27/04/2008

26/04/2008: WALLONIE : le logement SOCIAL aussi en route vers la privatisation... Farceurs nos libéraux !

WALLONIE : le logement SOCIAL aussi en route vers la privatisation... Farceurs nos libéraux !
Le logement social est dans un bien triste état en Wallonie: délabré de plus en plus, des finances en difficultés, des milliers de demandeurs en attente pendant des mois, voire des années...
Pas trop de désespoir cependant, nos partis pseudos démocratiques, qui ont tellement bien géré le secteur, en spéculant sur les subventions (voire en remplissant certaines poches), vont bien trouver LA solution.
Ainsi, une délégation de responsables et mandataires du Mr, Kubla en tête, vient d' aller étudier la question ... à Reims.
Là, pas de problèmes pour nos réformateurs libéraux: à Reims, tout va bien et à neuf, bien entretenu: le logement SOCIAL est en grande partie privatisé...
Dès lors, le sieur KUBLA estime que nous devons en tirer les enseignements pour la Wallonie ...
Et, à mon très humble avis, surtout des interrogations...
A Reims, qui décide:
-des conditions d' attribution,
-des conditions de revenus,
-des modalités de logement, de la réglementation,
-des organes de gestion et de décisions,
-et surtout, du montant des loyers et des charges, de leur fixation ???
Pas de doute: à Reims, les gestionnaires PRIVES (des sociétés immobilières ???) sont des bienfaiteurs complètement désintéressés qui y vont de leur poche ... Ils n'ont bien sûr pas pour but principal de réaliser de plantureux profits sur les loyers des classes sociales les plus modestes, les plus démunies, les plus pauvres...
Gare, les amis: la privatisation du logement SOCIAL pointe AUSSI à l'horizon. Nos libéraux francophones enfoncent le premier clou... Le secteur du logement SOCIAL peut encore devenir juteux. A l' exemple de Reims et de la France sarkozyste, on pourrait faire avec
un euro privatisé 4-5 fois plus et mieux qu' avec un euro ordinaire wallon...
RoRo

20:41 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, actualite, presse, media, privatisation, social, mr, politique, romain, ps, cdh, ecolo, logement, courcelles, histoire, wallonie, information | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/02/2007

20/02/2007: Courcelles: A CHACUN SON LOGIS : une belle avancée dans la défense des locataires !

 

A CHACUN SON LOGIS : une belle avancée dans la défense des locataires !

 

Je rappelle encore une fois que les arriérés, contrairement à ce qui a été avancé par « A Chacun son Logis », ne portent pas sur 5 ans, mais bien sur 6 ans.

Les locataires ont reçu une note récapitulative, à laquelle était jointes les notes années 2000, 2001, 2002, 2003 , 2004 ET 2005 . Cela fait bien 6 années : 2000 et 2005 étant inclus, l’ année 2006 et les suivantes restants d’ ailleurs à couvrir. Il y a même lieu donc de croire que les tarifs des charges supplémentaires vont être réadaptées en conséquence vers le haut pour les années à venir. Très chère l’ entretien des chauffe-eau et des plantations (il faudrait d’ ailleurs se mettre d’ accord sur ce dont il s’ agit !) à COURCELLES, car les plantations et chauffe-eau sont le point essentiel des charges réclamées !

Avec une véritable union à gauche, et avec les locataires, il faut et on peut gagner cette bataille.

La nécessité de relancer le logement social, à Courcelles et ailleurs, est une évidence. Il suffit de distribuer des tracts dans les cités pour se rendre compte de leur délabrement prononcé, de la vétusté, des négligences d’ entretien, de l’ appauvrissement, d’ un climat de laisser-aller qui atteint de moral.

Van Cau et Di Rupo ont trouvé des centaines de millions d’ euros dans le cadre du Plan Marshall pour venir en aide une fois de plus aux patrons des multinationales capitalistes. Il est urgent de défendre un plan Marshall pour venir en aide au logement social et aux communes wallonnes.

Relancer la construction, entretenir nos communes, nos services publics, développer l’ aide sociale, les loisirs, … cela crée aussi de l’ emploi. Des maisons, en bon état, cela se loue, cela se (re)vend, les sommes investies finissent par rapporter financièrement en en terme d’ emplois. Ce n’ est pas de l’ argent perdu !

RoRo

 

 

 

De : Perfecto Denis [mailto:denis@perfecto.be]
Envoyé : lundi 19 février 2007 20:46
À : roger.romain@skynet.be
Objet : A chacun son logis

 

Chèr Mr Romain,

N’ayant pas pu consulter mes mails avant ce lundi soir, je viens seulement de découvrir l’avancée du dossier “A chacun son logis”.

Et quelle avancée!!! En plus du reportage RTL, ci-joint/ci-dessous vous trouverez les articles de la DH et Nouvelle gazette traitant également de l’affaire.

Suite au projet d’interpellation que j’avais fait parvenir à Mr Clersy ce vendredi soir, mais également au fait que Mr Tangre avait  également été interpellé par des locataires de son côté, notre interpellation au Conseil de ce lundi 26 février est devenue commune aux groupes ECOLO-UCPW.

Les faits que vous avanciez ont bel et bien été confirmés. Vu la tournure actuelle de l’affaire dans le sens voulu, il ne me semble plus nécessaire de nous rencontrer ce mercredi soir comme convenu au téléphone.

Vous trouverez ci-joint l’ordre du jour du Conseil en attendant de vous envoyer l’interpellation “A chacun son logis” dès que je serai en possession de la version finale que je devrais recevoir encore aujourd’hui.

Au plaisir de vous rencontrer lors de la prochaine séance du conseil, et en espérant que les locataires obtiendront gain de cause, ce dont je ne doute plus, veuillez recevoir, Mr Romain mes salutations distinguées.

Cordialement

Denis THIRY
Locale ECOLO Courcelles
0495933319

------ Message transféré
De?: "CLERSY Christophe" <christophe.clersy@ecolo.be>
Date?: Mon, 19 Feb 2007 09:39:32 +0100
À?: "Tim Kairet" <timkairet@online.be>, <denisthiry@belgacom.net>, "Denis THIRY" <denis@perfecto.be>, "MEERHAEGHE Isabelle" <Isabelle.MEERHAEGHE@ecolo.be>

* LA DERNIÈRE HEURE *

---

Chacun son Logis à la charge

Les locataires de la société de logements sociaux se voient réclamer des charges des cinq dernières années

COURCELLES Douche froide pour les locataires de la société coopérative de logements sociaux Chacun son Logis à Courcelles : ils viennent de recevoir un courrier portant à leur connaissance le nouveau décompte des charges et celui-ci est plutôt salé... parce qu'il porte en fait sur les cinq dernières années.

Selon le parti d'opposition de l'Union Communale Progressiste et Wallonne (UCPW), cette démarche est purement illégale. Le groupe du conseiller communal Robert Tangre invite d'ailleurs les locataires à refuser de payer et à se joindre à une action en justice : "La moyenne des sommes réclamées se situe entre 500 et 100 euros alors que la toute grande majorité des locataires sociaux ont des revenus proches du minimum vital : c'est inadmissible ! La société est incapable dans ses courriers de dire sur quelle base juridique est fondé ce calcul astronomique. Pire, l'article du code civil sur lequel se base la direction pour réclamer le réajustement de ces charges est sérieusement remis en doute par l'avocat que nous avons chargé du dossier" explique Robert Tangre. Le code wallon du logement impose en effet un décompte annuel des charges mais ne prévoit pas un tel rétroacte sur cinq années : "la demande serait dès lors en partie prescrite selon notre avocat" précise encore notre interlocuteur. Ce point concernant des charges trop faibles par rapport au prix vérité avait été soulevé par l'audit commandité par la SWL.

V. D.

http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=685812
<http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml?id=685812>

---

 
Christophe CLERSY,
permanent régional ECOLO Charleroi-Thuin
conseiller communal
ECOLO à Courcelles
Tél. : 071 / 23 80 20
Fax : 071 / 23 80 29
GSM : 0476 / 86 87 57
E-Mail : christophe.clersy@ecolo.be
<mailto:christophe.clersy@ecolo.be>
Website : www.courcelles.ecolo.be <http://www.courcelles.ecolo.be/>


10:35 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, romain, actualite, presse, ucpw, ptb, ecolo, ps, logement, democratie, social, communes, luttes, solidarite, capitalisme, oppression capitaliste, environnement, courcelles | |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/02/2007

17/02/2007: COURCELLES: l' opposition des locataires des maisons sociales porte ses premiers fruits, avec l’ aide des médias …

COURCELLES: l' opposition des locataires des maisons sociales porte ses premiers fruits, avec l’ aide des médias …

 

La presse ne pouvait ignorer longtemps que le feu couve dans les cités sociales de Courcelles.

L’ opposition des locataires au paiement des arriérés d’ entretien portant sur 6 années vient d’ être relayée ce samedi 17 février 2007, à 13 heures, pendant un long moment sur Rtl-Tvi.

Il y a fort à parier que d’autres médias vont également plonger sur l’événement à leur tour.

Les locataires, épaulés par les actions du Ptb et de Pcc, réaffirment qu’ ils ne vont pas se laisser faire, qu’ils ne paieront pas. Ils réclament des comptes à la société « A CHACUN SON LOGIS ».

J’ avais prédit, dans un précédent message, que cela allait chauffer dans les semaines à suivre dans les cités. Je ne peux qu’ encourager les locataires à signer massivement LA PETITION en cours.

Les dirigeants de « A Chacun son Logis » vont devoir réagir. Pour sauver la face, ils vont certainement tenter de se retrancher derrière les conclusions du rapport d’ audit que personne ne connaît parmi la population. Pour rappel, les saloperies et les scandales de certains dirigeants de sociétés locales de la grande localité voisine, dirigée par les « socialistes », ont provoqué la mise en route d’ audits dans les cités de Wallonie. Certains de ces rapports concluentt, dans la mise en œuvre de moyens financiers, qu’ il faut réclamer plus de la part des locataires. Ces rapports, ces scandales, ces mauvaises gestions, se retournent donc maintenant contre la population. C’ est évidemment trop facile de la part de la Région wallonne : il lui appartient d’ allouer les crédits nécessaires pour combler les trous creusés par les mandataires « socialistes » ou autres des maisons sociales. Réclamer des centaines d’ euros supplémentaires, portant sur des années de retard, est une solution inacceptable pour les locataires qui ne sont que de petites gens. Attention donc à la manœuvre !

RoRo.

13:51 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mr, actualite, presse, silence, social, communes, solidarite, capitalisme, democratie, logement, ps, cdh, ptb, courcelles, romain, belgique, histoire | |  Facebook | |  Imprimer | | |

08/12/2006

09/12/2006: Vous êtes les bienvenus à Cheratte tant ce samedi au Tchérati dès 11 h du matin que dimanche, rue de Visé à Cheratte-bas à 12 h.

Vous êtes les bienvenus à Cheratte tant ce samedi au Tchérati dès 11 h du matin que dimanche, rue de Visé à Cheratte-bas à 12 h.

 

 

-----Message d'origine-----
De : Jacques CHEVALIER [mailto:chevaljak@mail.be]
Envoyé : mercredi 6 décembre 2006 23:39

Objet : Pour info et invitation
Importance : Haute

 

Chers amis,

Je vous invite à trouver en annexe le communiqué de presse adressé ce soir au médias relativement à notre action pour Laurence de Cheratte, si vous savez le re-mailer vers vos listes ce ne serait pas mal idem vers des journalistes de vos connaissances. Je vous en remercie d'avance. Vous êtes les bienvenus à Cheratte tant ce samedi au Tchérati dès 11 h du matin que dimanche, rue de Visé à Cheratte-bas à 12 h.

Jacques CHEVALIER

et Myriam PIRON

 

 

Les sapins en fêteS et le sapin de la Solidarité.

 

Ce samedi 9 décembre 2006 aura lieu à Cheratte-hauteurs, au Tchératî, rue Aux Communes, 37, dès 11 h, une journée intitulée « Sapins en fêteS » où quelques-uns de ces arbres de Noël seront décorés par quelques associations pendant que se déroulera à l’intérieur de la Galerie un petit Marché de Noël aux saveurs diverses. Parmi les sapins on découvrira celui de la Solidarité, un sapin militant, un sapin qui est un appel à toutes et à tous pour aider Laurence et ses enfants à enfin avoir un toit après l’incendie qui, le 16 septembre dernier, a rendu leur maison inhabitable.

Ce sapin, dès le dimanche 10 décembre à midi, sera « replanté » parmi les décombres calcinés jonchant le trottoir devant la maison vide, rue de Visé, à 50 mètres du passage à niveau de Cheratte-bas.

Dimanche il y aura 85 jours que Laurence et ses deux petits bouts sont sans logement adapté, ils ont la chance d’avoir une amie, qui les héberge dans son petit logis à la hauteur de ses tout petits moyens, Laurence n’est pas à la rue mais cette situation ne peut s’éterniser.

La Ville de Visé n’a pas fait le nécessaire lors de la catastrophe, ses logements d’urgence étant occupés. La Société Régionale d’Habitations Sociales « La Visétoise » a été sollicitée, Laurence y ayant droit à un logement prioritairement vu l’urgence, mais de ce côté là aussi on se retranche derrière l’absence de logements libres. N’y a-t-il eu aucun logement libre en habitations sociales de Visé depuis l’incendie ? Personne ne sait dire quand Laurence pourrait avoir accès à un logement, elle y a droit et tout le monde est bien d’accord sur cela, mais pas depuis très longtemps tout de même, il aura fallu se heurter à une barrière de préjugés et déployer beaucoup d’énergie au niveau politique.

Laurence a contacté la Ligue des Droits de l’homme, elle a un avocat… Elle a écrit au Roi et à la Reine pour expliquer sa détresse, elle a reçu des accusés de réception, un courrier de la Société Wallonne du Logement Social l’assurant qu’on se préoccupait de son problème. Laurence est allée avec nous, ses voisins, au Conseil Communal du 4 décembre à Visé où elle a été écoutée par divers conseillers et échevins tandis que le Bourgmestre rabrouait vivement les voisins qui l’accompagnaient, refusant de s’adresser à des « intermédiaires ».

Cette situation devient franchement intolérable, les voisins ont décidé, avec l’accord de Laurence, de passer à une vitesse supérieure en donnant toute la visibilité nécessaire aux légitimes attentes de cette maman.

Outre le sapin sur le trottoir on trouvera aux murs de la maison sinistrée plusieurs panneaux expliquant toute cette triste histoire.

Les voisins demandent à tous les Cherattois, et - pourquoi pas ? – d’autres personnes bien au-delà du quartier, de s’associer au mouvement en venant déposer symboliquement sur les décombres, près du sapin, de vieux jouets, de vieilles peluches, ils peuvent aussi déposer de bons jouets et peluches pour les gosses de Laurence (un garçon de 2,5 ans et une fille de 5 ans) chez Jacques Chevalier et Myriam Piron, au 198 rue de Visé à Cheratte-bas (en soirée).

Toutes les personnes désireuses de participer effectivement au comité des voisins de Laurence peuvent se signaler auprès de Jacques et Myriam, rue de Visé, 198 ou par gsm au 0476/479388 ou par mail myriam.piron@mail.be . Invitation, à fortiori, à toutes et à tous ce dimanche 10 décembre à midi pour la replantation du sapin de la Solidarité, rue de Visé devant la maison sinistrée de Laurence.

Espérons que ces actions soient porteuses d’une bonne suite au plus tard pour ce Noël, ce serait vraiment très navrant de devoir revenir avec Laurence au prochain Conseil Communal de janvier 2007.

Y-a-t-il un Père Noël dans la Salle du Conseil à Visé ?

 

Myriam Piron et Jacques Chevalier

Comité des voisins de Laurence. Cheratte.

6 décembre 2006.

11:25 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, capitalisme, oppression capitaliste, democratie, injustice, social, solidarite, actualite, histoire, romain, courcelles, presse, silence, logement, resistance | |  Facebook | |  Imprimer | | |

31/10/2006

30/10/2006: Le logement, les loyers, les propriétaires et locataires, le coût de la vie ...

Merci de votre message !

C’  est évident, s’il y avait une véritable politique du logement, en faveur du peuple et de la part des autorités publiques, cela aiderait à combattre aussi toute la spéculation et la rapacité de beaucoup (il y en a encore des consciencieux !) de propriétaires.

Une pension de 38.000 francs belges par mois (et encore beaucoup moins pour la plupart des petits allocataires sociaux, chômeurs et personnes assistées) et devoir maintenant payer des loyers de 15, 18, 20.000 frs (27.000 frs en moyenne à Bruxelles), pour des maisons à la limite parfois de l’  acceptable, c’ est intenable. Il faut aussi s’  éclairer, manger, se soigner, se vêtir, se chauffer, se déplacer, s’  assurer, élever les gosses, payer les multiples taxes, etc, etc… Cela devient de plus en plus impossible. Les pauvres deviennent de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux. De plus en plus de sdf courent désormais les rues, les tunnels de gare, les parvis de nos églises, alors que l’  on se trouve dans un des pays les plus riches du monde. Que font les « socialistes » au pouvoir depuis des dizaines d’  années. Si les anciens, si leurs pères revenaient sur terre et pour voir leurs descendants s’  empifrer pour des cumuls, pour le pouvoir, pour participer à la gestion capitaliste, participer à la collaboration des classes  … Désormais tout est oublié, tout vole à la poubelle. (les sourires télévisés de Di Rupo et Onkelinx n’y changent rien !). Un des moyens devrait être de fixer obligatoirement les loyers du privé en fonction du revenu cadastral et des revenus des locataires. Des critères ont été établis pour le logement social. Ils devraient être imités et adaptés dans le privé, avec contrôles, inspections à la clé.  C’  est du moins mon avis … Mais pour cela, il faudrait s’  attaquer aussi aux grosses sociétés immobilières, qui possèdent et mettent en location des centaines, des milliers d’ immeubles et d’ appartements. Toute la côte belge (pardon la côte flamande !) leur appartient… Il suffit’ ouvrir les yeux et/ou lire les affiches de location, de vente, aux fenêtres et/ou dans les journaux publicitaires … C’  est un des scandales du monde capitaliste. Les lois garantissent sur le papier des droits (le droit au logement) qui n’  existent pas dans la réalité. Il en va de même pour l’  enseignement « gratuit », les soins de santé, la « liberté » de presse et d’ information, etc, etc,…

 

Bonne soirée !

RoRo

 

 

 

 

De : scheire jean-claude [mailto:pilou380@.....)
Envoyé : lundi 30 octobre 2006 19:45
À : roger.romain@skynet.be
Objet : RE: CoDiff: COURCELLES: une bataille de crabes pour le pouvoir communal entre "démocrates": finalement le Mr CIGNA deviendrait échevin ... des sports (?)

 

monsieur romain, oui tant qu'il aura une politique non adéquate en matière de logement a courcelles rien ne changera car la politique à courcelles c’est  les propriétaires qui on tous les droits ils louent des taudis et moi je dis des poubelles à des prix exorbitants et très exigeants , pas de chômage , pas de c.p.a.s.,pas de jeune etc et parlons des agences de location ( c) il existe des discriminations

bien à vous mr romain


From: "Roger Romain" <roger.romain@skynet.be>
Reply-To: <roger.romain@skynet.be>
To: "Roger Romain" <roger.romain@skynet.be>
Subject: CoDiff: COURCELLES: une bataille de crabes pour le pouvoir communal entre "démocrates": finalement le Mr CIGNA deviendrait échevin ... des sports (?)
Date: Mon, 30 Oct 2006 18:54:41 +0100

COURCELLES: une véritable bataille de crabes pour le pouvoir communal entre "démocrates": finalement le Mr CIGNA deviendrait échevin ... des sports (?)

Courcelles (comme ailleurs), on ne vote plus pour ou contre un parti « Al coupète du numéro untel…), on ne vote plus « gauche » contre droite, exploités contre exploiteurs, on ne vote plus pour ou contre un programme POLITIQUE, classes contre classes….  On vote pour des bobines, pour des portraits, des fruits, des couleurs, des légumes (violets, orangés, oliviers, rosés, bleus,…), des gens « expérimentés » qui ont fourni leurs preuves sur le terrain (avec notre fric … !) et « on » participe tous à une vaste comédie, un véritable cirque, orchestré par les partis autoproclamés « démocratiques ». Les autres :  « les petits partis », les « extrémistes », les « révolutionnaires », les sectaires, les ultras, les dogmatistes, les « dangereux », les « gauchistes », les « aventuriers », les « ultras », les « dépassés d’ un autre âge»,  on les exclut … Bref, la "démocratie", sauce capitaliste, c' est le meilleurs moyen de ne rien changer. C' est pourquoi, tous nos farfelus de la politique, tous nos prétendants, sont tous (???) "démocrates",...

 

Pendant 3 mois de campagne électorale, les seuls écrits, analyses, réflexions de fond sur la situation de COURCELLES et des COURCELLOIS ont été écrits, produits, par Robert TANGRE  (Ucpw), Ernest GLINNE (Ecolo), Roger ROMAIN (Ptb+PCC). Avec les résultats que l’ on connaît … Les autres ont surtout produit du vent, de la démagogie faite de promesses qui ne seront pas tenues, ont affiché leur portrait accompagné de slogans creux (Dans le genre" En votant pour moi, je fais plaisir à un ami ...! Affichez donc ma binette !". Les partis pseudos « démocratiques » ont réussi à transformer, à COURCELLES comme ailleurs, la vie politique en un vaste cirque. Et le plus étonnant, c’ est que ça marche. Reconnaissons toutefois que le Fn fait exception. « Eux », ils n’ ont rien fait, rien dit, rien promis, ils sont pour la plupart inconnus, n’ ont aucun programme. Il suffit que leurs candidats appartiennent à un parti raciste,  et fascisant (rexiste, comme on disait avant guerre!) … pour décrocher du premier coup 3 élus. Bref, il reste aux Courcellois à peine 6 ans, pour subir, râler, regretter, reconnaître que …, réfléchir, espérer mieux et faire mieux la prochaine fois… Mais pourra-t-on un jour faire changer "les gens" eux mêmes et leur manière de voir les choses ?

 

En attendant, si vous avez des réflexions qui en valent la peine, c’ est avec plaisir que je les ajouterai ci-dessous. Vous pouvez m’ écrire   roger.romain@skynet.be  Les attaques non-prouvées et anonymes, mettant en jeu la vie privée de personnes, élus, ou candidats, seront toutefois exclues.

 

Les élections sont à peine terminées que les « chers électeurs » viennent pleurer dans notre gilet communiste :  

" J’  ai pas voulu ça. Je suis contre les faschos.  Les « socialistes » m’ont déçu(e). Les « socialistes » se bagarrent pour la place de mayeur et les scandales continuent. Mayeur, Echevin, ça paie très bien et c' est un cumul intéressant. Les calottins ont gagné, on se demande pourquoi ?  Ceux qui nous ont aidés sur le terrain ne sont pas élus ou reculent. Les écolos devront repasser. Ernest Glinne qui fait son dernier mandat, va faire quoi ? Cigna ne voulait que renverser les « socialistes » et se faire une place au soleil. Marie-Christine Lambot (Psc-Cdh) se tire pourquoi ? L’ avenue de Wallonie, qui va s’ en occuper.  Forever à La Glacerie, on n’ en entend plus rien dire. En attendant, ses activités continuent... Ma rue Jean Friot, c’  est comme hier et ça va continuer: le moyen-âge ! Le méga centre commercial à Trazegnies va-t-il faire crever tout le commerce local ? Les « incivilités », sont-ce uniquement les crottes de chiens et les paquets de frites par terre (voir les accotements de l’ avenue de Wallonie et de la rue de La Glacerie, par exemple) ? Va-t-on avoir des caméras à chaque coin de rue, ou des flics pour nous surveiller à chaque carrefour, alors qu’on ne voit plus et ne connaît même plus son agent de quartier, surtout s’il vient de Jodoigne travailler à Courcelles - Fontaine ? Le parti communiste existe-t-il encore à Courcelles ? C’  est toute la gauche courcelloise qui est battue.  Hansenne va faire recompter les voix, car il ne digère pas. Sœur voulait une alliance à gauche, les autres l' ont voulue à droite. Il n’  y a plus vraiment un seul homme POLITIQUE dans tout cela. Tous pour leur poche ! On attend toujours le début des travaux pour la construction du rond point devant TaxiPost promis depuis avril par Hansenne.  Ils nous prennent pour des cons. Les enseignants de l’ Ecole industrielle ne sont pas contents des propos de quatre candidats et élus Mr et protestent  dans la presse, alors que Jean-Claude Meurée n’ a pas encore pris ses fonctions d’ Echevin de ... l' enseignement. Le soir des élections  sympathisants de Sœur et Hansenne ont failli s’  empoigner, s ' étriper, en s' arrosant la façade. C’ était pourtant Cigna qui avait le plus de préférences chez les libéraux. . La droite « socialiste » a voulu le Mr qui n’ a rien gagné, alors que le Cdh a progressé et se retrouve finalement dans l’ opposition. Pourquoi donc ? Ca ne va pas tenir. D’ ici le 4 décembre 2006, il risque encore d’  y avoir du nouveau. Cigna a maintenant un pied dans la majorité et l' autre dans l’  opposition. Il va devoir la fermer ou avoir de gros ennuis des deux côtés. Il ferait mieux de passer au Cdh. Le Ps, est maintenant devenu le parti des parrains. En attendant la nouvelle Maison du Peuple de Jamioulx continue à se remplir. C’ est là que les « socialistes » vont bientôt tenir leur prochain congrès. L' alliance "socialistes"-libéraux à Courcelles était conclue avant même qu' on ne vote. Tu parles... leur "démocratie"!  Ils sont venus blablater entre eux sur TéléSambre et nous ont bernés une fois de plus. 

Les flics? Après 16 - 17 heures, on n' en voit plus jusqu' au lendemain. Vous les appelez pour un cambriolage chez vous? Deux heures après, ils arrivent comme Zorro. Entre-temps, les voleurs ont mis les bouts. Pour une banque? Moins de 10 minutes après, ils sont là en forces et armés jusqu' aux dents. Le Fn ? Nôôôn: personne n' a voté pour eux, personne n' est raciste ! Leurs électeurs sont tombés du ciel, ou alors, tout simplement beaucoup de gens se sont trompés d' trou dans l' isoloir.  Le stationnement des voitures à Courcelles: c' est au coin des rues, sur les passages pour piétons, sur les trottoirs. Les gens n' ont qu' à descendre sur la rue. Pratiquement aucune aire de stationnement prévue, dessinée sur le sol le long des rues. C' est l' anarchie complète. Axel Soeur va-t-il remettre de l' ordre ? A moins que Hansenne, si on a mal compté les voix de préférences dans les bureaux de dépouillement, car qui sait.... ? Et nos taxes maintenant les amis ? Où vont-ils aller chercher le fric ? Le foncier va-t-il augmenter ? Ou alors la taxe additionnelle communale de 8 pourcents ? Alors, les deux ? Et la taxe déchets qui devrait encore grimper ? Les emballages perdus on n'arrête pas de les payer deux trois fois: les compères libéraux et "socialistes" viennent encore d' inventer une nouvelle taxe gouvernementale qui va de nouveau faire grimper les prix. Les pollués sont les payeurs, les pollueurs véritables encaissent les gros sous et sont bien protégés. Tiens la place du Trieu: avec les Ecolos, suivant leur discours sur TéléSambre, on aurait des poubelles publiques... C' est raté ! La place du Trieu: ça fait déjà belle lurette que les "socialistes" ont un plan de réaménagement. Mais le parking des voitures sera-t-il encore gratuit, ou faudra-t-il payer à une société privée comme dans d' autres communes "socialistes", rien que pour aller acheter un timbre-Poste ? Dans ce cas, gare pour les commerçants du Trieu et les cabaretiers qui ont déjà difficile de nouer les deux bouts, malgré les élus Mr au Conseil ! En attendant: l' ancienne Poste: que va-t-on en faire ? Ce chancre en plein centre de la commune, qui s' en occupe parmi nos élus ? Va-t-on laisser ce bâtiment tomber en ruines, comme d' autres dans la commune ? Un habitant du quartier de Wartonlieu me demande: et l' extension du zoning, c' est remis au placard ou ont-ils attendu l' après élections pour décider ? Nous n'allons pas laisser démolir ce site, ce panorama incomparable.  Le zoning déjà existant: va-t-on savoir enfin s' il nous coûte ou s' il nous rapporte ?

Cigna propose une somme de 50.000 euros au budget 2007, pour soutenir le commerce local de nos 4 entités", mais se tait, avec son parti, à propos de la création d' un futur méga centre commercial à Trazegnies qui va faire crever nos derniers petits commerçants et artisans locaux, en développant encore plus la concurrence effrénée entre ce qui existe déjà dans l' coin. A ce propos, les remerciements et regrets de Elvidio Gaone dans le dernier Tan Que Vive électoral ont dû être quelque peu embarrassants pour la majorité défunte PS-Cdh: un joli paquet de fric perdu pour la commune, si jamais le festival aux moules -qui a désormais une réputation régionale- déménage en 2007 dans une autre commune plus accueillante. Comme relance du commerce local, on devrait certainement pouvoir faire mieux ! De quoi préoccuper encore Monsieur Cigna désormais dans la majorité rosée-bleue. Le même Cigna va interpeller, car dans le Zoning, la société World Trading Compagny entreposerait sur son site des produits corrosifs, nocifs, irritants, inflammables et dangereux pour l' environnement. Mais le même Cigna, son parti et les autres  autres partis "démocratiques", se taisent depuis 9 mois à propos des activités similaires de Forever Products à La Glacerie, en plein centre d'un quartier populeux, à 100 mètres d' une école primaire communale. Dans le zoning, un(e) membre du Collège de la majorité Ps-Cdh avait pourtant promis au lendemain du dossier Verlipack que l' on n' implanterait aucune entreprise polluante. Mais, ça vaut encore quoi, les promesses d' un(e) échevin(e), face aux activités et la volonté d' une multinationale capitaliste?

Dans Tan Que Vive du 25 octobre 2006, le porte-parole de l' Ucpw continue d' appeler le Cdh un parti "démocratique". Il doit avoir oublié l' histoire du Psc-Cdh (la Belgique de Papa, la monarchie, le cléricalisme, Germinal et 1886, le colonialisme, le rexisme et la Kollaboration, l' amnistie, le léopoldisme, l' assassinat de Lahaut, la Grève de 60-61 et Grâce - Berleur, l' allégeance de ce parti du patronat et des banquiers à l' Amérique, à l' Otan, à l' Euro-dictature, aux multinationales, à la Guerre-Froide et à la course aux armements). Comme Cigna, on voudrait aussi connaître ce qu' il y a dans "le rapport de de l' inspection générale de la police fédérale et le rapport de la police locale de Courcelles du 24 février 2005", afin de pouvoir nous aussi juger et donner notre avis. Cette police unique, voulue, "réformée", par les partis dits "démocratiques" et qui nous coûte la peau des fesses, est-elle là pour assurer enfin notre sécurité ou est-ce en plus les mandataires communaux qui doivent l' organiser avec toujours plus de fric et de moyens?  Depuis plus de 50 ans, les habitants des "Fonds de Corbeau" voudraient voir une ligne de bus régulière avec le centre de la commune. Depuis 1976, la commune a absorbé Gouy et nous avons maintenant un zoning qui occuperait quelque 900 personnes. Et toujours pas de bus, sauf le mercredi, un aller - retour pour le marché hebdomadaire. Ah, oui: Cigna ne semble pas non plus content de la manière dont on été organisées les élections communales et provinciales: il y a eu collage et surcollage de la part des partis "démocratiques". Apparemment, ils ont disposé de beaucoup de fric, de moyens matériels, de temps, pour faire valoir leur démagogie et leurs facies partout, en éliminant surtout "les autres" de la scène politique. Certains auraient même utilisé du matériel communal et du personnel communal. S' il faut en croire un certain Monsieur Pirmolin dans Tan Que Vive... Mais le parti de ce dernier va maintenant contrôler tout cela, surtout qu' il est évincé du pouvoir communal .. Ma pension n' a plus augmenté depuis 2 ans. Les prix, les taxes, les redevances, les cotisations de "solidarité" n' arrêtent pas d' augmenter, de semaine en semaine. L'  euro, l' euro - dictature, les multinationales, les partis nationaux, avec la complicité des syndicats intégrés, vont nous faire crever. L'  augmentation des pensions et allocations, annoncées pour le mois d' octobre 2006, par le pouvoir et les médias aux ordres, en pleine campagne électorale, c' était un attrape - nigaud supplémentaire. C' est juste le rattrapage de l' index lissé du coût de la vie de 2% à peine... Ces rattrapages tombent toujours au bon moment: la "démocratie" capitaliste, c' est de l' hypocrisie permanente ! Faudra quand même qu' on s' réveille !  

Les travaux ont duré une année, rue de Viesville. Le seul casse-vitesse construit est insuffisant et s' avère inefficace contre les chauffards. Des véhicules stationnent déjà sur les trottoirs en face de certaines maisons. Pas de signalisation, pas de flic de quartier en vue ! Les eaux de pluie s' infiltrent désormais entre les pavés du nouveau trottoir et des caves sont maintenant inondées. Certains riverains râlent évidemment.  Toujours pas de signalisation non plus au nouveau rond-point de la rue de Seneffe, à l' entrée du zoning. Des dizaines de camions et poids lourds continuent donc à détruire la voirie, rue de Seneffe et avenue de Wallonie. Devinez qui va payer ! Pour faciliter la vitesse excessive, des irresponsables ont d' ailleurs mis ces 2 rues à priorité absolue en supprimant la priorité de droite imposée par le Code de la route. On a donc déjà frôlé plusieurs accidents au coin de la nouvelle rue des Genets où on attend toujours des poteaux de signalisation. Qui va arriver le premier: les poteaux ou les accidents réels ? Au bas de la rue des Libertaires, côté cité, un piéton a failli se casser un pied en raison de l' état du trottoir. Les trottoirs non entretenus, à l' abandon, c' est quasi général dans la Commune. C' est toujours et partout la même chanson: " y a plus d'fric, y a plus d'fric, y a plus d'fric, là où il en faudrait ... !"

Sous la nouvelle législature 2006-2012, le zoning va enfin commencer à nous apporter des recettes nouvelles, nous ont dit certains candidats des partis soi-disant "démocratiques". Fort bien: nous serons sans doute informés ? Mais il s' agira probablement de la seule taxe communale sur la force motrice ?  Sans doute assez dérisoire, par rapport aux sommes investies. Etant donné que quelque 900 travailleurs, y seraient occupés, ne serait-il pas temps de voter de nouveau une taxe communale sur le personnel occupé ? La taxe sur la force motrice (même diminuée) + une taxe communale sur le personnel occupé, cela devrait probablement rapporter plus à la Commune, non ? D' autant plus que seule la collectivité a craché jusqu' ici pour les infrastructures du zoning (sans compter les dégâts à la voirie communale) et que dans la plupart des cas, nous avons à faire à des multinationales étrangères qui réalisent des centaines de millions de profits annuels.

Le logement à Courcelles ? Beaucoup de maisons vétustes, délabrées, à rénover, abandonnées, d' un autre âge, à abattre. Le logement social ? Pratiquement à l' arrêt, à peine entretenues, certaines à la limite de taudis. Quelque 800 demandes d'  attribution en attente, paraît-il. Alors ? Sous l' ancien Courcelles existait une régie foncière. Mais, les "socialistes" seuls majoritaires ne l'  ont jamais mise en valeur. "Mieux", dans le cadre des plans d'  assainissements, ils ont voté sa dissolution. Dans ces conditions, pourquoi ne pas créer une sorte de régie communale de l'  Habitat ? Pour quoi faire ? Acheter et revendre des terrains et maisons à rénover, en construire de nouvelles ? Il faut certes des capitaux, mais ce n'  est pas de l' argent perdu: des maisons, cela se loue, cela se (re) vend et cela procure de l' emploi tout en renouvelant le cadre de vie d' une commune. Ce que l' initiative personnelle et/ou privée peut faire (une centaine d' habitations sont en construction en ce moment sur le site des anciens charbonnages de Courcelles-Nord), un service public communal bien organisé peut le faire également. Mais il faut pour cela des élus inventifs, novateurs, décidés à ne pas sombrer dans la routine bureaucratique et combatifs... C'  est sans doute cela qui sera le plus difficile à trouver...

Courcelles, coup de théâtre (à vérifier et à confirmer) : suivant la rumeur de ce 30 octobre 2006, le Mr Aurelio Cigna deviendrait finalement échevin ... des sports (?). Et le gâteau communal courcellois deviendrait du coup un véritable combat de crabes, entre "socialistes" et "libéraux". Mais il faut encore distinguer: c'  est en fait toute "la gauche" qui sort effectivement battue de ces élections puisque le Mr fixe finalement les conditions, alors qu' il stagne comme les libéraux dans l' ensemble du pays du reste, face à une progression des cathos (voir Van Cau):  le Ptb recule d' une trentaine de voix, l' Ucpw et les écolos d' un élu, les "socialistes" de deux élus. En réalité, ce sont les travailleurs, les plus défavorisés, les électeurs eux - mêmes, qui feront les frais de l'  opération électorale orchestrée par "la bande des quatre" qui nous confirment une bien piètre image de leur conception de la "démocratie". Cigna échevin, c' est aussi la confirmation de la suprématie de la droite au sein même du Ps, celle qui a préféré s' allier à droite, plutôt qu' à gauche ... Peut être en fin de compte, qu' aux côtés des faschos, le seul gagnant du scrutin serait Claude Bastin (liste Alc) qui a empêché le Mr de gagner un élu (???).

Et patati, et patata … "  (j’  attends la suite avec vous:) 

RoRo (30/10/2006)

12:01 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, romain, histoire, belgique, politique, logement, ps, mr, cdh, ptb, ecolo, presse, silence, social, charleroi, hainaut, democratie, capitalisme, oppression capitaliste, elections, elections 2006 | |  Facebook | |  Imprimer | | |

01/10/2006

01/10/2006: COURCELLES : élections : Ps, Mr, Cdh, se préparent déjà à encore aggraver la fiscalité communale dès le lendemain des élections.

COURCELLES : élections : Ps, Mr, Cdh, se préparent déjà à encore aggraver la fiscalité communale dès le lendemain des élections.  A quand un « plan Marshall » pour aider les communes wallonnes ???

 

Saviez-vous ce que les responsables « socialistes » courcellois (vieille garde et nouvelle garde) nous préparent pour le lendemain des élections ?

 

C’  est pourtant clair :

 

-au cours de leur ronronnement collectif sur TéléSambre, les compères Ps, Mr, Cdh, Écolo et Ucpw (les 3 autres listes présentes à Courcelles ont été « démocratiquement »  et scandaleusement exclues des débats !), nous ont rappelé que, à part un léger boni qui sera vite absorbé, les caisses courcelloises sont vides, que la Commune devient de plus en plus pauvre et qu’ elle doit faire face à des besoins criants et urgents. Les images de la voirie, du logement, qui ont été projetées à l’ écran nous l’ ont prouvé et rappelé tristement …

 

Ils n’  étaient guère très loquaces les compères communaux.

 

Alors que faire ? :

-seul Robert TANGRE a expliqué « qu’  il fallait prendre l’  argent là où il se trouve », laissant entendre que la solution ne peut venir que de ceux qui gouvernent le pays, dont la région wallonne, pour le compte du capitalisme. J’  ajoute personnellement que depuis que je suis en politique (ça fait quelque 50 ans !), les communes ont assez trinqué, à cause précisément du pouvoir capitaliste et de ses valets.  La commune, c’  est en effet la collectivité des électeurs, mais aussi et surtout , celle des contribuables, des travailleurs et des consommateurs.

 

-« A l’  écoute des Courcellois », Axel SŒUR (symbole de la relève « socialiste », lui, a déjà LA solution.  Il l’a en fait décrite (pour ceux qui savent lire et comprendre entre les lignes) dans sa « Rose au poing », au paragraphe suivant :   « Le Ps veille à maintenir l’  équilibre budgétaire sans avoir recours à l’  augmentation systématique ( ?????????) des taxes (le taux des impôts sur les revenus -8%- et du précompte immobilier -31,875%- n’ a pas augmenté depuis 1983, et ce malgré  l’ autorisation de la Région wallonne permettant aux Communes d’ augmenter ces taxes qui sont les deux principales recettes de transfert ». Alors, c’  est simple, comme l’  équilibre budgétaire courcellois sera incessamment rompu de nouveau vers le bas et que la Région wallonne, ce sont les ministres Ps, flanqués de leurs compères Cdh, la solution va venir toute seule : après les élections, impôt sur les revenus et/ou précompte immobilier vont augmenter, indépendamment des quelque 25 millions de francs que rapporte annuellement la nouvelle taxe « déchets ménagers ». Ils vont effectivement transférer de la poche du contribuable dans la caisse communale, si vous n’  aviez pas compris… Le mot transfert a donc bien une signification… politique et financière réelle et bien choisie.

 

Prendre l’  argent là où il se trouve réellement ?

 

Ce serait pourtant simple : 80 – 90% des parlementaires et des ministres des partis autoproclamés « démocratiques » détiennent aussi un mandat communal en cumul, voire un mayorat (Daerden à Herstal, Van Cau à Charleroi, Di Rupo à Mons, etc, etc…).

 

Derrière leur double - casquette, ils connaissent donc très bien les difficultés financières des communes. Ils savent que les communes doivent recourir à l’  emprunt systématique auprès des banques privées pour la moindre réalisation. Alors qu’  attendent-ils pour mettre les banquiers au pas ?  Surtout quand on se rappelle que le CCB (Crédit communal des Belgique –  l’ ex - banque des communes) a elle aussi été privatisée, avec leur complicité active.

 

Van Cau – Di Rupo viennent de mettre au point leur fameux « plan Marshall » : 50 milliards de francs belges supplémentaires, provenant de la collectivité et des avoirs de la Région Wallonne, pour aider les multinationales à investir et à créer des emplois (voila 30 – 40 ans que dure ce chantage !).

 

Alors, à quand un « plan Marshall » bis pour aider les communes wallonnes à sortir de leur enlisement, de leur marasme ?

 

Ce serait pourtant équitable, non ?:

 

-          50 milliards, pour aider les multinationales étrangères à augmenter encore leurs super – profits, avec le moins d’ emplois possible, grâce à des investissements de plus en plus modernes et ruineux.

 

-          50 milliards, pour aider ceux qui fournissent la machine de production capitaliste avec leurs bras et leur savoir : les travailleurs, la population, peuplant nos communes …

 

Mais, derrière leur double – casquette, Di Rupo, Van Cau, Daerden, Verhofstadt et Cie, savent à qui ils vont donner et à qui ils vont présenter la facture. La méthode des « transferts », ils connaissent d’  expérience…

 

Ce qu’ il faut alors, c’ est constituer au plus tôt un front uni des Communes pour rompre le pouvoir de ces nantis du capitalisme, car de plus en plus nous plongeons vers le retour à l’ esclavage.

 

La relance du logement social, des services publics, des travaux communaux, créera aussi de l’  emploi et diminuera le chômage. Et là, ce sera au profit direct de tous, … et pas seulement des multinationales étrangères.   Notre environnement y gagnera aussi et beaucoup d’  auteurs « d’  incivilités » retrouveront plus de  goût au civisme collectif en vivant dans un cadre amélioré …

 

RoRo

11:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, propagande, silence, solidarite, resistance, syndicats, ucpw, belgique, charleroi, alc, oppression capitaliste, hainaut, courcelles, actualite, capitalisme, cdh, democratie, ecolo, elections, elections 2006, environnement, histoire, logement, mr, politique, presse, ps, ptb | |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/09/2006

22/09/2006: 60 ans d’immigration italienne… en Belgique

De : Jacques CHEVALIER [mailto:chevaljak@mail.be]
Envoyé : vendredi 22 septembre 2006 9:42

 

Bonjour,

Je vous prie de bien vouloir trouver en annexe le texte du discours qui sera prononcé ce soir par Myriam PIRON à l'occasion du vernissage de l'Exposition consacrée au 60ème anniversaire de l'immigration Italienne via les accords charbonniers belgo-italiens.

Le vernissage a lieu à 19 h au Tchératî, rue Aux Communes, 37 à 4602 Cheratte-Haut, l'exposition est accessible au public samedi 23 et dimanche 24 septembre 2006 de 11 h à 18 h.

Vous êtes cordialement invité(e) au vernissage.

Jacques CHEVALIER

Animateur ACPR - locale Visé-Cheratte

 

 

 

 

60 ans d’immigration italienne…

 

Cheratte, c’est un peu le nombril du Monde.

 

Aussi bien en surface, par la diversité des mélanges de cultures que l’on y trouve, la beauté de sa géographie entre collines et voies maritimes, et la richesse historique de son passé houiller et industrieux, que dans son ventre, avec ses galeries de mine actuellement noyées  et peut-être d’autres trésors qu’il renferme encore (ne prenons que les gigantesques travaux de démergements toujours en cours).

Cheratte, j’en suis tombée amoureuse en visitant pour la première fois les ruines du charbonnage du « Hasard » une froide après-midi d’hiver, et j’ai de suite adhéré à la philosophie culturelle de mon compagnon, Jacques Chevalier, bien connu pour son implication au sein de ce quartier, via notamment l’Association Culturelle Paul Renotte dont notre Camarade Marcel Levaux est le président. 

 

PAC et ACPR de Cheratte s’associent pour un hommage à la communauté d’origine Italienne les 23 et 24 septembre 2006

 

Le 23 juin 1946, les premiers accords entre la Belgique et l’Italie sont négociés par le biais d’une Convention préparant le transfert de cinquante mille travailleurs Italiens en 2 années, vers les charbonnages belges. En 1952, seulement, 48000 hommes auront répondu aux critères de l’accord charbonnier, et auront fait la connaissance de nos mines.

 

Comment en sommes-nous arrivé là ?

 

Après la seconde guerre mondiale  et la fermeture des frontières avec les pays de l’Est l’immigration Italienne devient dominante :

De 1946 à 1956

 

L’Italie s’attache à résoudre les problèmes dus  à l’effondrement de son économie ainsi qu’au désarroi et la révolte de sa jeunesse face au chômage.

 

Les patrons charbonniers de Belgique quant à eux doivent faire face au départ des prisonniers allemands travaillant dans les mines jusqu’à leur libération en 1947, et donc à une pénurie de main d’œuvre pour les besoins énergétiques du pays.

 

l’ Italie quant à elle à grand besoin de combustible également pour se reconstruire.

 

La « FEDECHAR » est chargée de l’organisation pratique de l’embauche (1 homme contre 1200kgs de charbon/semaine pendant+/- 1 an).

 

A partir  de Milan s’organise une véritable campagne publicitaire dans tout le pays (affiches, documentaires expliquant la bonne vie à la mine pour ceux qui auront le privilège d’être choisis : qualités requises : Jeunes hommes célibataires de moins de 35 ans en excellente santé : corps sain et vigoureux, courage, force et sang froid ).

 

Des médecins belges sélectionnent avec prudence les candidats au départ étant donné la dureté du travail.

 

Moins d’hommes que l’on espérait se présentent, ils vont alors diminuer leurs prétentions et élargir les critères de choix, c’est ainsi que des hommes plus vieux, avec charge de famille vont quitter leurs régions pauvres du sud de l’Italie pour s’installer ici.

 

Le voyage entre Milan et Bruxelles dure près de deux jours ; de longs convois arrachent à leur famille des milliers d'hommes, le cœur battant d'espoir vers une vie meilleure. Beaucoup d'entre eux ne reverront jamais leur terre natale.

 

A Bruxelles, la dispersion vers les différents charbonnages est organisée. Des interprètes et délégués des mines règlent les formalités et le précieux chargement d’Humains est dirigé vers les « cantines » qui les attendent, ce sont des anciens  bâtiments de charbonnages fermés depuis 1930 ou ayant servi de « baraquements » aux prisonniers Russes et Allemands, les conditions de vie y sont indignes et bien loin des promesses faites par la FEDECHAR.

 

Les années passent et la santé des mineurs s'affaiblit. Outre les maladies, il y a les différents accidents.

 

Entre 1946 et 1955, plus de 500 ouvriers italiens  périssent dans les différents charbonnages de Belgique. Et puis, vient le 8 août 1956, l'effroyable tragédie du Bois-du-Cazier, à Marcinelle ; 262 morts, dont 136 Italiens (il faut noter qu’il y a  eu peu d’accidents catastrophiques à Cheratte parce qu’il y a peu de « grisou » étant donné la qualité exceptionnelle du minerais (moins gazeux et donc de meilleure combustion), les accidents seront dus à l’eau et le plus souvent en surface..

 

Les conséquences de ce drame sont rapides : renforcement de la sécurité dans les mines et blocage de l'immigration italienne vers la Belgique. 

      

A la fin des années cinquante, beaucoup d'Italiens épuisés par le travail rentrent au pays avec une santé médiocre et sans pension.

 

Ils n’ont pas assez d'années de service dans les mines de Belgique

 

La  « silicose » ne fait pas partie des maladies professionnelles indemnisables.

 

Pour aider ses rapatriés, le gouvernement Italien, poussé par les partis politiques de gauche, approuve une loi en 1962, celle-ci prend en charge l'indemnisation de la maladie de la silicose, en attendant que le gouvernement Belge le fasse.

 

La reconnaissance de cette indemnisation entrera en vigueur dés le premier janvier 1964.

 

La silicose est reconnue comme maladie professionnelle : c’est rendre justice aux victimes de ce mal qui détruit tant d êtres humains depuis des dizaines d'années.

 

On s'est bien gardé de dire en Italie, au moment du recrutement des travailleurs, les différentes maladies que la mine peut occasionner, ainsi que les conditions de travail qu’ils allaient rencontrer.

 

Ceux qui resteront en Belgique et qui seront, mis à la pension prématurément suite à cette maladie devront subir des moqueries, rapidement généralisées à tous les Italiens sur la « moutouelle» voulant ainsi signifier qu’ils ne sont venus que pour émarger le plus vite possible à notre Sécurité Sociale!

 

Et tout cela en ne respectant pas les principes d’hygiène en vigueur chez nous. Je me souviens, petite fille, avoir entendu dire qu’ils étaient malades parce qu’ils mangeaient des tomates et de l’huile d’olive !!! et qu’ils ne vivaient pas comme nous !!!

 

La vie s’organise

 

Dans les années 1950, la recherche de logements plus décents et appropriés, principalement quand la « famille » arrive et s’agrandit,, relève presque de « mission impossible » et on voit fleurir sur bon nombre d’habitations privées des pancartes « ni animaux ni étrangers ».

 

Il y a bien les « Cités ouvrières » dont nous en avons un des plus beaux fleurons ici, avec une des premières cité d’habitations sociales construite en Wallonie (avec Tilleur) au début des années 1920, et destinée au départ à abriter une majorité de familles d’origine Polonaise, représentant la première forme d’immigration massive vers nos charbonnages, mais vu l’ampleur de l’immigration et des regroupements familiaux,, nous manquions de logements décents.

 

L’intégration n’est vraiment pas facile au début, malgré nombre de mariages mixtes entre ces jeunes hommes fougueux et nos jeunes filles locales, et ce, dès 1950.

 

La Belgique compte d’ailleurs, dès 1964 sur l’apport de nouvelles familles immigrées en plus de celles déjà installées (d’abord marocaines, ensuite Turques) pour redresser la courbe de natalité du pays.

 

Quelques politiciens « éclairés » (Marcel Levaux à Cheratte et André Cools à Flémalle) obtiennent, dès 1968, la création du Conseil Consultatif des immigrés, faute d’obtenir déjà un droit de vote pour les personnes résidant régulièrement en Belgique.

 

En 1972, le droit de vote est accordé aux étrangers pour les élections sociales (représentants syndicaux).

 

En 1974, la Belgique décide de stopper l’immigration étrangère tout en accompagnant cela d’une campagne de régularisation d’un faible pourcentage de celles-ci.

  

Dans les années quatre-vingt, les autorités Belges prennent conscience de l’installation définitive des immigrés en Belgique, et mettent enfin en place une politique d’ « intégration ». par le biais entre autre de la «  Loi GOL » de 1984 octroyant la nationalité Belge aux immigrés de la 2eme génération en cas de mariage mixte et automatiquement à ceux de la 3eme génération.

 

Celle-ci se confirme dans le temps puisque de plus en plus de jeunes générations sont essentiellement Belges.

 

Le 7 février 1992, le traité de Maastricht indique que les Européens peuvent voter aux élections locales et européennes.

 

Le 27 janvier 1999, droit de vote aux élections communales pour les européens, étendu le 19 mars 2004 aux non-européens inscrits depuis 5 ans en Belgique.

 

Le 8 octobre 2006, ce sera la première participation de ceux-ci aux « Communales »

 

Le combat continue pour les « Législatives » les « Régionales » et le droit d’éligibilité. (RoRo : et les provinciales … !)

 

La première immigration Italienne dont on parle peu

 

De 1920 à 1940

 

La première guerre mondiale cause beaucoup de dégâts en Europe, notamment en Belgique et  en Italie.

 

La Belgique se remet bien vite à la tâche, la plupart des usines et des charbonnages retrouvent leur rythme et leur productivité.

 

L'Italie, au contraire, se remet confusément de sa guerre. Le régime politique subit des assauts imprévus  : la pauvreté s'étend, Mussolini se prépare.

 

En 1922, soutenu par 30 députés fascistes, il obtient la maîtrise des principaux ministères. Deux ans plus tard, fort d'une majorité de +/- 80%( 405 élus sur 535), il écarte l'opposition et instaure la dictature.

 

Dés lors, par milliers, des Italiens vont fuir leur patrie. Certains aboutissent en Belgique car l'industrie lourde a besoin de nouveaux travailleurs, ils seront rapidement assimilés.

 

Ils arrivent petit à petit à partir de 1922.

 

En 1925,  le nombre d'Italiens travaillant dans les charbonnages peut s'évaluer à quatre ou cinq mille, soit plus de 3% du total du personnel.

 

Et cette proportion ne fera que s'accroître, d'autant plus que la communauté italienne de Belgique se développe sans cesse : ils sont 20 000 en 1930 ; ils seront près de 35 000 en 1940.

 

A l'arrivée de Mussolini au pouvoir, en Belgique comme ailleurs, l'ambassade et les consulats deviennent les symboles du fascisme italien, et tentent de rallier les émigrés à ce régime.

 

Il faut savoir que la plupart des immigrés italiens de l'époque sont antifascistes, et Mussolini va tout faire pour endoctriner ces fuyards.

 

A Charleroi, des écoles et des bibliothèques Italiennes sont organisées sous contrôle fasciste, et, les livres y sont triés.

(Pour information, l’Université du Travail créé par le Mouvement Ouvrier Chrétien va  trouver son essor dans les années 1960 afin de favoriser, l’intégration de ce qu’on appelle alors, les immigrés de la deuxième génération de par l’organisation de cours de haut niveau : graduats et universitaires).

 

Des informateurs produisent pour l'ambassade Italienne un rapport hebdomadaire, pour chaque antifasciste  vu en Belgique.

 

Sur base de ces dossiers, la police italienne demande et obtient , l'arrestation des " agitateurs " par la police belge. Ainsi la population italienne de Belgique, loin d'être à l'abri chez nous, fait en plus l'objet de diverses pressions de la part de son consulat.

 

A ce moment, en Belgique, pour obtenir un passeport, un document officiel, il faut s'inscrire à une organisation fasciste, du moins faire allégeance au Duce ou répondre à de longs questionnaires pour détecter les activités antifascistes. Autrement, les documents pourtant indispensables (extraits de naissance) se font indéfiniment attendre.

 

Cela serait un comble que l’histoire se répète puisque bon nombre d’ « anciens » Italiens déplorent  être toujours en possession d’une carte de séjour renouvelable tous les 5 ans, malgré plus de cinquante ans de résidence ininterrompue en Belgique.

 

Ils doivent même toujours avoir un passeport pour se rendre en Italie, à notre époque de libre circulation dans la Communauté Européenne et d’un retour de l’extrême droite en Italie, voire en Europe.

 

Conclusion

 

Actuellement on entend souvent dire que « l'intégration des Italiens est réussie ».

 

Je n’aime pas beaucoup ce terme …Intégration ?? Notre planète nous appartient, à tous, il y a toujours eu et il y aura toujours des brassages de populations, des départs, des retours, des installations, là où la vie s’organise.

 

Pourquoi penser qu'un peuple peut être meilleur qu'un autre ?

 

Peu importe la couleur de sa peau, peu importe le dieu qu'il prie, un Etre Humain reste une personne qui a le droit d'avoir des droits.

 

On entend souvent dire que la Belgique est envahie d'étrangers mais est ce vraiment le cas?

 

Si l'on se réfère à des chiffres officiels (source : INS,) on constate qu’en 2000, en Belgique, il y avait +/- 90% de Belges, +/- 6% d'étrangers d’origine européenne et +/- 4% d'étrangers hors Union européenne

 

Certains aussi s'interrogent sur les causes qui poussent les gens à partir de chez eux ?

 

Souvent derrière une immigration se cache un accord entre deux Etats, sans tenir toujours compte des désirs de leurs ressortissants

 

Départs forcés ou choix de vie, installations obligées ou espérées, et quoi qu’il en soit, quelles que soient les raisons pour lesquelles nous « émigrons » la terre nous appartient.

 

Les frontières, les régimes politiques, les dictatures, les oppressions sont le résultat de la guerre du Pouvoir, de la Loi du plus fort…

 

Nous, les « petits », les faiseurs de peuples, les forçats de la faim, apprenons à nous respecter, arrêtons de jouer dans la cour de nos oppresseurs, restons unis…Forçons les barrières, créons la solidarité…Et ne parlons plus d’intégration

 

Parlons d’abord d’accueil, d’échange, de vie commune, de partage de valeurs…parlons-nous, écoutons-nous, il y a tant à gagner…

 

Au niveau de la Communauté de Belgique d’origine Italienne, il faut savoir qu’en nombre, elle est plus importante que la communauté germanophone, est-ce que l’on parle d’intégration quand on parle des gens d’Eupen ??

 

Lorsque l'on parle d'immigration italienne et d’ « intégration réussie », on prend souvent comme exemple Elio di Rupo, Paola ou Adamo, mais il ne faut pas croire que les 300 000 italiens en Belgique ont tous atteint la réussite et la reconnaissance de ces personnes connues (Re-connues), un peu comme si les idées racistes étaient « excusées » parce que certains « représentants de nationalités » étaient reconnus ? Resteront-ils toujours, et après plusieurs générations étrangers en Belgique et idem dans leurs contrées d’origine ??

 

Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que les Italiens comme d'autres nationalités ne sont pas venus " voler " le travail aux Belges. Ils ont au contraire contribué à faire de la Belgique le pays qu'il est maintenant. Je pense donc que les partis d'extrême droite se voilent la face et devraient revoir leur Histoire car sans les « étrangers », l'économie belge actuelle ne serait pas ce qu'elle est.

Je termine en rappelant qu’à l’heure actuelle, dans notre beau pays, terre d’asile, il y a des Hommes, des Femmes et des Enfants, qui, sans papiers, se trouvent dans des situation de grand désarroi, ils souffrent de ne pas être reconnus, de n’avoir aucune existence légale, et d’être ainsi des proies faciles pour les marchands d’esclaves et d’illégalités en tout genre.

 

Des êtres humains qui ne savent pas ce que demain sera fait et qui sont sacrifiés au nom du libéralisme international et du profit maximum à n’importe quel prix…

 

Pour en revenir aux personnes d’origine Italienne, puisque c’est elles qui sont à l’honneur aujourd’hui, je tiens à ajouter que depuis l’ouverture des frontières (espace Shengen), bon nombre d’entre elles arrivent toujours en Belgique en espérant trouver une situation économique meilleure, et se trouvent rapidement dans la situation de « sans-papiers » ne pouvant prouver dans les 5 mois de leur arrivée d’un travail déclaré leur offrant la « carte de séjour ».

 

Et non, les « sans-papiers »ne sont pas toujours des étrangers de lointaines contrées, notre voisin ou nous-mêmes pouvons vite sombrer, ne l’oublions jamais…

Et enfin, je voudrais vous rappeler que ce 22 septembre, nous célébrons le triste huitième anniversaire de la mort de Sémira Adamu, candidate réfugiée Nigériane, qui n’a pas survécu aux sévices de ses bourreaux lors de l’expulsion par avion pour laquelle elle était condamnée.

 

Je demande un moment de silence en son honneur et pour toutes les personnes qui vivent actuellement dans la même souffrance 

 

 

 

                                                                                      Pour l’ACPR,

                          

                                                                                   Myriam Piron

 

Bibliographie

Livre

François CAVANNA, les ritals, Beffond, 1978

Articles

Hilde MEESTERS, Crime raciste à Schaerbeek, dans " Solidaire", n°19, 2002, pp 16-17.

François ROBERT, C'est la haine qui a frappé, dans " Le Soir", n°109, 2002, p.4

Sites

C. GOLIN, Et Si on racontait.... une histoire de l'immigration en Belgique, Février 2002, (05/03/02). http://www.iournalessentiel.be/agenda/lectr_emigr.html

(sans auteur), Les étrangers, les Belges et la Belgique, (07/05/02).

httD://www.cidj.be/dossiers/racisme/population.htmi

S. ABDESLAM, Histoire de l'immigration marocaine en Belgique, (0705/02)

http://users.pandoro .be/ibn_batouta/Belgica/historique.html

Livres

- " Siamo tutti neri ! ", Des hommes contre du charbon, Etudes et témoignages sur l'immigration italienne en Wallonie

Institut d'histoire ouvrière, économique et sociale, Seraing ,1998

- Per un sacco di carbone, Associations Chrétiennes des Travailleurs Internationaux, 1996

Articles

Anne Morelli, dossier "Immigration & citoyenneté " dans la Revue L'Observatoire n°6/1995

11:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, charleroi, courcelles, communisme, democratie, europe, euro-dictature, fascisme, hainaut, histoire, immigres, italie, logement, liberte, politique, presse, propagande, romain, sans-papiers, expulsions, silence, racisme, solidarite, syndicats, 127b | |  Facebook | |  Imprimer | | |