22/01/2007

20/01/2007: Il n' y a pas qu' à COURCELLES-Motte que la nouvelle POSTE capitaliste ferme un bureau: à COURTRAI aussi, mais là la population et les élus s'organisent ...

Il n'  y a pas qu' à COURCELLES-Motte que la nouvelle POSTE capitaliste ferme un bureau: à COURTRAI aussi, mais là la population et les élus s'organisent ...

 

 

Courtrai • Lancement du comité d’action « Notre poste restera ! »

La Poste fermera à terme deux bureaux d’un quartier populaire. Riverains et syndicats se serrent les coudes pour le maintien de « nos petites postes ».

Jan Noordijk
17-01-2007

La Poste vise les bureaux de Courtrai 5, rue de Stasegem, et Courtrai 4, chaussée de Bruges. Courtrai 5 (« Saint-Jean »), surtout, se situe dans un très vieux quartier. Il y passe encore 500 clients tous les trois jours, dont quelques entreprises de la ZI de Stasegem car, pour eux, « notre petite poste » signifie un énorme gain de temps, sans problème de parking. Pour les personnes âgées du quartier, la fermeture est encore plus grave : il est si difficile de se rendre dans le centre. Dans leur petit bureau, ils peuvent toujours se procurer des timbres et, chemin faisant, tailler une bavette avec l’une ou l’autre connaissance. D’ici peu, il leur faudra aller au Delhaize où ils se sentiront sans doute obligés de faire quelques courses. Et leur pension mensuelle ? Le grand patron de La Poste, Johnny Thijs, avec ses 830 000 euros par an, s’en fiche pas mal. Vont-ils devoir aller toucher leur pension dans un point Poste, avec risque d’agression à la clé ?

Pour le 1er mars, dans toute la Flandre occidentale, La Poste compte fermer 12 bureaux, dont celui de Moen (Zwevegem), près de Courtrai. Ici, les gens devront aller 10 km plus loin, à la poste de Zwevegem, située le long d’une route à gros trafic et quasiment sans possibilité de parking.

Comme alternative, l’administration communale a proposé à La Poste l’ancienne maison communale de la rue de l’Église, à Moen. Proposition que La Poste a déclinée avec arrogance, tranchant qu’il n’y aurait plus d’activités postales à Moen.

Les politiciens locaux participent à l’action

Entre-temps, une pétition lancée à Moen a déjà été signée par plusieurs politiciens locaux, tant du SP.a que du CD&V et du VLD.

Le comité d’action « Notre poste restera ! » est convaincu que les deux bureaux peuvent encore avoir de beaux jours devant eux. Une soirée info a d’ailleurs rassemblé une soixantaine de personnes.

À Courtrai aussi, les habitants passent à l’action. Les gens du voisinage du bureau de poste de Saint-Jean se serrent déjà les coudes en compagnie des deux grands syndicats. Le week-end dernier, ils ont lancé une pétition. Le 24 janvier, ils remettront les signatures à Johnny Thijs. Tous les mandataires locaux du Parlement fédéral et flamand ont été mis au courant et appelés à réagir. Leurs réactions seront reprises sur 3 000 tracts. Cela ne fait donc que commencer.

14:27 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courcelles, romain, histoire, actualite, capitalisme, oppression capitaliste, charleroi, social, belgique, hainaut, democratie, europe, euro-dictature, cdh, ps, mr, ecolo, pt, presse, silence, solidarite, resistance, syndicats, politique | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.