18/08/2007

18/08/2007: COURCELLES: ce samedi 18 août 2007, la commémoration annuelle de la tuerie du Rognac par les rexistes, ivres, fanatiques, assoiffés de sang et de vengeance ...

COURCELLES: ce samedi 18 août 2007, la commémoration annuelle de la tuerie du Rognac par les rexistes, ivres, fanatiques, assoiffés de sang et de vengeance ...

Voici ce que nous écrivions à ce sujet en 1948:

COURCELLES : la tuerie du 18 août 1944 par les rexistes au Rognac ...

Belgique, Wallonie : aux origines du rexisme

Quand des Belges traquaient les Juifs

6 JUIN 1944 : débarquement en NORMANDIE : autres points de vue, autres vérités...

Sang et Lumière L'esprit de Résistance   au Club des poètes...

L' Insurrection du Ghetto de Varsovie

1952: La Guerre des Mercenaires

http://users.skynet.be/roger.romain/resistance01.htm
 




IL Y A QUATRE ANS ... à COURCELLES:

C' était le 18 août mil neuf cent quarante-quatre. Le débarquement avait eu lieu. On sentait que la fin était proche. L' action des Partisans s' élargissait, la Résistance s' affirmait de plus en plus. Englebin, traître au Pays et au Peuple, traître à la Liberté venait d' être abattu par des patriotes.
Ses pareils, Belges et boches, tremblaient. La peur les amena à la vengeance.
Et ce fut Courcelles.
... Victimes: jeunes et vieux, hommes et femmes, ouvriers et intellectuels, médecin et prêtre. Du sang. Un charnier parmi les autres. Puis conséquence logique de la peur qui continue, des assassins aux mains rouges qui se saoulaient aux terrasses de café.
C' était, il y a quatre années. Ils payeraient leur forfait.
Les Allemands pour avoir été trop longtemps complices du régime nazi paieraient aussi leurs forfaits.
Camarades, souvenons nous !
Non pas pour prononcer des discours, pour déposer des fleurs... et pour agir ensuite comme si rien ne s' était passé.
Mais pour que la leçon de Courcelles ne soit pas perdue.
Parce que nous savons que Courcelles et les mille autres lieux pareils ne sont pas des faits isolés dans le grand drame de la guerre, mais parce que nous savons qu' ils sont la guerre elle-même, dans toute son abjection et dans toute son horreur.
Parce que nous savons que si demain la guerre recommençait, elle multiplierait par cent les horreurs que nous avons connues, comme QUARANTE a multiplié par cent QUATORZE - DIX-HUIT.
Pour cela, nous dénonçons la guerre contre laquelle nous luttons de toutes nos forces.
Car il ne suffit pas d' affirmer EN PAROLES que l' on est contre la guerre. Il faut AGIR dans le sens concret d' éviter son renouvellement.
Pouvons-nous dire qu' à cet égard, quatre ans après Courcelles, on ait fait de grands progrès ? Non, sans doute !
Jamais on a autant parlé de guerre que maintenant.
Jamais la campagne d' excitation des bellicistes n' a été aussi poussée. Jamais on n' a tant agité d' épouvantail d'un conflit possible. Et comme si la "guerre des Nerfs" que l' on a pratiquée dans la période 38-39 avait laissé trop de souvenirs dans les masses, on parle maintenant de la guerre froide.
Parce que, dans le fond, tous les bellicistes du monde sont convaincus qu' aucun peuple ne veut la guerre. Parce qu' ils savent qu' il n' y a pas une nation où les travailleurs qui constituent les armées, accepteraient de reprendre les armes sous quelque prétexte que ce soit. Qu' à cela ne tienne, on a repris le procédé qui est maintenant classique.
On reconstruit en Allemagne.
Comme après 14-18, on reforme le potentiel de guerre allemand en réinstallant par priorité l' économie de la Ruhr.
Personne n' ignore qu' il existe dans les zones anglaises et américaines de soi-disant forces de police qui, en collaboration avec les armées "occidentales", entreraient en lutte contre les forces de l' "Orient".
Tout le monde doit savoir qu' il existe, même dans notre pays, des excitateurs à la guerre qui ont l' impudeur de réclamer un conflit.
Un conflit auquel bien entendu notre armée belge, engagée par les accords de Londres, devrait participer.
Des batailles au cours desquelles nos uniformes se mêleraient à des "forces de police allemandes" dans lesquelles se trouveraient peut être des Tueurs de Courcelles ou des S.S. de Stavelot.
Au souvenir de Courcelles, nous affirmons que cela ne sera pas.
 
René J. PAQUAY
Dans "L' Etincelle"
journal hebdomadaire de la Fédération de Charleroi du
PARTI COMMUNISTE DE BELGIQUE
 
LE 22/08/1948

Souvenirs d' un résistant courcellois :

François DRUINE: les circonstances de l' exécution, par la Résistance, du bourgmestre du Grand-Charleroi, le traître Teughels, en automne 1942.

 

François DRUINE fut commissaire de police à Courcelles. Il vivait, rue du 28 Juin et partit successivement à Luttre et à Charleroi finir son existence.
Alors âgé de 91 ans, il relata encore, dans "La Nouvelle Gazette",  les circonstances de l' exécution, par la Résistance, du bourgmestre du Grand-Charleroi, le traître Teughels, en automne 1942.
François fut en effet un grand résistant, ancien de Breendonk et de Dachau, il fut condamné à mort par l' ennemi. Profondément marqué par la captivité, mais toujours un homme de caractère, il réchappa de ses mois de détention dans les pires circonstances.
Il fut, presque à la fin de sa vie, honoré par l' État d' Israël et proclamé "Juste parmi les Nations" pour avoir sauvé des Juifs de la mort. Avant guerre son père fut aussi Bourgmestre de Courcelles. En hommage, la cité Druine (dite anciennement la "cité des Vieux") porte d' ailleurs le nom de ce mandataire socialiste .
Sensible notamment au sort des Juifs pendant la guerre, François ne resta pas inactif face aux agissements du bourgmestre rexiste Jean Teughels qui avait fait procéder au recensement des Juifs de la ville pour les livrer aux nazis. Révoltés eux aussi, les responsables locaux de la Résistance avait décidé de supprimer le bourgmestre Kollabo.
"C' est Victor Thonet, un grand résistant communiste, qui est venu me trouver à ce propos: "Il faut supprimer Teughels". 
J' étais alors simple agent de police à Courcelles. J' ai compris que Thonet avait besoin de mon aide. Je ne pouvais pas refuser. Le jour dit, le 19 novembre 1942, vers 6 heures du soir, nous nous sommes retrouvés à quatre près de l' Hôtel de Ville de Charleroi. Je faisais le guet, en civil, à la rue Turenne, à l' entrée de l' urinoir qui se trouvait là, mon pistolet en poche, prêt à tirer en cas de besoin. Thonet et un certain Genen se trouvaient là tout près. Le pompier Montfort devait signaler la sortie de Teughels de l' Hôtel de Ville.
Une fois le signal donné, vers 6 heures 30, tout s' est passé très vite. Teughels est sorti de l' Hôtel de Ville et Thonet l' a abattu. Il a tiré trois balles sur Teughels qui s' est effondré.
Nous n' avons pas traîné sur place...
En ce qui me concerne, j' ai filé jusqu' au plus proche arrêt de tram et je suis rentré chez moi. Par la suite, j' ai été arrêté de même que Thonet et Montfort, mais ces derniers ont été fusillés...".
A la suite ce cette exécution, huit ou dix résistants communistes, selon des sources différentes seront effectivement fusillés. Fin décembre 1942, Victor Thonet et la plupart des membres de son groupe ont été arrêtés, à la suite d' une dénonciation de l' un d' eux qui, à peine aux mains de l' ennemi, avait décidé de collaborer.
Le successeur de Teughels à la tête de Charleroi, Oswald Englebin fut lui aussi exécuté par des résistants ce qui valut, en vengeance, la tragique tuerie du 18 août 1944 au Rognac à Courcelles. A cet endroit, rue des martyrs, un imposant monument a été érigé après la guerre en hommage aux victimes: une vingtaine, dont le doyen de Charleroi, Pierre Harmignie, tous abattus un par un, de sang-froid, à la sortie d' une cave où ils avaient été enfermés...  


 

28-01-2005, 19:12:39 Roger Romain


Ce qui est regrettable:
Aujourd'hui, 10 pourcents des Courcellois, ignares et/ou oublieux du passé, déçus par la "gauche" réformiste et opportuniste, envoient 3 élus d' extrême-droite siéger au Conseil communal de COURCELLES.

À COURCELLES:

le racisme,      

le fascisme,

c’ est la haine des autres !

Max GALLO, pourtant écrivain anti - communiste notoire: "Trois ans avant la marche sur Rome, en 1919, Mussolini n' avait eu

que 4.795 voix aux élections législatives. Et en 1928, cinq ans avant la prise du pouvoir par Hitler, les nazis ne réunissaient que

2,6 % de l' électorat allemand ... "

PLUS QUE JAMAIS, IL FAUT FAIRE FRONT: aujourd' hui, partout dans l' Euro-dictature capitaliste, en Pologne, en Tchéquie, dans les pays baltes, en Autriche, en Espagne, en Allemagne, dans les Flandres, en ... Wallonie, l' extrême-droite raciste et nationaliste, relève la tête ... Tandis que les pires crimes, les pires massacres, sont commis au nom de la "Démocratie", de la "Liberté", des "valeurs occidentales", ... dans les Balkans, en Afghanistan, en Irak, en Palestine, au Liban, etc... Le monde n' en a pas fini avec les guerres fratricides qui jettent les peuples les uns contre les autres, pour le seul profit des marchands de canons capitalistes.
RoRo

09:37 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, barbarie, silence, romain, courcelles, histoire, actualite, politique, belgique, hainaut, charleroi, fascisme, racisme, europe, euro-dictature, capitalisme | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.