01/11/2007

01/11/2007: L'aveu: du danger des tests ADN et des OGM: derrière la pseudo Aide Humanitaire, l'idéologie raciste et économie-iste...

-------- Message original --------
Sujet: L'aveu: du danger des tests ADN et des OGM: derrière la pseudo Aide Humanitaire, l'idéologie raciste et économie-iste
Date: Thu, 01 Nov 2007 00:37:19 +0100
De: Gilbert Leonard <gleonard@laposte.net>


Thotep: http://www.thotep.com/article.php3?id_article=412

Paris, le 31 octobre 2007,

L'aveu: du danger des tests ADN et des OGM: derrière la pseudo Aide Humanitaire, l'idéologie raciste et économie-iste

A ceux qui refusaient de croire que les bio-molécules peuvent être une arme ethno-sélective à double tranchant, l'article suivant va très certainement les surprendre.

Après les déclarations du généticien James Watson
sur la prétendue "différence" d'intelligence entre les Noirs et les Blancs, "au détriment du Noir" bien sûr; différence qui "expliquerait" l'extinction inéluctable des Noirs,
Dans la frénésie de la quête du génome humain qui s'est emparée des institutions des pays riches dans le "Projet de Génome Humain", projet placé sous le pilotage du National Institutes of Health dont le premier directeur est ce même James Watson,
Avec la généralisation tous azimuts de la collecte des empreintes génétiques,

Cet article confirme que les bio-molécules peuvent être ethno-sélectives; pour guérir d'une maladie, mais aussi pour provoquer une maladie.
Les OGM, Organismes Génétiquement Modifiés, peuvent ainsi être destinés à telle ou telle population.
De ce fait, l'aide humanitaire qui veut imposer les OGM aux pays pauvres et en particulier à l'Afrique revêt potentiellement un caractère criminel génocidaire; car on ne peut pas oublier les expériences impunies menées en Afrique du Sud par Wouter Bason pour éliminer les Noirs avec des bio-molécules ethno-sélectives.
Comment faire confiance aux milieux scientifiques occidentaux qui ont travaillé avec Wouter Bason ?
Un chef d'État Africain doit garder à l'esprit que les OGM qu'on lui impose peuvent contenir à son insu une molécule ethno-sélectée contre sa population; Tel maïs OGM pourrait par exemple contenir une molécule qui stérilise uniquement les femmes noires, tel autre stériliserait uniquement les hommes noirs; en bonne santé, mais stérile.

Extraits:
"Une prédisposition à la maladie ne fait pas une race. Mais la génétique va désormais plus loin dans la différenciation. Certains cherchent à déceler des mécanismes génétiques de tolérance ou de réponse à telle ou telle molécule, plus probablement présents dans certaines communautés que dans d'autres. Les motivations de ces travaux pourraient être économiques. "Il y a, hélas, très peu de nouvelles molécules thérapeutiques qui arrivent sur le marché puisque nombre d'entre elles, qui ont pourtant nécessité des investissements lourds, présentent trop d'effets indésirables même si ces derniers sont variables selon les individus, avance François Balloux. La tentation est forte de remettre en selle certaines de ces molécules, en les destinant à certaines catégories de la population."
"En attendant l'émergence annoncée d'une médecine individualisée, dans laquelle chaque traitement serait administré en concordance avec les particularités génétiques du patient, des laboratoires pharmaceutiques pourraient miser sur une médecine ethno-raciale. Une médecine ou le patient déclare, lui-même, son appartenance à un groupe en même temps qu'il décrit ses symptômes.
"Premier signe de cette tendance : l'autorisation du BiDil, en 2005 aux Etats-Unis, un médicament contre l'hypertension artérielle spécifiquement destiné aux Afro-Américains. En 1997, sa commercialisation avait d'abord été refusée par la Food and Drug Administration (FDA). Cette médecine "racialisée" ne convainc pas l'ensemble de la communauté médicale aux Etats-Unis. Loin s'en faut. Dans une tribune publiée fin septembre dans la revue PLoS Medicine, un groupe de médecins américains en contestent la pertinence et critiquent la classification forcément réductrice des patients qui, selon eux, "peut conduire à des erreurs de diagnostic et à des traitements inappropriés".
"Aux Etats-Unis, la tentation ethno-raciale dans la recherche biomédicale s'officialise. Depuis 2001 [Ndlr, ayez en mémoire le 11 septemebre 2001], les chercheurs financés par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) doivent catégoriser les individus participant à des essais dans l'un des cinq ensembles ethno-raciaux prédéfinis par l'administration : Amérindiens ou natifs d'Alaska ; Asiatiques ; Noirs ou Afro-Américains ; natifs d'Hawaï ou de toute autre île du Pacifique ; Blancs.
"Nul doute que les variations génétiques, ténues et invisibles, ainsi réaffirmées par la biologie, seront récupérées à des fins idéologiques de hiérarchisation.

La suite de l'article sur Thotep:
http://www.thotep.com/article.php3?id_article=412

Gilbert Léonard

Paris, le 31 octobre 2007,


= = = = = = = = = = = = = voici l’article complet = = = =

La tentation de la race LE MONDE | 30.10.07 | 13h51 • Mis à jour le 30.10.07 | 16h22

On la croyait enterrée pour de bon. Tuée par la science. Mise en miettes par la génétique, dont les premiers résultats ramenaient toute l’humanité à une seule même et grande famille. Las ! Voilà la notion de race remise en selle. Et pas par n’importe qui : par l’Américain James Watson lui-même, codécouvreur, avec Francis Crick et Rosalind Franklin, de la structure de l’ADN (acide désoxyribonucléique). Interrogé mi-octobre par le Sunday Times, pour la promotion de son dernier ouvrage (Avoid Boring People, Oxford University Press, 14,99 £), le Prix Nobel de médecine 1962, aujourd’hui âgé de 79 ans, a expliqué sans ambages qu’il était "profondément pessimiste sur le futur de l’Afrique". Pourquoi ? Parce que, a-t-il dit, "toutes nos politiques de développement sont basées sur le fait que leur intelligence (celle des Africains) est la même que la nôtre (Occidentaux blancs), alors que tous les tests disent que ce n’est pas vraiment le cas". "Ceux qui ont eu affaire à des employés noirs", a-t-il ajouté, savent ce qu’il en est.

Retour d’un "racisme scientifique" qu’on croyait disparu ? Ou simples élucubrations d’un vieil homme qui s’est dit, quelques jours plus tard, "mortifié" par ses propres mots, alors que toutes ses conférences au Royaume-Uni étaient annulées et que son institution, le Cold Spring Harbor Laboratory, le remerciait sans délai.

Que James Watson dévoile aujourd’hui sa pensée, de manière aussi crue et décomplexée, sur un sujet aussi sensible, ne doit rien au hasard. Le co-inventeur de la double hélice de l’ADN, explique le généticien Axel Kahn, directeur de l’Institut Cochin, "se situe dans la mouvance de la droite déterministe anglo-saxonne, un vieux courant de pensée inégalitariste, scientiste et flirtant parfois avec le racisme". Or, selon M. Kahn, ce mouvement idéologique connaît un regain : "Après la seconde guerre mondiale, ce à quoi avait abouti le paroxysme de cette vision et l’horreur qu’elle avait suscitée dans le monde l’ont durablement disqualifiée, l’ont en quelque sorte mise entre parenthèses. Mais cette parenthèse, aujourd’hui, se dissipe."

Les tabous tombent. En septembre 2005, la revue Science - l’une des plus prestigieuses institutions scientifiques au monde - publie les travaux d’une équipe de chercheurs américains portant sur deux gènes impliqués dans la microcéphalie : ASPM et MCPH-1. Ces deux séquences génétiques ont subi deux mutations, apparues respectivement il y a 5 800 ans et 37 000 ans, qu’ils pensent être impliquées dans l’augmentation du volume cérébral. La rapide diffusion de ces mutations dans la population montrerait, selon les auteurs, que ces deux caractéristiques sont soumises à une forte "pression sélective". Soit, en d’autres termes, que la sélection naturelle s’est opérée au fil des siècles en favorisant les humains porteurs de ces deux gènes mutés, du fait de leurs meilleures capacités intellectuelles.

Bien sûr, ce n’est pas tout. "Les auteurs ajoutaient sans frémir que ces deux mutations étaient largement présentes dans les populations européennes et asiatiques et, au contraire, qu’elles étaient rares en Afrique, explique Axel Kahn. Il a été depuis montré que tout était faux, mais ce que dit aujourd’hui M. Watson n’est rien d’autre que la traduction de ce que ces chercheurs ont prétendu, à tort, avoir démontré."

A l’époque, l’émoi, discret, provoqué par Science, ne transparaît guère dans la presse grand public. Il demeure pour l’essentiel cantonné à des débats techniques sur la fragilité des statistiques mises en oeuvre. "Beaucoup d’équipes ont réanalysé leurs données : il n’y a aucune preuve de ce qu’ils avançaient", confirme François Balloux, chercheur au département de génétique humaine de l’université de Cambridge (Royaume-Uni).

Reste la notion de race. La génétique l’a-t-elle évacuée ? Ou, au contraire, les dernières méthodes d’analyse tendent-elles à opérer une distinction entre les peuples, rangeant les uns ici, les autres là ? Un nombre considérable de travaux scientifiques s’attache, depuis quelques années, à relever les particularités génétiques de telle ou telle population, en fonction de la géographie ou des origines ethniques.

En décembre 2002, une équipe américano-russe avait déjà publié dans Science l’un des articles les plus cités sur le sujet : en analysant plus de 300 marqueurs génétiques chez environ un millier d’individus appartenant à 52 populations différentes, les chercheurs sont parvenus à isoler 5 à 6 grands groupes humains, cohérents avec les grands ensembles géographiques. Peut-on parler de races ? Pas vraiment. Il s’agit, précise le généticien Vincent Plagnol (université de Cambridge), "d’une simplification de la réalité" puisque dans ce type de modèle "personne n’appartient à 100 % à un groupe, les individus étant décrits comme appartenant à une combinaison de ces ensembles". Du coup, la notion "scientifique" de race devrait demeurer une virtualité.

Voire une ineptie. "La notion de race n’est scientifiquement pas pertinente, estime ainsi Lluis Quintana-Murci, généticien des populations (CNRS-Institut Pasteur). Il est impossible d’isoler une race : les variations des populations humaines sont graduelles et continues, de l’Europe du Nord à la Chine méridionale. Il n’existe jamais de fossé génétique entre deux ethnies."

"Même en ayant accès au génome d’un individu, il est impossible de le rattacher à une race’ au sens populaire’ du terme, poursuit le chercheur. Imaginons que moi, Lluis Quintana-Murci, je commette un crime et que l’on retrouve sur place un échantillon de mon ADN. On pourrait dire, en forçant à peine les choses, que le criminel est originaire du Moyen-Orient, car mon chromosome Y appartient à la lignée J, qui y est particulièrement fréquente. Alors même que ma famille est, à ma connaissance, espagnole depuis toujours." La récente profusion d’études visant à segmenter et catégoriser génétiquement les populations humaines n’est pas le fait d’une névrose classificatrice. Ni d’un racisme latent.

C’est surtout, depuis peu, un enjeu important de la recherche biomédicale. La circulation de pathologies génétiques dans certaines communautés ou au sein de certaines ethnies est bien documentée. Comme l’est la prédisposition génétique à certaines maladies multifactorielles. Thalassémie ou hémophilie dans certains pays arabo-musulmans, où l’union entre cousins n’est pas prohibée. Maladie de Gaucher ou syndrome de Tay-Sachs chez les juifs d’Europe de l’Est. Troubles cardio-vasculaires deux à trois fois plus fréquents chez les Afro-Américains que dans les autres communautés d’Amérique du Nord. Etc.

Une prédisposition à la maladie ne fait pas une race. Mais la génétique va désormais plus loin dans la différenciation. Certains cherchent à déceler des mécanismes génétiques de tolérance ou de réponse à telle ou telle molécule, plus probablement présents dans certaines communautés que dans d’autres. Les motivations de ces travaux pourraient être économiques. "Il y a, hélas, très peu de nouvelles molécules thérapeutiques qui arrivent sur le marché puisque nombre d’entre elles, qui ont pourtant nécessité des investissements lourds, présentent trop d’effets indésirables même si ces derniers sont variables selon les individus, avance François Balloux. La tentation est forte de remettre en selle certaines de ces molécules, en les destinant à certaines catégories de la population."

En attendant l’émergence annoncée d’une médecine individualisée, dans laquelle chaque traitement serait administré en concordance avec les particularités génétiques du patient, des laboratoires pharmaceutiques pourraient miser sur une médecine ethno-raciale. Une médecine ou le patient déclare, lui-même, son appartenance à un groupe en même temps qu’il décrit ses symptômes.

Premier signe de cette tendance : l’autorisation du BiDil, en 2005 aux Etats-Unis, un médicament contre l’hypertension artérielle spécifiquement destiné aux Afro-Américains. En 1997, sa commercialisation avait d’abord été refusée par la Food and Drug Administration (FDA). Cette médecine "racialisée" ne convainc pas l’ensemble de la communauté médicale aux Etats-Unis. Loin s’en faut. Dans une tribune publiée fin septembre dans la revue PLoS Medicine, un groupe de médecins américains en contestent la pertinence et critiquent la classification forcément réductrice des patients qui, selon eux, "peut conduire à des erreurs de diagnostic et à des traitements inappropriés".

Aux Etats-Unis, la tentation ethno-raciale dans la recherche biomédicale s’officialise. Depuis 2001, les chercheurs financés par les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) doivent catégoriser les individus participant à des essais dans l’un des cinq ensembles ethno-raciaux prédéfinis par l’administration : Amérindiens ou natifs d’Alaska ; Asiatiques ; Noirs ou Afro-Américains ; natifs d’Hawaï ou de toute autre île du Pacifique ; Blancs.

Nul doute que les variations génétiques, ténues et invisibles, ainsi réaffirmées par la biologie, seront récupérées à des fins idéologiques de hiérarchisation. Mais, rappelle Axel Kahn, la prédisposition à une maladie, comme la réponse à un traitement médicamenteux, tient à des variations relativement simples "sur très peu de gènes". "Alors que les capacités cognitives reposent, elles, sur un équilibre extraordinairement subtil entre l’inné et l’acquis, conclut le généticien. Equilibre dont nous ne savons aujourd’hui presque rien."

Stéphane Foucart Article paru dans l’édition du 31.10.07

11:15 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, politique, racisme, romain, courcelles, histoire, actualite, presse, silence, democratie, liberte, capitalisme, colonialisme | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.