30/09/2011

BELGIQUE-Bredene: 7500 personnes présentes dans une ambiance solidaire à MANIFIESTA 2011 ! 6000 participa nts en 2010... Silence !

http://static.skynetblogs.be/media/1350/2106494513.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/635582448.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/3445095859.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/2503689330.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/1567373894.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/253366592.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/1467394177.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/3217253058.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/3887061763.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/3335091753.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/2495569199.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/3436438766.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/610676397.jpg

 
Le Communisme est mort, clament nos adversaires depuis 20 ans.
Pourtant, dans un petit pays de l’ EURO-DICTATURE capitaliste, comme la BELGIQUE –11 millions d’ âmes, 3 communautés que l’on dresse les unes contre les autres, 4 régions-, pour un parti communiste comme le Ptb, réunir à la Côte 7.500 personnes (électeurs, membres, militants du Parti, syndicalistes, pacifistes, progressistes), venus de partout, y compris de l’ étranger, pour célébrer la médecine pour le peuple, l’ hebdomadaire du Parti “SOLIDAIRE”, débattre, échanger, fêter, préparer de nouveaux combats, de nouvelles luttes, cela constitue l’évènement politique national de la journée.
Un évènement, mais pas pour tout le monde, pas pour la plupart des médias du capitalisme, qui l’ont passé volontairement sous silence.
Pour la plupart de leurs gratte-papier, ils étaient à Bruxelles occupés à célébrer la fête de Wallonie-Bruxelles.
Ces médias désinforment, conditionnent et mentent par omission, c’ est leur rôle.
Le Communisme n’ est pas mort. Il continue partout sont coimbat envers et contre eux, s’il le faut ... !
RoRo
 
 
 
Sent: Friday, September 30, 2011 12:33 PM
Subject: 7500 personnes présentes dans une ambiance solidaire !
 
 
Bonjour,


ManiFiesta s’est déroulée ce samedi 24 septembre, avec 7500 personnes, dans une ambiance festive, et a été un très grand succès.
Rik Vermeersch, le responsable de l’événement, a déclaré : « Tous ces participants venus de Wallonie, de Flandre et de Bruxelles se sont déplacés pour cette grande fête parce qu’ils parlent la même langue : la langue de la solidarité. Tout le monde a apprécié l’intérêt et la richesse des débats, les concerts, les stands et le programme culturel. Ce grand nombre de participants est un signe du potentiel grandissant de la gauche d’aujourd’hui. »

Voici, en quelques photos, un bref aperçu de la fête...
 
 





























Si vous voulez en savoir plus, consultez le site http://www.manifiesta.be


Meilleures salutations,


Mugemangango Germain
0476/20.87.90
 

21:10 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Ptb | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

25/09/2011

Le terrorisme s'installe en Libye - Quel Etat palestinien ? - Sanctions sur Cuba... l8c1

 
Changer d'adresse, inviter un ami ou vous désinscrire | Nous écrire | Participer | Livres & DVD
__________________________________________________________________________________________________________________

Investig'Action - michelcollon.info

CONFERENCES : Ostende, Bruxelles, France...
Michel Collon participera à un débat sur les révoltes arabes à Bruxelles sur la Libye le 29/09 (en néerlandais). Plus d'info dans l'Agenda.
Une tournée est prévue en France d'octobre à décembre. Lieux et dates à venir dans la rubrique Agenda ou sur Facebook.

VIDEO : Un autre « 11 septembre » est-il possible ? Débat Michel Collon / Ministre de la Guerre
Extraits de l'émission diffusée sur RTL TVI

TEMOIGNAGES :
« L'Occident soutient, arme et excuse des gens qui sont des terroristes et des racistes » - Michel Collon
Michel Collon répond aux questions de Chérif Abdedaïm pour La Nouvelle République (Algérie)

« J'ai vu la transition vers la peur à Tripoli »
Extraite par le CICR de l'hôtel Rixos où elle était restée bloquée, Lizzie Phelan livre ses premières impressions

Les Libyens nous demandent : "Qu'avons-nous fait de mal ?" - INTAL
De retour de Libye, où elle s'est rendue en juillet avec Michel Collon, Ilse Grieten a répondu aux questions d'Intal.

APPEL :
Stop aux crimes de l'OTAN ! - Coordination pour la Paix en Libye Africaine
Réaffirmation à Paris des craintes maintes fois formulées

Appel Urgent : abus des rebelles non relaté ! - Anonyme
J'écris pour vous avertir de certaines choses constatées à propos de la découverte sinistre et traumatisante faite à l'hôpital de Tripoli.

ATTENTION MEDIAS !
Les médias français avouent qu'ils désinforment sur la Libye
Le Nouvel Observateur révèle le pot aux roses : depuis des mois, les journalistes avaient été remplacés par le service de propagande de l'OTAN.

L'OTAN sauve l'euro en Libye - Xander Meyer
Lisez comment - une fois de plus - vous avez été horriblement bernés par la politique et la presse.

LES AUTRES PAYS MENACÉS :

Un Etat palestinien, mais lequel ? - Dominique Vidal
Après un 60 ans de grignotage... Un ou deux Etats ? Quelles frontières ? Quel avenir pour Gaza ?

Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba - Salim Lamrani
Quel impact sur les services de santé cubains ? Pourquoi les sanctions ont-elles été renforcées après la chute de l'URSS ? La société US soutient-elle le blocus ?

Le Venezuela, 13 ans après... - Annick Maziers
Ses amis vénézuéliens n'aiment pas Chavez, mais...

______________________________________________________________________________________________________________

POUR NOUS SOUTENIR, C'EST ICI / POUR NOUS ECRIRE C'EST LA


17:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/09/2011

BRUXELLES: Conférence : Les armes légères et la guerre de l'Otan contre la Libye

http://static.skynetblogs.be/media/1350/palmaria-bengasi-1903-0612-b1-thumb.2.jpghttp://static.skynetblogs.be/media/1350/palmaria-bengasi-1903-0612-b1-thumb.jpg
Sent: Friday, September 23, 2011 7:01 PM
 
Subject: Conférence : Les armes légères et la guerre de l'Otan contre la Libye
 
 
Dans le cadre de la Semaine de la Paix, organisée à l'initiative de Pax Christi Wallonie-Bruxelles,
le Comité Surveillance Otan et le Mouvement Chrétien pour la Paix organisent une conférence sur
 
Les armes légères et la guerre de l’Otan contre la Libye
  • Les armes légères et la guerre de l’Otan contre la Libye

    Date : 28 septembre 2011
    Horaire : 20h-22h

    chez Pax Christi  Rue Maurice Liétart, 31/1 1150 Bruxelles (près du Cinquantenaire)

    Comment débattre de la question du commerce des armes dites légères en ignorant que la Belgique est en guerre depuis le 21 mars dernier  et que les armes de la FN sont effectivement utilisées en Libye, tant par les forces loyalistes au gouvernement Kadhafi que par les rebelles adhérant au Conseil National de Transition ?

    Les hommes du CNT ont apparemment pris la ville deTripoli, après que les bombardements intensifs  de l’OTAN  aient « nettoyé » la route devant eux. En chemin, les « rebelles » se sont emparé d’une grande quantité d’armes de la FN de Herstal qui se trouvaient dans une caserne (selon le journal Libération, 1.9.2011). Entretemps, les mercenaires du CNT ont été rebaptisés  « représentants légitimes du peuple libyen » -

    Voilà les armes de la FN en plein coeœur de la guerre en Libye ! la livraison et  l’utilisation des armes belges sera-t-elle lavée de tout soupçon puisque la Belgique a décidé de reconnaître le CNT comme le représentant du peuple libyen ?

    La Belgique a offert à l’OTAN une importante contribution , avec ses F-16 qui ont participé aux milliers de bombardements  sur les infrastructures de la Libye. Ceux-ci ne visaient pas seulement les infrastructures militaires. Leur but déclaré était de renverser le gouvernement de Kadhafi. Ils ont détruit massivement des routes, des conduites d’eau, des infrastructures portuaires, des hôpitaux, des écoles, des bâtiments publics. Et maintenant, les armes dites légères – dont celles de la FN de Herstal- vont-elles servir à terminer le travail ?

    Les armes légères sont des armes de destruction massive. Rappelons-nous l’affaire des armes livrées au Népal . Il ne s’agit pas seulement de mieux réglementer leur commerce, mais de prendre les décisions politiques qui contribuent à la paix. Dans le cas de la Libye, la Belgique a fait tout le contraire, lorsque le parlement a voté, à la quasi unanimité,  pour l’intervention militaire de l’Otan et  pour une participation active à celle-ci .

  • 20:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    20/09/2011

    PTB: BELGIQUE: dans "SOLIDAIRE du 30 août 2011: Note Di Rupo :: Ça va (nous) faire mal (5) c1

     
     
    Note Di Rupo :: Ça va (nous) faire mal

    On a l’impression que même les journalistes habitués au 16 rue de la Loi sont lassés, après la énième tentative de négociations depuis juin 2010. La note Di Rupo est pourtant la base des négociations en cours. Même si cette fameuse note ne fait plus recette dans les médias, il est important de voir ce qui se cache dans ces 113 pages. Car il y a de quoi s’inquiéter. Il suffit de voir les chantiers proposés dans ce texte pour comprendre les réactions virulentes des syndicats. A l’ordre du jour : assainissement des finances publiques, autonomie fiscale et plus grande responsabilité des Régions, réforme de l’État avec transfert de compétences du fédéral vers les entités fédérées, etc. Et surtout, des réformes sociales et économiques qui vont toucher l’ensemble de la population. En langage européen, on dit « austérité » : tous les pays de l’Union sont ou vont être touchés. Et la Belgique n’échappe pas aux fausses solutions à la crise de la Commission européenne. Poussez pas, y en aura pour tout le monde.

    Note salée de Di Rupo :: Travailler toujours plus longtemps (5)

     

    La note Di Rupo prévoit que les pensions minimales seront augmentées de 2 % tous les deux ans, mais il sera de plus en plus difficile d’avoir droit à une pension complète.

    Axel Bernard
     

    Par exemple, pour les nouveaux fonctionnaires qui démarrent leur carrière, mais aussi pour les contractuels qui sont nommés en milieu ou fin de carrière, on va calculer progressivement la pension sur la base du traitement des dix dernières années de carrière, au lieu des cinq dernières années. Les effets de cette mesure dépendent de l’évolution des salaires.
    Autre mesure, qui concerne le secteur privé cette fois : dorénavant, toutes les années de carrière seront prises en considération dans le calcul de la pension. Aujourd’hui, le calcul de la pension se limite aux 45 meilleures années de carrière. Dans le calcul de la carrière, les périodes de chômage de longue durée ou de prépension avant 60 ans (à l’exception des prépensions dans le cas d’une entreprise en difficulté ou en restructuration) seront moins bien valorisées qu’actuellement. La note attaque ainsi directement ce qu’on appelle les périodes assimilées.

    Il en sera de même pour les périodes d’interruption volontaire du travail, hors congés parentaux, palliatif, de soins à un membre de la famille souffrant, excédant une année.

    Exemple de l’application de la note Di Rupo dans la vie de tous les jours :

    Diminution des périodes assimilées dans le calcul de la pension

    Daniel travaille dans le secteur de la construction. A l’âge de 55 ans, et après avoir travaillé 40 ans, il est encore un des seuls à pouvoir profiter de la prépension en Belgique. Pendant sa carrière, il a construit une pension légale limitée (plus ou moins 900 euros/mois). Normalement, cette pension devrait continuer à croître pendant sa prépension. Mais avec la réforme de Di Rupo, il n’y aura plus d’assimilation des années avant l’âge de 60 ans pour le calcul de la pension légale. 

    22:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    15/09/2011

    PTB: BELGIQUE: dans "SOLIDAIRE du 30 août 2011: Note Di Rupo :: Ça va (nous) faire mal (4)

    Note Di Rupo :: Ça va (nous) faire mal

    On a l’impression que même les journalistes habitués au 16 rue de la Loi sont lassés, après la énième tentative de négociations depuis juin 2010. La note Di Rupo est pourtant la base des négociations en cours. Même si cette fameuse note ne fait plus recette dans les médias, il est important de voir ce qui se cache dans ces 113 pages. Car il y a de quoi s’inquiéter. Il suffit de voir les chantiers proposés dans ce texte pour comprendre les réactions virulentes des syndicats. A l’ordre du jour : assainissement des finances publiques, autonomie fiscale et plus grande responsabilité des Régions, réforme de l’État avec transfert de compétences du fédéral vers les entités fédérées, etc. Et surtout, des réformes sociales et économiques qui vont toucher l’ensemble de la population. En langage européen, on dit « austérité » : tous les pays de l’Union sont ou vont être touchés. Et la Belgique n’échappe pas aux fausses solutions à la crise de la Commission européenne. Poussez pas, y en aura pour tout le monde.

     

    Note salée de Di Rupo :: Travailler toujours plus longtemps (4)

    Axel Bernard
     

    Alors qu’il y a tant de chômeurs, Di Rupo s’inscrit dans la pensée unique néolibérale qui pousse à travailler plus longtemps. Il invoque la nécessité d’avoir plus de personnes au travail afin de pouvoir payer les pensions et l’assurance maladie d’une population vieillissante. Mais la politique suivie ne mènera pas à créer des emplois. Tout comme les mesures de contrôle et de sanction des chômeurs, cette politique d’activation des personnes âgées va encore plus augmenter la concurrence entre les travailleurs ce qui poussera vers le bas les salaires et les conditions de travail. 
        Concrètement, avec la note du formateur, il sera de plus en plus difficile de bénéficier de la prépension et d’une pension anticipée avant 65 ans et d’avoir droit à une pension complète. Le texte prévoit également de généraliser le deuxième pilier de pensions (assurance privée groupée par entreprise ou par secteur) au détriment de la pension légale.
        En matière de prépensions, si les mesures prévues par le Pacte de solidarité entre les générations ne s’avèrent pas suffisantes pour dissuader les départs en prépension, la note Di Rupo envisage une série de mesures « correctrices » :
    • la carrière pour accéder à la prépension pour les carrières complètes sera rallongée (de 38 à 40 ans);
    • l’âge d’accès à la prépension pour les carrières complètes sera relevé (de 58 ans à 60 ans).
        Les cotisations patronales dues sur les indemnités de prépension seront plus élevées en fonction de l’âge.
        Par ailleurs, toute une série de mesures sont prévues en vue d’empêcher le départ en pension anticipée. Ainsi, l’impôt sur les pensions du deuxième pilier sera plus élevé si on part en pension à 60 ans. La retraite anticipée à 60 ans ne restera possible que pour ceux qui, à cet âge-là, atteignent 40 ans de carrière. Pour les fonctionnaires, la durée minimum de carrière passera progressivement d’ici 2020 à 35 ans. A terme, on veut rendre ce mécanisme impossible. L’âge minimum de la retraite anticipée, actuellement de 60 ans, sera en effet augmenté de 2 mois par an jusqu’à ce que l’âge de la pension anticipée coïncide avec l’âge légal de la pension, c’est à dire 65 ans.

    Exemple de l’application de la note Di Rupo dans la vie de tous les jours :

    Pensions des fonctionnaires : jusqu’à 100 euros par mois en moins

    Fabienne travaille à la poste. Elle y travaille depuis 40 ans, dans des conditions de plus en plus difficiles. Elle n’a jamais gagné beaucoup d’argent (1 600 euros net par mois à la fin de sa carrière), mais elle a droit à une bonne pension (environ 1 200 euros net par mois). Par la réforme de Di Rupo (calcul de la pension des fonctionnaires sur base des 10 dernières années et non plus des 5), sa pension sera diminuée à 1 100 euros/mois. C’est-à-dire une perte de 100 euros/mois.

    14/09/2011

    BELGIQUE: à LIEGE et à CHARLEROI: Un chirurgien français à Gaza témoigne en Wallonie a4c1

     
     
     
    Sent: Thursday, September 08, 2011 9:39 AM
    Subject: Un chirurgien français à Gaza témoigne en Wallonie
     

    CHRISTOPHE OBERLIN
    chirurgien et prof' d'univ' à Paris : mais qu'est-ce que ce type va faire à Gaza ?

    La Bande de Gaza est, presque en permanence, dans l'actualité médiatique. Pas de jour, pratiquement, sans que les média ne parlent de "tirs de roquettes" vers Israël et/ou de bombardements israéliens (invariablement qualifiés de "ripostes" ou de "représailles", tandis que les gazaouites, eux, n'ont évidemment aucun motif motif légitime d'en vouloir à qui que ce soit, puisque par définition ce sont les vilains terroristes...).

    Et pourtant, sur les conditions réelles de vie de cette population d'un million et demi de personnes, entassée dans un territoire minuscule presque hermétiquement clos, on ne sait pratiquement rien.

    Comment naître et grandir à Gaza ? Comment faire des études, à Gaza ? Comment se soigner à Gaza ? Comment élever des enfants à Gaza ? Comment fait-on fleurir le désert à Gaza ? (contre toute attente, des Arabes savent le faire !).

    Et surtout comment survivre avec le bruit obsédant des F-16 et des drones israéliens, avec l'idée qu'une bombe peut tomber à chaque instant, avec les snipers israéliens qui tirent si on s'approche trop des frontières ? Et l'indifférence du monde qui se dit civilisé ?

    Et quand on est professeur d'université à Paris, chirurgien spécialiste de la micro-chirurgie, de la chirurgie de la main, qu'est-ce qui peut bien vous pousser à aller régulièrement à Gaza, au prix de mille difficultés de tous ordres ?

    C'est pourtant ce que fait Christophe OBERLIN depuis une dizaine d'années. Par la porte (israélienne) ou par la fenêtre (égyptienne), il faut qu'il entre (au besoin par un tunnel !) avec son équipe, pour soigner et pour former des médecins palestiniens aux meilleurs techniques.

    En échange, ils peuvent lui expliquer comment pratiquer l'art de guérir presque sans moyens, et même comment rire à Gaza. Pourtant, "l'humour n'est pas une qualité très répandue au sein du Hamas", prétend Christophe OBERLIN.

    Ces dix ans d'expériences humaines et professionnelles très variées, Christophe OBERLIN les a racontées dans un langage simple et direct, sans pathos ni langue de bois, dans son livre "CHRONIQUES DE GAZA", paru récemment (Editions Demi-Lune).

    Il vient en Wallonie pour en parler et en débattre, à l'invitation de la "Plate-forme Charleroi-Palestine".
    Il sera :

    • le vendredi 16 septembre à 20 h à l'Université de Liège (3 place Cockerill). * (plan ICI)
    • le samedi 17 septembre à 14h à la "Maison des 8 heures", place Charles II à Charleroi (plan ICI)
      (avec la participation d'élèves infirmièr(e)s de la Haute Ecole Provinciale Condorcet de Tournai qui ont effectué un stage dans un hôpital de Bethléem au cours de leur formation).

    Renseignements : 0473-286 375 ou 071-946 913.
    P.A.F. : 3 €
    Page FaceBook de l'événement :
    http://www.facebook.com/event.php?eid=211412858918590


    * Cette rencontre est organisée en collaboration avec le Centre culturel arabe en Pays de Liège et l'A.B.P.-Liège

    SOIREE DE SOUTIEN AU
    TRIBUNAL RUSSELL SUR LA PALESTINE

    Au mois de novembre aura lieu en Afrique du Sud une nouvelle session du "Tribunal Russell sur la Palestine", consacrée cette fois à la question :

    ISRAEL, UN ETAT D'APARTHEID ?

    Une soirée de soutien à cette initiative aura lieu le 24 septembre, de 18h30 à 23h30, au Théâtre Molière à Bruxelles (Galerie de la Porte de Namur, Square du Bastion 1 - 1050 Bruxelles) (plan ICI), avec la participation de Leïla Shahid, Gisèle HALIMI, Pierre Galand, Dirk Van Der Maelen, Serge Hustache,...
    Concert de "Singing Palestine". Projection de vidéos,  petite restauration et vente aux enchères...

    Plus d'infos sur : http://www.russelltribunalonpalestine.com/

     



    affiche oberliin_a4.pdf

    09:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    BELGIQUE, après 15 mois sans gouvernement élu et de négociations ardues et fatigantes : QUEL EST LE SYMBOLE DE LA DEMOCRATIE ??? ?? c1

    From: Evelyse B...
    Sent: Sunday, September 11, 2011 10:59 PM
     
    Subject: QUEL EST LE SYMBOLE DE LA DEMOCRATIE ?????
     

     

     QUI DETIENT LE SYMBOLE DE LA DEMOCRATIE ????


    QUI DETIENT LE SYMBOLE DE LA DEMOCRATIE ?
    - ni le PS/SP a
    - ni le CD&V
    - ni la NVA
    - ni le VLD
    - ni les VERT/GROEN 

    - ni le MR
    - ni le ROI
     


                                     
     
       
     
    -      mais.... le STRING !      Il s'avère que c'est le plus important symbole de la démocratie :

    - il sépare la gauche de la droite
    - il protège le centre
    - il fait rebondir le point de vue de chacun
    - et unifie le regard du peuple
        
     

    Seul inconvénient:

    Le string, c'est comme la négociation :
    il ne faut pas trop tirer sur la ficelle, car on finit par l'avoir dans le c..
     
    Ami
    (e) s de la poésie Bien à vous !
     
     

          

    09:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    BELGIQUE-Charleroi: à La Braise: conférence-débat: « Quelle soci été nous prépare-t-on ?» a4c1

     
     
     
    Sent: Wednesday, September 14, 2011 8:39 AM
     
    Subject: Fw: conférence-débat
     
     
     
     

    La Braise culture asbl

    Le jeudi 29 septembre 2011

    à 19 h 30

    « Quelle société nous prépare-t-on ?»

    En Belgique, en Europe, dans le monde

    Avec Germain Mugemangango

    Président du PTB Hainaut

    Des négociations politiques pour un nouveau gouvernement en Belgique, avec à la clé un plan d’austérité sur le modèle de ce qui a cours ailleurs en Europe.

    Une nouvelle gouvernance économique européenne, pour pousser tous les pays d’Europe à aller dans le même sens : l’austérité, encore une fois.

     Une crise économique qui joue les prolongations. Va-t-on sortir du bourbier ou cette fois le système capitaliste est-il vraiment dans la gadoue ?

    Quelles résistances peut-on imaginer ? Attendre que le ciel nous tombe sur la tête ou prendre les choses en mains comme en Grèce, au Portugal, en Espagne ?

    Sur les places boursières, on ne sait plus à quel saint se vouer. Les Etats-Unis, l’Europe, le Japon, tous ces bastions du système vacillent sur leurs bases.

    Voilà de quoi faire réfléchir, au cours de cette soirée riche en questions, auxquelles on tentera d’apporter des réponses.

     

     

     

    Salle La Braise, rue Zénobe Gramme, 6000 Charleroi

    Paf : 2,50 € (chômeurs, pensionnés, étudiants, etc. : 1,50 €)



    labraise 3.pdf

    09:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    10/09/2011

    BELGIQUE: à Charleroi: Conférence Anne Morelli à La Braise Charl eroi a4c1

     
     
    Sent: Wednesday, August 17, 2011 7:05 AM
     
    Subject: Fw: Conférence Anne Morelli à La Braise Charleroi
     
     
     
     

    La Braise culture asbl

     

     

    Mardi 13 septembre 2011

     à 19h30

     

     

     

     

    "Rebelles et subversifs

    de nos régions"

     

     

    Anne Morelli

    vient présenter le dernier livre publié sous sa direction

     

    Maison d’édition : Couleur livres

     

    On entend souvent la réflexion : « ça ne sert à rien de se battre, de manifester, de faire grève ». Dans ce livre, on apprend que tout au long de l’histoire de ce qui constitue la Belgique, de nombreuse actions collectives ont permis de changer le cours des évènements

     

    Anne Morelli est docteure en histoire, professeur à l’ULB (Critique historique)

    A coordonné des ouvrages comme « Histoire des étrangers et de l’immigration en Belgique » et « Les grands mythes de l’histoire de Belgique »

     

     

    La Braise, rue Zénobe Gramme 21, Charleroi

    Paf: 2,50 € (étudiants, chômeurs,...1,50 € )

    Ed. resp. : Marc van Campen, rue Zénobe Gramme, 21, 6000, Charleroi



    la braise1.pdf

    22:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    07/09/2011

    PTB: BELGIQUE: dans "SOLIDAIRE du 30 août 2011: Note Di Rupo :: Ça va (nous) faire mal (3) c1

     

    Note Di Rupo :: Ça va (nous) faire mal

    On a l’impression que même les journalistes habitués au 16 rue de la Loi sont lassés, après la énième tentative de négociations depuis juin 2010. La note Di Rupo est pourtant la base des négociations en cours. Même si cette fameuse note ne fait plus recette dans les médias, il est important de voir ce qui se cache dans ces 113 pages. Car il y a de quoi s’inquiéter. Il suffit de voir les chantiers proposés dans ce texte pour comprendre les réactions virulentes des syndicats. A l’ordre du jour : assainissement des finances publiques, autonomie fiscale et plus grande responsabilité des Régions, réforme de l’État avec transfert de compétences du fédéral vers les entités fédérées, etc. Et surtout, des réformes sociales et économiques qui vont toucher l’ensemble de la population. En langage européen, on dit « austérité » : tous les pays de l’Union sont ou vont être touchés. Et la Belgique n’échappe pas aux fausses solutions à la crise de la Commission européenne. Poussez pas, y en aura pour tout le monde.

    30 août 2011  
    | Thème:
     
    Belgique, Dossier crise 

    Note salée de Di Rupo :: Le monde du travail attaqué (3)

    Allocations de chômage limitées dans le temps, période de disponibilité active étendue pour les âgés.

    Axel Bernard
     

    La note propose de rendre l’octroi des allocations de chômage plus difficile, notamment en conditionnant les allocations d’attente pour les jeunes à une démarche active de recherche d’emploi. Le montant des allocations de chômage diminuera plus rapidement dans le temps. La dégressivité du chômage sera accrue pour arriver à un forfait minimum qui variera selon la situation familiale du chômeur. Enfin, la note Di Rupo prévoit qu’une procédure de contrôle de disponibilité plus rapide sera mise en place, amenant également un accompagnement plus rapide par les services régionaux compétents. Le contrôle de disponibilité active sera étendu aux plus de 50 ans, en passant à 55 ans dès 2013 et 58 ans en 2016. La notion d’emploi convenable sera également adaptée, pour porter la distance minimale de recherche d’emploi de 25 km à 60 km, indépendamment de la durée des déplacements.
        Dans une situation où il n’y a pas assez d’emplois à offrir aux 600 000 demandeurs d’emplois actuels, ces mesures conduiront à des exclusions et à faire pression sur les conditions de travail et de salaire de tous les travailleurs. Sous peine de se voir exclus ou de voir leurs allocations réduites à leur minimum, les chômeurs seront en effet contraints de trouver un travail à n’importe quel prix. Des jobs mal payés et aux conditions de travail déplorables. Avec cette main d’œuvre de réserve prête à tout pour trouver un travail, les employeurs pourront donc faire pression sur leurs salariés pour qu’eux aussi acceptent la modération salariale et la précarisation du travail. La chasse aux chômeurs a donc des conséquences pour tous les actifs. En Allemagne, cette politique a réduit considérablement l’ensemble des salaires.

    Exemple de l’application de la note Di Rupo dans la vie de tous les jours :

    Chercheur d’emploi de longue durée : jusqu’à 344 euros par mois en moins

    Sylvie a travaillé 6 ans comme employée avec un salaire de 2 500 euros bruts. Elle vit avec Jean et n’ont pas d’enfant. Elle se fait licencier en raison de la crise financière. Durant les quatre premiers mois d’allocations de chômage, elle touchera 1 626 euros (soit 232 euros en plus). Par la suite, après ces 4 premiers mois, les allocations perçues reviennent à leur niveau actuel (soit 1 394 euros jusqu’au 6e mois, 1 299 jusqu’au 12e et 809 euros jusqu’au 14e mois). Après le 14e mois (au lieu de 21 mois), elle tombera à 465 euros. Elle perdra 344 euros par rapport à la situation actuelle. Et elle pourra voir, à terme, son allocation supprimée si elle ne fait pas la preuve d’une recherche active de travail.

     

    20:26 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    BELGIQUE: dans "Solidaire", hebdo du Ptb: WikiLeaks déshabille J avaux ...

     
    Il serait grand temps de passer au “vert“ et de laver plus blanc que blanc ...
    RoRo
     
     
    7 septembre 2011 08:18 | Il y a : 3  h 
    | Thème:
     
    Belgique, Belgique, Partis 

    WikiLeaks déshabille Javaux

    Alors que l’on apprenait la reconduction de Jean-Michel Javaux à la tête d’Ecolo pour une durée indéterminée (tant que dure l’instabilité politique actuelle), WikiLeaks dévoile le compte rendu de l’entretien que ce dernier a accordé à l’ambassade des États-Unis le 28 mai 2009. Que nous révèle ce câble ?

    Jonathan Lefèvre
     

    Entre l’ambassadeur des États-Unis, Howard Gutman, et le coprésident d’Ecolo, Jean-Michel Javaux, le courant passe très bien. Comme ici, à la centrale de Tihange, où le second a invité le premier l’année dernière. (Photo RTC)

    Le leader d’Ecolo moins à gauche et moins vert que vous ne le pensiez

    Javaux aime l’Amérique

    On connaissait les liens unissant les grands partis traditionnels avec les USA. Selon le câble dévoilé par WikiLeaks, le leader d’Ecolo veut tisser des liens tout aussi étroits. « Jean-Michel Javaux parle d’un ton chaleureux et reconnaissant de ses relations avec les Etats-Unis. » C’est ainsi que la diplomatie américaine présente le coprésident des verts francophones. Ce « ton » s’explique en partie par le passé d’étudiant à New-York (« Javaux parle avec enthousiasme de son expérience d’échange scolaire du Rotary comme étudiant dans une école secondaire du nord de New-York : “Ma plus belle année” »). De simples propos protocolaires ? Pas seulement. Javaux concède en effet qu’il essaie de « modifier la politique internationale de son parti en conséquence » face, notamment, à « beaucoup de membres d’Ecolo qui perçoivent les États-Unis comme un ennemi ». L’amour des USA est d’ailleurs tel qu’un an après cet entretien, Javaux invitait son ambassadeur à Amay, ville dont il est bourgmestre. À cette occasion, il a d’ailleurs guidé son « ami » (c’est RTC, la télé locale qui couvrait l’évènement, qui le dit) dans… la centrale nucléaire de Tihange1. L’écologiste numéro un de la Belgique francophone n’en est pas à un paradoxe près.

    En matière d’énergie, Javaux est un briseur de tabous

    On savait que le boss d’Ecolo discutait plusieurs fois par an avec Jean-Pierre Hansen, l’ex-boss d’Electrabel aujourd’hui administrateur de KBC. « C’est toujours très cordial. Nous nous rencontrons à la mer ou nous allons manger un bout. Parfois nous jouons des jeux de rôles où Hansen est le porte-parole d’Ecolo et je joue celui d’Electrabel. Il y a plus de dossiers sur lesquels nous sommes en accord qu’en désaccord. », déclarait-il le 2 mai 2009 au Standaard. Cette proximité est confirmée par le câble diplomatique révélé par WikiLeaks : « Javaux dit qu’en tant que coprésident, il a essayé d’être un briseur de tabous. Lui et son parti parlent aux grosses industries à qui ils ne parlaient pas avant, comme Electrabel. » Grâce à son action, « le parti peut parler de l’énergie nucléaire sans être perçu comme des talibans, dit-il, en reprenant un terme souvent attribué aux activistes écologistes radicaux ».

    Ecolo du côté des plus riches familles du pays ?

    Dans son interview au Standaard, Javaux avait déjà ouvertement fait part de ses connivences avec les cercles économiques de Belgique. « Beaucoup de membres de mon parti sont actifs dans des organisations de soutien aux sans-papiers ou dans les syndicats. Avec quelques autres, je me concentre sur les thèmes économiques. Nous ne manquons pas une réunion de l’organisation wallonne des employeurs. Je reviens juste de chez McKinsey et, plus tard cette semaine, je déjeune avec le président de la FEB, Thomas Leysen ». Ce grand écart au sein d’Ecolo est confirmé par Javaux lors de son entretien avec la diplomatie américaine. « Sur une échelle de zéro à dix, de gauche à droite, les sympathisants d’Ecolo se classent de trois à huit ». Assiste-t-on à une simple nouvelle opération de séduction de Javaux ? Pas sûr. « Il dit que plusieurs des militants les plus importants de son parti viennent de riches familles qui contrôlent de grosses sociétés de Belgique, comme RTL (une chaîne de télévision) et Umicore (une entreprise chimique et métallurgique). La suite est tout aussi surprenante : Javaux « a demandé de ne pas rendre cela public ». Pourquoi ne pas vouloir rendre cela public ? Après tout, RTL est une entreprise respectable. Ou alors, c’est pour ne pas faire croire qu’Ecolo aurait un traitement de faveur de la chaîne télé. Mais cela, honnêtement, on ne le pense pas. Pas plus que les autres partis traditionnels en tout cas.

    Vient le cas d’Umicore. Là, on comprend vite pourquoi le chef de file écologiste demande au diplomate américain sa discrétion. Umicore est active dans la chimie et la métallurgie, secteurs peu écologiques dans notre pays s’il en est. Et lorsque l’on regarde les bénéfices de la firme en 2010 (263,4 millions d’euros, soit une augmentation de 222 %), on voit que cette entreprise n’a pas connu la crise. Et, son numéro un, Marc Grynberg, a vu ses émoluments s’envoler à 1,81 million d’euros en 2010. Pas vraiment le profil solidaire porté par les militants d’Ecolo… D’autant qu’en 2009, Umicore ne payait sur son bénéfice que… 0 euro d’impôt.

    Javaux soutient-il l’option militaire en Afghanistan ?

    Le programme du parti est clair : « Ecolo estime depuis longtemps que la guerre d’Afghanistan ne pourra pas être gagnée sur le plan militaire » et plaide pour une nouvelle « coopération civile » avec les autorités afghanes. Le programme va jusqu’à dénoncer les « nombreuses et sanglantes bavures, essentiellement dans le chef des forces aériennes américaines ». Pourtant, « Javaux parle avec bienveillance des opérations militaires belges en Afghanistan et ailleurs, et dit que la ville d’Amay, dont il est bourgmestre, a de nombreuses familles de militaires à cause de la présence d’une base belge majeure ». Hum, pas sûr que tous les militants écologistes apprécient cette « bienveillance ». D’autant que le patron d’Ecolo rajoute qu’il entretient « de bonnes relations avec le commandement militaire de la base ». Plus précisément, « l’interlocuteur (de la diplomatie américaine, NdlR) a demandé l’opinion de Javaux sur la situation en Afghanistan et au Pakistan (…) Javaux dit qu’il comprend la nécessité de prévention de conflit et de reconstruction en Afghanistan ». Mais le secrétaire fédéral d’Ecolo va plus loin : « Il s’est engagé à faire plus pour amener le public à examiner le lien entre l’Afghanistan et la sécurité belge. »

    Pour des réformes qui ne seront pas à gauche, votez Javaux

    Tel est en effet le pronostic de la diplomatie américaine. « Énergique et qui présente bien, Javaux mène une prudente ligne de conduite entre les partis traditionnels. Avec son expérience américaine et son expérience de gouvernance au niveau local avec le MR, il est possible pour les verts en Wallonie qu’ils puissent en surprendre beaucoup avec des réformes qui ne sont pas nécessairement de gauche ou du centre. » C’est ainsi que se termine la livrée de WikiLeaks sur Jean-Michel Javaux.

    1. www.rtc.be


    Retrouvez le câble (en anglais) sur www.wikileaks.org

    17:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    06/09/2011

    BELGIQUE: Bredene: Manifiesta: Invitation PROGRESS Lawyers Netw ork: conférence avec Radhia Nassraoui, avocate tunisienne et mil itante des droits de l'homme. a4c1

    http://static.skynetblogs.be/media/1350/2978826168.jpg
     
     
    Sent: Tuesday, September 06, 2011 11:34 AM
    Subject: Invitation PROGRESS Lawyers Network: conférence avec Radhia Nassraoui, avocate tunisienne et militante des droits de l'homme.
     

     

     

    Conférence: `Les avocats et les militants des droits
    de l’homme dans la révolution tunisienne.
    30 années de lutte contre la dictature

     

    Cher,

     

    Progress Lawyers Network et le Syndicat des avocats pour la démocratie vous invitent pour la conférence `Les avocats et les militants des droits de l’homme dans la révolution tunisienne. 30 années de lutte contre la dictature`, avec Radhia Nassraoui, avocate tunisienne et militante des droits de l’homme.   

     

    Radhia Nasraoui est une avocate tunisienne qui milite dans le domaine des droits de l'homme depuis plus de trente ans. Elle participa à la fondation de l'Association de lutte contre la torture en Tunisie qu'elle annonca le 26 juin 2003. En juin 2003, elle fut co-fondateur de l’Association de lutte contre la torture en Tunisie

     

    Désignée présidente,. En tant que présidente de cette association,  elle dénonce ce qu'elle considère comme la « torture systématique » pratiquée dans son pays depuis l'accession au pouvoir du président Zine el-Abidine Ben Ali en 1987.

    En raison de son engagement, Nasraoui faisait a fait l'objet de pressions incessantes de la part des autorités tunisiennes. Elle fera  entame notamment une longue grève de la faim en 2003 pour exiger la fin du harcèlement dont elle et sa famille faisaient l’objet.

     

    Son époux, Hamma Hammami, le dirigeant du Parti communiste ouvrier tunisien (PCOT), sera a été d’ailleurs maintes fois arrêté. Il se trouvait encore dans les geôles tunisiennes quand ses compatriotes réclamaient le départ de Ben Ali. Le 16 novembre 2005, l'Université libre de Bruxelles lui décerna  a décerné le titre de docteur honoris causa.

     

    Lors de la conférence, la militante des droits de l’Homme revient  reviendra sur les évènements qui ont bouleversé la vie des Tunisiens et, aujourd’hui, le monde arabe. Elle nous fait fera pénétrer dans l’intimité d’un peuple qui souffrait en silence mais qui a réussi à se libérer de son bourreau. Elle nous explique  expliquera  l’importance de son travail d’avocate et de militante pour les droits humains dans le processus révolutionnaire en Tunisie.

     

    Invitez vos amis et connaissances pour:

    Manifiësta le 24 septembre 2011

             

    20:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    05/09/2011

    Lettre ouverte à Yves Leterme pour son voyage en Israël l6d9c1

     
    From: Bienvenue en Palestine
    Sent: Monday, September 05, 2011 7:53 PM
    Subject: Lettre ouverte à Yves Leterme pour son voyage en Israël
     

    Monsieur le Premier Ministre, Nous avons appris que vous vous apprêtiez à visiter Israël les 4 et 5 septembre. Des rencontres avec, entre autres, le Premier ministre israélien, Monsieur Benjamin Netanyahu et avec le président israélien, Monsieur Simon Peres, sont prévues au programme. Ceci nous semble une bonne occasion d'interpeller Monsieur Netanyahu à propos de notre groupe de 41 Belges qui, au début juillet, ont été détenus de manière illégale pendant trois jours dans les prisons d'Israël. À (...) – Belgique
     

    5 septembre 2011

    Article en PDF : Enregistrer au format PDF

    Monsieur le Premier Ministre, Nous avons appris que vous vous apprêtiez à visiter Israël les 4 et 5 septembre. Des rencontres avec, entre autres, le Premier ministre israélien, Monsieur Benjamin Netanyahu et avec le président israélien, Monsieur Simon Peres, sont prévues au programme.

     
     
    palestinec3
     
     
     
     
     
     
     
     
    Ceci nous semble une bonne occasion d’interpeller Monsieur Netanyahu à propos de notre groupe de 41 Belges qui, au début juillet, ont été détenus de manière illégale pendant trois jours dans les prisons d’Israël. À aucun moment, nous n’avions constitué un danger pour l’ordre public. Trois autres belges, qui devaient partir de la France n'ont pas pu prendre l'avion. Leurs noms figuraient sur une « liste noire » que les autorités israéliennes avaient livrée aux compagnies aériennes.
     
    En tant que force occupante, Israël applique une politique par laquelle elle contrôle l’accès aux Territoires palestiniens, de même que la liberté de mouvement à l’intérieur de ces mêmes territoires. Les personnes qui voudraient visiter la Cisjordanie ne peuvent en principe atteindre les Territoires que par l’aéroport de Tel-Aviv (Ben Gourion) ou par la Jordanie (Allenby Bridge) et sont alors soumises à des interrogatoires. Israël se garde le droit de refuser aux visiteurs l’accès aux Territoires palestiniens et de les rapatrier vers leurs pays d’origine.
     
    Pour les Palestiniens, la liberté de mouvement est fortement entravée à cause des nombreux check-points et du mur. En outre, ils reçoivent une carte de séjour pour la Cisjordanie, Gaza ou Jérusalem, avec laquelle ils ne peuvent en aucun cas se déplacer vers une autre région que celle qui leur a été autorisée.
    Les premières victimes de cette politique sont bien entendu les Palestiniens eux-mêmes. Mais il va de soi que les limitations d’accès compliquent fortement le travail des ONG locales et que, de la sorte, la population palestinienne n’a pas accès aux matériaux d’aide essentiels.
     
    Afin d’éviter toutes ces barrières, nombreux sont les voyageurs qui cachent la vraie destination de leur voyage. Lorsque nous avons atterri ce 8 juillet à l’aéroport Ben Gourion, nous ne voulions plus recourir à de telles pratiques et, lors de notre arrivée, nous avons donc déclaré vouloir voyager dans les Territoires palestiniens afin d’y visiter quelques projets d’ONG palestiniennes.
     
    Nous avons dès lors été aussitôt privés de notre liberté. Nous avons été trainés d’interrogatoire en interrogatoire et, enfin, transférés vers des prisons israéliennes où nous avons passé trois jours. Cette détention était, pour diverses raisons, illégale et nombre de droits fondamentaux ont étés violés.
     
    Aucun des détenus n’a reçu de décision mentionnant le motif de la détention. Même si la législation israélienne le prévoit, nous n’avons comparu devant aucun juge administratif pendant ces trois jours de détention.
     
    Nos téléphones portables, appareils photos et médicaments ont été confisqués. Les personnes qui avaient besoin d’aide médicale ne pouvaient pas prendre leurs médicaments. Ceux-ci ne leur ont en effet été rendus que quelques jours plus tard. À la suite de quoi l’un des participants, le Dr Jan Cools, a craqué.
     
    Personne ne pouvait prévenir sa famille ou ses amis (seul le consul de Belgique a pu transmettre de façon indirecte des informations générales aux familles). Ce n’est que deux jours plus tard que certains ont reçu la possibilité de passer un coup de fil, bien entendu en présence d’un militaire israélien.
     
    La majorité d’entre nous n’ont pas eu la possibilité de voir un avocat.
    Certains d’entre nous ont été traités avec une rare violence, pendant l’arrestation. Nous avons tous étés fortement intimidés par la présence massive d’agents de police et de militaires.
     
    Après trois jours, lorsque nous avons été embarqués dans un avion à destination de la Belgique, on nous a informés que nous n’avions plus le droit d’entrer en Israël ni en Palestine pendant les dix prochaines années. À propos de cette mesure non plus, nous n’avons toujours pas reçu la moindre raison.
     
    Jusqu'à ce jour, ni vous, ni Monsieur Van Ackere, votre ministre des Affaires étrangères, ne vous êtes prononcés sur ce qu’il nous est arrivé.
     
    Votre visite auprès de Monsieur Netanyahu nous semble l’occasion idéale de lui en parler.
     
    Nous vous prions de lui demander pourquoi l’accès à la Palestine nous a été refusé et comment il justifie, tant du point de vue du droit international que du droit Israélien, notre détention illégale.
     
    Vous devez également exiger de sa part que nous recevions à nouveau la possibilité de visiter la Palestine. En effet, nous ne constituons en aucun cas une menace pour l’ordre public israélien.
    Enfin, il nous semble pertinent que vous l’interpeliez sévèrement concernant les limitations d’accès aux Territoires palestinien et les restrictions à la liberté de mouvement à l’intérieur même de ces territoires, et que vous condamniez fortement la manière dont vos concitoyens ont étés traités par les autorités israéliennes.
     
    Nous vous serions très reconnaissants de bien vouloir vous préoccuper du sort de vos propres concitoyens, mais également de celui des Palestiniens.
     

    Avec toute notre considération,

    Boudami Abdellah – Boumazzoughe Nadia – Bounir Yamina – Cools Jan – De Ly Myriam – Dreezen Jan – Dupire David – Hammouchi Nourdin - Moumni Hajar - Najar-Ghizzi Anne-Marie – Nardella Lucie - Saadoum Yousra - Julie Tieleman – Snad Assyia - Uariachi Nawal – Ural Ibrahim – Waroquiez Dominique , participants de la Délégation belge de la mission internationale « Bienvenue en Palestine ».


    Haut de la page - Accueil

    20:26 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    03/09/2011

    c1: PTB: BELGIQUE: dans "SOLIDAIRE du 30 août 2011: Note Di Rupo :: Ça va (nous) faire mal (2)

     
     
     

    Note Di Rupo :: Ça va (nous) faire mal

    On a l’impression que même les journalistes habitués au 16 rue de la Loi sont lassés, après la énième tentative de négociations depuis juin 2010. La note Di Rupo est pourtant la base des négociations en cours. Même si cette fameuse note ne fait plus recette dans les médias, il est important de voir ce qui se cache dans ces 113 pages. Car il y a de quoi s’inquiéter. Il suffit de voir les chantiers proposés dans ce texte pour comprendre les réactions virulentes des syndicats. A l’ordre du jour : assainissement des finances publiques, autonomie fiscale et plus grande responsabilité des Régions, réforme de l’État avec transfert de compétences du fédéral vers les entités fédérées, etc. Et surtout, des réformes sociales et économiques qui vont toucher l’ensemble de la population. En langage européen, on dit « austérité » : tous les pays de l’Union sont ou vont être touchés. Et la Belgique n’échappe pas aux fausses solutions à la crise de la Commission européenne. Poussez pas, y en aura pour tout le monde.

    Note salée de Di Rupo :: Mini-taxes pour les riches... (2)

    Et maxi-taxes pour les autres.

    Axel Bernard
     

     

    Des mesures symboliques sur les capitaux

    Enlevons immédiatement tout suspense : non, il n’y aura pas de suppression du régime des intérêts notionnels (alors que ce mécanisme fait perdre plus de 5 milliards d’euros d’impôt par an à l’État au profit des plus grosses multinationales). Il y aura un léger resserrement mais qui obligera seulement les entreprises à mieux calculer en faisant leurs comptes.
        Outre une série de mesures qui vont toucher tous les belges (augmentation de 15 à 20 % du taux de précompte prélevé sur les intérêts des comptes d’épargne par exemple), la note prévoit deux mesures qui sont sensées viser le capital ou les grosses fortunes : des mécanismes de taxation de la spéculation financière et un impôt sur les grosses fortunes.
        Il y a d’abord des mesures contre la spéculation, mais qui risquent d’être facilement contournées. Actuellement, lorsqu’une personne vend des actions et réalise une plus-value, elle ne paie aucun impôt sur les personnes physiques (sauf spéculation, mais c’est très rare qu’on puisse démontrer cette spéculation) ni à l’impôt des sociétés. Désormais, elles seraient donc taxées de 0 %, 25 % ou à 50 % à l’impôt des personnes physiques, selon la durée de détention des titres. En revanche, ces plus-values ne seront toujours pas taxables via l’impôt des sociétés. Ce qui veut dire que les grosses fortunes pourront ainsi échapper à cet impôt : les holdings d’Albert Frère pourraient continuer à « immuniser » leurs plus-values et donc échapper à cette taxe. 
        La note prévoit également une « cotisation temporaire de crise sur le grand patrimoine, c’est-à-dire les patrimoines dépassant 1,25 million d’euros en ne tenant pas compte de la maison d’habitation et du patrimoine affecté à l’activité professionnelle. Le taux de cette cotisation serait de l’ordre de 0,5 % ». Ajoutons que la note prévoit que « le patrimoine affecté à l’activité professionnelle ne serait pas visé (comme l’ISF en France) ». Ce qui veut dire que, si une grosse fortune comme Albert Frère garde une fonction dans ses holdings, il ne sera toujours pas taxé. 
        Faire payer les riches, c’est évidemment une mesure de bon sens vu que ce sont eux seuls qui ont profité de la crise. Mais pour arriver à ce but, il faut des moyens (entre autre un cadastre des fortunes et la levée du secret bancaire) inexistants pour l’instant. Et surtout, il faut s’assurer que ce qui va leur être pris, ils ne le reprennent pas ailleurs au monde du travail. Or c’est ce que l’on peut craindre avec la note Di Rupo.

    Exemple de l’application de la note Di Rupo dans la vie de tous les jours :

    Albert Frère : 0 euro d’impôt sur son holding financier et … 0 euro d’impôt sur sa fortune !

    Albert Frère, troisième fortune de Belgique, a un holding, GBL, qui a réalisé 3,3 milliards de bénéfices en 2009 : 3 milliards de plus-values sur actions et 0,3 milliard issus des dividendes versés par les filiales. GBL a payé zéro euro d’impôt, car tant les plus-values que les dividendes concernés sont immunisés.  Et avec le plan Di Rupo ? Les dividendes qu’une société perçoit de ses filiales sont immunisés si les actions sont détenues deux ans (au lieu d’un an auparavant). C’est le cas ici. 
    Quant aux plus-values, elles restent non taxables pour les sociétés si elles respectent les mêmes conditions que les dividendes immunisés. Conclusion : GBL continuera à payer zéro euro d’impôts. Et Albert Frère ne paiera pas non plus d’impôt personnel sur sa fortune puisque la « cotisation temporaire de crise sur le grand patrimoine » imaginée par Di Rupo ne vise pas le patrimoine affecté à l’activité professionnelle. Or, Frère est président de GBL.

     

     

    11:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    01/09/2011

    a4c1 Les petits cabarets d'Albert 09/09/2011 ...

    Sent: Thursday, September 01, 2011 9:09 PM
    Subject: Les petits cabarets d'Albert 09/09/2011 ...
     

    A TRANSFERER A VOS CONTACTS  MERCI
    GRANDE SOIREE DE RIRE, DE CHANSON,
    DE BONNE HUMEUR ...


    Le 09 septembre, les petits cabarets d'Albert et leurs talentueux invités vous invitent
     

    Heure      vendredi 09 septembre · 20:00 - 23:00


    Lieu         Salle du Café des Sports
                    24, place de la gare -
                    Éghezée, Belgium

    Il est temps de réserver vos places au café des sports - 0475 46 65 35
    N'oubliez pas de préciser le nombre souhaité ;-)
    Car c'est chaque fois complet !!!


    http://www.facebook.com/?ref=home#!/event.php?eid=2278972...


    En savoir plus ...

    OU ??
    Au café des sports, place de la gare 24 à Éghezée
     

    QUOI???
    Le Spectacle le vendredi 09 septenbre à 20h30
    l'entrée est au prix symbolique de 4euros!!!!
    RESERVATION FORTEMENT SOUHAITEE dès maintenant au 0475 46 65 35


    Très Cher Public, Rendez-vous ce VENDREDI 09 septembre 2011
    A 20h30 :
    Il s'agit des petits cabarets d'Albert au café des sports à Eghezée (dans la salle à l'arrière).
    Nous demanderons au public une entrée symbolique de 4euros car vous n'êtes pas sans savoir que nous n'avons pas de subsides ni sponsors (pour l'instant).
    Toutes propositions d'apport de fond est évidemment la bienvenue car nous sommes tous bénévoles, Vous et Nous, l'aide technique également ...

    Sont déjà inscrits aux auditions du jeudi 08 septembre à 18H :
    Bruno Bittoun (Humoriste)
    Fériel Diederen (interprète)
    Jean-mi Wiot (Humoriste)
    Ptiben Everaets (Humoriste)
    Philogène Feraille (Humoriste)
    Jean-paul Namur (compositeur interprète)
    Véronique Laurent (compositeur interprète)
    Pascal Hermans (Humoriste)
    Hugues Draye (compositeur interprète)
    Simon Leclercq (Humoriste)
    Marc Lejeune (Humoriste)
    Philippe Mai (compositeur interprète)
    Cathy Zeroug (compositeur interprète)
    Emmanuelle Buttice (interprète)
    Uyttenhove Anne (interprète)
    Marloye Morgane (interprète)
    Emilie Collard (compositeur interprète)

    En espérant pouvoir vous accueillir nombreux ...
    Au plaisir,

    Albert Roulive
    Humoriste comme ils disent

    21:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

    c1: PTB: BELGIQUE: dans "SOLIDAIRE du 30 août 2011: Note Di Rupo :: Ça va (nous) faire mal

    Note Di Rupo :: Ça va (nous) faire mal

    On a l’impression que même les journalistes habitués au 16 rue de la Loi sont lassés, après la énième tentative de négociations depuis juin 2010. La note Di Rupo est pourtant la base des négociations en cours. Même si cette fameuse note ne fait plus recette dans les médias, il est important de voir ce qui se cache dans ces 113 pages. Car il y a de quoi s’inquiéter. Il suffit de voir les chantiers proposés dans ce texte pour comprendre les réactions virulentes des syndicats. A l’ordre du jour : assainissement des finances publiques, autonomie fiscale et plus grande responsabilité des Régions, réforme de l’État avec transfert de compétences du fédéral vers les entités fédérées, etc. Et surtout, des réformes sociales et économiques qui vont toucher l’ensemble de la population. En langage européen, on dit « austérité » : tous les pays de l’Union sont ou vont être touchés. Et la Belgique n’échappe pas aux fausses solutions à la crise de la Commission européenne. Poussez pas, y en aura pour tout le monde.

    Note salée de Di Rupo :: Assainissement des finances publiques (1)

    Axel Bernard
     

    22 milliards. C’est la somme que le formateur veut trouver. Avec de nouvelles recettes mais aussi en sabrant dans les dépenses publiques. Outre quelques réformes symboliques (réduction de 5% de la rémunération des ministres par exemple), la note commence immédiatement par deux mesures « massue » : le gel pendant deux ans du budget des administrations publiques et réduction de plus de moitié de la norme de croissance du budget des soins de santé (de 4,5% à 2%). Justement les deux points les plus avancés par la FEB (Fédération des entreprises de Belgique) pour « revenir à l’orthodoxie budgétaire ».

    Gel du budget des services publics

    Avec le gel des frais de personnel et de fonctionnement pendant deux ans, le service public devra se serrer la ceinture. Mais aussi « tous les organismes assurant des missions pour le compte de l’État ou de la Sécurité sociale », comme les mutuelles par exemple. Avec l’augmentation normale des traitements et leur indexation, et à moins de se mettre tout le personnel de la fonction publique à dos, les économies ne pourront nécessairement se faire que par un non-remplacement de ceux qui quittent l’administration. Conséquences : détérioration de l’emploi et de la qualité du service offert au public.

    La santé, un luxe ?

    De plus en plus de patients s’endettent pour payer leurs frais médicaux. Ou décident de souscrire une assurance privée par crainte d’avoir des ennuis de santé. En 1997, « seulement » 8 % des Belges devaient reporter des soins par manque d’argent. En 2004, ils étaient 10 % et en 2008, 14 %. 
        Avec le vieillissement de la population, l’importance de la solidarité ne cesse de croître. 10 % de la population, principalement les plus âgés, utilise en effet plus de 75 % du budget des soins de santé. Et les assurances privées ne sont pas intéressées par ces personnes.
        Toutes les études le prouvent : les pauvres sont malades plus vite et plus longtemps. L’augmentation du chômage, les difficultés financières sont donc également des facteurs qui vont augmenter les dépenses en soins de santé, en plus du vieillissement de la population.
        On pourrait dès lors s’attendre d’un futur gouvernement qu’il anticipe cette augmentation des dépenses en maintenant une norme de croissance conséquente du budget accordé aux soins de santé. D’autant que le PS en avait fait un slogan (de campagne ?) : pas touche à la norme de croissance. Le tabou est pourtant tombé. Elio Di Rupo propose de la réduire de 4,5 % à 2 %.

    Exemple de l’application de la note Di Rupo dans la vie de tous les jours :

    Des soins de santé de moins en moins accessibles


    Françoise a 72 ans. L’année passée, elle s’est fracturée la hanche suite à une chute. Elle a du être hospitalisée deux fois. Vu qu’elle n’a pas d’assurance privée, elle a dû débourser deux fois 550 euros en moyenne de ticket modérateur. Elle n’a aujourd’hui plus les moyens de payer une telle somme et devra postposer une 3e hospitalisation nécessaire. En 2008, 14 % de la population belge était dans ce cas. Françoise avait espéré qu’avec les années, la somme à charge du patient allait diminuer. Avec le blocage de la norme de croissance des soins de santé à 2 %, elle ne pourra pas compter sur un allègement de sa facture.

     

    16:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |