06/03/2007

06/03/2007: CONFERENCE DE PRESSE : pourquoi pas une taxe communale pour pouvoir manifester dans nos communes belges ???

De : Jean-Marie Flémal [mailto:jm.flemal@brutele.be]
Envoyé : mercredi 7 mars 2007 07:12
À : roger romain
Objet : Re: CoDiff: CONFERENCE DE PRESSE : pourquoi pas une taxe communale pour pouvoir manifester dans nos communes belges ???
Importance : Haute

 

Hello, Roger,

 

Ouais, tiens, au kilomètre parcouru.... 1 euro du km, par exemple, plus 21 % de TVA comme produit de luxe, puisque c'est un "produit" dont se passeraient  bien... les autorités. J'en connais qui devraient casser leur tirelire avant la fin du mois de mars. On collerait par exemple un compteur payant à chaque manifestant, comme le gaz en Angleterre, plus de thunes, plus de gaz, plus de manif... On pourrait réécrire le Cid, de Corneille, aussi : "Nous partîmes trois mille et nous ne nous vîmes plus que cinq cents en arrivant au port". Evidemment, ça charcute un peu les alexandrins, toutes ces taxes... Les taxes, c'est nuisible à la poésie aussi... Quand on voit la gueule de Van Cau, celle de Vande Lanotte et de quelques autres, et surtout qu'on les entend, on comprend pourquoi...

 

Allez, bonne journée,

 

JMF

 

 

CONFERENCE DE PRESSE : pourquoi pas une taxe communale pour pouvoir manifester dans nos communes belges ???

 

 

Au fond, c’ est vrai qu’ il y a de plus de mécontents et de dissidents dans les régimes capitalistes et « démocratiques » comme le nôtre. Alors, les gens manifestent de plus et c’ est pas beau pour l’ image de la Belgique. En plus les gens salissent, les manifestants, comme les matches de foot, mobilisent de plus en plus de flics super-équipés pour maintenir « l’ordre » . Certaines manifs mobilisent autant de flics qu’ une visite de Bush à Bruxelles ou un Sommet de nos tout grands européens, ou otaniens,  à Bruxelles.

Comme quoi, les manifestants devraient payer les dégâts qu’ ils occasionnent à notre « démocratie » et à nos « libertés » en hurlant dans nos rues. Je serais bien  pour l’ instauration d’ une taxe communale.

Mais si on la vote aussi à COURCELLES, sait-on jamais, puisque nous avons aussi un maïeur « socialiste », je suis d’ avis qu’ il faut absolument la faire payer par chaque manifestant AVANT le début de la manifestation, et non pas envoyer la facture des mois après …

De plus ainsi, on éviterait immédiatement les manifestants qui n’ont pas de fric et les éventuels frais de récupération en cas de non-paiement. Pourraient seulement manifester, seuls ceux pourraient payer, qui ont du fric comme d’ habitude… Comme pour la santé, l’instruction, le logement quoi … ?

Il nous faut absolument retrouver la sérénité, rentrer de l’ argent dans les caisses et le respect de notre ordre bourgeois.

Je parle ici bien sûr en tant qu’ ancien mandataire communal, soucieux du bien public. Au fond les gens qui manifestent, c’ est aussi polluant que les crottes de chien et/ou les sachets de frites par terre.

RoRo

 

 

 

 

N’ est-ce pas que c’ est beau la « démocratie » et la « liberté d’ expression » capitalistes !

Des libertés constitutionnelles et européennes, paraît-il …

RoRo

 

 

De : lemaire [mailto:lemaire.marcus@skynet.be]
Envoyé : mardi 6 mars 2007 16:11

Objet : CONFERENCE DE PRESSE
Importance : Haute

 


 

CONFERENCE DE PRESSE

Jeudi 8 mars à 10h30 dans les locaux de la Ligue de Droits de l'Homme

Chaussée d'Alsemberg, 303 / 1190 Bruxelles .

 

SOLIDARITE

Répression de l’action devant l’ambassade du Mexique

 

Prises de parole :

 

Paul Emile Dupret - Juriste au Parlement Européen  - Groupe GUE/NGL 

 

Selma Benkhelifa - Avocate au Barreau de Bxl.

 

CLEA - Comité pour la liberté d'expression et d'association

 

 


Le 31 octobre, face à la militarisation du département de Oaxaca au Mexique et aux agissement des escadrons de la morts qui ont assassinés impunément de nombreux civils, dont un journaliste international, une organisation des droits de l'homme du Mexique a lancé par internet un appel international à se manifester auprès des Ambassades du Mexique dans le monde. A Bruxelles, une trentaine de personnes se sont rassemblées face à l' Ambassade du Mexique à Bruxelles  pour exprimer leur opposition à ces massacres et à la militarisation des luttes sociales.

 

4 mois après ce rassemblement, 13  des personnes  présentes ce jour ont reçu un courrier de la part de la ville de Bruxelles leur annonçant qu'ils étaient passibles d'une amende de 250 euros sous prétexte de ce que que la manifestation n'était pas autorisée.  Parmi elles des personnes de nationalité belge et étrangères, des syndicalistes, des juristes et un membre de la CRER (comité de soutien de l'UDEP à Bruxelles) . 

 

Les personnes et organisations qui convoquent la conférence de presse s'insurgent contre cette grave limitation du droit d'expression et du droit constitutionnel à manifester, en particulier s'agissant de défendre les droits de l'homme qui est un droit des citoyens et un devoir des autorités qui transcende les frontières. Elles s'interrogent sur la désignation arbitraire par les autorités communales de coupables et responsables de cette manifestation dont le PV lui-même indique qu'elle est spontanée. Elles s'interrogent aussi sur le caractère intimidatoire de la décision des autorités bruxelloises, face à un rassemblement qui s'est déroulé pacifiquement et sans altérer le moins du monde l'ordre public, les manifestants ayant été invités par l'Ambassadrice du Mexique à rentrer dans l'Ambassade pour dialoguer et faire part de leurs inquiétudes et de leurs revendications.

 

Le présence de trois corps de police et leur attitude pose aussi question. Voyant que la manfestation n'altérait en rien l'ordre public, elles se sont montrées amicales et coopératives et n'ont rien demandé aux manifestants, sauf de se disperser après le dialogue avec le personnel de l'Ambassade, ce qui fut fait comme annoncé dès le début. Quelle est alors le sens de ce courrier répressif et menaçant 4 mois après les faits ?

 

S'il n'y a pas eu aucune perturbation de l'ordre public et de la circulation, au service de qui et de quoi agissent les autorités communales bruxelloises ?   Cette attitude répressive représente-t-elle une contribution de l'administration du Bourgmestre Thielemans (PS) à la réduction des droits civils sous prétexte de la guerre au terrorisme ?  Comment interpréter cette nouvelle atteinte au droit de manifester, alors même que les "altermondialistes "de Liège viennent d'obtenir un non lieu après une persécution judiciaire de longs mois.

 


 

Info : Oscar Flores 0496 40 33 09

Plus d'info sur : http://oscarflores.canalblog.com/

Pour rappel :

http://liege.indymedia.org/archives/display_by_id.php?feature_id=218

http://liege.indymedia.org/archives/display_by_id.php?feature_id=217

22:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.