26/01/2017

La démission du ministre Furlan était nécessaire, mais c'est le système en place qu'il faut changer

Image RTBF

La démission du ministre Furlan était nécessaire, mais c'est le système en place qu'il faut changer

« Après l'annonce de la démission du ministre Furlan, le gouvernement doit agir en conséquence et approuver la demande de l'opposition de lancer dans l'urgence une commission d'enquête parlementaire sur Publifin », estime Frédéric Gillot, député wallon du PTB.

Pour le député régional, « la démission du ministre Furlan était nécessaire, mais c'est tout le système en place qu'il faut changer ». En effet, Publifin n'est pas un accident. Les informations qui ressortent depuis plusieurs semaines montrent que c'est le résultat d’une façon de faire de la politique qui mélange une absence d’éthique et une vision libérale de la gestion des intercommunales qui permet à quelques individus de s’enrichir sur le dos collectivité. Il faut enquêter pour faire la lumière sur toutes les anomalies du dossier Publifin/Nethys et aller jusqu'au bout de l'analyse de ces mécanismes pour éviter qu'à l'avenir, le bien public des citoyens ne soit géré de cette façon. « Cette commission devra aboutir à des nouvelles règles qui vont renforcer le caractère public de nos intercommunales, interdire la privatisation de ces secteurs et garantir une gestion éthique et un contrôle démocratique », avance Frédéric Gillot. 

« C'est pourquoi nous demandons l'instauration immédiate d'un cadastre des mandats et des rémunérations », explique le député régional du PTB. Cette mesure doit être prise dans l'urgence et avec effet immédiat. Nous réclamons aussi un cadastre du patrimoine des mandataires, afin de connaître le patrimoine de chaque élu. 

Le PTB réclame aussi la diminution du plafond des rémunérations des mandataires qui est fixé par le code de démocratie locale à 180 000 euros. « Les mandataires qui touchent de telles sommes sont complètement déconnectés de la réalité et il faut le revoir à la baisse », explique Frédéric Gillot. Au PTB, les salaires vivent avec un salaire moyen, car nous estimons que celui qui ne vit pas comme il pense finit par penser comme il vit. Le gouvernement doit dès maintenant décréter la diminution du plafond pour tous les mandataires. Le PTB demande que dorénavant, le plafond maximal pour les mandataires soit d’un maximum trois fois le salaire moyen. 

Et Frédéric Gillot de rajouter : « Nous réclamons aussi plus de contrôle sur nos intercommunales avec le droit de regard des consommateurs et des organisations syndicales dans les CA et dans les comités de direction ». 

Le PTB plaide aussi « pour que toutes les sociétés anonymes qui découlent de l'intérêt communal et public redeviennent des sociétés publiques ». Pour Frédéric Gillot, « la privatisation du service public est néfaste pour les services rendus à la population. Chaque fois qu'on libéralise un secteur ou qu'on privatise une société publique comme une intercommunale, c'est moins de moyens pour les services, plus de pression sur les travailleurs et une augmentation des prix pour les citoyens ».


14:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

25/01/2017

[ROMAIN Roger de Courcelles, a/conseiller communal Pcb, a/militant politique] BRAVO: voilà qui va in...

 

 

  Roger Romain a publié dans ROMAIN Roger de Courcelles, a/conseiller communal Pcb, a/militant politique .       Roger Romain 28 octobre, 11:27   BRAVO: voilà qui va inciter les gens, une fois de plus, à voyager en utilisant de plus en plus les transport publics en commun: pour la SNCB, comme BPOST, d' ailleurs, il n' y a jamais de saut d' index: chaque mois de novembre/décembre, ces sociétés s' offrent elles-mêmes leurs cadeaux de fin d' année, ... Il n' y a pas de discussions paritaires, avec les usagers, ... Exclusif "Nouvelle Gazette": La SNCB augmentera ses tarifs de 2,93 % au 1 er février 2017 Yannick Hallet Mauvaise nouvelle pour les voyageurs... Nuno Belga Comme chaque année, la SNCB va adapter ses tarifs le 1 er février prochain. Les modifications devraient être approuvées par le conseil d’administration de ce vendredi, qui vote par ailleurs le Plan de Transport 2017 (notre édition de mardi). Selon nos informations, la hausse moyenne sera de 2,93 %, soit 0,55 % de plus que l’indice-santé qui sert de base au calcul. Contrairement à d’autres années, la ponctualité est relativement bonne sur le rail (grâce notamment aux minutes tampon ajoutées dans le cadre du nouveau plan de transport lancé en décembre 2014). Le contrat de gestion de la SNCB conditionne les éventuelles hausses de prix aux bons résultats en matière de ponctualité. +4,71 % pour la Key Card Le billet de train standard augmente de 2,60 %. Pour un trajet d’environ 40 km, le prix sera, à partir de février 2017, de 6,7 euros, soit une hausse de 10 cents. La Key Card, formule de dix voyages sur de petites distance, passe de 21 à 22 euros en seconde classe et 31 à 33 euros en première. C’est l’augmentation la plus élevée : 4,71 %. L’abonnement de train proprement dit progresse de 3,38 %. Pour un trajet d’une quarantaine de kilomètres, un navetteur payera 130 euros par mois, soit une hausse de 4 euros. Le Go Pass moins touché Les jeunes peuvent se frotter, en partie, les mains. Le Go Pass, un produit que la SNCB veut mettre en avant, une hausse inférieure à la moyenne : 2,18 %. Concrètement, le prix sera de 52 euros au lieu de 51 actuellement. Le Go Pass 1 voyage coûtera 6,20 euros au lieu de 6 (+2,84 %). En février 2016, la Carte Campus avait connu l’impact le plus important : +3,31 % alors que la moyenne n’était que de 1,41 %. En 2017, elle ne sera pas épargnée par la nouvelle hausse des tarifs : 3,38 %. Cette formule s’adresse en priorité aux étudiants qui kotent et qui empruntent le même trajet deux à trois fois par semaine. Le pass permet d’effectuer cinq fois le même aller-retour. Pour un trajet de 62 km, le prix sera de 12,2 euros, soit + 40 cents. Toujours pour les jeunes, la carte train scolaire subit une hausse de 3,38 %. Enfin, la SNCB n’a pas oublié les personnes âgées de plus de 65 ans. Le billet Seniors, un aller-retour vers n’importe quelle destination du pays à partir du 9h du matin, est relevé de 6 à 6,2 euros (3,28 %). BRAVO: voilà qui va inciter les gens, une fois de plus, à voyager en utilisant de plus en plus les t...   J’aime Commenter Partager    

   

 

https://static.xx.fbcdn.net/rsrc.php/v3/yk/r/_2faPUZhPI6.png

   

Facebook

 

   

   

 

Roger Romain a publié dans ROMAIN Roger de Courcelles, a/conseiller communal Pcb, a/militant politique.

 

https://scontent-bru2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-1/c17.0.100.100/p100x100/11990659_10207469019432001_1116379347231408636_n.jpg?oh=c79701c92220f93dbfdfd7317d2d2a80&oe=5892AEF0

   

Roger Romain

28 octobre, 11:27

 

Une fois de plus !

 

BRAVO: voilà qui va inciter les gens, une fois de plus, à voyager en utilisant de plus en plus les transport publics en commun: pour la SNCB, comme BPOST, d' ailleurs, il n' y a jamais de saut d' index: chaque mois de novembre/décembre, ces sociétés s' offrent elles-mêmes leurs cadeaux de fin d' année, ... Il n' y a pas de discussions paritaires, avec les usagers, ...

Exclusif "Nouvelle Gazette":

La SNCB augmentera ses tarifs de 2,93 % au 1 er février 2017
Yannick Hallet

Mauvaise nouvelle pour les voyageurs...
Nuno Belga

Comme chaque année, la SNCB va adapter ses tarifs le 1 er février prochain. Les modifications devraient être approuvées par le conseil d’administration de ce vendredi, qui vote par ailleurs le Plan de Transport 2017 (notre édition de mardi).
Selon nos informations, la hausse moyenne sera de 2,93 %, soit 0,55 % de plus que l’indice-santé qui sert de base au calcul. Contrairement à d’autres années, la ponctualité est relativement bonne sur le rail (grâce notamment aux minutes tampon ajoutées dans le cadre du nouveau plan de transport lancé en décembre 2014). Le contrat de gestion de la SNCB conditionne les éventuelles hausses de prix aux bons résultats en matière de ponctualité.
+4,71 % pour la Key Card
Le billet de train standard augmente de 2,60 %. Pour un trajet d’environ 40 km, le prix sera, à partir de février 2017, de 6,7 euros, soit une hausse de 10 cents. La Key Card, formule de dix voyages sur de petites distance, passe de 21 à 22 euros en seconde classe et 31 à 33 euros en première. C’est l’augmentation la plus élevée : 4,71 %. L’abonnement de train proprement dit progresse de 3,38 %. Pour un trajet d’une quarantaine de kilomètres, un navetteur payera 130 euros par mois, soit une hausse de 4 euros.
Le Go Pass moins touché
Les jeunes peuvent se frotter, en partie, les mains. Le Go Pass, un produit que la SNCB veut mettre en avant, une hausse inférieure à la moyenne : 2,18 %. Concrètement, le prix sera de 52 euros au lieu de 51 actuellement. Le Go Pass 1 voyage coûtera 6,20 euros au lieu de 6 (+2,84 %).
En février 2016, la Carte Campus avait connu l’impact le plus important : +3,31 % alors que la moyenne n’était que de 1,41 %. En 2017, elle ne sera pas épargnée par la nouvelle hausse des tarifs : 3,38 %. Cette formule s’adresse en priorité aux étudiants qui kotent et qui empruntent le même trajet deux à trois fois par semaine. Le pass permet d’effectuer cinq fois le même aller-retour. Pour un trajet de 62 km, le prix sera de 12,2 euros, soit + 40 cents. Toujours pour les jeunes, la carte train scolaire subit une hausse de 3,38 %.
Enfin, la SNCB n’a pas oublié les personnes âgées de plus de 65 ans. Le billet Seniors, un aller-retour vers n’importe quelle destination du pays à partir du 9h du matin, est relevé de 6 à 6,2 euros (3,28 %).

https://scontent-bru2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-0/s200x200/14906857_10210736373953822_7857373096040239808_n.jpg?oh=d638a3c5ce4cf555f070490110ca4d69&oe=58D45268

BRAVO: voilà qui va inciter les gens, une fois de plus, à voyager en utilisant de plus en plus les t...

 

 

https://static.xx.fbcdn.net/rsrc.php/v3/yM/r/aL-TjjYppK9.png

J’aime

https://static.xx.fbcdn.net/rsrc.php/v3/yK/r/pydUbhpFodk.png

Commenter

https://static.xx.fbcdn.net/rsrc.php/v3/yU/r/1xTlxxl7Lck.png

Partager

 

 

   

 

10:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

La « démocratie » locale à COURCELLES :

Romain Roger a partagé un lien.

La « démocratie » locale à COURCELLES :


Pour rappel, j’ ai personnellement siégé au Conseil communal de COURCELLES, de janvier 1971 à décembre 2004. Donc : quatre mandatures, de 6 ans…
Je fus élu pour la première fois, lors des élections d’ octobre 1970, en compagnie de Georges GLINEUR, Olivier DEPOPLIMONT et Marcel LEDUC.
Ces élections mirent fin à 6 années de majorité socialiste-communiste (7 élus PSB, 3 élus PCB, sur 17 conseillers, en octobre 1964) dans notre commune. Ernest GLINNE fut bourgmestre et Georges GLINEUR fut l’ échevin des travaux. Quant à la CAP (CPAS), elle fut présidée par le communiste Fernand GRIMART.
Aux cours de ses élections d' octobre 1970, la droite PSC fut balayée dans notre commune.
Les élections d' octobre 1970 donnèrent 11 élus au PSB (+4), 4 élus au PCB (+1), 1 RW, 1 PLP.
Ce furent donc les « socialistes » qui tirèrent le principal profit des réalisations de la législature précédente (une des plus progressistes que Courcelles avait connue !) : ils récupéraient enfin la majorité absolue au Conseil, et en bons boutiquiers, ils n’ acceptèrent pas de reconduire l’ alliance PSB-PCB et gouvernèrent de nouveau seuls, … Ernest GLINNE se frottaient les mains,…
Je suis donc passé directement pendant 4 législatures dans l’ opposition, en tant qu’ élu communiste, et ensuite PCB-UCPW.
En 1994, pour des raisons politiques internes au PCB, je me suis représenté sur une liste PTB, et je n’ ai plus été réélu,…
Mais l’ objet de ce commentaire est ailleurs,… Ce qui m’ interpellent , ce sont les changements intervenus depuis lors :
Jusqu’ à mon départ, la Commune :
- était en effet gérée depuis des décennies, selon les articles de « La Loi communale », modifiée par la loi du 02 juin 1987 (en fait, mise à jour, réactualisée). Aujourd’ hui, nous sommes régis par ce que l’ on appelle pompeusement «le code wallon de la démocratie locale et de la décentralisation», … C’ est quoi ? : certains articles de la Loi communale ont changé de numéro, ont été complétés, modifiés, voire abrogés, … D’ autres ont été ajoutés et sont censés faire fonctionner mieux et plus démocratiquement la commune, donner des droits de réactions, de propositions, d’ informations, aux habitants, …
Mais il y a loin de la coupe aux lèvres : je parlerai plutôt d’ une « démocratie » inachevée, …
-à mon époque, la commune avait un secrétaire communal. Aujourd ’ hui, nous avons une Directrice générale (on ne sait pas à combien de galons !). Nous avions un receveur communal. Nous avons maintenant une Directrice financière, … Notre Commune (les communes) est gérée désormais dans l’ esprit des entreprises : c’ est de l’ air du temps, … libéral et du système en place !
Même topo au CPAS : l(a)e secrétaire est devenu(e) Direct(rice)eur général(e), le receveur CPAS est devenu le Directeur financier,… Donner des titres pompeux, ronflants, est-il réellement nécessaire et synonyme de progrès et de plus de démocratie dans une commune ???
-nous avions un Commissaire de police, connu de tous,… Nous avons maintenant une cheffe de zone,… Résultat de l’ absorption des polices communales et autres, dans une sorte de gendarmerie unique qui nous coûte la peau des fesses en fonction d’ une réforme voulue et concoctée entre les partis dits traditionnels,…
-nous n’ avions pas de Chef de Cabinet du bourgmestre, les mayeurs étaient à cette époque censés être capables de gérer leur commune, sans recourir à des conseillers particuliers, des aides extérieures. Le premier fonctionnaire communal, c’ est-à-dire le secrétaire communal pouvait suffire.
Sur les bancs du public, j’ ai assisté à la séance du Conseil au cours de laquelle le bourgmestre (PS) Axel SŒUR (2007-2012) a proposé le recours à un chef de cabinet à son service. J’ ai aimé sa réponse du genre: « c’ est permis dans la charte de la démocratie locale, le premier ministre a bien un chef de cabinet, alors pourquoi pas moi ? ». Nous avons été plusieurs sur les bancs publics à nous poser d’ emblée des questions « tiens, c’ est pour faire quoi, il n’ est pas capable d’ assumer ses fonctions et combien ça va coûter à la Commune ? ». Et ces questions restent les mêmes sous Caroline TAQUIN, pour ceux qui ne sont pas élus, et ne sauraient pas savoir, sans être informés et avoir les possibilités de contrôle,…
Je rappelle que lors des élections communales d’ octobre 2012, je suis LE SEUL parmi l’ ensemble des candidats à avoir pris position pour la suppression de ce poste de grandeur qui me paraît inutile, et hors-communal selon le seul choix du seul bourgmestre en poste,… Quelles sont donc les limites de ses pouvoirs et de ses obligations,… ???
-il en va de même de la création sous l’ actuelle majorité de droite d’ un Poste de Président(e) du conseil communal, selon la section 8, articles 24 à 34, du règlement d’ ordre intérieur du Conseil (http://www.courcelles.eu/images/pdf/roi-conseil-2013.pdf)...
Le(s) rôle(s) et droits de cette personne déjà élue, sont exactement ceux qui appartiennent de droit à la bourgmestre, qui sont naturellement de droit dans ses prérogatives naturelles… Si elle en a réellement la capacité, le temps et l’ autorité nécessaires, pourquoi l’ actuelle bourgmestre et sa majorité ont-ils fait modifier le règlement intérieur du CC et se décharge-t’elle des prérogatives qui lui incombaient ??? Sous réserve de vérification et selon les ont-dits : ce poste donnerait un droit à un double jeton de présence au Conseil. Si c’ est exact, voilà une économie à réaliser de quelque 9.000 € à réaliser pour les finances communales au bout de la session de 6 ans, … (quelque 72 séances, à 125 €/séance). Mais ce qui prête le plus à sourire, c’ est encore le mode création et de désignation à ce poste responsable (lire les articles). Si c' est exact, et s' il s' agit bien d' un doublement de jetons de présence (sous ce nom) (???), pour une seule présence à une même séance, fallait le faire,... !
Le Bul Com nous informera-t-il un jour sur les pourquoi à ces questions, …
Si sous mêmes, vous avez des infos à ce sujet, c' est avec plaisir que je les ferai suivre à ce commentaires, si elles sont avérées et/ou plausibles, ...
RoRo

J’aimeAfficher plus de réactions

Commenter

10:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |