11/12/2008

10/12/2008: Syninfo


From: syninfo
Sent: Wednesday, December 10, 2008 2:42 PM
Subject: Syninfo 10 décembre - Projet AIP

Infos syndicales

SYNINFO


du PTB

10 décembre 2008

* voor de nederlandstalige versie hier klikken


 

Les métallos wallons et bruxellois ont défilé le 3 décembre devant les cabinets des ministres Joëlle Milquet et Didier Reynders pour défendre l'emploi et le revenu des travailleurs

 

Le 27 novembre la CSC manifestait devant les cabinets de la ministre fédérale de l'emploi et du ministre des finances pour défendre les travailleurs qui chôment ou perdent leur emploi

 

AVEC CETTE PROPOSITION D'AIP
SAINT NICOLAS NE PASSERA QUE CHEZ LES PATRONS

 

Cher(e) militant(e) syndical(e),

Les travailleurs de Belgique sont inquiets. En ces temps de crise, il semble que seuls les banquiers, les actionnaires et les patrons peuvent passer à la caisse. Vraisemblablement, avec cet AIP, saint Nicolas ne passera que chez les patrons.

 

Nous demandons cinq minutes de courage politique :
ramenez de 21 à 6 % la TVA sur l'énergie

Cela reste une grande partie de ping-pong. Aujourd'hui, le gouvernement promet quelque chose, puis sort tout autre chose. Depuis quatre ans déjà, le PTB mène une campagne pour la diminution de la facture d'énergie, pour la réduction de la TVA de 21 à 6 %. Cette année, il a collecté à cet effet 175.000 signatures. Les syndicats aussi ont mis cette revendication à l'avant-plan durant les journées d'action pour le pouvoir d'achat, en juin et en octobre. Messieurs les ministres, réduisez la TVA sur l'énergie, aux frais d'Electrabel.

 

La proposition d'AIP :
plus d'un milliard d'euros pour les patrons
des miettes pour les travailleurs

Une CCT nationale comme l'AIP ou une CCT d'entreprise constitue toujours l'occasion pour les travailleurs de demander leur (petite) part des bénéfices ou du gâteau. Ces sept dernières années ont été des années de vaches grasses, pour les actionnaires et les patrons : plus de 200 milliards d'euros de bénéfices. Mais on dirait que ce sont les travailleurs qui sont responsables de la crise...
Avec cette proposition d'AIP, les patrons mettent le monde littéralement à l'envers : l'État - c'est-à-dire le contribuable, donc nous - dépose plus d'un milliard d'euros sur la table.
C'est ainsi que nous nous payons nous-mêmes nos maigres miettes... et que les patrons se taillent encore la part du lion. Faisons un petit calcul ensemble :

1. Pas d'augmentation salariale en dehors de l'index, seulement quelques miettes : tout au plus de 125 à 250 euros par an

Pour 2009-2010, la hausse d'index est évaluée à 5,1 %. Vraiment pas assez pour suivre l'inflation (la hausse des prix). Que peut-on encore négocier ? Une hausse du montant net maximal par travailleur de 125 euros en 2009 et de 250 euros en 2010. Cela sous forme de chèques repas ou de " chèques verts ", ou d'une indemnité de déplacement domicile-travail-domicile plus élevée.
Qui est gagnant, ici ? Depuis des années, la FEB et la VOKA enfoncent le même clou : pas d'augmentation des salaires bruts, mais des augmentations des salaires nets via des primes ou des bonus. De cette façon, ils doivent payer des millions d'euros en moins pour la sécurité sociale et les impôts. Ce qui revient à moins de prestations des services publics. C'est précisément pour cette raison que les syndicats ont toujours exigé une hausse des salaires bruts.

2. Une augmentation de 125 ou 250 euros net : bonne chose pour les revenus les plus modestes ?

Certains disent : " Avec cette augmentation, tout le monde est mis sur un pied d'égalité, quand même. De l'argent, et non plus un pourcentage, c'est mieux pour les bas revenus. " Où se cache ici l'anguille sous roche ? Il ne s'agit pas ici d'une " augmentation en argent " (par exemple, d'un euro en salaire brut), mais bien d'une prime versée une seule fois et qui n'est pas récurrent. Les salaires modestes saigneront également, car les primes ne seront pas reprises dans le salaire. Votre indexation, votre indemnité de maladie, votre pécule de vacances, votre prime de fin d'année... n'augmenteront donc pas, car ils sont calculés sur le salaire de base. De solidarité avec les revenus faibles, il n'est nullement question ici : ce sont surtout les patrons qui se remplissent les poches.

3. Pas d'augmentation des salaires minimaux : pourtant lá revendication de solidarité des syndicats

Dans cet AIP, il n'est prévu aucune augmentation des salaires bruts minimaux. La chose est renvoyée aux secteurs. Donc, on repart de zéro. La revendication s'est heurtée à un refus grossier des patrons.

4. Les patrons empochent 1,124 milliard d'euros de l'argent de l'État : record dans l'histoire de l'AIP

Les syndicalistes réagissent avec incrédulité : " 250 euros fois 2,6 millions de travailleurs, cela équivaut 650 millions d'euros, mais les patrons veulent plus de 1000 millions d'euros en échange. Qu'ils nous disent dans ce cas que nous les payions mensuellement, ce serait beaucoup plus clair."
La cupidité patronale ne connaît pas de limites. Après que l'État a déjà refilé 22 milliards d'euros aux banquiers, les patrons exigent à nouveau 1,124 milliard de l'État, via le présent AIP, répartis comme suit :
- 428 millions en réduction des charges pour le travail en équipe et les heures supplémentaires.
- 696 millions de réduction fiscale pour les entreprises (sous certaines conditions).
Total : 1.124 millions d'euros.
Ces quinze dernières années, les patrons ont déjà reçu sept milliards d'euros de réduction de charges. Et, récemment, ils ont encore raflé 2,4 milliards d'euros avec la réduction d'impôt autour des intérêts notionnels.

5. Au lieu d'emplois en plus, un incitant à plus d'heures supplémentaires et donc... moins d'emplois

Alors que des milliers d'emplois disparaissent dans des secteurs comme l'automobile, la sidérurgie, le textile..., nous ne trouvons rien dans cet accord qui garantisse de nouveaux emplois. En face de la masse d'argent de l'État, il n'y a aucune obligation de maintenir les gens au travail. Au contraire, cet AIP fait la promotion des heures supplémentaires. Car la réduction fiscale - 45 millions d'euros, pour l'employeur et le salarié - pour les heures supplémentaires (dont le nombre est limité aujourd'hui à 65) concerne désormais 130 heures supplémentaires.

 

Ce n'est pas notre crise, ce n'est donc pas à nous de la payer

C'est maintenant au tour des grosses fortunes et des actionnaires de payer. Les travailleurs et les syndicats de Carrefour, et bien d'autres encore, ont montré que seule une prise de position de principe musclée peut garantir les droits des travailleurs. Maintenez donc fermement vos revendications syndicales légitimes.

 

Pas de boîte vide mais une réelle augmentation des salaires bruts, en sus de l'index

Pour une augmentation au niveau national des salaires bruts minimaux

Arrêtez les cadeaux aux patrons payés par le contribuable

Des garanties pour le maintien de l'emploi
L'appoint jusqu'à 100 % en cas de chômage économique, et payé par les patrons

Pour une diminution directe du prix de l'énergie
via une réduction de la TVA de 21 à 6 %, payée par Electrabel

 

 

Donnez votre avis sur www.ptb.be/enquete:

" Que faut-il faire pour l'amélioration du pouvoir d'achat, pour plus d'emplois ? "

 


Désirez-vous en savoir plus sur la crise économique ? Est-elle imputable à une attitude irresponsable de quelques banquiers ou s'agit-il d'un phénomène plus ample ? Marx avait peut-être raison, après tout, non ?

Venez donc à l'Université marxiste entre Noël et Nouvel An. Renseignements, programme et inscriptions sur www.marx.be.

 

Avec nos salutations amicales,
Jef Bruynseels
Johnny Coopmans
Jo Cottenier

Inscrivez-vous à Syninfo, la lettre d'infos syndicales du PTB
Communiquer s.v.p. les donées à syninfo@ptb.be avec mention "inscription"

 

20:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

10/12/2008

22/12/2008: CHARLEROI-Belgique: mobilisons et allons protester: lors du Conseil communal du 22 décembre 2008, la tripartite "démocratique" Ps-Mr-Cdh va augmenter l'impopulaire taxe poubelle. Allons dire "NON" ...

CHARLEROI-Belgique: mobilisons et allons protester: lors du Conseil communal du 22 décembre 2008, la tripartite "démocratique" Ps-Mr-Cdh va augmenter l'impopulaire taxe poubelle. Allons dire "NON" ...

CHARLEROI: mobilisons et allons protester: lors du Conseil communal du 22 décembre 2008, la tripartite "démocratique" Ps-Mr-Cdh va augmenter l'impopulaire taxe poubelle. Allons dire "NON" ...
 
Ces partis qui trouvent des milliards en une seule nuit pour voler au secours des banquiers du capitalisme en faillite présentent la facture à la population dans tous les domaines. Toujours plus de taxes et de restrictions, alors que notre pouvoir d' achat ne cesse de diminuer, que le chômage s' accroît et que la misère se développe chez les plus pauvres toujours plus nombreux.
Cette taxe est impopulaire depuis sa création. Des milliers de pétitionnaires carolorégiens l'ont déjà dit aux élus, mais ces "démocrates" n' en tiennent aucun compte. Ils ont besoin de toujours plus de fric pour boucher les trous occasionnés par le système capitaliste à tous les échelons du pouvoir en place et par leur gestion de valets du capitalisme: Europe, fédéral, régions, provinces, communes, intercommunales...
Les protestataires seront certainement très nombreux dans la salle lors du Conseil communal du 22 décembre 2008. A La Braise, 21 rue Zénobe Gramme à Charleroi, on se réunit déjà vers 17,30 heures pour partir en groupe. Contacter Germain au 0473.21.85.72

RoRo

21:51 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

04/12/2008

03/12/2008: quelques pensées anti-racistes....



--------- Message transféré ----------
De : mimi >
Date : 3 décembre 2008 07:31
Objet : Fw: Homme noir et blanc: les couleurs ...




---------- Message transféré ----------
De : mimi >
Date : 3 décembre 2008 07:31
Objet : Fw: Homme noir et blanc: les couleurs ...

 

 



 __,_._,___ Cher frère blanc,
> Quand je suis né, j'étais noir,
>  Quand j'ai grandi, j'étais noir,
>   Quand je vais au soleil, je suis noir,
>    Quand j'ai peur, je suis noir,
>     Quand je suis malade, je suis noir,
>      Quand je mourrai, je serai noir...
>       Tandis que toi, homme blanc...
>        Quand tu es né, tu étais rose,
>         Quand tu as grandi, tu étais blanc,
>          Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
>           Quand tu as froid, tu es bleu,
>            Quand tu as peur, tu es vert,
>             Quand tu es malade, tu es jaune,
>              Quand tu mourras, tu seras gris...
>               Et après cela, tu as le toupet de m'appeler :
>                ' Homme de couleur ' !
 

 

21:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liberte, medias, racisme, fascisme, democratie, euro-dictature, rsf, presse, repression, capitalisme, solidarite, syndicats, social, sans-papiers, silence, societe, television, 127bis, droits de l homme, information, justice, courcelles, romain, actualite, histoire, belgique | |  Imprimer | | |