11/01/2008

Alerte antiterroriste :: Josy Dubié (Ecolo) réagit ...

Le supposé projet d’évasion de Nizar Trabelsi aurait été lié à de supposées menaces d’attentats. Sur quels éléments se base-t-on, demande le sénateur Josy Dubié.

Marco Van Hees
09-01-2008

Josy Dubié, sénateur Ecolo: « La police n’a même pas trouvé un pétard mouillé » (Photo Solidaire, Mehdi Mniai)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


Tout commence le 21 décembre, lorsque la section terrorisme de la police fédérale, le parquet fédéral puis le Premier ministre Guy Verhofstadt annoncent l’arrestation de 14 personnes qui auraient eu l’intention de faire libérer Nizar Trabelsi. Cet ancien joueur de foot purge une peine de dix ans de prison pour avoir projeté un attentat contre la base militaire de Kleine Brogel.

Le même jour, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (OCAM) affirme disposer d’éléments selon lesquels « un attentat pourrait être en cours de préparation » en Belgique. Verhofstadt confirme. Par contre, dans une lettre publiée le 23 décembre par La Dernière Heure, Trabelsi déclare qu’aucun attentat ne se prépare.

Au réveillon du nouvel an, les mesures de sécurité et la présence policière sont renforcées dans la capitale. Le traditionnel feu d’artifice est annulé. L’alerte sera finalement maintenue jusqu’au 3 janvier.

Josy Dubié, que nous avons contacté, s’interroge sur ces mesures. « La police lance un grand coup de filet, mais les 14 personnes arrêtées sont libérées le lendemain. Elle procède à de vastes perquisitions à la recherche d’explosifs, mais ne trouve même pas un pétard mouillé. Elle fouille la prison d’Arlon cellule par cellule, sans le moindre résultat. »

Le sénateur écolo pose donc la question aux autorités : « Quels éléments vous ont amenés à prendre ces mesures ? » Logiquement, c’est au Comité R, chargé de surveiller les organes de renseignements, de mener l’enquête. Dubié demande donc à ses cinq collègues sénateurs siégeant dans le Comité de suivi du Comité R de relayer ses questions.

« Le problème, c’est que lorsque des conclusions sont transmises aux membres du Comité de suivi, ceux-ci sont tenus à la confidentialité. Cela dit, même si Ecolo n’en fait pas partie, d’autres membres de l’opposition s’y trouvent. Je suppose donc que si des faits graves apparaissaient, ils en parleraient. »

Ce qui chiffonne surtout le sénateur, c’est qu’ « au lendemain des perquisitions, le président du collège des procureurs généraux [Cédric Visart de Bocarmé] a lancé un appel au renforcement des lois antiterroristes. Je me demande donc si tout cela n’est pas une mise en condition pour faire passer un nouveau train de mesures encore plus liberticides… »

22:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actulite, courcelles, belgique, presse, silence, democratie, berlgique, politique, ecolo, romain, histoire | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.