11/04/2012

BELGIQUE: Croissance et colonne vertébrale: avec le Ptb+ c1

Lu dans SOLIDAIRE:

Croissance et colonne vertébrale

David Pestieau
 

La semaine dernière, le PTB était présent chaque jour dans les médias. Comme Raoul Hedebouw, dans le JT de la RTBf de ce dimanche, interrogé sur le prétendu gel du prix de l’énergie. (Capture d’écran www.rtbf.be)

« Que se passe-t-il ? On entend parler de plus en plus de vous, non ? » La semaine dernière, le PTB était présent chaque jour dans les médias.
    Ainsi, deux ministres – Vande Lanotte et Wathelet – se sont sentis obligés de répondre à Tom De Meester, spécialiste énergie du PTB, qui avait dénoncé le faux gel des prix de l’énergie.
    Chaque soir, Peter Mertens s'adresse à  des salles combles dans le cadre de son tour de la Belgique (qui arrivera en Wallonie en mai-juin).
    Le Soir  évoque « la possible émergence d’une force à gauche de la gauche chez nous, un peu sur l’air de Mélenchon en France : le PTB se verrait bien dans le rôle ».1 Le Vif-L’Express confirme : « Le PTB se donne les moyens. Il a désormais son best-seller Comment osent-ils ?, un succès inattendu en librairie. Son service d’études gagne en sérieux, alimenté en sous-main par des analyses consistantes qui font de plus en plus souvent mouche. »2
    La situation économique et politique y est pour quelque chose, comme on le voit ailleurs en Europe. Alors que les grandes entreprises annoncent des plantureux dividendes pour leurs actionnaires – 6,2 milliards en 2011 en Belgique –, que les top-managers reçoivent des énormes bonus à mesure qu’ils licencient, la colère monte. Face aux restructurations comme à Carsid ou à Bekaert. Face à l’annonce de trois nouveaux plans d’austérité d’ici 2015, dont déjà 5 nouveaux milliards en 2013. Face à la participation à cette austérité de la gauche gouvernementale. 
    Le besoin d’une alternative à gauche grandit. Nous sentons ce vent frais du printemps tous les jours sur le terrain. Des centaines de nouveaux membres depuis janvier, près de 5 000 membres au total aujourd’hui.
    Certains choisissent d’essayer de nous marginaliser en reprenant de vieux clichés, comme Olivier Deleuze, nouveau co-président d’Ecolo, qui tente de se rassurer en affirmant : « Nous n’avons pas peur du PTB. »3
    D’autres semblent affirmer que nous deviendrons bientôt un parti comme les autres, voire même un parti social-démocrate. Une dépêche d’agence nous a même attribué des ambitions gouvernementales. Rien de cela n’est vrai. Nous grandissons, mais avec une colonne vertébrale solide, avec une vision de société marxiste, indispensable pour faire face aux tempêtes à venir.
    Le PTB ne veut pas être un phénomène de mode médiatique, le parti d’un printemps. Nous voulons grandir dans toutes les saisons à venir, comme une force d’opposition de gauche solide et conséquente. Nous voulons percer aux prochaines élections communales d’octobre 2012 en obtenant nos premiers élus à Anvers, Liège et Molenbeek. Nous voulons grandir pour lancer un large mouvement contre les nouveaux plans d’austérité. Pour défendre la paix, l’environnement, la démocratie, tous les jours menacés. Pour avancer la perspective d’une autre société à l’actuel capitalisme, le socialisme 2.0.
    Et là, nous faisons appel à vous. Pour aider à faire connaître le PTB. Grâce à la publicité la plus efficace : le bouche-à-oreille.


1. Le Soir, 31 mars 2012 • 2. Le Vif-L’Express, 30 mars 2012 • 3. Le Soir, 31 mars 2012

19:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.