09/07/2006

09/07/2006: L'évacuation musclée de l'église Notre-Dame immaculée d'Anderlecht

Nous vivons toujours en EURO-DICTATURE capitaliste ...
RoRo
 


De : Sub Terra [mailto:subterra02@yahoo.fr]
Envoyé : dimanche 9 juillet 2006 13:57
À : Concert
Objet : L'évacuation musclée de l'église Notre-Dame immaculée d'Anderlecht

L'évacuation musclée de l'église Notre-Dame immaculée d'Anderlecht
 
48 personnes interpellées ce matin, 45 ont été conduites vers des centres fermés (Vottem, Bruges et Merksplas)  
 
 
PLUS D'INFO SUR : 
 
Le JT de la RTBF
 
 

J’allais oublier le caoutchouc...

Monsieur le Bourgmestre d’Anderlecht,
Cher Jacques, cher voisin de mon enfance,
 
Figure-toi que j’ai grandi pas loin de chez toi ! À deux rues seulement de l’avenue des Crocus où ton papa Henri, Socialiste, menait discrètement sa vie privée de Bourgmestre.
Enfin... Il n’était pas Socialiste depuis si longtemps quand il a émigré près de chez moi, juste quelques mois avant le décès du très vieux Bourgmestre d’Anderlecht Joseph Bracops, vers l’avenue même où habitait ce dernier. Ton papa est devenu Bourgmestre par adoubement, en quelque sorte. Quoi de plus admirable !
 
Souvent je t’ai vu gamin, toi avec ton frère dans votre cossu jardin où, au milieu des jonquilles printanières, ton visage déjà bourgeonnait. Déjà... tu étais un être humain, déjà... tu n’étais pas parfait. Nul n’est parfait, mais toi, cher Jacques, ton admirable imperfection frise la perfection. Je l’ai enfin profondément saisi aujourd’hui !
 
Je me souviens que, bien qu’étant voisins, je ne croisais jamais ton papa. Pourtant, ça me revient... Dans les semaines précédant l’élection, chaque jour, ce cher Henri Simonet, courageusement pédestre pour l’occasion, descendait ostensiblement la rue du Potaerdenberg, passait sous les fenêtres de ma maison et allait acheter son journal à la librairie du quartier. Quel beau spectacle c’était que de voir les fortes enjambées et les énergiques coups de chapeau de ce citoyen ordinaire en pleine action !
 
Ah ! La belle enfance que tu as eue... Tu mangeais des bananes et des oranges d’Afrique et, sans doute, buvais-tu du café et du cacao d’Afrique. Et du Banania : "Y’a bon Banania !" Tes chemises et tes slips étaient tissés de coton d’Afrique et le fer qui composait la carrosserie de la limousine de papa et des casseroles de maman provenait, lui aussi, d’Afrique. Et le caoutchouc des pneus... J’allais oublier le caoutchouc !
 
Souvent, quand je m’endors, je revois les très poétiques affiches qui ornaient l’absolue intégralité des panneaux publicitaires de ma très vaste Commune. C’était à la veille de l’élection communale où ton papa fut élu : on l’y voyait marchant. Avec énergie, avec un but. Courrait-il acheter son journal ? Nul ne l’a jamais su... Mais, aucun Anderlechtois n’a pu oublier son riche programme, répété à l’infini sur chacune de ces affiches :
 
"Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht - Simonet Anderlecht..."
 
D’ailleurs, il m’obsède encore.
 
Il se fait (il faut avoir l’élégance de le reconnaître, ton papa eut un parcours exemplaire) il se fait, disais-je, il se fait que, un peu plus tard, ton cher papa devint Libéral. Et... À l’évidence, c’est là qu’il accéda au statut définitif : celui de grand homme ! En effet...

Le Peuple, c’est certain, garde encore en mémoire son inlassable combat contre le racisme. Et pour cause : qui d’autre que lui, en ces années-là, réussit l’incomparable exploit de faire appliquer la loi Moureaux contre ce fléau ? Il est parvenu, excuse du peu, très cher Jacques (et, tu en conviendras, le mot parvenu sonne, en ce centre de mon éloge, parfaitement) il est parvenu à faire condamner un jeune marocain (à moins qu’il ne fut Polonais, ma mémoire flanche soudainement ici, je l’avoue) il est parvenu à faire condamner ce pouilleux qui l’avait traité de "Sale Belge" alors que lui faisait paisiblement crotter son chien, un matin, sur les pelouses du bois de La Cambre.
 
Je l’ai lu sur ton site, tu es fiers de ton cher papa. Tu lui voues une admiration sans bornes et tu as raison : son nom t’a porté, gloire suprême, au mayorat d’Anderlecht. Et, grâce à ce nom, tu as pu goûter aux délices régionaux des fonctions ministérielles les plus hautes. Je n’ai certes pas connu cet honneur et nous nous sommes perdus de vue, ce que je regrette très vivement aujourd’hui que je peux plus aisément apprécier ton talent. En effet...

Je viens de te voir élocuter dans le micro sur le petit écran où tu racontais modestement ton exploit avec toute la componction qui te caractérise. Ainsi, comme ton papa, tu viens de poser un acte héroïque, un acte mémorable, un acte hautement responsable : tu as mis fin à l’occupation de cette église des bas-quartiers. Quoi... Ces gueux venus d’on ne sait d’où l Ne risquaient-ils pas de troubler la quiétude du voisinage ! C’est contagieux, les gueux et... il leur arrive de manger toutes les bananes ! Puis, a-t-on idée de venir souffrir sous les yeux des gens ?

Tu as eu le courage, car c’est bien de courage dont il s’agit, tu as eu le courage de faire séquestrer ces hommes, ces femmes et... ces petits enfants. Stacy et Nathalie n’ont pas été occises à Bruxelles-Capitale : il te fallait procéder à un rééquilibrage régional. Ce n’est que bonne gouvernance.
 
Très sincèrement, j’ai beaucoup apprécié la conscience professionnelle de tes policiers en cette occasion : "on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs" répétait inlassablement ton papa dans ses mémorables discours que j’ai, à mon grand regret, tous ratés.
Ah ! J’en bande ! Tu es, toi aussi, devenu un héros. Et ce minable curé de paroisse qui est venu te contredire au petit écran... Qu’on le crucifie ! C’est vrai, à la fin... Si les églises devaient être considérées comme des lieux inviolables, où irait le monde !
Bien vu Jacques ! Tu nous gardes le fer et les bananes au chaud ! J’allais oublier le caoutchouc...
 
Si j’étais resté Anderlechtois, c’est sûr, je voterais pour toi !
Mais, il me reste quelques amis à Anderlecht.
Je leur dirai de le fer. Promis juré !
 
Jean-Marie Lison.
Bruxelles - Mardi 4 juillet 2006...


J'invite tous mes amis à t'envoyer leurs meilleurs souhaits
avant tes vacances certes bien méritée après ce bel effort que tu fis.
C'est à   
jsimonet@jacques-simonet.be

SUBTERRA asbl - Agenda Internet  :  http://subterrabxl.canalblog.com/
Rue de Dublin 33 - 1050 Bruxelles
tel 0496 40 33 09
INFO generales de SUB TERRA : http://subterra.canalblog.com/

20:37 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, anderlecht, belgique, courcelles, democratie, mr, politique, ps, romain, racisme, colonialisme, immigres | |  Imprimer | | |