24/05/2011

COURCELLES: état des avaloirs, avenue de Wallonie

 
 
Suite a été donnée dès ce lundi-matin, 23 mai 2011, vers 10,30 heures.
Merci aux autorités et responsables communaux !
Bien à vous !
RoRo
 
 
 
Sent: Sunday, May 22, 2011 8:53 PM
Subject: COURCELLES: état des avaloirs, avenue de Wallonie
 
Roger ROMAIN
a/conseiller communal                                                                                                              Dimanche, 22 mai 2011
militant du Ptb
avenue de Wallonie 127
6180 COURCELLES
 
   
                                                                                                                                                    Monsieur le Bourgmestre,
                                                                                                                                                    Monsieur l’ Echevins des Travaux,
                                                                                                                                                    Monsieur le Directeur des Travaux
                                                                                                                                                    Hôtel de Ville
                                                                                                                                                   6180 COURCELLES
 
 
 
 
Messieurs,
 
Je me permets d’ attirer votre attention sur le fait que certains de mes voisins et riverains de l’ avenue de Wallonie s’inquiètent de l’ état des avaloirs.
 
Certains de ceux-ci sont complètement bouchés sans doute depuis des mois, voire plusieurs années, et semblent certainement avoir échappé à la vigilance de vos services lors du dernier curage.
 
C’est notamment le cas de ceux situés en face des numéros 92, 102, 118 et 135 de la rue.
 
Nous entrerons bientôt dans la période des averses, des orages, parfois violents, et il ne fait pas de doute qu’ils ne sont pas en état de jouer leur rôle.
 
J’insiste pour que vous mettiez cette situation à votre agenda pour les prochains jours et vous demande de me tenir informé de la suite que vous voudrez bien réserver à la présente démarche.
 
Je vous en remercie d’ avance et vous prie d’ agréer, Messieurs, mes sincères salutations.
 
 
 
                                                                                                                                                                                Roger ROMAIN
                                                                                                                                                                                ancien conseiller.
 
 
 

22:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

DSK Dernier jour en prison: "service de chambre !"

 
 
 
 
From: Democrite
Sent: Tuesday, May 24, 2011 9:09 PM
To: 
Subject: DSK Dernier jour en prison
 

21:50 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

16/05/2011

Dans "SOLIDAIRE", hebdomadaire du Parti du Travail de Belgique ( Ptb), paraissant tous les jeudis : Grandes sociétés ou salariés : qui s’en sort le mieux en 2010 ?

 
Dans SOLIDAIRE:

Bpost :: Pourquoi votre facteur fait grève

Grandes sociétés ou salariés : qui s’en sort le mieux en 2010 ?

En 2010, les sociétés du Bel20 (les stars de la Bourse de Bruxelles) ont réalisé un bénéfice total de 17 milliards d’euros. C’est 4,7 milliards de plus qu’en 2009, ce qui fait une augmentation de 37 %.

Marco Van Hees
patron
 

Si l’on regarde plus en détail, on constate que douze des vingt sociétés ont vu leur résultat augmenter, pour un total de 6,3 milliards. Tandis que 8 sociétés affichent un bénéfice en baisse pour 1,6 milliard. Notons que contrairement à 2009, où deux sociétés étaient en perte – KBC et Befimmo – aucun membre du Bel20 n’est dans le rouge en 2010.

Bref, malgré la crise, tout baigne pour les grandes sociétés. Les travailleurs peuvent-ils en dire autant, sachant que le projet d’accord interprofessionnel 2011-2012 (refusé par les syndicats) propose une augmentation de salaire, hors index, de 0,3 % sur deux ans…

AB Inbev : + 1 %

Certes, le n° 1 mondial de la bière n’a vu son bénéfice croître que 1,15 %. Mais quel bénéfice : plus de trois milliards d’euros. Pas étonnant si les actionnaires historiques sont les familles les plus riches de Belgique.

Stéphane : - 40 %

Stéphane, ancien ouvrier brasseur chez Inbev est aujourd’hui chômeur. Du coup, ses revenus ont baissé de 40 %. Car malgré ses énormes bénéfices, le groupe a réduit les effectifs de 6 % en Belgique.

AvH : + 36 %

Ackermans & van Haaren est un holding anversois détenant des participations dans de nombreux secteurs : banques, immobiliers, médias, énergie, etc.  Il possède notamment 20 % du groupe Corelio, qui édite De Standaard, Het Nieuwsblad, Het Volk ou Vers l'Avenir.

Sarah :  + 0,1 %

Sarah est pigiste pour les journaux du groupe Corelio. Ce qui signifie qu’elle ne touche pas un salaire fixe, mais est rémunérée au nombre de caractères publiés. Résultat : elle n’avait pas grand-chose en 2009 et n’a pas vraiment plus en 2010.

Bekaert : + 132 %

Bekaert est une multinationale belge spécialisée dans la transformation des métaux. Son bénéfice est passé de 152 millions d’euros en 2009 à 353 millions en 2010, soit une hausse de 132 %. En 2010, le cours de l’action Bekaert a bondi de 138 %.

Victor :  + 0,9 %

Selon la dernière publication du SPF Economie, les salaires horaires bruts dans l’industrie pour les ouvriers masculins ayant 21 ans accomplis ont augmenté de 0,9 % entre octobre 2009 et octobre 2010.

Cofinimmo : + 127 %

Cofinimmo est une sicafi : une société immobilière cotée en Bourse et exonérée de l’impôt des sociétés si elle redistribue 80 % de ses bénéfices. Elle détient plus d’un million de m² d’immeubles de bureaux ou de maisons de retraite.

Irène :  + 2,5 %

Irène est employée chez Confinimmo. Son salaire a augmenté de 2,5 % en 2010. Ou de 0,3 % si l’on retire l’inflation. L’année passée, elle a perdu son appartement et le loyer de son nouveau logement est 30 % plus élevé.

Umicore : + 224 %

L’ancienne Union minière doit connaître le secret pour transformer le plomb en or, puisque son bénéfice est passé de 74 à 240 millions d’euros.

Ivan :  - 4 %

Selon le dernier bilan social d’Umicore, la masse salariale par équivalent temps plein a diminué de 4 %.

Bénéfices des sociétés du Bel20

 

Bel 20   

2009   

2010   

Evolution 

AB Inbev

3.215.000.000 €

3.252.000.000 €

+1%

Ackermans & Van Haaren     

118.000.000 €

160.000.000 €

+ 36%

Ageas

1.192.000.000 €

715.000.000 €

- 40%

Befimmo    

-34.000.000 €  

49.000.000 € 

-

Bekaert

152.000.000 €   

353.000.000 €  

132%

Belgacom 

904.000.000 €      

1.206.000.000 €   

+ 33%

CNP

297.000.000 €

267.000.000 €

- 10%

Cofinimmo

33.000.000 € 

75.000.000 €

+ 127%

Colruyt

330.000.000 €

352.000.000 €

+ 7%

Delhaize

514.000.000 €

543.000.000 €

+ 6%

Dexia          

1.010.000.000 €

811.000.000 €

- 20%

GBL

1.058.000.000 €

633.000.000 €

- 40%

GDF Suez

4.477.000.000 €

4.478.000.000 €

0%

KBC      

-2.466.000.000 €

1.606.000.000 €

Mobistar

260.000.000 €

256.000.000 €

- 2%

Omega Pharma

77.000.000 €

68.000.000 €

- 12%

Solvay

516.000.000 €

1.794.000.000 €

+ 248%

Telenet

233.000.000 €

82.000.000 €

-65%

UCB               

513.000.000 €

201.000.000 €

- 61%

Umicore

74.000.000 €

240.000.000 €

+ 224%

TOTAL

12.473.000.000 €

17.141.000.000 €

+ 37% 

 

18:26 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

10/05/2011

BELGIQUE: Quand la victime se mue en accusée...

 
La répression contre les militants de gauche partout dans l’ EURO-DICTATURE capitaliste.
RoRo
 
Sent: Tuesday, May 10, 2011 1:59 PM
To:
Subject: Quand la victime se mue en accusée...

Je vous avais parlé de l’incident qui m’était arrivé en octobre dernier au marché de Châtelineau, en marge d’un stand de la Plate-forme Charleroi-Palestine. J’avais été arrêtée et détenue arbitrairement lors d’une grande opération policière, uniquement pour avoir posé une question à un policier et avoir pris deux photos de personnes d'origine étrangère, en état d’arrestation. J’avais été fouillée (on m’a obligé d’enlever tous mes vêtements et je me suis retrouvée en soutien-gorge et petite culotte face à deux policières) et on m’a enfermée dans un cachot froid, sans lumière du jour, à moitié habillée seulement. Suite à des pressions (deux avocats ont téléphoné au commissariat et un camarade est venu voir le commissaire), j’ai été libérée après trois heures de détention. Mon avocat Frédéric Ureel a déposé plainte auprès du parquet du procureur du roi. Très rapidement, la plainte a été classée. Mais, surprise : voilà que la police m’attaque pour « outrages aux policiers ». Victime, voilà que je me retrouve au banc des accusés pour des propos que je n’ai jamais tenus. Cela se passe le lundi 30 mai à 14 h, au Palais de justice de Charleroi, tribunal correctionnel, 20e chambre. Bien sûr, vous êtes tous les bienvenus ! Et n'hésitez pas à faire circuler ce message...

Ci-dessous : un reportage de la télévision régionale Télésambre :


Bien à vous,

Myriam
----- Original Message -----
Sent: Monday, October 18, 2010 11:03 PM
Subject: BELGIQUE: Arrestation et détention arbitraire dans le cadre d'une vaste opération policière au marché de Châtelineau
Nos droits "démocratiques" ??? Ce n' est pas à CUBA, c' est en BELGIQUE, à Châtelineau ...
RoRo
Sent: Monday, October 18, 2010 10:55 AM
Subject: Arrestation et détention arbitraire dans le cadre d'une vaste opération policière au marché de Châtelineau

Samedi 16 octobre. Nous nous trouvons avec quelques membres de la Plate-forme Charleroi-Palestine avec un stand au marché de Châtelineau. Tout se passe bien, nous avons de multiples discussions avec les gens, très réceptifs à nos arguments sur le boycott des produits israéliens.

Vers midi, un hélicoptère tourne sans arrêt au-dessus de la place. Nous nous demandons ce qui se passe. Un peu plus tard, une camionnette de la police se fraie un chemin le long du marché, passant à proximité de notre stand.

Puis un ami de la Plate-forme vient nous dire : « Ils sont en train d'arrêter plein de sans-papiers, là-bas. » Cela se passe dans une rue donnant sur le marché, tout près de notre emplacement.

Je décide d'aller voir. Là, derrière une camionnette de police, je vois quatre ou cinq personnes alignées contre une grille, les mains menottées dans le dos. Je m'en vais un peu plus loin, puis je reviens sur mes pas et je prends deux photos. Un policier me dit, calmement, que je dois laisser la police faire son travail et que je ne peux pas prendre de photos. Je demande pourquoi on arrête tous ces gens. Il me répond qu'ils vendent des produits de contrefaçon.

Je m'éloigne, je retourne au stand, la rage au coeur. Pourquoi s’en prend-on aux petits vendeurs, souvent des sans-papiers n'ayant pas la possibilité de faire un autre boulot, alors que ce ne sont pas eux qui font écouler la marchandise sur le marché.

On discute un peu au stand, et voilà qu'un commissaire de la police s'amène.

« Vous pouvez venir une minute avec moi ? » Je le suis, un membre de la Plate-forme le suit aussi. Le commissaire me dit : « Vous avez posé une question au policier. Vous n'avez pas le droit de poser des questions. » « Vous avez pris des photos aussi. On va vous entendre au commissariat. » Il appelle son « team d'arrestation ». Trois ou quatre policiers en civil s'amènent très rapidement. Ils me prennent de force, me soulèvent des deux côtés à la fois.

On me pousse dans la camionnette, on me prend mon GSM, mon appareil photo et on met tout cela dans un sac en plastic. Dans la camionnette, il y a trois personnes arrêtées, menottées. J'apprends que deux d'entre elles n'ont pas de papiers de séjour, le troisième n'a pas de permis de travail.

J'entends par la radio de la camionnette que l'opération d'arrestation se poursuit. Des policiers en civil passent régulièrement près de la camionnette.Mon GSM sonne tout le temps. Je demande de pouvoir répondre. « Vous n'en avez pas le droit, vous êtes en détention administrative. »On ne part toujours pas. En fait, le chauffeur attend du renfort...

Une des personnes arrêtées supplie : « S'il vous plaît, éloignez-nous d’ici : les gens du marché vont nous prendre pour des criminels... » Le policier du marché propose d'accompagner la camionnette pour qu'enfin celle-ci puisse partir.

Nous arrivons au commissariat de Châtelet. On nous amène dans un couloir. À gauche, il y a le bureau d'« accueil ». À droite, des cellules où des jeunes d'origine étrangère se trouvent par deux, les mains liées, derrière les barreaux. Il y a un va-et-vient impressionnant, dans ce couloir. De nouveaux « arrivages » de personnes arrêtées, de policiers en civil.

Un policier particulièrement excité et très autoritaire (et je reste polie) donne les ordres et décide qui va où.

Je suis « appelée » dans ce bureau. Le policier hyper-excité se met à m'aboyer dessus. Je lui réponds que je ne suis pas son chien. Vu que mon comportement n'est pas assez collaborant, il m'accuse de « trouble de l'ordre public », « rébellion », « outrage à policiers en fonction ». « Maintenant vous avez deux dossier judicaires et vous êtes en détention judiciaire." Le lendemain, un avocat me dira qu'ils m'ont dit n'importe quoi. Je ne pouvais pas être en arrestation judiciaire, parce que je n'avais pas vu un juge d'instruction.

Je dois enlever mon bonnet, mon manteau, mes châles, mes sacs... Le policier donne l’ordre à une collègue de me fouiller et envoie une deuxième policière pour l’accompagner car « elle (moi, en fait) se rebelle ».

Je laisse faire la fouille. (Je dois enlever les chaussures, les chaussettes, le jeans, le T-shirt, le pull. Me mettre de face, me mettre de dos. Soulever le soutien-gorge). Après, je dis aux policières qu'il n'est pas normal qu'on me traite ainsi, uniquement parce que je pose une question et que je prends des photos.

On m'amène dans un bureau pour que je fasse une déclaration. Je le refuse. C'est mon droit. Les policiers à qui j’ai affaire ne sont pas contraires. Je dis que je voudrais déposer plainte. Ils me disent que j'ai le droit de déposer plainte au comité P.

De retour à « l'accueil », le policier hyper-excité ordonne qu'on m'emmène dans une cellule en bas. Je vois de nouveaux visages de personnes arrêtées derrière les barreaux. Il y a de nouveau plein de monde dans le couloir.

On m'emmène dans les caves. Je dois enlever mes chaussures, on me fait entrer dans une cellule, je dois enlever mon soutien-gorge. Le froid me tombe dessus. Je demande d'avoir ma veste. « Vous n'avez pas le droit, il y a une couverture. »

Cette cellule ressemble plus à un cachot qu'à autre chose. Il n'y a pas de lumière de jour, elle est à demi éclairée par un spot placé au-dessus de la porte d'acier. Un banc, une toilette. 2 m sur 2 m 30. Il y fait très froid. Je ne peux pas mettre les pieds à terre car le carrelage est très froid lui aussi. Je mets la couverture autour de moi, des épaules jusqu'aux pieds et j'attends sur le banc.

A un certain moment, j'entends qu'un policier vient dans le couloir. Je tape avec mon coude contre la porte d'acier : « Je veux téléphoner à mon mari et à un avocat. » « Vous n'avez pas le droit, vous êtes en détention judiciaire. » Encore un qui dit n'importe quoi.

Je reste au moins deux heures dans cette cellule froide. Heureusement, en élevant la voix, je peux échanger quelques mots avec la personne qui se trouve à côté. J'apprends que c'est la personne qui était assise avec moi dans la camionnette. « Madame, vous êtes là ? »... « Oui. »... « Putain !... ».

Je lui demande s'il ne craint pas d'être expulsé. Il me dit que, la fois précédente, on l'a relâché après quelques heures. J'espère pour lui que ce sera pareil maintenant. « Patience, Madame, quelques heures... »

A nouveau, des pas dans le couloir. Le commissaire qui a ordonné la détention administrative ouvre la porte, accompagné de deux autres policiers. Il me dit que je peux sortir. Je récupère mes affaires à « l'accueil ».

Mais je suis encore amenée dans un autre bureau. Avec le commissaire, encore les deux mêmes policiers qui sont venus jusqu'à la cellule, et un nouveau, en civil.

Le commissaire précise qu'il m'a mise en détention administrative, mais que cela n'a rien à voir avec mes activités sur le marché. « Je ne vous ai pas non plus parlé de photos. » Ce qui est manifestement faux. « Il y a trois dossiers contre vous : celui du marché, rébellion, trouble de l'ordre public. »

Le « civil » dit que son rôle est de protéger les policiers en fonction. Il me demande de voir les photos pour constater s'il y a des policiers reconnaissables. Apparemment, il faut protéger les indics.

Il montre une photo que j'ai prise du stand de la Plate-forme. « Vous vendiez des objets à votre échoppe ? » Je lui réponds que je n'ai rien à dire là-dessus. « Moi, je suis passé à 8 h 35, vous vendiez de la marchandise. » « Alors cela, c'est votre quatrième dossier. » Je lui ai répondu que c'est un grossier mensonge. En réalité, nous étions sur place à 10 h 30. Il me rend l'appareil.

Les photos des arrestations ne sont pas enlevées. Il faut dire qu'elles n'étaient pas très réussies non plus.

Je m'adresse au commissaire. « Je voudrais connaître votre identité. Je vais déposer plainte contre vous. » Réponse : « Votre avocat n'a qu'à faire son travail. »

Je suis reconduite à la sortie. Il est 16 h 50. J'ai été arrêtée pendant 3 h 30.Je demande qu'on me reconduise à Châtelineau, ma voiture se trouve trois ou quatre kilomètres plus loin. Cela, c'est rêver, évidemment.

Ce n'est qu'une fois chez moi, que j'apprends que des amis ont averti un avocat, lequel a téléphoné au commissariat, et qu'un camarade est venu voir le commissaire pour connaître la raison de ma détention. Ce sont probablement ces interventions qui ont fait que j’ai été libérée plus tôt.

Tout au long de mon « séjour », j'ai pu constater que certains policiers, en particulier ceux qui sont responsables du marché, semblaient plus qu'embarrassés et n’étaient visiblement pas d'accord avec les méthodes utilisées.

J'estime que ces faits, me concernant, sont très graves, c’est une réelle atteinte aux droits démocratiques (au même moment se déroulait une manifestation à Bruxelles sur le même sujet) et je ne resterai pas les bras croisés.

Mais évidemment les personnes arrêtées et qui sont d'origine étrangères ont subi un sort bien plus dur que moi.

Je n'ai pas été menottée (alors qu'on m'a dit que c'était la procédure). Je n'ai pas dû m'inquiéter si j'allais être amenée dans un centre fermé et expulsée du pays. J'ai encore pu répliquer aux aboiements de certains policiers, sans qu'on me frappe. D'ailleurs, un policier m'a dit : « Vous avez vu qu'on a mis des gants, lorsqu'on vous a amenée à la camionette. « Je n'allais pas vous frapper, vous avez l'âge de ma mère. »

Il a oublié de dire aussi que je suis « blanche » et que j'ai la nationalité belge.

Myriam De Ly
--

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour soutenir l'action de la Plate-forme Charleroi-Palestine,
versez au compte 751 – 2043879 - 32
Sur le site www.pourlapalestine.be, des infos, des analyses, des vidéos... chaque jour !
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

20:40 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

BELGIQUE: Charleroi: à La Braise: conférence-débat: La Belgique, un paradis fiscal ?

 
 
 
Sent: Tuesday, May 10, 2011 3:11 PM
To:
Subject: conférence-débat
 
 

La Braise Culture asbl

 

Mercredi 25 mai

 

  à 19 h 30

 

 

La Belgique, un paradis fiscal ?

 

avec Marco Van Hees

spécialiste des problèmes fiscaux du journal Solidaire

auteur de « Banques qui pleurent, banques qui pillent »

« Didier Reynders, l’homme qui souffle à l’oreille des riches »

et

Gianni Infanti

économiste,

conseiller au service d’étude de la FGTB wallonne

 

Nouvelle révélation dans Solidaire : l’analyse de plus de 400 sociétés montrent que leurs bénéfices ont très fortement augmentés. Mais les cadeaux fiscaux (intérêts notionnels et autres déductions fiscales) ont fait passer le taux d’imposition de 26 à 5 %.

Ces mesures auraient permis de créer des emplois. Mais en réalité, pour les 467 entreprises, le calcul a été fait : une progression d’à peine 1,6 %.

 

La FGTB wallonne, de son côté, se prononce également pour la suppression

des intérêts notionnels.

Ce qui permettrait de financer ses revendications au niveau de la Région wallonne, en appui à la campagne de dénonciation et de sensibilisation :

 « Le capitalisme nuit gravement à la santé »

 

Tous deux sont intervenus à l’émission de la RTBF « Questions à la une ».

 

 

 

Salle La Braise, 21, rue Zénobe Gramme Charleroi

 

Paf : 2,50 € (chômeurs, pensionnés, étudiants, etc. : 1,50 €)

 

 

 

Ed. resp. : Marc van Campen, rue Zénobe Gramme, 21, 6000 Charleroi

18:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

09/05/2011

Magnifique reportage de Nordine au Steenrock

Magnifique reportage de Nordine au Steenrock: Steennokkerzeel: Faites de la musique, pas des centres fermés !
 
 
Sent: Monday, May 09, 2011 1:04 PM
To:
Subject: Magnifique reportage de Nordine au Steenrock
Merci mon frère, ton reportage est absolument magnifique, émouvant, je suis fière d'être ta camarade et de lutter avec toi!"Il faut s'endurcir, sans jamais se départir de sa tendresse." (Che Guevara) Ca me rassure de savoir qu'il a dit ça...


http://www.youtube.com/watch?v=5umDeRz0wZ4

22:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

08/05/2011

BELGIQUE: à La Braise: conférence-débat: « Retour du Venezuela »

----- Original Message -----
To:
Sent: Sunday, May 01, 2011 4:38 PM
Subject: conférence-débat

La Braise culture asbl

Mardi 10 mai

à 19 h 30

« Retour du Venezuela »

Avec Sofie Merckx

Médecin de Médecine pour le peuple

(Maison médicale de Marcinelle)

Sofie Merckx s’est rendue au Venezuela pendant plus de deux semaines au Venezuela, accompagnée de 10 travailleurs de la santé appartenant à l’ensemble des maisons médicales créées par MPLP.

Le but était évidemment d’étudier le niveau des soins de santé et également le projet « Barrio adentro » , mis en place par des médecins cubains pour donner des soins gratuits dans les quartiers les plus pauvres.

Mais elle abordera surtout le nouveau système politique, la Révolution bolivarienne, dont la découverte permet de se faire une idée de comment un peuple et ses dirigeants construisent une nouvelle société.

Le tout illustré à l’aide d’un power point.

La Braise, rue Zénobe Gramme 21 Charleroi

P.A.F.: 2,50 (chômeurs, étudiants, etc. 1,50 )

Ed. resp. : Marc van Campen, rue Zénobe 21 6000 Charleroi



 

21:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

06/05/2011

Euro: réponse du PRCF à Wurtz

From: Democrite
Sent: Friday, May 06, 2011 4:42 PM
To:
Subject: TR: Euro: réponse du PRCF à Wurtz

De : Jany SANFELIEU [mailto:jany.sanfelieu@wanadoo.fr]
Envoyé : vendredi 6 mai 2011 13:03
À :
Objet : Euro: réponse du PRCF à Wurtz

Chers camarades du PRCF,

avec quelques jours de retard, je vous envoie (ci-dessous et en PJ) une PP que je vous remercie de lire et de diffuser (si ce n'est déjà fait...).

Amitiés fraterenelles à tous, Jany Sanfelieu

Reniant le combat de Duclos et de Marchais, le PC-PGE tombe le masque :

Wurtz prend fait et cause pour l’euro, cette arme de destruction massive des acquis, de l’emploi et de l’indépendance nationale !

En 1992, le PCF a mené un juste combat, suivi par des millions d’ouvriers et d’employés (49% de « non » officiellement !) contre le traité de Maastricht qui instituait la supranationalité, interdisait de fait le socialisme (« économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée ») et prévoyait la mise en place d’une monnaie unique extrêmement dangereuse pour le progrès social et pour la souveraineté des peuples.

Et le PCF de l’époque a eu raison : à l’expérience, l’euro s’est révélé synonyme d’envol des prix, de recul des salaires, des acquis sociaux, des services publics et du « produire en France » (l’euro fort plombe nos exportations), de destruction de notre souveraineté budgétaire. Au nom du plan « euro + », la Grèce, le Portugal et l’Espagne sont traités de « pigs » et A. Merkel a obtenu le droit, par Banque européenne interposée, de valider les budgets nationaux avant que les parlements nationaux n’en aient discuté ; au nom de la sauvegarde de l’euro, la constitution française pourrait prochainement interdire que le budget d’un pays puisse comporter un déficit : si cela avait été le cas en mai 68, un tel dispositif eût par ex. rendu inconstitutionnelle l’augmentation importante des salaires qui résultat de la plus grande grève de l’histoire !

Eh bien Wurtz, l’homme qui pour être élu sans discontinuer au « parlement » européen a suscité en 92 le « tournant euroconstructif du PCF » monte au créneau dans un article-fleuve de l’Huma-Dimanche où il répond « à un lecteur » (en réalité, à des milliers de communistes qui supportent de moins en moins l’UE et l’euro !). Wurtz ne sort pas de sa tour d’ivoire européenne pour défendre les retraites ou la Sécu, qui y passeront entièrement, si l’euro est maintenu ; il ne s’agite pas pour combattre les lois anticommunistes qui pleuvent sur les pays de l’est annexés à l’UE avec l’accord du PCF. Non, Wurtz défend la « monnaie unique ». Dame, s’opposer à l’euro désormais, ce serait fâcher Mélenchon, le PS, et surtout, le « Parti de la Gauche Européenne » dont le secrétaire national du PCF, le sieur Pierre Laurent, est devenu le président en titre ! Ce PGE que le PC de Grèce, fer de lance de la résistance communiste en Europe, dénonce pour ses dérives anticommunistes !

En fait, le seul argument réellement politique de Wurtz et Cie, est que refuser l’euro serait se jeter dans les bras de Marine Le Pen et alimenter le « populisme » et le « repli national ».

C’est strictement l’inverse qui est vrai : ce sont les dirigeants euroconstructifs du PCF qui jettent des millions d’ouvriers dans les bras des fascistes en reniant la tradition patriotique du grand PCF qui, depuis le Front populaire, a toujours associé le combat anticapitaliste à la défense de la nation, le drapeau tricolore au drapeau rouge frappé des « outils ». C’est d’ailleurs quand il a su associer le drapeau tricolore au drapeau rouge que le PCF est devenu le premier parti de France et que la classe ouvrière est devenue une très grande force politique dans la nation : à preuve les grands acquis de 1945 attachés aux noms de ces internationalistes et patriotes qu’étaient Thorez, Duclos, Croizat, Paul, Manouchian, Danielle Casanova, etc. Et c’est depuis que le PCF a abandonné les « outils » ouvrier et paysan, depuis qu’il a répudié le noble titre de « parti de la classe ouvrière » et qu’il a adopté le drapeau bleu de l’Empire européen en construction, qu’il recule dans la classe ouvrière pendant que le FN monte en puissance dans le pays !

Dire que sortir de l’euro ruinerait la France est un mensonge. C’est au contraire s’il reste dans l’euro, dans l’UE du capital, que notre pays mourra, que sa production industrielle, son agriculture paysanne, sa pêche, ses services publics, sa laïcité, ses libertés communales, et jusqu’à sa langue sacrifiée au « tout-anglais » patronal, « plongeront » en entraînant la population travailleuse de France, française et immigrée, dans le gouffre de la précarité. C’est « pour sauver l’euro » que notre classe ouvrière est massivement précarisée, que notre jeunesse est déclassée, que les travailleurs du service public vivent un véritable cauchemar depuis l’adoption de Maastricht ! C’est pour ne pas y rester que la France et sa classe ouvrière doivent sortir de l’UE supranationale et son arme de destruction massive : l’ « euro fort », aligné sur le deutsche-mark !

Car il est parfaitement possible de sortir de l’euro, ce maillon faible de la construction européenne, et tant mieux si cela nous aide à faire sauter l’euro-dictature qui broie la France et tous les pays d’Europe. De plus en plus de mouvements progressistes, Arc Républicain de Progrès, M’PEP, POI sont d’accord, sous des modalités diverses qui doivent être débattues, pour sortir de l’euro, voire pour sortir de l’UE comme le réclame le PRCF depuis des années, avec un nombre grandissant d’organisations communistes intérieures et extérieures au PCF.

L’argument de l’augmentation de la dette française qui résulterait d’une sortie de l’euro est significatif du ralliement de la fausse gauche et des pseudo-communistes au système capitaliste. Comme si un véritable gouvernement progressiste abolissant l’euro devait avoir pour priorité de rembourser les financiers et les banquiers, -que les Etats, donc les contribuables, ont sauvés de la faillite en 2008-, et non de satisfaire les besoins de la population qui élit et paye les hommes politiques, eurodéputés du PS, du PG et du PCF inclus. Le peuple islandais, qui n’a pas pour le conseiller de brillants « marxistes » comme le distingué eurodéputé Francis Wurtz, a trouvé une réponse qui est appelée à faire école à l’échelle planétaire : il a dit aux financiers internationaux et islandais qui voulaient l’étrangler et le mettre sous tutelle : « allez vous faire voir, je nationalise les banques et je ne reconnais pas la dette des capitalistes ». Ce qui fait sans doute frissonner F. Wurtz !

C’est aussi pour combattre le FN qui dévoie le refus populaire de l’UE vers le piège mortel du racisme que le PRCF appelle à signer une pétition pour la sortie de l’euro, accompagnée d’un tract dénonçant la construction européenne de A à Z. Abandonner la lutte anti-euro aux fachos, c’est leur ouvrir un boulevard vers l’Elysée, d’autant plus que le FN n’est pas réellement pour l’indépendance nationale (il a voté l’Acte unique européen en 86), la défense de la nation lui sert de prétexte pour liquider le mouvement ouvrier.

Les internationalistes que nous sommes ne veulent pas isoler la France, mais mettre en place de nouveaux traités internationaux non-limités à l’Europe et analogues à l’ALBA latino-américaine ; dans ce traité d’un type nouveau, les peuples d’Amérique latine opposés à l’Oncle Sam (Cuba, Venezuela, Bolivie…) échangent entre eux d’Etat à Etat tout en respectant la souveraineté de chacun et les acquis populaires, et en contournant la tutelle du dollar.

Il est vrai que s’engager dans cette voie, celle de la rupture progressiste avec l’UE du capital, ce serait renouer avec une démarche révolutionnaire, remettre la classe ouvrière au centre de la nation, impulser comme jamais l’Europe des luttes, revenir au combat de classe pour le socialisme, bref, tout ce que refuse désormais Wurtz, inspirateur de la funeste « mutation » du PCF et relais idéologique décomplexé de la social-eurocratie.

Les ouvriers, les paysans, les artisans, les fonctionnaires, les marins-pêcheurs, qui sont de plus en plus spoliés et appauvris par cette monnaie unique, pourront toujours se consoler : Wurtz se verra sûrement proposer une place à la mesure de ses mérites « européens » si Hollande ou DSK accède à l’Elysée pour installer « l’eurogouvernance » destinée à renflouer l’euro en perdition…

Voilà à quelle énorme trahison de classe l’ « eurocommunisme » des années 70/90 aboutit aujourd’hui : 100% de reniement du communisme, 100% de ralliement à l’Empire européen du capital, 100% de trahison de la classe ouvrière, censée accepter la casse complète des salaires et des acquis pour « sauver l’euro » !

Et tout cela, bien entendu, au nom de l’introuvable « Europe sociale » chère à DSK, à Aubry, à Mélenchon, à P. Laurent et à Wurtz. Plus que jamais, combattons le mensonge social-impérialiste de l’ « Europe sociale » dont le seul but est d’enchaîner les ouvriers à la maudite « construction européenne » du capital, tout en les faisant rêver d’un avenir radieux toujours repoussé aux calendes !

Alors plus que jamais, à bas l’euro et l’UE, non au « Parti de la Gauche Européenne », vive l’indépendance nationale, l’esprit du CNR et agissons tous ensemble pour que renaisse au plus tôt un vrai parti communiste dans notre pays !

Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF.



PP importante (réponse PRCF à Wurtz sur l'euro) 2 Mai 2011.doc

20:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

01/05/2011

BELGIQUE: burqa: la Chambre des Représentants votent pour la sec onde fois une loi liberticide.

BELGIQUE: la Chambre des Représentants vote pour la seconde fois une loi liberticide.
Sous prétexte de sécurité, à l’unanimité, moins un contre, les députés ont voté la proposition de loi “visant à interdire le port de tout vêtement cachant totalement ou de manière principale le visage”.
C’est une loi hypocrite, répressive, liberticide, votée dans un but uniquement politique, imaginée par les partis “démocratiques” suivants: Ps, Cdh et Mr.
Hypocrite et lâche: c’ est le port de la burqa et niqab qui est directement visé, donc les femmes arabes.
Répressive: elle ne libère pas les femmes arabes. Elle va les poursuivre et les réprimer. Les sanctions suivantes sont prévues: une amende de 82,50 euros à 135,50 euros, ou une peine d’ emprisonnement d’un à sept jours, est prévue. Et en cas de récidive, les peines seront évidemment aggravées ... Sans parler des conséquences et interdits professionnels pour les personnes concernées.
Politique: inutile de faire un dessein, dans l’ ambiance de plus en plus raciste et anti-islam qui touche notre pays.
Sélective: la député “Groen” Eva Brems aurait déclaré: “avec cette loi, nous allons aussi sanctionner les personnes qui se promènent en bikini avec un chapeau et de grandes lunettes de soleil. C’ est dégoûtant de faire passer des victimes pour des auteurs de délits”.
La BELGIQUE est un membre actif de l’ EURO-DICTATURE capitaliste. Elle le prouve de nouveau, aux côtés de son engagement militaire, impérialiste et colonialiste en LIBYE.
RoRo

08:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |