15/12/2014

« M. De Croo, veut mettre des mercenaires grassement payés à la tête des services publics pour les casser »

Sent: Friday, November 28, 2014 2:32 PM
Subject:
 
 « M. De Croo, veut mettre des mercenaires grassement payés à la tête des services publics pour les casser »
 
 

Marco Van Hees, député fédéral, a interpellé à la Chambre le premier ministre sur la demande du vice-premier ministre libéral de déplafonner les salaires des top-managers des entreprises publiques. Voici son interpellation et un extrait du débat.

Marco Van Hees (PTB) : « Monsieur le premier ministre, vous n'avez certainement pas entendu que lorsque les médias ont apporté cette décision de votre ministre de déplafonner les salaires des top managers, une immense rumeur est née en Belgique – pas dans les milieux que vous fréquentez, mais ans les ateliers, sur les chantiers, dans les administrations publiques. Les gens ont arrêté de travailler et se sont offusqués de cette décision. Elle n'étonne pas venant de ministres libéraux qui veulent appliquer au public les recettes du privé. On connaît vos théories sur la méritocratie. Je vais vous donner un exemple. Savez-vous quel est le top manager qui a eu le plus haut salaire dans le privé en 2007 ? Il s'agit d'un certain Jean-Paul Votron. Savez-vous comment il justifiait son salaire ? Il se comparait à Justine Henin, la joueuse de tennis, et disait « Quand on a des talents exceptionnels, on a droit à une rémunération exceptionnelle. » On sait où ont mené ces talents exceptionnels ! On sait que Fortis s'est effondré l'année suivante, en 2008. Voilà où mènent ces talents exceptionnels, monsieur le premier ministre. Vous nous direz si vous comptez suivre votre ministre ou pas. Le comte Lippens avait choisi Jean-Paul Votron comme mercenaire pour mener sa politique de profit. Votre ministre, M. De Croo, veut mettre en place à la tête des entreprises publiques des mercenaires grassement payés qui auront comme fonction de casser les services publics, de les privatiser. Monsieur le premier ministre, au PTB, nous ne l'admettrons pas ! »

Denis Ducarme (MR): « Ce parlement est devenu un lieu où l’on intoxique l’opinion publique. Concernant les entreprises publiques, l’accord de gouvernement est pétri d’une volonté de moralité ! ».

Charles Michel, Premier ministre : « Nous voulons la sobriété. Nous voulons que chacun soit exemplaire. Les lignes de conduite décidées par le gouvernement précédent en matière de salaires, nous les respecterons parfaitement. »

Marco Van Hees (PTB) : Monsieur le premier ministre, je constate que votre ministre, M. De Croo, a été très clair dans ses propos. Mais tant Mme Galant que vous-même maintenez le flou. Il importe donc d'en tirer les conclusions. Si je vous donnais tout à l'heure un contre-exemple avec Jean-Paul Votron, je prendrai maintenant un exemple positif. Le professeur Englert, prix Nobel de physique, a montré que même en Belgique, on peut faire des choses extraordinaires pour le pays et la société, sans vouloir absolument prétendre à un salaire hors échelle. C'est une autre vision de société, monsieur le premier ministre ! Il y a, d'un côté, les chasseurs de profit, qui veulent le profit à tout prix et les hauts salaires pour mener cette chasse au profit et, de l'autre, il y a des gens qui se contentent de salaires normaux et qui font du bien à la société. C'est là toute la différence, monsieur le premier ministre ! Au PTB, on défend cette revendication que le salaire à la fois des CEO des entreprises publiques et des ministres corresponde au maximum à trois fois le salaire moyen.

22:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.