15/02/2008

15/.02/2008: Rue Royale, l'Etat belge investit dans une morgue (vidéo) ...



-------- Message original --------
Sujet: Rue Royale, l'Etat belge investit dans une morgue (vidéo)
Date: Fri, 15 Feb 2008 20:21:05 +0100
De: Michel Collon <michel.collon@skynet.be>



Rue Royale, l'Etat belge investit dans une morgue (vidéo)
VANESSA STOJILKOVIC

150 personnes font la grève de la faim à Bruxelles. Depuis 45 jours.
A travers ce mini-reportage, ils vous expliquent pourquoi.

Vous pouvez leur être d'une très grande aide en écrivant un mail au ministre Dewael.
patrick@dewael.com

Pour lui demander de régulariser ces sans-papiers qui vivent depuis de nombreuses années en Belgique.
Ils participent à l'économie du pays, mais n'y ont aucun droit. Ils veulent vivre.

http://fr.youtube.com/watch?v=hOSSWKtG_5k


Intégrez cette vidéo sur votre site Web.
Copiez-collez ce code pour intégrer cette vidéo.

--

21:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcellles, belgique, histoire, liberte, justice, politique, capitalisme, repression capitaliste, solidarite, resistance, euro-dictature, democratie, romain | |  Imprimer | | |

08/01/2008

Le droit de vote accordé par peur de la contagion russe ...

Histoire :: L’influence de la révolution d’Octobre (1917) sur la Belgique
Le droit de vote accordé par peur de la contagion russe

La révolution russe enlève aux supers riches terres et usines en 1917. Moins connue est l’influence de la révolution sur nos droits sociaux.

Herwig Lerouge
31-10-2007

La lutte pour les trois huit, 8 heures de travail, 8 heures de loisirs, 8 heures de repos est le fait de la mobilisation ouvrière et syndicale en Belgique. Mais aussi de l’influence et du prestige de l’Union Soviétique et des communistes. (Illustration : De Roos op de revers, Amsab)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


Dès les lendemains de la révolution russe d’Octobre, la peur de la contagion révolutionnaire, de la contagion rouge gagna les puissants d’Europe. À tel point qu’ils durent concéder des réformes sociales qu’ils avaient farouchement refusées jusque-là.

Ainsi dans notre pays, on peut dire que trois grèves générales furent nécessaires en 1893, 1902 et 1913, mais surtout la Révolution d’Octobre pour que les travailleurs (pas encore les travailleuses) obtiennent en 1919 enfin le plein droit de voter au suffrage universel.

Le jour suivant l’armistice du 11 novembre 1918 et la fin de la guerre, le roi des Belges, Albert I, convoquait au village de Loppem le parti libéral, le parti catholique et le Parti ouvrier belge, l’ancêtre du Parti socialiste, pour discuter des mesures à prendre en vue d’assurer l’ordre une fois les soldats démobilisés. En effet, la panique parmi les bourgeois était grande et elle s’était encore accrue suite à la création de conseils révolutionnaires de soldats allemands à Bruxelles. À l’image de ceux qui se créaient un peu partout en Allemagne inspirés par la révolution d’Octobre. Et ceux-ci étaient soutenus par une partie de la population belge.

Le roi et les partis politiques étaient inquiets, il s’agissait de calmer le jeu. La réunion de Loppem décida de faire entrer deux ministres socialistes au gouvernement et d’installer le suffrage universel pour les hommes sans révision préalable de la Constitution. Le grand promoteur de cette opération était le plus grand banquier de Belgique, Émile Francqui, le directeur de la toute-puissante Société Générale. Ce fut la première manifestation concrète de l’aide que pouvait apporter le nouvel État socialiste russe au combat social de la classe ouvrière dans les pays européens.

Il a fallu une nouvelle grève générale en 1919 et la peur de la contagion révolutionnaire pour qu’en 1921 soit introduite la journée des 8 heures et la semaine des 48 heures. C’était une revendication pour laquelle étaient déjà tombés sous les balles de la police des dizaines d’ouvriers à travers le monde.

Même les livres d’histoire l’admettent : en 1918, en Belgique, l’attitude de la bourgeoisie était déterminée dans une large mesure par la crainte de voir les travailleurs « suivre d’une façon ou de l’autre l’exemple russe 1 ».

 

1 J.Bartier, La politique intérieure belge (1914-1940), Bruxelles, 1953, t. 4, p. 47. Cité dans Claude Renard, Octobre 1917 et le mouvement ouvrier belge, 1967, Éditions de la Fondation Jacquemotte, Bruxelles, p. 63

Extraits du discours prononcé par Herwig Lerouge à l’occasion du 90e anniversaire de la révolution d’Octobre célébré au Centre international à Bruxelles le 20 octobre dernier. Le discours complet est consultable sur www.wpb.be

> Aux origines du Parti communiste belge

15:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcellles, romain, belgique, histoire, capitalisme, demcratie, liberte, politique, presse, silence, communisme, oppression capitaliste, europe, urss, revolution | |  Imprimer | | |

09/10/2007

09/10/2007: COURCELLES: le Conseil communal du 04 octobre 2007: fatigant pour tout le monde ...

COURCELLES: le Conseil communal du 04 octobre 2007: fatigant pour tout le monde ...

Le Conseil communal de COURCELLES s' est réuni le jeudi 04 octobre 2007.
Rien de bien saillant n' en est sorti.
Certains parmi le public disent de plus en plus: "C'est Bouglione, c' est du cinéma ... !"
Moi, je dis tout simplement: c' est le ronronnement collectif habituel entre les représentants des partis pseudo-démocratiques, dont certains représentants se grattent pour se faire rire. Que pourraient-ils encore offrir ou promouvoir de neuf, de progressiste ... ? C' est l' usure d' un système dans 589 communes du pays ...
Je relèverai donc à peine quelques actes et décisions qui nous concernent directement dans notre vie de tous les jours ...

LE FN SE RÉTRÉCIT:
Résultats des bisbouilles internes et démêlés du Président du FN avec la Justice, Monsieur Roland Goffin jette l' éponge à Courcelles (A Charleroi, depuis le 8 octobre 2006, une conseillère a déjà fait de même..., pour rappel). Il annonce qu' il a remis sa carte au Fn et qu' il siégera désormais comme conseiller indépendant ... Il n' est plus en phase avec la gestion et les idées (?) du parti ... Du coup, certains le voient déjà se reconvertir et entrer dans un parti "démocratique" du capitalisme...
Le groupe Fn ne compte donc plus que 2 conseillères qui, sans grande expérience politique, ne feront guère le poids au sein du Conseil ...
Sale coup pour le parti et pour ces 10% d' électeurs déçus pour la plupart et qui ont bêtement voté à Courcelles pour ce parti raciste d' extrême-droite, en disant "Avec eux, ça va changer ...!".
C' était en effet Monsieur Goffin qui avait tiré la charrette procédurière et s' était tapé tout le boulot éléctoral pour faire entrer ce parti au Conseil, obtenant 3 élus, on se demande bien pourquoi et comment ...
En attendant, avec Monseiur Goffin (sorti du Fn) et Monsieur Cigna (exclu du Mr), nous voilà désormais avec 2 conseillers indépendants... Mais indépendants de quoi, en fait ? A mon avis, dans les 5 ans à venir, nous risquons de voir encore d' autres bouleversements qui cadrent, évidemment, en 'démocratie', avec la volonté exprimée dans l' isoloir par bien des électeurs ...

ADMINISTRATEUR de "A CHACUN SON LOGIS" ?
Il fallait désigner 10 administrateurs, élus ou non-élus, présentés par les groupes politiques, pour représenter la Commune de Courcelles dans la société de logement social.
Bizarre, bizarre: suivant une certaine clé de répartition "démocratique", concocté en haut - lieu,
-le Ps, 12 conseillers sur 29 (grand perdant des communales !), a droit à 6 administrateurs (la majorité absolue ...!)
-le Mr, 5 élu sur 29 (il a déjà perdu des plumes en la personne de Cigna!), a droit à 2 administrateurs...
-l'ensemble de l' opposition, 12 élus sur 29, a droit à 2 administrateurs (1 Psc-Cdh, 1 Ecolo)...
Le Fn (3 élus) n' a droit à aucun représentant, car ce n' est pas un parti démocratique ...
Effectivement, un raciste ne peut être un démocrate, même s' il a été démocratiquement élu.... Un "stalinien" ne peut être qu' un dictateur ... Un partisan, intégré de la dictature capitaliste, qu' il soit Ps, Mr, Cdh ou Ecolo, ne peut être qu' un "démocrate" auto-proclamé ... C' est à mourir de rire !
Un peu de retenue et une meilleure connaissance de l' Histoire, chez tous ces "démocrates" ronronneurs, ne ferait pas de mal... Pour être "démocrate", il suffit de faire allégeance au capitalisme pur ou mou. Dans ce cas, le groupe parlementaire est même largement subventionné par les institutions fédérales et régionales, avec le fric des contribuables, et les médias "sécurisés" sont à ses bottes...
Donc 8 administrateurs Ps-Mr, 2 administrateurs pour toute l' opposition réunie Cdh, Ucpw, Ecolo, Indépendants, Fn ... Ca, c' est de la "démocratie" ... !

"FOREVER PRODUCTS" à La Glacerie:
La fond du problème n' a toujours pas été examiné en profondeur, ni débattu, par le Conseil.
Certains, vite contents, y voient une bonne affaire du fait que la Société Forever met ses dossiers en ordre, même si pas mal de riverains verraient avec bonheur Forever aller mener ses activités chimiques ailleurs, au sein d' un zoning approprié, par exemple ...
Monsieur Clersy (Ecolo) et Madame Taquin (Mr) ont posé une question orale: à savoir si une réunion publique d' information des riverains serait convoquée effectivement par le Collège AVANT la clôture de l' enquête publique comme le réclame une pétition des habitants comportant 191 signatures, réunies en quelques jours. Elle sera convoquée, après 20 MOIS DE SILENCE, pour le 17 octobre 2007, a 19 heures, dans une salle des Ecoles de La Glacerie. La première réunion a eu lieu à l' Hôtel de Ville le 25 janvier 2006, même si l' Echevin Hansenne, sans doute pris par la fatigue, a affirmé que c' était en novembre, sans d' ailleurs préciser de quelle année ...
Cette réunion n' aurait pas été convoquée, s'il n' y avait pas eu l' opposition et la mobilisation des riverains, car évidemment la procédure, voir Monsieur Soeur selon "La Nouvelle Gazette", ne les y oblige plus ...

LES FRITERIES, place Roosevelt, c' est fini !
En 67 ans, j' ai toujours connu 1 ou 2 friteries sur la place du Trieu...
C' est fini: en haut-lieu, on a subitement découvert que les "baraques à frites" ne cadrent plus avec l' environnement, que des bonbonnes peuvent exploser, que les friteries peuvent s' enflammer ...
Bref, dans la pratique, elles ne peuvent donc plus être construites qu' en dur, en sites propres, voir des sites aménagés et mis en soumission (comme à Charleroi) que par les communes elles-mêmes dans les faits ...
Bref, c' est la place du Trieu, qui avec le "Festival aux Moules" parti à Chappelle-Godarville, se vide un peu plus, sans que cela ne chagrine aucun de nos élus qui ont décidé, au point 11 de l' ordre du jour, de l' expulsion de la friterie "pour occupation illicite du domaine public...". Bof ! Il faut vivre avec son temps ...

LA "GESTION COMMUNALE":
Elle se poursuit. Au point 20.02.a), le conseiller communal Ecole Christophe Clersy a interpellé pratiquement pour rien sur "la situation politique communale".
Pas de problème: le maïeur restera en place malgré les tirages dans son groupe politique, le Ps. Les 3 échevins Ps, dont le médiateur demande la démission, ne le feront pas. Ils restent bien à leur place, dans leurs fonctions. Et l' ambiance serait même meilleure qu' avant au sein du Collège. Leur retirer leur signature? Au fond, c' est complètement idiot, il faudra continuer à les payer pour ne plus rien foutre. Et les autres échevins devront se répartir leur boulot. Alors, autant qu' ils continuent à boulotter... D' autant que les 3 échevins, jurent qu' ils n' ont fait que leur travail au service du populo...
Des problèmes au Ps?  On va surmonter cela ... A moins que le judiciaire ne vienne pertuber tout cela ...?
Tout au juste, on discute encore sur les finances et la manière d' interpréter comptes et budgets. La majorité a approuvé le compte communal 2006. Dans le public, on se demande toujours si le déficite du compte est celui de l' année 2006 ou le déficit cumulé de tous les exercies annuels de la Commune depuis 1830. C' est mon cas, car je n' ai pas bien compris. Nos conseillers eux ont des façons divergentes d' interpréter et comprendre tout cela. L' ex-échevin de finances Pol Quériat verrait même le déficit prévu virer au boni.
Ce que je sais, c' est que le budget communal 2008 n' existe toujours pas, que la commune vit, en octobre 2008 (du jamais vu !), sous le régime des douzièmes provisoires, que la taxe à l' Ipp a déjà vu sa part communale augmenter de 10% (Les "chers" électeurs constateront cela sur leur facture de l' an prochain... en attendant tout le reste).
Présent en séance, l' actuel receveur communal et très mal pris, est venu expliquer ses difficultés de gestion informatique et expliquer en fait qu' au compte 2006, il n' a fait qu' enregistrer les droits constatés... C' est-à-dire les recettes et dépenses réelles sur lesquelles la Commune peut effectivement compter par rapport aux prévisions budgétaires prévues par le Conseil antérieurement...
RoRo

00:43 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, courcellles, romain, histoire, actualite, presse, silence, politique, ps, mr, cdh, fn, ecolo, ucpw, democratie, communes | |  Imprimer | | |