29/12/2007

29/12/2007: ces torchons racistes qui circulent sur Internet et que l' on colporte ...

Ceci est tout simplement un torchon raciste, fasciste, d' extrême-droite, qui prouve que ces gens ne reculent devant  aucun amalgame, même inventé de toutes pièces.
Plaintes devraient être déposées contre ces saloperies lorsque l'origine en est connue.
A Bruxelles, des milliers de fonctionnaires étrangers de toutes les institutions européennes sont venus s'établir avec leurs familles, à très hauts salaires et avec de gros privilèges, pour construire l' Euro-dictature capitaliste. Contre ceux-là, il n'y a pas la moindre protestation. De même les otaniens dans la région de Mons... Il est vrai que ceux-là avec de gros salaires, ont surtout commencé à faire monter les prix des loyers, des logements ... Pour l' anecdote, bien sûr ... !
En réalité, ceux qui pillent la Belgique et d' autres pays d' Europe, ce sont les multinationales capitalistes. Comme elles l'ont fait naguère, et le font encore aujourd'hui, en Afrique à un point tel qu' après des siècles de "civilisation" et d' évangélisation colonialistes, des dizaines de millions d' Africains crèvent encore de faim et cherchent leur salut dans la fuite ...           
Naguère aussi, les travailleurs belges, principalement les ouvriers, savaient faire preuve de plus de solidarité. Par leurs luttes revendicatives, ce sont d' ailleurs eux principalement qui ont conquis nos libertés et avantages sociaux.
Bonne journée quand même !
RoRo


Patrick Wautier a écrit :

Ma réponse :
Alors là, Jean-Claude Piette, je me demande quels sont tes principes politiques !
Tu nous envoie un message simpliste et radicalement raciste.
 
La misère est engendrée par la mondialisation du système capitaliste impérialiste, esclavagiste, colonialiste, néo-colonialiste, qui a commencé il y a plusieurs siècle...
Ce n'est pas de gaieté de coeur que les immigrés quittent leur famille, leurs amis, leur région, leur pays. La plupart voyagent dans des conditions épouvantables, certains n'arrivent jamais à destination. Et arrivés dans le pays de destination, la grande majorité, mal logée, travaille, et bien sûr dans de très mauvaises conditions, ils sont SUR-exploités ! 
Rien de tel qu'une société où toute la classe des travailleurs, quel que soit l'origine, a le droit de vivre dans un bien être optimum.
Alors luttons pour accéder à cette société SOCIALISTE, TOUS ENSEMBLE!
 
Patrick Wautier



From: piettejeanclaude@...

Subject: FW: Tr : Fw: tr: Best du jour. Transmettez surtout SVP
Date: Thu, 27 Dec 2007 20:49:11 +0100


-------Message original-------
De : Decelle ...
Date : 27/12/2007 0:20:14
Sujet : Tr : Fw: tr: Best du jour. Transmettez surtout SVP


S.V.PTransmettez s.v.p ! 


          Hélas, triste évidence...

>        

LA MANGEOIRE A'OISEAUX :

J'ai acheté une mangeoire, je l'ai suspendue derrière la maison et remplie de graines.

En une semaine nous avions des centaines d'oiseaux qui venaient se nourrir dans cette cabane

ils avaient accès à cette nourriture si facilement accessible et gratuite.

Ensuite les oiseaux ont commencé à faire des nids sous la véranda, au dessus de la table et près du barbecue.

Et puis il y a eu les excréments, il y en avait partout, sur les tuiles de patio, les chaises, la table, partout.

Certains des oiseaux sont devenus menaçants,

Ils plongeaient vers moi et essayaient de me piquer avec leur bec, même si j'étais celle qui les avait nourris en payant de ma propre poche.

Certains autres oiseaux étaient très bruyants.

Ils restaient près de la mangeoire à hurler et caqueter à toute heure du jour et de la nuit

en demandant que je remplisse la mangeoire aussitôt que les graines commençaient à diminuer.

Après quelques temps je ne pouvais même plus m'asseoir dans mon propre patio.

J'ai enlevé la mangeoire et trois jours plus tard les oiseaux étaient partis.

J'ai nettoyé les dégâts et enlevé les nids qu'ils avaient bâtis un peu partout sous la véranda.

En peu de temps la cour arrière est redevenue comme avant, tranquille, sereine et personne n'exigeant le droit à un repas gratuit.

Maintenant regardons les choses de cette façon : notre gouvernement donne de la nourriture gratuite, subventionne les loyers,

frais médicaux gratuits, éducation gratuite et a donné le droit à quiconque qui était né ici d'être automatiquement citoyen de notre pays.

Et tout à coup les illégaux ont commencé à arriver par centaines de milliers.

Soudain nos taxes ont grimpé pour payer tous les services gratuits, les petits appartements abritent 5 familles,

nous devons attendre des heures pour être vus par un médecin à l'urgence,

la classe de notre enfant de deuxième année est en retard sur les autres écoles

parce que la moitié de la classe ne parle pas Français,

je dois appuyer sur « * 1 * » pour entendre ma banque me parler en français

et voir des gens activant des drapeaux autres que «Notre Drapeau» crier et hurler

dans les rues pour demander plus de droits et de libertés gratuites.

Il serait peut-être temps que notre gouvernement enlève la mangeoire à oiseaux ?

A être trop bons, on devient souvent... trop cons !

P.S. : Transmettez s.v.p. ! Plus de gens vont lire ceci qu'on va peut-être finir par se serrer les coudes ?

13:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, presse, racisme, belgique, courcelles, romain, histoire, silence, democratie, liberte, injustice, fascisme, sans-papiers | |  Facebook | |  Imprimer | | |

28/12/2007

Loi antiterroriste • Démocratique, l’État belge?

« La récente condamnation du Bruxellois Bahar Kimyongür suscite chez nous plusieurs questions », déclare la FGTB bruxelloise. L’avis de Jan Fermon, avocat.

Alice Bernard
28-02-2007

Bahar Kimyongür a été condamné le 7 novembre dernier pour « appartenance à une organisation terroriste » (voir ci-joint « les faits »). Cela inquiète le syndicat socialiste de Bruxelles. « Nous constatons que l’organisation Greenpeace Nordic au Danemark a été condamnée en juillet 2005 sur base de ces mêmes “lois antiterroristes” suite à une action pacifique. (…) Dans le cas de ces personnes (Bahar Kimyongür et des altermondialistes liégeois mis sur écoute, ndlr), on a l’impression qu’elles sont poursuivies ou condamnées dans le cadre de la loi antiterroriste, mais que les actes dont ils doivent rendre compte à la société ne sont d’aucune manière violents, et encore moins terroristes. Il s’agit au contraire, dans les deux cas, d’actions non violentes de militants. »

 

L’État turc, dénoncé par Bahar Kimyongür a pourtant souvent été condamné par la cour européenne des Droits de l’homme…

Jan Fermon. Des dizaines de fois, pour « traitements inhumains et dégradants » dans les commissariats et les prisons ; le Parlement européen a aussi critiqué la législation antiterroriste turque qui a permis d’innombrables abus. En 1996, le commandant de la gendarmerie belge, M. Deridder, a rencontré, en Turquie, Mehmet Agar, ancien chef de la police et ancien ministre de l'Intérieur. Des accords ont été établis, dans un climat politique que le Président turc lui-même qualifiait d’ « État enfoui », où mafia, extrême droite et une partie des « forces de l’ordre » travaillaient de concert. Tout de suite après, les Turcs de Belgique ont été fichés par la police belge. Trois ans plus tard, c’est la descente dans l’appartement de Knokke et le début du procès contre le DHKP-C.

 

Comment réagir ?

Jan Fermon. Le tribunal de Bruges et la Cour d’appel ont adopté le point de vue de l’État turc (et celui de l’UE ndlr) : ils qualifient le DHKP-C d’organisation terroriste. Mais tout le monde n’est pas d’accord sur ce type d’interprétation abusivement extensive, qui met en danger les libertés démocratiques. Le Comité T, par exemple, créé le 27 juin 20061. Tous ceux qui trouvent que résister à l’injustice et à l’exploitation n’est pas du terrorisme doivent se rassembler et agir, avec le CLEA ou le Comité T, leur syndicat, parti, association, club sportif…

S’informer, informer, exiger la libération de Bahar Kimyongür, de Musa Asoglu et des autres inculpés du procès de Bruges.

Rester mobilisé pour intervenir lors d’autres procès de ce genre, protéger les personnes solidaires et, surtout, agir pour le retrait de cette législation liberticide et pour que toute la clarté soit faite sur ce procès qui crée un dangereux précédent. Des personnalités comme Josy Dubié (Ecolo), Jean Cornil (PS) et d’autres ont déjà exprimé leur inquiétude et leur solidarité. Il existe aussi une pétition pour la libération de Bahar Kimyongür.

1 A l’initiative d’Attac, du centre d’Action laïque, du Centre national de coopération au développement (CNCD/11.11.11), du Comité pour la liberté d’expression et d’action (CLEA), de la Liga voor mensenrechten, la Ligue des droits de l’Homme, de l’Observatoire international des prisons, de l’Organisation mondiale contre la torture, du Syndicat des avocats pour la démocratie.

  • Pour plus d’information et pour signer la pétition : www.leclea.be
  • Manifestation de soutien à Bahar Kimyongür, tous les samedis, entre 16 et 17 heures, sur les escaliers de la Bourse à Bruxelles.
  • Rassemblement, devant la Bourse de Bruxelles, pour soutenir Musa Asoglu, Sukriye Akar et Kaya Saz (condamnés en même temps que Bahar Kimyongür) le mercredi 28 février à 18 h
  • Deuxième rassemblement, le samedi 3 mars à 16 heures, devant la prison de Bruges

> Top

Terroriste, la loi antiterroriste ?

C’est quoi, cette loi antiterroriste ?

?Jan Fermon. Le 13 juin 2002, le Conseil de l’Union européenne a adopté une décision-cadre se rapportant à la lutte contre le terrorisme. Les décisions-cadres de l’Union européenne doivent être transformées en loi par les pays membres. La Belgique a donc promulgué, le 19 décembre 2003, une loi « relative aux infractions terroristes ».

 

Cette loi est-elle nécessaire ?

Jan Fermon. Absolument pas. Les législations existantes réprimaient déjà les actes de violence aveugle contre des civils. Et dans le droit international, il y avait le concept de « crimes contre l’humanité ».

 

Alors, pourquoi en remettre une couche ?

Jan Fermon. Le flou qui entoure la définition du mot « terrorisme » permet de criminaliser toutes formes de résistance – politique, syndicale, écologique – que l’on assimile abusivement au terrorisme. En plus, cela permet de justifier des méthodes particulières de recherche policière : mise sur écoute, surveillance « discrète », etc.

 

> Top

Les faits

Manif pour VW, le 2 décembre 2006 à Bruxelles. À la Bourse, un grand portrait de Bahar Kimyongür, un Belge condamné le 7 novembre 2006 à quatre ans de prison sur base de la loi antiterroriste. Son « crime » est d’avoir dénoncé pacifiquement la répression de l’État turc. Cela inquiète la FGTB de Bruxelles. (Photo Solidaire, Antonio Gomez Garcia)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


28 septembre 1999

La police fait une descente dans un appartement de Knokke et y trouve des archives du DHKP-C (un parti de gauche turc considéré par l’Union européenne comme « terroriste ») du matériel informatique, des armes et des faux papiers. Suite à quoi, la militante Ferhiye Erdal est arrêtée et onze personnes inculpées.

 

28 février 2006

Les inculpés passent en jugement à Bruges. Certains, c’est le cas de Bahar Kimyongür et de Musa Asoglu, sont accusés d’appartenance à une organisation terroriste. Les peines sont lourdes : Bahar Kimyongür est condamné à 4 ans, Musa Asoglu à 6 ans.

Musa Asoglu et Bahar Kimyongür travaillaient pour le bureau d’information du DHKP-C à Bruxelles. Ni l’un ni l’autre n’ont jamais commis d’actes terroristes en Belgique ou ailleurs. Bahar Kimyongür est connu et apprécié par des dizaines de démocrates et de progressistes pour son activité incessante, courageuse et pacifique : informer, en Belgique et partout dans le monde, sur la répression violente que subissent les opposants à la politique de l’État turc et les conditions effroyables de détention des prisonniers politiques dans les prisons turques.

 

Fin avril 2006

Bahar Kimyongür, laissé en liberté en attendant le procès en appel de sa condamnation, va en Hollande pour assister à un concert. Les services secrets belges et le ministère de la Justice en avertissent la police hollandaise. Or, la Turquie a émis un mandat international demandant l’arrestation et l’expulsion de Bahar vers la Turquie. Ce qui n’était pas possible à partir de la Belgique, Bahar Kimyongür étant citoyen belge. Après une détention de 68 jours Bahar est libéré, la Justice hollandaise ayant constaté qu’il n’était nullement un « terroriste ».

 

7 novembre 2006

Procès en appel : les condamnations du 28 février 2006 sont confirmées et… alourdies : Musa Asoglu, de 6 à 7 ans, Bahar Kimyongür, de 4 à 5 ans.

19:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, capitalisme, justice, courcelles, romain, histoire, jutice, democratie, liberte, politique, presse, silence, terrorisme, turquie | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Deurne :: BAM se moque de la population ...

La Beheersmaatschappij (société de gestion) Antwerpen Mobiel (BAM) a dépensé 3,4 millions d’euros pour une consultance en communication. Manifestement, l’avis de la population compte pour du beurre.

Mark Kennes
28-11-2007

Dirk Van Duppen, conseiller de district PTB+ à Deurne, en a plus qu’assez des cachotteries de la BAM, qui doit établir le nouveau plan de mobilité pour la Ville d’Anvers.

 

« Au conseil de district de juin, j’ai déjà demandé si le collège savait quelque chose à propos du plan d’une nouvelle bretelle qui viendrait derrière les habitations de la ten Eekhovenlei vers le nord et qui doit rejoindre le viaduc d’Oosterweel », déclare van Duppen. « On n’a toujours pas d’infos concrètes, en dehors de l’entrefilet inquiétant dans De Antwerpenaar (le bulletin d’infos de la Ville d’Anvers, NdlR), qui confirme ces plans à demi-mot »

Si cela est vrai, cela entraînera de lourdes conséquences pour un quartier déjà aux prises avec les nuisances et la pollution. Et, de ce fait, la possibilité de placement d’un mur contre le bruit et les fines particules, comme cela a été demandé plus tôt déjà par le conseil de district, sous l’impulsion de Van Duppen, tombe à l’eau.

« Au début de cette semaine, j’ai demandé au collège de district d’inviter des représentants de BAM à une commission de district, afin qu’ils viennent exposer concrètement leurs plans. Le comble, c’est que BAM a répondu : “Si l’info est officielle, ce ne sera pas avant le printemps 2008 et on n’y pourra plus rien changer” », dit-il.

Entre-temps, on a appris que BAM a déjà versé 3,4 millions d’euros à l’agence publicitaire de Noël Slangen (Open VLD). Celle-ci a développé un « thermomètre » qui doit chiffrer ce que les gens pensent du « Masterplan pour Anvers ». « Ce “thermomètre” ne sert toutefois pas à corriger le Masterplan en fonction des aspirations des gens, au contraire. Ce sont les avis des gens qui sont remaniés afin qu’ils finissent par renoncer à leurs aspirations », conclut Van Duppen, indigné.

19:25 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : democratie, silence, courcelles, romain, belgique, histoire, actualite, communes, capitalisme, politique, presse | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/12/2007

25/12/2007: Vu sur le forum du journal Libération : la Belgique expliquée aux Français ...



-------- Message original --------

Sujet: [Fwd: Interlude : journal Libération]
Date: Tue, 25 Dec 2007 14:24:11 +0100
De: André Despontin <andna@skynet.be>


"Nous", vus avec réalisme, par un journal français.

Vu sur le forum du journal Libération : la Belgique expliquée aux Français
 


Imaginez que de l'autre côté du périphérique parisien, l'on parle flamand
et qu'à Boulogne-Billancourt, qui compterait 80% de Francophones, il serait
interdit à ces derniers de parler le français au conseil municipal, sous
peine de poursuites. Imaginez que les Francophones de Boulogne n'auraient
le droit d'aller dans une école francophone de Boulogne qu'en maternelle
et en primaire. Que ces écoles seraient gérées par le gouvernement des
Flamands, et qu'il serait interdit au maire, sous peine de suspension,
d'adresser la parole à un instituteur francophone en... français (sauf
hors du cercle professionnel). Imaginez que les Flamands y auraient coupé
Arte, FR3 et TF1 au profit de chaînes anglophones. Imaginez qu'il y serait
interdit d'envoyer des convocations électorales en français aux
Francophones, sous peine de suspension. Et que l'on appellerait
Boulogne-Billancourt une «commune à facilités». C'est cela, la question
linguistique en Belgique aujourd'hui. Ah oui. Imaginez enfin que les
Francophones aux droits si limités seraient installés là depuis deux,
trois, quatre ou cinq générations. De vrais immigrés, en quelque sorte.
Mais dans leur propre pays.

Oiges nous donne un bel exposé, où le mot «racisme» apparaît plusieurs
fois. Il s'agirait du racisme des Francophones envers les Flamands. C'est
étrange, parce que les seuls Flamands qui font état de ce racisme
habitent... en Flandre. Je n'ai jamais entendu un Flamand habitant la
Wallonie se plaindre d'une telle chose. C'est étrange, parce que les
Francophones ont été sortis de Flandre (notamment de l'Université de
Louvain) sous le slogan «Walen Buiten», que l'on trouve aujourd'hui encore
sur beaucoup de murs en Flandre. C'est étrange, parce qu'en réponse à
cela, j'ai lu, pour la première fois, le tag «Flamands dehors» voici un
mois, sur le parlement flamand, situé à Bruxelles, à 85% francophone, mais
capitale de la Flandre. Un tag, aussitôt effacé par un ouvrier flamand.
Les tags «Wallons dehors» ne sont, eux, presque jamais effacés. Efficacité
avant tout. Quant aux panneaux «Là où les Flamands sont chez eux» qui
ornent l'entrée de plusieurs communes flamandes, quelquefois même des
ponts entiers, et ce, sur les ordres de l'autorité locale, il ne sont pas
racistes. C'est une simple précision.

Vous sortez du périph pour aller à Asnières, et à la sortie, on vous
assène «Asnières, là où les Flamands sont chez eux». Et ce n'est pas
raciste. Ensuite, sur un blog, on vous dit : vous, les Francophones, vous
êtes des racistes. Ce n'est pas du surréalisme belge, c'est tout
simplement la vision flamande d'aujourd'hui, et c'est tout simplement
atterrant.

Raciste, le wallon?

C'est bizarre, parce que le site
Wallonie.be existe en 6 langues, alors
que le site
Flandres.be n'existe qu'en néerlandais et en... anglais. SI on
veut la version francophone, on tombe sur une page qui dit que c'est en
construction, et qu'en attendant, on doit aller sur l'une des deux autres
versions.

C'est même très bizarre, parce que pour qui parle couramment le
néerlandais (ce qui est mon cas), il y a sur le site
Vlaanderen.be tout un
chapitre qui explique aux habitants de Flandre quand ils ont le droit (ou
pas) de parler une autre langue que le néerlandais, alors que sur le site
wallon, rien de tel. Pourtant, il y a des communes à facilités en Wallonie
aussi, et là, il n'y a pas de loi antiflamands.

C'est même terriblement bizarre, quand on sait que l'extrême-droite,
ouvertement raciste, est le premier parti au gouvernement flamand, que
celui-ci assimile les francophones aux «autres allochtones» : paresseux,
profiteurs, étrangers. Alors qu'en Francophonie, le FN doit se contenter
d'un siège, obtenu tout juste.

Bien sûr, il y a l'histoire. Bien sûr, il y a cent ans de domination
francophone, mais cette discrimination tenait avant tout de la ségrégation
de classe : ces Francophones qui ont brimé les Flamands étaient en réalité
des bourgeois et des nobles... flamands. La preuve? Ils portaient des noms
flamands. N'allez pas me dire que Woeste ou Van de Berghe sont des noms
français!

Bien sûr, les Wallons ont eu un sort plus confortable que les Flamands
pendant la grande guerre... c'est dans une langue proche de leur dialecte
qu'on leur expliquait comment se faire charcuter sur le champ de bataille.
Alors que les Flamands sont morts pour n'avoir pas compris les ordres.
Tout de même, après 3 ou 4 ans de guerre, on peut supposer que la plupart
d'entre eux étaient suffisamment intelligents pour comprendre le français?
Mais plus sérieusement, oui, il faut le reconnaître, impérativement : il y
a eu de graves injustices envers les soldats flamands pendant la grande
guerre, comme avec les Bretons bretonnants, les Germanophones ou les
Corses en France, comme avec les Harkis plus tard, comme avec les
tirailleurs sénégalais. Et évidemment, les épitaphes en français pour des
soldats flamands étaient une infamie.

Mais c'était en 1914.

De 1940 à 1945, bien des nationalistes flamands se sont associés aux nazis
pour défendre leur «cause» (alors que depuis 1930, il y avait des
bataillons flamands et des bataillons francophones). Bien des Francophones
sont morts en stalag ou sous la torture de ces gens. De cela, les Flamands
ne vous parleront jamais. Pire : très récemment, le patron de la NVA
(nationaliste de droite non extrémiste), Bart De Wever a cru nécessaire de
faire un tout petit peu de révisionisme en critiquant les excuses que le
maire d'Anvers venait de faire aux Juifs pour les exactions de sa police,
de 1940 à 1945. (Bart de Wever s'en est excusé en petit comité devant les
Juifs d'Anvers, mais a «oublié», comme il l'avait promis, de diffuser ces
excuses dans la presse, suite à quoi les Juifs d'Anvers, très modérés, ont
dit refuser ces excuses si privées.)

L'histoire n'est pas simple. L'histoire de Belgique moins encore. Alors
revenons à l'actualité : il y a quelques signes qui ne devraient tromper
personne, et qui sont autant de signaux d'alarme que l'ambiance complexe du
pays et le double langage de certains rendent presque imperceptibles, au
point qu'aucune presse ne les relève. Il y a de quoi s'alarmer.

Oui : s'alarmer ! Quand tous les partis flamands, socialistes inclus
votent, avec les néo-nazis antifrancophones du Vlaams Belang, un projet de
loi visant à supprimer la possibilité pour les Francophones de «Boulogne»
ou d' «Asnières» d'être jugés dans leur langue ou de voter pour des partis
francophones - eux qui sont installés là depuis quelquefois quatre ou cinq
générations. (je précise toutefoisque les verts flamands se sont
abstenus... mais n'ont pas voté contre) S'alarmer, quand les
sociaux-chrétiens applaudissent avec les néo-nazis, se félicitent
ensemble, pour le bon tour qu'ils ont joué aux Francophones. Ce n'est pas
Sarkozy serrant la main de Le Pen, non. En Belgique, c'est carrément Bayrou
qui danse la gigue avec Mégret ou Golnisch.

S'alarmer! Quand le Vlaams Belang, toujours lui, veut mettre une loi à
l'agenda de la chambre. Cette loi exige la séparation immédiate du pays.
Le préambule de 30 pages est une véritable diatribe antifrancophone. Dans
tout pays occidental, tous les partis démocrates voteraient contre. En
Belgique, non : même des chrétiens démocrates flamands, des libéraux
flamands, des indépendantistes démocrates flamands se croient obligés, en
pleine négociation gouvernementale avec les Francophones, de s'abstenir,
plutôt que de se lever d'une voix contre l'extrême-droite. On vous
expliquera que la démocratie, en Flandre, c'est de laisser libre cours à
l'expression des idées fascistes (et authentiquement fascistes) de
l'extême-droite au nom de la liberté d'expression. Ce sont ces mêmes partis
qui, interrogés par une presse étrangère, affirment haut et fort qu'ils
sont absolument contre une éventuelle séparation du pays.

S'alarmer, donc, quand la complaisance envers les idées du parti néo-nazi
le plus puissant d'Europe (qui n'est rien de moins que le premier parti au
parlement flamand...) a inondé les cénacles et la presse. Non pas par peur
de leur violence, mais par peur de l'opinion publique. S'alarmer quand un
membre de ce parti diffuse sur son site la liste des «Mauvais Flamands»,
soit celle des signataires d'une pétition pour la solidarité entre les
deux communautés, nom, prénom, adresse.

Celui qui a connu Vichy devrait, à la lecture de cette dernière phrase,
commencer à trembler. Mais bien sûr, c'est du passé, tout ça!

Noir tableau que celui que je dresse là? Oui, noir, à dessein, ET par la
force des choses. Mais ce sont des faits que je reprends ci-dessus, pas des
discours, des simples faits, vérifiables, précis.

Autre fait : en 1999, le Parlement flamand a voté une série de lois qui
définissaint l'avenir de la Belgique. Ceci devrait convaincre : 60% de la
population a décidé de l'avenir de 100% de la population, sans consulter
les 40% restants. C'est comme si les Suisses allemands décidaient de tout
et imposaient ensuite leurs décrets aux Suisses francophones.

Pardon, ce n'est pas «comme si», c'est «exactement comme si».

Aujourd'hui, les représentants de ce parlement «négocient» avec les
francophones pour faire passer leurs décrets unilatéraux, qui comprennent
notamment la scission de la sécurité sociale. Et pour mieux faire
«accepter» ces idées, ils expliquent à qui veut l'entendre (et l'écrire)
que c'est à l'avantage des francophones, que ceux d'entre ces derniers qui
disent «non» les «humilient» (c'est le terme exact utilisé par Bart de
Wever, président d'un des partis qui négocient le futur gouvernement avec
les Francophones«.) Ils disent aussi que le Francophone est un profiteur
et que Bruxelles s'enrichit de l'argent flamand. Bruxelles? 85% de
Francophones, un PIB par habitant proche du double de celui de la Flandre.
La seule vraie région très riche du pays. A qui l'on ne rend qu'un quart
des produits fiscaux qu'elle génère. Mais cela, on oubliera de vous le
dire, parce que pour tous les partis flamands, Bruxelles, 1.200.000
personnes, dont un million de francophones, est la capitale de la...
Flandre.

Ceux qui n'auront pas compris que la Flandre veut prendre tout ce qui
l'intéresse et abandonner tout ce qui n'est pas assez riche pour elle sont
aveugles. Ceux qui n'auront pas considéré le décalage entre l'électeur
flamand, qui se dit modéré, Belgicain, non-séparatiste, et le même, qui a
voté à 65% pour des partis ouvertement confédéralistes (qui voient la
future Belgique comme l'association de deux états) et à 30% nationalistes
purs et durs (dont 20% d'extrême-droite), ceux-là sont des utopistes.

Mais le problème de l'extrême droite est soigneusement laissé de côté dans
la presse flamande autant que dans la politique. Mauvaise image. Oulah! La
mauvaise image! Pourtant, en Flandre, c'est avéré, Le Pen fait mieux que
Sarko. Et ça ne dérange personne.

Tache d'huile : le journal le plus lu de Flandre n'utilise déjà plus le
terme »Régions«, qui correspond à la définition légale (on peut penser que
cela intéresse les journalistes). Elle utilise plus généralement le terme
»états fédérés«, qui correspond à sa vision et à celle des partis. Or deux
états fédérés sont bien deux états distincts.

Une presse qui se détache à ce point de la sémantique nationale
(belgicaine) ne fait plus du journalisme, elle fait du militantisme.

J'ai bien dit »militantisme«, pas »propagande«. Je n'ai pas écrit
»propagande«, parce que seuls 80% des journaux flamands en sont vraiment
déjà là.

Et pour cette dernière phrase, je reconnais que j'ai pêché : ce chiffre
n'est pas vérifiable.

14:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, romain, courcelles, belgique, actualite, presse, silence, democratie, liberte, racisme, fascisme, politique | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/12/2007

23/12/2007: Le prix de l' eau en Région wallonne ... et les factures intermédiaires trimestrielles....

J' ai eu un problème financier avec la SWDE, qui remplkace maintenant AquaSambre en ce qui concerne COURCELLES. Si vous êtes aussi dans le même cas, faites comme moi: NE VOUS LAISSEZ PAS FAIRE: ils ont dû faire marche arrière ... 

De : Romain [mailto:roger.romain@skynet.be]
Envoyé : jeudi 20 décembre 2007 21:37
À : NISET Martine
Objet : 23/12/2007:
Le prix de l' eau en Région wallonne ... et les factures intermédiaires trimestrielles.



J'ai un petit problème financier personnel avec la Société wallonne de Distribution d' Eau (qui remplace AquaSambre dans la région de Charleroi, puisque nous avons été "démocratiquement" absorbés, sans autre forme de procès ...).
Je leur ai donc écrit pour protester, réclamer des explications, ...
Mon mél "a retenu toute leur attention" ...
Voici la réponse passe-partout que j' ai reçue et qui intéressera certainement plus d' un d' entre-nous, tellement c' est crevant...
J' ajoute que tous les 3 mois, je leur paierai 75 euros, jusqu' à régularisation de ma facture annuelle et rien d' autre ... 3 x 75 euros plus la régularisation du 4e trimestre 2008, pour une consommation annuelle de quelque 100 - 120 m3 et cela devrait leur suffire amplement ...
RoRo
20/12/2007




NISET Martine a écrit :



Monsieur,



Nous avons bien reçu votre e-mail du 6 décembre 2007 et celui-ci a retenu toute notre attention.



Nous vous informons que la consommation enregistrée en 2006 était de 95m³ (total acompte versé 180,78 €= 60,26€ x 3) et 103 m3 en 2007 (total acompte versé 198,15 € = 66,05€ x 3).



Nous vous signalons qu’en vertu du décret du 27 mai 2004 relatif au Livre II du Code de l’Environnement constituant le Code de l’Eau (art. 228), il est instauré une tarification uniforme de l’eau.



Le Gouvernement wallon a donc décidé d’uniformiser les conditions de distribution d’eau en fixant, à partir du 1er janvier 2005, une seule structure de calcul du prix de l’eau.



Les sociétés de distribution d’eau du robinet – dont la Société Wallonne des Eaux (SWDE) - doivent établir leur tarif sur base d’un « coût vérité » qui intègre :



· le coût vérité de la distribution (C.V.D.)



Calculé par mètre cube, le C.V.D. tient compte de l’ensemble des coûts de revient de la production et de la distribution d’eau.



Le C.V.D. intègre également la redevance pour la protection des captages. Cette redevance sert à financer toutes les mesures obligatoires visant à protéger de la pollution les nappes d’eau souterraines.



Ce coût vérité de la distribution est déterminé par la S.W.D.E. Il peut varier d’un distributeur à l’autre.



Pour 2007, le CVD = 1,8622 €/m³



· le coût vérité à l’assainissement (C.V.A.)



Calculé par mètre cube, le C.V.A. comprend l’ensemble des coûts liés à la collecte et à l’épuration des eaux usées.



L’assainissement vise à préserver la qualité des eaux, conformément à la volonté du Gouvernement wallon exprimée dans le Contrat d’Avenir pour la Wallonie.



Ce coût vérité à l’assainissement est unique pour l’ensemble du territoire wallon. Il est déterminé par la Société Publique de Gestion de l’Eau (SPGE) qui a en charge l’assainissement public des eaux usées.



Le CVA fixé pour 2007 = 0,7950 €/m³



Ainsi, la tarification uniforme de l’eau comporte :

Ø une redevance fixe annuelle par compteur destinée à rétribuer l’avantage procuré par la mise à disposition de l’eau, indépendamment de l’existence ou non de toute consommation ;

Ø le coût de la consommation annuelle réparti en quatre tranches ;

Ø la contribution au Fonds social de l’eau.



Calcul de la redevance : (20 x CVD) + (30 x CVA)

Tarif des consommations par m³ :

Prix par m³

1ére tranche - pour les 30 premiers m³/an : 0,5 x CVD

2ème tranche - de 31 m³ à 5000 m³/an : CVD + CVA

3ème tranche - de 5001 m³ à 25.000 m³/an : (0,9 x CVD) + CVA

4ème tranche - au-delà des 25.000 m³/an : (0,7 x CVD) + CVA



La contribution au Fonds social est due sur chaque m³ distribué et s’élève à 0,0125 € / m³.



Dès lors, nous vous informons qu’il vous est loisible de solliciter nos services en vue de modifier le montant de vos factures intermédiaires.



D’autre part, nous vous invitons à vérifier l’index communiqué par Internet en date du 28.08.2007 (95m³).



Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et nous vous prions, Monsieur, d’agréer nos salutations distinguées.



Isabelle STILMANT

Service commercial



De : Romain [mailto:roger.romain@skynet.be]
Envoyé : jeudi 6 décembre 2007 19:02
À : relex@swde.be; roger.romain@skynet.be; Courcelles-Ernest. Glinne@Brutele. Be (ernest.glinne@brutele.be); 6-82-Courcelles - robert.tangre@infonie.be
Objet : Concerne: le montant de votre facture intermédiaire trimestrielle du 05/12/2007 - client 1000186866 compte 100000146993



Roger ROMAIN
a/conseiller communal
avenue de Wallonie 127
B6180 COURCELLES
roger.romain@skynet.be
SOCIETE WALLONNE DES EAUX
Succursale Sambre
rue Warmonceau 16
B6060 CAHRLEROI - Gilly

Concerne: le montant de votre facture intermédiaire trimestrielle du 05/12/2007 - client 1000186866 compte 100000146993 document 100000146993 installation 1000132373


Messieurs,

Je reçois avec stupéfaction votre facture intermédiaire du 20/12/2007 par laquelle vous m' enjoignez de vous payer en 2008 125,57 euros tous les 3 mois.
j' en suis stupéfait car, jusqu'à votre dernière facture récapitulative ANNUELLE 2006-2007, je vous payais 66,05 euros trimestriellement ... , pour une consommation annuelle qui varie depuis des années, entre 100 et 120 m3 d' eau (Nous ne sommes plus chez moi que 3 petits pensionnés: mon père 92 ans, ma mère 88 ans, moi-même 67 ans) ... Suivant votre dernière facture annuelle 2006 - 2007, nous avons consommé 103 m3, pour un montant de 309,15 euros, sur laquelle nous avions donc versé pour acompte 186,93 euros. Restaient à payer 129,55 euros pour clôture de compte.
Pour 2008, je devrai donc vous payer 502,28 euros rien qu' en acomptes (125,57 x 4 ou l' équivalent de 20.261 fb pour une consommation de quelque 100 m3 d'eau). (en 2006-2007: 66,05 x 4 = 264,20 euros, pour comparer)

Ce qui m' amène à vous réclamer quelques explications avant le paiement de quoi que ce soit:

-comptez-vous en 2008 aggraver encore la panoplie de taxes de toutes sortes qui grève le prixs de l' eau et/ou en créer de nouvelles ?
-et/ou comptez-vous une fois de plus aggraver le prix de l' eau qui coule du robinet, au point de la vendre bientôt au prix du champagne alors que le sol de Wallonie regorge d' eau au point que s' en est encore pourtant une de nos rares richesses naturelles ?
Il va sans dire que sans réponse de votre part, je bloque le paiement de votre facture pour le 20/12/2007 et que je me réserve le droit de faire une très large publicité de la présente, pour le cas où ma situation ne serait pas qu' une simple erreur administrative, comptable et qu'elle serait plutôt généralisée à toute la population wallonne.. Vous payer un acompte subitement à peu près du simple au double, cela me paraît un peu fort de café...
Je vous remercie et vous prie d' agréer, Messieurs, mes sincères salutations.

Copie: Monsieur Robert Tangre, conseiller communal
Monsieur Ernest Glinne, a/ministre, conseiller communal.

22:30 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, belgique, communes, histoire, romain, presse, silence, capitalisme, democratie | |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/12/2007

Portrait Marcel Couteau :: Un conseiller communal communiste depuis 37 ans ...

Une vie de combat et de service aux gens, pour ce communiste de toujours, réélu au conseil communal du Rœulx pour la sixième fois lors des dernières élections communales.

Maria McGavigan
19-12-2007

Marcel Couteau est né en 1933 dans une famille qui avait le communisme dans les gènes, comme il aime dire, mais qui a toujours fait montre d’ouverture. Son père a été tout naturellement résistant pendant la guerre et lui-même a rejoint le parti communiste dès qu’il a commencé à travailler, à l’âge de 14 ans.

 

Sa vraie vie a commencé cependant en 1956, lorsqu’il est entré à Anglo-Germain à La Louvière, une usine qui fabriquait du matériel roulant pour chemins de fer, ainsi que des camions poubelles. Il y est rapidement devenu délégué syndical malgré le peu de sympathie qu’avait la FGTB de l’époque pour les communistes. Pour lui, il n’était pas question de vouloir « noyauter » la délégation. C’était à travers les personnes que le parti avait de l’influence. « Il ne faut pas être plus révolutionnaire que la classe ouvrière, dit-il, courir 200 m à l’avance. On ne peut pas non plus ignorer les problèmes de tous les jours… » Ce qui ne l’a pas empêché d’organiser en 1966 une heure d’arrêt de travail et une collecte dans l’usine pour soutenir les mineurs de Zwartberg au Limbourg, qui se battaient pour empêcher la fermeture de la mine.

Le grand moment de sa vie fut en 1967. La direction a annoncé la fermeture d’Anglo-Germain et les 400 travailleurs, ouvriers, employés et cadres, ont décidé comme un seul homme d’occuper l’usine, une première à l’époque. Leurs revendications : la continuation de l’usine, l’application des accords de Zwartberg (qui prévoyaient un plan de reclassement en cas de fermeture) et un volet social. Pendant 17 jours et 17 nuits, une extraordinaire expérience humaine, faite de forte camaraderie et soutenue par un vaste mouvement de solidarité va marquer ces hommes et leurs familles. L’occupation avait été préparée en front commun FGTB-CSC. La FGTB y était largement majoritaire, mais Marcel, se rendant compte de l’importance de l’unité des travailleurs, a proposé d’organiser une messe un dimanche dans l’usine. Ce qui fut fait.

Marcel Couteau, devenu député communiste entre-temps (dans le canton du Rœulx, le PCB a eu 10 % des voix aux élections de 1968), est intervenu deux fois au Parlement au sujet de cette « catastrophe de La Louvière ». Il n’aimait pas trop les mondanités de la vie parlementaire, mais appréciait la fraternité des autres députés communistes (ils étaient cinq à l’époque). En 1970 il a été élu pour la première fois au conseil communal du Rœulx sur la liste Alliance démocratique, qui donnera naissance plus tard à l’Union démocratique et progressiste (UDP). Devenu échevin des travaux en 1977, il fut même bourgmestre du Rœulx entre 1983 et 1985.

Le 30 décembre 2007, de 9 à 16 h, vous pourrez rencontrer à l’université marxiste Marcel Couteau, et Robert Blansaer qui a dirigé l’occupation des ACEC à Gand en 1973. Ils nous entretiendront du rôle des communistes dans la lutte syndicale. Où ? Thonetlaan 106, 2050 Anvers (Linkeroever). Info et inscriptions : www.marx.be

20:14 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : communisme, silence, courcelles, belgique, romain, histoire, actualite, politique, communes, hainaut, presse, capitalisme | |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/12/2007: De plus en plus, nous devenons les galériens d' un capitalisme de plus en plus imbécile et cupide ...


De plus en plus, nous devenons les galériens d' un capitalisme de plus en plus imbécile et cupide ...

Ces-jours, on m' a raconté la petite histoire de ces 2 dames de Montigny-le-Tilleul, venues en bus et à pied, enlever un colis postal à ... COURCELLES.
Le bus de Montigny-le-Tilleul jusqu'à Courcelles-Trieu...  Plus 20 minutes à faire la file à la nouvelle Poste du Trieu (qui sera en 2008, l' unique bureau encore ouvert à Courcelles!), pour apprendre au guichel: "Ah non, Madame, vous devez vous rendre chez TaxiPost, avenue de Wallonie !". Effectivement TaxiPost se trouve maintenant, sur le zoning de Courcelles, au coin des avenues de Wallonie et de Liège ...
Bref 15 - 20 minutes en plus à pattes pour y aller et autant pour revenir au Trieu, pour reprendre le bus, car entre ces le Trieu et TaxiPost, aucun moyen public de transport, même si on nous raconte qu'il devrait y avoir quelque 900 emplois "nouveaux" sur le zoning  ...
On avance, on progresse, les ami(e)s dans une Wallonie de plus en plus au bord de la crève..., même si "on" offre des zonings aux multinationales et  malgré le Plan Marshall de Van Cau -  Di Rupo  ...
RoRo
22/12/2007

Jean-Marie Flémal a écrit :

Salut, Roger,
Comment va ? Bien, j'espère.
Un scoop : Dans les 1200 bureaux que La Poste compte laisser ouverts sur le territoire belgo-belge, elle va engager 1200 employés de plus : des cordonniers...
A part ça, mes meilleurs voeux de nouvel an à vous deux. Et une bonne santé, surtout.
Cordialement,
JMF

Je vais t'étonner, mais il paraît aussi qu'ils ne vont plus recruter comme facteurs que des coureurs à pied profesionnels ... GéoRoute garantira une courte formation de remise en forme...
A part cela, merci du message et très bonnes fêtes aussi à Myriam, à toi et à tous les amis qui recevront ce mél.
RoRo

Bientôt TaxiPost à COURCELLES .... A quoi sert le zoning ? : aussi des délocalisations, des rationalisations ... !
 
----- Original Message -----
From: "P..C .....>
Sent: Tuesday, August 05, 2003 1:04 PM
Subject: TaxiPost
Et à part ça, il n'y a pas de camions prévus pour TaxiPost !!!
Voir article que je viens de piocher sur internet :
«Taxipost doit rester attaché à La Poste»
Edith Janssens
Solidaire 16-05-2001
Un ancien agent de la poste rapide:
«Taxipost doit rester attaché à La Poste»
Un calendrier vient d'être avancé pour une réorganisation complète de Taxipost, la poste rapide. Il prévoit de réduire à 9 le nombre de dispatchings pour tout le pays. Ceci dans le cadre de la transformation de Taxipost - activité en pleine croissance -en société anonyme.
Edith Janssens
Marc Adams, postier de Taxipost, avertit: «Le nouveau réseau de dispatchings est catastrophique pour nous. Les gars de Philippeville et Namur devront aller s'approvisionner à Courcelles et, de là, faire leur circuit à Namur ou dans le Sud du Hainaut. Les agents de Mons, Ath et Mouscron devront aller à Tournai. Idem pour Jemelle et Herstal. Rien que pour la Wallonie, le travail de 17 dispatchings sera concentré en 4 nouvelles installations. Enfin, le transport et l'approvisionnement des dispatchings se feront dorénavant par camion au lieu du rail. Alors que le réseau routier est déjà saturé!»
Marc Adams épingle aussi le fait que les colis de moins de deux kilos font l'objet d'une négociation entre Taxipost et le 'mail' (la distribution). «Très dangereux pour la Poste, estime-t-il. Car les facteurs pourraient bien perdre les colis qu'ils distribuent aujourd'hui. Cela va supprimer du personnel dans les centres de tri et dans les bureaux distributeurs. Je suis absolument contre cette direction séparée de Taxipost. Taxipost doit rester attaché à la poste de distribution. Sinon, nous allons devenir des concurrents directs des facteurs.»
Rombouts, le directeur de la Poste, est en train de larguer Taxipost. Cela fait des années que le privé est intéressé par ce département: la distribution des colis est un secteur juteux, en pleine explosion.
En 1992, la Commission européenne - dont le socialiste Karel van Miert, alors commissaire à la concurrence - a décidé que la poste rapide devait être privatisée au plus vite dans toute l'Union. Une décision répondant aux souhaits de la Table ronde des industriels européens, qui rassemble 45 multinationales. Celles-ci attendent que les parties rentables des services publics soient restructurées par les Etats de manière à être le plus rentable possible. Le privé n'a alors plus qu'à acheter les actions de ces sociétés lorsqu'elles sont taxées en Bourse, comme cela devrait être le cas pour Taxipost.
Rombouts investit 1,6 milliard de F pour la modernisation de Taxipost. En puisant dans les caisses de La Poste. Lorsque la société anonyme Taxipost sera privatisée, les nouveaux actionnaires pourront remercier leur généreux bienfaiteur. A l'inverse, en gardant Taxipost au sein de La Poste, les bénéfices pourraient financer les services au public.
Les beaux morceaux, je vous les mets à part?
25 juin 1980. La Commission européenne publie une directive (une loi européenne) «relative à la transparence des relations financières entre les Etats membres et les entreprises publiques». En résumé: si un secteur rentable d'une entreprise publique subventionne un secteur non rentable de la même entreprise, cette subvention est considérée comme une aide de l'Etat. Donc, incompatible avec le marché commun, car cela fausse la concurrence.1
C'est ainsi que la privatisation a été préparée de longue date par des institutions européennes créées sur mesure pour les besoins du patronat européen!
1 Gérard de Selys, Privé de public, EPO, 1995, pp 37- 38                     . (RoRo : 13/08/2003)

20:01 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poste, capitalisme, europe, euro-dictature, romain, courcelles, histoire, actualite, communes, politique, presse, silence, hainaut, belgique, charleroi | |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/12/2007: Ici, mes nouveaux sites en photos. ...]

-------- Message original --------
Sujet:  Ici, mes 2 nouveaux sites en photos. ...]
Date: Sat, 22 Dec 2007 19:27:26 +0100
De: Romain <roger.romain@skynet.be>



Ici, mes nouveaux sites en photos. Vous pouvez aussi y participer si vous avez également des choses criantes à dire et à ajouter par l' IMAGE. Merci et bienvenue !

RoRo


Photo Album: C' est à Courcelles                                                                                                                                                                                                                        

roger.romain@skynet.be

19:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, histoire, belgique, actualite, communes, politique, capitalisme, euro-dictature, terrorisme, guerre, social, sdf, solidarite, presse, silence, usa, irak, iran, palestine, sionisme | |  Facebook | |  Imprimer | | |

21/12/2007

Des politiciens immoraux représentés par des personnes morales ...

Exclusif :: André Gilles (PS) surpris en flagrant délit de mensonge

Des mandataires PS et MR ont créé des sociétés siégeant à leur place dans des organismes publics. Avec à la clé, des avantages salariaux et fiscaux.

Marco Van Hees
19-12-2007

André Gilles, député provincial (PS) et Jean-Claude Marcourt, ministre régional de l’Economie, de l’Emploi et du Commerce extérieur (PS). (Photo www.prov-liege.be)


Quels sont les points communs entre les députés provinciaux Georges Pire (MR) et André Gilles (PS), l’ancien bourgmestre de Seraing Jacques Vandenbosch (PS), le bourgmestre de Blegny Marc Bolland (PS) et le bourgmestre faisant fonction à Ans Stéphane Moreau (PS) ?

D’abord, ils exercent tous des mandats politiques dans la région liégeoise. Beaucoup de mandats même : les quatre premiers totalisent 91 mandats publics ou privés (Moreau est absent de la liste des mandats à déposer obligatoirement à la Cour des comptes).

Mais surtout, ils font exercer leurs mandats par des sociétés qu’ils ont eux-mêmes créées. Prenez André Gilles. Si vous vous glissez à une réunion du conseil d’administration de Tecteo (ex-Association liégeoise d’électricité), vous verrez sur le siège du président quelqu’un qui lui ressemble fort. Mais est-ce André Gilles ou le représentant de la sprl créée par… André Gilles ?

Trends-Tendances affirme que c’est ce second. Le mandataire socialiste dément dans La Libre Belgique. Tout en défendant cette pratique qui « est une facilité et [qui] assure plus de transparence (sic) », il précise : « Je ne suis pas représenté à Tecteo par une sprl, et pas davantage à la SPI. Ma sprl intervient dans deux sociétés qui n’ont rien à voir avec des mandats publics. »

Sûr ? Parmi les 32 mandats de Gilles, on trouve un poste d’administrateur à la Socofe, un holding financier qui fédère des intérêts communaux et intercommunaux wallons. Un mandat public, donc.

Une sprl créée deux jours avant sa démission

Nous avons retrouvé dans le Moniteur du 2 novembre 2007 cet extrait d’un procès-verbal du conseil d’administration de la Socofe : « Le conseil prend acte de la démission de leur mandat d’administrateur de messieurs André Gilles au 1-6-2007 et Jean-François Escarmelle au 1-7-2007. Afin de pourvoir à leur remplacement, il désigne à titre provisoire la sprl SGM représentée par monsieur André Gilles et la sprl Gestion-Innovation représentée par monsieur Jean-François Escarmelle. »

Cette perle est signée par le président de la Socofe, Jean-Claude Marcourt, ministre wallon qui passe plutôt pour un rénovateur « clean » au sein du PS. Le Moniteur nous apprend également que la sprl SGM a été créée par André Gilles, actionnaire unique, le 29 mai 2007. Deux jours avant sa pseudo-démission.

Intérêt de ce procédé ? Ils sont multiples. D’abord, la rémunération est moins taxée en société qu’en personne physique. Ensuite, il permet de contourner la règle qui limite le revenu total d’un mandataire public à une fois et demie le salaire d’un député. Enfin, André Gilles a lui-même expliqué à la télévision locale RTC que ce procédé permettait de mettre son patrimoine privé à l’abri des risques qui guettent les administrateurs de société.

Bref, si un jour ce bon socialiste est accusé de mauvaise gestion, voire de malversations, il sera financièrement intouchable, le magot étant planqué dans une mal nommée « personne morale », sa société SGM

23:02 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : presse, silence, belgique, romain, courcelles, histoire, actualite, capitalisme, ps, mr, democratie, politique | |  Facebook | |  Imprimer | | |

19/12/2007

19/12/2007: BELGIQUE : une nouvelle mixture gouvernementale "démocratique" au pouvoir ...

BELGIQUE: ca y est, parèt qu' nos z'avon ein novia gouvernemint, ein Verhofstadt drie ...
Après 6 mois de comédie, "socialistes" et calottins francophones entrent de nouveau dans la baraque... sans doute pour 6 mois.
Pour faire quoi: si l'on suit les constatations subites, comiques, démagogiques et télévisées d'un certain Di Rupo lors de la manif de ce samedi 15 décembre 2007, c' est sans doute pour ENFIN combattre la vie chère (qui devient de plus en plus chère!) et réduire le chômage (ca doit bien faire 30 ans qu'on en parle à coups de cadeaux -des milliards de fb !- donnés au patronat de plus en plus riche et multinational). Bref, voilà le pays embarqué dans une nouvelle mixture avec des ministres avérés nationalistes et séparatistes flamingants, aux côté des libéraux. Pour les Flamands, c' est peut être une bonne chose, mais pour les Wallons et les Bruxellois, pour les travailleurs. Lorsque l'on sait que la grande préoccupation de tous nos dirigeants "démocrates" était de trouver avant tout une majorité suffisante en vue d'une réforme institutionnelle. Pour ce qui est des conditions de vie des gens, les électeurs, bleus, orangés, rosés, du 10 juin 2007, repasseront  aux côtés de tous les autres électeurs bernés, conditionnés par les médias au cours d'une lessive électorale de quelques semaines au point de transformer quelque 90 pourcents des électeurs en machines automatiques à voter ...
J' ai l' impression, qu' après ce coup-ci, la côte de Milquet et de Di Rupo va quand même en prendre un p'tit coup : tertous din l'même satche, diront les Wallons
RoRo

16:50 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, actualite, romain, presse, silence, democratie, ps, cdh, mr, belgique, politique, capitalisme, courcelles | |  Facebook | |  Imprimer | | |

11/12/2007

07/12/2007: 6 mois de cirque communautaire...


En tout cas, 6 mois après les élections, la brouille s' envenime entre les partis de l' orange (les calottins) - bleue (les libéraux), du Nord et du Sud et une solution n' est toujours pas en vue. La querelle éclate même entre les partis des clans opposés du Nord et du Sud. La démonstration est faite de ce que la droite, dont d' aucuns sont sépartistes et nationalistes, peut offrir au pays. Ces partis pseudo-démocratiques sont occupés à se déconsidérer auprès de bien des électeurs qui ont voté à droite. Et si on revotait tout simplement ???  Evidemment, ce serait une véritable catastrophe pour d' aucuns ... "Socialistes" et Ecolos attendent derrière la porte ... Serait-ce mieux ??? Les "socialistes" sont déjà dans la galère depuis 1999, avec les libéraux et le pays va on ne peut plus mal, du moins pour les plus faibles et bien des catégories de travailleurs. Que peut encore offrir également le réformisme ???

RoRo


-------- Message original --------
Sujet: Le cdH en appelle au sang-froid et à l'unité des francophones
Date: Fri, 7 Dec 2007 13:39:59 +0100


Contact
07.12.2007

Le cdH en appelle au sang-froid et à l'unité des francophones


Le cdH, très étonné des propos lus et entendus ce matin, en appelle au sang-froid et à l'unité des francophones et non à leur division.

Les Belges ont besoin de sortir de la crise et non de la voir s'approfondir sans raisons. Ils ont besoin d'un gouvernement au plus tôt et de responsables politiques constructifs et responsables dépassant les préoccupations électoralistes et particratiques.

Le cdH se refuse donc de réagir à une nouvelle charge infondée du MR, utilisant cette fois pour occulter, soit une soudaine nervosité soit un changement de choix politique, un reportage réalisé en toute indépendance par des journalistes de la RTBF et filmant en coulisses des moments de vie non publics durant les négociations.

Par ailleurs, le cdH rappelle au besoin qu’il a négocié avec les libéraux pendant 5 mois sans relâche, conclu plusieurs accords sur 8 chapitres de programme, déposé des dizaines de propositions constructives et a dit « oui » à la note institutionnelle finale du formateur de lundi dernier. Déceler dans ce cas une pseudo non-volonté d’aboutir relève de l’absurde... L'orange bleue a chuté sur les revendications excessives de la N-VA et sur rien d’autre !


-                                                                                                                                                                                                    

00:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, democratie, ps, politique, romain, courcelles, actualite, presse, ecolo, social, histoire, cdh, mr, capitalisme | |  Facebook | |  Imprimer | | |

08/12/2007

05/12/2007: COURCELLES-Trazegnies: une triste nouvelle: Yvon STURBOIS s' en est allé à son tour à l' âge de 72 ans ...


COURCELLES-Trazegnies: une triste nouvelle: Yvon STURBOIS s' en est allé à son tour à l' âge de 72 ans ...

Ils étaient 8 frères, tous ayant vécu les conditions de vie pénibles des mineurs, travaillant à la mine, dont 6 au fond....
L' aîné Jean-Baptiste a travaillé dans les mines du Limbourg notament avant de revenir vivre à Viesville et à Courcelles après la guerre de '40 où il fut militant communiste.
C' est lui, qui, disons avec mon aide technique et dactylographique, a tenu pendant de nombreuses semaines une intéressante rubrique dans "La Petite Lanterne" intitulée "Les braves gens". Cette rubrique décrivait les conditions pénibles de sa famille nombreuse et le dur travail des "gueules noires". Elle fut ensuite reproduite en une brochure vendue en librairie à COURCELLES et environs.
Publier ses mémoires qu' il avait patiemment et au jour le jour écrites dans un petit carnet personnel, c' est Georges GLINEUR qui lui inspira cette idée au départ. Je fus donc appelé à la rescousse, mis à contribution ...
Yvon lui, était le plus jeune des frères. Il a longtemps vécut rue du Bâty à Trazegnies. Il fut comme Jean-Baptiste et Joseph, membre du Parti communiste pendant de nombreuses années.
Yvon est né en 1935 et commença au fond de la mine le 9 octobre 1949. Mais le 8 mai 1950, survint la tragique catastrophe de Mariemont-Bascoup. Il y eu 38 tués ...

Parmi les victimes, il y avait différentes nationalités : 22 Belges, 1 Allemand, 4 Polonais, 7 Ukrainiens, 3 Italiens, 1 Français et 2 Russes.

Y figuraient notamment:

 CHIRAC Henri, 25 ans, Français (un de mes oncles),  STURBOIS Georges, 27 ans, Belge (un des autres frères Sturbois) - STANSON Pierre, 29 ans, Belge (un de mes oncles qui laissaient 3 orphelins toujours en vie actuellement) ...

Trois rescapés, hospitalisés à la clinique Louise à Morlanwelz : MALFAIT Georges, marié, de Trazegnies - ROELANDST Julien, 17 ans, de Chapelle - lez - Herlaimont, décédé à l' hôpital - STURBOIS Yvon, 14 ans, de Trazegnies.

De beaucoup de ces mineurs (avec lesquels mon propre père a travaillé pendant quelques années au fond également avant de quitter la vie de mineur), Yvon STRUBOIS, était le plus jeune et l'unique rescapé encore en vie... Il vient donc de nous quitter pour toujours...
Cela ranime en moi quelques souvenirs d' un passé tragique et définitivement clos... C' est avec tristesse que j' apprends ce décès ...

11 MAI 1950 : la tragique catastrophe minière de Mariemont - Bascoup !

RoRo
05/12/2007

23:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, belgique, hainaut, charleroi, capitalisme, presse, social, syndicats, courcelles, histoire, actualite, injustice | |  Facebook | |  Imprimer | | |

05/12/2007: Des militants belges sont allés donner un coup de main à Calais, voilà leurs témoignages: ...


------- Message original --------

Sujet: La France de Sarkozy vue par des Belges... pas jolie jolie...
Date: Wed, 5 Dec 2007 01:34:08 EST
De: Xarlo@aol.com


A envoyer à vos élus et autres irresponsables à 53%...
**************
Des militants belges sont allés donner un coup de main à Calais, voilà leurs témoignages:

http://liege.indymedia.org/news/2007/11/19147.php

Lien vers la vidéo

http://liege.indymedia.org/news/2007/11/19142.php

L'enfer de Calais
Par eveline, Sunday, Nov. 25, 2007 at 7:36 PM
evelinedal@yahoo.fr
l'enfer des migrants

Les migrations : l’horreur tout près de chez vous

Ils sont 350 à Calais, vivant dans les bois (appelés la « jungle ») à 0 à 5 degrés, hommes, femmes, beaucoup d’adolescents et des enfants, venant d’Afghanistan, d’Erythrée, du Kurdistan irakien……..

Une majorité sont passé par la Lybie puis l’Italie. Ce sont les rescapés des traitements que l’on réserve aux migrants en Libye, des noyades dans la mer méditerranée

Les morts dans le désert et dans le canal de Sicile, les tortures et les violences sexuelles dans les centres de rétention financés pas l’Italie, les déportations dans le Sahara, les expulsions collectives au large de nos mers, les rapatriements des réfugiés sur les vols payés par Rome, les déportations depuis Lampedusa, les homicides dans les commissariats, les abus des passeurs et les attaques racistes à Tripoli. Tout ce qu’il ne faut pas savoir sur le Pays auquel l’Italie et l’UE ont confié la garde des frontières du sud, à la veille des contrôles (…) L’observatoire sur les victimes des migrations :
http://fortresseurope.blogspot.com/2006/01/libye-linquitant-rapport-publi-par.html

Leur objectif est l’Angleterre, aucune alternative est possible à leurs yeux.

Ils passent leur journée sur un terrain vague ou l’association Salam leur offre à midi une soupe. Ils se lavent dans le canal (5 degré ce jour là), se réchauffent autour d’un feu de fortune, jouent au foot, discutent, se battent.

A 18 heures les 350 font quelques km pour se rendre au repas chaud offert par les bénévoles sur un quai du port de Calais. Ils font la queue pour recevoir à manger et puis, épuisés s’arrachent les couvertures, les bonnets, les écharpes distribués par l’association.

Une infirmière distribue des médicaments et fait des soins de plaie sur le quai à l’aide d’une lampe de poche.

Puis les 350 retournent dans leur jungle, en espérant que cette nuit-ci la police ne viendra pas les arrêter, démolir leurs abris de fortune qu’ils ont construits, les gazer, les amener dans un commissariat à plusieurs kilomètres de là pour les relâcher le lendemain
.
Une femme Erythréenne pleure et demande de l’aide : son fils de 9 ans s’est fait arrêter à Dunkerke en essayant de passer vers l’Angleterre et elle n’a plus de nouvelles. Une bénévole la réconforte, lui explique qu’il est au chaud, lui au moins, et qu’elle va essayer de le retrouver.

Une famille kurde est là avec 3 petits enfants depuis 15 jours. Une enfant toute mignonne Erythréenne de 5 ans est là depuis 3 mois avec sa maman.

Un jeune homme de 18 ans est à l’hôpital : il s’était trompé de camion, en a pris un qui allait en direction de la Belgique, il a sauté et s’est fait écraser. Il a perdu une jambe.

Nous avons passé la journée avec eux, plusieurs associations de Gand et de Bruxelles. Nous avions amené des vivres, des vêtements, 3 camionnettes remplies, juste assez pour les ravitailler pour une journée.

Cette situation perdure depuis des années et le nombre de migrants augmente de mois en mois malgré, les conditions de vie, le froid, les pressions, les violences de la police dans le but de dissuader.

Ils disent que c’est toujours mieux que la vie chez eux et qu’à 30 minutes de l’autre côté il y a l’Angleterre, le pays où ils retrouveront famille, travail, amis.
L’année passée ils étaient 200. Aujourd’hui ils sont 350.

Et tous attendent le passeur, le moment pour passer ce canal. Et tous finiront, après 15 jours ou 6 mois par y arriver grâce à des passeurs, des douaniers pas trop scrupuleux.

Dans la petite ville de Calais on les voit partout. Les habitants ne les voient plus. Les commerces, les cafés leur refusent l’entrée.

Il m’a fallu plusieurs jours avant de me remettre de cette visite éclair aux réfugiés de Calais.

L’association SALAM (
http://www.associationsalam.org/ ) nous demande de faire connaître cette situation dramatique, qui ne fait que s’aggraver d’année en année. Ni la répression systématique, ni le froid, ni les conditions de vie n’empêchent, n’empêcheront ces hommes, femmes, enfants, de fuir, de chercher un monde meilleur.

Et ce n’est que le dessus de l’iceberg : partout en Europe et dans les pays limitrophes on retrouve des migrants qui cherche désespérément un pays qui pourrait les accueillir.

Chez nous aussi, à Anvers, à Ostende à Zeebrugge, le long des autoroutes des groupes, des familles se font arrêter.

Nos politique belges et européens crient aux « sécuritaires ». Sécuritaire pour qui ?
Ils nous imposent une culture de la peur, la peur du terrorisme, la peur du « migrant », la peur de l’autre. Ils créent des lois « pour notre sécurité » et nous enferment dans notre confort minuscule au dépens d’autres humains, qui ont eu le malheur de naître sur le mauvais continent.

Allons nous continuer à accepter cela ????


Eveline Dal

20:37 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, france, euro-dictature, presse, silence, repression, flicage, democratie, liberte, capitalisme, sans-papiers, romain, courcellesnhistoire, actualite, social | |  Facebook | |  Imprimer | | |

06/12/2007

03/12/2007: Les sociétés d' intérim, les chômeurs et le respect de leurs droits individuels, de leur vie privée, de leur citoyenneté...



Les sociétés d' intérim, les chômeurs et le respect de leurs droits individuels, de leur vie privée, de leur citoyenneté...

Vous avez 30- 35 - 40 ans, vous êtes chômeur(se), vous recherchez du boulot ?

Une des solution désormais bien implantée, est de vous adresser à une société d' intérim...

Ce sont des loueurs d' hommes: elles louent aux autres patrons VOTRE boulot, VOS bras, pour quelques mois, quelques semaines, quelques jours, juste le temps d' effectuer un remplacement. Le travail terminé, le patron occassionnel vous embauche ou vous remet sur le pavé. Et vous recommencez éternellement les mêmes recherches, les mêmes formalités, les mêmes contrôles...

La société d' intérim encaisse sur votre dos, votre travail, une partie de la plus-value salariale. Leurs possibilités ont encore été étendues avec les chèques-service..., grâce principalement aux ministres Mr... L' État (c' est-à-dire la collectivité) y va même de ses caisses ...

Bien sûr, il faut vous inscrire: par exemple auprès de MANPOWER CHARLEROI, bd Audent 12, 6000 Charleroi.

Pour cela, il vous faudra montrer patte blanche et fournir obligatoirement les documents suivants:

-1 curriculum vitae

-votre carte d' identité

-votre carte Sis (mutuelle)

-1 certificat de bonne vie et moeurs (pratique en vigueur aussi dans les services publics)

et sans doute prochainement

-votre carte électronique chômeur (???).

Je ne sais pas encore si c' est une erreur administrative (une de plus!) ou désormais la pratique réelle et courante, mais un chômeur que je connais s' est adressé auprès de l' Administration communale de CHARLEROI pour obtenir le fameux "certificat de bonne vie et moeurs".

Surprise: je constate que le document lui remis est intitulé "extrait du casier judiciaire".

Heureusement, pour l' intéressé, son casier est vierge. Pour les autres, figurent sur un tel document: certaines amendes, les condamnations, emprisonnements et durées, suspensions des droits civils et politiques, etc...

En principe, en Belgique, si vous avez commis un grave délit criminel et purgé une peine de 5 ans de prison (p.e.), personne ne peut plus vous le reprocher, vous le rappeler, le diffuser publiquement, sous peine de poursuites judiciaires de votre part: vous avez gravement fauté, mais vous êtes considéré avoir payé votre faute , vous être racheté...

Alors, si c' est une pratique courante, que les sociétés d' intérim et les autorités expliquent un peu à quoi peut servir, dans le cadre du respect des libertés et droits individuels, du respect de la loi sur la vie privée et des données informatiques, cette obligation de fournir 1 certificat de bonnes vie et moeurs et/ou du casier judiciaire, aux sociétés d' intérim.

Les chômeurs honnêtes, sans tache et sans passé répressif, sont-ils automatiquement supposés être des délinquants, des parias, pour qui leur vie peut être jetée en pâture, auprès de tel ou tel patron, de tel ou tel employé de guichet ou de bureau , ... ???

Comment se fait-il que les syndicats acceptent encore de tels affronts pour les travailleurs ?
J' ai connu l' époque où, à COURCELLES, le casier judiciaire était géré uniquement au Bureau de Police communal et on ne pouvait obtenir un extrait qu' en s' adressant auprès de ce service.  Qu' en est-il à Charleroi ?

RoRo

23:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syndicats, social, flicage, romain, courcelles, histoire, belgique, actualite, democratie, liberte, presse, silence, capitalisme, exploitation capitaliste | |  Facebook | |  Imprimer | | |

SOLIDAIRE du 05/12/2007 ...

Solidaire n° 49 - 05/12/2007

Solidaire
La une

Éditorial
Le 15 décembre pour sauver le pouvoir d’achat et la solidarité

Nouvelles des entreprises
Ghislenghien :: Où en est l’aide aux victimes ?
Riet Dhont
Fer blanc contre ligne à chaud? Un faux débat
Hubert Hedebouw
Ferblatil-ArcelorMittal Liège :: Chronique d’une mort esseulée
En bref
FN Herstal :: Arrêt de travail contre la vie chère
François Ferrara
Zaventem :: Procès après une grève à l’aéroport
Johnny Coopmans

Santé
Suis-je trop gros(se) ou trop mince ?

Belgique
Enseignement :: Files d’attente dans les écoles secondaires
Dirk De Block
Série « Belgique, ne me quitte pas » (14) :: Rik Vermeersch (FGTB) et Guy Tordeur (CSC) à propos de Sauvons la solidarité
Gaston Van Dyck et Mark Kennes
PTB :: Une membre parmi 2 815
C’est notre histoire :: L’ABC du marxisme en quelques leçons
Maria McGavigan

International
Venezuela :: Chávez perd le référendum sur la nouvelle constitution
Pol De Vos
Changement climatique :: Les mérites et les faiblesses du film d’Al Gore
Thierry Warmoes
Le commerce des droits d’émissions de CO2 n’empêchera pas le réchauffement
Thierry Warmoes
Russie :: Entre Poutine et Kasparov, la Russie recherche démocratie
Jef Bossuyt
En bref
Protection syndicale :: Journée d’action Stop the killings
Wim De Ceukelaire
Annapolis :: Bush veut créer un État palestinien à côté d’Israël : mais où ?
Luc Vancauwenberge

Jeunes
Enseignement :: Dangereux décret de financement en Flandre
Koen Hostyn
Grèves étudiantes France :: Après le CPE, les étudiants se font de nouveau entendre
Vincent Duthoy
Pays-Bas :: Plus de cours, pour une qualité moindre ?
Sophie Van den Eynde
Bloque Collective Noël 2007

Régions
Zelzate :: Sept propositions PTB+ acceptées à l’unanimité
Karel Van Bever
Liège :: Le patron de la Poste répond au PTB
Raoul Hedebouw
Genk :: La Ville accepte la proposition de vaccination
Herstal :: Le PTB, un parti décidément fréquentable !
Franz Verdel
Ça s'est passé près de chez vous

Dossier
Les chiffres choc
Syndicats Manifestation le 15 décembre
Les partis socialistes passent au détecteur syndical
David Pestieau
Action PTB « Touche pas à mes patates » le 15 décembre
Touche pas à mes patates :: Dix points du PTB contre la vie chère et pour la solidarité
David Pestieau

Quoi de neuf docteur ?
Quoi de neuf docteur Leen ?

Presse et lettres
Lettres

Culture
Portrait Jon Stewart :: L’incontestable roi de la satire politique
Mark Kennes


Solidaire n° 48 - 28/11/2007

Solidaire
La une

Éditorial
SOS pouvoir d’achat

Nouvelles des entreprises
En bref
VW-Audi Forest :: Un an après, nous ne pouvons rien oublier
STIB Bruxelles :: Refus du plan Drivers
Lucien Materne
Arcelor-Mittal Sidmar :: Le plan d’économies « Formule 1 » : une course vers des licenciements ?
Dirk Goemaere

Syndicats
FGTB Verviers :: Décès de Marc Bourguet
Cathy Craen

Belgique
L’orange bleue ne veut pas entendre parler d’un prix plafond pour l’énergie
Tom De Meester
Nouveau procès DHKP-C :: Le procureur requiert 7 ans de prison contre Bahar
Axel Bernard
In memoriam :: Walter De Bock, un des meilleurs journalistes d’investigation
Herwig Lerouge
Série « Belgique, ne me quitte pas » (13) :: Guido Fonteyn, journaliste
Mark Kennes
Racisme :: Lucas Catherine, spécialiste du Moyen-Orient et de l’Islam, contre l’Islamophobie
Thierry Limpens
Finie, l’école qui affiche «complet» deux ans à l’avance ?

International
France :: Un patron révèle le programme secret de Sarkozy: retour à avant 1945
David Pestieau
Ce que les Irakiennes pensent de leurs « libérateurs »
Marc Botenga
Irak-Afghanistan :: Les mercenaires sèment la terreur
Marc Botenga
En bref
Finlande :: La Colère blanche remporte la victoire contre le gouvernement
Marc Botenga
Soutien aux victimes du cyclone au Bangladesh

Régions
Hoboken :: Mécontent de la gestion communale anversoise, le PTB+ rejette le budget
Gaston Van Dyck
Ça s'est passé près de chez vous
Liège et Gand :: Actions pour les bureaux de poste de quartier
Deurne :: BAM se moque de la population
Mark Kennes

Cartoons
Cartoon • Wonderwoman
Le dessin de Matiz

Quoi de neuf docteur ?
Quoi de neuf docteur Eric ?

Presse et lettres
Lettres

Culture
Portrait Benoît Poelvoorde :: Il y aura des retombées si on se sépare
Laura León Fanjul

L'avocat vous répond
Mon noyer


Solidaire n° 47 - 21/11/2007

Solidaire
La une

Éditorial
Vie chère : il est temps d’agir !

Nouvelles des entreprises
En bref
Janssen Pharmaceutica :: Grève contre 700 licenciements
Gaston Van Dyck
Un CD-ROM sur la grève de VW

Santé
Le tétanos

Syndicats
Pouvoir d'achat :: La csc tire la sonnette d'alarme
Sara Vanobbergen
Orange bleue :: La FGTB mobilise
Alice Bernard et Gaston Van Dyck
La Louvière :: L’augmentation des prix, on en a soupé
Michel Mommerency

Belgique
Jumelage :: Des Zelzatois rencontrent des Louviérois
Série « Belgique, ne me quitte pas » (12) :: Des étudiants organisent 'Les Belges s’embrassent'
Mark Kennes et Laura León Fanjul
Bruxelles :: 35 000 personnes marchent pour l’unité
Julien Versteegh et Vincent Bevernage
La Belgique : enfer ou paradis fiscal ?
L’université marxiste d’hiver :: Que peut nous apprendre le marxisme sur l’actualité ?
Maria McGavigan

International
France :: Grève nationale et mécontentement étudiant face à un Sarkozy décidé
Julien Versteegh
Vive altercation entre le président vénézuélien Hugo Chavez et le roi d’Espagne
Pol De Vos
Portrait Naomi Klein :: Choc et capitalisme du désastre
Julien Versteegh
En bref
Guatemala :: Quand le travail syndical peut vous coûter la vie
Cheminots Allemagne :: Négociations en cours pour une importante hausse salariale
Tony Busselen

Jeunes
Comac en action contre le réchauffement climatique
Jouwe Vanhoutteghem, Pieter Jan Caes, Breght Vandenberghe, Thierry Warmoes et Wouter Vandamme

Régions
ALZ Genk :: Moins de chrome dans l’air, cela nous intéresse
Free Van Doorslaer
Charleroi :: Marche pour Sadia Sheikh, contre le racisme
Charleroi :: Un petit saint Nicolas au grand cœur
Ça s'est passé près de chez vous

Cartoons
Cartoon • TVA
Le dessin de Matiz

Quoi de neuf docteur ?
Quoi de neuf docteur Leen ?

Presse et lettres
Lettres

Culture
Film Mon meilleur ennemi :: Klaus Barbie, boucher nazi, puis agent de la CIA
Peter Mertens
8eme Festival de Cinéma d’ATTAC :: Sous le signe de la dignité des peuples

22:27 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, colonialisme, courcelles, romain, actualite, presse, silence, ptb, politique, syndicats, venezuela, environnement, ecologie, usa, israel, sionisme, imperialisme, guerre | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Liens provisoires et à vérifier

En cliquant, vous accédez directement à ma page dédiée à Guevara

Mon site cubain

Plusieurs dizaines de liens documentaires...

Pour qui roulent Ménard et RSF ???

11:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

05/12/2007

05/12/2007: Humour ...

05-12-2007
Humour
Elio Di Rupo, Didier Reynders et Yves Leterme survolent la Belgique dans un jet privé. Elio se tourne vers Didier et dit en faisant de l’esbroufe : « Tu sais, je pourrais jeter un billet de 500 euros par la fenêtre et rendre quelqu’un très heureux ». Didier lui réplique : « Et bien, je pourrais jeter 10 billets de 50 euros par la fenêtre et rendre 10 personnes heureuses ». Pour ne pas être en reste, Yves renchérit : « Je pourrais jeter 100 billets de 5 euros par la fenêtre et faire 100 heureux ».
Le pilote soupire et dit à son copilote : « Non mais t’entends cette bande d’arrogants à l’arrière. Ils ne se rendent pas compte que je pourrais jeter trois connards par la fenêtre et rendre des millions de gens heureux ! »

14:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, courcelles, histoire, belgique, politique, presse, silence, actualie, democratie, ps, mr, cdh | |  Facebook | |  Imprimer | | |

04/12/2007

04/12/2007: BELGIQUE: enfer ou paradis fiscal ?

http://www.dailymotion.com/video/x3npvz_belgique-enfer-ou... (1ère partie)

http://www.dailymotion.com/related/6145487/video/x3nsmd_b... (seconde partie)

http://www.dailymotion.com/related/6149029/video/x3npvz_b... (troisième partie)

-------- Message original --------

Sujet: Belgique: Enfer ou Paradis Fiscal ? - La vidéo
Date: Tue, 4 Dec 2007 18:36:37 +0100
De: Alex Pozetti <alexpozetti@gmail.com>


Bonjour,

A voir ABSOLUMENT !!! ....Si vous avez raté l'émission lors de son passage à la télé, ou si vous désirez la revoir:

Belgique: Enfer ou Paradis Fiscal ? (cliquez sur le lien pour accéder à la vidéo).

L'émission de la RTBf, "questions à la une", a été divisée en trois parties pour des raisons techniques (lourdeur du fichier, limité à 150 Mo maximum par séquence sur "Dailymotion").

Faites passer ce mail à tous vos contacts, car le sujet illustre très bien l'une des revendications posées pour la manifestation du 15 décembre: "Pour une fiscalité plus équitable".

21:45 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, courcelles, histoire, belgique, actualite, presse, silence, democratie, politique, expkoitation capitaliste | |  Facebook | |  Imprimer | | |

03/12/2007

02/12/2007: Il faut boycotter le Jobpass!

 -------- Message original --------

Sujet: Fw: ATTENTION: Nouveau instrument de contrôle!
Date: Sun, 2 Dec 2007 11:28:33 +0100
De: Marc Lemaire <fa032881@skynet.be>


----- Original Message -----
From: "Lenka Glauser"
<lenkaglauser@hotmail.com>
To: "Anita" <supastylin84@hotmail.com>
Sent: Saturday, December 01, 2007 10:45 PM
Subject: ATTENTION: Nouveau instrument de contrôle!



A diffuser AU MAX SVP

P E T I T I O N

Il faut boycotter le Jobpass! Signez votre désaccord sur le site

http://www.lapetition.be/petition.php?petid=1161>
http://www.lapetition.be/petition.php?petid=1161



Lors du dernier salon « Citzenjob », le salon de l’emploi du non-marchand
organisé à Bruxelles par l’asbl Idéji, on a pu assister à un des nombreux
méthodes de contrôle de notre cher état belge.
Un chômeur wallon essayait de faire certifier son passage à ce salon avec
une carte électronique: le « jobpass ». Les organisateurs découvraient ce
nouveau passeport avec beaucoup de perplexité.
Mais de quoi s’agit-il?. Le « Jobpass », ses ambiguïtés, ses dangers.

Un nom curieux. Le « jobpass » est un badge personnel, porteur d'une carte à
puce compatible avec la carte d'identité électronique. Il est « offert » à
chaque demandeur d'emploi et est supposé «l'accompagner» durant sa
trajectoire de recherche d'emploi (et après ?). Il contient un certain
nombre de renseignements, dont plus d'un touche aux démarches entreprises
par le demandeur d'emploi et est susceptible, dans la phase de plein
déploiement du projet, d'être enregistré chez les opérateurs de formation, y
compris associatifs. Le badge est en phase de «test » dans la région de
Mons.
Notons d'emblée l'appellation curieuse de l'objet : ce «passeport pour
l'emploi», nous l'imaginons, ne régule pas l'entrée au pays (étranger?) de
l'emploi; signifie-t-il alors une promesse d'accès à son
porteur, comme si une formation adéquate suffisait à garantir le
«décrochage» d'un «job» aussi précieux que rare ?
Plus prosaïquement, nous nous trouvons probablement en face d'une
appellation sirupeuse inventée par une firme de communication et qui
n'arrive à tromper personne sur ses intentions: la promesse (d'emploi) cache
mal la volonté de contrôle et de gestion des «efforts» du demandeur dûment
activé (pour vérifier s'il mérite bien ses «droits»).

Un brouillage des rôles. Que les démarches du demandeur d'emploi soient
contrôlées peut éventuellement se comprendre
(même s'il vaudrait mieux,
selon la formule de la FGTB, combattre le chômage que traquer les chômeurs).

Mais le Jobpass introduit un inacceptable brouillage des rôles, puisque cet
instrument électronique uniformise tous les opérateurs, en les transformant
en terminaux équivalents d'un même regard (aussi fraternel que celui de «big
brother») vérificateur: la différenciation entre les services publics de
contrôle et de sanction (niveau fédéral), les services publics
d'accompagnement et de conseil (niveau régional), les acteurs associatifs
qui se mobilisent au nom de la solidarité et de l'égalité, explose. La
relation de confiance, qui est un élément-clé de l'efficacité de l'action
associative en la matière, est gravement polluée par un tel brouillage.

Une inefficacité pratique. Dans la pratique, la « participation » prévue du
demandeur d'emploi à l'encodage, la surveillance ou la correction des
données ne va pas de soi.
A ce jour, aucune information crédible n’existe quant à la conformité de ce
« passeport » avec les législations relatives au respect de la vie privée.
L'information et la formation qui seront nécessaires à une maîtrise par les
bénéficiaires constituent d'ores et déjà un bel exemple d'énergie et de
moyens gaspillés au profit d'un outil à l'efficacité douteuse, au détriment
de la finalité réellement poursuivie (la formation et l'emploi).
Les opérateurs montois concernés le signalent sans ambiguïté, il est vrai en
« off » (ce qui en dit long).
On voit déjà, en les écoutant, que l'outil va produire sa propre dérive,
puisqu'il pourra être aisément détourné de son but : l'encodage d'une
démarche (se présenter pour pointer et justifier ainsi son mérite) risque de
se substituer à la démarche elle-même (par exemple la prise d'information).

Il est vrai que la bureaucratie est souvent incapable d'imaginer, pour
corriger son inefficacité, autre chose qu'un renforcement du traitement
bureaucratique des choses...

Une opacité et une évaluation faussée. L'outil est en phase-test après
laquelle on est supposé procéder à son évaluation. Il est cependant clair,
d'ores et déjà, que cette évaluation sera limitée à la question de la
fonctionnalité de l'outil; sera mono-référentielle (par et pour le seul
Forem) et non-contradictoire;
* ne s'occupera pas des finalités et des effets produits;
* n'inclura en aucun cas le point de vue des bénéficiaires.
* Ne servira à rien car selon « Alter Echo », le marché de cette carte a
déjà été passé pour l’ensemble de la Région wallonne

Il est inquiétant que le coût total de cette imposition technique incongrue
ne soit pas rendu public et que la firme bénéficiaire de l'opération ne soit
pas connue (nous vous invitons à faire une recherche sur cette carte pour
vous prouver combien cette opération est discrète). Nous rappelons ici que
les travaux des « chantiers pour demain» consacrés à la société de
l'information prévoyaient qu'avant toute mise en place de ce type (et
l'exemple du Jobpass est nommément évoqué) :
* on analyse la réelle finalité;
* on consulte les groupes bénéficiaires surtout si l'on s'adresse à des
groupes précarisés;
* on évalue de façon quasi constante si la finalité est bien respectée.

Nous en sommes très loin. Alors que les forces progressistes sont supposées
veiller à ce que les politiques menées prennent en compte les intérêts des
gens, surtout les moins favorisés, nous avons affaire en l'occurrence :
* à un instrument de contrôle qui s'avance masqué et qui est porteur de
multiples dérives;
* à une technologie qui va brouiller les rôles des opérateurs de façon très
dommageable et donc compromettre l'efficacité de leur travail;
* à une illusion bureaucratique qui pense que l'efficacité est obtenue par
une démarche qui fait « encore un peu plus de la même chose »;
* à une parodie d'évaluation doublée d'une opacité inquiétante.

Il est donc exclu que les EFT/OISP se rendent partenaires d'une telle
initiative contre-productive. Au contraire, nous demandons qu'on stoppe
l'hémorragie budgétaire, la dérive bureaucratique et l'abus de sens et de
langage dont seront victimes les plus faibles des citoyens. La dernière
réunion de l’Interfédération des OISP-EFT a abordé cette thématique .
Les conclusions de l’atelier proposaient un devoir de désobéissance civile
et de boycott de ce jobpass, les synthèses publiques de l’atelier étaient,
hélas, beaucoup plus timorées. Par la présente, nous lançons un appel au
boycott de ce dispositif, appuyés par de nombreux acteurs du terrain.

Il faut boycotter le Jobpass !

Signez votre désaccord sur le site
http://www.lapetition.be/petition.php?petid=1161>
http://www.lapetition.be/petition.php?petid=1161

Serge Noël, directeur du Cesep
Jean Blairon , directeur de RTA
André Boulvin , Secrétaire Provincial du MOC de Namur


CESEP-Rue de
Charleroi, 47-1400 Nivelles-Tél 067/890 865

22:42 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, courcelles, belgique, romain, histoire, actualite, democratie, liberte, capitalisme, syndicat, social, presse, silence, euro-dictature, flicage | |  Facebook | |  Imprimer | | |

02/12/2007

02122007: COURCELLES: courant 2008, il n'y aura plus qu' un seul Bureau de Poste dans le "Grand-Courcelles": celui du Trieu, place Roosevelt ...

COURCELLES: courant 2008, il n'y aura plus qu' un seul Bureau de Poste dans le "Grand-Courcelles": celui du Trieu, place Roosevelt ...

Ca y est les amis, après la fermeture du Bureau de Poste de la gare de COURCELLES -  Motte en ce début de 2007, la fermeture de ceux de SOUVRET et de TRAZEGNIES est programmée pour 2008 (NG 12/01/2007). (Plusieurs centaines de signatures de La Motte, de La Glacerie, de Wartonlieu et de tous les coins de Courcelles et de Gossselies - Sart lez Moines ont été transmises au Percepteur contre cette fermeture).

Dans le même paquet de fermetures, celles de PONT DE LOUP (rue du Quartier du Roi), de CHARLEROI - Nord (rue Dourlet), de JUMET - Station (chaussée de Bruxelles), de MONTIGNIES - Centre (place Albert Ier), de CHATELET - Faubourg (rue de Namur), de FARCIENNES (rue du Wainage), de WANFERCEE - BAULET (rue de la Closière), de HAM S/HEURE (Grand'Place), de RANCE (Grand'Rue) ...

Pour "La Poste à Votre Service et Près des Gens", 1 bureau de Poste (officiel) ou un point Poste (privé) dans un rayon de 5 kms, suffit désormais pour satisfairte les besoins de la "populace" (selon Encarta: "Populace: ensemble des couches les plus défavorisées de la population, considérées comme vulgaires et dangereuses (péjoratif) " ...

J' ai seulement officiellement connaissance jusqu' ici de l' ouverture d'un seul point Poste au Carrefour de JUMET. Et encore, le nouveau Bureau de Poste de l' autre côté de la rue, à la sortie du parking, a été fermé pour cela.

Les raisons de cette sollicitude à l' égard des personnes âgées, isolées, handicapées, à revenus les plus faibles, à mobilité réduite: la rentabilité, la libre exploitation et la libre concurrence capitalistes, la loi du fric et des profits. Avec l' appui, l' aval de qui ?: de l' Euro-dictature des multinationales et de nos gouvernants (tous partis "démocratiques" confondus) entièrement acquis à la marchandisation, à la privatisation des services publics et aux lois et directives supra-nationales européennes. Une Europe qu'ils ont tous voulue pour le principal profit des patrons, des banquiers, des multinationales et transnationales capitalistes principalement, avec l' appui des partis de la "gauche" réformiste et de la plupart des directions syndicales opportunistes. Aujourd'hui, nous avalons tous le morceau ... Il faut savoir dire et reconnaître certaines VERITES ...

Que deviennent les guichetiers ASSERMENTÉS et employés des bureaux de Poste fermés ? Pour moi cela reste un mystère. Au Carrefour de JUMET en tout cas, c' est désormais le personnel réduit du Bureau d' Accueil qui se tape en plus le boulot postal (sans doute pour un même salaire ou une petite promotion?). Et Carrefour est actuellement dans une mauvaise passe tant le pouvoir d' achat des chers clients diminue, donc les ventes aussi...

Pour revenir à COURCELLES (commune de 30.000 habitants et quand même assez étendue), il ne restera bientôt plus que le Bureau principal de la place du Trieu où certains jours les chers clients (naguère usagers...) font la file jusqu'aux portes et au-delà...

Alors que faire ? Attendre une fois de plus le fait accompli, interpeller au Conseil communal et voter une motion (sans mettre au pied du mur les ministres et parlementaires des partis respectifs et les syndicats), organiser une matinée de protestation et de récupération politiques devant le Bureau pratiquement fermé, et ensuite rentrer dans ses plumes OU BIEN agir,organiser la protestation avec la population touchée. On verra la suite, une fois de plus ...

A oui, le timbre PRIOR (celui qui, paraît-il, accélère la distribution du courrier, pour les gogos qui y ont cru en ouvrant un peu plusleur porte-monnaie...) passe à 0,54 euro à partir du 1er février 2008 ... Cela fait donc 0,80 euros d' augmentations successives en une année (3,20 Fb). C' est pas rien... De quoi, nous inciter à envoyer nos bons voeux ... encore à l' ancien tarif.

RoRo (02/12/2007)

La fermeture des bureaux ne passe pas comme une lettre à la poste... 

Courtrai, Menin, Droixhe, Deurne, Namur, Zelzate, Genk... Un peu partout, des comités se créent contre la décision de La Poste de fermer 160 bureaux en février-mars. Et un sur deux d’ici 2010. En cause, la libéralisation des activités postales.

Free Van Doorslaer, Marco Van Hees, Tashunka Saeys



Le conseil communal de Genk écrit au patron de La Poste
« Ils suppriment tout, ici »
Un bureau sur deux devrait fermer
Les 160 bureaux dont la fermeture est prévue en février-mars 2007
La Poste privatisée à quatre niveaux
Le conseil communal de Genk écrit au patron de La Poste


La file dans un des bureaux que La Poste veut fermer à Genk. En bas: Harrie Dewitte (de dos), conseiller communal PTB, remet une pétition au bourgmestre de Genk. (Photos Solidaire)



- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -

--------------------------------------------------------------------------------

Johnny Thijs et le secrétaire d’État Tuybens ont reçu une lettre leur demandant de ne pas fermer les bureaux de poste des quartiers Kolderbos et Boxberg.

C’était juste avant le premier conseil communal de Genk, ce 22 janvier. Une délégation d’habitants attend le bourgmestre Jef Gabriëls avec 700 signatures récoltées dans les quartiers Kolderbos et Boxberg pour exiger le maintien de leurs bureaux de poste. Ils figurent en effet sur la liste des 160 bureaux que La Poste a l’intention de fermer en février-mars.

Au conseil communal même, le conseiller PTB Harrie Dewitte propose d’adresser la même demande, par lettre, à Johnny Thijs, administrateur délégué de La Poste et au secrétaire d’État compétent, Bruno Tuybens.

Ses arguments ? Ce ne sont pas les clients qui manquent, il y a toujours des files aux guichets. En effet, les habitants des quartiers voisins de Sledderlo, Vlakveld et même Termien se servent du bureau de poste du Kolderbos. En outre, il y a dix ans, la seule agence de banque du quartier (CGER) a déjà fermé ses portes. Bien des clients ont donc transféré leur compte à la banque de La Poste.

En outre, les quartiers comptent beaucoup d’habitants qui nécessitent un accompagnement supplémentaire pour les questions d’argent et les employés du bureau ne manquent pas d’expérience en la matière. Un habitant sur six de Kolderbos ou Sledderlo a plus de soixante ans. Beaucoup de familles, aussi, avec des enfants en bas âge. Pour ces personnes, des déplacements supplémentaires constituent un surcroît de problèmes. La direction de La Poste veut remplacer les bureaux actuels par des « points poste ». Mais la gamme de services proposée est moins étendue.

Le bourgmestre Jef Gabriëls s’est dit d’accord avec cette argumentation et a fait circuler la lettre parmi les conseillers communaux. Finalement, les 39 conseillers se sont empressés de la signer comme un seul homme. En attendant, on ne sait pas si Thijs ou Tuybens ont trouvé une boîte aux lettres pour expédier leur réponse…


> Top

« Ils suppriment tout, ici »
Le bureau de poste de Kolderbos est à moins de 200 mètres de Médecine pour le Peuple-Genk. Bien des patients du quartier refusent sa fermeture.

• Willy Pairoux : « Pourquoi un tel bureau de poste doit-il faire du bénéfice ? C’est quand même l’État ! Ne sommes-nous pas assez intéressants pour eux car nous n’avons pas de compte épargne ? Moi, je peux encore enfourcher mon vélo et me rendre dans le centre ville, mais les plus âgés ? Ce manager de La Poste qui gagne autant, il se fout de ce qu’on pense de lui, mais nous devons pouvoir empêcher cette fermeture. »

• Agnes Gielen : « Le local est trop grand ou trop cher ? Qu’ils allouent un appartement pour y mettre le bureau de poste, mais il ne peut pas fermer. C’est un service à la population. Que veulent-ils faire ? Tout supprimer dans le quartier et tout muter vers le centre de Genk ? Ce n’est pas faisable. Et il n’y a même pas de place pour se garer !

Combien d’habitants y a-t-il ici, au Kolderbos ? Nous ne sommes pas assez riches, sans doute ? J’ai fait état du problème à la guichetière du bureau de poste dans le centre. Et elle m’a dit qu’en effet, pour Bruxelles , nous n’étions pas assez intéressants. »

• Bertha : « La semaine dernière, j’avais un paquet à reprendre à la poste et j’ai dû attendre trois quarts d’heure. Ca ne va quand même pas, un seul guichet ouvert ! Ici, au Kolderbos, ils suppriment pour ainsi dire tout. Imaginez la perte de temps si j’ai oublié un versement et que je dois prendre un bus pour courir dans le centre... »

• Clementine Caruso : « Pour les Turcs, c’est important de pouvoir venir au bureau de poste du Kolderbos, pour leurs transactions vers l’étranger… Ou pour les gens qui achètent à crédit et qui font venir leurs colis par La Poste… »

> Top


Un bureau sur deux devrait fermer


Frans Van Acoleyen, conseiller communal PTB à Zelzate, lors d’une action pour défendre le maintien d’un bureau de poste. (Photo Solidaire, Maureen Tollenaere)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -

--------------------------------------------------------------------------------

D’ici 2010, La Poste ne veut garder que 600 à 700 des 1 300 bureaux actuels. A la place, elle développe des « points poste ».

On liquide à La Poste. Les bureaux de poste sont dans le collimateur de la direction. Au cours de la première moitié de 2006, 46 ont été fermés. Face aux résistances, les fermetures planifiées pour le second semestre ont été reportées à 2007. Nous y sommes : 160 doivent fermer en février-mars (voir liste), mais plusieurs actions locales s’y opposent.

« D’ici 2010, la direction ne veut garder qu’un bureau par commune, nous explique un délégué syndical. En comptant que les grandes communes auront plusieurs bureaux, il en restera 600 à 650 dans le pays. » Le porte-parole de La Poste nous donne un chiffre proche : « Plus ou moins 700. »

Qu’en pense le gouvernement ? Il approuve, puisqu’il a signé avec l’entreprise (semi) publique le contrat de gestion qui stipule : « La Poste garantit une présence postale en prévoyant au moins un bureau de poste dans chacune des 589 communes ».

Et pour l’usager ? Pour chaque bureau fermé, La Poste s’engage à « chercher » une alternative. Un engagement pas forcément rassurant. La principale alternative, ce sont les « points poste », gérés par le supermarché ou le libraire du coin, à l’issue d’un appel d’offres. Encore faut-il qu’il y ait un candidat dans votre quartier. « Chez nous, dénonce ainsi une habitante de Bois-du-Luc (La Louvière), le bureau a été fermé, mais le point poste ouvert dans un GB est aussi éloigné que le bureau principal de Houdeng. »

Une centaine de ces points poste fonctionnent déjà. Impossible d’y réaliser les opérations bancaires comme à un bureau de poste, sauf le paiement d’une facture inférieure à 300 euros. Pour le reste, il faudra prendre le bus pour aller au bureau de poste le moins loin, à défaut d’être le plus proche.

« Le point poste est aussi éloigné que le bureau de poste principal. »

Par contre, la plupart des services postaux sont disponibles aux points poste : acheter des timbres, expédier un colis, retirer ou envoyer un recommandé... Saura-t-on vous préciser le coût pour expédier un colis de 357 grammes à Ouagadougou par envoi recommandé ? « Nous avons reçu deux jours de formation », nous explique l’employée d’un Delhaize hébergeant un point poste (les postiers, eux, additionnent plusieurs semaines de formation et plusieurs semaines de stage).

Ce point poste est installé à l’accueil, où l’on gère aussi le Lotto, les retours clients, les commandes La Redoute, les photos, les cigarettes... Quatre de ses collègues ont également reçu cette interminable formation. Au fond, trouve-t-elle normal de faire ce boulot à la place des postiers. « En fait, non », nous répond notre interlocutrice.

C’est qu’il s’agit ni plus ni moins d’une privatisation de ce pan de l’activité postale. Ce qui était un service public devient une marchandise, gérée uniquement par le profit. Pour maximiser les profits, y’a pas de secret : on offre aux clients le service minimum (comme dans les banques) et on exploite le personnel au maximum. Celui des supermarchés est mal payé pour le savoir. Le seul qui rentre gagnant, c’est l’actionnaire. Par exemple la famille Delhaize, dont la fortune s’élève à 1,03 milliard d’euros, selon l’estimation de Trends-Tendances.

> Top

Les 160 bureaux dont la fermeture est prévue en février-mars 2007

Hainaut-Namur : Aulnois, Bois-Du-Luc (Fermeture Anticipée), Bouffioulx, Champion, Charleroi Gare, Dinant Anseremme, Elouges, Flawinne, Fleurus La Croix, Ghlin Place Bastien, Gilly Marabout, Han-Sur-Lesse, Haversin, Havre, Herseaux Gare, Hyon Ciply, Jumet Chef Lieu, Leernes, Leuze-Longchamps, Malonne, Marchienne Etat, Marcinelle Haies, Mazy, Moignelee, Monceau-Sur-Sambre, Montigny Eden Parc, Morialme, Mouscron Mont A Leux, Naast, Ressaix, Sclayn, Seilles, Taillis-Pre, Thuin Gare, Vedrin, Velaine-Sur-Sambre, Wiheries.

Liège-Luxembourg : Angleur Chu, Angleur Sart Tilman, Bois-De-Breux, Bomal-Sur-Ourthe, Ensival, Fleron Fort, Grace-Perou, Hermee, Heusy, Houtain-St-Simeon, Liege Bassenge, Liege Belle Ile, Liege Citadelle, Liege Droixhe, Liege Louis Jamme, Louveigne, Mons-Lez-Liege, Stembert, St-Nicolas Hotel Communal, Wandre.

Bruxelles, Brabant Flamand, Brabant Wallon : Alsemberg, Betekom, Buizingen, Clabecq, Diest Hasseltsepoort, Dworp, Elewijt, Humbeek, Kessel-Lo Loberg, Kraainem Dezangre, Kumtich, Leuven Nieuw Kwartier, Leuven St-Jacob, Limal, Linden, Neerwinden, Nivelles Baulers, Oetingen, Peutie, Rixensart Bourgeois, Rixensart Centre, Schepdaal, St-Katherina-Lombeek, Tienen Station, Tienen Viander, Vilvoorde Kassei, Vilvoorde Kerk, Vlezenbeek, Waterloo Chenois, Wolvertem.

Anvers-Limbourg : Antwerpen Zurenborg, Beerzel, Berchem Gitschotel, Berchem Singel, Berchem Vosstraete, Bouwel, Brasschaat Maria Ter Heide, Burcht, Deurne Bisschoppenhof, Deurne Ten Eeckhove, Edegem Elsdonk, Eindhout, Ekeren Donk, Geel Holven, Genk Boxberg, Genk Kolderbos, Helchteren, Houthalen Meulenberg, Itegem, Kalmthout Heide, Kapellen Putte, Koningshooikt, Kuringen, Lommel Barrier, Lutlommel, Mechelen Vaart, Meerle, Muizen, Noorderwijk-Morkhoven, Olmen, O-L-V-Waver, Poppel, Ravels Centrum, Rekem, Rijkevorsel St-Jozef, St-Lenaarts, Turnhout Schorvoort, Westmalle, Wuustwezel Gooreind.

Flandre Orientale et Occidentale : Baasrode, Bazel, Dadizele, De Klinge, De Panne Bad, Doel, Ertvelde, Gent Muide, Gent Nieuwe Beestenmarkt, Gent Uz, Gent Van Beverenplein, Gentbrugge St-Simonstraat, Hofstade, Kortrijk Brugsepoort, Kortrijk St-Jan, Ledeberg Centrum, Leffinge, Leisele, Lokeren Bergendries, Melle Vogelhoek, Melsele, Menen Barakken, Moen, Ninove Gordel, Oudegem, Overboelare, Sinaai, Sleidinge, Steenbrugge, St-Idesbald, St-Niklaas Conscience, Westende, Zelzate Debbautshoek, Zwevezele

.> Top

La Poste privatisée à quatre niveaux
C’est la libéralisation qui condamne les bureaux de poste. Nous nous en doutions. Le porte-parole de La Poste nous le confirme.

« Mille de nos 1 300 bureaux perdent de l’argent, nous explique Emmanuel Foulon, porte-parole de La Poste. Aujourd’hui, nous pouvons éponger ces pertes grâce aux bénéfices de l’activité de distribution du courrier. Mais avec l’ouverture complète du marché postal, d’ici 2009-2010, ce ne sera plus possible. » Ventant les atouts des « points poste » gérés par le privé là où les bureaux sont fermés, il nous rappelle que les gens peuvent aussi obtenir certains services auprès de leur facteur.

Sûr ? Juste après cet entretien, nous avons au téléphone une factrice, déléguée CGSP, qui nous confie : « Je n’ai pas pu vous recontacter plus tôt, je suis claquée. A cause de Georoute 2 [réorganisation des tournées], nous faisons des journées de 11 à 12 heures. » La disponibilité des facteurs n’est plus ce qu’elle était...

Dans les bureaux, la situation n’est pas moins rosse. « Chaque jour de la semaine, je dois travailler dans un bureau différent, témoigne un guichetier. La pression pour générer des placements financiers s’intensifie. Chaque bureau doit réaliser des objectifs. Il faut repérer les usagers fortunés et les diriger vers le conseiller clientèle. » Il faut dire que la banque de la Poste est détenue à 50 % par la banque Fortis.

Historiquement, c’est le premier pan de La Poste qui a été privatisée, en 1995. Mais il y en a trois autres. Primo, le 17 janvier 2006, 49,99 % du capital de l’entreprise publique a été cédé au consortium formé par Post Danmark et le groupe britannique CVC. Secundo, les points poste constituent une privatisation des bureaux. Tertio, il y a la libéralisation, qui ouvre les activités postales aux opérateurs privés.

La libéralisation européenne du secteur postal a débuté en 1997. Plusieurs étapes ont été franchies depuis. L’étape ultime est débattue actuellement dans les institutions européennes. Le 18 octobre 2006, le commissaire européen Charlie McCreevy a déposé une directive qui libéraliserait en 2009 le courrier de moins de 50 grammes, le seul à être encore public.

En Suède, 89 % de la population veut revenir à la poste non libéralisée

Chouette ? En Suède, où elle est déjà ancienne, la libéralisation est une véritable catastrophe. Ce pays a compté jusqu’à 105 opérateurs différents, dont beaucoup ont disparu ensuite. Aujourd’hui, il reste essentiellement l’opérateur historique et un concurrent principal. Celui-ci ne couvre que les zones à forte densité de population. Selon une récente étude, 89 % de la population voudrait revenir à la poste de naguère.

En Belgique, les socialistes sont opposés à la directive McCreevy. Une bonne chose, car toutes les forces seront nécessaires pour barrer la route à cette directive. La position du PS et du SP.a ne manque pourtant pas d’ambiguïté, puisqu’ils acceptent le remplacement des bureaux de poste par les points poste. Or, on l’a vu, il s’agit d’une conséquence de la libéralisation.

Ce paradoxe n’est pas totalement une surprise si l’on sait qu’on retrouve des socialistes aux quatre étages de la privatisation de La Poste. A l’époque du partenariat avec Fortis dans la Banque de la poste, Elio Di Rupo était ministre des Entreprises publiques. C’est lui aussi qui, en 1999, a signé le premier arrêté de libéralisation de la poste belge (courrier de plus de 350 gr.). La cession de 49,99 % du capital à Post Danmark et CVC est l’œuvre de Johan Vande Lanotte. Quant au contrat de gestion consacrant la fermeture des bureaux de poste, il porte deux signatures socialistes (sur trois) : celle de Pierre Klees, président du conseil d’administration et celle de Bruno Tuybens, secrétaire d’Etat aux Entreprises publiques.

22:13 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : euro-dictature, actualite, courcelles, romain, belgique, histoire, hainaut, charleroi, capitalisme, presse, silence, syndicats, social, europe, poste, communes | |  Facebook | |  Imprimer | | |