06/12/2009

04/12/09: de Michel COLLON, journaliste politique belge ...

Sent: Friday, December 04, 2009 7:37 AM
Subject: NOUVEAU: Honduras, Afghanistan, Tunisie, Thierry Henry, Big Pharma, Abbas, uranium...

Vous désinscrire, changer ou ajouter une adresse ? Cliquer directement Newsletter

Nouveau sur michelcollon.info - Investig'Action

Si vous souhaitez offrir pour Noël le livre Les 7 péchés d'Hugo Chavez, nous pouvons vous l'envoyer avec une dédicace. contact@investigaction.info

HONDURAS :
Magali Urbain - Brèves: la grande mascarade des élections au Honduras
Résultats, réactions, commentaires, dernières infos...

Giorgio Trucchi - Quels que soient les résultats, ne les croyez pas !
Répression, abstentionnisme, confusion des chiffres, la démocratie n'en sort pas vainqueur

Yan - L'élection au Honduras pourrait froisser les relations entre les pays d'Amérique latine
Obama qui soutient un coup d'Etat, c'est pas très bon pour l'image...

GUERRES DES USA :
David MacGregor
- L'uranium en Irak, héritage empoisonné de la guerre
Recyclage façon US: avec les déchets nucléaires, faisons des bombes qui tueront longtemps

Sara Flounders - Pourquoi l'occupation américaine ne peut transformer l'Afghanistan ou l'Irak
Pourquoi Obama est dans l'incapacité de développer et moderniser ces pays
  
Claude Herdhuin - Lynne Stewart en prison : Quand la justice déraille
Quand défendre devient un délit dans la plus grande démocratie du monde

ANALYSES :
Napakatbra - Les Big Pharma en rêvaient, Sarko le fait !
Le coût de la recherche pour le public, les bénéfices pour le privé

Norman Ray - Petits meurtres entre amis
Pour se donner l'impression qu'il tourne rond, le monde du foot sacrifie Thierry Henry, le Fredo de la Famille

René Naba - Tunisie: Le pays du jasmin, le miroir déformé de l'Occident
Ce qui est mal à Téhéran, est bien à Tunis

Jean-Claude Paye, Tülay Umay - Le renversement de la place de la victime : un paradigme de la modernité
11/9, USA "victimes", psychose du voile et "péril islamo-gauchiste" en Belgique ?

ISRAEL - PALESTINE :
Gilad Atzmon  - "Comme la lumière parmi les nations"
Israël, un modèle ? Oui, quand on cherche à terroriser vieillards, femmes et enfants.

Daniel Vanhove - Ni Arafat, ni Abbas, ni Haniyeh ne conviennent, peut-être serait-il temps de tirer les conclusions
Pourquoi l'éventuel retrait d'Abbas plonge certains dans la panique

VIDEO :
Jorge Furtado - L'île aux fleurs
Un court métrage exceptionnel : l'économie et les relations humaines décryptées à travers l'histoire d'une tomate pourrie. Drôle et sérieux.

Obama, 1 an : le bilan avec Michel Collon
Envoyez vos questions et remarques sur ce bilan: << obamawatch@investigaction.info >>

11:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, politique, courcelles, presse, irak, palestine, television, romain, israel, silence, tunisie, sarkozy, collon, medias, obama | |  Imprimer | | |

20/02/2009

20/02/2009: Nos représentants politiques devant la communauté juive de Belgique...

Sent: Friday, February 20, 2009 11:45 AM
To:
Subject: TR: CCLJ et partis politiques belges

 

http://indymedia.be/fr/node/31852

Nos représentants politiques devant la communauté juive de Belgique.

J.Gregorio20 Février 2009 – 10:32


Table ronde ce mercredi 18 février 09 au Centre Communautaire Laïc Juif autour de Mme Isabelle Durand d'ECOLO, Mrs Reynders du MR, Mr Ph Mahoux du PS et Mr Dallemagne du CDH.
 

Forte présence policière rue Hôtel des Monnaies , inspection, contrôle d'identité avec ou sans fouille avant de pouvoir assister à la conférence.
Quelques
personnes, pourtant bien inscrites, sont mises sur le côté à attendre, on ne sait si c'est dû au faciès ou au foulard...finalement elles entrent ; salle comble, la conférence peut commencer!
Après les manifestations pro Palestine, on craint l'importation du conflit dans notre pays.
Les divers représentants politiques se veulent rassurants et ressassent leur volonté de "tolérance zéro" à l'égard de l'antisémitisme et du terrorisme du Hamas, seule préoccupation de la communauté juive semble-t-il.
Malgré les explications, justifications ou précisions de nos représentants politiques, certains se font littéralement huer par le public très majoritairement pro-israélien. Le PS et ECOLO, surtout pour avoir simplement revendiqué le droit à la critique des colonies et des « dégâts collatéraux ». Ambiance assez tendue qui ne prête pas au dialogue serein : pas question de parler de droit international, massacres de populations civiles, résolutions des Nations Unies ou usage d'armes prohibées, au phosphore ou uranium, etc.
Didier Reynders précise que l’antisémitisme ne doit pas être assimilé au racisme ordinaire, la xénophobie a sa hiérarchie aussi! Et l'arsenal juridique est là pour le faire comprendre à ceux qui pourraient se demander à partir de combien de morts d'innocents, les dégâts collatéraux deviendront des crimes contre l'humanité.
Les orateurs continuent à dénoncer les dangers de l’Iran, le négationnisme de Mgr Williamson, les drapeaux israéliens brûlés lors de la manifestation du 11/01/09 .
Par la suite , les questions du public ne font que confirmer ces préoccupations en rappelant les plaintes déposées par le CCLJ pour antisémitisme lors de cette fameuse manifestation.
Nos représentants politiques semblent unanimes pour une solution à deux états pour deux peuples avec reconnaissance complète et réciproque dans des frontières sécurisées et pacifiées.
Le statut de Jérusalem et le retour des réfugiés restant à préciser.
Quelques questions du public restent sans réponse si ce n’est des moues dans le public :
-Quid des ventes d’armes à Israel et des accords signés interdisant le commerce d’armes avec les pays en guerre ?
-Quid de la banque Dexia subsidiant les colonies ou le commerce issu de l’esclavage ?
-Le CCLJ en Belgique n’est pas l’AIPAC des USA mais aux prochaines élections, les communautés juive ou issue de l’immigration tenteront sans aucun doute de se faire entendre.

13:32 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, romain, belgique, actualite, histoire, politique, gaza, palestine, israel, usa, sionisme, colonialisme, fascisme, guerre, nazisme, agressions | |  Imprimer | | |

26/01/2009

22/01/2009: de Michel Collon, journaliste politique belge ...

----- Original Message -----
Sent: Thursday, January 22, 2009 8:32 PM
Subject: SPECIAL GAZA n° 5 sur www.michelcollon.info

Vous désinscrire, changer ou ajouter une adresse ? Cliquer directementDésinscrire

Spécial Gaza n° 5 sur www.michelcollon.info

ANALYSE
Nicolas Dot Pouillard - Un islamisme ouvert sur sa gauche : l'émergence d'un nouveau tiers-mondisme arabe ?
Pour s'informer sur les convergences possibles entre la gauche et les islamistes au Moyen-Orient
Islamisme

Ismaïl Haniyeh - Mon message à l’Ouest : Israël doit stopper son agression !
Message

Forum International de Beyrouth - Pour soutenir la Résistance Anti-Impérialiste des peuples et la construction des Alternatives à la Globalisation
Beyrouth

Gideon Lévy - G-U-E-R-R-E
Guerre

Naomi Klein - Trop c’est trop. Il faut maintenant passer au boycott.
Boycott

Norman Finkelstein - Les dessous du dernier bain de sang à Gaza : contrer une offensive de paix palestinienne
Paix

Uri Avnery - Le patron est devenu fou
Poète

La Prensa - La Bolivie et le Venezuela solidaires des Palestiniens
Solidaires

Eduardo Galeano - Opération Plomb impuni
Terroristes

Adolfo Pérez Esquivel - Israël, n’opprime pas ton frère. Tu es en train de semer le vent et la tempête
Israël

Al jazeera - Israël accusé de génocide à Gaza
Accusé

ACTION
Pétition universelle - Israël doit être jugé par la Cour pénale internationale
Enquête

BILAN ET PERSPECTIVES D'ACTION
Michel Collon - N'oubliez pas Gaza!
Quelques réflexions depuis le Forum Social Mondial à Beyrouth

Gaza

12:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, courcelles, histoire, gaza, palestine, israel, presse, collon | |  Imprimer | | |

22/01/2009

19/01/2009: BOYCOTT : Dexia finance des colonies juives...

Sent: Monday, January 19, 2009 11:16 AM
Subject: [romain : paix_socialisme_communisme] BOYCOTT : Dexia finance des colonies juives


BOYCOTT : Dexia finance des colonies juives


Dexia finance des colonies juives

<
http://dexiacolonies.canalblog.com/>

Clients de Dexia : réagisser auprès de votre banque ou changer de banque en signe de protestation et de solidarité avec le peuple palestinien

La banque franco-belge Dexia finance, via sa filiale israélienne, le développement des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés, et cela depuis des années. Ce constat, qui aurait en effet pu être fait depuis longtemps, est mis en lumière par plusieurs groupes de solidarité avec la Palestine, qui lancent la semaine prochaine une action de protestation.

Depuis près de dix ans, Dexia s´intéresse au marché israélien. En plusieurs étapes, la banque franco-belge a acheté une firme bancaire israélienne, Otzar Hashilton Hamekomi (« Trésor du pouvoir local »), spécialisée comme ce nom l´indique dans le financement des communes et des collectivités locales, à l´instar du bon vieux Crédit communal belge, ancêtre de Dexia.

Depuis 2001, cette banque israélienne est contrôlée par Dexia qui détient 65,31 % du capital. La filiale Dexia Public Finance Israel est répertoriée sur le site de Dexia comme troisième en importance sur le marché israélien du financement des collectivités locales (avec un personnel de quarante personnes). La banque a pignon sur rue et est bien connue des Israéliens.

Avec d´autres mouvements, Intal, qui travaille sur divers dossiers de solidarité dans des pays du tiers-monde - Amérique du Sud, Congo, Philippines, Cuba - dont les territoires palestiniens, a décidé de lancer une campagne pour dénoncer l´implication de Dexia dans le financement des colonies juives en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

« Nous voulons rappeler que la colonisation est contraire au droit international, nous dit Mario Franssen, d´Intal. La Quatrième Convention de Genève interdit l´installation de populations du pays occupant dans le territoire occupé. Avec d´autres groupes, nous sommes engagés par ailleurs dans une campagne de boycott des produits israéliens, pour dénoncer l´occupation, et certains nous reprochent, de manière absurde, d´agir ainsi pour rayer Israël de la carte ou par antisémitisme ! Mais ici nous ciblons une situation bien particulière : le financement, par une banque franco-belge, du développement des colonies israéliennes dans les territoires occupés, toutes illégales. »

« Ce financement n´est guère contestable », dit encore Mario Franssen, dont le mouvement s´est procuré la retranscription d´une séance en commission des Finances de la Knesset (parlement israélien) qui date du 19 juin 2007. Les propos tenus par David Kapah, le directeur de Dexia Israel, ne laissent pas la place à l´ambiguïté : « Pour nous, la localisation géographique n´est pas pertinente. Si on parle de quelque chose au-delà de la Ligne verte (dans les territoires occupés, NDLR), nous, nous avons octroyé une aide financière ces deux dernières années et demie à Alfei Menasheh, Elkana, Beit-El, Ariel, Beit Aryeh, (le Conseil régional de) la Vallée du Jourdain, Givat Zeev, (le conseil régional de) Har Hevron, Kedumim, Beit Aryeh (...). Cela veut donc dire que, oui, c´est nous qui les soutenons financièrement et c´est encore vers nous que l´on vient pour recevoir du crédit. »

Et à la question d´une députée, Esterina Tartman, rapporteur de la Commission des Finances, elle-même résidente d´une colonie (Givon Ha-Hadasha) et désirant « savoir si la dimension de la localisation géographique de la Judée et de la Samarie (la Cisjordanie occupée) complique le processus de décision au sein de la Banque Dexia Israel », la réponse de David Kapah, laconique, se révèle claire : « Négatif. Absolument pas... »

Dexia, à Bruxelles, a été interpellé depuis 2001 par les mouvements belges de solidarité, sans grand succès, les réponses restant incomplètes ou imprécises, et la responsabilité globale de l´achat de la banque israélienne étant renvoyée à Dexia France.

A partir de la semaine prochaine, des actions de protestation seront donc lancées. BAUDOUIN LOOS
samedi 08 novembre 2008, 11:31

http://www.lesoir.be/actualite/monde/proche-orient-des-mouvements-2008-11-08-659132.shtml
Source : http://www.dexiacolonies.canalblog.com/._,_.___

22/12/2007

22/12/2007: Ici, mes nouveaux sites en photos. ...]

-------- Message original --------
Sujet:  Ici, mes 2 nouveaux sites en photos. ...]
Date: Sat, 22 Dec 2007 19:27:26 +0100
De: Romain <roger.romain@skynet.be>



Ici, mes nouveaux sites en photos. Vous pouvez aussi y participer si vous avez également des choses criantes à dire et à ajouter par l' IMAGE. Merci et bienvenue !

RoRo


Photo Album: C' est à Courcelles                                                                                                                                                                                                                        

roger.romain@skynet.be

19:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, histoire, belgique, actualite, communes, politique, capitalisme, euro-dictature, terrorisme, guerre, social, sdf, solidarite, presse, silence, usa, irak, iran, palestine, sionisme | |  Imprimer | | |

25/11/2007

24/11/2007: de Michel Collon, journaliste politique belge...

Vous désinscrire, changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement à :

Nouveau sur www.michelcollon.info
Retrouvez les nouveaux articles au format XML

Pour la quatrième fois, Bush va essayer de renverser Chavez.
Sur FR 3, je participerai au débat "Faut-il brûler Chavez ?"
Mercredi 28 novembre à Ce soir ou jamais, 22h55
MICHEL COLLON


ACTUALITE :
Thierry Deronne - Chavez, le référendum et l'intelligence des ânes
Les nombreuses réformes progressistes de la Constitution, dont les médias ne disent pas un mot
Chavez

Anne-Marie Le Pourhiet - Ni "simplifié", ni "mini", un traité "copié-collé" pour l'U.E.
"On n'a jamais vu de procédé juridique plus tordu!"
Traité UE

Jacques Maillard - L'Europe veut privatiser les universités et la recherche
La loi française (LRU) veut supprimer la liberté d'expression et l'autonomie des chercheurs
Universités

Jean-Claude Paye - Des tribunaux d'exception en Belgique ?
Toute résistance armée dans le monde est "terroriste" d'après un jugement belge
Exception

Andrew Cockburn - Armes de destruction massives : Clinton aussi est coupable
Ce n'est pas Bush qui a fabriqué le mythe des armes de destruction massives en Irak
Clinton

Marco D'Eramo - La guerre d'Irak deviendra-t-elle une guerre démocrate ?
"L'opposition porte moins sur la guerre elle-même que sur la façon dont elle a été menée"
Irak

PALESTINE :
Hamdan Al Damiri - Entre Hamasland et Fatahland, le peuple palestinien est perdant
Analyse et propositions concrètes pour un apaisement
Palestiniens

Liran Ron Furer - Le livre d'un soldat israélien sur les atrocités commises à Gaza sera-t-il diffusé ?
Check Point Syndrome : "Comment pouvions-nous être si durs, inhumains, cinglés ?"
Soldat

Khaled Amayreh - En fait, Israël ne se considère pas comme humainement égal aux Palestiniens
Lettre ouverte au coordinateur des secours d'urgence de l'ONU
Israël

Gideon Lévy - Colonies : les engagements qu'Israël ne songe absolument pas à tenir
Olmert annonce le gel des constructions, mais n'a aucune intention de respecter sa promesse
Colonies

L'AUTRE HISTOIRE :
Elisabeth Martens - Ce que le Dalaï Lama ne dit pas sur le Tibet et sur sa doctrine
Des pages peu glorieuses dans le passé du chouchou d'une certaine gauche
Tibet

MEDIAS :
Vincent Présumey - Le Monde : haro sur les grévistes !
Existe-t-il "une" opinion publique ? Pourquoi Le Monde s'engage-t-il contre les cheminots ?
Le Monde

Philippe Bach - SNCF, RATP : les médias briseurs de grève
Les actions de blocage ont été présentées sous un angle unilatéral
Briseurs de grèves

Maxime Vivas - La face cachée de Reporters sans Frontières
"RSF ne prétend pas lutter pour le droit du public à avoir une infomation vraie"
Reporters sans Frontières

22:21 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, actualite, histoire, romain, courcelles, presse, silence, collon, politique, venezuela, euro-dictature, guerre, imperialisme, palestine, sionisme | |  Imprimer | | |

16/10/2007

22/09/2007: La plus importante concentration navale de l’histoire contemporaine au large du Golfe arabo-persique ....

Sujet: René Naba : La plus importante concentration navale de l'histoire contemporaine au large du Golfe arabo-persique
Date: Sat, 22 Sep 2007 08:47:41 +0200
De: Marc Lemaire <fa032881@skynet.be>
Pour :: Roger Romain <roger.romain@skynet.be>

 

Les ricano-otano-occidentaux préparent une nouvelle guerre d' agression impérialiste contre l' IRAN au moyen de nouveaux prétextes ...
RoRo

La plus importante concentration navale de l’histoire contemporaine au large du Golfe arabo-persique
René Naba*

 

Paris le, 19 septembre 2007

La plus importante concentration navale de l’histoire contemporaine est déployée dans la zone Golfe arabo-persique/Océan indien, dans une démonstration de force américaine sans précédent face à l’Iran, alors que le Conseil de Sécurité des Nations-Unies se penche le 21 septembre 2007 sur le programme nucléaire iranien avec en arrière plan la menace d’une intervention américaine contre le Régime islamique de Téhéran.

1- Les forces en présence

A)- L’armada américaine

Trois porte-avions, dont un porte-avion nucléaire le Nimitz, ainsi que le Dwight Eisenhower et le John Stennis- soutenus par une quarantaine de bâtiments d’escorte, et près d’une centaine d’appareils de l’aviation embarquée, ont été affectés à cette zone oû ils bénéficieront de l’appui de la gigantesque infrastructure militaire américaine en Irak, le nouveau champ d’expérimentation de la guerre moderne américaine dans le Tiers-monde, de la base navale de Manana (Bahrein), point d’ancrage de la Vme flotte américaine dans cette région pétrolifère, d’Israël, le partenaire stratégique des Etats-Unis dans la zone, ainsi que des bases relais de Diégo Garcia (Océan indien) et de Doha (Qatar), qui abrite le poste de commandement opérationnel du CentCom (le commandement central américain) et dont la compétence s’étend sur l’axe de crise qui va de l’Afghanistan au Maroc.

Cette Armada, plus substantielle que celle massée face à l’Irak, en 2003, et face à l’Afghanistan, en 2001, constitue la plus importante concentration navale depuis le déploiement occidental au large de Beyrouth, en février 1984, qui était intervenu après la prise de contrôle de la capitale libanaise par les milices chiites et les attentats anti-occidentaux contre le quartier général français du Drakkar (59 morts français) et le quartier général américain de l’aéroport de Beyrouth (212 Marines US tués).

Le porte-avions nucléaire Nimitz est en effet accompagné du croiseur lance-missiles Princeton et de quatre destroyers lance-missiles (Higgins, Chafee, John Paul Jones et Pinckneyles), renforcés par l’escorte des deux autres portes avions constituant «l’Entreprise Strike Group» : le destroyer U.S.S. McFoul, la frégate U.S.S. Nicholas, le croiseur cuirassé U.S.S. Leyte Gulf, le sous-marin d’attaque U.S.S. Alexandria et le bâtiment de soutien U.S.N.S. Supply», un bâtiment dont l’efficacité a été démontrée dans les affrontements en close-combat avec les forces iraniennes dans le golfe Persique.
Cette concentration tend à marquer la détermination des Etats-Unis à peser, peu ou prou, sur le programme nucléaire iranien en faisant planer la menace d’une intervention militaire. Les trois porte-avions et leur escorte devant avoir, dans l’esprit de Washington, un effet dissuasif et «empêcher et dissuader certains pays d'agir contre les intérêts nationaux des Etats-Unis».

B- Le dispositif iranien

Face à une telle concentration, l’Iran a aligné une flotte de sous-marins de fabrication iranienne ou russe, une flotte d’aéroglisseurs, l’une des plus importantes du monde, de ROV (véhicules actionnés à distance), de navires de surface de différentes tailles, d’unités aéroportées comprenant plusieurs escadrons d’hélicoptères, des dragueurs de mines et un important arsenal de missiles antinavires. La flotte sous-marine iranienne comprend également des «sous-marins de poche» de fabrication iranienne.

A en juger par un tel dispositif, tout porte à croire que l’Iran pratiquera la guérilla navale à coup d’opérations commandos, comme tend à le démontrer le dernier coup de main contre une unité britannique au printemps 2007 ou Téhéran avait réussi à capturer quinze marins anglais.
Mais au vu dispositif américain, l’Iran ne parait pas devoir se contenter d’opérations de harcèlement, mais pourrait moduler sa riposte en fonction de la frappe adverse et le cas échéant compter sur son propre hinterland stratégique d’une densité démographique sans pareille pour des opérations «derrière les lignes ennemies» avec le concours de leurs alliés régionaux, notamment une large fraction de l’importante communauté chiite du Monde arabe implantée à Bahreïn, en Arabie saoudite, dans la région pétrolifère de l’est du Royaume, dans la zone pétrolière du Nord du Koweit ainsi qu’en Irak et au Liban, dans la zone limitrophe d’Israël.
Tirant les enseignements des trois dernières guerres du Golfe (1979-89), 1990-1991 et 2003), l’Iran a considérablement renforcé sa flotte militaire au cours de la dernière décennie présentant ses nouvelles réalisations au cours de ses deux dernières grandes manœuvres navales. Lors de ces exercices, en Avril et en Août 2006, l’Iran a présenté les derniers nés de sa flotte, notamment le dernier torpilleur de patrouille, petit bâtiment efficace dans l’attaque de grands navires de guerre.

Doté d’une technologie de pointe sans doute parmi les plus avancés du monde notamment en ce qui concerne les équipements électroniques, pouvant atteindre une vitesse de pointe de 45 nœuds, le «Joshan» de même que son frère jumeau, le «Peykan», disposent d’une redoutable puissance de feu. Patrouilleur lance-missiles, armé en supplément d’un canon sous-marin de 76 mm, à usage variable, le plus moderne du monde, appelé Fajr, il peut atteindre des cibles sous-marines et aériennes distantes de 19 km. Il peut lancer également plusieurs types de missiles et des roquettes d’une portée dépassant 100 km.
L’Iran a également testé une série de missiles antinavires mer-surface, réputé être «le plus rapide du monde». Propulsé à une vitesse de 362 km/h, le missile est destiné à détruire de grands sous-marins.

2- Les objectifs de guerre et les arguments des protagonistes

Bon nombre d’observateurs inclinent à penser que le président américain serait tenté par l’option militaire contre l’Iran pour «une sortie par le haut», selon le jargon en vigueur ans les cercles atlantistes, en vue de restaurer son prestige terni par l’échec irakien et de consacrer durablement la primauté occidentale dans la gestion des affaires du monde, alors que le leadership américain est ouvertement contesté par ses compétiteurs militaires et économiques, la Chine, l’Inde et à un degré moindre la Russie, l’Afrique du sud, en ce qui concerne le leadership moral sur l’Afrique, ainsi que le Brésil et le Venezuela de Hugo Chavez, pour l’Amérique latine.
L’Iran, par effet d’aubaine, a acquis une stature de puissance régionale du fait de la politique erratique des Etats-Unis tant en Afghanistan qu’en Irak, où ses rivaux idéologiques le radicaux taliban sunnites et le laïc baasiste irakien ont été éliminés par leur ancien protecteur américain. Il entend se faire reconnaître la place qu’il estime sienne dans le concert régional, qui était en fait sienne il y trente ans lorsque les Américains avaient confié au Chah d’Iran un rôle de «super gendarme» dans le golfe en proie alors à la rébellion communiste du Dhofar (Sultanat d’Oman) et à la contestation nationaliste du «Front de Libération Nationale de la Péninsule Arabique» tant en Arabie saoudite qu’au Yémen que dans les Emirats pétroliers.

Les Etats Occidentaux considèrent, pour leur part, que la détention de l’arme atomique par l’Iran constitue une menace à la paix mondiale dans la mesure où le régime islamique de Téhéran est de nature anti-démocratique et, du fait de ses alliances avec la Syrie et le Hezbollah libanais, un facteur de subversion intégriste qu’il importe de combattre au même titre que les autres composantes de «l’axe du mal». Ils tirent argument supplémentaire du fait que l’Iran a ratifié le traité de non prolifération nucléaire qui lui commande de s’abstenir d’accéder à la puissance militaire nucléaire.
L’argument gagnerait en crédit si les pays occidentaux observaient la même rigueur juridique à l’égard des autres protagonistes du dossier nucléaire. L’Inde et le Pakistan, par exemple, sont l’un comme l’autre détenteur de l’arme atomique. Bien que ces deux puissances asiatiques antagonistes n’aient jamais ratifié le traité de non prolifération nucléaire, ils bénéficient néanmoins d’une forte coopération nucléaire de la part des Etats-Unis et de la France.
Il en est de même d’Israël, lui aussi non adhérent au traité de non prolifération qui a, lui aussi, bénéficié de la coopération active des Etats occidentaux membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne) pour se doter de l‘arme atomique et dont l’arsenal s’élèverait à une centaine d’ogives.
En revanche, les Etats arabes notamment l’Egypte, a dû renoncer à l’option nucléaire sous la pression de Washington en contrepartie d’une aide annuelle d’un milliard de dollars, abandonnant de fait la maîtrise de l’espace stratégique moyen oriental à l’aviation israélienne.

En porte à faux devant leur opinion publique dont ils redouteraient un débordement, l’Egypte et la Jordanie ont été autorisés, fin 2006, dans la perspective de l’épreuve de force irano-américaine, à s’engager dans la production nucléaire à usage civil sous contrôle américain, accumulant ainsi un retard technologique de trente ans sur leur voisin israélien.
La neutralisation de l’Iran ne répondrait donc pas exclusivement à des considérations de formalisme juridique, -le respect de la légalité internationale, tant bafouée par ailleurs par les états occidentaux eux-mêmes-, mais relèverait aussi d’impératifs militaires sous jacents: le maintien d’une supériorité stratégique d’Israël sur l‘ensemble des pays du Moyen-orient réunis, et, au-delà, la persistance de la mainmise occidentale sur les réserves énergétiques de l’Asie occidentale et le contrôle des nouveaux oléoducs stratégiques en construction depuis l’Asie centrale, une des motivations latentes de l’intervention américaine en Afghanistan et en Irak.

La dernière transaction militaire américaine à destination du Moyen-orient tendrait à accréditer la thèse du primat israélien qui trouve sa justification la plus récente dans le comportement de l’administration américaine à l’égard de ses amis et alliés au Moyen-orient: le président Bush a en effet promis à Israël, en Août 2007, des fournitures d’armes de l’ordre de trente milliards de dollars sur dix ans, à titre gracieux, en contrepartie de la vente d’équipements militaires d’une valeur équivalente à quatre pays arabes représentant une population de cent millions d’habitants.
Dans son approche des problèmes du Moyen-orient qu’il souhaite équilibrée, Washington offre ainsi gracieusement des armes à Israël, pourtant déjà doté de la bombe atomique, mais en vend, en revanche, à ses alliés arabes, dont il réclame pourtant avec insistance la coopération pour sortir du bourbier irakien. Cette distorsion de traitement est à l’origine de bon nombre de dysfonctionnements entre les pays occidentaux et l’ensemble arabo-musulman et sa persistance à l’origine des flambées de violence cycliques anti-occidentales.

Au-delà du nucléaire iranien, La Révolution Islamique Iranienne s’est heurtée dès sa naissance, en 1979, et sous divers prétextes, à l’ostracisme occidental, d’abord via une guerre déclenchée par l’irakien Saddam Hussein encouragé en sous mains par les Américains et les Français, ensuite par l’embargo de fait imposé à son économie, enfin par sa diabolisation permanente, quand bien même les Etats-Unis instrumentalisaient la frange la plus radicale de l’Islam sunnite, «les talibans» afghans, dans leur guerre contre l’Union soviétique en Afghanistan.

Ce bras de fer diplomatico-militaire intervient alors que le Moyen-Orient, déstabilisé par une série de revers militaires américains et israéliens, est à la veille d’échéances diplomatiques capitales: l’élection d’un nouveau président au Liban, à l’automne 2007, la conférence de Paix du Moyen-orient que le Président George Bush en perte de vitesse s’emploie à mettre sur pied, à la mi-novembre, en vue de s’aménager une sortie honorable de l’Histoire, la consolidation du pouvoir politique des régimes arabes sous perfusion permanente américaine, notamment le premier ministre libanais Fouad Siniora, le premier ministre irakien Noury al-Malki, et le président palestinien Mahmoud Abbas, ainsi que le premier ministre israélien Ehud Olmert déconsidéré par ses déboires militaires au Liban, en juillet 2006.

3- La position française et l’alarmisme de Bernard Kouchner, «un tiers mondiste, deux tiers mondain»

Dans ce contexte hautement volatile, un homme s’est distingué gravement, Bernard Kouchner, le nouveau ministre français des Affaires étrangères. Aux vertus préventives de la diplomatie, dont il devrait être, es qualité, le parangon, ce médecin urgentiste secouriste des misères du monde parait préférer les avantages d’un bellicisme purificateur, suscitant l’émotion de la communauté diplomatique internationale par des propos alarmistes sur l’Iran le 15 septembre.
De retour d’une visite en Israël, et relayant sans doute les préoccupations de ses interlocuteurs, Bernard Kouchner, ce récidiviste en la matière, partisan auparavant d’une intervention musclée en Irak pour évincer Saddam Hussein, n’a pas écarté l’hypothèse d’une guerre contre l’Iran rejoignant en cela les thèses atlantistes de son nouveau mentor Nicolas Sarkozy, auteur d’une équation aussi sommaire que rudimentaire «la bombe iranienne ou le bombardement de l’Iran», seul dirigeant au Monde d’ailleurs à adopter ouvertement sur ce thème un lexique identique aux Israéliens, désignant Gaza de «Hamastan» et le Hezbollah libanais de «terroriste».
Ce grand bourgeois parisien, -«un tiers mondiste, deux tiers mondain», selon le jugement charitable de ses anciens compagnons de route-, a souvent témoigné de son intérêt pour les minorités ethniques, avec une prédilection pour celles situées dans les zones pétrolifères, le Biafra (Nigéria), le Kurdistan (Irak), le Darfour (Soudan), mais ce transfuge socialiste humanitariste a réussi le tour de force de blanchir, contre toute évidence, la junte birmane de l’accusation d’esclavage des jeunes travailleurs dans un rapport commandité par la firme pétrolière française «Total».
Toute honte bue, il n’a pas hésité, non plus, à revendiquer le bénéfice de la politique menée par son prédécesseur Dominique de Villepin, qu’il couvrait pourtant de sarcasme, ainsi que son nouveau parrain, pour son hostilité à l’invasion américaine de l’Irak.
Le Quai d’Orsay, souvent brocardé pour sa frilosité, s’est mû en antre d’ultra-faucons avec la propulsion de Bernard Kouchner à sa tête et la promotion de l’ancien ambassadeur de France à Tel-Aviv, Gérard Araud, au poste de Directeur des Affaires politiques, celle de son adjoint, Michel Miraillet, ancien deuxième conseiller à Tel-Aviv, au poste de Directeur des affaires internationales et stratégiques (AIS) au Secrétariat général de la défense nationale (SGDN), en charge de la synthèse stratégique quotidienne, celle enfin de Thérèse Delpech, la nouvelle théoricienne de l’«Empire du mal absolu» représenté, selon elle, par le quatuor diabolique: Iran ,Syrie, Hezbollah libanais et Hamas palestinien).
A ce vétéran au comportement néophyte, et à ses collaborateurs d’un néo-conservatisme déconsidéré par ses multiples avatars en Afghanistan et en Irak, une salutaire piqûre de rappel s’impose pour qu’aux rodomontades si égoïstement valorisantes au départ mais coûteuses en fin de compte se substitue la prise en considération des intérêts des divers protagonistes.

4- La sortie de crise

Il est vain et illusoire de compartimenter les problèmes du Moyen-orient, de découpler le conflit d’Irak de celui de la Palestine ou du Liban. Les combats croisés menés par l’Amérique pour le compte d’Israël en Irak et d’Israël pour le compte des Etats-Unis au Liban, de même que le propre combat mené par Israël pour son compte avec le soutien américain contre les Palestiniens relèvent d’une même intrication dont l’élément central demeure la revendication nationale palestinienne à un Etat viable, indépendant et souverain.
Il est tout aussi vain et illusoire de jouer la division des peuples dans l’adversité et d’attiser la rivalité séculaire entre sunnisme et chiite à la faveur des incessants retournements d’alliance américains en Irak. La démarcation majeure contemporaine de l’Orient ne réside pas dans la fallacieuse distinction entre la «modération» présumée des régimes arabes proaméricains sunnites et le «totalitarisme» ou l’«intégrisme» de leurs adversaires chiites.
L’antagonisme n’est pas, dans son aspect primordial, de nature religieux, mais se situe au niveau d’une éthique de gouvernement. En Palestine, le combat de libération contre l’occupation israélienne est mené exclusivement par des Sunnites que cela soit le Fatah ou le Hamas. Mais la différence entre ces deux formations sunnites n’est pas un problème d‘intégrisme religieux mais d’intégrité politique

Un modus vivendi opératoire aussi bien en Irak, qu’au Liban que dans le Golfe visant à une stabilisation de la sphère arabo-musulmane constituerait un prélude à des efforts conjugués non vers la neutralisation de la capacité nucléaire iranienne mais vers la dénucléarisation d’Israël et de l’ensemble du Moyen orient en vue de déblayer la voie à la promotion d’un règlement d’ensemble des problèmes régionaux, en tête desquels le problème palestinien.
Les pays arabes ont dépensé mille cinq cent milliards de dollars dans le domaine de l’armement au cours du dernier quart du vingtième siècle sans se doter ni de la capacité nucléaire, ni de la capacité spatiale ni d’une capacité de projection de force. Plutôt que d’ameuter la planète de leurs jérémiades, ou de se placer dans le sillage de maîtres occidentaux successifs, ils seraient avisés de prendre exemple sur l’Iran et de se doter d’une capacité de dissuasion à l’effet de rétablir la parité stratégique avec Israël et de forcer ainsi le respect des autres pays et du reste du monde.

5- le précédent historique du déploiement occidental de Beyrouth, en 1984

La dernière grande concentration navale au Moyen-Orient, en février 1984, s’est produite avec une participation significative de la France, avec la présence du porte-avions «Clemenceau» et ses avions «super-étendards», avant le rocambolesque feuilleton de son désamiantage, en 2006, et de six bâtiments d’escorte: la frégate «Duquesne», l’escorteur d’escadre «d’Estrée», le bâtiment de soutien logistique «La Rance», un transport de chalands de débarquement (BDC), deux bâtiments de débarquement d’infanterie et de chars (EDIC) 9070 et 0094 et le pétrolier « La Meuse».

Vingt trois ans après, la nouvelle armada américaine se déploie en l’absence de la moindre unité française en accompagnement amical, sauf à dérouter de l’Afghhanistan vers l’Iran l’escadrille aérienne basée au Kandahar en soutien aux opérations militaires américaines au Régime de Kaboul. Le fleuron de la flotte le porte-avions, le «Charles de Gaulle» est en phase de révision, absent du Golfe comme lors de l’intervention américaine en Afghanistan.

Au delà de l’infléchissement géostratégique de la nouvelle diplomatie française, cette évolution, pour bon nombre d’observateurs du Moyen-orient, signe symboliquement la contribution de la France aux affaires du monde, en la confinant à un rôle déclamatoire dont elle devrait user sinon avec sagesse du moins avec parcimonie.

En guise d’épilogue à la démonstration de force occidentale de Beyrouth, en 1984, Américains et Français ont dû subir les affres de la spirale des otages occidentaux au Liban (1984-1988), la vague des attentats de Paris (1986-1987), la guerre des ambassades entre Paris et Téhéran (1987), l’assassinat du Général Rémy Audran, un des responsables de la Direction Générale de l’Armement, le scandale de l’Irangate, la vente clandestine d’armes américaines à l’Iran sous embargo, le scandale Luchaire en France relatif à la vente du matériel de guerre français à l’Iran……La liste n’est pas limitative.

Le reste, connu, se passe de commentaires.

René Naba

Auteur « aux origines de la tragédie arabe » Editions Bachari 2006
« Du bougnoule au sauvageon, voyage dans l'imaginaire français » Harmattan 2002

« Rafic Hariri, un homme d'affaires premier ministre » - Harmattan 2000
« Guerre des ondes, guerre des religions, la bataille hertzienne dans le ciel méditerranéen »- Harmattan 1998


Source : Blog René Naba
http://renenaba.blog.fr/...

Jeudi 20 Septembre 2007
Daryoush SALIMIZADEH [daryoush@neuf.fr]

11:49 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, palestine, syrie, liban, romain, histoire, actualite, guerre, imperialisme, otan, euro-dictatire, usa, iran, presse, silence, barbarie, belgique, israel, irak, afghanistan | |  Imprimer | | |

13/08/2007

10/08/2007: De l'’aide à la collaboration ou comment le parti de la guerre mondiale embrigade les ONG pour la guerre ...



-------- Message original --------

Sujet: Fw: De l'aide à la collaboration ou comment le parti de la guerre mondiale embrigade les ONG pour la guerre
Date: Fri, 10 Aug 2007 09:59:53 +0200
De: melusine <melusine@nerim.net>
Pour :: sortir de l europe <sortirdeleurope@yahoogroupes.fr>



De l'’aide à la collaboration ou comment le parti de la guerre mondiale embrigade les ONG pour la guerre

AUTEUR:   german-foreign-policy.com
Traduit par  Horizons et Débats


Le gouvernement de Berlin a utilisé sa présidence du Conseil européen, qui s’'est terminée le 30 juin, pour intégrer les ONG dans la politique militaire européenne. Cela ressort des documents de travail du ministère des Affaires étrangères et de la Fondation Bertelsmann. Les ONG (les organisations non gouvernementales) sont associées aux services de l'’État par des subventions; le but est de faire accompagner les opérations militaires à l’'étranger par de l'’aide civile et humanitaire. Le résultat en est que la distinction entre les forces militaires d'’occupation et les secouristes non militaires est effacée. Des critiques y voient une raison des attaques croissantes contre les collaborateurs des ONG humanitaires dans les territoires occupés par les troupes occidentales, qui se terminent toujours plus souvent par la mort – 83 fois l’'an dernier. Berlin et Bruxelles utilisent le danger croissant que courent les ONG pour les faire participer à un «système mondial d'’information pour la sécurité». Il servirait à mettre systématiquement les informations captées par des civils à disposition de l’'armée. Les représentants de grandes ONG critiquent de manière acerbe leur instrumentalisation par des gouvernements.

La priorité

L’'intégration d'’ONG dans la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD) est de première priorité pour Berlin, apprend-on dans un document du ministère des Affaires étrangères qui informe sur les conférences, sur la coopération des institutions de l’'UE et des organisations non gouvernementales. Pendant la présidence allemande, ont eu lieu à Bruxelles cinq rencontres lors desquelles des services de l’'UE ont discuté avec des experts de terrain des ONG («field experts») comment leurs organisations pourraient être intégrées le plus tôt possible dans le planning et la réalisation de missions PESD. Entre temps, Bruxelles entretient un comité spécial pour le rattachement institutionnalisé des ONG («Committee for the Civilian Aspects of Crisis Management – Civ-Com»). Il a le devoir d’'analyser les «aspects civils» de «la gestion des crises» militaires.1

Les instruments

Un rôle décisif est destiné aux ONG europé­ennes pour la création et la transformation de la police et la justice dans les territoires actuels et futurs d’'intervention de l'’UE. En tant que «Global player» (acteur mondial), Bruxelles disposerait d’'une multitude d'’instruments en matière de politique, de développement et de sécurité («political, developmental and security tools») pour «réformer le secteur de la sécurité» au sein des États concernés, peut-on apprendre lors d'’un congrès organisé par le ministère des Affaires étrangères et la Fondation Bertelsmann («Partners in Conflict Prevention and Crisis Management: EU and NGO Cooperation»). Les ONG doivent coopérer aux mesures par la formation du personnel («training») et la formation de la conscience publique («awareness-raising»); car c’'est uniquement ainsi que des autorités judiciaires et policières «fiables» («Transitional Justice») peuvent être créées.2

L’'expérience

Parmi les sujets principaux traités lors de ce congrès de Berlin se trouvaient ainsi les missions policières de l'’UE en Afghanistan, au Kosovo, en République démocratique du Congo, en Palestine et en Bosnie-herzégovine. Les ONG participantes, dont Swisspeace et Amnesty international, ont d’abord été «informées» de l’'«utilité» des interventions de l'’UE par des représentants du ministère des Affaires étrangères et du European Peacebuilding Liaison Office (EPLO), qui est une plate-forme européenne d’'ONG. Puis les représentants des ONG ont eu l'’occasion de transmettre aux organisateurs du congrès leurs connaissances des États nommés et des situations spécifiques de conflits qui y règnent («conflict settings»). Selon les organisateurs, on assure – par la sélection ciblée et la préparation des représentants des ONG – une importance maximale aux informations transmises. L'’utilisation des connaissances des ONG, qui peuvent espérer une franchise inconditionnelle de la part de la population dans les territoires occupés, compte parmi les éléments les plus importants de cette collaboration. C'’est pourquoi les représentants des ONG étaient aussi invités à une autre conférence internationale (titre: «Paix et justice») que le ministère des Affaires étrangères a organisé début juillet pour traiter notamment de «la réforme du secteur de la sécurité». Le critère pour la sélection des ONG était «l'’importance de leurs connaissances».3

Les informateurs

Aujourd’hui déjà, de nombreuses ONG sont des informateurs directs pour les opérations militaires. Elles entrent les données sur la situation actuelle de sécurité, récoltées dans des régions d’'intervention à l’'étranger, dans le système électronique «Safety Information Reporting Service» (SIRS). La banque de données a été développée par les groupes leaders de logiciels (Microsoft, Yahoo) à la demande de la «Crisis Management Initiative» (CMI) de l'’émissaire spécial de ONU pour le Kosovo, Martti Ahtisaari. Cette banque de données est ouverte aux ONG et aux militaires depuis 2005.4

Utilisation à long terme

Le ministère des Affaires étrangères et la Fondation Bertelsmann exigent que l'’UE, par la mise à disposition de moyens financiers, crée des capacités utilisables à long terme chez les ONG dont elle elle est l'’un des financeurs les plus importants. Aussi faut-il désigner des «officiers de liaison pour ONG» au sein de la Commission européenne pour pouvoir – lors d’opérations militaires – profiter à tout moment des connaissances des informateurs non-gouvernementaux. En outre, les ONG doivent aussi être recensées et évaluées à l’'aide de critères d’'utilité gouvernementale («mapping and ranking») pour garantir dans tout scénario d’'intervention imaginable le choix du «meilleur partenaire».5

Complémentaire à l'’armée

Selon le jugement de Pierre Micheletti, directeur de l’'organisation humanitaire internationale Médecins du Monde, la dépendance des moyens financiers de l'’UE amène actuellement déjà beaucoup d’ONG à «participer à des programmes qui les transforment en véritables prestataires de services, pour ainsi dire stratégiquement complémentaires à l'’armée». Par la suite, les ONG sont identifiées aux troupes d'’intervention de leurs pays d’'origine et déclarées comme cible militaire légitime par les opposants à l'’occupation. En 2006, cela a coûté la vie à 83 humanitaires – selon Micheletti ce nombre correspond «au triple du nombre des soldats tués lors de missions de paix de l'’ONU». Le directeur de Médecins du Monde met instamment en garde contre «la constante apparition en commun de soldats et d'’humanitaires» qui change de façon définitive et irrévocable l'’image des ONG: «Si le chevauchement […] des intérêts et des apparences s’'enracinent dans la perception publique, toute la logique de l'’aide «sans frontières» serait remise en question»6 – les humanitaires deviennent des collabos.  

Notes

1    European Peacebuilding Liaison Office/Crisis Management Initiative/Bertelsmann-Stiftung: Partners in Conflict Prevention and Crisis Management. EU and NGO Cooperation. Federal Foreign Office, Berlin 20–21/6/07. Conference Background Papers
2    ibid.
3    International Conference «Building a Future on Peace and Justice», Nuremberg 25– 27/6/07;
www.peace-justice-conference.info
4    Crisis Management Initiative: Launching SIRS: The Safety Information Reporting Service.
Conference on Crisis Management and Information Technology, Saint Paul de Vence 11– 14/12/05. Conference Report
5    European Peacebuilding Liaison Office/Crisis Management Initiative/Bertelsmann-Stiftung, loc. cit.
6    Pierre Micheletti: Schutzlose Helfer; Le monde diplomatique du 8/6/07







Source : www.german-foreign-policy.com  

Article original publié le 1er juillet 2007

Sur l’auteur


Traduction : Horizons et Débats, n° 28, 24 juillet 2007

Horizons et débats est un partenaire de
Tlaxcala, le réseau de traducteurs pour la diversité linguistique. Cette traduction est libre de reproduction, à condition d'en respecter l’'intégrité et d'’en mentionner l'’auteur, le traducteur, le réviseur et la source.

URL de cet article sur Tlaxcala :
http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=3463&lg=fr

22:05 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, euro-dictature, capitalisme, imperialisme, guerre, colonialisme, actualite, presse, politique, histoire, courcelles, romain, silence, usa, sionisme, palestine, irak, afghanistan | |  Imprimer | | |

08/08/2007

06/08/2007: Le site Internet de Silvia Cattori ...

 -------- Message original --------
Sujet: Le site Internet de Silvia Cattori
Date: Mon, 6 Aug 2007 15:51:06 -0400
De: Antonio Artuso <pueblo@sympatico.ca>



Abonnement gratuit, désabonnement, changement d'adresse, commentaires : pueblo@sympatico.ca - Prière de diffuser ce message.

To subscribe (free) or unsubscribe, to send your new address or your comments: pueblo@sympatico.ca - Please circulate this message.

Suscripción gratuita, desuscripción, cambio de dirección, comentarios: pueblo@sympatico.ca - Difunda este mensaje por favor.


La journaliste suisse Silvia Cattori vient de créer son propre site Internet en plusieurs langues :
Vous pouvez le visiter en cliquant sur : www.silviacattori.net
Son site, encore en construction, ne contient qu’'une petite partie des articles qu'elle a écrits, entre 2002 et 2007, sur les crimes d'Israël contre le peuple palestinien.
Vous trouverez ci-dessous sa lettre d'introduction à son site.
Félicitations Silvia!
Antonio Artuso et Agustín Prieto
Swiss journalist Silvia Cattori has just created her own web site in many languages.

You can visit it by clicking on: www.silviacattori.net
Her site, still under construction, only contains a small part of the articles she wrote between 2002 and 2007, on the crimes perpetrated by Israël against the Palestinian people.
You will find below her letter introducing her web site.  It is still only in French, but it will be translated.
Congratulations Silvia!
Antonio Artuso and Agustín Prieto
Feed-back
À mes lecteurs
juillet 2007
Il n’'y a sur ce site, encore en construction, qu’'une petite partie des écrits que j'’ai consacrés –entre 2002 et 2007- à l’'écrasement de la Palestine. Les textes manquants seront affichés progressivement.
Ces écrits sont l'’expression de la souffrance dont je suis témoin. La souffrance d’'un peuple frappé par une immense injustice. Victime - non reconnue - d'’un Etat qui peut perpétrer impunément des exactions, grâce, notamment, au soutien d’'organisations juives qui, depuis 60 ans, désinforment l’'opinion, manipulent les faits, dénigrent les Arabes et les musulmans, vilipendent les journalistes et les témoins qui disent des vérités cachées sur Israël, ou encore, interviennent auprès des médias et des politiciens pour faire taire les critiques.
Plus j’'avance, plus je constate avec amertume qu’'il y a deux mondes séparés qui regardent la même chose mais ne la voient pas avec les mêmes yeux.
D’'un côté, des gens simples, humbles, dotés d’une conscience et qui, voyant des armées détruire des pays et des peuples entiers -en Irak en Palestine, en Afghanistan- sont bouleversés et rejettent ces politiques d’'agression.
De l’'autre, des autorités cyniques - mais aussi des simples citoyens jetés dans la confusion - asservies à Israël et aux Etats-Unis - qui n’'entendent pas la voix de la conscience, qui semblent s’'accommoder de ces guerres cruelles et être indifférentes aux souffrances qu’'elles génèrent.
Aux pires moments de découragement, c’'est au contact des victimes - que j'’étais pourtant impuissante à secourir - que j’ai trouvé des êtres qui ont su me réconcilier avec le monde.
Nous avons le devoir de témoigner, nous avons l’'obligation de dire non aux crimes commis par des armées contre des gens sans défense.
Internet, malgré ses faiblesses, est pour le moment, un lieu où les protestations peuvent s'’exprimer et trouver un large écho. Un espace qui permet, à ceux qui sont solidaires des victimes, de dévoiler des vérités que les médias de grande diffusion ignorent ; et qui nous offre la joie de découvrir des trésors insoupçonnés.
Ainsi, au cours des dernières années de guerre illégales, nous avons vu apparaître, tout au travers des continents, des gens sincères et désintéressés, qui par le biais d’'Internet, se sont mis à agir, à diffuser des informations, à écrire, à traduire des articles, à créér des réseaux, pour dire non à l’'ensauvagement du monde.
Je tiens à remercier, Monica, Marcel, Alaa, Anis, Robert, Beatriz, Patrizia, Claudine, Eric, Juan, Marie, Gyorgia, Agustin, Jean, Jean-Pierre, Abboud, Henri, Antonio, pour leur constant et indéfectible dévouement.
Silvia Cattori
Je suis très touchée, chaque fois que je découvre que des gens, inconnus de moi, consacrent du temps à traduire l’'un ou l’'autre de mes textes. Je tiens à leur dire ma reconnaissance.
Toutefois, je ne suis pas en mesure de vérifier l’'exactitude de ces traductions. Si des lecteurs devaient y voir, dans leur langue maternelle, des anomalies, je leur serais reconnaissante de me les signaler.

----- Original Message -----
From: sc
Sent: Monday, August 06, 2007 10:51 AM
Subject: site en ligne

 
www.silviacattori.net
 
Amicalement
Silvia Cattori

 

18:43 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, histoire, romain, palestine, guerre, imperialisme, democratie, liberte, presse, politique, silence, sionisme, usa, belgique | |  Imprimer | | |

24/06/2007

23/06/2007: de Michel COLLON, journaliste belge NOUVEAU: Hamas, Fatah, Bush, Carter, Soudan, Internet, Cuba..


Sujet: de Michel COLLON, journaliste belge NOUVEAU: Hamas, Fatah, Bush, Carter, Soudan, Internet, Cuba...]]




-------- Message original --------
Date: Sat, 23 Jun 2007 21:51:23 +0200
De: Michel Collon <michel.collon@skynet.be>


Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur www.michelcollon.info
Retrouvez les nouveaux articles au format XML

PALESTINE :
Jonathan Steele - Palestine : c'était bien un coup d'Etat organisé par Bush
Un ancien du Nicaragua a préparé le plan pour affronter et battre le Hamas militairement

Coup d'Etat

Jimmy Carter - Carter : la politique antipalestinienne de Bush est criminelle
L'ex-président s'indigne : USA, Israël et l'UE ont cherché à renverser le résultat des urnes
Carter

Tariq Ramadan - En Palestine condamnée
"Aucune raison religieuse ou d'Etat ne peut justifier ce conflit interne et les tueries"
Tariq Ramadan


Marwan Barghouti - « Notre libération libérera le peuple israélien des maux de l'occupation »
Une lettre du dirigeant du Fatah emprisonné par Israël

Barghouti

Aqel Taqaz - Palestine : la guerre civile a été planifiée
Interview :
"Les Etats-Unis veulent un chaos contrôlé"
Guerre civile planifiée


Naomi Klein - Israël, 4ème marchand d'armes, exporte son expérience
"Israël a appris à faire d'une guerre sans fin une image de marque"

Marchand d'armes

Khaled Mechaal - Le Hamas n'a pas l'intention de prendre le pouvoir
"Séparer le pays est absolument inacceptable"

Hamas

ACTUALITE :
Comaguer
- Pourquoi les Etats-Unis veulent un "changement de régime" au Soudan
C'est l'impérialisme occidental qui favorise sécessions et "somalisation"

Soudan

MEDIAS :
Rosa Miriam Elizalde - Internet, Chavez et Cuba : dix médiamensonges
"Cuba censure Internet" ? Réponse à Robert Ménard et quelques autres

Internet

Retrouvez les nouveaux articles au format XML

15:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : collon, presse, ptb, romain, courcelles, histoire, actualite, politique, palestine, imperialisme, guerre | |  Imprimer | | |

16/06/2007

16/06/2007: de Michel COLLON, journaliste belge: Sujet: NOUVEAU: Palestine, Irak, Brésil, Poutine, Chili, Venezuela...




-------- Message original --------

Sujet: NOUVEAU: Palestine, Irak, Brésil, Poutine, Chili, Venezuela...
Date: Sat, 16 Jun 2007 16:55:29 +0200
Répondre à: michel.collon@skynet.be
Pour: <roger.romain@skynet.be>


Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur www.michelcollon.info

ACTUALITE :
Benito Perez
- L'armée irakienne attaque... des grévistes
La Fédération irakienne des travailleurs du pétrole dans le collimateur

Grévistes en Irak

Juan Gelman - Irak: les USA construisent quatre bases permanentes
La description montre qu'on est très loin d'une "base transitoire"

Bases en Irak

Forum social brésilien... - Brésil : un système d'injustice fiscale à réformer
Une vingtaine d'entités demandent une fiscalité plus populaire

Brésil

Edward Herman - Les Etats-Unis, la pire menace qui ait jamais existé
L'énorme budget militaire US est devenu la seule solution des élites

La pire menace

Raoul Zibechi - Chili: le modèle néolibéral est entré en crise
Les capitaux s'en vont, l'économie est sauvée par... l'entreprise publique !

Chili

Rita Di Leo - Pourquoi Poutine est devenu l'ennemi
C'est Poutine qui est "agressif" ou Washington qui encercle et provoque ?

Poutine

Paul Delmotte - Vous avez dit "guerre froide" ?
Aujourd'hui comme hier, Washington ne veut pas d'un arrangement avec Moscou

Guerre froide?

Frida Berrigan - On est numéro 1 !
Chiffres ahurissants sur les Etats-Unis, leur bilan, leurs dépenses militaires et trafics

Bilan des Etats-Unis

PALESTINE :
Conflicts Forum
- La CIA derrière la "guerre civile palestinienne"
Les tractations en coulisses qui ont mené au "Plan Abrams"

CIA & Palestine

Tony Sayegh - S'agit-il vraiment d'un "combat inter-palestinien" ?
L'auteur accuse Abbas et Dahlan d'être des marionnettes des USA

Inter-palestinien?

Arjan El Fassed - Qui est Mohammad Dahlan?
L'homme à qui Israël aurait "offert" Gaza

Dahlan

Silvia Cattori - Une juive allemande de 82 ans raconte sa découverte d'Israël
Hedy Epstein, unique survivante d'une famille décimée par les nazis, témoigne...

Découverte d'Israël

MEDIAS :
Benito Perez - «Le pluralisme des médias progresse au Venezuela»

"Si on tente de changer le rapport pauvres-riches, peut-on laisser ceux-ci monopoliser la télé?"
Venezuela

20:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bresil, politique, belgique, romain, histoire, courcelles, actualite, palestine, irak, amerique latine, venezuela, collon, presse, chili, usa | |  Imprimer | | |

04/11/2006

11/11/2006: un repas au profit de la Palestine/Cuba

 

De : Marc van Campen [mailto:marc_vancampen@skynet.be]
Envoyé : samedi 4 novembre 2006 9:52

Objet : Fw: souper 11 11 11 La Braise

 

 

Médecine pour le Peuple

et La Braise

 

Vous invitent

A un repas au profit de la Palestine/Cuba

 

11 novembre à 19h

à la Braise

 21 rue Z Gramme 6000 Charleroi

 

Soupe à l'oignon et Chili con carne (halal)

 

Réservation indispensable à :

 MPLP: 071 47 64 96

 

Prix* :  10 euros adulte

                6 euros enfant (-12 ans)

 

*l'apéritif vous est offert si le paiement est effectué avant le 10 novembre au compte 001-2914373-84 avec la mention : repas 11 11 11 et votre nom ou par paiement à la maison médicale MPLP.

 

Ed. resp. MPLP, Rue de la Babotterie 87, 6001 Marcinelle

11:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cuba, palestine, 11 11 11, solidarite, belgique, romain, hainaut, charleroi, courcelles, actualite, histoire, resistance, silence, presse, ptb, sionisme, oppression capitaliste | |  Imprimer | | |

24/09/2006

24/09/2006: Discours de Hugo Chávez, président du Venezuela, aux Nations Unies, le 20 septembre 2006


De : mannekenpeace@yahoogroupes.fr [mailto:mannekenpeace@yahoogroupes.fr] De la part de Roland Marounek
Envoyé : dimanche 24 septembre 2006 15:13
Objet : [mannekenpeace] Re: [siecle_de_combat] Discours de Chavez : entre réalité sociale et pouvoir des médias

 

pour ceux qui ne l'ont pas encore lu :

 

Discours de Hugo Chávez, président du Venezuela, aux Nations Unies, le 20 septembre 2006

http://questionscritiques.free.fr/discours/Hugo_Chavez_ON...

 

"Représentants des gouvernements du monde, bonjour à tous. Tout d'abord, je voudrais très respectueusement inviter ceux qui n'ont pas lu ce livre à le lire.

 

Noam Chomsky, l'un des Américains et des intellectuels du monde les plus prestigieux, Noam Chomsky, et ceci est l'un de ces tout derniers ouvrages, /'Hegemony or Survival: The Imperialist Strategy of the United States.'/ [L'hégémonie ou la survie : La stratégie impérialiste des Etats-Unis] [Chavez brandit le livre et l'agite en face de l'Assemblée Générale.] C'est un excellent livre qui nous aide à comprendre ce qui s'est passé dans le monde au cours du 20ème siècle, sur ce qui se passe aujourd'hui et sur la plus grande menace qui plane sur notre planète.

 

Les prétentions hégémoniques de l'Empire Américain mettent en danger la survie-même de l'espèce humaine. Nous continuons de vous alerter sur ce danger et nous en appelons au peuple des Etats-Unis et au monde à faire cesser cette menace, qui est une épée de Damoclès. J'avais pensé, un moment, vous faire la lecture de ce livre, mais pour des raisons de temps, [il fait tourner les pages du livre, qui sont nombreuses] je me contenterai de vous le recommander.

 

Il se lit facilement, c'est un très bon livre, et je suis sûr, Madame la Présidente, que vous le connaissez. Il a été publié en anglais, en russe, en arabe et en allemand. Je pense que les premiers qui devraient le lire sont nos frères et nos soeurs des Etats-Unis, parce que la menace se trouve exactement dans leurs propres foyers.

 

Le diable s'est introduit chez eux. Le diable, le diable lui-même, est dans leur maison.

 

Et Hier, le diable est venu ici. Ici, le diable est entré. Juste ici. [Il fait le signe de croix] Et ça sent encore le soufre aujourd'hui. Hier, Mesdames et Messieurs, de cette tribune, le président des Etats-Unis, le monsieur que j'appelle le Diable, est venu ici parler comme s'il possédait le monde entier. Vraiment. Comme s'il était le propriétaire du monde.

 

Je pense que nous pourrions appeler un psychiatre pour analyser la déclaration que le président des Etats-Unis a faite hier. En tant que porte-parole de l'impérialisme, il est venu pour faire partager ses remèdes de charlatan afin d'essayer de préserver le modèle actuel de domination, d'exploitation et de pillage des peuples du monde.

 

Alfred Hitchcock aurait pu utiliser [cette déclaration] comme scénario pour un de ses films. Je peux même proposer un titre : "La Recette du Diable".

 

Comme Chomsky le dit [dans son livre] de façon claire et détaillée, l'empire américain fait tout ce qu'il peut pour consolider son système de domination. Et nous ne pouvons pas lui permettre de faire cela. Nous ne pouvons autoriser que la dictature mondiale se consolide.

 

La déclaration du dépositaire du monde -- cynique, hypocrite, emplie de cette hypocrisie impérialiste provenant de leur besoin de tout contrôler.

 

Ils disent qu'ils veulent imposer un modèle démocratique. Mais c'est cela leur modèle démocratique ! C'est le modèle fallacieux des élites et, je dirais, une démocratie très originale qui s'impose par les armes, les bombes et l'artillerie.

 

Quelle étrange démocratie ! Aristote pourrait bien ne pas la reconnaître -- ou les autres qui sont aux racines de la démocratie. Quelle sorte de démocratie imposez-vous avec les Marines et les bombes ?

 

Hier, le président des Etats-Unis nous a dit, ici-même, dans cette salle, et je cite : "Partout où vous regardez, vous entendez des extrémistes vous dire que vous pouvez échapper à la pauvreté et retrouver votre dignité par la violence, la terreur et le martyre". Partout où il regarde, il voit des extrémistes. Et vous, mes frères -- il regarde la couleur de votre peau et il dit, oh ! il y a un extrémiste. Evo Morales, le valeureux président de Bolivie est, pour lui, un extrémiste.

 

Les impérialistes voient des extrémistes partout. Ce n'est pas que nous soyons des extrémistes. C'est que le monde se réveille. Il se réveille partout. Et les gens se lèvent.

 

J'ai le sentiment, cher dictateur du monde, que vous allez vivre le reste de votre vie comme un cauchemar, parce que le reste d'entre nous se lève, tous ceux qui se soulèvent contre l'impérialisme américain, qui réclament l'égalité, le respect, la souveraineté des nations.

 

Oui, vous pouvez nous appeler des extrémistes, mais nous sommes en train de nous soulever contre l'empire, contre ce modèle de domination.

 

Alors, le président a dit -- et c'est lui qui l'a dit -- : "Je suis venu parler directement aux populations du Moyen-Orient, pour leur dire que mon pays veut la paix".

 

C'est vrai. Si nous marchons dans les rues du Bronx, si nous nous promenons dans New York, Washington, San Diego, dans n'importe quelle ville, San Antonio, San Francisco et que nous demandons aux gens, aux citoyens des Etats-Unis, que veut ce pays ? Veut-il la paix ? Ils diront oui.

 

Mais ce gouvernement ne veut pas la paix. Le gouvernement des Etats-Unis ne veut pas la paix. Il veut exploiter son système d'exploitation, de pillage, d'hégémonie par la guerre.

 

Il veut la paix ? Mais que se passe-t-il en Irak ? Que se passe-t-il au Liban ? En Palestine ? Que se passe-t-il ? Que s'est-il passé ces 100 dernières années en Amérique Latine et dans le monde ? Et à présent il menace le Venezuela -- de nouvelles menaces contre le Venezuela, contre l'Iran ?

 

Il a parlé au peuple libanais. Beaucoup d'entre vous, leur a-t-il dit, ont vu comment leurs maisons et leurs communautés ont été prises dans les tirs croisés. Comment peut-on être cynique à ce point ? Quelle capacité à mentir d'un air penaud ! Les bombes sur Beyrouth d'une précision millimétrée ?

 

Ce sont des feux croisés ? Il pense à un western, lorsque les gens dégainent de la hanche et tirent et que quelqu'un se trouve pris dans les feux croisés.

 

Ceci est impérialiste, fasciste, assassin, génocide. L'empire et Israël qui tirent sur les Palestiniens et les Libanais. C'est ce qu'il s'est passé. Et à présent, nous entendons "Nous souffrons parce que nous voyons nos maisons détruites".

 

Le président des Etats-Unis est venu parler aux peuples -- aux peuples du monde. Il est venir leur parler -- J'ai apporté quelques documents avec moi, parce que ce matin je lisais quelques déclarations -- et je vois qu'il s'est adressé au peuple d'Afghanistan, au peuple du Liban, au peuple de l'Iran. Et il s'est adressé directement à ces peuples.

 

Et vous pouvez vous demander, alors que le président des Etats-Unis s'adresse à ces peuples du monde, ce que ces peuples du monde lui diraient si on leur donnait la parole ? Qu'auraient-ils à dire ?

 

Et je pense avoir une petite idée de ce que les peuples du Sud, les oppressés pensent. Ils diraient "Impérialiste yankee, rentre chez toi!" Je pense que c'est ce que ces peuples diraient si on leur donnait le micro et s'ils pouvaient parler d'une seule voix aux impérialistes américains.

 

Et voici pourquoi, Madame la Présidente, mes chers collègues, mes amis, l'année dernière nous sommes venus ici dans cette même salle, comme nous l'avons fait ces huit dernières années, et nous avons dit quelque chose qui s'est à présent confirmée -- entièrement, entièrement confirmée.

 

Je ne pense pas que quiconque dans cette pièce pourrait défendre ce système. Voyons les choses en face ! Soyons honnêtes ! Le système de l'O.N.U., né après la Deuxième Guerre Mondiale, a fait faillite. Il est inutile.

 

Oh, oui ! Il est bon de nous réunir tous ensemble une fois par an, de nous rencontrer, de faire des déclarations et de préparer toutes sortes de longs documents et d'écouter de bons discours, comme celui que de (inaudible), hier, celui du Président Lula. Oui c'est bon pour cela. Et il y a beaucoup de discours et nous en avons entendu beaucoup, du président du Sri Lanka, par exemple, et de la Présidente du Chili.

 

Mais nous, l'assemblée, avons été transformés en un organe à peine délibérant. Nous n'avons aucun pouvoir, aucun pouvoir d'avoir le moindre impact sur la terrible situation mondiale. Et c'est pourquoi le Venezuela propose une nouvelle fois, ici, aujourd'hui, le 20 septembre [2006] que nous ré-établissions les Nations-Unies.

 

L'année dernière, Madame, nous avons fait quatre propositions modestes que nous ressentions comme étant d'une importance cruciale. Nous devons en assumer la responsabilité, nos chefs d'Etats, nos ambassadeurs, nos représentants, et nous devons en discuter.

 

La première est l'extension [du Conseil de Sécurité], et Lula en parlé hier ici-même. Le Conseil de Sécurité comporte à la fois une catégorie permanente et une catégorie non-permanente, (inaudible) les pays en développement et les pays sous-développés doivent accéder à des sièges de membres permanents. C'est la première étape.

 

Deuxièmement, des méthodes efficaces pour s'occuper et résoudre les conflits mondiaux, des décisions transparentes. Point trois, la suppression immédiate -- et c'est une chose à laquelle tout le monde appelle -- du mécanisme antidémocratique connu sous le nom de veto, le veto sur les décisions du Conseil de Sécurité.

 

Permettez-moi de vous donner un exemple récent. Le veto immoral des Etats-Unis qui a permis aux Israéliens, en toute impunité, de détruire le Liban. Exactement devant nous tous alors que nous étions debout à regarder, une résolution du conseil fut empêchée.

 

Quatrièmement, nous devons renforcer, comme nous l'avons toujours dit, le rôle et les pouvoirs du secrétaire général des Nations-Unies.

 

Hier, le secrétaire général nous a pratiquement livré son discours d'adieu. Et il a reconnu que pendant ces dix dernières années, les choses sont tout simplement devenues plus compliquées ; la faim, la pauvreté, la violence, les violations des droits de l'homme se sont aggravées. C'est la conséquence extrême de l'effondrement du système des Nations Unies et des prétentions hégémoniques des Etats-Unis.

 

Madame, le Venezuela, il y a quelques années, a décidé de livrer cette bataille au sein des Nations-Unies en reconnaissant l'ONU. En tant que membres, et nous prêtons nos voix, nos réflexions. Notre voix est une voix indépendante pour représenter la dignité et la recherche de la paix et ré-élaborer le système international ; pour dénoncer la persécution et l'agression par les forces hégémoniques de la planète.

 

Voici comment le Venezuela s'est présenté. La patrie de Bolivar a cherché à obtenir un siège permanent au Conseil de Sécurité. Voyons ! Bon, il y a eu une attaque en règle par le gouvernement étasunien, une attaque immorale, pour essayer d'empêcher le Venezuela d'être élu librement à un poste au Conseil de Sécurité.

 

L'imperium a peur de la vérité, il a peur des voix indépendantes. Il nous appelle extrémistes, mais ce sont eux les extrémistes. Et j'aimerais remercier tous les pays qui ont aimablement annoncé leur soutien au Venezuela, même si le scrutin est secret et qu'il n'est pas nécessaire d'annoncer ces choses.

 

Mais étant donné que l'imperium a attaqué, ouvertement, ils ont renforcé les convictions de nombreux pays. Et leur soutien nous renforce. Le Mercosur, en tant que bloc, a exprimé son soutien. Nos frères du Mercosur. Le Venezuela, avec le Brésil, l'Argentine, le Paraguay, l'Uruguay, est un membre à part entière du Mercosur.

 

Et de nombreux autres pays d'Amérique Latine, *CARICOM* et la Bolivie ont exprimé leur soutien au Venezuela. La Ligue Arabe, l'ensemble de la Ligue Arabe a exprimé son soutien, nos frères des Caraïbes, l'Union Africaine. Presque toute l'Afrique a exprimé son soutien pour le Venezuela et des pays comme la Russie et la Chine et beaucoup d'autres.

 

Je vous remercie chaleureusement de la part du Venezuela, de la part de notre peuple et de la part de la vérité, parce que le Venezuela, avec un siège au Conseil de Sécurité, n'exprimera pas seulement la pensée du Venezuela, mais il sera aussi la voix de tous les peuples du monde et nous défendrons la dignité et la vérité.

 

Au-delà et au-dessus de tout cela, Madame la Présidente, je pense que nous avons des raisons d'être optimistes. Un poète aurait dit "désespérément optimistes", parce qu'au-dessus et au-delà des guerres et des bombes et de la guerre agressive et préventive et la destruction de peuples entiers, on peut voir qu'une nouvelle ère se dessine.

 

Ainsi que Silvio Rodriguez le dit, cette ère donne naissance à un coeur. Il y a des moyens alternatifs de penser. Il y a des jeunes gens qui pensent différemment. Et ceci s'est déjà vu en l'espace d'une simple décennie. Il a été démontré que la fin de l'histoire était une affirmation totalement fausse et la même chose a été démontrée à propos de la /Pax Americana/ et de l'établissement du monde capitaliste néolibéral. Il a été démontré que ce système engendre la pauvreté. Qui le croit maintenant ?

 

Ce que nous avons à faire maintenant est de définir le futur du monde. L'aube se lève partout. Vous pouvez vous en rendre compte en Afrique et en Europe et en Amérique Latine et en Océanie. Je veux insister sur cette vision optimiste.

 

Nous devons nous renforcer, notre volonté de livrer bataille, notre conscience. Nous devons construire un monde nouveau et meilleur. Le Venezuela se joint à cette lutte et c'est pourquoi nous sommes menacés. Les Etats-Unis ont déjà planifié, financé et mis en place un coup d'Etat au Venezuela et ils continuent de soutenir les tentatives de coup d'Etat au Venezuela et ailleurs.

 

La Président Michelle Bachelet nous a rappelé, il y a juste un instant, l'assassinat horrible de l'ancien ministre des Affaires Etrangères, Orlando Letelier.

 

Et je voudrais ajouter une chose : Ceux qui ont perpétré ce crime sont libres. Et cet autre événement où un citoyen américain est mort, tué par les Américains eux-mêmes. Ils étaient des tueurs de la CIA, des terroristes.

 

Et nous devons rappeler dans cette pièce que dans exactement trois jours il y aura un autre anniversaire. Trente ans auront passé depuis cette attaque terroriste horrible contre l'avion cubain de la ligne /Cubana de Aviacion/, où 73 innocents ont trouvé la mort.

 

Et où se trouve le plus grand terroriste de ce continent qui a pris la responsabilité de faire sauter cet avion ? Il a passé quelques années en prison au Venezuela. Mais grâce à la CIA et aux responsables du gouvernement [vénézuélien] de l'époque, il fut autorisé à s'échapper et il vit dans ce pays, protégé par le gouvernement [des Etats-Unis].

 

Mais il a été condamné. Il avait avoué son crime. Mais les normes du gouvernement étasunien sont à géométrie variable. Il protège les terroristes lorsqu'il le veut.

 

Et ceci, pour dire que le Venezuela est entièrement engagé à combattre le terrorisme et la violence. Et nous sommes l'un des peuples qui combattent pour la paix.

 

Luis Posada Carriles est le nom de ce terroriste qui est protégé ici. Et d'autres personnes extrêmement corrompues qui se sont échappées du Venezuela vivent aussi ici sous protection : un groupe qui a posé des bombes dans diverses ambassades, qui a assassiné des gens pendant le coup d'Etat. Ils m'ont kidnappé et ils allaient me tuer, mais je pense que Dieu est descendu et notre peuple est sorti dans les rues et l'armée y était aussi et ainsi je suis ici devant vous, aujourd'hui.

 

Mais ces personnes qui ont dirigé ce coup d'Etat sont ici, aujourd'hui, dans ce pays, protégés par le gouvernement américain. Et j'accuse le gouvernement américain de protéger ces terroristes et d'avoir un discours complètement cynique.

 

Nous avons mentionné Cuba. Oui, nous y étions, il y a encore quelques jours. Nous sommes revenus de là-bas très heureux. Et là-bas, vous voyez qu'une nouvelle ère est née. Le Sommet des 15, le Sommet des non-alignés, ont adopté une résolution historique. Ceci est le document qui en a résulté. Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous le lire.

 

Mais vous avez toute une série de résolutions ici qui ont été adoptées d'une façon transparente après un débat ouvert -- par plus de 50 chefs d'Etats. Pendant quelques semaines, La Havane était la capitale du Sud et nous avons donné, une fois encore, un nouvel élan au groupe des non-alignés.

 

Et s'il y a quelque chose que j'aimerais vous demander à tous ici, mes compagnons, mes frères et mes soeurs, c'est de bien vouloir prêter votre bonne volonté pour permettre un nouvel élan au Mouvement des Non-Alignés afin de donner naissance à une nouvelle ère, pour empêcher l'hégémonie et empêcher de nouvelles avancées de l'impérialisme.

 

Et comme vous le savez, Fidel Castro est le président des non-alignés pour les trois prochaines années et nous pouvons lui faire confiance pour qu'il dirige cette charge efficacement. Malheureusement, ils ont pensé "Oh ! Fidel est en train de mourir." Mais ils vont être déçus parce qu'il n'est pas mort. Et non seulement il est en vie, il est de retour dans son uniforme vert et il préside désormais les non-alignés.

 

Donc, mes chers collègues, Madame la Présidente, un nouveau mouvement, fort, est né, un mouvement du Sud. Nous sommes des hommes et des femmes du Sud. Avec ce document, avec ces idées, avec ces critiques. Je referme à présent mon dossier. Je prends le livre avec moi. Et, n'oubliez pas, je le recommande très fortement et très humblement à vous tous.

 

Nous voulons des idées pour sauver notre planète, pour sauver la planète de la menace impérialiste. Et espérons que dans ce siècle-même, dans pas trop longtemps, nous verrons cette, nous verrons cette nouvelle ère. Et pour nos enfants et nos petits-enfants, un monde de paix basé sur les principes fondamentaux des Nations-Unies, mais de Nations-Unies rénovées.

 

Et peut-être devrons-nous déménager leur siège. Peut-être devons nous le mettre ailleurs ; peut-être dans une ville du Sud. Nous avons proposé le Venezuela.

 

Vous savez que mon médecin personnel a dû rester dans l'avion. Le chef de la sécurité a dû rester enfermé dans un avion verrouillé. Aucuns de ces deux messieurs n'ont été autorisés à venir assister à la réunion de l'Onu. Ceci est un autre abus et un autre abus de pouvoir de la part du Diable. Cela sent le soufre ici, mais Dieu est avec nous et je vous embrasse tous.

 

Que Dieu nous bénisse tous ! Bonne journée à vous.

----- Original Message -----

From: Yves Wangneur

To: Albert ; Jean Bricmont ; Thierry Delforge ; Patsy ; radioairlibre ; thierry thomas ; Siecle ; Manneken Peace

Sent: Saturday, September 23, 2006 6:35 PM

Subject: [siecle_de_combat] Discours de Chavez : entre réalité sociale et pouvoir des médias

 


Suite au discours de Chavez à l'ONU, il y a eu beaucoup de réactions, essentiellement de la part de l'élite. Et puisque certains croient encore en l'angélisme de Clinton, le type qui se faisait tailler des pipes (par une moche en plus) au lieu de bosser, je vous propose de noter la réaction de cette personne : "Le discours de Chavez porte préjudice à son pays". Qui a dit que les Démocrates étaient le 2°parti servant l'impérialisme ?
Les différents journaux américains ont vivement critiqué les déclarations de Chavez, estimant que c'était "de la folie gauchiste". "El Comercio" (de Lima) a parlé d'insulte, La Libre Belgique parle d'injures.
Cela, c'est le discours des médias, des gens qui sont censés nous représenter.
Les représentés, donc nous, ont une réaction un peu différente. Comme vous le savez, Chavez fait référence à un des derniers bouquins de Chomsky : "Hégémonie ou survie". Sur Amazon, les commandes pour ce livre sont passés en 2 jours de la 160.772° place à la septième !!!
Ce qui tend à démontrer 2 choses : 1) Les gens écoutent Chavez, l'approuvent et suivent ses conseils, 2) Ils sont interessés par la pensée de Chomsky.

Ca doit être ça le populisme ...

20:07 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, amerique, afrique, belgique, courcelles, cuba, crimes, cia, colonialisme, chili, fascisme, gangsterisme, guerre, histoire, iran, irak, imperialisme, israel, liban, liberte, democratie, oppression capitaliste, onu, palestine, politique, presse, romain, resistance, silence | |  Imprimer | | |

15/09/2006

14/09/2006: ISRAEL : La culture du mépris des Palestiniens

The Holocaust and Palestine - L' holocauste et la Palestine occupée     08/11/2001

 

 

 

 

De : Transfer_info@yahoogroupes.fr [mailto:Transfer_info@yahoogroupes.fr] De la part de adac association
Envoyé : jeudi 14 septembre 2006 14:13
À : Transfer info
Objet : [Transfer_info] ISRAEL : La culture du mépris des Palestiniens

 

BERNARD NOEL(POETE)...LA CULTURE DU MEPRIS EN ISRAEL

(Bernard Noel, Grand Prix national de Poésie 1992 EST né le 19 novembre 1930.

Il est écrivain et poète,

« Poète, dit-on de Bernard Noël (l'un des plus grands, ne dit-on pas moins). Oui, mais à la condition qu'on dise que la poésie serait alors : tamis, râpe, laminoir de la langue. Supplice de la pensée au sens de Kafka dans La Colonie pénitentiaire (où le texte s'écrit à même la chair) »)

 

INCURSIONS, IRRUPTIONS. CULTURE DU MEPRIS EN ISRAEL BERNARD NOEL POETE ECRIVAIN

 

INCURSIONS

 

Le mot « incursion » sert à désigner, dans les derniers bulletins d'information de France-Culture, les opérations militaires israëliennes au Liban. Ce mot saisit parce qu'il est original par rapport au vocabulaire des autres chaînes. D'après Littré, « l'incursion est une course ; par conséquent celui qui la fait passe seulement sur le terrain qu'il ravage ». Bien que vieille d'un siècle et demi, cette définition décrit assez bien l'action d'Israël, sauf que la « course » viole cette fois l'espace aérien et que le « ravage » tombe ainsi principalement du ciel.

 

Littré renvoie au mot latin « incursio » qu'il traduit par « invasion ». La consultation du Gaffiot donne « choc , attaque » pour « incursio », puis « se jeter sur » pour « incursito » et « fondre sur, attaquer » pour « incurso ». Il ne faut pas, dit le Dictionnaire analogique, confondre « incursion » , qui est le fait de pénétrer momentanément dans un domaine qui n'est pas le sien, avec « irruption », qui consiste à pénétrer de vive force et à s'installer…

L'aviation, est l'instrument parfait de « l'incursion » puisqu'elle « se jette sur » son objectif et retourne aussitôt vers sa base. Les chars , les commandos, l'infanterie, par contre, sont obligés de faire « irruption » même si, officiellement, leur commandement n'a pas l'intention de s'installer. L'armée israëlienne, dénommée Tsahal, combine de toute évidence depuis un demi-siècle « incursion » et « irruption » pour le plus grand dommage de ses voisins.

 

L'histoire de cette période prouve en effet que l'existence et le comportement de Tsahal font de l'incursion et de l'irruption une méthode d'intimidation brutale dont l'exercice est sans cesse nourri d'actions violentes. Cela va du « bouclage » toujours arbitraire à la confiscation des terres, de la destruction des oliveraies et des maisons à l'assassinat ciblé, du bombardement des infrastructures civiles au bombardement des civils, de l'enlèvement et de la séquestration des responsables politiques à l'emprisonnement et à la torture de quiconque a l'infortune d'être au mauvais endroit au mauvais moment. Tout cela au nom d'un droit à l'autodéfense et à la sécurité dont le résultat est de créer une insécurité générale, non seulement autour d'Israël mais dans tout le Moyen Orient.

 

Devant tant de violences, dont le seul succès est d'en appeler et d'en rappeler d'autres aux références totalitaires fâcheuses, il semble que le simple bon sens aurait dû conduire à demander à la paix ce que ne peut obtenir par la guerre. Mais non, l'Etat d'Israël s'obstine à entretenir l'oppression, la peur, la menace quand il ne passe pas à des actes qui visent à terroriser l'ennemi qu'en réalité ils fabriquent. Pourtant, ces jours-ci, les actes en question atteignent un degré où l'injustifiable le dispute à la sauvagerie. Une sauvagerie masquée par la technologie guerrière qui métamorphose les tueries en une affaire inhumaine que les communiqués qualifient de « dégâts collatéraux ».

 

L'humanité a sans doute besoin du contact, de la vision directe ou du face à face pour que le tueur ait conscience du droit de mort dont il dispose. On peut croire que tel n'est pas le cas de l'artilleur ou de l'aviateur qui tirent sur un « objectif », mais comment accorder cette circonstance atténuante aux généraux, ministres et chef de gouvernement dont le moins qu'on puisse attendre d'eux est qu'ils sachent ce qu'ils font ? Quand on compare l'importance des « dégâts » et la justification qu'en donnent les responsables israéliens, on se demande ce qui l'emporte chez eux du mensonge ou du racisme dans leur empressement à pousser au crime.

 

Bien sûr, une bonne partie de leur arrogance dans le déni des faits tient à l'aide constante et à la conduite exemplaire de leur soutien américain, qui a si brillamment réussi la démocratisation de l'Irak et de l'Afghanistan. Les crimes de guerre, la torture des prisonniers, les massacres changent de nature dès lors qu'on les qualifie de lutte contre le terrorisme : ils tirent même de cette qualité une sanctification. Et puis, de toute évidence, les victimes de cette lutte n'ont pas droit à ce statut : il suffit de vous étiqueter « terroriste » pour que vous cessiez d'être un humain.

 

Depuis des années, et les témoignages abondent à ce propos, on assiste en Israël à un entraînement au mépris. Au mépris du Palestinien, jour après jour humilié aux check-points, privé de travail, privé d'eau, d'électricité, de nourriture, malmené pour un oui pour un non, emprisonné sans jugement… Encore n'est-ce là que les formes les plus douces d'une oppression qui n'hésite pas à recourir aux obus, aux bombes, aux fusillades à Gaza ou au fameux « Mur » qui est en train de transformer la Cisjordanie en camp de concentration.

 

La gravité de la situation ainsi créée s'accompagne de dizaines de morts avec un fort pourcentage de femmes et d'enfants. Tout cela a été dénoncé en vain par des articles, des documentaires, des livres, mais rien ne dénonce la dégradation morale qu'entraîne chez les Israéliens l'exercice régulier de l'oppression. Si l'artilleur et l'aviateur ne voient peut-être pas ce qu'ils font, l'oppresseur le voit fort bien quand il laisse des malheureux attendre des heures durant un passage, quand il enfonce les portes, casse les meubles, quand il écrase une maison avec son tank ou son bulldozer, quand il tire sur des enfants. Pour supporter ce face à face, il faut avoir pratiqué longuement le mépris et même en avoir fait sa culture. On sait à quel point il faut déshumaniser l'Autre pour le traiter comme un être inférieur.

Le gouvernement israélien organise cette déshumanisation et le mépris raciste qui en découle. Il s'étonne de la résistance qu'il rencontre dans le temps même où il s'efforce d'en finir avec elle. D'où ce redoublement de violence, qui prouve un désir de génocide latent, et la rage de ne pas oser l'accomplir. Cette rage aveugle monsieur Olmert et sa clique puisqu'elle les fait agir à l'inverse de l'intérêt de leur peuple également aveuglé par leur propagande. Ainsi au quinzième jour de la destruction du Liban avec des bombes américaines dans le but de provoquer le rejet du Hezbollah cause, soit disant, de tout ce malheur, un sondage révèle aujourd'hui que 87% des Libanais voient dans le Hezbollah un mouvement de résistance qui les honore.

 

La bêtise politique est criminelle : on le voyait en Irak, en Afghanistan, on le voit hélas en Palestine et au Liban. Le plus accablant est que cette bêtise ne rencontre aucune opposition dans un Occident qui se déshonore en lui trouvant des motifs respectables. Les pays arabes ne font pas mieux mais ils ont l'excuse, grâce encore à l'Amérique, d'avoir des gouvernements qui sont étrangers aux aspirations de leurs peuples. Il n'est pas nouveau de traiter de terroristes des mouvements de résistance, mais les utilisateurs de cette rhétorique apparemment inusable devraient savoir qu'il est dangereux de précipiter la résistance dans le désespoir.

 

L'honneur n'a jamais été le fort des diplomates et des commerçants, mais il fut longtemps la règle du jeu des militaires. Quel honneur pourrait-il y avoir à bombarder une usine de lait, les pistes d'un aéroport civil ou les immeubles de l'autorité palestinienne ? Il est dommage que Tsahal et ses généraux n'aient jamais eu à méditer ce vers classique devenu proverbial : « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». L'honneur d'Israël ne tient plus qu'aux quelques « refuzniks » qui refusent de massacrer des innocents, mais pour Tsahal, il est trop tard, cette armée d'élite n'est entraînée qu'à écraser plus faible qu'elle, aussi doit-on la considérer désormais comme la plus lâche du monde.

 

Bernard Noël, écrit le 2/08/06.

 

http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=65869

 

Sites à visiter :

http://www.minorites.org/

http://www.palestine-vivra.org/

http://fr.groups.yahoo.com/group/assawra/

http://fr.groups.yahoo.com/group/islam_jeunesse_internati...


Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à :
http://fr.groups.yahoo.com/group/Transfer_info/

09:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, barbarie, courcelles, crimes, colonialisme, democratie, fascisme, guerre, gangsterisme, histoire, irak, afghanistan, imperialisme, israel, liban, liberte, onu, otan, ocupations, palestine, politique, presse, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solida | |  Imprimer | | |

13/09/2006

12/09/2006: Non à la mission de l'ONU

Bravo : le Parti communiste grec est un Parti communiste qui voit clair dans le jeu impérialiste ricano-otan-occidental et pro-sioniste  !

RoRo

 

 

 

 

De : Antonio Artuso [mailto:pueblo@sympatico.ca]
Envoyé : mardi 12 septembre 2006 21:37
À : 00-artusoantonio
Objet : Fw: Liban-Lebanon - Non à la mission de l'ONU - No to UN mission

 


Vous voulez cesser de recevoir mes messages?  Changer ou ajouter une adresse?  Écrivez-moi : pueblo@sympatico.ca

Do you want to stop receiving messages:  Chage or add an e-mail?  Write to: pueblo@sympatico.ca

¿No quiere más recibir mis mensajes?  ¿Quiere cambiar o añadir una direccion?  Escribame: pueblo@sympatico.ca


[FRANÇAIS] + [ENGLISH]

 

[FRANÇAIS]

 

Traduction du Parti communiste du Québec (section du Parti communiste du Canada)

 

----- Original Message -----

From: SolidNet

To: info@solidnet.org

Sent: Friday, September 08, 2006 9:23 AM

Subject: CP of Greece, About the Mission of the Greek Frigate to Lebanon

 

http://www.solidnet.org 

News, documents and calls for action from communist and workers’ parties. The items are the responsibility of the authors.

Join the mailing list: info/subscribe/unsubscribe mailto:info@solidnet.org  .

 

PC de Grèce - Au sujet de la mission de la frégate grecque envoyée au Liban

-------------------------------------------------

From: Communist Party of Greece, Friday, September 08, 2006

http://inter.kke.gr , mailto:cpg@int.kke.gr

==================================================

 

Le Parti communiste de Grèce s'oppose à la participation

 de la Grèce à la mission militaire au Liban

 

Le bureau de presse du Comité central du Parti communiste de la Grèce (KKE) a émis la déclaration suivante au sujet de la décision du gouvernement grec d'envoyer une frégate de la marine se joindre à la force d'intervention des Nations Unies au Liban :

 

«Le gouvernement de Démocratie Nouvelle a assumé d'immenses responsabilités en prenant la décision d'envoyer une frégate grecque et d'autres effectifs militaires au Liban.

 

Le rôle de la soi-disant “mission de maintien de la paix” des Nations Unies est clair et net: il s'agit d'une force d'occupation et d'imposition des objectifs impérialistes, qui interviendra carrément dans les affaires internes du Liban à l'encontre des intérêts des populations de la région.  La mission de cette force consiste à réaliser ce que les envahisseurs israéliens n'ont pas réussi à obtenir, c'est-à-dire le désarmement de la résistance populaire armée.

 

Le gouvernement grec est confronté à une question impitoyable : les forces navales et militaires de la Grèce devront soit renforcer le blocus naval inacceptable et provocateur d'Israël contre le Liban, soit faire partie d'une force de remplacement.

 

L'une ou l'autre de ces options constitue un engagement inacceptable et dangereux.

 

Toutes les parties doivent prendre une position clairement opposée à cette mission.  Ne pas protester clairement constituerait un appui à celle-ci.

 

Le Parti communiste de Grèce (KKE) lance un appel au people grec pour qu'il dénonce cette décision agressive du gouvernement grec et s'y oppose.

 

Aucune participation, d'aucune manière et par aucun moyen à la force d'occupation au Liban!

 

Solidarité avec les luttes des peuples!

 

Athènes, le 6 septembre 2006

 

*FIN DU COMMUNIQUÉ*

 

Pour s'abonner ou se désabonner : mailto:info@solidnet.org

Internet : http://www.solidnet.org

 

 

[ENGLISH]

 

----- Original Message -----

From: SolidNet

To: info@solidnet.org

Sent: Friday, September 08, 2006 9:23 AM

Subject: CP of Greece, About the Mission of the Greek Frigate to Lebanon

 

http://www.solidnet.org 

News, documents and calls for action from communist and workers’ parties. The items are the responsibility of the authors.

Join the mailing list: info/subscribe/unsubscribe mailto:info@solidnet.org  .

 

CP of Greece, About the Mission of the Greek Frigate to Lebanon

-------------------------------------------------

From: Communist Party of Greece, Friday, September 08, 2006

http://inter.kke.gr , mailto:cpg@int.kke.gr

==================================================

 

KKE Condemns Greek Participation in the Military Mission to Lebanon

 

The Press Bureau of the CC of KKE issued the following statement about the governmental decision to dispatch a Greek frigate to the UN intervention force in Lebanon

 

“The government of New Democracy assumes huge responsibilities with its decision to send the Greek Frigate and other military forces to Lebanon.

 

The role of the so-called “peacekeeping mission” of the UN is clear-cut and defined: it is an army of occupation and imposition of the imperialist designs, a force that will pointedly intervene in the internal affairs of Lebanon, against the interest of all peoples of the region. The mission of that force is to accomplish what the Israeli invaders failed to achieve, to disarm the armed popular resistance.

 

The Greek government is faced with a merciless question: will the Greek naval and military forces reinforce the unacceptable and provocative naval blockade of Lebanon by Israel or it is going to participate in a force replacing it

 

Either option constitutes an unacceptable and dangerous engagement

 

All parties must take an unambiguous position against the mission, muttering means agreement and consent.

 

KKE calls upon the Greek people to condemn and express its opposition to this aggressive decision of the Greek Government.

 

No participation, in any way or means, to the occupation force in Lebanon

 

Solidarity with the peoples’ struggle

 

Athens, 6 September 2006

 

*End*

 

subscribe/unsubscribe mailto:info@solidnet.org,

http://www.solidnet.org


 

11:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : barbarie, courcelles, crimes, colonialisme, actualite, belgique, fascisme, grece, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, liberte, onu, otan, occupations, paix, palestine, politique, presse, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Imprimer | | |

09/09/2006

08/09/2006: Halte à l'impérialisme humanitaire !

De : Antonio Artuso [mailto:pueblo@sympatico.ca]
Envoyé : vendredi 8 septembre 2006 16:12
Objet : Communiqué : Impérialisme humanitaire

 


Vous voulez changer ou ajouter une adresse?  Écrivez-moi : pueblo@sympatico.ca
Do you want to stop receiving messages?  Change or add an e-mail address?  Write to: pueblo@sympatico.ca

¿No quiere más recibir mis mensajes?  ¿Quiere cambiar o añadir una dirección?  Escribame: pueblo@sympatico.ca


----- Original Message -----

From: "Lux é diteur" <crioux@luxediteur.com>

Sent: Friday, September 08, 2006 8:44 AM

Subject: Communiqué : Impérialisme humanitaire


 

Communiqué, 7 septembre 2006

Hors d'Afghanistan : Halte à l'impérialisme humanitaire !
Fondements pour un retrait unilatéral des forces armées canadiennes

« L'Impérialisme humanitaire », un livre de Jean Bricmont publié chez LUX Éditeur est maintenant disponible en librairie. Dans cet ouvrage attendu, l'auteur livre des arguments forts pour une opposition sans complexe aux interventions militaires et dresse les fondements d¹un argumentaire qui pourrait servir aux Canadiens pour un retrait unilatéral de nos forces armées en Afghanistan.

En faisant un examen du consensus qui apparaît lorsque les grandes puissances, dont le Canada, s¹appuient sur la défense des droits humains et la promotion de la démocratie afin de justifier leurs invasions militaires, Bricmont jette un regard critique sur les préjugés et les manipulations qui sous-tendent l'idéologie de l¹ingérence. Par le fait même, il soulève un nombre de questions qui sont rarement énoncées et auxquelles on ne s¹attarde que trop rarement : à qui profitent vraiment ces ingérences militaires ? Aux populations locales ou aux grandes entreprises ? La vision traditionnelle du droit international, qui interdit l¹ingérence unilatérale, est-elle vraiment dépassée ? Lorsque l¹on parle de démocratie et de droits de l¹homme, pense-t-on aussi aux droits économiques et sociaux ? Doit-on envahir un pays entier et le plonger dans la guerre civile, sous prétexte, par exemple, que les femmes sont soumises à un régime barbare et dégradant ?

C¹est à ces questions, où les considérations politiques, éthiques et morales sont aussi nombreuses que complexes, que s¹attaque Jean Bricmont. Sans tomber dans le relativisme culturel, l¹auteur d¹Impérialisme humanitaire remet en question la légitimité et les effets des politiques occidentales vis-à-vis du tiers-monde. En esquissant une démarche politique autre que celle de l¹ingérence, fondée sur une vision radicalement différente des rapports Nord-Sud, Bricmont en appelle à l'engagement citoyen. Nos gouvernements tentent de justifier l'injustifiable : un appui servile à l'impérialisme le plus brutal et destructeur, pourvu qu'il se drape dans les oripeaux de la liberté.
C'est à cette logique qu'il faut s'opposer afin d'établir les bases morales d'un retrait des forces armées canadiennes d'Afghanistan.

Également co-auteur, avec Alan Sokal, du retentissant Impostures intellectuelles, Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l¹Université catholique de Louvain, en Belgique. Il est disponible pour des entrevues téléphoniques, et peut se déplacer à Paris pour des captations en studio (télé et radio). Afin de planifier une entrevue, ou demander un exemplaire du livre en service de presse, veuillez vous adresser à Louis-Frédéric Gaudet, en téléphonant au (514) 521-5499 ou en écrivant à l'adresse électronique suivante :
lf.gaudet@luxediteur.com.

Disponible en librairie
Jean Bricmont, L'Impérialisme humanitaire
Préface de Normand Baillargeon
Montréal, Lux Éditeur, 2006,
228 pages.
ISBN 2-895960-38-0
Prix : 21,95 $

21:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, afghanistan, belgique, canada, courcelles, colonialisme, democratie, guerre, histoire, irak, imperialisme, liban, liberte, onu, otan, occupations, palestine, paix, politique, presse, romain, resistance, silence, solidarite, usa | |  Imprimer | | |

05/09/2006

05/09/2006: LIBAN: Pourquoi allons-nous payer ?


De : Michel Collon [mailto:michel.collon@skynet.be]
Envoyé : mardi 5 septembre 2006 0:43
Objet : Pourquoi allons-nous payer ?

 

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Pourquoi allons-nous payer ?
MICHEL COLLON

Nous, petits contribuables belges, français ou européens, allons payer pour reconstruire le Liban. C'est-à-dire pour réparer ce qu'Israël détruira de nouveau dans deux ou trois ans.
Les victimes libanaises en bénéficieront-elles ? Très peu car ce style de « reconstruction » les endettera et profitera surtout à quelques grosses entreprises européennes. Détruire et reconstruire, elles adorent.
En Europe, on n'a pas d'argent pour l'emploi, les écoles ou les pensions trop basses. Mais pour gonfler les profits de nos exportateurs, oui.
En Justice, c'est le coupable qui doit payer ce qu'il a cassé. En politique, pas du tout. Ce sont d'autres victimes. Cette hypocrisie de l'U.E. aidera les États-Unis à maintenir Israël dans son rôle de « flic » local. Chargé de patrouiller au Moyen-Orient, afin qu'Esso continue à augmenter chaque année ses bénéfices - records. Pendant que les peuples arabes subiront la pauvreté.
Ne serait-il pas plus logique d'adresser la facture à Washington d'où viennent les missiles, les chars, les bombes à fragmentation et surtout les ordres ?


Davantage sur Israël et le Moyen-Orient : Invités

10:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : euro-dictature, presse, politique, romain, silence, belgique, actualite, barbarie, courcelles, colonialisme, fascisme, europe, guerre, imperialisme, israel, liban, onu, otan, occupations, palestine, racisme, resistance, sionisme, solidarite, terrorisme, usa, social | |  Imprimer | | |

29/08/2006

SOLIDAIRE n° 31 du 30 août 2006

Solidaire n° 31 du 30 août 2006

30-08-2006

L'énergie 20% moins chère, c'est possible

Votre facture de gaz et d'électricité est salée. Et la libéralisation annoncée pour le 1er janvier 2007 en Wallonie et pour le 1er juillet 2007 à Bruxelles ne va pas l'alléger. Le PTB avance deux propositions pour la rendre 20% moins chère. Une entreprise communale de l'énergie et une réduction de la TVA de 21 à 6%.

> Lire l'article

Molenbeek: «Nous voulons au maximum 15 élèves par classe»

«Moi, je n'ai jamais pu étudier...» dit un papa dans l'enquête réalisée par le PTB à Molenbeek. La situation des écoles y est alarmante. Réaction de Dirk De Block, n°2 sur la liste PTB aux élections communales.

> Lire l'article

Paul Pataer explique sa rupture avec le SP.a

«Gravement malade.» Tel est le diagnostic du sénateur honoraire et conseiller CPAS gantois Paul Pataer (67 ans) à propos du SP.a, parti au sein duquel il a été actif durant plus de vingt ans. Pataer s'en est allé. «Le débat politique au sein du SP.a a quasiment disparu.»

> Lire l'article

Près de 1.000 emplois menacés par Agfa-Gevaert en Belgique

Euphorie à la Bourse: Agfa-Gevaert annonce la suppression de 1.990 emplois, dont 945 en Belgique. Réactions des délégués.

La Nouvelle-Orléans, un an après l'ouragan Katrina

Le 29 août 2005, l'ouragan Katrina faisait 2.000 victimes à La Nouvelle-Orléans. Un an après, le Dr Geert Van Moorter de Médecine pour le Tiers Monde a voulu savoir où en était la situation.

> Lire l'article

Et en plus...

21:31 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme, charleroi, hainaut, histoire, actualite, belgique, communime, courcelles, democratie, elections, guerre, liban, israel, liberte, mr, palestine, politique, presse, ps, ptb, romain, resistance, sionisme, silence, solidaire, socialisme, social, solidarite, syndicats, terror | |  Imprimer | | |

24/08/2006

24/08/2006: Les nouvelles de Stop Usa ....

De : Stop USA [mailto:info@stopusa.be]
Envoyé : jeudi 24 août 2006 13:43

Objet : News

 

www.stopusa.be

 

Nederlands

 

Israël a largué des bombes à fragmentation sur 170 sites au Sud-Liban, rapporte l'ONU
23 août 2006 - Reuters

Israël a délibérément largué des bombes à fragmentation sur des dizaines de villages du Sud-Liban, en violation flagrante du droit international. Une proportion des bombes éparpillées n'explosent pas sur le champs, et constituent à présent une menace mortelle pour les civils, particulièrement les enfants. 

Amnesty International accuse Israël de crimes de guerre
23 août 2006 Reuters

 

«L'affirmation par Israël que les attaques des infrastructures étaient légales est de toute évidence erronée. (...) Nombre de violations décrites dans notre rapport, telles que des attaques disproportionnées et menées sans discrimination, constituent des crimes de guerre. Les éléments suggèrent fortement que la destruction massive de centrales d'eau et d'électricité et d'infrastructures indispensables au transport de la nourriture et de l'aide humanitaire était délibérée et s'inscrivait dans une stratégie militaire» 

 

La résolution 1701 de l'Onu apportera-t-elle la paix au Liban ?

 

Ce n'est qu'après un mois de guerre et plus de 1200 morts que le Conseil de sécurité est enfin parvenu à se mettre d'accord sur un arrêt des hostilités au Liban. Durant trois semaines, la chose n'a pas été une priorité pour les États-Unis et Israël. Israël n'acceptait de mettre un terme à son agression contre le Liban que si le mouvement de résistance du Hezbollah était refoulé à au moins 30 km plus au Nord, au-delà du fleuve Litani. 

 

La Belgique doit-elle envoyer des troupes au Liban ?

 

Le gouvernement belge se tâte encore à propos d'une éventuelle participation à la force des Nations unies. Tout comme la France, les USA et Israël, la Belgique veut qu'il y ait un mandat bien clair : les troupes de l'ONU doivent avoir le droit d'utiliser leurs armes. Tant la France que l'Italie et l'Allemagne, ont déjà fait savoir clairement ce qu'elles considèrent comme leur première tâche: le désarmement de la résistance libanaise. À aucun moment, ces pays n'ont condamné l'agression contre le Liban, les violations du droit international ou les crimes de guerre d'Israël. Avec une troupe d'intervention internationale de ce genre, les États-Unis et Israël pourraient à tout le moins fêter la victoire de leur guerre injuste. 

 

Un pays renvoyé vingt ans en arrière par les bombardements

 

Bilan de l'agression commise par Israël.

 

Aznar : « L'OTAN devrait être en train de bombarder le Liban »
19 août 2006 - BBC

 

Journaliste : vous êtes en train de dire que l'OTAN devrait être en train de bombarder le Liban ?
Aznar : Si c'est nécessaire, oui. Parce que je considère qu'Israël est une partie essentielle du monde occidental. Et je considère que mes intérêt, ma démocratie, ma liberté, ma prospérité, passent actuellement dans une large mesure par l'existence d'Israël... et cette lutte est une lutte vitale pour l'existence d'Israël... et moi je soutiens cette idée qu'il est nécessaire de garantir l'existence d'Israël... Israël est une partie du monde occidental. 

 


Français

 

Een land 20 jaar achteruit gebombardeerd

Balans op van wat het Israëlisch leger in het land heeft aangericht 

Brengt VN-resolutie 1701 vrede in Libanon?

 

Een goede week geleden, op 12 augustus, keurde de VN-Veiligheidsraad resolutie 1701 goed. Sinds 14 augustus is een stopzetting van de vijandelijkheden van kracht. Is dit het begin van de vrede?

 

Moet België troepen sturen?

 

De Belgische regering beraadt zich nog over een deelname aan deze VN-macht. Net als Frankrijk, de VS en ... Israël wil België echter dat er een duidelijker mandaat komt: de VN-troepen moeten het recht hebben om wapens te gebruiken. Zowel Frankrijk, dat het bevel voert, als Italië en Duitsland hebben al duidelijk gemaakt dat ze als hun belangrijkste taak zien: de ontwapening van het Libanese verzet. Ze hebben op geen enkel moment de agressie tegen Libanon, de inbreuken tegen het internationaal recht en de oorlogsmisdaden van Israël veroordeeld. Met een dergelijke internationale troepenmacht zouden de VS en Israël toch de overwinning van hun onrechtvaardige oorlog kunnen vieren.

 

De regels van de Westerse Media
15 Augustus 2006 - Assarwa / Indymedia

 

Neutrale journalistiek in de Westerse Media? Vergeet het.

 

Souha Bechara: «We zullen onze dorpen in Libanon heropbouwen»

 

Souha Bechara is een belangrijke figuur in het Libanese verzet. Tijdens de eerste bezetting van Libanon door Israël, probeerde ze in 1988 ­ ze was toen 20 ­ generaal Antoine Lahad, hoofd van de militie die samen met Israël Zuid-Libanon controleerde, te vermoorden. Ze werd zonder proces tien jaar opgesloten (1989-1998) in de beruchte gevangenis van Khiam, in Zuid-Libanon. Sinds haar vrijlating ijvert ze voor de bevrijding van de 10.000 Palestijnse en Libanese gevangenen in Israël. De Libanese verzetsvrouw Souha Bechara ijvert voor de vrijlatiing van de 10.000 Palestijnse en Libanese gevangen die in Israëlische gevangenis worden vastgehouden.

23:29 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, barbarie, courcelles, crimes, colonialisme, euro-dictature, fascisme, france, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, onu, otan, occupations, palestine, paix, politique, presse, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Imprimer | | |

18/08/2006

18/08/2006: Dessins artistiques et caricatures en faveur de la paix

Dessins artistiques et caricatures en faveur de la paix

13:47 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, barbarie, courcelles, crimes, fascisme, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, onu, otan, occupations, palestine, afghanistan, politique, romain, resistance, sionisme, silence, terrorisme, usa, irak, paix | |  Imprimer | | |

18/08/2006; Les enfants du Liban vous demandent de leur laisser leur enfance !

 

http://kelpolitique.blogspot.com/2006/08/les-enfants-du-l...

13:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, crimes, colonialisme, barbarie, fascisme, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, onu, otan, occupatins, presse, palestine, politique, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Imprimer | | |

17/08/2006

17/08/2006: Israël doit être jugé !


De : Joss Rovélas [mailto:jossrovelas@msn.com]
Envoyé : jeudi 17 août 2006 14:10
Cc : victoriamsantiago@yahoo.com; m.rosette@free.fr; roger.romain@skynet.be; ROLAND.LOE-MIE@wanadoo.fr
Objet : 
Israël doit être jugé !

 

transmis par  mondher.sfar@club-internet.fr

 

Israël doit être jugé !
Jean Claude Lefort ( Député français )

Les crimes de guerre commis au Liban doivent être jugés par la Cour pénale internationale ! Citoyennes et Citoyens du monde, attachés aux valeurs universelles qui fondent la civilisation et au respect absolu de la Charte de Nations unies ainsi qu’à d’autres Conventions internationales qui énoncent les principes majeurs qui doivent impérativement être respectés par tous les Etats de la planète sous peine d’un recul tragique des droits humains, nous exprimons notre vive condamnation contre les crimes perpétués par l’armée israélienne à Cana, qui ont entraîné la mort volontaire de dizaines de civils libanais, en particulier d’enfants et de bébés.

Ces crimes, qualifiables de « crimes de guerre », ne peuvent et ne doivent pas rester impunis pas plus que d’autres qui se révéleraient. Il en va du respect de la justice humaine sur cette planète et de l’avenir des relations internationales.
Citoyennes et Citoyens du monde, nous considérons comme un devoir et un droit imprescriptibles de traduire les responsables de ces crimes, en particulier le Premier ministre israélien, M. Ehud Olmert, devant la Cour pénale internationale absolument qualifiée pour en juger.

La Cour pénale internationale peut être saisie de diverses manières et non pas seulement sur décision du Conseil de sécurité de l’ONU. En particulier, le Procureur de la Cour pénale internationale peut en décider sur la base et au vu des plaintes déposées qui lui sont transmises.

Estimant que les autres voies de saisine de la Cour pénale internationale se révèlent actuellement bouchées du fait d’un blocage prévisible de la part de certaines grandes puissances et de l’impossibilité pour le Liban de la faire actuellement, alors qu’il n’est pas partie du traité instituant cette Cour, nous décidons de prendre fermement le relais des défaillances des institutions actuelles et de rassembler, au niveau mondial, toutes celles et tous ceux qui ont à cœur et veulent défendre la justice et le droit mais aussi porter un coup d’arrêt aux politiques de force aveugle et brutale en les sanctionnant.
Cet « Appel de Paris » est lancé à travers le monde. Il se veut rassembleur de toutes les individualités et sensibilités respectueuses des droits humains et décidées à apporter leur contribution à leur pleine réalisation sur terre.

Pour que l’avenir ne répète à l’infini pas ce triste et insupportable passé, qui s’est déroulé à Cana mais aussi à Gaza, la Cour pénale internationale doit être saisie et doit juger.
Nos signatures valent plaintes. Elles seront déposées et transmises au Procureur de la Cour dès que leur nombre sera significatif pour que notre démarche citoyenne soit efficace.

Il y a urgence. Sans attendre nous décidons de former une chaîne humaine sur les cinq continents pour exiger justice et réparation. Justice et droit pour le Proche-Orient !
PS : Cet Appel sera traduit en 10 langues. Il est suggéré de le reproduire et de le faire circuler le plus largement possible sous forme papier ou électronique. Les signatures, avec les noms, prénoms, coordonnées, titres de chaque signataire et le pays d’origine de chacune et chacun sont nécessaires.

Elles doivent être rassemblées à l’adresse électronique suivante : solidariteliban@orange.fr
Un site Internet global sera ouvert et porté à la connaissance de tous. Des sites nationaux peuvent aussi voir le jour. Chacun s’organisera comme il souhaitera. Un maximum d’initiatives individuelles ou collectives s’impose pour aboutir.

Jean Claude Lefort ( Député français )
Mercredi 16 août 2006

21:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, crimes, actualite, colonialisme, barbarie, courcelles, fascisme, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, otan, occupations, palestine, politique, presse, romain, resistance, sionisme, silence, solidarite, usa, onu, terrorisme | |  Imprimer | | |

15/08/2006

14/08/2006: Boycottons le sionisme !

 

 

----- Original Message -----

From: BCMP

Sent: Monday, August 14, 2006 3:56 PM

Subject: TR: [Uneautregauche-sf] LA GUERRE DU LIBAN

 

APPEL AU BOYCOTT

 

Malgré le cessez le Feu qui risque d’être précaire, nous devons continuer à nous mobiliser , car il y a toujours le Blocus maritime et aérien , il y a la destruction de l’infrastructure libanaise , il y a plus de mille civils assassinés , que LE PROBLEME PALESTINIEN est toujours d’actualité , qu’on continue à assassiner des palestiniens, que la moitié  du gouvernement palestinien élu démocratiquement ainsi que des centaines de prisonniers sont  toujours sous les verrous .

Une rencontre préalable est nécessaire  entre les différents acteurs pour organiser le BOYCOTT     d’une façon efficace

 

Raouf

    

 

SILENCE, ON TUE

MANIFESTEZ , PROTESTEZ ,SIGNEZ DES PETITIONS

SILENCE,  ON CONTINUE À TUER

 

 

La rue n’a plus rien à dire disent de plus en plus nos politiciens

Et ce constat  est de plus en plus réel et de plus en plus fréquent

La guerre de l’Irak , le contrat des générations , actuellement la guerre du  Liban

ne sont que quelques exemples qui nous montrent que nos manifestations ,nos protestations ,nos pétitions n’ont plus aucun effet sur le cours des choses

.

Le dernier café politique d’Attac à eu un grand succès : il concernait « la guerre du Liban » ,  nous

sommes sortis avec un goût de frustration ,malgré les témoignages excellents

celui calme de Loos , émouvant de Nidal ou passionné de Rudolf,nous étions nombreux

car nous nous sentions concernés par cette guerre , mais sans avoir de réponse à la question lancinante =

QUE POUVONS NOUS FAIRE ? POUR POUVOIR PESER SUR LA BALANCE

COMMENT FAIRE POUR QUE NOTRE CONTESTATION PUISSE ETRE UTILE. ?

Les remarques de Nidal concernant aussi le désir d’Israël d’éliminer un concurrent économique en détruisant l’usine de lait et en polluant 70 km de côte et en détruisant systématiquement les infrastructures libanaises, nous ont conduit à la conclusion suivante

 

 

NOUS MEMBRES D’UNE AUTRE GAUCHE

DECIDONS

DE LANCER L’INITIATIVE SUIVANTE

 

LE BOYCOTT DE TOUS LES PRODUITS ISRAELIENS

 IL FAUT TOUCHER AUX INTERETS ECONOMIQUES ISRAELIENS

COMMENT ?

Le Boycott ne consistera pas seulement à ne plus acheter ces produits

mais à  en empêcher 

La DISTRIBUTION dans les grandes surfaces

La VENTE dans les marchés matinaux ,et 

L’  ARRIVEE dans les ports du pays

Et à organiser

L’  EXTENTION DU BOYCOTT à l’ensemble des pays Européens .

 

Que toute personne qui veut réellement poser un acte positif ayant une

portée concrète et pas seulement symbolique se désigne , en adhérant à

l’action de boycott que nous organisons  et en envoyant son accord

à bcmp@skynet.be  pour participer à cette action

 

 

Si l’assassinat de civils dont la majorité  sont des enfants nous révolte

on peut accepter quelques risques et quelques désagréments pour prouver  notre engagement

 

Raouf BEN AMMAR 

12:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, barbarie, crimes, colonialisme, fascisme, guerre, imperialisme, israel, liban, otan, onu, occupations, palestine, presse, politique, romain, resistance, racisme, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Imprimer | | |

12/08/2006

12/08/2006: LONDRES: Menace réelle ou … brouillard ???

Menace réelle ou … brouillard ???

Attendons donc la suite.

RoRo

 

 

 

De : Transfer_info@yahoogroupes.fr [mailto:Transfer_info@yahoogroupes.fr] De la part de nadjat soufi
Envoyé : samedi 12 août 2006 19:37
À : Transfer info
Objet : [Transfer_info] LONDRES : Les attentats déjoués serviraient à détourner l’attention de la guerre du Liban

 

Logo El Watan

État d’alerte en Grande-Bretagne et aux États-Unis

Une vague d’attentats déjouée à Londres

Un complot terroriste international visant à faire exploser en vol plusieurs avions de ligne entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis a été déjoué in extremis, jeudi, par la police britannique.

 

Une série d’attentas qui, si elle avait eu lieu, aurait été comparable à celle du 11 septembre 2001, estime le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Paul Chertoff. Les auteurs présumés de ce complot à grande échelle étaient à « environ deux jours d’un test, et à quelques jours de passer à l’acte », avait-il encore précisé. Selon M. Chertoff, les criminels présumés avaient opté pour des explosifs liquides. Depuis jeudi, à l’aube, le Royaume-Uni s’est immédiatement placé en état d’alerte maximale, adoptant des mesures de sécurité exceptionnelles qui ont provoqué le chaos dans tous les aéroports du pays et dans le ciel européen. « Nous avons perturbé un plan terroriste qui visait à commettre un assassinat de masse », a estimé le chef-adjoint de la police britannique, Paul Stephenson. Le complot avait « une dimension mondiale » et impliquait « un grand nombre de personnes » tant en Grande-Bretagne qu’à l’étranger, a précisé le chef de l’unité antiterroriste de la police, Peter Clarke. Une source britannique évoquait des attentats « dans deux jours » contre des appareils des compagnies américaines.

 

L’ombre d’El Qaîda

 

Le coup de filet de Scotland Yard a débouché, dans la nuit de mercredi à jeudi, sur l’arrestation de 24 terroristes présumés, tous des Britanniques musulmans d’origine pakistanaise, alors que deux Britanniques sont arrêtés au Pakistan. D’autres personnes soupçonnées, dont le chef de file, sont activement recherchées par la police britannique. L’enquête pourrait mener à Al Qaîda, a suggéré M. Chertoff depuis Washington. Selon des experts, seul le réseau Al Qaîda dispose de l’ambition et des moyens de mener un projet aussi spectaculaire, d’autant plus que les attaques contre des transports publics et des avions constituent la signature d’El Qaîda. Le président américain, W. Bush, a décrit ce plan terroriste comme « le parfait rappel que les Etats-Unis sont en guerre contre les fascistes islamiques ». La Grande-Bretagne a été placée, pour la première fois, au niveau d’alerte « critique » qui avertit d’une « attaque terroriste imminente ». Le renforcement des mesures de sécurité a immédiatement entraîné des files d’attente et des cohues dans tous les aéroports du pays et surtout à Londres-Heathrow, où 200 000 passagers ont été touchés par des annulations et des retards. British Airways a annulé pas moins de 400 vols intérieurs et européens de et vers cet aéroport, alors que l’aéroport de Londres tourne, toujours, au ralenti. Tous les passagers sont désormais fouillés au corps, et les bagages à main sont limités au strict nécessaire, tels que les passeports, les médicaments, les lunettes, les laits maternisés, etc. En revanche, les liquides, les gels et les boissons ainsi que des appareils électriques, y compris les téléphones portables, sont désormais interdits à bord. Aux Etats-Unis, le département de la Sécurité intérieure a relevé le niveau d’alerte pour tous les vols à destination du pays, et placé les vols en provenance de Grande-Bretagne au niveau de surveillance le plus élevé. En France, le plan Vigipirate est maintenu au niveau rouge et les bagages à main sont systématiquement fouillés, au départ des vols à destination de l’Angleterre, des Etats-Unis et d’Israël. 75 vols au départ de la France et à destination de la Grande-Bretagne ont été annulés. Par ailleurs, la presse russe s’interroge sur la crédibilité de l’annonce par Londres de ce projet d’attentat, estimant que cela va surtout profiter au Premier ministre, Tony Blair. Pour plusieurs titres de la presse russe, cette affaire peut servir à détourner l’attention de la guerre du Liban qui préoccupe beaucoup plus MM. Blair et Bush que la menace des attentats.

 

Mustapha Rachidiou

 

12 août 2006

 

http://www.elwatan.com/spip.php?page=article&id_artic...



Forums amis :

http://fr.groups.yahoo.com/group/assawra/

http://fr.groups.yahoo.com/group/islam_jeunesse_internati...


Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à :
http://fr.groups.yahoo.com/group/Transfer_info/

20:11 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, barbarie, crimes, courcelles, colonialisme, fascisme, guerre, imperialisme, israel, liban, onu, otan, palestine, occupations, presse, politique, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Imprimer | | |

10/08/2006

10/08/2006: Dix belges sous les bombes israéliennes


De : Transfer_info@yahoogroupes.fr [mailto:Transfer_info@yahoogroupes.fr] De la part de sidahmed bouziane
Envoyé : jeudi 10 août 2006 16:43
Objet : [Transfer_info] LIBAN : Dix belges sous les bombes israéliennes

 

Dix belges sous les bombes israéliennes

 

Jo Cottenier, membre de la direction du PTB, a accompagné au Liban huit jeunes de la région d’Alost. Dans le camp de réfugiés palestiniens de Rashedieh, ils ont été pris sous les bombardements israéliens. « C’est grâce à nos amis palestiniens que nous avons pu revenir si vite en Belgique ». Récit.

Julien Versteegh
20-07-2006

 

Qu’est-ce qui vous a amené à être au Liban ?

 

Il s’agissait d’un voyage organisé à l’initiative de An Muylaert, médecin du travail, activiste pour le problème des réfugiés palestiniens. Nous accompagnions huit jeunes de 18 à 23 ans de la région d’Alost et qui n’avaient jamais été au Liban. Nous étions partis faire un camp de travail volontaire dans le camp de réfugiés palestiniens de Rashidieh, à 10 km de la frontière israélienne. Près de 20 000 personnes y vivent sur une superficie de 1 km2. Nous y étions accueillis par l’organisation Beit Atfal Assomoud qui s’occupe d’enfants, de jeunes et mène l’éducation autour des droits légitimes du peuple palestinien.

 

Nous sommes arrivés au Liban le 3 juillet. Les jeunes se sont très vite familiarisés avec les palestiniens sur place. Ils ont organisé des jeux, des chants, des danses avec les jeunes du camp. Nous avons organisé un pic nick dans les montagnes. Le matin il y avait des animations, l’après-midi des visites de familles pauvres, des discussions, des échanges culturels. Deux jeunes du groupe se sont occupés de repeindre les maisons des familles les plus pauvres.

 

Nous avons visité la frontière israélienne où des palestiniens expliquaient que leur village n’étaient pas loin de l’autre côté.

 

Puis sont arrivés les bombardements…

 

Le matin du 12 juillet, nous étions occupés à des animations avec les enfants. Tout à coup, les palestiniens nous disent qu’il y a un fameux problème, que deux soldats israéliens ont été capturés et qu’il y a des tirs et des bombardements à la frontière. Au loin, nous pouvions voir la fumée des bombardements sur la frontière.


Des avions nous ont survolés. Des jeunes de notre groupe ont vu l’armée libanaise tirer sur les avions.


La situation était très délicate. Nous avions la responsabilité d’un groupe de huit jeunes. Nous avons décidé d’appeler l’ambassade pour savoir ce qu’ils nous conseillaient de faire. Je leur ai téléphoné. D’abord ils étaient paniqués de nous savoir dans un camp palestinien…

 

A part cela, ils ne savaient pas nous conseiller. Ils nous disaient de rester sur place. Mais les Palestiniens nous ont conseillé de partir immédiatement, de ne prendre aucun risque. Ils nous ont fourni un bus avec un chauffeur.

 

La route vers Beyrouth était déjà bombardée. Nous avons dû faire un grand détour par des chemins de montagnes poussiéreux.

 

Heureusement, nous connaissions beaucoup de gens sur place, principalement dans les camps de réfugiés palestiniens. Nous téléphonions à chaque déplacement pour annoncer notre arrivée. A chaque fois, nous étions accueilli à bras ouverts. Nous pensions que les évènements se limiteraient au sud du pays. Nous avons logé dans le camp de Mar Elias à Beyrouth. Nous sommes arrivés mercredi après-midi à Mar Elias. Notre avion était prévu le samedi matin. Nous pensions être en sécurité. Mais le jeudi matin à 6 heures, nous avons été réveillés par les bombardements sur l’aéroport.

 

Les bombardements semblaient ciblés. Mais lorsque nous avons appris que l’aéroport de Beyrouth avait été détruit, nous avons finalement décidé de partir directement vers Damas et la Syrie. Nos amis palestiniens du PYO (organisation des jeunes du Front Populaire de Libération de la Palestine) nous ont aidé pour réserver un bus vers Tripoli, dans le nord. Ils ont contacté le camp de Nar El Baret pour annoncer notre arrivée. La route entre Beyrouth et Damas était coupée. Nous avons donc décidé d’aller vers le nord franchir la frontière. De Nar El Baret, nous avons contacté une compagnie de transport. C’était un combat pour avoir un mini bus. Nous avons payé 325 dollars pour une réservation pour le lendemain. Nous avons logé dans le camp de Nahr El Bared. Le lendemain, vendredi, le bus devait arriver à 10 heures. A midi, il n’était toujours pas là. Les palestiniens ont réussi à négocier un arrangement. L’ambassade belge était en contact avec nous. Mais elle courait derrière les évènements et ne prenait aucune initiative. Ils n’ont même pas demandé les noms des membres du groupe. A part nous dire que nos initiatives étaient bonnes, ils ne faisaient rien.

 

Finalement notre bus est arrivé à 14 heures. A 16 heures nous étions à la frontière syrienne. Mais tout était bloqué. Nous avons fait les derniers kilomètres à pied à travers un flot de milliers de personnes en fuite.

 

Pendant 12 heures, nous avons attendu un visa pour pouvoir quitter le Liban. C’était une bataille pour changer de l’argent, avoir des dollars, pour avoir le visa. C’était le chaos complet. Il nous a fallu des heures pour comprendre qu’il fallait payer pour passer. Nous avons payé 50 dollars et 30 euros pour avoir notre visa.

 

A quatre heures du matin, nous avons enfin pu entrer en Syrie. Arrivés à 7 heures du matin à Damas, dans le camp de réfugiés de Yarmouk où nos amis du PYO nous attendaient.

 

Nous avons raté l’avion et attendu un jour de plus pour prendre le suivant. Mais nous sommes les premiers Belges à être rentré à Zaventem dimanche soir. Et ceci c’est grâce à nos amis palestiniens qui nous ont admirablement bien aidés. Nous ne nous sommes jamais sentis en danger.
     
Comment expliquer l’offensive israélienne ?

 

C’était préparé depuis longtemps. Les Israéliens ont différents objectifs, dont celui de détruire la force de frappe du Hezbollah. La capture de deux soldats n’est qu’un prétexte.

Cela reflète leur esprit colonialiste pour lequel un Israélien vaut 100 libanais. Pour deux soldats, la réaction israélienne est complètement démesurée.

 

C’est un coup monté et préparé. Israël a des ambitions régionales qui sont soutenues par les grandes puissances occidentales. Ils veulent déstabiliser le gouvernement libanais qui est déjà très fragile. On y retrouve le Hezbollah et des ennemis féroces du Hezbollah.

Dans l’histoire, Israël a déjà essayé d’imposer au Liban une dictature à la botte d’Israël. Aujourd’hui ils semblent refaire la même chose, en essayant de complètement déstabiliser le gouvernement et forcer une partie de celui-ci à combattre le Hezbollah. Il y a aussi la volonté de façonner un nouveau Moyen-Orient à la solde des Etats-Unis.

Aujourd’hui, à travers le Liban, ils ciblent la Syrie et l’Iran. Les Etats-Unis veulent instaurer un contrôle global sur la région. C’est pour cela qu’il faut être solidaire de la lutte palestinienne et de ceux qui les soutiennent.

 

Le Hezbollah est présenté comme une menace dans la région. Avez-vous eu l’occasion de le rencontrer ?

 

Nous avions demandé avant le voyage une rencontre avec quelqu’un du Hezbollah. Nous nous sommes rendus à Saïda où nous avons été reçu par le dirigeant du Hezbollah du Sud Liban, le sheik Nabil Kaouk. Nous avons discuté une heure ensembl au cours d’une entrevue très amicale et très ouverte.

 

Le Hezbollah se déclare complètement solidaire de la lutte palestinienne. Il est scandalisé par les événements de Gaza. Quand une famille palestinienne est massacrée sur une plage de Gaza tout les médias parlaient du Mondial de football. Mais quand un soldat israélien se fait enlever, la communauté internationale parle du terrorisme palestinien ou du terrorisme du Hezbollah.

 

Le Hezbollah veut continuer le combat pour faire respecter les résolutions de l’ONU et la création de l’état palestinien.

 

Le Hezbollah est une force politique importante dans la vie politique libanaise. Leur conception de la société n’est évidemment pas la nôtre, ils veulent une société islamique. Mais si l’on interroge les progressistes libanais, tous ont beaucoup d’admiration pour la capacité d’action du Hezbollah. Après une heure d’entrevue avec le sheik, trois télévisions libanaise sont arrivées dans le bureau : Al Manar, LBC et TV News. Nous sommes passés sur les trois chaînes avec un message de soutien à la lutte palestinienne.

 

Le Hezbollah est le seul parti libanais qui a la volonté et la capacité de résister à Israël. Et la question est la suivante : soit on résiste, soit on accepte l’injustice. Israël ne reconnaît pas les élections libres palestiniennes. Une partie du gouvernement palestinien a été arrêté. Israël massacre sans que personne ne bouge. C’est dans ce contexte que le Hezbollah a kidnappé deux soldats israéliens.

 

Mais leur rôle est contesté dans la vie libanaise. Le Hezbollah a deux ministres au sein du gouvernement. Mais beaucoup s’opposent au Hezbollah. Israël et les Etats-Unis exigent que le Hezbollah respecte la résolution de l’ONU 1557 qui exige son désarmement. Le Hezbollah dit qu’il acceptera lorsque toutes les résolutions concernant les palestiniens seront appliquées, y compris le retour des réfugiés.

 

Il semblerait pourtant que l’Iran et la Syrie sont derrière toute cette affaire…

 

C’est évident que la Syrie et l’Iran soutiennent le Hezbollah. Mais Israël a un soutien combien plus important des Etats-Unis. Israël possède l’arme atomique et des armes sophistiquées.

 

Le soutien de la Syrie et de l’Iran n’explique pas l’énorme soutien de la population libanaise pour le Hezbollah. Car le Hezbollah ne ferait pas ce qu’il fait s’il ne comptait sur un grand soutien parmi la population. Le Hezbollah s’est constitué comme organisation de résistance lors de l’invasion israélienne du Liban en 1982. Il me semblera très difficile de venir à bout du Hezbollah. L’attaque israélienne ne fera que renforcer les ressentiments à l’égard d’Israël.

 

Une expérience comme celle-là doit laisser des traces…

 

Pour le groupe c’était une aventure incroyable. L’ambiance était très chaleureuse. Mais c’était très triste de devoir abandonner tous ces amis. Nous avons vécu en première ligne le début des hostilités. Le fait de vivre cela nous a laissé une sensation unique. Nous avons pu comprendre la question palestinienne, la question du Hezbollah et la brutalité de l’armée israélienne qui bombarde n’importe quoi.

 

Le groupe est prêt à retourner là-bas. Les parents ont vu que nous avions été responsables par rapport aux jeunes.


Ces jeunes qui n’étaient pas politisés sont aujourd’hui convaincus de la justesse de la lutte palestinienne et de la résistance à Israël.

 

http://www.ptb.be/scripts/article.phtml?lang=2&obid=31903



Forums amis :

http://fr.groups.yahoo.com/group/assawra/

http://fr.groups.yahoo.com/group/islam_jeunesse_internati...


23:15 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sionisme, actualite, barbarie, crimes, colonialisme, courcelles, fascisme, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, onu, otan, occupations, palestine, politique, presse, romain, racisme, resistance, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Imprimer | | |

03/08/2006

02/08/2006: INCURSIONS par Bernard NOËL: L' armée la plus lâche du monde ...


De : rchabert [mailto:rchabert@wanadoo.fr]
Envoyé : mercredi 2 août 2006 15:30
À : "Undisclosed-Recipient:;"@orange.fr
Objet : Fw: INCURSIONS par Bernard NOËL

 

 

----- Original Message -----

From: Pierre AUTIN-GRENIER

Sent: Wednesday, August 02, 2006 9:34 AM

Subject: INCURSIONS par Bernard NOËL

 

Je vous fais suivre, ci-dessous et en p.j, un texte de l’écrivain et poète Bernard Noël que je trouve très intéressant, franc et courageux. Il est accompagné en final d’un site appelant à signer une pétition en faveur des civils libanais et pour un cessez-le-feu immédiat .
p.a.g

INCURSIONS

    Le mot « incursion » sert à désigner, dans les derniers bulletins d’information de France-Culture, les opérations militaires israëliennes au Liban. Ce mot saisit parce qu’il est original par rapport au vocabulaire des autres chaînes. D’après Littré, « l’incursion est une course ; par conséquent celui qui la fait passe seulement sur le terrain qu’il ravage ». Bien que vieille d’un siècle et demi, cette définition décrit assez bien l’action d’Israël, sauf que la « course » viole cette fois l’espace aérien et que le « ravage » tombe ainsi principalement du ciel.
    Littré renvoie au mot latin « incursio » qu’il traduit par « invasion ». La consultation du Gaffiot donne « choc , attaque » pour « incursio », puis « se jeter sur » pour « incursito » et « fondre sur, attaquer » pour « incurso ». Il ne faut pas, dit le Dictionnaire analogique, confondre « incursion » , qui est le fait de pénétrer momentanément dans un domaine qui n’est pas le sien, avec « irruption », qui consiste à pénétrer de vive force et à s’installer…
    L’aviation, est l’instrument parfait de « l’incursion » puisqu’elle « se jette sur » son objectif et retourne aussitôt vers sa base. Les chars , les commandos, l’infanterie, par contre, sont obligés de faire « irruption » même si, officiellement, leur commandement n’a pas l’intention de s’installer. L’armée israëlienne, dénommée Tsahal, combine de toute évidence depuis un demi-siècle « incursion » et « irruption » pour le plus grand dommage de ses voisins.
    L’histoire de cette période prouve en effet que l’existence et le comportement de Tsahal font de l’incursion et de l’irruption une méthode d’intimidation brutale dont l’exercice est sans cesse nourri d’actions violentes. Cela va du « bouclage » toujours arbitraire à la confiscation des terres, de la destruction des oliveraies et des maisons à l’assassinat ciblé, du bombardement des infrastructures civiles  au bombardement des civils, de l’enlèvement  et de la séquestration des responsables politiques à l’emprisonnement et à la torture de quiconque a  l’infortune d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Tout cela au nom d’un droit à l’autodéfense et à la sécurité dont le résultat est de créer une insécurité générale, non seulement autour d’Israël mais dans tout le Moyen Orient.
    Devant tant de violences, dont le seul succès est d’en appeler et d’en rappeler d’autres aux références totalitaires fâcheuses, il semble que le simple bon sens  aurait dû conduire à demander à la paix ce que ne peut obtenir la guerre. Mais non, l’Etat d’Israël s’obstine à entretenir l’oppression, la peur, la menace quand il ne passe pas à des actes qui visent à terroriser l’ennemi qu’en réalité ils fabri-quent. Pourtant, ces jours-ci, les actes en question atteignent un degré où l’injustifiable le dispute à la sauvagerie. Une sauvagerie masquée par la technologie guerrière qui métamorphose les tueries en une affaire inhumaine que les communiqués qualifient de « dégâts collatéraux ».
    L’humanité a sans doute besoin du contact, de la vision directe ou du face à face pour que le tueur ait conscience du droit de mort dont il dispose. On peut croire que tel n’est pas le cas de l’artilleur ou de l’aviateur qui tirent sur un « objectif », mais comment accorder cette circonstance atténuante aux généraux, ministres et chef de gouvernement  dont le moins qu’on puisse attendre d’eux est qu’ils sachent ce qu’ils font ?  Quand on compare l’importance des « dégâts » et la justification qu’en donnent les responsables israéliens, on se demande ce qui l’emporte chez eux du mensonge ou du racisme dans leur empressement à pousser au crime.
    Bien sûr, une bonne partie de leur arrogance dans le déni des faits tient à l’aide constante et à la conduite exemplaire de leur soutien américain, qui a si brillamment réussi la démocratisation de l’Irak et de l’Afghanistan. Les crimes de guerre, la torture des prisonniers, les massacres changent de nature dès lors qu’on les qualifie de lutte contre le terrorisme : ils tirent même de cette qualité une sanctifica-tion. Et puis, de toute évidence, les victimes de cette lutte n’ont pas droit à ce statut : il suffit de vous étiqueter « terroriste » pour que vous cessiez d’être un humain.
    Depuis des années, et les témoignages abondent à ce propos, on assiste en Israël à un entraînement au mépris. Au mépris du Palestinien, jour après jour humilié aux check-points, privé de travail, privé d’eau, d’électricité, de nourriture, malmené pour un oui pour un non, emprisonné sans jugement… Encore n’est-ce là que les formes les plus douces d’une oppression qui n’hésite pas à recourir aux obus, aux bombes, aux fusillades à Gaza ou au fameux « Mur » qui est en train de transformer la Cisjordanie en camp de concentration.
    La gravité de la situation ainsi créée s’accompagne de dizaines de morts avec un fort pourcentage de femmes et d’enfants. Tout cela a été dénoncé en vain par des articles, des documentaires, des livres, mais rien ne dénonce la dégradation morale qu’entraîne chez les Israéliens l’exercice régulier de l’oppression. Si l’artilleur et l’aviateur ne voient peut-être pas ce qu’ils font, l’oppresseur le voit fort bien quand il laisse des malheureux attendre des heures durant un passage, quand il enfonce les portes, casse les meubles, quand il écrase une maison avec son tank ou son bulldozer, quand il tire sur des enfants. Pour supporter ce face à face, il faut avoir pratiqué longuement le mépris et même en avoir fait sa culture. On sait à quel point il faut déshumaniser l’Autre pour le traiter comme un être inférieur.
    Le gouvernement israélien organise cette déshumanisation et le mépris raciste qui en découle. Il s’étonne de la résistance qu’il rencontre dans le temps même où il s’efforce d’en finir avec elle. D’où ce redoublement de violence, qui prouve un désir de génocide latent, et la rage de ne pas oser l’accomplir. Cette rage aveugle monsieur Olmert et sa clique puisqu’elle les fait agir à l’inverse de l’intérêt de leur peuple également aveuglé par leur propagande. Ainsi au quinzième jour de la destruction du Liban avec des bombes américaines dans le but de provoquer le rejet du Hezbollah cause, soit disant, de tout ce malheur, un sondage révèle aujourd’hui que 87% des Libanais voient dans le Hezbollah un mouvement de résistance qui les honore.
    La bêtise politique est criminelle : on le voyait en Irak, en Afghanistan, on le voit hélas en Palestine et au Liban. Le plus accablant est que cette bêtise ne rencontre aucune opposition dans un Occident qui se déshonore en lui trouvant des motifs respectables. Les pays arabes ne font pas mieux mais ils ont l’excuse, grâce encore à l’Amérique, d’avoir des gouvernements qui sont étrangers aux aspirations de leurs peuples. Il n’est pas nouveau de traiter de terroristes des mouvements de résistance, mais les utilisateurs de cette rhétorique apparemment inusable devraient savoir qu’il est dangereux de précipiter la résistance dans le désespoir.
    L’honneur n’a jamais été le fort des diplomates et des commerçants, mais il fut longtemps la règle du jeu des militaires. Quel honneur pourrait-il y avoir à bombarder une usine de lait, les pistes d’un aéroport civil ou les immeubles de l’autorité palestinienne ? Il est dommage que Tsahal et ses généraux n’aient jamais eu à méditer ce vers classique devenu proverbial : « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». L’honneur d’Israël ne tient plus qu’aux quelques « refuzniks » qui refusent de massacrer des innocents, mais pour Tsahal, il est trop tard, cette armée d’élite n’est entraînée qu’à écraser plus faible qu’elle aussi doit-on la considérer désormais comme la plus lâche du monde.

                                                                           Bernard  Noël.


Pétition pour les civils libanais :

http://epetitions.net/julywar/french.php

11:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : colonialisme, fascisme, courcelles, guerre, histoire, barbarie, crimes, israel, otan, occupations, palestine, politique, presse, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, actualite, imperialisme, liban, onu, romain, terrorisme, usa | |  Imprimer | | |

02/08/2006

01/08/2006: Liban, Palestine occupée: l' habituel double-jeu social-démocrate ...

Halte à la barbarie anglo-ricano-sioniste !       En Belgique aussi, la social-démocratie joue son habituel double-jeu ...

 

 

De : mannekenpeace@yahoogroupes.fr [mailto:mannekenpeace@yahoogroupes.fr] De la part de BCMP
Envoyé : mardi 1 août 2006 22:46; 'SossoisGeorges'; 'Talpe Jan'; 'Tips Jeannine'; 'VandenHeyden Patrick'; 'Vandersteene Bart'; 'Vannieuwenhuyze J-c'; 'Verhagen Isabelle'; 'Vincent deuden'; 'Visconti Freddy'; 'Walters Lorne'
Objet : [mannekenpeace] TR: [Uneautregauche-sf] Fw:

 

 

 

 

 

Mr Di Rupo

 

Quelles sont les provocations des groupes islamistes que vous

condamnez sans équivoque ?

l’enlèvement du 1er soldat qui a suivi le double tir de barrage

du bateau de guerre sur la plage de la bande de Gaza ne laissant

de toute une famille qu’une petite fille orpheline que le président palestinien a adopté

ou l’enlèvement des deux soldats par le Hezbollah après le bombardement de la bande de Gaza et la mort de dizaines de

palestiniens

Avez-vous jamais condamné sans équivoque une seule provocation

Du gouvernement israélien sans parler des 10.000 prisonniers

Dont 300 enfants sans aucune preuve de culpabilité de la

Majorité d’entre eux ( il lui suffisait de dire le mot magique

« terroriste » )

Avez-vous oublié les bombardements,la mort de civils   

Le refus d’accepter un gouvernement élu démocratiquement,

LE MUR DE LA HONTE ,

Le refus d’obtempérer aux résolutions de l’ONU (sauf la 1559

Demandant le désarmement du Hezbollah)

Vous occultez la réalité Mr Di Rupo et un tel agissement est

Tout simplement H O N T E U X

 

Raouf BEN AMMAR

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE 17.07.06

 

Situation au Proche-Orient : le PS plaide pour un cessez-le-feu immédiat et

l'envoi d'une force internationale de stabilisation au Liban

 

 

Devant la détérioration de la situation à Gaza, au Liban et en Israël, le

Président du PS, Elio Di Rupo, tient à relayer haut et fort les appels au

retour à la raison lancés ce weekend par le Parti Socialiste européen et par

l'Internationale Socialiste. Il est primordial et urgent que la communauté

internationale exerce des pressions décisives sur tous les protagonistes,

afin d'arrêter la spirale de la violence.

 

 

Pour Elio Di Rupo, il est extrêmement important que la communauté

internationale dépasse ses divisions et que l'appel du secrétaire général

des Nations-Unies, Kofi Annan, à un cessez-le-feu immédiat et général soit

entendu par toutes les parties, et qu'une force internationale de

stabilisation soit mise en place au Liban. La stratégie de prise d'otages

doit aussi prendre fin partout et immédiatement. Tout comme il est essentiel

que l'armée israélienne stoppe son offensive meurtrière dans la bande de

Gaza et libère les officiels palestiniens arrêtés dans ce cadre.

 

 

S'il condamne sans équivoque toutes les provocations des groupes islamistes,

qui ont servi de détonateurs à la crise actuelle, et s'il comprend la

volonté des autorités israéliennes d'obtenir la libération de leurs soldats

détenus tant par le Hezbollah libanais que les activistes palestiniens, le

Président du PS trouve les moyens de guerre utilisés par l'Etat hébreu au

nom du droit à l'autodéfense, non seulement disproportionnés, mais aussi

illégaux et criminels au regard du droit international. Il n'est jamais

légitime de répondre à des attaques d'organisations terroristes en mettant

des pays, que ce soit le Liban ou la Palestine, unilatéralement sous «

blocus », ce qui  risque d'y provoquer des  catastrophes humanitaires, en

détruisant des infrastructures vitales pour les populations, comme des

centrales électriques, des ponts et des aéroports, et en utilisant des armes

de guerre qui sèment indistinctement la mort et la désolation parmi les

populations civiles.

 

 

Elio Di Rupo réaffirme sa profonde conviction qu'il n'y aura pas de solution

juste et durable au conflit israélo-palestinien, ainsi qu'il n'y aura pas de

paix réelle au Proche-Orient, sans la reprise d'un véritable processus de

négociations entre partenaires égaux, en vue de rechercher une solution qui

prenne en compte les intérêts légitimes de toutes les populations

concernées.

 

 

Mais il paraît évident pour Elio Di Rupo qu'étant donné les rancoeurs

accumulées et le manque de confiance qui caractérise la situation ambiante,

un tel processus n'est aujourd'hui possible que s'il est voulu et résolument

imposé par la communauté internationale. Celle-ci devra accompagner ce

processus, le préserver de toutes éventuelles manoeuvres de déstabilisation

d'où qu'elles viennent, et en faire respecter fermement les décisions.

 

Elio Di Rupo demande au gouvernement belge d'oeuvrer concrètement dans ce

sens.

 

Enfin, il attend également du gouvernement qu'il continue à être très

attentif à la situation des Belges qui résident ou séjournent dans cette

région et qu'il mette tout en oeuvre pour leur venir en aide le cas échéant.

 

Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à :
http://fr.groups.yahoo.com/group/mannekenpeace/

10:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, barbarie, courcelles, crimes, colonialisme, fascisme, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, onu, otan, occupations, palestine, politique, presse, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa, ps | |  Imprimer | | |

01/08/2006

01/08/2006: France: "socialisteries" ??? : "Le Hezbollah a ouvert les hostilités"!!!!

France:  "socialisteries"   ??? :        "Le Hezbollah a ouvert les hostilités"!!!!

 

 

 

 

De : Transfer_info@yahoogroupes.fr [mailto:Transfer_info@yahoogroupes.fr] De la part de hamida.bensadia
Envoyé : mardi 1 août 2006 14:16
À : Transfer info
Objet : [Transfer_info] PS : "Le Hezbollah a ouvert les hostilités"!!!!

 

Une honte...
A diffuser largement pour que chacun-e s'en souvienne l'année prochaine et dans les années à venir !



La rose et le cèdre...

23 juillet 2006

17 juillet, Point presse sur le Proche Orient de Julien DRAY, Porte-parole du Parti Socialiste...

C’est toujours bon à savoir... Et surtout à ne pas oublier !...

 

Je voudrais revenir sur ce qui domine l’actualité depuis 4 jours maintenant, ce qui se passe au Proche-Orient. Dans cette situation, le Parti socialiste est évidemment solidaire de toutes les populations, la population israélienne qui est agressée par les tirs de roquette, le peuple libanais pris en otage par un certain nombre de milices et il condamne cette flambée de violences qui touche le Proche-Orient.

Dans cette situation il y a d’abord un agresseur, c’est évidemment le Hezbollah qui a pris la responsabilité d’ouvrir les hostilités en s’en prenant à des soldats de l’armée israélienne et en déclenchant des tirs de roquette sur les populations israéliennes. Israël a répondu, nous avions dit déjà lors de nos communiqués que nous pensions qu’il fallait qu’Israël proportionne sa réponse et que cette réponse ne créé pas de situation dramatique ou un état de guerre au Proche-Orient. C’est pour ça que nous pensons que la réaction est légitime de la part du gouvernement israélien, au regard du fait qu’il y a eu agression, mais il nous semble que les moyens qui ont été mis en œuvre sont évidemment disproportionnés par rapport à la situation. Mais en même temps, force est de constater qu’il y a aujourd’hui des milices, qu’elles sont puissamment armées, vraisemblablement par des puissances étrangères et qu’elles ont délibérément provoqué des incidents pour créer cette situation d’affrontement militaire.

http://www.parti-socialiste.fr



Forums amis :

http://fr.groups.yahoo.com/group/assawra/

http://fr.groups.yahoo.com/group/islam_jeunesse_internati...


Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à :
http://fr.groups.yahoo.com/group/Transfer_info/

20:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, barbarie, crimes, courcelles, colonialisme, fascisme, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, onu, otan, occupations, palestine, politique, ps, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Imprimer | | |

065/08/2006: Bruxelles, manifestons contre la barbarie ricano-sioniste !

 

Bruxelles, dimanche 6 Août à 14 heures
départ Gare du Nord

Brussel, zondag 6 augustus om 14u
Noordstation

  • Condamnation de l'agression par la Belgique et l'Union Européenne
  • Arrêt des massacres et des crimes de guerre
  • Solidarité avec le peuple libanais et palestinien
  • Veroordeling van de agressie door België en de Europese Unie
  • Halt aan de slachtpartijen en oorlogsmisdaden
  • Solidariteit met het Libanese en Palestijnse volk

Organisé par la Coordination Solidarité Liban-Palestine, dont fait partie StopUSA

Affiches disponibles au :

    62-64 rue Navez, 1030 Bruxelles (17h à 20 h) 
    68 rue de la caserne, 1000 Bxl (9h à 18h)
    Contacter Ali : 0478-912-592


Georganiseerd door de Coördinatie Solidariteit Libanon-Palestina

Affiches beschikbaar aan:   

    62-64 Navezstr, 1030 Brussel (17u tot 20u) 
    68 Kazernestr, 1000 Brussel (9u tot 18u)
    Contacteren Ali : 0478-912-592


Nous avons besoin d'aide pour 

  • préparer le matériel (samedi)
  • participer au service d'ordre
  • diffuser les affiches ...

Contactez-nous: info@stopusa.be !

We hebben uw hulp nodig:

  • Om het materiaal voor te bereiden (zaterdag)
  • Om deel te nemen aan de ordedienst
  • Om affiches te verdelen...

Neem contact op met ons: info@stopusa.be !


Signez la pétition initiée par la Coordination de Solidarité Liban-Palestine

« Le gouvernement belge et l'Union Européenne doivent condamner clairement l'agression israélienne contre le Liban et la Palestine, la violation du droit international et les crimes de guerre. »

http://www.stopusa.be/Teksten/liban.php?langue=1


Teken de petitie op initiatief van de Coördinatie Solidariteit Libanon-Palestina

« De Belgische regering en de Europese Unie moeten klaar en duidelijk de Israëlische agressie tegen Libanon en Palestina, de schendingen van het internationaal recht en de oorlogsmisdaden veroordelen »

http://www.stopusa.be/Teksten/liban.php?langue=2

 

19:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, crimes, colonialisme, eruo-dictature, fascisme, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, onu, otan, occupations, palestine, politique, presse, romain, racisme, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa, sondage, actualite, belgique, barbarie | |  Imprimer | | |

30/07/2006

29/07/2006: Liban: chez nous aussi les protestations et la solidarité s' organisent ... Pas celles des gouvernants évidemment ...


Liban: chez nous aussi les protestations et la solidarité s' organisent ... Pas celles des gouvernants évidemment ... Les dirigeants des partis "démocratiques", intégrés au capitalisme, se taisent ...

 

 

De : mannekenpeace@yahoogroupes.fr [mailto:mannekenpeace@yahoogroupes.fr] De la part de Danièle Fayer-Stern
Envoyé : samedi 29 juillet 2006 22:48
Objet : [mannekenpeace] Fw: Urgence Liban Palestine

 

 

1) INVITATION :Attac Bruxelles , Cafe politique extraordinaire Liban Palestine ce jeudi 3 août :

LIBAN PALESTINE : L'AGRESSION ISRAELIENNE PREMEDITEE ?

 

 

Dans le cadre des cafés politiques d'Attac , Attac Bruxelles 1% organise un café politique extraordinaire  jeudi 3 août 2006 à 20h au 61 rue de la victoire , 1060 Bruxelles (près de l'arrêt métro Porte de Hal, St Gilles):

Le gouvernement Bush est-il le commanditaire ?

Syrie , Iran, prochaines étapes ?

L'Europe a-t-elle une politique indépendante des USA ?

 

 Avec, pour introduire le débat : 

 

- Rudolpf El-Khareh ,docteur ,professeur associé ULB, collaborateur Monde Diplo

- Baudouin Loos, journaliste du Soir, chargé du Proche Orient

- Nidal Amer, Attac et membre de l'Association pour un Liban laique

 

 

2) MANIFESTATION dimanche 6 août à 14h, gare du Nord, à l'appel de la coordination Solidarité Liban-Palestine (coordination pluraliste citoyenne)

Stop à l'agression israélo-americaine , stop aux massacres et crimes de guerre et solidarité avec les peuples libanais et palestinien.  

Nous revendiquons la condamnation de l'agression par la Belgique et l'Union Européenne .

__._,_.___

 

22:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : israel, liban, onu, otan, occupations, palestine, politique, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa, actualite, belgique, barbarie, courcelles, crimes, colonialisme, fascisme, guerre, histoire, imperialisme | |  Imprimer | | |