13/08/2011

BELGIQUE: nous sommes "informés" et dirigés par une bande de fau x-c... A propos des révoltes et émeutes de Londres...

 
BELGIQUE: nous sommes "informés" et dirigés par une bande de faux-c...
 
 
Ce samedi 13 août 2011, La Nouvelle Gazette de CHARLEROI consacre une double colonne de sa page 17 aux états d’ âme du sieur Didier REYNDERS, ministre Mr (Parti libéral) des finances du gouvernement déchu qui expédie les affaires courantes (la Belgique n’ a toujours pas de gouvernement légalement constitué et résultant des élections législatives de juin 2010, donc depuis 19 mois. Un cas unique au monde!).
 
Cet article nous apprend que le pire moment de la semaine de Didier serait “La violence en Grande-Bretagne”. Il explique: “J’ai bien sûr, vécu ces évènements à distance (comme tout le reste du monde d’ailleurs) et, plus que les faits, c’ est l’ampleur de la violence qui m’a frappé (on ne s’en étonnera pas!). On incendie des commerces, on s’en prend à des gens sans moyens et sans responsabilités dans tout ce qui se passe, des gens qui essaient de faire vivre leur famille (et c’est vrai !)”.
 
Mais ce que le personnage libéral oublie de rappeler évidemment: c’est que les révoltés, les voleurs, les casseurs, les émeutiers, c’est que ces gens vivent dans les quartiers les plus pauvres, les plus misérables, les plus défavorisés, des banlieues des grandes-villes anglaises que le pouvoir ultra-conservateur britannique laisse pour compte généralement sans – travail et sans prise en main sociale, c’ est-à-dire ces quartiers que son copain français Nicolas SARKOSY veut nettoyer au kärcher en guise de solution finale.
 
De tous temps, les riches, les seigneurs, les exploiteurs, ont fait la chasse aux gueux et aux mécréants qu’ils exploitaient et réduisaient en esclaves, sans droit.
 
Un mécréant qui volait une poule et le seigneur lui tranchait la main.
 
Un mécréant qui lui manquait de respect et/ou se révoltait, le seigneur le faisait pendre haut et court.
 
Ce qui a changé aujourd’hui: les mécréants de plus en plus nombreux ne vivent plus dans les campagnes entourant les châteaux des riches seigneurs. Ils vivent dans nos banlieues et doivent continuer à trimer pour gagner leur croûte. Si nos seigneurs leur donnent du travail....
 
Quant au seigneurs d’aujourd’hui, ils se font élire “démocratiquement” pour légitimer leur pouvoir. Leurs châteaux se trouvent à Dubaï et dans d’ autres paradis éloignés, quand ils ne vivent pas à Knokke-le-Zoute. Ils ont eux aussi quitté les campagnes...
 
Pour rappel, en 1886, la Belgique a aussi connu des évènements précurseurs à ceux de nos jours. En Wallonie, Liège et Charleroi, les révoltés, les émeutiers,  de l’époque se sont d’ abord mis en grève et ensuite ont mis à sac et incendié les villas des riches, des patrons: ils n’ avaient pas de travail et crevaient de faim. A ROUX, l’armée mobilisée contre les crève-la-faim a tiré et a fait de nombreuses victimes parmi les gueux et les mécréants. La répression organisée par la suite par le gouvernement catholique fut sans pitié. A ce moment catholiques et libéraux se partageaient successivement le pouvoir depuis 1830. Le mouvement ouvrier allait seulement commence à s’organiser  http://users.skynet.be/roger.romain/rouxfusillades1886.htm .
 
Alfred Defuisseaux a très bien expliqué l’ambiance de l’époque dans “Le Catéchisme du Peuple” http://users.skynet.be/roger.romain/Defuisseaux.html
 
Il faut toujours se rappeler que la révolte des gueux et des esclaves remonte déjà à Spartacus ... et que sans révolte populaire, sans luttes sociales, il n’ y a pas de changement. Et encore: voir la situation d’ aujourd’hui en Tunisie et en Egypte... Le pouvoir des riches et des exploiteurs ne donne rien pour rien
 
RoRo
 
 

21:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.