22/02/2007

22/02/2007: CHARLEROI: un immense trou de plus d' un milliard de francs belges à combler. Qui va payer, à votre avis ?

CHARLEROI: un immense trou de plus d' un milliard de francs belges à combler. Qui va payer, à votre avis ?

 

Il y a 3-4 jours, ils tiraient vraiment une drôle de gueule, sur TéléSambre, les représentants des trois partis « démocratiques » (Ps-Mr-Cdh) qui constituent désormais la nouvelle majorité à la tête de CHARLEROI , première commune de Wallonie …

 

Il y avait de quoi, après une majorité sans partage du parti unique « socialiste », depuis la fusion des communes en 1976-77, ils doivent annoncer un déficit budgétaire colossal de 26 millions d’ euros…    1,040  milliard  de francs belges, vous avez bien lu !

 

Campagne électorale oblige : pas question, PARAIT-IL, de faire combler ce trou immense par la population. Ca c’ est bien nouveau : les 3 partis solides comme le roc, disent en choeur : « La Région wallonne doit faire un geste pour Charleroi ! ».

 

Ca va donc être facile : Ps et Cdh dirigent ensemble la Région wallonne, où il viennent de trouver quelque 50 milliards de francs belges supplémentaires pour aider les multinationales capitalistes dans le cadre du Plan Marshall. Ils peuvent semble-t-il maintenant penser à un nouveau plan Marshall pour aider les communes wallonnes, le logement social, les infrastructures, et la population…

 

Et l’ échevin Mr Olivier Chastel est Vice-Président de la Chambre des Représentants. A ce titre, il est un grand ami de Guy Verhofstadt, premier-ministre, et de Didier Reynders, ministre fédéral des finances et par ailleurs président du Mr.

 

C’ est donc eux ensemble qui, aux différents niveaux du pouvoir, tiennent les cordons qui peuvent délier la bourse, si nos patrons ne se montrent pas trop rapaces pour quelques temps.

 

RoRo

11:15 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, ps, mr, cdh, ecolo, ptb, silence, communes, social, solidarite, luttes, syndicats, capitalisme, oppression capitaliste, belgique, charleroi, courcelles, romain, histoire | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/02/2007

20/02/2007: La Poste ferme à la gare de COURCELLES-Motte. A CHATELET aussi !

La Poste ferme à la gare de COURCELLES-Motte. A CHATELET aussi !

 

Il n’ y a pas que le Bureau postal de la gare de COURCELLES-Motte qui va fermer. Dans les 2 ans, c’ est plus de 200 bureaux postaux qui vont subir le même sort. En témoigne aussi cet article que j’ ai piqué dans « La Nouvelle Gazette » de ce 19 février 2007.

Outre la fermeture annoncée du bureau postal de la rue de Namur à Châtelet, cet article confirme la politique actuelle de la Banque de la Poste. Avec nos gouvernants (Ps, Mr, Cdh, et autres…), l’ Euro-dictature, le patronat, la nouvelle banque capitaliste apporte elle aussi son clou à la politique de désertification de nos quartiers, d’ exploitation et de profits à outrance.

Un chapitre me fait quand même rigoler : c’ est celui de la fameuse « démocratie ». Une bande de gogos, de perroquets, de guignols, n’a plus que ce mot à la bouche. Comment croire que dans une véritable « démocratie », les travailleurs ont peur de parler, de s’organiser, sont exploités à outrance, convoqués « pour s’ expliquer », subissent des représailles, vivent de plus en plus mal, que les hautes directions syndicales sont devenues complètement muselées, amorphes, ratatinées dans l’ inaction, que tous les services publics qui ont été construits avec nos impôts et nos bras sont privatisés et tombent entre les mains d’ une poignée de profiteurs, de rapaces, étrangers ? A la différence d’ une action, la Banque de la Poste est aujourd’hui pour 50% entre les mains des Suédois, avec l’ aval de nos ministres.

Il paraît que le Parti « socialiste », dans sa campagne électorale, va se consacrer de nouveau à la lutte contre le capitalisme … ( ?). Qui le croira ?

RoRo

 

 

 

CHATELET : La poste de la rue de Namur va fermer.

 

Les facteurs en ont ras le bol .

 

 

Une fermeture de plus ! Encore un bureau de poste en moins ! Il est bien fini le temps du " service " postal ! Dans quelques semaines, les habitants du Faubourg devront se

rendre au centre-ville, à pied pour celles et ceux qui n'ont pas de voiture. On pense surtout aux personnes âgées. Elles font grise mine. La perspective fait grincer les dents.

 

TROP D’ HEURES :

Que dire alors du personnel de la poste?

"A la poste, dans toute la région de Charleroi, c'est le ras le bol", nous a expliqué une dame, facteur depuis plus de20 ans qui atenu à s'exprimer anonymement par peur de représailles".

" Quand j'ai débuté dans le métier, j'avais 320 boîtes aux lettres à servir.  Maintenant, j'en ai plus de 700.

La goutte qui fait déborder le vase est qu'on nous oblige à faire des heures supplémentaires après une longue journée, après avoir porté de lourdes charges et parcouru de nom-

breux kilomètres.

Le comble, c'est qu'on nous le dit le jour même! jusqu'à 65 heures par trimestre! On ne peut plus rien prévoir et organiser après le travail.

I1 faut revenir au travail après avoir été chercher les enfants à l'école.

Ce supplément devrait rester un libre choix et non une obligation".

" Si on ose s'insurger contre cette pratique, explique notre facteur, si on fait mine de refuser, nous sommes menacés d'être déplacé de bureau ou de tournée.

Les contractuels surtout sont menacés de non renouvellement du contrat. Si on prend la défense d'un collègue, on subi des pressions inacceptables, on est convoqué à des entretiens pour s'expliquer, on se retrouve face à un  tribunal dont le  président abat ses foudres sur nous'.

 

TAIS- TOI ET CRÈVE :

En 2003 et en 2004 déjà la Fédération postale était intervenue à propos de telles menaces de sanctions et de représailles face à ce que notre postière appelle le " Tais-toi et crève " .

" Qu'on laisse à chacun le droit de choisir de faire un. supplément d’ heures. Ne sommes- nous pas dans un pays démocratique?

Mais à la poste règne la dictature. Il devrait être interdit d'obliger les postiers à faire du supplément. Il ya une vie après la poste et surtout des obligations envers nos proches. Si la poste me fait vivre. je ne vis pas pour la poste".

Selon notre facteur. de trèsnombreux collègues partageraient son opposition aux heures supplémentaires obligatoires.

Ils partageraient un sentiment de ras le bol qui pourrait s'exprimer autrement qu'en faisant connaître cette situation au public.

J.M.

16:41 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hainaut, charleroi, romain, histoire, actualite, capitalisme, presse, oppression capitaliste, euro-dictature, social, syndicats, luttes, poste, communes, courcelles, belgique, solidarite, repression, ps, mr, cdh, ptb | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/02/2007: Courcelles: A CHACUN SON LOGIS : une belle avancée dans la défense des locataires !

 

A CHACUN SON LOGIS : une belle avancée dans la défense des locataires !

 

Je rappelle encore une fois que les arriérés, contrairement à ce qui a été avancé par « A Chacun son Logis », ne portent pas sur 5 ans, mais bien sur 6 ans.

Les locataires ont reçu une note récapitulative, à laquelle était jointes les notes années 2000, 2001, 2002, 2003 , 2004 ET 2005 . Cela fait bien 6 années : 2000 et 2005 étant inclus, l’ année 2006 et les suivantes restants d’ ailleurs à couvrir. Il y a même lieu donc de croire que les tarifs des charges supplémentaires vont être réadaptées en conséquence vers le haut pour les années à venir. Très chère l’ entretien des chauffe-eau et des plantations (il faudrait d’ ailleurs se mettre d’ accord sur ce dont il s’ agit !) à COURCELLES, car les plantations et chauffe-eau sont le point essentiel des charges réclamées !

Avec une véritable union à gauche, et avec les locataires, il faut et on peut gagner cette bataille.

La nécessité de relancer le logement social, à Courcelles et ailleurs, est une évidence. Il suffit de distribuer des tracts dans les cités pour se rendre compte de leur délabrement prononcé, de la vétusté, des négligences d’ entretien, de l’ appauvrissement, d’ un climat de laisser-aller qui atteint de moral.

Van Cau et Di Rupo ont trouvé des centaines de millions d’ euros dans le cadre du Plan Marshall pour venir en aide une fois de plus aux patrons des multinationales capitalistes. Il est urgent de défendre un plan Marshall pour venir en aide au logement social et aux communes wallonnes.

Relancer la construction, entretenir nos communes, nos services publics, développer l’ aide sociale, les loisirs, … cela crée aussi de l’ emploi. Des maisons, en bon état, cela se loue, cela se (re)vend, les sommes investies finissent par rapporter financièrement en en terme d’ emplois. Ce n’ est pas de l’ argent perdu !

RoRo

 

 

 

De : Perfecto Denis [mailto:denis@perfecto.be]
Envoyé : lundi 19 février 2007 20:46
À : roger.romain@skynet.be
Objet : A chacun son logis

 

Chèr Mr Romain,

N’ayant pas pu consulter mes mails avant ce lundi soir, je viens seulement de découvrir l’avancée du dossier “A chacun son logis”.

Et quelle avancée!!! En plus du reportage RTL, ci-joint/ci-dessous vous trouverez les articles de la DH et Nouvelle gazette traitant également de l’affaire.

Suite au projet d’interpellation que j’avais fait parvenir à Mr Clersy ce vendredi soir, mais également au fait que Mr Tangre avait  également été interpellé par des locataires de son côté, notre interpellation au Conseil de ce lundi 26 février est devenue commune aux groupes ECOLO-UCPW.

Les faits que vous avanciez ont bel et bien été confirmés. Vu la tournure actuelle de l’affaire dans le sens voulu, il ne me semble plus nécessaire de nous rencontrer ce mercredi soir comme convenu au téléphone.

Vous trouverez ci-joint l’ordre du jour du Conseil en attendant de vous envoyer l’interpellation “A chacun son logis” dès que je serai en possession de la version finale que je devrais recevoir encore aujourd’hui.

Au plaisir de vous rencontrer lors de la prochaine séance du conseil, et en espérant que les locataires obtiendront gain de cause, ce dont je ne doute plus, veuillez recevoir, Mr Romain mes salutations distinguées.

Cordialement

Denis THIRY
Locale ECOLO Courcelles
0495933319

------ Message transféré
De?: "CLERSY Christophe" <christophe.clersy@ecolo.be>
Date?: Mon, 19 Feb 2007 09:39:32 +0100
À?: "Tim Kairet" <timkairet@online.be>, <denisthiry@belgacom.net>, "Denis THIRY" <denis@perfecto.be>, "MEERHAEGHE Isabelle" <Isabelle.MEERHAEGHE@ecolo.be>

* LA DERNIÈRE HEURE *

---

Chacun son Logis à la charge

Les locataires de la société de logements sociaux se voient réclamer des charges des cinq dernières années

COURCELLES Douche froide pour les locataires de la société coopérative de logements sociaux Chacun son Logis à Courcelles : ils viennent de recevoir un courrier portant à leur connaissance le nouveau décompte des charges et celui-ci est plutôt salé... parce qu'il porte en fait sur les cinq dernières années.

Selon le parti d'opposition de l'Union Communale Progressiste et Wallonne (UCPW), cette démarche est purement illégale. Le groupe du conseiller communal Robert Tangre invite d'ailleurs les locataires à refuser de payer et à se joindre à une action en justice : "La moyenne des sommes réclamées se situe entre 500 et 100 euros alors que la toute grande majorité des locataires sociaux ont des revenus proches du minimum vital : c'est inadmissible ! La société est incapable dans ses courriers de dire sur quelle base juridique est fondé ce calcul astronomique. Pire, l'article du code civil sur lequel se base la direction pour réclamer le réajustement de ces charges est sérieusement remis en doute par l'avocat que nous avons chargé du dossier" explique Robert Tangre. Le code wallon du logement impose en effet un décompte annuel des charges mais ne prévoit pas un tel rétroacte sur cinq années : "la demande serait dès lors en partie prescrite selon notre avocat" précise encore notre interlocuteur. Ce point concernant des charges trop faibles par rapport au prix vérité avait été soulevé par l'audit commandité par la SWL.

V. D.

http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=685812
<http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=685812>

---

 
Christophe CLERSY,
permanent régional ECOLO Charleroi-Thuin
conseiller communal
ECOLO à Courcelles
Tél. : 071 / 23 80 20
Fax : 071 / 23 80 29
GSM : 0476 / 86 87 57
E-Mail : christophe.clersy@ecolo.be
<mailto:christophe.clersy@ecolo.be>
Website : www.courcelles.ecolo.be <http://www.courcelles.ecolo.be/>


10:35 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, romain, actualite, presse, ucpw, ptb, ecolo, ps, logement, democratie, social, communes, luttes, solidarite, capitalisme, oppression capitaliste, environnement, courcelles | |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/02/2007

15/02/2007: Belgique: les luttes et actions ouvrières et syndicales, dans SYNINFO

Belgique: les luttes et actions ouvrières et syndicales, dans SYNINFO

 

Syninfo[roger1]    jeudi 15 février 2007

 

 

Négociations CCT :

6 % d’augmentation : les carriers renvoient la norme salariale à la poubelle

 

 

Cher(e) militant(e) syndical(e),

 

Ça y est ! Le premier projet de CCT sectorielle a débarqué. La CCT des carriers contient une augmentation salariale de 5,5 à 6 %. La CCT n’accepte pas non plus de « mécanismes de correction » qui rabotent l’index. Autrement dit, comment un petit secteur pourrait inspirer l’ensemble du mouvement syndical.

 

Après menace de grève : une première CCT enfonce la norme salariale.

Qui connaît le secteur des carrières ? Il s’agit ici de 900 travailleurs des carrières : exploitation des roches calcareuses et de la chaux, fours à chaux, carrières et fours à dolomies… Depuis le 5 février, ils ont lancé dans leurs entreprises une série d’actions pour leur CCT. La précédente CCT leur octroyait 5 %. Aujourd’hui, il s’agit de 5,5 à 6 %. Dans nombre d’entreprises, il y a encore des négociations pour obtenir davantage. Les 900 travailleurs foulent ainsi aux pieds la norme salariale (indicative) de 5 % de l’accord interprofessionnel (AIP) qui vient d’être conclu. « Je m’attends à ce que plusieurs secteurs dépassent la norme salariale », déclare le secrétaire fédéral Paul Lootens (Centrale générale FGTB) (De Morgen, 12 février 2007).

En même temps, leurs syndicats refusent dans la CCT tout « mécanisme de correction » vers le bas, qui annule l’augmentation du pouvoir d’achat si l’index grimpe « trop haut ».

 

Nico Cué, secrétaire général FGTB des métallos de Wallonie-Bruxelles : « Nous refusons de nous laisser enfermer dans un carcan. »

Lors des votes autour de l’AIP, il apparaissait déjà clairement qu’une bonne dose de mécontentement subsistait chez les travailleurs du fait que le pouvoir d’achat n’augmentait pas (sauf pour les salaires minimaux), alors que les bénéfices élevés et les gros salaires des PDG ne cessaient de s’accroître. À chacun sa part du gâteau, avait-on dit pourtant…

Chez les métallos aussi, on réclame une « hausse substantielle du pouvoir d’achat » et on entend de plus en plus de critique à l’encontre de la loi salariale ou loi sur la compétitivité de 1996. Nico Cué, secrétaire général FGTB des métallos de Wallonie-Bruxelles : « Nous refusons de nous laisser enfermer dans un carcan imposé par la loi de 1996 qui ne correspond pas à la réalité et ne nous permet pas d’assurer la juste répartition des richesses. »  

(Pour en savoir plus, lisez www.solidaire.org - Accord Interprofessionnel • L’heure est aux négociations dans les secteurs – Bob, insérer le lien ici)

 

Bruno Bodson, secrétaire national du syndicat des employés CNE-CSC-industrie : « Nous voulons une augmentation considérable de la masse salariale. »

 

Mêmes doléances du côté des syndicats employés. Bruno Bodson, secrétaire national du syndicat chrétien des employés CNE Industrie : « Où est le partage des fruits de la croissance ? La rémunération du capital dans le secteur alimentaire a été multipliée par quatre de 2003 à 2005. Nous voulons une augmentation considérable de la masse salariale. »

(Pour en savoir plus, lisez www.solidaire.org Accord Interprofessionnel • L’heure est aux négociations dans les secteurs – Bob, insérer le lien ici)

À Caterpillar (Gosselies), ils veulent au moins 6 %, la même chose pour tout le monde, sans flexibilité salariale. À la STIB (transports en commun bruxellois), les syndicats réclament 7,7 % d’augmentation.

 

 

IG-Metall veut 6,5 % : ne devions-nous pas suivre les pays voisins ?

 

Hors de nos frontières aussi, les travailleurs réclament leur part. En Allemagne, IG-Metall, le plus gros syndicat, veut une augmentation salariale de 6,5 % pour 2007. Cela concerne 3,4 millions de travailleurs. D’autres secteurs allemands réclament également de fortes hausses des salaires.

Ne devions-nous pas toujours calquer nos salaires sur ceux de nos pays voisins ? Pourquoi attendre, dans ce cas ?

 

Les syndicats des employés BBTK-SETCa et CNE-LBC s’opposent bec et ongles aux « all-in » ou aux clauses de « correction » dans les CCT à venir.

 

Des mots compliqués pour dissimuler l’attaque patronale contre l’index. Ce fut le cas dans le secteur de la métallurgie l’an dernier : l’augmentation de 0,4 % de septembre n’a pas été accordée du fait que l’index avait franchi une certaine limite. Dans sa CCT figurait un tel mécanisme correcteur. Dans l’AIP, les patrons sont parvenus à faire figurer qu’un tel mécanisme correcteur était « recommandé ». Ils mettront certainement la chose sur le tapis. Le secrétaire général de la LBC, Ferre Wijckmans, a réagi tout de suite : « Nous ne voyons pas de raison d’en arriver à de nouveaux accords sur les corrections salariales. (…) Avec ce système, le patron fait retomber l’incertitude du côté du travailleur. Si l’inflation est plus élevée qu’escompté, le travailleur reçoit moins d’augmentation. » (Visie, 26 janvier 2007, De Tijd, 13 février 2007)

 

Le ministre SP.a de l’Emploi, Peter Van Velthoven, ouvre la porte toute grande à la détérioration des conditions de salaire et de travail dans la logistique…

Vous travaillez dans la métallurgie, la chimie, le textile, l’alimentation… Mais votre boulot a trait à l’emballage, le stockage, le transport du produit…. Accrochez-vous, dans ce cas. Le ministre a sorti de ses tiroirs un projet de loi fin prêt pour soumettre ces activités à une commission paritaire spéciale n° 140 ; « la logistique ».

Donc, au diable les Commissions paritaires (CP) là où elles existent aujourd’hui, ou qu’il s’agisse de la métallurgie, la chimie, le textile ou autre. Résultat : à terme, ces travailleurs vont se retrouver sous des CCT avec de nettement moins bonnes conditions de salaire et de travail. Evidemment, ça va encore faire le beurre des patrons.

La FGTB-métallurgie flamande a réagi méchamment par la bouche de Herwig Jorissen : « À quoi sert de vouloir faire venir des travailleurs du SP.a au parlement, si, par ailleurs, un ministre du même parti met en danger les conditions de travail et de salaire de ces mêmes travailleurs ? »  (De nieuwe Werker, 9 février 2007).

 

Appel de la CSC-Bruxelles et de la Centrale générale de la FGTB à la solidarité avec la déléguée CSC licenciée, Maria Vindevoghel, vendredi 16 février, lors de son procès.

 

Dans un communiqué, le secrétaire de la CSC, Guy Tordeur, lance un appel à être présents en masse au procès de la déléguée Maria Vindevoghel. En juillet 2005, celle-ci avait été injustement licenciée par son patron, Flightcare, à l’aéroport de Zaventem. L’an dernier, le tribunal du travail donnait raison à Maria, mais Flightcare est allé en appel. Celui qui lui a succédé, Corg Kirlangic, a lui aussi été licencié. Guy Tordeur : « Il ne s’agit pas ici que de la protection de deux délégués de la CSC. Flightcare est occupé à rendre impossible toute forme de travail syndical à l’aéroport ! »

La Centrale générale de la FGTB lance elle aussi un appel à manifester sa présence.

Rendez-vous : vendredi 16 février, 14 h, Cour du Travail, place Poelaert, 1000 Bruxelles (juste en face du Palais de Justice). 

 

Avec nos salutations amicales,

Jef Bruynseels

Johnny Coopmans

Jo Cottenier

 

11:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, romain, courcelles, histoire, actualite, silence, syndicats, social, luttes | |  Facebook | |  Imprimer | | |