13/11/2007

19/09/2007: Ces grands magasins qui font les prix...


Ces grands magasins qui font les prix
Interview :: Le journaliste Dirk Barrez sur les hausses de prix

Pain, lait, spaghettis… Les prix ne cessent d’augmenter. Dans son nouvel ouvrage Koe 80 heeft een probleem, le journaliste et auteur Dirk Barrez nous explique qui s’en porte mieux.

Mark Kennes
19-09-2007

Les fermiers se plaignent depuis des années des bas prix. L’équilibre est-il rétabli aujourd’hui ?

 

Dirk Barrez. Ce ne sont pas en premier lieu les fermiers qui s’en portent mieux. Ils restent pour un part importante dépendants des intermédiaires entre eux et le consommateur : les acheteurs en gros, les fabricants et les distributeurs. Considérons les céréales, toujours le principal produit agricole, et nous verrons que quasiment tout le grain produit sur terre est acheté par trois grosses entreprises : Cargill, ADM et Louis Dreyfus. Le paysan n’a guère le choix, évidemment. Ces entreprises exercent un contrôle écrasant sur le marché.

Ce sont elles qui font les prix ?

Dirk Barrez. Pas uniquement. Avec l’industrie de transformation, qui conditionne les denrées de base que nous retrouvons dans les (chaînes de) magasins, ça ne se présente guère mieux, puisque là aussi, seuls quelques géants, comme Nestlé et Unilever, contrôlent le marché. C’est toutefois le secteur de la distribution, les grands magasins, donc, qui ont aujourd’hui le plus de pouvoir, et de loin. Ainsi, 8 % des achats de nourriture de la planète se font chez Wal-Mart, la multinationale américaine. Cela leur donne un énorme pouvoir pour extorquer des marges bénéficiaires avantageuses.

Vous défendez l’idée que les paysans doivent obtenir de meilleurs prix pour leurs produits. En fin de compte, ça va encore être facturé au consommateur, non ?

Dirk Barrez. De meilleurs prix pour les paysans, cela ne signifie pas nécessairement des prix plus élevés pour les consommateurs. La libéralisation du marché mondial a débouché sur des baisses de prix pour les fermiers, mais aussi sur une hausse de prix pour le consommateur. La différence est passée chez les intermédiaires. Bel exemple, l’industrie du café. Jusqu’il y a quinze ans, il y avait les accords du café, qui faisaient que les paysans avaient un revenu prévisible. Entre-temps, la suppression de ces accords a non seulement fait que les paysans reçoivent deux fois mois pour leur café, mais que les consommateurs paient aussi deux fois plus.

Aux États-Unis, une étude a montré qu’entre 1970 et 2000, le revenu des fermiers a baissé de 20 %, mais que les prix payés par le consommateur ont augmenté en moyenne de 35 %.

Que peut-on faire contre le pouvoir de ces multinationales ?

Dirk Barrez. Je ne comprends pas que les autorités américaines ou que l’Union européenne permettent une telle concentration du pouvoir économique. Au début du siècle dernier, même Standard Oil (Esso)1 a été obligé de se scinder. Aujourd’hui, manifestement, plus personne ne se pose de questions sur le pouvoir d’entreprises comme Wal-Mart. En outre, il existe également des initiatives au sein desquels fermiers et consommateurs essaient d’entrer en contact, sans les intermédiaires. Ainsi, à Rennes, en France, il existe nombre de magasins paysans vendant des produits locaux et où l’on a un choix de denrées tout aussi diversifié que dans les autres supermarchés, mais à des prix concurrentiels.

1 Une multinationale pétrolière américaine qui, au début du siècle dernier, détenait presque la totalité du marché mondial. En 1911, la Cour suprême des Etats-Unis obligea Esso à se scinder en 34 sociétés indépendantes.

Dirk Barrez : « Ce ne sont pas d’abord les fermiers qui profitent des récentes hausses de prix. » (Photo www.research4development.info)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


Les réserves alimentaires au niveau le plus bas depuis des années

Les variations de prix sur le marché mondial touchent de plein fouet 2 à 3 milliards de petits producteurs dont la totalité du revenu dépend des lubies du marché.

Vous êtes contre le libre marché des produits agricoles. Ses partisans prétendent toutefois qu’il est garant d’efficacité et de prix bas.

Dirk Barrez. Je ne suis pas contre toute forme de fonctionnement mondial du marché. Pour l’alimentation, c’est toutefois loin d’être évident. Dans ce secteur, en effet, des variations minimes dans l’offre et la demande ont des conséquences énormes sur les prix et, partant, sur les revenus des paysans, soit, en gros, entre 2 et 3 milliards d’humains. Il est en plus très malaisé de faire concorder l’offre et la demande.

Si la demande de pommes baisse brusquement, le paysan ne peut demander à son verger de produire un peu moins. Les oscillations de prix sont bien trop grandes, ce qui rend très imprévisible et incertain le revenu de quasiment la moitié de l’humanité. Et même si, pour l’instant, les prix montent, généralement, ils baissent et ils sont même si bas qu’ils provoquent la faim et la pauvreté chez des centaines de millions de paysans. De plus, c’est également un secteur qui est vital pour toute l’humanité et où il serait donc bienvenu qu’il y ait un certain contrôle.

Vous considérez l’agriculture comme un secteur crucial pour le développement d’un pays. Pourquoi ?

Dirk Barrez. Si nous examinons les derniers siècles, nous voyons que chaque, mais alors chaque pays riche, dans sa phase de développement, a protégé son marché agricole. Cela vaut aussi bien pour la Grande-Bretagne au 18e siècle que pour le développement récent de la Chine. Tous ces pays ont pu mener à bien leur industrialisation grâce à un secteur agricole productif et protégé.

Aujourd’hui, on prive toutefois les pays du tiers monde de cette possibilité par les réglementations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Au nom du libre marché, l’OMC interdit à ces pays de protéger leur marché. Le résultat, c’est que, par exemple, pour le grain, les paysans sont confrontés depuis soixante ans à une baisse structurelle des prix. Nous parlons d’une baisse fois cinq ou fois six des prix. Il n’est donc pas étonnant que bien des paysans fuient les campagnes pour les villes, où ils occasionnent une pression vers le bas des salaires des travailleurs. S’ils ne trouvent pas de travail dans les grandes villes de leur pays, la prochaine étape consiste à émigrer vers l’Occident. Les prix bas que les paysans reçoivent pour leurs produits représentent donc un problème pour les populations urbaines.

Vous voyez des solutions possibles ?

Dirk Barrez. D’après moi, l’agriculture ne peut être une compétence de l’OMC, mais bien des Nations unies. Je suis pour la création de marchés régionaux où la concurrence fonctionnerait déjà de façon plus honnête qu’actuellement sur le marché mondial. Par régionaux, j’entends au niveau continental comme, par exemple, l’Europe, l’Afrique occidentale ou le Brésil. Actuellement, 88 % des céréales sont traitées au niveau régional, mais ce sont les 12 % sur le marché mondial qui déterminent les prix de toutes les céréales.

Il faut également davantage de contrôle sur l’approvisionnement en nourriture. Les médias parlent souvent aujourd’hui du problème de l’énergie, mais ne disent jamais, par exemple, que les réserves sont au niveau le plus bas depuis des années. Sans pétrole, les choses ne vont déjà pas être faciles, mais sans nourriture, là, alors…

Dirk Barrez, Koe 80 heeft een probleem. Boer, consument, agro-industrie en grootdistributie (La vache 80 a un problème. Paysan, consommateur, agro-industrie et grande distribution), disponible en néerlandais seulement, 251 p., Éditions EPO, 19 euros.

22:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, romain, courcelles, belgique, histoire, capitalisme, presse, social, silence, syndicats, pressed, europe | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/05/2007

09/05/2007: Chaque mercredi, lire SOLIDAIRE: des infos, des dossiers, des révélations, des analyses, des rappels, invisibles ailleurs ...

Chaque mercredi, lire SOLIDAIRE: des infos, des dossiers, des révélations, des analyses, des rappels, invisibles ailleurs ...

 

Charleroi : le scoop électoral : élections législatives du 10 juin 2007 : Mémé Loubard entre en politique : Elle sera n°2 de la liste Ptb pour la Chambre : voir « La Nouvelle Gazette du 03/04/2007 …

Par ailleurs : 2 Courcellois seront candidats sur les listes Ptb+ :

-Evelyse BEGON , quartier de Forrière,  issue d’ une vieille famille communiste, déléguée syndicale Cne dans le secteur de la distribution-alimentation, juge sociale du travail, 52 ans

6e candidate à La Chambre, province du Hainaut

-Roger ROMAIN, quartier de Courcelles-Nord, a/conseiller communal pendant 24 ans, retraité, webmaster communiste, une très longue expérience politique et de dévouement au service de la population, 67 ans

10e candidat au Sénat, en Wallonie et à Bruxelles.  Une occasion aussi de réveiller les souvenirs et sympathies de très vieilles connaissances et compagnons de combat…

n°19 - 09/05/2007

Solidaire
La une

Éditorial
Votre famille cède 6 250 euros par an aux grandes fortunes : jusqu’à quand ?

Nouvelles des entreprises
Journal d’un travailleur de GM (2) • Encore plus flexible? Verhofstadt ne sait pas de quoi il parle

Grève européenne de GM: la direction dans ses petits souliers
Yannick Peeters

Inbev • Jupille: Un 1er Mai pas comme les autres

En bref

Quinn • Grobbendonck: une majorité accepte le plan social
Gaston Van Dyck

B-Cargo : chronique d'une réorganisation (2) • La SNCB laisse rouler des trains non sécurisés
Tony Pirard

Le privé ne résout pas les problèmes de mobilité
Tony Pirard

La Poste • L’Europe libéralise : les facteurs ne sonneront plus chez vous
Gérard Mugemangango

Santé
Médicaments • Un géant pharmaceutique doit payer pour le kiwi
Gaston Van Dyck

Patrons inquisiteurs contre travailleurs malades

Belgique
[Portrait] La politique ? Pas pendant le billard
Thomas Blommaert

Top-managers • Cadeau fiscal du gouvernement au boss de Fortis : une maison
David Pestieau

Fonds de soutien • Liste 4

Le PTB dans la presse

Elections • Quizz: à la recherche d’une bonne pension

Energie • Une TVA à 6% ? D’autres en parlent aussi

Histoire: à cinq ans, j'ai fui la guerre d‘Espagne pour venir à Gand

International
Sarkozy président • La France à la veille de 5 années de lutte
David Pestieau

En bref

Edgar Sánchez (MAS, Bolivie): mon siège appartient aux organisations populaires
Bert De Belder

Cuba • Le président cubain dont Bush rêve, reçu à Bruxelles
Katrien Demuynck

Cuba • Le 1er mai, ça casse trop

Le 1er mai dans le monde

Turquie • Manifestation du 1er mai durement réprimée

Régions
Quoi de neuf docteur ?
Leen Vermeulen

Peter Mertens (PTB+) contre Randstad

Seraing • Le haut fourneau ou des villas?
Alice Bernard

Deurne • Le conseil approuve un projet de vaccination proposé par le PTB+

De vieilles affiches qui rapportent

Ça s'est passé près de chez vous

Cartoons
Cartoon • Le majeur
Le dessin de Matiz

Le médecin vous répond
Le nouveau statut Omnio de la mutuelle. Qui est concerné et comment en bénéficier ?

Presse et lettres
Lettres

n°18 - 02/05/2007

Solidaire
La une

Éditorial
Comment le gouvernement peut-il mettre Opel sous pression ?

Nouvelles des entreprises
Opel • « Si ça, ce n’est pas de la solidarité européenne ! »

Journal de bord à GM • Anvers: 80 000 bagnoles pour Anvers, c’est ridicule

En bref

SNCB, TEC, STIB, aéroport • Grèves dans les transports: qui prend qui en otage?
Alice Bernard

B-Cargo : chronique d’une réorganisation (1) • Le transport de marchandises sur la mauvaise voie
Tony Pirard

Santé
Médicaments • Ces douteux accords entre firmes pharmaceutiques et hôpitaux
Mark Kennes

Belgique
[Portrait] Votez pour Monsieur le Baron
Marco Van Hees

Emploi • Quand le gouvernement jette l’argent par les fenêtres
David Pestieau

Élections • Après le PTB, le PS aussi veut alléger la facture énergie
Herwig Lerouge

Débat • Priorité de gauche?

Transferts Nord/Sud • La Flandre aussi tire son épingle du jeu

Au 1er Mai, tous les ingrédients d’une fête inoubliable

Marxisme • Il y aura toujours des riches et des pauvres... vrai ou faux?

Fonds électoral liste 3

International
En bref

Campagne de Pâques pour Cuba réussie, muchas gracias !

Somalie • L’invasion éthiopienne provoque la « pire crise de réfugiés au monde »
Tony Busselen

Philippines • Destination : bidonville

Bolivie • La privatisation de l’or bleu par Suez est tombée à l’eau

Les maladies dues à l’amiante feront-elles désormais l’objet d’indemnités ?

Régions
Charleroi • Le village des irréductibles SDF
Christiane Drumel

Hoboken • Le Conseil suit les propositions du PTB

Quoi de neuf docteur ?

Ça s'est passé près de chez vous

Cartoons
Cartoon • Le bruit
Le dessin de Matiz

Interview
Peter Mertens (PTB): Les gens d’abord, c’est l’avenir, le néolibéralisme c’est le passé
Thomas Blommaert

 

n°17 - 25/04/2007

Solidaire
La une

Éditorial
Le kiwi fera-t-il chuter le prix du médicament le plus utilisé ?

Nouvelles des entreprises
En bref

Secteur pétrolier • Dans un cercueil, sous un drapeau noir... la convention collective
Gaston Van Dyck

STIB • Transport de nuit : rien n'était prévu pour la sécurité des voyageurs
Lucien Materne

Ford Genk • Nous travaillons tous à la même voiture
Michel Vanduffel

Volvo Trucks - Gand: 3,6 millions pour le patron, salaire réduit pour les nouveaux travailleurs
Tom De Meester

General Motors Anvers: dans les meilleurs de la classe, mais nous ne pouvons pas grandir
Yannick Peeters & Joris Pauwels

Santé
Le paracétamol aux Pays-Bas: on en paie une, on en reçoit huit

Will Broex

Quoi de neuf docteur ?

Belgique
Livre • L’homme qui parle à l’oreille des riches

Fonds électoral liste 2

Affaire DHKP-C • Bahar Kimyongür est libre : les dessous d’une affaire trafiquée
Julien Versteegh

Les propositions PTB+ pour l’emploi

États-Unis: les armes, ça tue énormément

Programme de la Fête du 1er mai 2007

International
Grande-Bretagne: les bébés à codes-barres de Tony Blair
Bert De Belder

États-Unis: Le Ben Laden de l’Amérique latine libéré
Katrien Demuynck

Élections françaises • Le deuxième tour sera un référendum anti-Sarkozy
Raoul Hedebouw

France • Le livre que Sarkozy ne veut pas que les Français lisent
Marco Van Hees

En bref

Bombes à sous-munitions • Flahaut prête l'oreille au principe du pollueur-payeur
Sébastien Seutin

Régions
Anvers • Le caillou dans la chaussure du CPAS

Zelzate • En route vers une nouvelle révolte contre les taxes ?
Gaston Van Dyck

Ça s'est passé près de chez vous

Cartoons
Cartoon • Rëve patronal
Le dessin de Matiz

Le médecin vous répond
Débusquez le mélanome… avant qu’il ne vous attrape

Expresso
Expresso

Culture
[Portrait - Michael Moore] Le stéthoscope du peuple
Thomas Blommaert

20:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, histoire, courcelles, solidaire, pressed | |  Facebook | |  Imprimer | | |