03/06/2009

03/06/2009: COURCELLES: Roger Romain père s'est éteint ce lundi Ier juin 2009 ...


COURCELLES: Roger Romain père s'est éteint ce lundi  Ier juin 2009 ...


Début mars, je vous avais informé du ralentissement de mes activités Internet en raison de l'hospitalisation d'un de mes parents.
Finalement après 2 hospitalisations en un mois de convalescence difficile, mon père s' est finalement éteint, à l'âge de 94ans, ce lundi-soir 1er juin 2009, à l'Hôpital Vésale de Montigny-le-Tilleul, à l'issue d'une pénible agonie. Et ma mère Yvonne MESSE, 89 ans, y est hospitalisée à son tour.
 
Brièvement que fut mon père.
 
Roger ROMAIN père est né le 25 avril 1915, dans le quartier de La Docherie à Marchienne-au-Pont, au sein d'une famille de chiffonniers de père en fils ...
En 1923, la famille vient s' établir à COURCELLES dans le quartier des Fonds de Corbeau (l'ex-rue de Gouy) où elle s' est définitivement ancrée.
Outre celle d'un modeste ouvrier d'usine et comme ouvrier mineur de fond à la Libération, la vie de mon père fut aussi une longue période de militant syndicaliste et communiste, pendant plus de
30 ans.
 
Dans son enfance, ses parents le mirent en pension chez les frères à Manage.
Son adolescence pendant les années "30 fut difficile: la crise, le chômage, la recherche d' emplois toujours précaires (Beaume-Arpent, les Ateliers Pélerin, Jouret, Montagne, etc, etc...), l' arrivée de la guerre...
 
Le 1er septembre 1939, il est mobilisé. Sous les drapeaux, il se marie le même mois et le 02 avril 1940, je nais à Courcelles. Le 10 mai 1940, mes grands-parents, ma mère et moi-même, nous nous retrouvons sur le chemin de l' évacuation vers la France, sous les bombes allemandes et au milieu des combats.
 
Le 29 mai 1940, mon père est prisonnier des Allemands jusqu'au 06 juin 1940. Il s' évade d'un convoi de prisonniers en route vers l' Allemagne et échappera ainsi à 4 années de stalag...
 
1943, comme ses parents, il devient membre du Parti communiste clandestin. La famille et dans le quartier, on cache des Juifs et leur procure du ravitaillement. Le quartier à la limite de Courcelles-Trazegnies est propice à l'organisation de la Résistance (les PA et l' AS que rejoint mon oncle Fernand, avant de partir pour l'Irlande et participer au débarquement).
Mon père se cache pratiquement toute la guerre car il est réfractaire au travail obligatoire en Allemagne au service de l' économie nazie.
 
A la Libération, il trouve du travail comme gardien de nuit à la Douane de Charleroi pour surveiller les convois militaires Us en partance pour l' Allemagne. Il descend ensuite avec un de ses beaux-frères nettoyer les égoûts... Il s' engage aussi comme mineur de fond. Il parvient à se faire démobiliser du charbonnage en 1947 grâce à sa carte de membre du Pcb. Il sauvera ainsi sa vie, car le 11 mai 1950, deux de ses beaux-frères, Henri Chirac et Pierre Stanson sont tués en compagnie de 36 autres mineurs dans son ex-taille, lors de la catastrophe de Mariemont-Bascoup.
 
En 1947, il succède à Gustave Dubois, comme secrétaire politique de l'importante section communiste de Courcelles. Entré aux Acec de Charleroi, il deviendra délégué syndical Fgtb à la Chaudronnerie.
 
Commence toute la période de guerre-froide et d'anti-communisme forcené. Les communistes y font face avec beaucoup d'intransigeance, d' acharnement, d' attachement aux principes et
d' internationalisme. Ce seront la création de l'Otan, la Révolution chinoise, les événements  de Berlin, le réarmement de l'Allemagne, la grève contre Léopold III et l'assassinat de Julien Lahaut président du Parti communiste, la guerre de Corée, la contre-révolution hongroise et bien d' autres événements.
 
1952, il est élu au Conseil communal de Courcelles et y siège aux côtés du député communiste Georges Glineur.
 
1960-61, éclate en décembre la grande grève du million pendant plus d'un mois contre la Loi unique du Psc Gaston Eyskens. Chaque jour, mon père manifeste en moto pour ouvrir la manifestation
journalière des travailleurs des Acec au travers des rues de Charleroi. Au service militaire, je suis aussi à ses côtés avec ma moto pendant toute ma semaine de congés de Noël. Nous y vendons Le Drapeau Rouge et mon père revient à Courcelles pour participer aux piquets locaux. Il est arrêté par un de nos gendarmes bien connus. Emmené à la caserne de Charleroi, il est relâche aussitôt grâce à l'intervention du bourgmestre socialiste dissident Robert Sampos qui était solidaire dans la grève. Le 1er janvier 1961, je suis muté pour achever mon service militaire en Allemagne et y perdre inutilement 9 mois supplémentaires de ma propre existence. Quant à ma famille elle est finalement recherchée par la gendarmerie et doit se terrer par précautions jusqu'à la fin de la grève sur instructions du Parti.
 
1963, son père Fernand Baude, surnommé Moustache, est assassiné dans la maison où je suis né par un voleur.
 
1964, Roger Romain père est de nouveau élu au Conseil communal, en compagnie de Georges Glineur et Marcel Leduc. Le député Glineur devient échevin des travaux au sein de la nouvelle majorité socialiste-communiste. C' est le député Ps Ernest Glinne qui deviendra bourgmestre. Des 15 mandataires communaux de cette époque, seul Ernest Glinne, toujours conseiller communal actuellement, et mon père étaient les derniers survivants.
 
Fin des années '60, RRP deviendra aussi membre du Comité fédéral de Charleroi du Parti communiste.
 
1974, en raison de problèmes familiaux mon père quitte la vie active de militant à Courcelles.  30 années de militantisme auront passé.
 
1975, il part en prépension à 60 ans et s' efforcera de vivre tranquillement.
 
Hélas, le 1er Mai 1998, mon fils Stéphane décède lors d'un accident (???) en gare de BRUXELLES-Forest, la veille de ses 25 ans, après avoir célébré son anniversaire avec ses camarades de la Poste de Forest.
 
Les années qui suivront suite à ce décès ne seront plus des plus joyeuses évidemment.
 
2002, mon père est hospitalisé à la suite d'une trombose cérébrale et est finalement décédé ce lundi 1er juin 2009 en soirée ...
 
Roger Romain (fils)
en souvenir de mon père

12:31 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charleroi, histoire, courcelles, communisme, presse, hainaut, romain, belgique, ptb, wallonie, pc, syndicalisme | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.