23/05/2012

BELGIQUE: Nouvelle désinformation à propos du Tibet: Lettre ouverte à M. Daniel Couvreur, journaliste au Soir

 
 
Sent: Tuesday, May 22, 2012 7:31 AM
 
Subject:Nouvelle désinformation à propos du Tibet
 
 
Je vous envoie cette lettre d’André Lacroix, dont les titres vous apparaîtront à la fin du texte.
 
Bonne lecture,
Marc
 
 
 
 
Lettre ouverte à M. Daniel Couvreur, journaliste au Soir

 

 

Cher Monsieur Couvreur,

 

Dans Le Soir des 19 et 20 mai 2012, vous annoncez l’ouverture au Musée Hergé de Louvain-la-Neuve d’une exposition intitulée Au Tibet avec Tintin.

 

On peut y lire :

 

«  Fanny Rodwell, fondatrice du Musée et légataire universelle de l’œuvre d’Hergé, a tenu à monter cet événement pour que personne dans le monde n’oublie la situation dramatique du Tibet : ‘Une culture et une riche spiritualité sont en passe de disparaître là-bas.  On compte déjà 1,2 millions de morts (…)’ ». 

 

Je n’arrive pas à comprendre qu’un journaliste puisse ainsi se faire l’écho d’une contrevérité aussi énorme.   Mme Rodwell étant manifestement plus compétente dans le maniement des millions de francs, de dollars et d'euros, son estimation du nombre de victimes tibétaines n'a pas beaucoup de signification. Par contre, il est infiniment regrettable qu’un journaliste en arrive à cautionner un telle aberration.  Ce serait trop facile, cher Monsieur Couvreur, de vous en tirer en faisant remarquer que vous avez mis entre guillemets les propos de Fanny Rodwell : les lecteurs du Soir attendent des journalistes qu’ils fassent preuve d’esprit critique, qu’ils soient capables de prendre du recul par rapport à ce qu’ils rapportent et de recadrer les informations.

 

Nul ne devrait ignorer en 2012 que ce chiffre de 1 200 000 morts, apparu pour la première fois en 1984, est un des mensonges forgés par l’entourage du dalaï-lama afin de tenter de gagner l’opinion occidentale à ses thèses indépendantistes[1].  Mais qu’en est-il de la réalité ?

 

En 1999, le journaliste Patrick French est allé sur place à Dharamsala pour enquêter sur les allégations des indépendantistes tibétains ; il y a constaté que leurs chiffres avaient été systématiquement manipulés, ce qui l’a décidé à démissionner de la présidence de Free Tibet[2].  

 

Le politologue Barry Sautman a lui aussi démontré que ces chiffres avaient été inventés de toutes pièces : selon les autorités tibétaines en exil, il y aurait eu très précisément : 156 758 personnes exécutées,  432 067 tombées sur le champ de bataille, 413 151 mortes de faim, 92 931 décédées sous la torture, 174 138 dans les camps et, le comble, très exactement 9 002 suicides[3] !  Outre que les Tibétains n’avaient pas l’habitude de recenser les nouveau-nés ni de compter les morts, on mesure le caractère entièrement fictif de ces curieuses précisions quand on sait que le Tibet était alors sous surveillance chinoise et que les chiffres émanent du « gouvernement tibétain en exil ». 

 

Si besoin en était encore, la pyramide des âges confirme qu’il n’y a jamais eu de génocide au Tibet : on n’y constate aucun « trou » démographique significatif, mais seulement un tassement dans la tranche de … 0 à 4 ans, comme cela se passe dans beaucoup de pays… avancés[4].  

 

La population tibétaine globale, estimée à quelque 2 500 000 dans les années 50 dépasse aujourd’hui 6 000 000 : comment cet accroissement spectaculaire aurait-il pu avoir lieu si le prétendu génocide avait eu lieu ?  Cela prouve à suffisance que nous sommes en présence d’une formidable mystification, qui, à force d’être ressassée usque ad nauseam, risque d’apparaître comme une vérité.

 

Ce n’est pas la première fois, hélas, que Le Soir se laisse aller, à propos du Tibet, à écrire n’importe quoi.  On se souvient notamment du reportage fantaisiste et partial de Philippe Dutilleul publié dans Le Soir en juillet 2009, sous le titre Tibet, l’improbable pays conquis : ce ramassis d’erreurs et d’approximations n’avait donné lieu à aucun démenti de la part du quotidien.  J’espère que cette fois Le Soir aura à cœur de publier la présente.

 

Veuillez agréer, cher Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

 

André Lacroix,

auteur de la traduction

Mon combat pour un Tibet moderne. Récit de vie de Tashi Tsering (éd. Golias, 2010)

de l’original anglais The Struggle for Modern Tibet. The Autobiography of Tashi Tsering

par Melvyn Goldstein, William Siebenschuh et Tashi Tsering

(éd. Sharpe, New York et Londres, 1997).

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] En plus de cette accusation de « génocide physique », les partisans du « Free Tibet » n’hésitent pas à essayer de faire croire à un prétendu « génocide démographique » et à un soi-disant « génocide culturel »

[2] Voir P. French, Tibet, Tibet: A Personal History of a Lost Land, 2003, traduit en français : Tibet, Tibet Une histoire personnelle d'un pays perdu, Albin Michel, 2005.

[3] Chiffres fournis par le « gouvernement tibétain en exil » et repris par B. Sautman dans « Demographic Annihilation  and Tibet  in Contemporary Tibet, p. 237.

[4] Voir Yan Hao, Tibetan Population in China : Myths and Facts Re-examined, Institute of Economic Research, State Department of Planning Commission, Beijing, 2000.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tibet

 

14:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.