17/06/2013

BELGIQUE: Le PTB en marche vers les parlements...

Le PTB en marche vers les parlements // article dans le soir 17 h et demain dans journal papier
 

Le PTB en marche vers les parlements

Pascal Lorent
Lundi 17 juin 2013

Crédité de 4,5% dans notre dernier sondage, le PTB pourrait envoyer des parlementaires à la Chambre et au parlement wallon dans un an. L’austérité fait gonfler son électorat potentiel et lui offre un terrain pour se faire (mieux) connaître. En interne, le parti se prépare à cette hypothèse.

Ce n’est plus un pic, que dis-je, un soubresaut. C’est une tendance ! A peine nanti de 1,9 % aux élections fédérales de juin 2010, le PTB est désormais crédité, à l’occasion du dernier sondage RTL-TVI-Ipsos-Le Soir, de 4,5 %. A l’automne et au printemps derniers, le parti « de la gauche de la gauche » (comme le définit son porte-parole, Raoul Hedebouw) avait franchi la barre des 3 %. Désormais, il dépasse le palier des 4 %.

Le capital sympathie du Parti des Travailleurs de Belgique fructifie-t-il en raison de la crise économique et des politiques d’austérité ou s’agit-il d’un soutien progressif aux propositions pétébistes ? « C’est la conjonction des deux éléments, analyse Raoul Hedebouw. L’existence du PTB et de ses propositions sont désormais plus évidentes pour la population. Et une partie du monde de gauche, de syndicalistes, d’acteurs sociaux ne se retrouvent plus désormais dans les propositions du PS, dans son austérité assumée, et veulent une alternative ». Un point de vue que Pascal Delwit nuance. « Il y a d’une part la période qui est compliquée à l’échelle de l’Europe. Et le PS essaie de préserver l’essentiel tout en devant composer avec ses partenaires gouvernementaux, constate le politologue de l’ULB. Et de l’autre, une adhésion partielle au PTB, à ses postures plutôt qu’à ses propositions, dans certains milieux ouvriers et au départ des maisons médicales où, via la patientelle, le parti s’est fidélisé un électorat qui vote pour lui indépendamment des autres offres électorales ». Mais l’analyste insiste : le PTB qui grimpe de 2,5 % environ et développe des liens avec certains cadres de la FGTB, n’est pas l’unique souci d’un PS en chute de 9 %.

« Le PTB a réussi une percée et l’a consolidée mais il faut être prudent avec ces sondages réalisés loin de toute échéance électorale, surtout quand ils concernent des petites formations car quelques réponses qui changent, peuvent modifier sensiblement un résultat », poursuit Pascal Delwit. Néanmoins, l’hypothèse de l’entrée d’un élu PTB à la Chambre ou au parlement wallon, n’est plus irréaliste. En effet, les formations qui envoient des députés au fédéral doivent franchir le seuil électoral de 5 % des suffrages. Or le PTB n’en est plus très éloigné. Pour le niveau régional, c’est plus compliqué puisque l’obtention d’un élu direct au sein d’une circonscription nécessite de décrocher entre 15 et 20 % des voix, les autres sièges étant attribués sur base de l’apparentement (un pot commun par parti) provincial.

Un député à Liège, voire à Anvers

« S’ils obtiennent un siège, ce sera dans la circonscription liégeoise », prédit Pascal Delwit. « A Liège, on a senti que la lame de fond était plus importante », confirme Raoul Hedebouw. Et de fait, si on se base sur les résultats du scrutin provincial d’octobre 2012, le PTB pourrait atteindre le seuil électoral sur la circonscription fédérale liégeoise, en améliorant les 4,71 % obtenus à l’époque. Compte tenu de ses percées en périphérie liégeoise, à Seraing ou Herstal, il pourrait même compter un élu wallon. « Cela présente un double intérêt pour le parti, observe Pascal Delwit. D’abord, un parlementaire fédéral permettrait au PTB de bénéficier de financements publics. Ensuite, il est sûr qu’il utiliserait le parlement comme il le fait actuellement avec les conseils communaux : comme une caisse de résonance pour sa communication ».

Qui pourrait dès lors incarner ce retour de la gauche radicale au sein de l’hémicycle, un quart de siècle après le départ des derniers députés communistes ? Sans surprise, le nom de Raoul Hedebouw, porte-parole (liégeois) du parti, sort du lot. Et ce dernier confirme : « Il a déjà été décidé que je tirerai la liste au fédéral sur Liège l’an prochain car je suis le porte-parole national du parti et bilingue. Je représente donc l’ensemble de notre courant en Belgique ». Un autre député fédéral pourrait venir de Flandre, du PVDA, bien implanté dans la région anversoise. Pascal Delwit se montre toutefois prudent : « Si l’écart entre la N-VA et les autres partis est très important, cela aura un effet cumulatif sur le nombre de députés qu’obtiendra la droite nationaliste, au détriment de formations qui franchissent de peu le seuil électoral de 5 % ».

Autre effet potentiel : la perspective d’obtenir un siège fédéral pourrait transformer le PTB en locomotive de la gauche radicale, draînant dans son sillage d’autres formations qui lui apporteraient un soutien électoral. A demi-mot, Raoul Hedebouw avoue que des discussions existent depuis un certain temps. « Mais ce n’est pas simple, nuance encore Pascal Delwit. Car le PTB veut aller sous son sigle aux élections, ce qui rebute certains. Et l’agrégation idéologique n’est pas aisée à réaliser car les origines du PTB (NDLR : maoïste) et ses positions en faveur de la Chine apparaissent lors de ces négociations. Et puis, il ne s’agit pas d’un réservoir électoral important mais il peut avoir un impact sur la capacité du parti à franchir le seuil des 5 % ».

Il n’y a plus de parlementaires communistes en Belgique depuis les élections législatives de 1985. Les perspectives sont donc très bonnes de voir leur retour au Parlement en 2014, grâce à l’ excellent travail politique du PTB...

D’élections en élections, de sondages en sondages, le Ptb continue donc à grimper ...
Il n’y a plus de parlementaires communistes en Belgique depuis les élections les élections législatives de 1985. Les perspectives sont donc très bonnes de voir leur retour au Parlement en 2014, grâce à l’ excellent travail politique du PTB...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

21:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.