eu l'intention d'en commettre. En fait, ce qui est fondamentalement attaqué dans cette affaire, c'est ma qualité de citoyen.

Je suis un citoyen belge qui entend jouir de ses droits, à savoir la liberté d'avoir des opinions et de les exprimer et ce, même si ces idées ne sont pas partagées par les autorités turques comme c'est le cas quand je dénonce les tortures subies par les prisonniers politiques et ce, même si je les exprime via le bureau d'information du DHKC.

La responsabilité qui pèse sur vos épaules est donc indiscutablement lourde.

En vous demandant de me condamner, le Parquet vous demande aussi de condamner la démocratie.

Aussi, j'espère, au nom des principes d'impartialité qui caractérise votre Cour, que votre verdict respectera les libertés individuelles et collectives dont se targue notre pays.

D'après la description du DHKP-C faite par le procureur fédéral Johan Delmulle et l'avocat de la partie civile Kris Vincke, ce mouvement politique est présenté comme étant dangereux, sectaire, extrémiste, fanatique, criminel, terroriste, etc.

A l'inverse, ils présentent le régime turc comme une démocratie et un Etat de droit.

Je souhaiterais commencer par épater messieurs Delmulle et Vincke : Oui, messieurs, l'Etat turc est une démocratie ! Elle est même LA démocratie de vos rêves. Une démocratie flamboyante dont vous jetez les bases en Belgique de manière chevronnée.

Une démocratie qui pratique la torture.

Une démocratie qui maltraite les prisonniers politiques par l'isolement carcéral, par des mesures coercitives et des châtiments disciplinaires, qui kidnappe et exécute ses opposants, qui tire sur des enfants, notamment kurdes, qui tabasse les ouvriers, les employés, les étudiants, les retraités, les chômeurs et les militants des droits humains, qui protège les assassins militaires et policiers, qui décore les bourreaux, comme par exemple le chef des prisons Ali Suat Ertosun, pour leurs loyaux services, qui impose la censure, qui saisit les organes de presse et emprisonne les journalistes, qui interdit des concerts de musique et des manifestations, qui suspend des émissions radio, qui uniformise la pensée et criminalise les idées alternatives, qui nie l'indéniable génocide arménien, qui arme des organisations paramilitaires commettant des attentats terroristes, qui décide « au nom de la nation » et ce, au mépris total de l'avis de la nation, qui affame la population en bradant les ressources du pays aux multinationales, qui organise le trafic de drogue avec des convois entiers escortés par la police, qui introduit la drogue là où règne la pauvreté, qui organise des attentats à l'étranger, notamment en Belgique [1] [1]

 

Une démocratie oui, mais une « panzer démocratie »  ! Monsieur le Procureur.

Et ignorer cette réalité scandaleuse, c'est plus que de la malhonnêteté intellectuelle, plus que de l'apologie du terrorisme d'Etat, c'est du négationnisme pur et dur.

Vous révisez l'histoire odieusement Monsieur le Procureur. Et votre parti pris n'illustre que trop bien le caractère politique du procès que vous nous intentez.

 

Oui, une PANZER DEMOCRATIE ! Messieurs les juges.

 

Vous devez certainement le savoir, l'armée turque est une des armées les plus spécialisées dans la guerre contre son propre peuple :

Ainsi, le 12 mars 1971, l'armée a pris de pouvoir et entamé une campagne d'extermination de toutes les forces de gauche, des plus radicales aux plus modérées. Les salles de torture tournèrent à plein rendement…

Le 12 septembre 1980, une junte dirigée par Kenan Evren a parachevé ce processus d'extermination.

 

Aujourd'hui, l'état d'exception est encore imposé dans plusieurs provinces où la rébellion nationaliste kurde est active.

Le couvre-feu est encore et toujours imposé dans les zones urbaines sous influence du DHKP-C comme à Armutlu, Gazi, Okmeydani, Nurtepe et autres quartiers stambouliotes.

Les panzers sèment littéralement la terreur durant les manifestations.

En août dernier, à l'appel de sympathisants du DHKP-C, des milliers de commerçants ont participé à une action de fermeture de leur échoppe qui dura plusieurs heures. Cette action était destinée à condamner les bombardements israéliens sur le Liban et la Palestine.

Le 28 août dernier, les forces de police menèrent plusieurs rafles à Istanbul et Ankara pour arrêter les instigateurs de cette action pourtant démocratique. Les commerçants ont été eux aussi terrorisés et les « agitateurs » jetés en prison de type F !

En voyant les déploiements policiers et leur brutalité, certains ont cru à un retour au coup d'état de 1980 et à l'état d'urgence.

Autre exemple, aujourd'hui, si vous déclarez que « l'objection de conscience » est un droit de l'homme, vous vous retrouvez sur le banc des accusés pour « insulte à l'armée ».

C'est ce qui est arrivé à cette malheureuse journaliste Perihan Magden…

Vous avez dit « Etat de droit » Monsieur le Procureur?

 

Suis-je un dirigeant du DHKP-C ?

 

Dans son réquisitoire, Monsieur le Procureur m'accuse d'être un leader du DHKP-C. Il explique en même temps que cette organisation croit posséder la vérité absolue et ne respecte aucune autre idée que la sienne.

Or, j'entretiens un contact régulier, avec diverses personnalités politiques, académiques, artistiques et scientifiques de Belgique et d'ailleurs, qui prônent des idées parfois diamétralement opposées aux miennes et collabore avec ces personnalités dans le respect total de leurs opinions.

Depuis 6 ans, je me consacre tout particulièrement à défendre le droit des prisonniers de Turquie à vivre dignement et décemment.

J'ai participé à l'envoi de missions d'observation en Turquie. Dans ce cadre, j'ai arrangé de nombreux rendez-vous entre des institutions turques et des observateurs européens.

J'ai traduit et rédigé des dizaines de milliers de pages de rapports sur les violations des droits de l'homme, d'articles de la presse gouvernementale, de témoignages de détenus et de leurs familles, de pétitions, de communiqués de presse d'ONG ou de lettres personnalisées notamment à des parlementaires belges et européens.

En ce moment même, je contribue activement au dialogue entre les détenus et le gouvernement pour la cessation du conflit dans les prisons et pour l'amélioration de leurs conditions de détention.

Alors de deux choses l'une : soit le DHKP-C n'est pas une organisation fanatique et sectaire comme le prétend le Procureur Delmulle. Soit, je ne suis pas membre de l'organisation.

Messieurs les Juges, l'Etat turc assène ses citoyens depuis le berceau jusqu'au tombeau, à l'école, au travail, à l'armée, de la devise que « chaque turc naît soldat », que « la plus grande joie est de se dire Turc » ou encore que « le Turc n'a d'autre ami que le Turc ».

Pour le DHKP-C, à l'inverse, chaque communauté du pays a le droit de clamer son identité nationale, ethnique, philosophique ou religieuse.

Musa Asoglu est Abkhaze.

Dursun Karatas et Fehriye Erdal sont Kurdes.

Sükriye Akar est Laze.

Zerrin Sari et Kaya Saz sont Turcs.

Et moi-même, je suis Arabe. Et dans les milieux proches du DHKP-C, j'ai toujours pu le revendiquer haut et fort.

Tandis que l'Etat turc, lui, crachait sur mes origines, mes amis du DHKP-C, les ont respectées et ont défendu mon droit de les revendiquer.

Je n'ai vu l'intolérance, le fanatisme et la cruauté que le procureur fédéral impute au DHKP-C que dans les agissements de l'Etat turc.

Regardez les premières pages du plus grand quotidien turc « Hürriyet » et vous verrez qu'il y est indiqué en en-tête que « la Turquie est aux Turcs ».

Lors de cérémonies militaires organisées le 30 août dernier, quatre étudiants ont été violemment molestés par une foule haineuse. Le crime de ses quatre étudiants qui entendaient protester contre l'envoi de troupes turques dans le sud Liban était d'avoir déployé un calicot arborant une devise qui n'a pourtant rien d'anti-militariste: « Nous ne serons pas des soldats d'Israël » disait la pancarte.

Savez-vous ce que Celalettin Cerrah le chef de la police d'Istanbul a déclaré suite à ce lynchage ? « Je félicite la population. Elle a bien réagi ».

C'est pas un appel à la haine et au meurtre ça ?

Vous avez dit « Etat de droit » et « démocratie » Monsieur le Procureur ?

 

Sympathie et empathie

 

Tout au long des années 90, les télévisions privées turques émettant par satellite nous montraient les images de militants, pour la plupart du DHKP-C, capturés et parqués dans une salle de la section anti-terroriste de la police après qu'ils aient disparu pendant plusieurs jours. Ces militants physiquement détruits par plusieurs jours de tortures, « noirs de barbes, hirsutes, menaçants » comme disait Louis Aragon dans son célèbre poème « l'Affiche rouge », se dressaient, le poing levé, fiers, sereins et stoïques.

En montrant ces images, l'Etat turc cherchait un effet de peur sur la population.

Chez moi comme chez de centaines de milliers de citoyens turcs, ces images suscitaient le respect.

Pour être plus précis, messieurs les juges : j'éprouve de l'admiration pour le courage, l'abnégation, la sagesse, l'humilité et l'altruisme des militants du DHKP-C.

Cela peut vous paraître invraisemblable mais c'est grâce au DHKP-C que j'ai commencé à aimer la Turquie, ce pays que j'ai longtemps détesté en raison du racisme, du chauvinisme et de la répression bestiale, qui y règnent. Oui, c'est grâce au DHKP-C que j'ai commencé à véritablement aimer la Turquie, au-delà d'une simple destination de vacances. C'est le DHKP-C qui m'a permis de refaire confiance en l'Homme, en ses espoirs et en ses capacités créatrices.

Sachez, Messieurs les juges que je n'ai jamais été membre du DHKP-C et que, par ailleurs, je ne m'étais jamais posé la question jusqu'au jour où l'on me traîne devant vous.

Pour moi, la question de mes sensibilités politiques relève de la liberté d'opinion et d'expression. Cette question est complètement accessoire.

J'étais d'ailleurs marxiste avant d'avoir rencontré le DHKC. J'ai découvert que son projet de société coïncidait avec mon idéal social. C'est ainsi que j'ai sympathisé avec ce mouvement populaire à travers mon engagement au sein du bureau d'information de Bruxelles en tant que traducteur et coordinateur de campagnes de soutien aux prisonniers politiques de Turquie. 

Messieurs les juges, je tiens à souligner qu'il faille ne pas confondre un bureau d'information avec l'ensemble du mouvement DHKC et de ses formes d'action. Dois-je rappeler que même Madame la ministre Onkelinx a reconnu en 2004 que ce bureau agissait selon des droits qui lui étaient garantis par notre Constitution ?

Je demande à la Cour, de faire la distinction entre mon sentiment d'appartenance que je clame sans réserve et une prétendue appartenance politique proclamée par des organes de presse sur lequel je n'ai jamais eu le moindre contrôle. L'empathie et l'appartenance officielle sont deux choses bien distinctes de même que le DHKC et le bureau d'information du DHKC.  Je n'ai jamais été coopté, nommé, adoubé, hissé, muté, ni gradé par les dirigeants du DHKP. Je ne connais d'ailleurs aucun dirigeant de ce mouvement et c'est bien la dernière de mes préoccupations.

La seule chose qui compte pour moi est de vivre en harmonie avec mes idéaux et de soutenir des prisonniers politiques dont j'estime le combat indispensable pour le progrès social en Turquie. Et rien ne m'en empêchera, ni la privation de liberté, ni la mort civique ni même la mort physique.

D'autre part, je m'indigne de la légèreté avec laquelle les autorités belges et turques se sont comportées dans le dossier d'extradition de l'assassin fasciste du journaliste turc Abdi Ipekçi, aussi ancien que ce crime puisse être. Le « Loup Gris » impliqué dans cet assassinat datant de 1979 se nomme Yalçin Özbey. Le journaliste qu'il assassina en Turquie n'était pourtant pas révolutionnaire et s'opposait ouvertement à la lutte armée. Mais qu'importe, pour l'extrême droite turque, ceux qui ne pensent pas comme eux sont des ennemis à exterminer… Grâce à ses liens avec les services secrets turcs de la MIT, Yalçin Özbey a pu s'en sortir à bon compte en Turquie et a été très vite relaxé en Belgique. Les autorités judiciaires turques auraient en effet commis une erreur formelle dans leur demande d'extradition de ce malfrat…

Je constate que le Parquet qui prétend que ce procès n'est pas politique, demande à la justice de ce faire plus répressive lorsque ce sont des communistes qui sont incriminés. Pour ma part, je fais simplement confiance en la justice de mon pays pour ne pas répondre à ces injonctions qui visent à limiter la liberté d'expression.

Permettez-moi de répondre une à une, aux accusations proférées par le procureur Delmulle et tout d'abord, à l'accusation d'avoir « grandi dans l'organisation ».

Dans son scénario loufoque, il y a :

 

1. L'accusation de « dirigeant d'un camp de jeunes du DHKP-C».

 

D'abord, les activités estivales et hivernales auxquelles j'ai participé ne sont pas des camps de formation militaire mais des camps de vacances tout à fait légaux, familiaux et ouverts, destinés à faire vivre « l'amitié, la solidarité et la culture populaire anatolienne ».

Les familles étaient hautement satisfaites de ce genre de rencontres. Elles se réjouissaient en effet, de voir leur fille ou leur fils être plus serviables à la maison, plus respectueux, plus humbles.

D'après une vidéo saisie à Amsterdam montrant un camp de vacances organisé à Spa, on me verrait aux côtés de Nuri Eryüksel, le « responsable du DHKP-C pour l'Europe ».

Permettez-moi de dire, messieurs les juges, que, quand bien même cette information serait vraie, le fait de côtoyer Nuri Eryüksel ne constitue aucunement un délit. Et quand bien même cela aurait été le cas, c'est un honneur pour moi d'avoir faire connaissance avec un homme d'une intelligence, d'une sagesse et d'un humour exceptionnels, malgré les souffrances qu'il doit endurer en raison de son handicap physique et de son long passé carcéral en Turquie. Cet homme qui est non-voyant et que le procureur dépeint comme un démon est en effet un homme de culture et de raffinement, qualités qui, manifestement, manquent beaucoup chez ceux qui le stigmatisent.

Ce dernier affirme que j'aurais organisé le camp de Spa et ce, alors que je déclare dans la même vidéo que c'était la première fois que j'y participais et que j'avais raté les premiers jours du camp.

Messieurs les Juges, permettez-moi de rappeler qu'en tant qu'arabophone n'ayant jamais fait d'études en langue turque, en 1997, année où le fameux camp fut organisé, je ne parlais qu'un Turc approximatif et donc, n'aurait aucunement pu assumer un rôle dirigeant dans ce camp.

A l'époque, ce qui m'intéressait, c'était la chanson engagée et si vous visionnez les images, vous verrez que je chante dans la chorale du camp. Vous ne pouvez pas ne pas le reconnaître Messieurs les Juges : la thèse du « dirigeant du camp » est pour le moins tirée par les cheveux.

 

2. L'interprétation de la phrase : « Les polices belge et turque collaborent contre le DHKP-C. Nous devons faire une action ».

 

Tout d'abord, cette collaboration existait bel et bien ! A ce propos, je tiens à préciser que cela fait dix ans déjà que j'organise des manifestations démocratiques et légales dans le cadre de mon engagement pour la démocratisation de la Turquie.

En tant que citoyen belge, je pense que ma Constitution m'autorise à mener des actions dénonçant ce genre de collaborations déplorables.

Le procureur me dénonce par un procédé malhonnête et provocateur tout en sachant que « l'action » dont j'aurais parlé n'avait aucune connotation violente ou illégale.

 

3. La découverte de mes papiers à Knokke

 

Permettez-moi d'expliquer les circonstances de cette découverte.

Un jour, quelqu'un est venu me retrouver et m'a confié qu'il me fallait prêter mon identité pour sauver une personne en danger.

Bien entendu, j'ai accepté sans la moindre hésitation. J'ai effectivement remis un croquis de ma signature avec les indications permettant de la falsifier.

Ma motivation était de participer à une cause noble, celle de sauver la vie d'un être humain.

Il y eut un temps en Belgique où il était illégal d'héberger des Juifs chez soi. Et pourtant, nombreuses sont les familles dont l'éthique et la conscience ont outrepassé les lois de l'époque, aussi dangereuses furent-elles.

Si j'ai pu sauver une vie humaine, je ne regrette absolument rien…

Petite précision : aucun des documents originaux évoqués par le Procureur fédéral n'a été retrouvé à Knokke. Je n'ai remis à la personne susmentionnée que les photocopies de mes pièces d'identité et de ma carte bancaire.

J'en tiens pour preuve le passeport que mon conseil Carl Alexander a exhibé devant la Cour la semaine dernière.

Encore une fois, il apparaît que le Procureur joue sur la manipulation, la contrevérité et la surenchère pour obtenir mon châtiment lourd, objectif qui semble devenir pour lui une véritable cause.

 

4. L'émission « Au nom de la loi » de janvier 2001

 

Sur les images de cette édition de l'émission « Au nom de la loi » consacrée à « l'affaire Erdal », j'ai effectivement parlé de l'attentat qui a visé le Sabanci Center ainsi que le jet de cocktails molotov sur des intérêts commerciaux turcs à Bruxelles. J'ai en effet justifié ces actes mais il serait abusif de déduire de cela que j'aurais joué un rôle dans son organisation.

De plus, mon état physique et émotionnel était frappé par une terrible nouvelle.

Lorsque je fus interrogé par le journaliste de la RTBF dénommé Michel Hucorne, c'était le 19 décembre 2000, précisément le fameux jour du massacre des prisonniers par l'armée turque. C'était un jour d'apocalypse. Je venais de sortir de 46 jours de grève de la faim, de deux heures de sommeil et venais d'apprendre le décès de plusieurs détenus dont certains, que je connaissais personnellement.

J'avais cru en une solution pacifique à la tragédie des prisons mais comme des millions de gens en Turquie, je m'étais trompé : le gouvernement préféra en effet gazer et achever au lance-flamme des prisonniers affaiblis par leur grève de la faim plutôt que d'entendre leurs souffrances et leurs griefs.

Une victime directe de cette tragédie aurait, par ailleurs, pu témoigner devant cette Cour si ses autorités n'avaient pas rejeté son témoignage.

Mes affirmations infondées et sans doute maladroites, diffusées dans l'émission précitée, sont manifestement à mettre sur le compte de mon affliction par rapport à ce qui venait de se produire sous nos yeux dans les prisons turques. Il a ainsi été très facile pour le journaliste de la RTBF de me piéger par ses questions inquisitrices.

Suite à cette interview, j'ai écrit plusieurs fois à Monsieur Michel Hucorne le conviant à retirer cette interview controversée.

Le journaliste m'a répondu par courrier et par téléphone par la négative, arguant que s'il retirait mon interview, tout son scénario s'écroulerait.

Il lui fallait du sensationnel. Tout comme à vous Monsieur le Procureur : sans cette interview, votre scénario s'écroule.

Soit dit en passant, comme l'a rappelé mon avocat , cette interview ne peut en aucun cas être retenue contre moi dans ce procès, vu son caractère obsolète.

 

5. La conférence de presse du 28 juin 2004

D'emblée, je tiens à souligner que durant cette conférence de presse organisée par une coalition du nom de « Resistanbul 2004 » et ce, en marge du sommet de l'OTAN qui se déroulait à Istanbul, il n'a jamais été question de parler de l'explosion accidentelle déclenchée par la combattante dénommée Semiran Polat.

La conférence portait strictement sur la militarisation abusive de la ville d'Istanbul en raison de la venue de Georges W. Bush et d'autres chefs d'état.

Certains provocateurs de la presse turque ont beau essayé de piéger Musa Asoglu en tirant le débat sur ce sujet, ce dernier a aimablement éludé la question pour recentrer le débat sur le véritable sujet de la conférence de presse. Si Monsieur Delmulle souhaite avoir une copie de la conférence de presse, il n'a qu'à contacter l'agence de presse turque Ihlas Haber Ajansi (IHA). Les images qui ont démenti la version du procureur fédéral proviennent précisément de cette agence de presse.

Par ailleurs, une correspondante de l'agence italienne ADN Kronos a également assisté à cette conférence de presse. Si une telle revendication avait été proférée, croyez-vous vraiment qu'une agence de presse internationale aurait ignoré cette information ?

Il est plus que navrant que nous nous retrouvions aujourd'hui à polémiquer sur de tels infantilismes. Pour dissiper les soupçons, voici un extrait du seul communiqué lu et distribué au cours de la conférence de presse que j'ai organisé au New Hotel Charlemagne :

 

« Depuis des mois déjà, la Turquie est sous occupation. C'est devenu un pays où se pavanent allègrement les agents de la sûreté de dizaines de pays, CIA et Cie. L'endroit où se tient le sommet a été baptisé la "vallée de l'OTAN". Dans cette zone de sécurité qui est la propriété de l'OTAN, aucune loi n'est d'application. Dans une métropole de 15 millions d'habitants, pas moins de 15.000 policiers, 500 tireurs d'élite et des troupes militaires déployés par terre, par mer et dans les airs.

Plusieurs associations ont été perquisitionnées et mises sous scellés sans l'avis d'un procureur, avec le prétexte de "préparatifs pour le sommet de l'OTAN". Des centaines de personnes ont été raflées chez eux ou au cours des démonstrations.

Dans cette "vallée", près de 300.000 personnes et 50.000 véhicules ont été fichés. Dans la galerie commerciale historique de Kapalý Çarþý, 15.000 commerçants et ouvriers ont été interrogés et fichés. Les personnes qui n'ont pas pu obtenir un certificat de "sécurité" ont vu leur magasin fermé obligatoirement. Ils ne pourront regagner leur boutique que sur présentation de leur carte de "sécurité". Cette galerie commerciale sera ainsi réservée à 800 délégués de l'OTAN. Les universités seront fermées pendant deux jours. » Fin de citation.

 

6. Mon interview pour le journal télévisé RTL du 28 juin 2004

 

J'ai beau lire et relire le procès-verbal relatif à mon intervention télévisée, je n'ai toujours pas reconnu de revendication dans mes propos.

Je m'excuse de devoir dire à nouveau que Monsieur le procureur se livre au plus odieux des mensonges et ne recule devant aucun artifice.

On voit très bien dans l'interview que je parle à la troisième personne du pluriel et l orsque l'on parle à la troisième personne du singulier, il n'est pas question d'une quelconque implication de l'orateur. De plus, pour qu'il y ait revendication d'attentat, il aurait fallu que j'en aie l'intention. Or, non seulement, ce n'est pas le cas, mais en plus, ce n'est pas moi qui ai été retrouver le journaliste ; c'est lui qui est venu vers moi. D'autre part, dans cette interview, je n'ai nullement appelé à la violence ni la haine.

C'est pourquoi je pense que cette nouvelle manipulation du Procureur Delmulle ne peut qu'être balayée d'un revers de la main.

 

Conclusion 

 

 

Force est de constater que les faits énumérés à mon encontre par le procureur Delmulle n'ont rien de subversif et encore moins de répréhensibles.

Les allégations de « dirigeant d'organisation terroriste » que je serais devenu après « avoir grandi dans l'organisation » sont manifestement un pur produit de son imagination malveillante et de son attitude partisane évidente.

En effet, en dix ans d'activisme politique et social, j'ai toujours utilisé les mêmes moyens d'expression légaux et démocratiques.

Plus qu'un qualificatif juridique, l'accusation de terroriste est une insulte visant ma personne mais également toutes celles et ceux qui ont consacré leur vie à faire de la Turquie et le monde un havre de paix et de fraternité.

Que le Procureur Delmulle haïsse mes opinions ne me dérange pas le moins du monde. Mais qu'il se mette à m'insulter en me traitant de « terroriste » : je trouve cela inacceptable.

Ces dernières années, j'ai eu l'occasion de côtoyer Sükriye Akar au bureau d'information du DHKC à Bruxelles. Sükriye y a consacré le plus fort de son temps aux détenus politiques, parmi lesquels Fikret Akar, son mari.

Elle passa des mois entiers à scanner les lettres, les dessins et les revues envoyés à notre bureau par les prisonniers politiques de Turquie. Elle organisait la connexion entre les prisonniers politiques de tous les continents en traduisant les lettres des uns et des autres.

A travers son incarcération, des centaines de détenus se retrouvent un peu plus réduits et condamnés, tant en Turquie que dans le monde.

En la châtiant, ce sont les prisonniers politiques victimes de terrorisme de l'Etat turc que l'on punirait.  

Je me souviens que Musa Asoglu et moi-même avions été reçus le 10 octobre 2002 par le directeur général du Parlement européen, Monsieur Bo Manderup Jensen, à qui nous avions remis 155.000 signatures collectées lors d'une campagne contre les mauvais traitements et le régime d'isolement dans les prisons de type F.

Ces deux faits indiquent bien que l'activité de Musa Asoglu et de Sükriye Akar dans le cadre du bureau d'information de Bruxelles, ont été de nature parfaitement légale et démocratique.

Tout au long de mes dix années d'engagement politique et social, je n'ai jamais appelé à la haine mais bien à la résistance à l'oppression, tel que me le permet l'article 2 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Ce n'est pas moi qui l'invente.

Or, quand je parle de résistance à l'oppression, M. Delmulle parle de terrorisme contre la démocratie. Ce sont là des points de vue politiques qui sont exprimés.

Vous m'accorderez donc, messieurs les juges, mon « médiactivisme »  est une pratique indiscutablement garantie par l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 qui prévoit que : « Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit ».

Messieurs les Juges, c'est par idéal démocratique, par amour des libertés publiques et privées que je vous demande de ne pas céder aux attaques que le Procureur portées contre la démocratie et la liberté d'expression. Son réquisitoire digne des pires périodes du MacCarthysme, dresse un portrait diabolique de ma personne en mettant bout à bout des éléments non seulement indépendants les uns des autres, mais en plus parfaitement anodins et relevant du stricte droit d'expression. C'est pourquoi messieurs les juges, je vous demande de m'acquitter et de me permettre de continuer mon travail d'information et de solidarité, pour que la Turquie que j'aime devienne un jour réellement un pays démocratique.



[1] [1] Le 17 novembre 1998, l'institut kurde de Bruxelles situé rue Bonneels ainsi que d'autres associations kurdes, furent la proie de l'hystérie fasciste et furent incendiés suite au refus des autorités italiennes d'extrader le dirigeant du PKK Abdullah Öcalan vers la Turquie A l'époque, le premier ministre turc de l'époque Mesut Yilmaz avait clairement appelé aux représailles anti-kurdes en ces termes : « la Turquie ne laissera pas cela sans réponse ».

16:50 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, courcelles, democratie, europe, euro-dictature, fascisme, gangsterisme, histoire, liberte, oppression capitaliste, politique, presse, propagande, romain, resistance, silence, solidarite, terrorisme, turquie, usa | |  Imprimer | | |

20/09/2006: à COURCELLES: PAS DE PROMESSES ÉLECTORALES !

à COURCELLES:  PAS DE  PROMESSES  ÉLECTORALES !

 

(nous laissons toute cette démagogie aux autres ...)

      

NOTRE CAMPAGNE  ÉLECTORALE ?  

nous l' appuyons sur les quartiers populaires:

 

en soutenant les revendications légitimes des riverains

- à La Glacerie: affaire FOREVER               

- avenue de Wallonie, rues de Seneffe, de Viesville, Scaude: circulation, voirie, sécurité, zoning, ... 

- cité "Confort": une cité qui se meurt ...

- rue Jean Friot: qui vit encore une voirie du Moyen Age ...

- place Philippot: un coin oublié par "nos" élus communaux, ...

et on va nous voir aussi ailleurs, dans d' autres rues, d' autres quartiers, aux côtés de la population ...

 

NOS  QUARTIERS  MORIBONDS doivent revivre;

Ils sont les véritables noyaux d' un CONTRE - POUVOIR politique, populaire et réellement démocratique.

 

LES ÉLUS ? Nous voulons AGIR avec les gens pour les faire bouger, pour qu' ils rendent des comptes, qu' ils tiennent leurs promesses électorales, qu' ils nous informent, nous consultent, qu' ils sortent enfin de la routine et de la bureaucratie institutionnalisée qui déshumanise toute notre société.

 

Nous voulons les mettre au pied du mur, assurer le contrôle des élus, au cours de réunions publiques régulières d' information et de consultation de la population. Nous voulons participer aux décisions et non plus subir !

 

LES GENS en ont effectivement marre:

- des parvenus de la politique,

- de payer de plus en plus de taxes pour des communes de plus en plus pauvres, des services de plus en plus chers, voire réduits de plus en plus,

- des écoles, des bureaux de Poste, des hôpitaux, des gares, des entreprises, bureaux et magasins fermés, supprimés, délabrés et en ruines, de moins en moins entretenus, des rues en mauvais états,

- des jeunes qui n' ont plus que la rue comme loisirs,

-  d’  un enseignement de plus en plus bradé, mal orienté, et cher, dès l’ école primaire communale,

-  d’  une police - gendarmerie  unique, mal « réformée », mais ruineuse pour les finances communales, de plus en plus absente, invisible, dans nos quartiers abandonnés,

-  des bus qui ne circulent plus régulièrement qu’  aux heures de pointe, ou de devoir en changer pour pouvoir parcourir tout simplement  10, ou … 5 kms, alors que le capitalisme allongent toujours plus les distances à parcourir pour les déplacements au travail,

- de trier et payer les immondices de plus en plus à la place des véritables pollueurs,

- d' une nature et d' un environnement de plus en plus dégradés, pollués, bruyants, des espaces verts et naturels qui disparaissent, démolis par les promoteurs et les entrepreneurs,

- de devoir "vivre" dans quantités de maisons sociales mal entretenues et qui deviennent insalubres, à la limite de taudis ...?

- d' une société de plus en plus fichée, fliquée, figée, neutralisée: qui a remarqué que les panneaux d' affichage public communal ont progressivement disparu des différents coins de la commune ? Qui a pris cette décision et pourquoi ? Qui a protesté ?  De même contre la disparition progressive des boîtes postales dans nos quartiers par La Poste en voie de privatisation ???

 

OÜ PRENDRE L' ARGENT ?

Les multinationales et l’ Euro-dictature capitalistes ont mis la main sur le pays, son Administration, son économie, sa politique, ses gouvernants.

Elles PRIVATISENT nos services publics et réalisent des profits fabuleux, jamais atteints auparavant, des milliards d' euros de bénéfices annuels, ... Elles font la loi sans aucune limite à leur pouvoir absolu.

IL FAUT LES FAIRE CRACHER AUSSI pour aider à la réalisation des besoins sociaux, populaires et des communes.

 

VOUS AVEZ DONC LE CHOIX: élire:

- des mandataires opportunistes, intégrés, participationnistes, routiniers, qui gèrent le système en place et qui se servent ... et qui, par leurs magouilles permanentes, ont favorisé la création du front nazi.

-OU BIEN des mandataires qui agissent et qui luttent CONTRE le vieux système en place, AVEC VOTRE AIDE et A VOS COTES, pour doter nos communes de moyens nouveaux, suffisants, de développement et de relance communale.

SEULS LES COMMUNISTES du PTB, aux côtés de leurs alliés progressistes,  AGISSENT  EN CE SENS.

 

En leur donnant DES ÉLUS à COURCELLES et ailleurs, vous renforcerez leur combat, leur donnerez plus de force et de moyens.

VOTEZ à COURCELLES : PTB + PCC (liste n° 11)

(Parti du Travail de Belgique + Présence communiste courcelloise)

 

Notre campagne électorale ?

- à Courcelles: http://courcelles.skynetblogs.be

                      http://users.skynet.be/roger.romain/cc.html

- dans le pays: http://www.jechoisisptb.be/

- dans notre journal hebdomadaire: http://www.solidaire.org et http://www.ptb.be/solidaire.htm

 

Liste des candidats pour Coucelles (PTB+PCC)

  1. Roger Romain
  2. Mariette Dujacquier
  3. Frans Van De Meerssche
  4. Dominique Buscemi
  5. Gaetano Buscemi
  6. Evelyse Begon
  7. Daniel Leduc
  8. Mylène Deprèter
  9. Didier De Swert
  10. Nathalie Cooleman
  11. Sébastian Depasse
  12. Muriel Vander Stucken

16:07 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, presser, courcelles, histoire, romain, elections, silence, elections 2006, ps, mr, cdh, ecolo, fn, ptb, ucpw, communisme, socialisme, democratie, hainaut, charleroi, politique, propagande | |  Imprimer | | |

10/09/2006

08/09/2006: LES R.M.I. (RÉSEAUX DE MILITANTS/ANTES DE L'INFORMATION)

De : Antonio Artuso [mailto:pueblo@sympatico.ca]
Envoyé : vendredi 8 septembre 2006 19:29
Objet : Les RMI (réseaux de milintants/antes de l'information)

 


Vous voulez cesser de recevoir mes messages?  Changer ou ajouter une adresse?  Écrivez-moi : pueblo@sympatico.ca
Do you want to stop receiving messages?  Change or add an e-mail address?  Write to: pueblo@sympatico.ca

¿No quiere más recibir mis mensajes?  ¿Quiere cambiar o añadir una dirección?  Escribame: pueblo@sympatico.ca



LES R.M.I. (RÉSEAUX DE MILITANTS/ANTES DE L'INFORMATION)

CUBA, INTERNET ET LE RÔLE QUE CHACUN DE NOUS PEUT JOUER

 

Pour combattre la désinformation et les campagnes d'intoxication des médias, certains militants/antes deviennent de véritables agences de nouvelles.

Ils constituent des «RMI», des «réseaux de militants/ants de l'information» (nom que je propose).

Les «R.M.I.» se donnent une ou plusieurs tâches : (1) écrire; ou (2) traduire; ou (3) diffuser.

Certains réseaux se donnent les trois tâches à la fois.

Les réseaux «Écrire, traduire, diffuser» informent et mobilisent des centaines de personnes et groupes (250 dans mon cas).

 

Les messages de ces réseaux peuvent être :

- des analyses sur la situation actuelle;

- des appels à des actions de solidarité (conférences, manifestations, soirées culturelles et politiques, pétition par Internet, etc.);

- demandes de traduction;

- information sur les activités d'autres groupes de résistance (Nos impôts pour la paix, Lawyers against War, etc.);

- témoignages, reportages, interview, poèmes, etc.;

- vidéo

 


 

RÉSEAUX DE MILITANTS/ANTES DE L'INFORMATION DÉJÀ EXISTANTS :

 

Je connais plusieurs réseaux de militants de l'information :

Je participe à plusieurs d'entre eux :

 

1) le réseau international «SolidNet» : dirigé par le Parti communiste grec, il diffuse les communiqués des différents partis communistes et ouvriers du monde partout à travers le monde;

 

2) le «Collectif de traduction» de Montréal : groupe de traducteurs/trices vient de former pour aider les organisations progressistes, anti-impérialistes et anti-guerre qui ne recoivent pas de subventions mais font un bon travail de défense des droits de la personne et des peuples;

 

3) le nouveau collectif d'information et d'action sur le Venezuela, qui diffuse en français en vue des prochaines élections, en traduisant des textes de «Rebellión» et «Hands-Off Venezuela»;

 

4) le réseau «InformAction» de Michel Collon;

 

5) les partis communistes, ouvriers et progressistes :

- le Parti communiste du Québec (section du Parti communiste du Canada) et la Ligue de la jeunesse communiste, qui vient d'être créée au Québec ;

- le Parti de Travail de Belgique (et son réseau de rédaction, de traduction et de diffusion de textes);

- Le Parti communiste du Brésil;

- Les Parti communistes d'Israël, du Liban, les partis palestiniens, etc.

 

6) différents groupes de solidarité de Montréal (Chili, Cuba, Venezuela, etc.)

 


 

QUELQUES-UNES DES NOMBREUSES MÉTHODES DE DÉSINFORMATION :

 

MÉTHODE 1 : SE DIRE NEUTRE MAIS NE PAS ÊTRE OBJECTIF :

 

Les médias doivent être objectifs mais ne doivent pas être neutres.

1) ils doivent être objectifs, présenter les points de vue contraires, refléter la réalité sans que leurs points de vue ne déforment la réalité.

2) ils ne doivent pas être neutres devant l'injustice, ils doivent être engagés afin de promouvoir la justice sociale.

 

MÉTHODE 2 : LA SOI-DISANT NEUTRALITÉ DES MÉDIAS - DONNER LA VERSION JUSTE ET RÉPÉTER LA VERSION MENSONGÈRE POUR QUE LE PUBLIC RESTE TOUJOURS DANS LE DOUTE :

 

De temps à autres, les contribuables qui paient ces services ont le droit, comme à une aumône, à une émission "équilibrée", qui fait connaître la situation lamentable du peuple palestinien, entre autres peuples.  Les gens alors réfléchissent aux deux versions (palestinienne et sioniste) et ne savent pas quoi choisir.

 

MÉTHODE 3 : BOMBARDER LE PUBLIC EN NE LUIDONNANT LE PLUS SOUVENT QUE LA VERSION MENSONGÈRE :

 

Le bulletin électronique «Journal Liban» affirme avec raison : «Les médias occidentaux ont de tout temps accepté les versions de l'armée israélienne et fermant les oreilles aux autres sources».

Au Québec et au Canada, les médias sont clairement une machine de propagande.

À part quelques rares journalistes et quelques rares articles le peuple canadien est soumis au bombardement constant des médias.

 

 

MÉTHODE 4 : DÉPOLITISATION - DÉCROCHAGE ET ANALPHABÉTISME POLITIQUE :

 

Les médias oublient trop souvent de se pencher en détail sur les causes historiques :

- Comment expliquer la Révolution soviétique, des pays de l'Est, chinoise, vietnamienne, cubaine, sans expliquer les conditions?

 

- Comment expliquer Israël sans expliquer l'action des trois groupes terroristes Haganah, Stern et Irgoun, qui ont participé à la création de l'État d'Israël sont également terroristes, et l'État d'Israël est une création terroriste ; le rôle du journaliste Théodore Hertzl, fondateur du sionisme; l'opposition des théologiens juifs au sionisme; l'opposition du Bund (organisation socialiste de travailleurs juifs d'Europe) contre le sionsime?

Les personnes qui s'intéressent un peu aux nouvelles, finissent pas se demander :

a) si le peuple palestinien n'est pas coupable;

b) s'il y aura jamais justice en Palestine;

c) s'il y a quelque chose à comprendre de toutes ces batailles apparemment sans issue de l'humanité.

Fatalisme : ils abandonnent tout effort de compréhension, ne croient plus à rien et haussent les épaules.  Ils pensent, comme les médias veulent, que la politique est une saleté et qu'il n'y a pas de solution.

 

MÉTHODE 5 : LA DÉMONISATION DES LEADERS, DES MOUVEMENTS, DES GOUVERNEMENTS QUI COMBATTENT LE MENSONGE, LE FASCISME ET LA GUERRE :

 

Désinformation et intoxication de la population : à l'heure des nouvelles de radio ou de télévision, nous écoutons des locuteurs et des locutrices attaquer de leur voix glaciale les gouvernements cubain, iranien, palestinien.

 

Je me souviens très bien de les avoir entendus/ues, à plusieurs reprises, se demander s'il fallait ou non tuer Yasser Arafat.  Il est finalement mort, mais les média n'ont jamais expliqué pourquoi.

 

Le ciblage de l'énnemi, la démonisation, la satanisation : La voix glaciale de nos locuteurs locutrices dénigre gouvernements, mouvements de Résistance, leaders, politiques : les ennemis de l'impérialisme US sont systématiquement bien identifié irakien, palestien, libanais, le FIS, le Hamas, le Hezbollah, le Fatah (jusqu'à sa corruption et sa dissolution), le Panama de Noriega (1991) avant le bombardement de 3 000 à 8 000 civils par l'aviation (un crime contre l'humanité, du terrorisme (massacre de civils pour une cause politique) de l'impérialisme US.

 

MÉTHODE 6 : L'APPEL AU "PATRIOTISME CANADIEN" EN FAVEUR DE L'IMPÉRIALISME US :

Radio-Canada est devenue une véritable machine de propagande, une machine de guerre au service de l'impérialisme étatsunien.

 

Les peuples québécois et canadien, qui financent les deux réseaux de leurs taxes, ont le droit à une information objective.

 

Plusieurs les lecteurs/trices se joignent à cette lutte pour une information objective du public canadien en défense de la vérité, de la démocratie, du niveau de conscience sociale de la population canadienne.

 

De tristes années de fascisme et de guerre attendent les peuples du Canada et du monde si la population ne prend pas conscience de la désinformation et de l'intoxication de la population québécoise et canadienne par nos médias.

 

Nous devons souligner que le nouveau premier ministre du Canada, Stephen Harper et son gouvernement conservateur minoritaire, constitue un danger pour la souveraineté du Canada, pour la paix et la sécurité à travers le monde et un appui aux politiques de fascisme et de guerre des États-Unis.

 

SE TAIRE C'EST ÊTRE COMPLICE!

 

Antonio Artuso - Montréal (Québec) Canada - pueblo@sympatico.ca

11:59 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, communisme, courcelles, cuba, collon, histoire, israel, politique, presse, ptb, propagande, romain, sionisme, silence, solidaire, solidarite, socialisme | |  Imprimer | | |

05/09/2006

25/08/2006: COURCELLES: après un siècle de majorité "socialiste", pourquoi le Ps (et la population...) devrait-il encore attendre ... ???

 

COURCELLES: après un siècle de majorité "socialiste", pourquoi le Ps (et la population...) devrait-il encore attendre ... ???

 

« Une commune à ‘"l'écoute de ses citoyens … »  nous disent les premières circulaires électorales du Parti « socialiste », qui viennent de sortir … ». « Un Courcellois égale un Courcellois … », ce qui est fort heureux.

 

Simples slogans électoraux ?   Mais non : le Ps vient d’  avoir une révélation, « une nouvelle vision de la gestion communale, une volonté de tenir compte de l’  avis de chacun, d’  impliquer chaque Courcellois, Gouytois, Souvretois ou Trazegnien, dans le développement de sa commune et, à terme, d’  inscrire Courcelles dans une véritable logique de démocratie participative ».

 

Ah, enfin du neuf se disent les habitants de certains quartiers qui revendiquent, qui piétinent, depuis des mois, sans la moindre réaction de la majorité « socialiste » et « démocrate »-« humaniste » en place, tels ceux des « Fonds de Corbeau ». Ah, si : une lettre personnelle, à en-tête de l’  Administration communale, signée par le seul échevin des travaux, Christian Hansenne, en date du 7 avril 2006, qui nous promettait le début des travaux d’  aménagement d’ un rond-point dans l’ avenue de Wallonie, au niveau de TaxiPost, pour le 18 avril 2006.  L’  échevin a-t-il confondu les dates inscrites dans son dossier, ou avait-il bu un verre de trop le 7 avril 2006 ??? Ce qui peut arriver …

 

Nul ne le sait, mais l’  échevin nous demandait notre compréhension pour enfin voir « supprimer le trafic des poids lourds dans la rue de Seneffe et l’  avenue de Wallonie ». Qué !

 

La patience des riverains a cependant des limites. Alors, ils appuient la demande d’  une réunion publique des riverains, convoquée par le Collège échevinal dans le plus bref délai. Pas besoin d’  attendre le résultat des élections puisque le Ps règne sur cette commune depuis certainement un siècle…

Une bonne occasion pour le Ps de mettre IMMEDIATEMENT en pratique ses promesses électorales…

RoRo

 

 

 

 

AFFICHETTE-FENËTRE sur demande: Roger  ROMAIN, a/conseiller communal,  avenue de Wallonie 127,  à  6180 Courcelles (Tél: 071.46.36.81.)             candidat PTB  + PCC     

(25/08/2006)

11:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, charleroi, communisme, courcelles, democratie, elections, environnement, hainaut, histoire, politique, presse, ps, ptb, romain, silence, propagande, solidarite, socialisme | |  Imprimer | | |

04/09/2006

03/09/2006: La « guerre au terrorisme », nouvelle mission de l'OTAN


De : mannekenpeace@yahoogroupes.fr [mailto:mannekenpeace@yahoogroupes.fr] De la part de Roland Marounek
Envoyé : dimanche 3 septembre 2006 13:46
objet : [mannekenpeace] Réseau Voltaire : La « guerre au terrorisme », nouvelle mission de l'OTAN

 

Alliance militaire autour des États-Unis
La « guerre au terrorisme », nouvelle mission de l’OTAN

Cédric Housez
1er septembre 2006
Réseau Voltaire

Chargée de protéger les pays occidentaux face au bloc soviétique, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) aurait dû disparaître avec la Guerre froide. Au lieu de cela, elle s’est élargie et, pour justifier de son existence, s’est défini un nouvel ennemi : « le terrorisme international ». La guerre du Kosovo, contre la Serbie, a créé un précédent sur la possibilité d’attaquer sans accord de l’ONU un pays ne constituant pas une menace. Elle fut bientôt suivie, hors du continent européen, par l’attaque de l’Afghanistan. Au nom de la « guerre au terrorisme », l’Alliance atlantique place peu à peu les armées de ses pays membres en ordre de bataille.

http://www.voltairenet.org/article141387.html

Lors du débat précédant le référendum sur le traité constitutionnel européen en France, on vit certains adversaires du texte déplorer que ce traité lie explicitement la défense européenne à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) dans son article I-41. Certains responsables politiques exprimèrent alors leur crainte de voir une Europe dépendant indéfiniment de l’armée états-unienne. Toutefois, ces réticences ne furent pas centrale dans la campagne référendaire. Il s’agit pourtant d’une des rares occasions où la permanence de l’Alliance atlantique malgré la fin de la Guerre froide fut contestée. En effet, bien qu’elle ait perdu a priori sa raison d’être avec la fin de la Guerre froide, l’Alliance atlantique ne cesse de s’accroître et la question de sa dissolution ne semble pas être médiatiquement un débat acceptable. Dans le même temps, on voit les thuriféraires de l’alliance de l’Europe et des États-Unis poursuivre sans relâche leur défense d’une structure dont ils ont redéfinis les rôles.

Une alliance sans adversaire

On prête à Lord Ismay, premier secrétaire général de l’OTAN, la citation suivante concernant le rôle de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord : « Garder les Américains à l’intérieur, les Russes à l’extérieur et les Allemands en-bas. » 1 Cette phrase illustre la fonction duale de l’alliance militaire. Si celle-ci se présentait uniquement, durant la Guerre froide, comme un moyen d’assurer la sécurité de l’Europe occidentale contre la menace soviétique, cette organisation fut également la structure au travers de laquelle Washington put peser politiquement en Europe sur ses vassaux européens. Cette ingérence politique états-unienne s’embarrassa rarement de scrupules et passa même parfois par des méthodes terroristes 2.

Le 1er juillet 1991, l’auto-dissolution du Pacte de Varsovie, pendant de l’OTAN dans le Bloc de l’Est, mettait fin à la raison d’être officielle du traité de l’Atlantique Nord. Pourtant, aujourd’hui, l’OTAN existe toujours et est même dans une phase d’extension. Comprenant 12 membres lors de sa création le 4 avril 1949 3 et 16 membres lors de la dissolution du pacte de Varsovie 4, l’alliance atlantique en compte désormais 26. Les nouveaux membres faisaient autrefois partie du Pacte de Varsovie et certaines sont même d’ex-Républiques soviétiques 5. À ce chiffre ont pourrait presque ajouter une partie des 20 membres du Partenariat pour la Paix, structure d’associations entre l’OTAN et certains États servant parfois d’antichambre à l’adhésion.

Mais dès lors que le monde bipolaire n’existe plus, comment expliquer et justifier auprès des populations cet élargissement sans fin ? Comment même justifier la permanence de cette organisation militaire permettant aux États-Unis d’exercer un poids militaire en Europe ? En effet l’OTAN ne peut plus afficher un adversaire comparable à l’URSS de naguère pour justifier des déploiements de bases et et d’une ingérence politique. Les dirigeants atlantistes ont donc dû réinventer une nouvelle doxa présentant cette structure comme indispensable.

Stabiliser l’Europe au nom du « Bien »

Les conflits consécutifs à la dislocation de la Yougoslavie furent l’occasion pour l’Alliance atlantique d’agir sur un théâtre d’opération européen. D’abord en mettant en place une flotte dans l’Adriatique afin d’assurer l’embargo sur les armes aux belligérants lors de l’opération Sharp Gard, puis, à partir de 1995, en mettant en place une force de maintien de la paix en Bosnie-Herzégovine.

Durant ces opérations, on vit se développer une rhétorique prétendant que l’Europe était incapable d’assurer la sécurité sur son propre sol sans l’aide des États-Unis - une aide exercée dans le cadre de l’OTAN. Ces arguments s’accompagnèrent de la construction d’un discours sur l’importance nouvelle des actions militaires humanitaires. D’après cette rhétorique, du fait de l’éclatement de l’ex-bloc soviétique, les anciens équilibres étaient rompus et on assistait à de nouveaux conflits, opposants souvent les populations d’un même État entre eux. Du fait de la fin du monde bipolaire, il était également, enfin, possible d’intervenir dans certains pays où le pouvoir politique s’attaquait à sa propre population. On vit naître les concept d’État en déliquescence (« failed state ») et de « devoir d’ingérence » : quand un État était devenu incapable de protéger ses citoyens ou quand il organisait lui même leur extermination, il était du devoir de la communauté internationale d’intervenir, relevant de leurs fonctions en quelques sorte les autorités coupables ou incompétentes.

Ce sont ces arguments qui furent utilisés pour justifier le bombardement de la Serbie par l’OTAN en 1999. Se basant sur une propagande faisant des nationalistes serbes et du président Slobodan Milosevic les seuls responsables de massacres ethniques, dont on exagéra alors l’importance, l’OTAN déclencha une « guerre humanitaire » dont l’objectif affiché était l’arrêt de ce qui était présenté comme un « génocide ». L’OTAN mena cette attaque sans changer ses statuts mais en agissant ainsi elle changea de nature. En effet, l’organisation n’est sur le papier qu’une alliance défensive chargée de la sécurité de chacun de ses membres. En attaquant la Serbie, elle se transformait de facto en une coalition agressive se reconnaissant le droit d’attaquer un État souverain sans l’accord du Conseil de sécurité de l’ONU. Mais maniant les arguments moraux et s’appuyant sur un discours opposant la lutte des démocraties occidentales face à la dictature et utilisant la rhétorique du « droit d’ingérence », elle parvint à faire accepter 78 jours de bombardements illégaux comme une victoire de la justice sur la barbarie. Accusant les opposant au conflit d’être des partisans de « la grande Serbie » ou des complices de la barbarie, les propagandistes atlantistes parvinrent à museler ceux qui les contestaient et à détourner les citoyens européens de la vraie question que posait la transformation de l’OTAN. Bien que rares aient été les thuriféraires de l’alliance à aller aussi loin, l’OTAN fut globalement présentée comme une alliance militaire au service du « bien » et de la stabilité en Europe. Cet argument sert encore à justifier les adhésions des pays de l’Europe orientale.

Encore aujourd’hui, chaque extension de l’OTAN est présentée positivement au nom de la démocratie. Chaque nouvelle adhésion est l’occasion pour les dirigeants atlantistes de rappeler l’attachement aux « valeurs communes » euro-atlantiques et de présenter l’adhésion du nouvel État comme l’assurance de stabiliser la démocratie dans ce pays. Exemple saisissant de cette logique, la Serbie, qui a été victimes de bombardements illégaux et qui a été victime de crimes de guerre commis par l’Alliance, voit désormais son statut démocratique jugé à l’aune de ses relations avec l’OTAN. Après avoir été la victime de l’Alliance atlantique, la Serbie réclame aujourd’hui l’adhésion au Partenariat pour la Paix, ce qui est présenté comme une preuve de l’évolution démocratique du pays 6.

Toutefois, l’argument de la pacification et de la stabilisation de l’Europe n’est plus aussi central depuis le déclenchement de la « guerre au terrorisme ». Le 11 septembre 2001 a ouvert la voie à une nouvelle justification de l’existence de l’OTAN, prémisse d’un nouvel accroissement de ses compétences.

L’OTAN face aux « nouvelles menaces »

Les attentats de New York et de Washington le 11 septembre 2001 offrirent une nouvelle réponse à la question de l’utilité de l’OTAN. En effet, suite aux attentats et en pleine émotion suscitée par les images des tours jumelles s’effondrant, les pays de l’alliance atlantique se sont déclarés prêt à agir en soutien des armées états-uniennes. Ils invoquèrent l’article 5 du traité de l’Atlantique Nord. Ce texte stipule qu’« une attaque armée contre l’un ou plusieurs des pays alliés, en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque contre tous les alliés ». C’est en vertu de l’application de ce traité que les forces de l’OTAN, participèrent à l’attaque de l’Afghanistan et au renversement du régime, remplacé par celui d’Hamid Karzaï, suivant les affirmations de Washington sur l’implication du gouvernement afghan dans les attentats.

Cette attaque fut la première organisée en dehors d’Europe. Après l’attaque de la Serbie créant une jurisprudence sur la possibilité pour l’OTAN d’attaquer un pays ne représentant pas une menace et d’agir sans accord de l’ONU, l’attaque de l’Afghanistan ouvrait encore davantage le cadre d’action de l’Alliance atlantique en ne limitant plus son action à l’Europe et à l’Amérique du Nord. Mais, plus important encore, elle faisait entrer l’Alliance atlantique de plein pied dans « la guerre au terrorisme ». Cette dernière fut même présenté, dès lors, comme la nouvelle raison d’être de l’organisation. L’ex-ambassadeur états-unien à l’OTAN, R. Nicholas Burns, s’en réjouit notamment dans une tribune publiée par l’International Herald Tribune en octobre 2004 7.

L’Alliance adopta la rhétorique bushienne sur le terrorisme, cessant de le faire apparaître comme une méthode, utilisée par certains groupes armés ou par des États, pour le présenter comme un adversaire en soi et l’assimiler à l’extrémisme islamiste. Partant du principe que chaque pays de l’alliance pouvait être désormais victime du terrorisme et que la réponse adéquate au terrorisme était d’ordre militaire, l’alliance pu construire un discours légitimant sa permanence fondée sur la lutte « nécessaire » contre « le terrorisme » menaçant « la démocratie ». L’OTAN utilisa donc la même justification que le Pentagone pour obtenir l’augmentation de ses budgets et souscrit au concept de « Choc des civilisations ».

Rappelons le : le « Choc des civilisations » développé par Samuel Huntington n’est pas une simple théorie sur l’évolution des relations internationales, c’est une idéologie qui a été construite progressivement dans les années 90 pour offrir un ennemi de remplacement à l’URSS et justifier le maintien, puis le développement, des fonds alloués au complexe militaro-industriel. Aujourd’hui, rares sont les analystes et experts médiatiques des relations internationales qui rejettent cette analyse. L’ancien conseiller de sécurité nationale du président états-unien Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, est aujourd’hui l’un des rares à contester cette vision du monde qu’il considère comme contre-productive pour les intérêts états-uniens 8.

La théorie du « Choc des civilisations » offre la vision d’un complot islamique mondial à la dangerosité égale, voire supérieure, à celle du Bloc soviétique et justifie des interventions militaires dans les zones comprenant les derniers stocks importants d’énergies fossiles 9. En effet, selon Washington la plus grande menace actuelle pour les pays occidentaux seraient l’acquisition par « les terroristes » d’« armes de destruction massive » qui pourraient leur être donner par des États hostiles. Tout comme de parler de « terroristes » comme de membres d’un groupe globalement unifié, parler d’armes de destruction massive est un non-sens. Cette expression désigne en effet à la fois des armes chimiques, comme les gaz de combats, et des armes nucléaires. Si elles peuvent susciter une peur équivalente pour une population mal informée, il ne s’agit toutefois pas du tout des mêmes armes et la réponse à apporter n’est absolument pas la même. Toutefois, la lutte pour empêcher ces armes de tomber entre de « mauvaises mains » est un slogan mobilisateur, rarement remis en cause.

Construisant un complot islamique mondial pouvant frapper n’importe où, cet axe de propagande justifie le maintien de dépenses militaires élevées et le déploiement important de troupes dans les zones « soupçonnées » de devenir des « repaires » de terroristes. Elle permet également de justifier de menacer des pays accusés de vouloir donner des armes mortelles aux groupes terroristes.

Cette explication des relations internationales a eu un succès fou dans les médias dominants européens et notamment en France. En effet, cette vision du monde a permis de justifier le rejet des revendications égalitaires des populations issus des anciennes colonies, assimilés aux musulmans, en faveur de plus d’égalité avec les Français dits « de souche » 10. Le mythe du grand complot musulman sert de béquille à une idéologie coloniale devenue difficilement affichable.

Dans ce contexte, l’OTAN n’eut aucun mal à justifier son maintien et elle a même revendiqué, en Europe, de jouer un rôle de premier plan dans la « guerre au terrorisme ». Ainsi, le secrétaire général de l’OTAN, le chrétien-démocrate néerlandais, Jaap de Hoop Scheffer, a insisté lors d’un discours prononcé à New York en novembre 2004, devant le Council on Foreign Relations, sur la pertinence de l’analyse états-unienne du terrorisme, sur la nécessité pour l’Europe d’y souscrire et sur le rôle que l’OTAN avait à jouer dans ce combat 11. Récemment, au nom de la « guerre au terrorisme », les forces de l’OTAN se sont déployées en Allemagne pour s’assurer qu’aucun attentat ne frappe la Coupe du monde de football. Ce déploiement, rarement commenté dans la presse européenne, a suscité la joie de l’analyste néoconservatrice du Wall Street Journal, Melanie Kirkpatrick, qui y a vu un signe de la dimension « globale » que prenait l’alliance 12. En effet, en adoptant comme préoccupation principale la lutte contre « le terrorisme », l’alliance a ouvert la voie à une redéfinition de son organisation.

Face à de nouveaux enjeux, une redéfinition de l’organisation

Toutefois, si la définition d’un nouvel ennemi a été effectué avec brio et que le rôle de l’OTAN dans cette lutte est souligné par ses partisans, il ne suffit pas de justifier qu’il faille plus de moyens à l’alliance atlantique, il faut le faire accepter aux dirigeants européens. Or, si les chefs d’États et de gouvernements d’Europe occidentale souscrivent généralement à la problématique de la « guerre au terrorisme » dans leurs discours et reconnaissent éventuellement le rôle que l’OTAN pourrait jouer dans la lutte contre le « terrorisme international », ils rechignent dans les négociations à accorder les moyens qu’exige l’alliance. C’est ce qui ressortit notamment de la pompeuse cérémonie qu’organisa l’OTAN en février 2004 pour célébrer l’adhésion de ses nouveaux membres.

Les dirigeants européens s’expriment peu sur leur manque d’enthousiasme à soutenir les réformes voulues par Washington afin de faire des troupes de l’OTAN de bons supplétifs de l’armée états-unienne mais, aux États-Unis, cette situation agace. C’est ce que ne manqua de noter l’analyste conservateur du Washington Post, Jim Hoagland 13, espérant toutefois que les difficultés intérieures rencontrées par l’actuel gouvernement français et le départ de Gerhard Schröder de la chancellerie allemande ouvrirait une période favorables aux projets états-uniens.

Il faut toutefois noter que les thuriféraires traditionnels de l’Alliance atlantiques commentent peu les réformes militaires que l’OTAN doit engager. On rappelle qu’il est nécessaire que les différentes armées de l’Alliance conservent une « compatibilité » et que cela nécessite des « adaptations » des armées des pays membres, mais on ne s’étend pas. En effet, en développant trop ces questions on risquerait d’être obligé d’admettre que la « compatibilité » des forces militaires est l’expression politiquement correcte pour désigner l’obligation faite aux membres de l’OTAN d’acheter du matériel militaire états-unien et apparenterait trop les négociations de l’alliance à un racket du complexe militaro-industriel. Lockheed Martin n’est-il pas le fondateur, via son vice-président Bruce P. Jackson, du Comité états-unien pour l’élargissement de l’OTAN (US Committee to Expand NATO) 14 ? Toutefois, rares sont les responsables favorables à l’OTAN à souligner cette dimension. Les réactions dans l’opinion à l’achat par la Pologne de quarante-huit F16 avec des fonds européens en décembre 2002 ont démontré qu’il s’agit d’un sujet sensible.

Les soutiens de l’OTAN préfère éluder le sujet en parlant de la nécessité de développer l’action de l’Alliance dans certaines zones du monde d’où elle est absente, au nom de la « guerre au terrorisme », laissant de côté les aspects « techniques » que de tels déploiements impliquent.

Ainsi, R. Nicholas Burns, dans la tribune de l’International Herald Tribune citée plus haut, se réjouissait de l’implication de l’OTAN dans la formation des troupes irakiennes par la Coalition d’occupation, demandait que des efforts se poursuivent dans ce sens et se contentait d’appeler à ce que l’alliance « s’adapte » à ces nouvelles missions. Lors de la première visite que Jaap de Hoop Scheffer a mené dans les pays du Golfe, la problématique développée était la même. Lors d’une conférence sur le rôle de l’OTAN dans le Golfe arabo-persique organisée conjointement par l’OTAN et la Rand Corporation, l’auteur a présenté les évolutions de l’Alliance et appelé au partenariat avec les États du Golfe. M. De Hoop Scheffer a loué la collaboration de ces pays et de l’Alliance atlantique au sein de l’Initiative d’Istanbul et l’a justifiée au nom des évolutions géopolitiques et des transformations des régimes locaux. Ainsi, il plaçait l’OTAN comme une organisation soutenant les réformes démocratiques régionales (utilisant les mêmes arguments que pour justifier les adhésions des pays de l’Est) et étendant sa protection (bienveillante) aux nations en voie de démocratisation face à la nouvelle menace globale que serait le terrorisme international.

Présenter l’alliance comme une organisation regroupant les démocraties contre le terrorisme nécessite également de repenser les adhésions. Ainsi, l’ancien président du gouvernement espagnol, José-Maria Aznar, qui est avec Vaclav Havel l’un des deux principaux responsables européens du courant néo-conservateur, a fait publier par son think tank, la Fundación para el análisis y los estudios sociales, un rapport réclamant un élargissement de l’OTAN à l’Australie, au Japon et à Israël afin de faire participer ces pays plus efficacement à la lutte contre le terrorisme 15. L’OTAN deviendrait ainsi officiellement une « alliance des démocraties ». Bien que cet argument soit souvent entendu, il est pourtant historiquement faux. Le Portugal de Salazar en fut un membre fondateur, la Grèce du régime des colonels y eut toute sa place et, via le réseau stay behind, l’alliance participa à différentes tentatives de déstabilisations d’États membres ou de coups d’État. Il est vrai que l’Espagne n’adhéra formellement à l’alliance qu’en 1982, après la démocratisation espagnole. Toutefois, l’alliance ne fit rien pour soutenir cette démocratisation et mis tout son poids pour empêcher les communistes espagnols de trop peser sur le processus démocratique. M. Aznar demandait également, comme Jaap de Hoop Scheffer, un renforcement du poids de l’OTAN dans la « guerre au terrorisme », c’est à dire, concrètement, un renforcement des capacités d’ingérence politique des États-Unis en Europe.

La possible adhésion d’Israël à l’OTAN trouva un second souffle avec le développement de la crise iranienne. Ainsi, lors de la 42e conférence annuelle sur la politique de sécurité, qui s’est tenue à Munich les 4 et 5 février 2006, les trois cents participants ont évoqué l’élargissement de l’OTAN et la crise iranienne 16. A priori, on ne voyait pas trop le lien imaginé par les organisateurs de la Conférence entre l’élargissement et la crise iranienne. Mais l’explication de texte avait été donnée juste avant par M. Aznar lors d’une présentation préparée par George Schultz à la Hoover Institution, puis dans une tribune publiée par le Wall Street Journal : l’OTAN devrait avoir pour mission de coaliser les États occidentaux ou occidentalisé pour vaincre le jihad en général (comprendre l’islam) et l’Iran en particulier. L’adhésion d’Israël à l’Alliance créerait une obligation à tous les autres États membres de porter secours à l’État juif s’il était attaqué par l’Iran, même en légitime défense.

Cette conférence intervenait un an après que M. Jaap de Hoop Scheffer soit le premier secrétaire général de l’OTAN à se rendre en Israël, suscitant sur place un débat sur l’utilité pour Israël de rejoindre l’OTAN. Depuis, cette question revient régulièrement.

Une question en appelant une autre, la transformation de l’OTAN en une grande alliance militaire des démocraties, ou du moins des régimes considérés comme tel à Washington, pourquoi ne pas faire de l’OTAN un substitut à l’ONU ? Si on considère que la démocratie est le seul régime acceptable, alors l’OTAN, qui les regroupe, devient la principale organisation légitime. Cet argument est encore peu développé, l’extension étant encore en marche, mais on le voit poindre épisodiquement dans les projets et discours des cercles atlantistes. Condoleezza Rice, comme Madeleine Albright avant elle, encourage régulièrement à la constitution d’organisation rassemblant, sous la direction des États-Unis, toutes les « démocraties » du monde. De son côté, Victoria Nuland, ambassadrice états-unienne auprès de l’OTAN et épouse du théoricien néo-conservateur Robert Kagan, a appelé dans le quotidien français Le Monde à une refonte de l’Alliance tout en se montrant floue sur la nature des transformations à mener. Toutefois, bien que l’ambassadrice ne fasse aucune proposition concrète, son texte révèle le projet états-unien pour l’OTAN. En demandant que l’Alliance atlantique devienne le lieu de rassemblement des démocraties et agisse dans le domaine militaire, humanitaire mais aussi dans le domaine économique (afin d’assurer la prospérité de ses membres), Mme Nuland substitue l’OTAN à l’ONU 17.

Toutefois, ces projets de transformations, même s’ils sont dans les têtes des dirigeants atlantistes ou états-uniens ne sont encore que des projets lointains et l’Alliance reste, pour l’instant, avant tout une organisation militaire servant à l’ingérence états-unienne en Europe, se légitimant par la lutte contre le terrorisme et servant également, comme lors de sa création, à laisser la Russie « dehors ». Ainsi, dans un texte largement diffusé dans les médias internationaux par le cabinet Project Syndicate et par le Council on Foreign Relations, le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld a déclaré : « Aujourd’hui, notre attention se porte sur l’Irak et l’Afghanistan. Mais dans les années à venir, nos priorités changeront. Et ce que nous serons peut-être amenés à faire à l’avenir sera probablement déterminé par les choix que feront d’autres entités. Prenons l’exemple de la Russie […]. La Russie est le partenaire des États-Unis en matière de sécurité et nos relations, dans l’ensemble, sont bien meilleures qu’elles ne l’ont été depuis des décennies. Mais par certains côtés, la Russie s’est montrée peu coopérante et a utilisé ses ressources énergétiques comme une arme politique, par exemple, et a résisté aux changements politiques positifs se produisant chez ses voisins. » L’auteur pointait également la Chine comme adversaire potentiel.

Il s’agit là d’une reprise de la doctrine Baker, du nom de James Baker, l’ancien secrétaire d’État de George Bush père, qui voyait dans l’extension vers l’Est de l’OTAN un moyen d’empêcher toute reconstruction d’un adversaire russe. M. Rumsfeld adapte cette stratégie à l’idéologie du Choc des civilisations qui fait des puissances asiatiques russes et chinoises les adversaires à vaincre après en avoir fini avec « l’islamisme ».

Cédric Housez
Spécialiste français en communication politique, rédacteur en chef de la rubrique « Tribunes et décryptages ».


Notes

1 Citation originale : « Keep the Americans in, the Russians out and the Germans down. »

2 « 1980 : carnage à Bologne, 85 morts », Voltaire, 12 mars 2004.
http://www.voltairenet.org/article12840.html

3 Belgique, Canada, Danemark, États-Unis, France, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni.

4 Les 12 signataires originels furent rejoints par la Grèce et la Turquie (1952), la République fédérale d’Allemagne (1955) et l’Espagne (1982).

5 La République tchèque, la Pologne et la Hongrie ont rejoint l’OTAN en 1999 et la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Slovaquie et la Slovénie en 2004.

6 « Instaurer la paix et la stabilité dans les Balkans - 9. Relations avec la Serbie-et-Monténégro », services de presse de l’OTAN.
http://www.nato.int/docu/briefing/balkans/html_fr/balkans...

7 « The war on terror is NATO’s new focus », par R. Nicholas Burns, International Herald Tribune, 6 octobre 2004.
http://www.voltairenet.org/article15175.html#article15175

8 « Do These Two Have Anything in Common ? », par Zbigniew Brzezinski, Washington Post, 4 décembre 2005.
http://www.voltairenet.org/article132531.html#article132531

9 « La “Guerre des civilisations” », par Thierry Meyssan, Voltaire, 4 juin 2004.
http://www.voltairenet.org/article14101.html

10 « L’obsession identitaire des médias français », par Cédric Housez, Voltaire, 9 mars 2006.
http://www.voltairenet.org/article136361.html#article136361

11 Des extraits de cette interventions ont été reprise dans l’édition du 15 novembre 2004 du quotidien britannique The Independent sous le titre « Europe should wake up to the threat of terrorism ».
http://www.voltairenet.org/article15513.html#article15513

12 « NATO Goes Global », par Melanie Kirkpatrick, Wall Street Journal, 13 juin 2006.

13 « A Transformative NATO », par Jim Hoagland, Washington Post, 4 décembre 2005.
http://www.voltairenet.org/article132526.html#article132526

14 « Une guerre juteuse pour Lockheed Martin », Voltaire, 7 février 2003.
http://www.voltairenet.org/article9010.html

15 « La OTAN : Una allianza por la Libertad. Cómo transformar la Alianza para defender efectivamente nuestra libertad y nuestras democracias », Fundación para el análisis y los estudios sociales, décembre 2005. Voir à ce sujet « L’OTAN : Une alliance pour la liberté », par Cyril Capdevielle, Voltaire, 6 décembre 2005.
http://www.voltairenet.org/article131594.html#article131594

16 « Conférence de Munich : élargir l’OTAN à Israël et attaquer l’Iran », Voltaire, 8 février 2006.
http://www.voltairenet.org/article135315.html

17 « Nouveaux horizons pour l’OTAN », par Victoria Nuland, Le Monde, 7 décembre 2005.
http://www.voltairenet.org/article132527.html#article132527

__._,_.___

21:50 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, romain, histoire, courcelles, usa, urss, guerre, imperialisme, terrorisme, presse, silence, propagande, belgique | |  Imprimer | | |

06/09/2006: Soirée télé ce mercredi 6 septembre à 21h10 sur RTL-TVI: FARENHEIT 9/11

Soirée télé ce mercredi 6 septembre à 21h10 sur RTL-TVI: FARENHEIT 9/11

 

 

 

 

-----Message d'origine-----
De : André Despontin [mailto:andna@skynet.be]
Envoyé : lundi 4 septembre 2006 13:16

Objet : Soirée télé.

 

À ne pas manquer:

 

            Ce mercredi 6 septembre à 21h10

            sur RTL-TVI

 

            un documentaire du réalisateur américain Michael Moore :

 

                    FARENHEIT 9/11

                    Palme d'Or au festival de Cannes 2004

 

Avec parfois une pointe d'humour, le film dénonce les dérives de

l'administration Bush depuis les attentats du 11 septembre jusqu'au

déclenchement de la guerre en Irak.

La critique reproche souvent la partialité de M. Moore. Personnellement,

je crois qu'on ne peut taxer de "partial" un documentaire entièrement

basé sur des faits réels mais qui risque effectivement de heurter ceux

qui croient encore à une Amérique salvatrice volant au secours des

peuples opprimés par les méchants.

Si je devais risquer un reproche à ce film, c'est de donner l'impression

que G.W. Bush et son entourage sont seuls responsables de la situation

actuelle, alors que les États-Unis n'ont cessé de mener une politique

extérieure expansionniste depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Actuellement, on dénombre sur la planète près de 700 bases militaires

US, hors États-Unis ...

 

    André Despontin

18:49 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : television, actualite, belgique, fascisme, flicage, gangsterisme, histoire, politique, presse, propagande, romain, silence, terrorisme, usa, imperialisme | |  Imprimer | | |