16/11/2006

16/11/2006: La fin de la démocratie

 

Tous ceux qui me connaissent, savent que depuis plusieurs années, je mets les mots Démocratie, Liberté, Droits de l’ Homme, Justice, entre « guillemets »…

La suite : la fascisation progressive de l’ Euro-dictature capitaliste et l’ instauration du McCarthysme européen, y compris en Belgique, me donneront raison. Il suffit d’ ailleurs de voir qu’ électoralement parlant l’ Euro-dictature vire de plus en plus à droite, voire à l’ extrême-droite de plus en plus au pouvoir.

Ca devient grave, très grave … !

La « démocratie » capitaliste n’ est qu’ une illusion savamment entretenue. Et tout cela, avec des « socialistes » présents dans divers gouvernements …

Sur le problème des cartes d’ identité électronique, je vais d’ ailleurs aussi donner une suite sur Internet …

RoRo

 

De : Vandormael Raymond [mailto:raymond.vandormael@skynet.be]
Envoyé : jeudi 16 novembre 2006 0:40

Objet : Fw: [Clea-liege] La fin de la démocratie

 

 

----- Original Message -----

From: Vincent Robeyns

Sent: Wednesday, November 15, 2006 9:46 PM

Subject: [Clea-liege]          La fin de la démocratie

 

Dans le box des accusés d’un procès politique et d’exception un homme qui n’a commis aucun délit. La sentence tombe : cinq ans ferme et arrestation immédiate du dangereux terroriste. Une mère crie : « mon fils n’a rien fait ! », aussitôt le juge ordonne l’évacuation musclée de la mère. La sœur présente n’a pas le temps d’oser un « ne touchez pas ma mère » qu’elle est frappée au visage, projetée au sol et menottée !(1) Scène d’une ancienne dictature sud-américaine ou stalinienne ? Non, cela se passe aujourd’hui...En Belgique !

La suite :

http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=2662&artsuite=0


_______________________________________________
Clea-liege mailing list
Clea-liege@listes.agora.eu.org
http://listes.agora.eu.org/listinfo/clea-liege

 

Dans le box des accusés d’un procès politique et d’exception un homme qui n’a commis aucun délit. La sentence tombe : cinq ans ferme et arrestation immédiate du dangereux terroriste. Une mère crie : « mon fils n’a rien fait ! », aussitôt le juge ordonne l’évacuation musclée de la mère. La sœur présente n’a pas le temps d’oser un « ne touchez pas ma mère » qu’elle est frappée au visage, projetée au sol et menottée !(1) Scène d’une ancienne dictature sud-américaine ou stalinienne ? Non, cela se passe aujourd’hui...En Belgique !

1 2 3 >>

Alors que le plat pays qui est le mien s’était illustré, parfois malgré lui, par une attitude courageuse et à contre-courant des dictats impériaux(2), voilà qu’il vient de commettre une jurisprudence que George W. lui-même n’eut espérée.
Pour comprendre l’importance de l’enjeu, la gravité de la situation et pour ceux qui n’ont pas suivi, petit résumé de cette sombre affaire qui nous concerne tous, car elle engage l’avenir de nos libertés fondamentales. Ou- quand la vague sécuritaire post onze septembre vire au cauchemardesque tsunami Orwellien.

Il y a quelques temps Bahar Kimyongür, faisait une première fois la une des médias. Ankara demandait l’extradition de ce jeune Belge d’origine turque comme son nom l’indique, mais n’ayant pourtant jamais vécu en Turquie...Un procureur belge avait tendu la perche en prononçant une première inculpation pour appartenance à une organisation qualifiée de terroriste. La défense ira en appel visant l’acquittement. Qu’à cela ne tienne, la courageuse justice belge profitera d’un voyage de Bahar en Hollande pour alerter les services de l’autre majesté de la présence en son royaume d’un dangereux terroriste. Espérant ainsi confier aux voisins du Nord la sale besogne qu’est l’extradition -car tel était le projet- d’un innocent vers un pays ou il serait enfermé une quinzaine d’années et plus que probablement torturé. La manœuvre sera déjouée grâce à l’indépendance de la justice néerlandaise, qui ne voit dans les actes de Bahar qu’un exercice normal de la liberté d’opinion, l’acquitte et le libère. (3)
Un véritable complot manqué suivit d’un second procès arbitraire mené par un procureur partisan* et une ministre de la justice qui ira jusqu’à faire voter une loi rétroactive (vous lisez bien) afin de faire condamner l’un des huit autres prévenus (Coup de force qui sera finalement arrêté par la Cour d’Arbitrage et qui est loin d’être la seule irrégularité de ce jugement commandité). Rappelons pour les touristes que cette sinistre ministre prétendument socialiste se présentait récemment aux élections dans une commune où vit une importante communauté d’origine turque très conservatrice, entendez que la seule évocation du mot communiste et/ou Kurde insupporte.
Quoiqu’il en soit l’essai des néo-cons locaux est à présent transformé : le jugement rendu en appel ce 7 novembre -qui était fort attendu des organisations de défense des droits de l’homme- est plus injuste et sévère qu’en première instance. Les hérauts de la guerre au terrorisme gagneraient-ils ici l’influence qu’ils semblent perdre outre-atlantique ?

Innocent en Hollande, terroriste en Belgique ?
C’est ici que vous êtes sensés (vous) demander comment il est possible d’être à la fois considéré comme innocent par la justice de La Haye et coupable de terrorisme en Belgique, pays voisins. Un paradoxe kafkaïen typiquement flamand ? Bien pire : une avancée indéniable du non-droit et de la répression de la liberté d’expression et d’association.
Quels sont donc ses torts, de quoi est-il accusé en fait ? D’être un sympathisant belge du DHKP-C selon la défense ou -selon les dires du procureur*- membre de ce parti communiste listé terroriste par Ankara et par l’UE depuis un certain septembre 2001. Il participait à l’organisation des évènements culturels, traduisait les communiqués, militait pour le respect des droits de l’homme et -pire que tout- défend la cause kurde ! Pour situer, ayez une pensée émue pour les Israéliens (communistes) soutenant la cause palestinienne. Un résistant est souvent le terroriste de quelqu’un, vos (arrières) grands-parents confirmeront. Mais évitons provisoirement ce débat certes fondamental mais qui risque de nous éloigner du sujet principal.

En effet il n’est pas nécessaire d’adhérer aux projets et encore moins aux méthodes en Turquie du DHKP-C pour saisir le danger que représente le nouvel arsenal judiciaire anti-terroriste qui permet une telle parodie de procès. Comme le communiquaient des professeurs universitaires en droits et philosophie : Au-delà du cas de M. Bahar Kimyongür, nous éprouvons un net malaise à ce que des individus puissent être extradés vers des Etats n’appartenant pas à l’Union européenne sur la base d’une simple appartenance à une des organisations listées « terroristes » au terme d’une négociation intergouvernementale qui ne peut en aucun cas être assimilée à une procédure judiciaire respectueuse des droits de la défense. Pour être condamné comme terroriste, il n’est plus nécessaire de prendre part à des actes qualifiés de « terroristes ».(4) Le soupçon suffisait à justifier légalement surveillance et arrestation, la sympathie ou l’appartenance à un groupement arbitrairement listé suffit maintenant à faire condamner !

Big Brother is watching you, une fois !
Le 19 septembre 2001 la Belgique adopte de nouvelles lois dites anti-terroristes controversées mais sans débats, circonstances obligent. Pourtant tout initié vous le confirmera : de tels textes demandent bien plus de huit jours pour être conçus, rédigés sans oublier les traductions trilingues. Ce qu’il fallait démontrer ? L’antériorité des textes sur le remake hollywoodien de l’attaque de la radio de Gleiwitz(5). Lois qui seront à nouveau renforcées en 2003.
S’il peut sembler légitime de légiférer afin de faire face à de nouvelles menaces, il est alarmant de constater le caractère liberticide et anti-constitutionnel de ces lois, tristes copies des directives sécuritaires Européennes, inspirées par nos amis étasuniens. Elles sont depuis dénoncées par plusieurs associations belges d’avocats, de magistrats, de défense des droits de l’homme ou de la liberté d’expression et attaquées en Cour de Justice Constitutionnelle.
Le caractère vague de plusieurs paragraphes, l’absence de réelles définitions, permettent de jeter sur tout et n’importe qui l’anathème du terrorisme, de l’association de malfaiteurs ou mafieuse...Assimilant de nombreuses pratiques sociales ou politiques à des actes terroristes : organisez une grève, rédigez ou traduisez un texte contestataire, endommagez un champ d’OGM, n’amenez pas vos enfants à votre ex-conjoint et vous voilà sur les pas de Ben Landen, sous le coup de la loi anti-terroriste ! Bon pour le trou avec tribunaux et conditions d’exceptions, excusez du peu ! Exagération ? Que nenni, constatez par vous-même (6) et découvrez entre-autre que ces lois légalisent des méthodes d’enquête ont pour caractériqtique l’immixtion secrète de l’autorité dans la vie privée, et l’usage de la ruse (...) l’observation, l’infiltration et le recours aux indicateurs. Les comptes et coffres bancaires des suspects pourront également être observés, à la simple demande du parquet. Mieux, le parquet peut autoriser les services de police à pénétrer, à l’insu des intéressés, dans les locaux professionnels, dont ceux des journalistes, des syndicats ou des partis politiques, pour y effectuer des fouilles ou le placement de micros et caméras de surveillance.(7)

Ajoutez que les Belges, précédent le reste de l’Europe, seront bientôt tous munis de leur carte d’identité électronique et reprenez en chœurs : « La guerre c’est la paix », « La liberté c’est l’esclavage », « L’ignorance c’est la force » et n’oubliez pas : « Grand Frère vous regarde ! »

Et si j’écris « Ami entends-tu ? C’est l’alarme ! »(8), je suis bon pour Guantanamo ? !

www.activista.be

19:26 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, oppression capitaliste, capitalisme, democratie, liberte, fascisme, europe, euro-dictature, turquie, terrorisme, actualite, presse, politique, silence, solidarite, usa, histoire, romain, courcelles, repression, flicage | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.