22/07/2011

Mémoire, à propos des roms ...

BELGIQUE-Courcelles: on le sait certains élus du Mr courcellois (momentanément dans la majorité avec le Ps) n’ aiment pas et font campagne contres les roms.  N’ accueillons pas les gitans, chassons-les, car à COURCELLES nous n’ avons pas les moyens financiers pour les accueillir lors de leur passage. C’est leur slogan démagogique et discriminatoire. L’ actuel ministre des finances du gouvernement des affaires courantes, un certain Reynders est pourtant Mr ...  Mais, il est vrai que les roms de passage n’ont pas le droit de vote à COURCELLES ... A leur intention, et celle d’une partie de la population qui les soutient, je rappelle le texte ci-dessous, car cette question revient assez souvent à Courcelles et environs ...
RoRo
 
Sent:
Subject: [Roma_Francais] Mémoire
 
 

Mémoire

Bertrand Dreyfus-Alain, Gif-sur-Yvette (Essonne)

C'est parce que je suis fils de déportés que je me fais un devoir de témoigner en mémoire des Roms, des communistes et d'un millier d'israélites français, tous décorés de la Légion d'honneur, internés en automne 1941 au camp de Royallieu, près de Compiègne. Je veux donc témoigner aujourd'hui en souvenir de mon père interné dans ce camp et qui en est sorti miraculeusement. C'est grâce à des relations très fraternelles avec les Tziganes que lui et la plupart des internés israélites et communistes ont pu survivre. Hélas, très peu d'entre eux ont eu la grande chance comme mon père d'être libérés. Aussi je le dis très fermement à notre président de la République : "Ne touche pas à mes frères tziganes sinon tu vas déshonorer la France."
 
http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/09/11/l-expulsion-des-roms-et-les-lecteurs-du-monde_1409926_3232.html
 
 
Une histoire ancienne

Patrice Chevy, Garches (Hauts-de-Seine)
En l'an 64, Néron, présumé coupable du grand incendie de Rome, choisit une petite communauté qui dérange et inquiète, les chrétiens, pour les offrir à la vindicte populaire. En 2010, un président français, pyromane malgré lui (des affaires plein les bras, bilan calamiteux de la politique sécuritaire, politique sociale destructrice, une politique du chiffre désastreuse), reprend la même recette. Qui a dit qu'il ne fallait plus enseigner l'histoire ? Pourtant, c'est bien utile...

Avis
Jean-François de Montvalon, Paris

Détestons-nous les uns les autres. Le pouvoir politique malgré son courage, ses compétences et sa détermination, ne parvenant manifestement pas à maîtriser les problèmes touchant à l'économie, à l'emploi, à la sécurité, à l'environnement, à la gestion des flux migratoires... a donc entrepris de rechercher les responsables de cette faillite. Les francs-maçons relèvent de l'archéologie de la haine ordinaire. Les Arabes sont susceptibles : riches, ils risquent de bouder la Côte d'Azur et nos industries de luxe, pauvres de se laisser aller à des accès de violence répréhensibles susceptibles. Donc cibler les Roms n'est pas en soi une si mauvaise idée mais il est à craindre qu'elle ne s'use assez vite et ne permette pas d'atteindre 2012. Aussi, à toutes fins utiles, j'ai entrepris de dresser une liste de commerçants de mon quartier qui, en dépit d'apparences trompeuses, ne sont sans doute pas aussi innocents qu'ils en ont l'air.

Arbitraire
Pierre Saba, Grenoble

En France, conformément à la recommandation du président de la République, le gouvernement procède à ce qu'il qualifie de reconductions volontaires assorties de rétribution financière de groupes de personnes roms vers la Bulgarie et la Roumanie.

Au plan du droit européen, ces expulsions n'empêcheront nullement ces ressortissants européens que sont les Bulgares et les Roumains de revenir ultérieurement et à loisir sur le territoire français. Du point de vue de l'exécutif français ces mesures relèvent par conséquent d'une efficacité politique temporaire. Quant au plan du droit universel, il convient de juger des individus et non des groupes de personnes. Toute mesure judiciaire ou administrative à caractère collectif apparaît comme relevant de l'injustice et de l'arbitraire.

Politique du mépris
Claude Petitbon, Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine)

Dans Le Monde du 19 août, Eric Besson explique que les personnes expulsées de notre pays, membres de l'Union européenne, "pourront revenir en France". L'article précise que, selon la législation européenne, les ressortissants de Roumanie et de Bulgarie peuvent entrer en France sans formalité particulière et y rester durant trois mois sans avoir à justifier d'une activité. Dans ces conditions, à quoi sert de reconduire dans leurs pays d'origine les Roms qui se trouvent en France en situation irrégulière en leur accordant une subvention de 300 euros (+ 100 euros par enfant à charge), au titre d'aide au retour humanitaire (ARH) ? Cela illustre clairement l'absurdité de la politique actuelle de la France de surenchère en matière de sécurité. Nicolas Sarkozy et son gouvernement édictent à l'égard d'une communauté des mesures dispendieuses et inefficaces qui se veulent spectaculaires à des fins électoralistes. Cette stigmatisation systématique des communautés (car les Roms ne sont pas la seule !) résidant sur notre territoire ne peut conduire qu'à l'exaspération des personnes concernées et à des troubles graves. Le mépris du président de la République à l'égard des valeurs de notre pays et des institutions nationales et européennes est inacceptable.

Mémoire
Bertrand Dreyfus-Alain, Gif-sur-Yvette (Essonne)

C'est parce que je suis fils de déportés que je me fais un devoir de témoigner en mémoire des Roms, des communistes et d'un millier d'israélites français, tous décorés de la Légion d'honneur, internés en automne 1941 au camp de Royallieu, près de Compiègne. Je veux donc témoigner aujourd'hui en souvenir de mon père interné dans ce camp et qui en est sorti miraculeusement. C'est grâce à des relations très fraternelles avec les Tziganes que lui et la plupart des internés israélites et communistes ont pu survivre. Hélas, très peu d'entre eux ont eu la grande chance comme mon père d'être libérés. Aussi je le dis très fermement à notre président de la République : "Ne touche pas à mes frères tziganes sinon tu vas déshonorer la France."

Les vertus du bla-bla
Christian de Maussion, Paris

Le ministre de l'intérieur s'interroge sur " l'au-delà du bla-bla". Il songe sans doute au doux sermon du pape invitant à "l'accueil légitime des diversités humaines".Certes, le vicaire de Dieu, fin connaisseur de l'au-delà, ne dispose que du bla-bla pour exercer son magistère. En revanche, l'homme de ministère exhorte - à grand renfort de mots - au passage à l'acte, aux expulsions manu militari. Au-delà du bla-bla commence le règne du cassage de gueule. Avant de cogner comme un sourd, il n'est pas inutile de réfléchir aux vertus du bla-bla.

Liberté de circulation
Jean Haas, Schiltigheim (Bas-Rhin)

Au premier rang des turpitudes justement et unanimement (???) reprochées au système soviétique, figurait l'entrave à la liberté de circulation, l'enfermement des citoyens à l'intérieur des frontières de leur pays. A cette époque, tout individu qui réussissait à passer à l'Ouest était accueilli et même fêté pour avoir choisi la liberté (???).

Il n'aura pas fallu attendre longtemps après la chute du Rideau de fer pour que la liberté de circulation nouvellement acquise devienne un problème. On peut légitimement en déduire que certains hommes politiques, toujours prêts à brandir le"bon sens" qui leur tient lieu de pensée, ignorent qu'il ne suffit pas de sortir d'un pays pour voyager librement : encore faut-il pouvoir entrer dans un autre !

Le rôle de la Roumanie
Sylvio Le Blanc, Montréal (Québec)

La Roumanie me fait sourire. Elle met la France en garde contre la stigmatisation des Roms et les expulsions collectives, mais ce qui la contrarie, en vérité, c'est que les Roms reviennent au pays grossir le camp des sans-emploi et des sans-logis. Si elle traitait mieux elle-même sa minorité ethnique, celle-ci ne chercherait pas un "ailleurs meilleur". Cela dit, les pays riches, comme la France et l'Allemagne, auraient peut-être intérêt à aider leurs partenaires plus pauvres, comme la Roumanie et la Bulgarie, à justement mieux intégrer leurs minorités ethniques. Si le problème était réglé à la source, "les gens du voyage" grommelleraient et voyageraient beaucoup moins.

En souvenir de Django
Pierre Kamlo Barré, Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis)

Ce qui m'ennuie le plus dans cette stigmatisation des gens du voyage, c'est la série d'"oublis" historiques qui l'accompagnent, comme la déportation de nombreuses familles manouches dans les camps d'internement français tels que celui de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire). On oublie aussi que nombreux sont les Tziganes, Gitans ou Manouches (Tziganes ou Roms étant la dénomination première de cette communauté) à s'être battus au cours des guerres du XXesiècle.

En outre, en cette année où l'on célèbre les 100 ans de la naissance de Django Reinhardt, il serait bon de se rappeler que ce génial Manouche français fut le premier jazzman européen à se rendre aux Etats-Unis à l'invitation de Duke Ellington. Il fait aujourd'hui partie intégrante de la culture française avec un grand C. Aussi, de grâce, n'oublions pas que toute communauté est porteuse d'histoire, de culture, de richesses infinies, et non pas seulement génératrice de délinquance et troubles divers, comme certains propos pourraient le laisser croire.

Politique irréaliste
Michel Crubellier, Cysoing (Nord)

A propos des Roms, il n'y a pas de discours plus coupé de la réalité et plus dépourvu d'avenir que celui de ceux qui disent qu'il " n'y a qu'à" appliquer les règles de l'Etat de droit, démanteler les camps et expulser leurs habitants hors de France. Que la Bulgarie, la Roumanie et l'Europe " n'ont qu'à" se charger du problème de leur intégration dans leurs pays d'origine. La France et les autres pays d'Europe occidentale doivent s'attendre à connaître une longue période pendant laquelle les Roms résideront de façon plus ou moins permanente dans ces pays. Il faut s'ypréparer par des mesures positives dont la plus urgente est la mise en place, en nombre suffisant, d'aires de stationnement dotées d'infrastructures décentes, en attendant de réfléchir à des solutions institutionnelles et économiques qui permettront de gérer un peu mieux le difficile problème des relations entre sédentaires et nomades - un problème multiséculaire qui n'a nulle part été résolu de façon satisfaisante et qui en France ne concerne pas uniquement les Roms roumains et bulgares. Naturellement, on peut toujours multiplier les expulsions et aligner les chiffres en prenant des poses avantageuses. Mais cette politique de persécutions, bornée et mesquine, ne fera que retarder la prise en compte des vrais problèmes. Il n'est pas nécessaire d'être un ange pour comprendre cela. Il suffit d'être réaliste.

Article paru dans l'édition du 12.09.10

__._,_.___
 
.

__,_._,___

12:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.