30/09/2006

30/09/2006: De Michel Collon, journaliste belge: NOUVEAU: Chavez, Ratzinger, Afghanistan, Indigènes, journalistes exploités...

De Michel Collon, journaliste belge:         NOUVEAU: Chavez, Ratzinger, Afghanistan, Indigènes, journalistes exploités...

 

De la part de Michel Collon
Envoyé : vendredi 29 septembre 2006 20:49
À : Par
Objet : NOUVEAU: Chavez, Ratzinger, Afghanistan, Indigènes, journalistes exploités...

 

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur :

MAUVAIS LIEN ?
Mes excuses pour le lien erroné de la précédente interview sur Darwin, Bush, Ratzinger, etc.
Dans un tel cas, vous pouvez toujours retrouver les articles annoncés
en allant directement en page d'accueil à "Nouveau sur le site".


ACTUALITE :
Hugo Chavez - Discours à l'ONU : Le monde se réveille, Monsieur Bush !
"Hier, Monsieur Bush est venu parler ici comme s'il était le propriétaire du monde"
Chavez

Marseille Solidaire - Les descendants des « Indigènes » sont à Cachan et parmi les déboutés de Sarkozy !
Honorer (trop tard) les indigènes d'hier pour mieux persécuter ceux d'aujourd'hui ?
Indigènes

Leila - En Ratzinger, les architectes du Choc des civilisations ont-ils trouvé leur Apôtre ?
Le parcours d'un homme qui a choisi d'oublier la violence de l'Occident
Ratzinger

Ann Jones - Afghanistan : le paradis des "aides fantômes"
Où est parti l'argent des "dons" US et français ?
Afghanistan

MOYEN - ORIENT :
Daniel Sturm - « Tu ne vois rien, tu ne sens rien et tu ne regardes rien »
350 ex-soldats israéliens préparent une expo et une tournée sur les crimes de Tsahal
Soldat israélien

Marie Nassif - Debs - Position du PC libanais sur la Finul, le Hezbollah, les USA...
L'Europe collabore avec Bush mais ferait bien de se méfier. Elle aussi est visée.
FINUL, Hezbollah...

Emile Lahoud - Discours du président libanais à l'ONU
Lahoud, chrétien, répond à Bush sur le Hezbollah et le "Nouveau Moyen-Orient"
Liban

MEDIAS :
Association des Journalistes - Indépendants, ces journalistes ? Témoignages de pigistes surexploités
Faux indépendants, vrais exploités précaires. "Pisser de la copie", n'importe quelle copie...
Journalistes exploités


Salim Lamrani - Reporters sans Frontières osera-t-il publier cette réponse ?
RSF avoue enfin qu'elle est financée par Washington, mais...
Reporters sans Frontières

12:01 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, amerique, belgique, capitalisme, courcelles, charleroi, cuba, collon, democratie, europe, euro-dictature, france, paris, histoire, imperialisme, injustice, israel, liban, liberte, oppression capitaliste, politique, presse, propagande, romain, resistance, sionisme, silen | |  Facebook | |  Imprimer | | |

30/09/2006: France: eh oui, c' est la "démocratie" capitaliste ...

Eh oui, c’ est la « démocratie » capitaliste … !

Certains y croient encore …

RoRo

 

 

 

De : Mike [mailto:michel.mahler@tiscali.fr]
Envoyé : samedi 30 septembre 2006 0:21

Cc : Liste Google
Objet : Frais de campagne

 

Frais de campagne
Reveil-des-marmottes - Publié depuis 1 heure
Les dépenses des candidats sont plafonnées à 15,5 millions d'€ pour le premier tour et 20,7 millions d'€ pour le second tour. ...

 

La France a bien des particularités. Par exemple, Jospin va pouvoir profiter de sa retraite de Premier ministre dans sa grotte, agrémentée d'avantages non négligeables. Giscard d'Estaing a sa retraite de président et peut cumuler des fonctions -très bien payées- en France et à l'UE. Comme les citoyens vont bientôt travailler 18 heures par jour pour un SMIC allégé (Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal l'ont promis, c'est son programme pour l'un et l'ébauche d'un programme encore vide pour l'autre), il reste encore des Euros à dilapider. En France, le financement des campagnes électorales est (en principe) sévèrement encadré. La loi de 1988 précise: Seuls les particuliers et les partis politiques peuvent proposer des aides financières. Les entreprises, les syndicats ou les États étrangers n'ont pas le droit de financer une campagne. Les dons des particuliers sont limités à 4600 €. Au-delà de 150 €, ils doivent être réglés par chèque. La loi du 11 mars 1988 oblige aussi les partis à justifier leurs dépenses.

 

Les dépenses des candidats sont plafonnées à 15,5 millions d'€ pour le premier tour et 20,7 millions d'€ pour le second tour. Ce plafond devrait être revu à la hausse (par décret) en février 2007. Chaque candidat ou parti faisant plus de 5% des voix est remboursé de ses frais de campagne. Si pour les "petits partis" les sommes sont ridicules (n'ayant pas de moyens, les campagnes sont souvent faites avec "des bouts de ficelle"), tout change avec les "gros partis".

Voyons d'abord Nicolas Sarkozy. On loue des avions, des caravanes parcourant les plages, on organise des meetings, banquets, lunchs, ou soirées spectacle, on organise des voyages à New York pour se faire photographier avec le président des États-Unis George W. Bush, on voyage partout dans le monde pour faire sa promo, on écrit -ou fait écrire- des bouquins dont on assure la publicité durant la campagne, on organise des dédicaces, on s'offre les services de spécialistes américains pour les Blogs, on achète des mots-clé en masse, on achète des noms de domaines (sites) et on pourrait continuer à l'infini... Tout ça serait payé avec les cotisations... Ben teins donc. Le candidat non officiel utilise ses fonction (ministre de l'Intérieur) pour sa pub. «Je ne suis pas encore candidat, donc je reste ministre et je fais ma pré-campagne de candidat. Les lois ? C'est bon pour le peuple...»

Côté Ségolène Royal, l'association «Désirs d'Avenir», fondée par Ségolène Royal fin 2005 pour sa candidature, finance les voyages (au Sénégal par exemple), les déplacements, les banquets, la location des salles, la sono, les repas des militants, les billets de train et d'avion, la locations de voitures, les achats d'ordinateurs et de téléphones portables, les frais d'imprimerie, etc..., etc... Pour contourner la loi (une association ne peut pas financer une campagne, un parti politique, oui), Ségolène Royal a transformé Désirs d'Avenir en parti politique en janvier 2006. Une question se pose: De quel parti Ségolène Royal sera-t-elle la candidate ? De Désirs d'Avenir ? Du Parti Socialiste ? Christophe Chantepy, le président de Désirs d'Avenir, s'explique: «Lorsque Ségolène Royal va au Sénégal, ce n'est pas la République qui paie...» Le PS accuse en effet Nicolas Sarkozy d'utiliser l'argent public pour sa propagande électorale (ce que le RdM a déjà fait remarquer avec le clip diffusé depuis plus d'un an sur une chaîne publique). Selon Christophe Chantepy, l'argent de Désirs d'Avenir provient des cotisations (de 10 à 50 euros) ou «d'une foule de petits chèques...» Ni Sarko ni Ségogo n'ont pu justifier le nombre de leurs adhérents...

Faisons un petit calcul... 10 candidats font plus de 5% au premier tour: 155 millions. Deux candidats au second tour: 41,4 millions. Total: 196,4 millions d'€ (remboursés par tous les contribuables).

.../...


Toutefois, cette loi existe. Messieurs les juges, vous êtes trop laxistes. Vous devriez exiger une enquête sur les dépenses électorales de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal et appliquer la loi Sarko: Tolérance zéro...

 

Lire tout:

http://www.reveil-des-marmottes.net/Annexe-RdM/Dossier_20...

 

N'oubliez pas le nouveau Blog:

http://marmottes.blogspace.fr

11:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, courcelles, democratie, europe, euro-dictature, france, histoire, injustice, liberte, politique, presse, ps, propagande, romain, silence, elections, paris | |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/09/2006: Une honte pour la Belgique ! ...


De : Turquie Rebelle [mailto:turquie.rebelle@gmail.com]
Envoyé : vendredi 29 septembre 2006 16:26

Objet : Re: L'interview du JDM avec Özgüden sur l'affaire Kimyongür

 

"..Le comportement de la ministre de la Justice témoigne d'une adhésion irraisonnée au régime turc. Ses ambitions politiques y jouent un rôle prépondérant. Elle se présente aux élections communales de Schaerbeek, et je ne vois pas de grande différence entre le bourgmestre en place Bernard Clairfayt (MR) et elle. Sur les listes de tous les partis politiques, on retrouve des candidats d'origine turque qui se permettent de tenir des propos négationnistes. Quand je vois Madame Onkelinx accompagnée de ces mêmes candidats, dans les marchés aux puces, ou dans les rues de cette commune, car je suis aussi schaerbeekois, cela me fait mal !"


 Dogan Özgüden, rédacteur en chef d'"Info-Turk":
«L'affaire Kimyongür? Une honte pour la Belgique!»


par Faouzia Bensalem  

Monday, 25 September 2006

Rédacteur en chef du journal en ligne «Info-Turk» (*), et opposant de longue date au régime d'Ankara, Dogan Özgüden connaît bien le jeune Bahar Kimyongür, dont le procès défraye la chronique, depuis sa condamnation pour "terrorisme", devant le tribunal de première instance de Brugge, en février, jusqu'à son procès en appel, qui a débuté à Gand, le 11 septembre, en passant par son arrestation rocambolesque puis sa libération aux Pays-Bas, fin avril. «Tout cela s'inscrit dans le cadre des opérations répressives lancées contre les opposants au régime d'Ankara», estime l'auteur de «Turquie, fascisme et résistance» (**).

Comment réagissez-vous à la manière dont le gouvernement belge s'est comporté depuis la fuite de la militante du mouvement d'extrême gauche DHKP-C, Ferhiye Erdal jusqu'à l'arrestation aux Pays-Bas du sympathisant de ce même DHKP-C Bahar Kimyongür ?


Tout ce qui s'est passé autour du DHKP-C, qu'il s'agisse de la fuite de Ferhiye Erdal ou de l'arrestation arbitraire de Bahar Kimyongür, s'inscrit dans le cadre des opérations répressives lancées contre les opposants au régime turc. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, perpétrés aux Etats-Unis, il existe une sorte de consensus international pour écraser les opposants aux régimes favorables aux Etats-Unis. La Turquie était déjà elle-même dans une logique de répression à l'encontre de ses opposants. J'en suis le témoin vivant puisque je suis journaliste depuis plus de 53 ans. J'ai vécu tous les événements répressifs du fait du gouvernement turc, mais aussi les emprisonnements, et la torture qui y étaient et qui y sont encore monnaie courante.

La Turquie n'a pas attendu l'après 11 septembre pour perpétrer des violations aux droits de l'homme…

Avant le 11 septembre, les pays occidentaux témoignaient d'un sens des responsabilités et d'une fidélité à leur histoire en tant que défenseurs des libertés individuelles, et des droits de l'homme. Ils adoptaient une attitude de sympathie, voire de neutralité vis-à-vis des opposants aux régimes dictatoriaux, comme le régime turc. Mais après le11 septembre, la donne a changé, et la Turquie s'est engouffrée dans la brèche pour s'attirer les faveurs des puissances occidentales, dans la lutte contre le terrorisme.

Le DHKP-C serait une organisation terroriste. Vous contestez ?

Le DHKC-P est évidemment une organisation terroriste pour la Turquie. Pour moi, il s'agit plutôt d'une organisation révolutionnaire. Ses méthodes de lutte restent discutables, mais j'ai vécu la naissance des organisations contestataires, ou de gauche, comme le DHKP-C, dans les années 60. La fin des années 60, la Turquie a connu la montée du fascisme. En 1971, un coup d'Etat militaire plonge le pays dans le chaos. A cette époque, les syndicalistes, les leaders de la Jeunesse progressiste étaient périodiquement visés par la répression étatique, et trois leaders furent exécutés par pendaison.

C'est après ce coup d'Etat militaire que vous avez fui la Turquie avec votre épouse. Vous avez vécu dans la clandestinité avant d'obtenir le statut de réfugiés politiques. Vous avez alors écrit «Turquie, fascisme et résistance»(*), un ouvrage sur ce putsch militaire…

Je l'avais écrit en 1973, juste après le coup d'Etat militaire, mais à l'occasion de la trente-cinquième année de l'anniversaire de ce putsch, j'ai publié une deuxième édition. Pour en revenir à ces associations, dont je parle aussi dans le livre, elles sont organisées pour contrer les attaques des forces fascistes, et parfois fondamentalistes. Et, le coup d'Etat militaire a écrasé tous ces mouvements-là. Les militaires ont effectué des centaines de milliers d'arrestations, ils ont perpétré des tortures sur les prisonniers, et des tribunaux d'exception ont condamné tous les leaders. Ces organisations ont alors choisi la clandestinité, jusqu'à maintenant.

Pourtant dans les années 70, ces organisations ont tenté de rentrer dans la légalité…

Ces associations ont effectivement essayé de se légaliser, sous différentes appellations, mais un autre coup d'Etat a frappé la Turquie, en 1980. Dès cet instant, la clandestinité est devenue la seule manière de combattre la répression. Nombre des militants et dirigeants de ces associations ont souffert dans les prisons turques, et ceux qui ont pu fuir essayent d'organiser la résistance contre le régime turc, de différentes manières. A cette époque, ces associations étaient acceptées par les gouvernements européens, sans problème. On ne les considérait pas comme terroristes.

Vous connaissez bien Bahar Kimyongür ?

Lorsque j'ai rencontré Bahar pour la première fois, c'était un jeune étudiant soucieux de la défense des droits de l'homme. Il vient souvent nous rendre visite pour nous apporter des informations très pointues sur le sort des prisonniers politiques, en Turquie. Plus de 120 d'entre eux sont morts, des suites de leur grève de la faim. Nous avons maintes fois publié des informations apportées par Bahar Kimyongür qui dispose d'un fameux carnet d'adresses. Il entretient des relations très privilégiées avec les associations turques de défense des droits de l'homme, mais aussi avec les avocats des prisonniers politiques. Notamment avec Tayad qui est une association de solidarité avec les prisonniers politiques, et qui possède un système personnel de diffusion d'informations.

Fin février, devant le tribunal de première instance de Brugge, Kimyongür a pourtant écopé de quatre ans de prison pour terrorisme, et appartenance au DHKP-C…

Quand j'ai appris que Bahar Kimyongür était condamné pour appartenance au DHKP-C, sans connaître ses accointances avec cette organisation, j'ai été abasourdi. Etant un journaliste contestataire et démocrate, je ne fais aucune différence entre les multiples organisations qui mènent une opposition déterminée contre le régime d'Ankara. Le DHKP-C ne représente que quelques milliers de militants engagés, mais le PKK, parti des travailleurs kurdes du Kurdistan et organisation de guérilla, est beaucoup plus important, et ses actions sont bien plus violentes. Toutefois, il représente une véritable résistance et un mécontentement de la population kurde par rapport au régime. Aujourd'hui, comment est-il encore possible pour la Turquie de nier l'existence de toutes ces forces politiques qui mènent un combat contre le régime en place, par n'importe quel moyen ? (ironiquement) Les terroristes seraient donc si nombreux en Turquie ? La semaine passée encore, les associations kurdes ont déposé, au Parlement européen, près de trois millions de signatures réclamant la légitimité du PKK, et de son leader Abdullah Oçalan. Les Etats-Unis et ses alliés voient en le PKK une organisation terroriste. Va-t-on poursuivre et condamner tous ces Kurdes signataires en tant que «terroristes» comme Kimyongür ?
 
Que pensez-vous des poursuites contre lui devant les tribunaux belges?

J'ai lu l'acte d'accusation contre Kimyongür devant la Cour d'appel. Pour moi, il s'agit d'une vaste mascarade, car les accusations formulées contre lui ne sont pas suffisamment tangibles. Je me souviens que, lors du vote pour l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, la plupart des parlementaires européens ont ouvert des calicots, en signe d'acceptation. Pourquoi pas? Je mène un combat sur les plans médiatique, diplomatique, et politique contre le régime turc. J'ai souvent été présent lors des réunions internationales, mais quand je me trouve en face d'un représentant de ce régime répressif, je ne l'épargne pas. Et, ce n'est pas violence que de publier le résultat d'une interview à titre d'information. Il ne s'agit pas de terrorisme. Mais pour les alliés du régime turc, Bahar Kimyongür représente autre chose.

Serait-il plus dangereux que le résistant que vous êtes pour Ankara et ses alliés ?

Mon histoire est différente puisque je suis arrivé ici, il y a plus de trente ans. J'ai d'abord été réfugié politique avant de devenir citoyen belge. Mais l'histoire de Bahar Kimyongür est autre. Il est surtout né en Belgique ! Sa langue maternelle n'est pas le turc, et il est d'origine arabe. Sa famille fait donc partie d'une des nombreuses minorités vivant en Turquie. Au cours de ses études universitaires à l'ULB (ndlr : il est archéologue et historien de l'art), Bahar a pris conscience que la Turquie est incompatible avec les valeurs démocratiques. Dès cet instant, il a pris position pour la défense de toutes les minorités et pour l'émancipation sociale, en Turquie. Mais Kimyongür est une pure production de la société belge ! Il est né ici, il a grandi ici, il a été éduqué ici, et il a une formation extraordinaire puisqu'il a suivi ses études dans plusieurs disciplines. Kimyongür maîtrise plusieurs langues, et il jongle de l'une à l'autre avec facilité.

C'est incroyable de voir ce jeune homme attirer à lui autant de sympathie…

Kimyongür est talentueux, il est un produit de la société belge. C'est une personnalité que pourtant la Belgique veut étouffer. C'est scandaleux ! Tout cela parce que le 11 septembre a changé la donne, et que la Turquie est entrée dans l'antichambre de l'Union européenne, en devenant un candidat acceptable après l'abolition de la peine de mort, en 2002, malgré la poursuite des violations des droits de l'homme dans plusieurs domaines. La force de la Turquie se trouve dans les relations commerciales et économiques très lucratives qu'elle entretient notamment avec la Belgique. Donc, la position des dirigeants belges par rapport à la Turquie a consisté à satisfaire ces grands partenaires commerciaux, économiques, et même les militaires.

Et la population d'origine turque dans tout cela ?

Malheureusement, la population venue pour travailler dans les charbonnages a été bien récupérée par le régime en place pour constituer un véritable lobby afin de défendre les intérêts du régime d'Ankara. Depuis que la grande majorité des ressortissants turcs sont devenus des électeurs déterminants dans certains quartiers, comme Schaerbeek et Saint-Josse, nos hommes politiques se sont mis à lancer des déclarations favorables au régime turc.

Nos élus fermeraient donc les yeux sur les violations aux droits de l'homme de la Turquie pour des raisons économiques et électoralistes…

C'est évident ! Par exemple, on a tout à coup changé d'attitude par rapport à la négation du génocide perpétré par l'Empire ottoman contre le peuple arménien. Les hommes politiques progressistes belges ont d'abord mis un point d'honneur à mettre l'accent sur cette tragédie humaine, et tout à coup, sous la menace du lobby turc, de l'électorat turc, ou manipulé par l'ambassade de Turquie, ils ont changé de langage. Ils ne parlent plus de cette question.

En quoi Bahar constitue-t-il à lui seul un problème, si les lobbies turcs sont si puissants en Belgique ?
 
La lutte de Bahar consiste à offrir une voix aux prisonniers politiques maltraités et torturés dans les geôles de Turquie. Quelle que soit la couleur politique des élus belges, ils se plient aux exigences d'Ankara. Les pressions sur la Belgique sont devenues plus oppressantes après la fuite de Ferhiye Erdal. Les autorités et médias turcs ont alors mené une campagne très agressive contre la Belgique. C'est en tout cas, mon sentiment. Et, pour faire plaisir aux médias turcs, assujettis au pouvoir, qui réalisent un lavage de cerveau quotidien de leurs téléspectateurs, ils ont probablement fait un geste en conspirant sur l'arrestation et la possible extradition de Kimyongür. J'ai été atterré de lire les interventions des avocats de la partie civile qui font des éloges au régime d'Ankara.
 
Condamnée en même temps que Kimyongür et consors, à Brugge, Ferhiye Erdal a pris la fuite avant que le procès en appel n'ait eu lieu. Avez-vous connu cette jeune femme ?

Je ne l'ai jamais rencontrée parce qu'elle était toujours en clandestinité, ou sous la stricte protection de l'Etat belge. Si un jour, cette jeune femme venait frapper à ma porte, je ne la repousserais pas. Elle appartient à mon peuple, et j'ai envie de savoir ce qu'elle pense. Mais, pour des raisons de sécurité, sans doute, elle n'a jamais tenté d'établir le contact. J'ai suivi le procès par les médias, ou par les communiqués de presse.

Vous pensez qu'elle est vraiment à l'origine du meurtre de Özdemir Sabanci, ce riche industriel turc pour lequel elle travaillait, en Turquie ?

Selon les accusations portées sur elle, Ferhiye serait impliquée dans ce meurtre, mais il n'y a pas de certitude qu'il en soit ainsi. Si on en avait la preuve, la justice belge serait compétente pour la condamner.

Elle est ressortissante turque. Si elle est condamnée, elle risque d'être extradée. Puisque la Turquie est à nouveau en odeur de sainteté, chez nous…

Je suis contre toute extradition ! La justice hollandaise a heureusement réagi de manière correcte en n'extradant pas Kimyongür, après son arrestation le 28 avril dernier. Il y a quinze jours, la Cour suprême hollandaise a aussi annulé l'extradition d'une dirigeante du PKK, recherchée par la Turquie, et qui était réfugiée aux Pays-Bas. Parce qu'il est de notoriété publique que la torture est toujours d'application à Ankara.

Pourtant, une procédure d'extradition pèse-t-elle toujours comme une épée de Damoclès sur la tête de Kimyongür ?

Dernièrement, une journaliste d'opinion kurde a été arrêtée au Luxembourg, et malgré la volonté d'Ankara de la voir extradée, la justice luxembourgeoise lui a rendu sa liberté. Aux Pays-Bas, et au Luxembourg, la décision a été prise suite à une procédure judiciaire, mais en ce qui concerne Kimyongür et ses camarades, je crains que la justice belge ne soit «téléguidée». Tant que Madame Onkelinx (PS) reste à la tête de la justice belge, je n'espère pas que des décisions justes soient prises.

Notre constitution prévoit pourtant la séparation des pouvoirs, et l'indépendance des juges…

Bien sûr, mais certaines procédures juridiques se déroulent sous l'instruction du ministère de la Justice, comme on a pu le constater dans le dernier scandale politico-juridique. Pour ces raisons, je n'ai pas confiance en la manière dont les décisions pourraient être prises.

Vous n'avez pas confiance parce que c'est Laurette Onkelinx ?

Parce que le comportement de la ministre de la Justice témoigne d'une adhésion irraisonnée au régime turc. Ses ambitions politiques y jouent un rôle prépondérant. Elle se présente aux élections communales de Schaerbeek, et je ne vois pas de grande différence entre le bourgmestre en place Bernard Clairfayt (MR) et elle. Sur les listes de tous les partis politiques, on retrouve des candidats d'origine turque qui se permettent de tenir des propos négationnistes. Quand je vois Madame Onkelinx accompagnée de ces mêmes candidats, dans les marchés aux puces, ou dans les rues de cette commune, car je suis aussi schaerbeekois, cela me fait mal !

Quelle est votre réaction face à ces réunions «secrètes» où des hommes politiques, des agents de la police et de la Sûreté de l'Etat, et des magistrats se concertent sur la manière de remettre Kimyongür à la Turquie en passant par la Hollande ?


Bahar disait qu'il comparait ce qui lui arrivait au complot du Quai d'Orsay contre l'opposant marocain Ahmed Ben Barka, dans les années 60. Je pense effectivement que tous les opposants au régime turc se trouvent au centre d'un tel complot. Puisque Bahar Kimyongür est devenu une personne dérangeante pour la Turquie, il n'est pas étonnant que son nom se retrouve sur la liste rouge d'Interpol. Pour Ankara, Bahar est un terroriste qui se trouve à la tête d'une organisation terroriste.

La manière dont Kimyongür milite est à vos yeux pacifique ?

Je ne l'ai jamais vu, ni entendu impliqué dans une action violente. Il est injuste de le traiter de terroriste. Depuis l'adoption de la loi anti-terrorisme en Belgique, la Turquie a adopté juste après une loi similaire, c'est la porte ouverte à toutes les dérives. La définition même du terme «terrorisme» est très vague. Juste parce que l'on remet en cause un régime, on peut être accusé de terrorisme, et l'on peut traîner pendant des années dans les prisons. Depuis le coup d'Etat militaire de 1980, le procès de Dev-Sol, l'ancienne appellation du DHKP-C, se poursuit encore.

Les défenseurs de la théorie d'une Turquie démocratique avancent l'argument que le DHKP-C possède un journal qui est librement distribué en Turquie…

Ce journal «Yuruyus» existe, mais il est constamment sous la menace de poursuites judiciaires. D'ailleurs, les journaux d'opposition appartenant à des groupes radicaux ont souvent dû arrêter, ou changer de titre. Actuellement, 17 journalistes appartenant à ces médias contestataires se trouvent dans les prisons turques.
 
(*) www.info-turk.be
(**) Dogan Özgüden, Turquie, fascisme et résistance, 2e éd., Bruxelles 2006, Fondation Info-Turk

 

11:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, imperialisme, liberte, otan, politique, presse, ps, romain, resistance, silence, solidarite, terrorisme, euro-dictature, injustice, oppression capitaliste, actualite, belgique, courcelles, democratie, europe, fascisme, turquie, usa | |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/09/2006

27/09/2006: Lettre d'une citoyenne Faucheuse Volontaire condamnée et menacée de saisie par Limagrain.

Et c’ est toujours en EURO-DICTATURE capitaliste …

Et dire que certains nous parlent encore de « démocratie », de « justice », de « liberté », de « droits de l’ homme », …

Effectivement, on croit rêver …

RoRo

 


De : Xarlo@aol.com [mailto:Xarlo@aol.com]
Envoyé : mercredi 27 septembre 2006 21:33

Objet : L'absurde atteint le sublime ... mais peut mieux faire encore...

 

 

 

Lettre d'une citoyenne Faucheuse Volontaire condamnée et menacée de saisie par Limagrain.

Publié samedi 23 septembre 2006

 

« Ce sont bien les multinationales et le pouvoir seul de l'argent qui mènent le monde.

Quel est le pouvoir réel du politique là-dedans et à quoi se réduit la loi ?

Lorsque légalité et légitimité sont à ce point déconnectés, à quoi se réduit la justice ?

Limagrain et sa filiale Méristem décident de cultiver du maïs transgénique dans le Puy de Dôme en 2005 pour le motif, « ô combien noble » de soulager les enfants malades : après s'être informés à des sources objectives, Région et Maire émettent un avis défavorable, 80% de la population y est défavorable.

Ces essais se font et je suis condamnée pour fauchage. (Septembre 2005 à Clermont-Ferrand)

Ces essais étaient illégaux : le tribunal administratif annule les autorisations un an après.

La lipase gastrique, dangereuse pour la santé de ceux qui n'en ont pas besoin

Aujourd'hui, Limagrain vient saisir mes meubles : je paye son préjudice moral.

On croit rêver !!! : Le préjudice moral de Limagrain !!!

Préjudice pour la démocratie qui ne fonctionne pas, préjudice pour la population qui n'en veut pas et qui mangera peut-être de la lipase sans le savoir. Préjudice pour la santé publique. Préjudice pour les citoyens que nous sommes et qui comme les victimes de l'amiante et du sang contaminé s'amasseront dans les tribunaux sans que jamais les vrais responsables (les groupes financiers) soit incriminés. Préjudice pour moi et mes enfants plus tard. Préjudice pour tous ceux qui étranglés par la logique des brevets alimenteront la pompe à fric que sont Limagrain ou Monsanto.

Et bien NON la loi reconnaît le préjudice de LIMAGRAIN, ce truc sans visage dont le seul objectif est de concurrencer  MONSANTO  qui, après avoir déversé son agent orange sur le Vietnam a refilé son coton BT qui a endetté les paysans dans le Maharashtra d'une manière si éhontée qu'il a amené la plus belle récolte de suicides, ces mêmes champs de coton qui ont tué des milliers de moutons qui ont simplement voulu brouter après cette fameuse récolte de coton Bt, qui répand son riz transgénique au potentiel allergène.

Mais c'est LIMAGRAIN qui souffre et à qui je dois refiler mes fauteuils pour qu'ils soient vendus afin de payer son préjudice moral.

Et la loi là-dedans : elle vient me dire que tout cela est bien légal.

La loi soit disant garant de l'intérêt général : il ne faut pas s'étonner de la désespérance qui en envahit plus d'un, la désespérance qui conduit à la violence ou celle qui conduit à se chercher un coin à l'abri de tous et de tout et qui nous mène à l'indifférence.

J'ai choisi une autre voie, celle de lutter quand même, parce que j'ai mis des enfants dans ce monde, parce que j'ai connu parfois le meilleur de l'humanité et parce que c'est gai et vivant de se battre quand même. »

Monique Burnichon (« les 15 de Nonette »)
le 22 septembre 2006

 

14:11 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liberte, france, presse, romain, silence, syndicats, social, ps, actualite, capitalisme, courcelles, europe, euro-dictature, environnement, fascisme, histoire, parie, politique, resistance, solidarite, democratie, oppression capitaliste | |  Facebook | |  Imprimer | | |

28/09/2006: BELGIQUE : Le voile banni des bureaux de vote en région bruxelloise ...

De plus en plus de « libertés » en Belgique « démocratique » et en EURO-DICTATURE capitaliste …

RoRo

 

 

 

De : Transfer_info@yahoogroupes.fr [mailto:Transfer_info@yahoogroupes.fr] De la part de Meriem
Envoyé : jeudi 28 septembre 2006 14:32

Objet : [Transfer_info] BELGIQUE : Le voile banni des bureaux de vote

 

Le Soir samedi 23/09/2006

Le voile banni des bureaux de vote

Hanane se réjouissait d'accomplir son devoir civique en tant qu'assesseur, à Molenbeek, à l'occasion des élections communales du 8 octobre... Hanane déchante : elle porte le voile et le formulaire officiel qui la convoque interdit « la manifestation extérieure de toute forme d'expression politique, philosophique ou religieuse ».

Le ministre-président de la région bruxelloise, Charles Picqué (PS), a arrêté, le 9 août dernier, les instructions administratives destinées aux présidents de bureaux de vote. Première, en Belgique : ces dispositions interdisent aux citoyens sollicités en tant que présidents de bureau ou assesseurs d'afficher tout emblème religieux.

Officiellement, il s'agit de « garantir la liberté de l'électeur dans son choix démocratique ». C'est en tout cas en ces termes que le gouvernement bruxellois justifie la mesure. Ni la Région wallonne ni la Flandre n'ont jugé bon prendre de telles dispositions. Seule la Région bruxelloise a changé d'attitude : lors du scrutin régional de 2004, des citoyennes voilées ont officié en tant qu'assesseurs, et même en tant que présidentes de bureaux de vote (à Uccle notamment).

La députée MR Corinne De Permentier s'en était émue, à l'époque, interpellant le ministre de l'Intérieur, Patrick Dewael (VLD), le 30 juin 2004. Sa réponse à la parlementaire avait été limpide : « Il n'existe aucune disposition spécifique concernant la tenue vestimentaire du président ou des membres d'un bureau de vote, qui serait d'ailleurs très difficile à réglementer. Le port du voile pour des motifs religieux n'est dès lors pas interdit. »

Cinq mois plus tard, le ministre de l'Intérieur change radicalement de position : il avance dans un courrier adressé, le 22 novembre 2004, au président du tribunal de 1re instance de Bruxelles, Etienne Vande Walle, qu'il « considère que le port du tchador par un membre du bureau électoral dans les locaux du vote peut être considéré comme portant atteinte au principe de neutralité des bureaux de vote et peut menacer la liberté de l'électeur dans son choix démocratique ».

Le ministre de l'Intérieur ajoute même que « l'interdiction ne se limitera pas au tchador musulman, mais également aux emblèmes de toute religion comme, à titre d'exemple, la croix chrétienne, la kippa juive ou le turban hindouiste. »

C'est sur ce simple courrier que s'est basé Charles Picqué pour interdire les membres des bureaux de vote d'afficher « toute forme d'expression philosophique ou religieuse » : ni voile, ni crucifix, ni flambeau laïque.

Hanane, qui tenait à exercer son devoir de citoyenne, s'est vu confirmer par son président de bureau qu'elle ne serait pas admise en tant qu'assesseur si elle ne retirait pas son voile. Et qu'elle risquait même une amende, dans ce cas... « Ce n'est pas du tout l'esprit des instructions administratives transmises », réagit le cabinet Picqué, estimant la menace d'amende disproportionnée.

Vendredi, pourtant, la justice, craignant une pénurie d'assesseurs, se déclarait disposée à poursuivre les citoyens désignés qui ne pourraient justifier leur absence. Avec des amendes qui pourraient grimper jusqu'à 200 euros, précisait le parquet.

Hanane et d'autres citoyennes voilées d'Ixelles et de Molenbeek ont déposé une plainte au Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (Mrax). Les juristes de l'organisation estiment que l'interdiction du port du voile pour les membres des bureaux de vote « ne repose sur aucune base légale ». Avant d'entamer d'éventuelles actions, ils ont écrit aux présidents des bureaux et aux bourgmestres concernés.

Hanane n'entend par renoncer : elle a écrit au président du bureau où elle devait officier pour contester l'instruction administrative bruxelloise. Elle s'y présentera voilée, le 8 octobre.


Ricardo Gutiérrez
ricardo.gutierrez@lesoir.be

http://www.rtbf.be/info/belgique/ARTICLE_041982

Assesseurs sans signes religieux

 

A Bruxelles, lors des prochaines élections, les personnes présentes dans les bureaux de vote en qualité d'assesseurs ne pourront manifester aucune forme d'expression philosophique ou religieuse.

 

Source:Info radio - 23 sep 2006 15:52

VIDEO

• Interdiction de tout signe religieux dans les bureaux de vote à Bruxelles

Les personnes convoquées pour exercer la fonction d'assesseur des bureaux de vote devront éviter la manifestation extérieure de toute forme d'expression politique, philosophique ou religieuse. Une disposition qui n'existait pas lorsque le ministère fédéral de l'Intérieur organisait les élections communales. Une disposition que la Région wallonne n'impose nullement. C'est donc une spécificité bruxelloise. Cela se comprend - et va même de soi - pour l'expression politique. C'est plus discutable pour l'expression philosophique et religieuse.

 

D'ores et déjà, deux femmes portant le foulard islamique ont pris contact avec le Mrax. Ces deux citoyennes acceptent la mission d'assesseur de bureaux de vote mais elles refusent d'ôter leur foulard pour cette occasion. Le Mrax étudie la question sur le plan juridique. Peut-on, par exemple, assimiler un citoyen accomplissant un devoir civique à un fonctionnaire d'une région ou d'une commune? Les personnes désignées se voient confrontées à une double contrainte: on les oblige à faire quelque chose tout en leur imposant unilatéralement une condition. Quand on sait, en plus, la difficulté à trouver des volontaires pour ce genre de tâche... L'affaire pourrait faire du bruit dans les prochains jours.



---------- Forwarded message ----------
From: Bouhlal Radouane - <radouane.bouhlal@cfwb.be>
Date: 23 sept. 2006 20:41
Subject: Le MRAX conteste l'interdiction des signes d'appartenance religieuse pour les Assesseurs aux prochaines élections communales 2006
To: radouane.bouhlal@cfwb.be



Mesdames, Messieurs,
Cher-e-s ami-e-s,

Je vous prie de bien vouloir prendre connaissance du courrier que le MRAX vient d'adresser au Ministre-Président Picqué, pour se plaindre de sa décision d'interdire les signes extérieurs confessionels pour les assesseurs aux prochaines élections communales.

Je vous en souhaite bonne réception et reste à votre service pour de plus amples informations…

Bien à vous,

Radouane BOUHLAL
Président du MRAX
Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie
0475/75.14.89
radouane.bouhlal@skynet.be




------------------------------------------------------------------------
GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BXL-CAPITALE
Monssieur Charles PICQUÉ
Ministre-Président
7-9, rue Ducale
B-1000 Bruxelles

Bruxelles, le 22 septembre 2006

Nos Réf. :      MRAX/RB/2006/lt.80
Contacts :      Radouane BOUHLAL, Président, radouane.bouhlal@skynet.be - +32 (0) 475/75.14.89.
Didier de LAVELEYE, Directeur, didier.delaveleye@mrax.be - +32 (0) 2/209.62.59.

Objet :         Plainte contre l'interdiction de la manifestation extérieure de toute forme d'expression philosophique ou religieuse dans le chef des assesseurs pour les prochaines élections communales du 8 octobre 2006 dans la Région de Bruxelles-Capitale


Monsieur le Ministre-Président,
Cher Monsieur Picqué,

Le Mouvement contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Xénophobie (MRAX), principale et plus ancienne organisation antiraciste belge, vient d'être saisi, en quelques jours à peine, de quatre plaintes similaires mettant en cause les conditions imposées aux assesseurs dans le cadre des prochaines élections communales du 8 octobre 2006.

Le formulaire de désignation des assesseurs par les présidents des bureaux de vote – formulaire B5 unifié pour l'ensemble des communes de la Région de Bruxelles-Capitale – énonce en effet la règle suivante :

« En vue de garantir la liberté de l'électeur dans son choix démocratique, la manifestation extérieure de toute forme d'expression politique, philosophique ou religieuse est interdite pour les membres des bureaux électoraux. Vous êtes invité(e) à en tenir compte lorsque vous vous présenterez le 8 octobre 2006. »

Les quatre plaignantes qui ont sollicité l'aide du MRAX sont de confession musulmane et portent le foulard. Désireuses de remplir leur devoir de citoyennes et d'assumer la fonction d'assesseurs, elles ne peuvent, pour ce faire, admettre de renoncer à leurs convictions religieuses. L'interdiction de la manifestation de toute forme d'expression religieuse a dès lors pour effet de les priver de l'opportunité de participer de manière active à la vie citoyenne et politique de notre pays. Une telle prise de position de l'autorité conduit à créer une distinction illégitime entre citoyens, certains ne pouvant ainsi exercer les droits et devoirs afférents à la citoyenneté en raison de leurs choix philosophiques et religieux.

L'interdiction conduit également à des situations pour le moins choquantes, particulièrement dans la présente situation où l'on compte une pénurie d'assesseurs pour les prochaines élections : si les plaignantes n'entendent pas renoncer à leurs convictions religieuses, elles s'exposent à une amende pouvant s'élever à un montant de 1.000 € !

De plus, aucune disposition du Code électoral communal bruxellois ne prévoit l'interdiction contestée par le MRAX. Seul un document du Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, intitulé « Instructions pour les présidents des bureaux principaux lors des élections communales », fait référence à cette interdiction. Ce texte à la valeur normative incertaine – il s'agit de simples instructions administratives – nous semble d'une légalité douteuse.
Sous réserve d'une analyse juridique plus approfondie, il apparaît que l'interdiction des manifestations extérieures de l'appartenance religieuse est contraire à l'article 2, § 4, de la loi du 25 février 2003 tendant à lutter contre la discrimination, lequel dispose :

« § 4. Toute discrimination directe ou indirecte est interdite, lorsqu'elle porte sur:
-       (...) ;
-       l'accès, la participation et tout autre exercice d'une activité économique, sociale, culturelle ou politique accessible au public. »

L'interdiction constitue également une ingérence disproportionnée dans le droit de manifester ses convictions religieuses, garanti notamment par l'article 19 de la Constitution et l'article 9 de la Convention européenne des droits de l'homme. En effet, outre qu'elle n'est pas prévue par la loi, la restriction à la liberté de manifester ses convictions religieuses ne nous semble nullement nécessaire, dans une société démocratique, à la sécurité publique, la protection de l'ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou la protection des droits et libertés d'autrui.

Enfin, nous estimons la position adoptée d'autant plus absurde, qu'elle n'est partagée par aucune autre autorité compétente : ainsi, le modèle du formulaire de convocation des assesseurs en Région wallonne ne contient aucune disposition similaire. De même, par le passé, de nombreuses citoyennes de confession musulmane et portant le foulard ont, sans aucune difficulté, exercé le rôle d'assesseur et même de président de bureau de vote sans que cela n'ait jamais influencé, de quelque manière que ce soit, la liberté de l'électeur dans son choix démocratique.

Les élections communales approchent à grand pas et cette urgence impose une réaction déterminante et rapide. Si aucune mesure n'est prise, de nombreuses citoyennes de confession musulmane et portant le foulard, se verront privées d'une opportunité de participer au bon fonctionnement démocratique de notre société. La Région de Bruxelles-Capitale, qui vante la multiculturalité et se veut un exemple en matière d'interculturalité, en perdrait son crédit.

C'est pourquoi, nous vous prions de revoir votre position dans les meilleurs délais et de le faire savoir largement, en particulier aux services compétents.
Nous ne doutons pas de votre nouvelle attitude dans le présent dossier. Dans la négative, nous nous réservons le droit de contester votre décision par toute voie de droit, y compris juridictionnelle.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour évoquer avec plus de profondeur nos réflexions brièvement ci-exposées.

Dans l'attente impatiente de votre réaction, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre-Président, cher Monsieur Picqué, en l'assurance de notre considération distinguée.


Radouane BOUHLAL,
Président


Didier de LAVELEYE,
Directeur




MRAX a.s.b.l.
37, rue de la Poste   1210 Bruxelles
Téléphone : +32 (0) 2/209.62.50.   –   Télécopie : +32 (0) 2/218.23.71.   –   mrax@mrax.be
Bienvenue sur notre site : www.mrax.be   –   Numéro de compte : 001-2329854-87

 


Découvrez un nouveau moyen de poser toutes vos questions quelque soit le sujet ! Yahoo! Questions/Réponses pour partager vos connaissances, vos opinions et vos expériences. Cliquez ici. __._,_.___

Sites à visiter :

http://www.minorites.org/

http://www.palestine-vivra.org/

http://fr.groups.yahoo.com/group/assawra/

http://fr.groups.yahoo.com/group/islam_jeunesse_internati...

Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à :
http://fr.groups.yahoo.com/group/Transfer_info/

12:35 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, alc, charleroi, courcelles, cdh, democratie, europe, ecole, euro-dictature, fn, hainaut, immigres, racisme, histoire, liberte, mr, politique, presse, ps, ptb, romain, resistance, silence, solidarite, ucpw, religions | |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/09/2006: COURCELLES: les chers électeurs seraient déjà trompés, grugés, une fois de plus, par certains partis "démocratiques AVANT même d' avoir voté ...

COURCELLES: les chers électeurs seraient déjà trompés, grugés, une fois de plus, par certains partis "démocratiques AVANT même d'  avoir voté ...

 

Un petit rappel pour commencer : lors des élections d’  octobre 2000, le Ps courcellois (14 élus) a perdu 3 sièges. Le Psc-Cdh (3 élus) a perdu 1 siège.

 

Cela n’  empêche : « socialistes » et catholiques constituent une alliance des perdants et dirigent la commune pendant 6 ans, avec les piètres résultats que l’  on connaît. Ceux qui avaient espéré le changement, ont reçu une importante taxe immondices nouvelle supplémentaire… qui, paraît-il, pourrait encore grimper… Car nos finances communales ont de nouveau soif … !

 

Aujourd’  hui, le conseiller Psc-Cdh Robert PIRMOLIN, qui est pourtant membre de l’  actuelle majorité, ne croit déjà plus à la reconduction éventuelle de l’ alliance existante.

 

Il nous l’  explique dans Tan Que Vive :

 

« Belle journée 2004 ! Ils se retrouvent dans un restaurant non loin de l’  ancienne abbaye d’  Aulnes !  Ils ont mangé. Ils ont bu. De quoi ont discuté notre échevin des travaux et le 1er candidat de la liste Mr ?  C’  étaient les prémices des amours bleues – rouges comme au Fédéral ? ».

 

Explications et traduction de RoRo :

 

-notre actuel échevin des travaux : c’  est le « socialiste » Christian HANSENNE qui ambitionne de devenir mayeur. Ce n’  est plus aujourd’ hui une question de capacités et de compétences, mais cela dépend des voix de préférences et du nombre de bobines apposées aux fenêtres par certains électeurs idolâtres …

 

-le 1e de la liste Mr ? C’  est un certain Jean-Claude MEUREE , tant adoré par le dissident Claudy BASTIN de la liste Alc …

 

Bref, cette belle journée 2004, aurait donc été en quelque sorte une belle journée de fiançailles Ps – Mr, dans un cadre enchanteur, ou un véritable rendez-vous de comploteurs plénipotentiaires … ?

 

Et PIRMOLIN ajoute :

 

« Et que penser des achats de l’  entreprise familiale de cette candidate Mr ? S’  approvisionner en médicaments dans une pharmacie Multipharma (filiale des mutualités socialistes) est-ce un geste vis-à-vis du Ps ? Tout est bon pour faire de doux yeux au Ps ».

 

Là, le conseiller Psc-Cdh Robert PIRMOLIN (73 ans – conseiller communal pour la 1ère fois !) n’  a rien compris des parties de tric – trac qui se jouent et des cadeaux qui se donnent entre les partis autoproclamés « démocratiques ». Il y a parfois aussi quelques crocs - en - jambe …

 

Exemples :

 

-          une habitante de la cité Confort voudrait quitter le taudis « social » qu’  elle occupe depuis des années. Elle va trouver un responsable de « A Chacun Son Logis ». Elle revient avec des promesses et une première récompense : … une affichette de Xavier RICHARD, premier candidat de la liste Psc-Cdh,  qu’  elle appose à sa fenêtre, avec quand même quelques doutes sur les résultats post-électoraux de sa démarche…

 

-          des riverains de la Cité Confort et de l’  avenue de Wallonie se plaignent à juste titre des nombreux problèmes du quartier (circulation, zoning,…), Aurelio CIGNA pose quelques questions avec grand tapage publicitaire, ils reçoivent eux aussi de quoi « décorer » en bleu leur façade …

 

Psc-Cdh et Mr tentent donc de récupérer les miettes dégoutées que laisse tomber la vieille garde « socialiste » prête à se vendre pour garder malgré tout le pouvoir après les élections du 8 octobre 2006. On pourrait multiplier les exemples : pour acheter certains électeurs, c’  est à qui donne et promet le plus et le mieux… Il suffit de savoir emballer la marchandise …

 

Reste à savoir ce qu’  en pense la jeune garde « socialiste », symbolisée par la tête de liste Ps, qui, lui, promet enfin du neuf, de la transparence.  Axel SŒUR est – il prêt à devenir bourgmestre avec à ses côtés Aurelio CIGNA qui ne mène donc qu’ une campagne personnelle, démagogique et de façade anti – Ps pour se faire une belle place au soleil, tout en jouant le rôle de persécuté du Parti unique « socialiste »… ?

 

On verra … Ca promet bien du plaisir pour les 6 années à venir …

 

Pour le reste, Robert PIRMOLIN devrait aussi savoir qu’  il y a belle lurette que pas mal de libéraux ont intégré, infiltré, les rangs « socialistes » à tous les niveaux.  En parlant des trotskystes, cela s’  appelle « l’  entrisme »…

 

Exemples :

 

-tout à ses débuts, un hebdomadaire régional, disait déjà de Jean-Claude VAN CAUWENBERGHE ( aujourd’hui en pleine déroute) que c’ était un mayeur bleu – rosé, d’ ailleurs félicité au niveau gouvernemental pour « sa bonne gestion financière » …

 

-le « socialiste » Lucien CARIAT n’  a rien fait d’  autre que de jouir des joies du libéralisme au sein du Ps, de la Ville de Charleroi et de l’ Icdi. Il était d’ ailleurs bien entouré, jusqu’ à la députation permanente du Hainaut. Pour certains, le libéralisme est devenu le socialisme réalisé à la belge !

 

Et l’  électeur dans tout cela ?    Et les vrais problèmes, la vraie politique ?    On s’  en, balance !   Devinez qui crée l’  extrême-droite ?  De cela, on s’  inquiètera une fois de plus, pour sauver la face, après les résultats électoraux. On vous promet une nouvelle grande manif bien autorisée, associant les syndicats, à Bruxelles, contre les injustices sociales et autres et tout rentrera dans l’  ordre …

 

RoRo

09:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, charleroi, hainaut, mr, politique, presse, ps, ptb, propagande, romain, silence, social, syndicats, ucpw, elections, elections 2006, alc, courcelles, cdh, democratie, ecolo, fn | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/09/2006

27/09/2006: COURCELLES: élections: pour que notre commune ne soit plus une poubelle, enseigner le civisme par l' éducation et la répression ...

 

COURCELLES: élections: pour que notre commune ne soit plus une poubelle, enseigner le civisme par l'  éducation et la répression ...

 

Tous les grands partis autoproclamés « démocratiques » sont d’ accord  là-dessus. Ils sont maintenant rejoints à Courcelles par l’  Ucpw. Reste à deviner que le Fn est certainement d’ accord aussi sur le sujet. Je le disais bien, les différences s’  effacent de plus en plus sur les méthodes pour gérer le capitalisme et pour le rendre plus comestible…

 

Je lis dans un écrit de l’ Ucpw :

 

«L ’Ucpw propose donc de donner la priorité à l’  éducation civique en alliant prévention et répression. Comment ?

-En organisant dans les écoles communales de l’  entité des cours de civisme, donnés par des fonctionnaires de la police locale … »

 

J’  en tire donc comme conclusion que le civisme serait devenu l’  apanage des seuls policiers en uniforme. Il faut croire qu’  il n’  y a plus parmi nos enseignants des gens capables, qui ont suffisamment de formation, de sens moral et civique, pour donner à nos gosses des leçons de respects de l’  environnement, de la propreté, de respect de la propriété publique. Peut être Robert a-t-il découvert quelques instituteurs occupés à jeter leur paquet de frites sur le sol ( ?).

 

Je suppose aussi que lorsque nos étudiants, nos gosses, se font matraquer dans les rues de Liège par la gendarmerie, c’  est pour leur enseigner l’  ordre et le civisme à doses directes et plus rapides ( ?).

 

Il est vrai qu’  aujourd’ hui les gendarmes ont incorporé la police unique et les polices locales … Dès lors …

 

Puisqu’ on y est, pour assurer plus de sécurité individuelle, on devrait peut être rendre obligatoire dès la 6e primaire des cours d’  auto-défense donnés par des instructeurs para-commandos de notre armée toujours prête à servir et à se rapprocher du peuple ( ?).

 

Et si on rendait tout simplement le cours de morale obligatoire, à tous les niveaux de l’ enseignement et à tous les élèves, avec au programme les matières à respecter, avec examens à la clé ? Ce qui n’  exclurait pas les cours de religion pour ceux qui le souhaitent.

 

Mais y a-t-il encore quelques communistes au sein de l’  Ucpw ?

 

RoRo

16:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/09/2006

25/09/2006: 80 % de perdants au loto de Sarko ?

C’  est toujours en EURO-DICTATURE capitaliste …

Pendant ce temps, TF1 titre « A Cuba, des femmes (sans doute une poignée, gavées de dollars U$) luttent pour la libération de leur mari ! ». Rsf est leur complice …

En France « démocratique », comme en Belgique , les centres de détention sont appelés des « centres de rétention ».  C’  est plus doux, plus acceptable … Pourtant des sans-papiers, n’ ayant commis aucun délit criminel, sont détenus, sans procès, avec leurs enfants pendant des semaines, des mois, avant d’ être expulsés de force, comme au 127bis de Steennokkerzeel .  Les « droits de l’home », c’ étaient seulement valables du temps de Walesa, Sakharov, Havel, …

RoRo

 

 

 

 

De : Joss Rovélas [mailto:jossrovelas@msn.com]
Envoyé : lundi 25 septembre 2006 22:09
Objet : FW: [Gisti-info] 80 % de perdants au loto de Sarko ? [RESF]

 

From:  Gisti <gisti@gisti.org>
To:  gisti-info@rezo.net
Subject:  [Gisti-info] 80 % de perdants au loto de Sarko ? [RESF]
Date:  Mon, 25 Sep 2006 20:07:55 +0200


80 % de perdants au loto de Sarko ?

Plus de 30 000 dossiers reçus en préfecture cet été dans le cadre de la circulaire du 13 juin. Un immense espoir...

Mais parmi toutes les familles concernées, qui remplissaient pour la plupart les critères définis par le ministère, seules 6924 ont été régularisés, sans surprise. Les préfectures ont ignoré les dossiers et appliqué les quotas définis à l'avance par le Ministère de l'Intérieur. Un soulagement pour 6 924 parents d'élèves, mais l'angoisse pour les 26 614 familles refusées au loto Sarko !

D'autres n'ont pas encore été convoquées. Certaines n'ont toujours pas reçu de réponse. A ces familles s'ajoutent toutes les personnes seules ou les couples qui ne remplissaient pas les conditions de la circulaires et qui, de ce fait, n'ont pas déposé de demande. Pour elles, pas de faux espoir, mais la même peur d'être expulsées.

 Tous ces gens vivent aujourd'hui dans l'attente et l'angoisse.

« /Quelqu'un qui n'a pas de papiers en France a vocation à être raccompagné chez lui /», a déclaré le ministre de l'Intérieur, en précisant bien que le fait d'avoir un enfant scolarisé ne donnait pas le droit de rester en France.

Le 15 septembre, il adresse une nouvelle note aux préfets : « //Vous êtes amenés à mettre à exécution, conformément à la loi, des mesures d'éloignement à l'encontre d'adultes, parents d'enfant (s) mineur (s), dont vous avez rejeté la demande de régularisation. J'appelle tout particulièrement votre attention sur le fait que l'exécution de ces mesures ne doit en aucun cas donner lieu à l'interpellation de ces adultes par les services de police ou de gendarmerie dans l'enceinte ou à proximité immédiate d'un établissement scolaire./ /»

C'est vrai : une interpellation à 6 heures du matin au domicile familial, c'est beaucoup plus humain.

Au cours de l'été le chasseur d'enfants a pu expulser quelques familles et jeunes majeurs scolarisés : les chaises vides d'Abdallah, Aminata D., Aminata S., celle de Khalid, de Mourad, de Vladislav, de Jeff, celles des enfants Nouridou, des enfants Mutischi... représentent autant d'expulsions brutales et injustes.

   *
A Chartres, la police est entrée dans une école maternelle pour récupérer un enfant de 2 ans et 1/2 dont les parents étaient en rétention.

    *
A Soissons, une famille malgache vit cachée après avoir été arrêtée.

    *
A Montereau, un père de famille, débouté de la circulaire du 13 juin, fait la grève de la faim.

   *
A Bagneux, à Cholet, à Paris des enfants attendent le retour
de leur père, expulsé pendant l'été.

   *
Et à Cachan, des dizaines de familles vivent dans des conditions iinhumaines. Chaque jour sur le chemin de l'école, ces familles sont harcelées, bousculées, interpellées et malmenées par la police.

Mais le Réseau Education Sans Frontières continuera, avec toutes les associations qui le composent et tous les citoyens qui soutiennent son action, à organiser le soutien et la solidarité autour des personnes et des familles menacées et de leurs enfants.

Demain, partout, enseignants, parents d'élèves, élèves, voisins, citoyens, élus, nous serons encore là pour empêcher les expulsions et réclamer la régularisation qui permettra à tous de vivre ici dans la dignité.

La solidarité doit l'emporter contre la chasse à l'enfant...
Mercredi 27 septembre devant les Préfectures, dans toute la France

Nous dirons NON aux expulsions aujourd'hui comme à la fin de l'année scolaire.
Nous exigerons des papiers pour tous par un titre de séjour « vie privée et familiale ».

Tous ensemble, nous voulons pouvoir continuer à construire un avenir de justice et de fraternité !

 Et à l'appel des expulsés de Cachan des collectifs de sans papiers et de RESF :
 

Manifestation samedi 30 septembre à Paris

14 h 30 Place Denfert-Rochereau

Des PAPIERS, des LOGEMENTS et des ECOLES POUR TOUS

HALTE AU DISCRIMINATIONS ET A LA REPRESSION POLICIERE

/ Rendez-vous des collectifs RESF d'Ile de France : 14 h 30, angle Bd Raspail / rue Considérant/

*Réseau Education Sans Frontières* / Réseau des militants, collectifs d'établissements, syndicats et associations pour l'information et le soutien aux jeunes scolarisés étrangers sans papiers.

http://www.gisti.org/doc/actions/2006/resf/09-2730_80pcent.html

http://www.gisti.org

16:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, courcelles, colonialisme, democratie, europe, euro-dictature, expulsions, fascisme, france, histoire, immigres, liberte, politique, presse, romain, racisme, resistance, sans-papiers, oppression capitaliste, silence, solidarite, 127bis | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/09/2006: COURCELLES: élections: emploi, sécurité, environnement ...

 

COURCELLES: élections: emploi, sécurité, environnement ...

 

Ces 3 sujets constituent la tarte à la crème qui nous est servie quotidiennement par les politicailleurs locaux sur les antennes de TéléSambre , ou dans leurs écrits dans les journaux publicitaires locaux, à grands frais.

 

Campagne électorale obligeant, tous nous promettent désormais une politique locale, dans toutes les communes, pour « attirer les investisseurs »… Les zonings et les grands magasins (c’ est connu, les gens ont de plus en plus de fric à dépenser, même si les prix et les taxes ne cessent d’ augmenter …) vont fleurir désormais comme des champignons, grâce aux candidats des partis autoproclamés « démocratiques » … Nous vivons le nouveau « rêve américain » !

 

L’ ENVIRONNEMENT : les gens sont devenus subitement 10 fois plus sales et irrespectueux de l’ environnement et de la nature qu’ il y a 10, 20 ou 30 ans … ( ???).

 

L’ EMPLOI : il y a 40 ans, « on » disait des chômeurs que c’ étaient des professionnels et/ou des fainéants qui ne voulaient pas travailler. L’  ennui, c’  est que les 50.000 chômeurs de l’  époque ont été depuis rejoints par 450.000 « fainéants » supplémentaires. Dès lors, nos partis « démocratiques » ne voient plus qu’  une solution : toujours augmenter la formation professionnelle (à charge de qui, avec quel fric ?) pour pouvoir répondre aux exigences des multinationales qui sont devenues maîtres de notre économie, qui pillent le pays, y fabriquent des centaines de millions d’ euros annuels de bénéfices, créent sans cesse de nouveaux besoins, même des plus farfelus …  J’ ai appris que certains s’ embarquent aujourd’hui en avion à Gosselies, se paient le restaurant à Venise, et dorment chez eux le soir à Courcelles, par exemple. Tant pis si le « développement » de Brussels-South permet de brûler des millions de litres de kérosène au-dessus de nos tête, qui nous retombent en pluies acides sur la gueule et aggravent sans cesse la pollution…

 

L’  INSECURITE : elle ne cesse de grandir, malgré de plus en plus de flics, de mieux en mieux équipés.  Mais le gangstérisme de grand chemin se porte bien…

 

Le Mr, Aurelio CIGNA en tête, à sa solution. Il veut maintenant des « Stewards » urbains en uniforme pour dissuader et/ou rassurer nos citoyens et dégager nos flics engorgés, des caméras dans les centres commerciaux, avant probablement d’ en installer  sans doute à chaque coin de rue, comme c’ est le cas à Nice, pour la plus grande joie et sécurité des bourgeois de luxe en vacances … Bref une société de plus en plus fliquée où les « stewards », les policiers privés, des « fouilleurs de poubelle », …, viendront s’ ajouter au fichage de plus en plus organisé de la population (le respect de la vie privée a bon dos !) , aux caméras de surveillance, aux écoutes téléphoniques, à la censure du courrier et de l’ Internet.

 

La meilleure solution, messieurs les « démocrates », ce n’  est pas l’ étoile de David collée sur la poitrine de chacun : c’ est une puce électronique, implantée au milieu du front à la naissance. Alors, on pourra mieux suivre les allées et venues de tous les citoyens et même empêcher la formation de « terroristes » …

 

Emploi, environnement, insécurité : une seule question à laquelle ne répondront jamais nos « démocrates » Ps, Mr, Cdh : en 10, 20 ou 30 ans, sont-ce les gens qui ont pu changer à ce point, ou la société pourrie dans laquelle nous vivons, nous sommes forcés d’ évoluer ?   Une société pourrie par le capitalisme, le fric et le luxe …

 

Vous voulez voir des incivilités, messieurs des partis « démocratiques » : une petite visite, par exemple, des accotements de l’ avenue de Wallonie vous éclairera.   Pas besoin de stewards, pour rendre une petite visite au « monument Guerrard », au-bas de la rue Jonet. Une véritable « façade fleurie » de cruaux patriotiques vous accueillera …

 

Aujourd’ hui, les canettes de Coca et/ou de bière que l’  on trouve partout sur les rues et dans nos ruelles, ont été tout simplement inventées par le capitalisme, pour remplacer les vidanges en bouteilles de verre … Quant aux crottes de chien, elles existaient déjà avant la naissance de Monsieur Cigna … et de ces futurs stewards. C’  est le fric et l’ entretien qui manquent le plus dans nos communes de plus en plus appauvries par le capitalisme, le libéralisme et ses serviteurs des partis « traditionnels » …

 

RoRo

13:37 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elections, elections 2006, ps, mr, cdh, ecolo, ucpw, fn, alc, ptb, belgique, hainaut, charleroi, courcelles, romain, actualite, capitalisme, democratie, ecologie, environnement, flicage, politique, presse, silence, histoire, liberte, social, solidarite | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/09/2006

24/09/2006: LE PLAN AFRIQUE, UNE EXCUSE POUR IMPLANTER L'IMPÉRIALISME ESPAGNOL SUR LE CONTINENT AFRICAIN

 ----- Original Message -----

From: Coordination Nationale des Sans Papiers

Sent: Sunday, September 24, 2006 4:18 PM

Subject: LE PLAN AFRIQUE, UNE EXCUSE POUR IMPLANTER L'IMPÉRIALISME ESPAGNOL SUR LE CONTINENT AFRICAIN

 

SANS PAPIERS

en lutte>>>coordination nationale

 

 

La CNSP a reçu ce texte de nos camarades de l’ATRAIE d’Espagne. Les terribles images d’une jeunesse africaine condamnée à risquer la mort par la traversée de l’atlantique jusqu’aux Iles Canaries dans l’espoir de trouver du travail dans les pays riches, industrialisés et dominants d’Europe sont instrumentalisées par la classe politique dans les pays européens, toutes tendances confondues, pour accréditer ce grand mensonge de la pseudo invasion des « nègres bamboulas ». En fait, les « pirogues de la mort et de l’espoir » sont une réponse aux assassinats de l’Europe barricadée à Ceuta et Melilla. Les nouveaux négriers d’Europe que sont les patrons du travail clandestin de mèche avec les mafieux africains des filières et passeurs souvent au pouvoir profitent de cette volonté inébranlable de la jeunesse africaine en quête de travail et d’emploi pour s’enrichir. En fait, ceux de la jeunesse africaine qui s’embarquent dans les pirogues constituent un pourcentage infime des migrations qui restent pour l’écrasante majorité une émigration Sud/Sud. C’est là où réside la manipulation médiatique des tenants de la « fermeture de frontière » y compris dans sa nouvelle mouture sarkozienne « d’immigration choisie »... En fait, la prétendue déferlante piroguière est une preuve de plus de l’échec et de l’escroquerie politique, qui durant ces 5 décennies depuis les soit disant indépendances des Etats africains a fait croire que la « coopération, l’aide publique, les plans d’ajustement structurel du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale, le libéralisme planifié par l’OMC participent au développement des pays du Sud ». C’est tout cela que dénonce le texte de nos camarades d’Espagne que la CNSP signe des deux mains pour rétablir toute la vérité sur la réalité oppressive et prédatrice qui fait aujourd’hui de l’Atlantique le plus vaste cimetière où gît une partie de la jeunesse africaine en quête de travail.     

 

LE PLAN AFRIQUE, UNE EXCUSE POUR IMPLANTER L'IMPÉRIALISME ESPAGNOL SUR LE CONTINENT AFRICAIN

 

Déclaration internationale des travailleurs immigrants et sans papiers contre le plan Afrique

 

L'intérêt du gouvernement de l'Etat espagnol pour exploiter les richesses du continent africain grandit de jour en jour. Actuellement il profite de l'arrivée de sub-sahariens aux côtes des Iles Canaries, et avec l'aide des media, il crée une grande préoccupation dans l'opinion publique, bien que ce type d'immigration ne représente que 10% de l'immigration qui rentre par la frontière terrestre de la France et les aéroports espagnols.

Dans ce cadre, le gouvernement espagnol criminalise l'« immigration illégale » et, avec le soutien de l'Union Européenne et les pays du G8, il prétend signer des « accords migratoires globaux » avec les pays d'où partent les « sans papiers ». Ces accords combinent le contrôle militaire des côtes avec des accords de rapatriement et d'« aides au développement ».

Les accords de rapatriement permettent le renvoi immédiat d'immigrants sans respecter les droits fondamentaux, comme cela a déjà été le cas avec les 99 premiers rapatriés au Sénégal (1 juin 2006). Dans ce cas, la responsabiliser pour ces faits incombe aux gouvernements des pays d'origine.

 

Le plan Afrique est un plan impérialiste

 

L'objectif d'avancer un plan pour l'Afrique, dirigé par l'Espagne, n'est qu'une manœuvre pour ouvrir les portes à l'impérialisme espagnol et ses multinationales afin de contrôler les richesses de ce continent. En utilisant l'immigration comme couverture légale, l'Espagne renforce sa pénétration dans des pays africains, depuis le Gambie et le Mali jusqu'au Soudan ou l'Ethiopie, sous le couvert de «  renforcer la démocratie, la sécurité et la paix dans la zone, et la création de richesse sociale et économique ». Ce sont les mêmes arguments qu'a utilisés l'impérialisme européen pour coloniser le continent africain dans le 19 ème et le 20ème siècle.

Avec les « aides au développement » on prétend réclamer des accords avec des perspectives financières. Comme dit le président de l'exécutif communautaire José Manuel Durao Barroso : «  l'association avec l'Afrique requiert un financement adéquat, et cela implique que l'Europe a besoin d'un accord sur les perspectives financières », ou encore : « sans cet accord nous ne serons pas dans des conditions de respecter nos engagements ».

 

Jusqu'à ce jour, les aides au développement, qui devraient hypothétiquement améliorer la qualité de vie de la population, n'accomplissent pas ces objectifs et profitent exclusivement aux entreprises européennes qui exécutent les supposées actions de développement, ainsi qu'aux gouvernements fantoches locaux, sans compter qu'elles grossissent la dette externe et donc la dépendance de ces pays.

Pour l'UE « renforcer la démocratie » consiste exclusivement à mettre en place des gouvernements fantoches qui garantissent l'implantation d'entreprises européennes pour contrôler l'exploitation des richesses, contre la volonté du peuple. Quand le peuple prétendra changer cette situation, suivra l'intervention militaire comme cela a été le cas en Sierra Leone, en Côte d'Ivoire, etc., ce qui est en contradiction avec l'exigence de paix.

Tant que les multinationales continuent à piller les pays d'Afrique avec le soutien de ces gouvernements fantoches, il sera impossible d'éliminer la pauvreté et, par conséquent, l'émigration. En réalité, se sont ces activités qui produisent la pauvreté et le désespoir et obligent par conséquent des populations entières à l'émigration.

 

Le plan Afrique est un plan militaire

 

Pour assurer ce plan impérialiste, avec l'objectif avoué de renforcer la surveillance et le contrôle des frontières de l'UE et en utilisant précisément la préoccupation créée par l'entrée des immigrants, le gouvernement espagnol est parvenu à avoir l'appui logistique-militaire de l'UE. Il obtient ainsi la supervision de l'agence européenne du contrôle des frontières extérieures (FRONTEX), qui a mis à disposition des moyens maritimes et aériens, ainsi que le déplacement de toute sorte d'experts, pour empêcher l'entrée de ces africains appauvris en Europe.

La présence militaire a deux objectifs : 1º Empêcher l'entrée en Europe des travailleurs africains. 2º Etablir un bureau de FRONTEX aux Iles Canaries pour militariser la zone et faciliter une intervention militaire rapide et efficace dans le cas de soulèvements populaires contre la présence des multinationales européennes ou contre les gouvernements qui appliquent cette politique.

 

Les travailleurs et les peuples n'émigrent pas, en mettant leur vie en danger, seulement par caprice. Dire que l'exigence de « papiers pour tous » est une mesure irrationnelle, et non réaliste, fait partie de l'idéologie impérialiste qu'on prétend transmettre pour conditionner « l'opinion publique ». Est-il rationnel et réaliste de spolier les peuples, de condamner ses gens à l'émigration et, quand ils insistent, de construire des murs contre eux, de militariser les frontières et de criminaliser les immigrants ?

En finir avec la spoliation des peuples africains par une poignée de pays et leur Union Européenne, mettre un terme au vol des multinationales, voilà les seules mesures sérieuses, réalistes et rationnelles pour aborder une politique migratoire.

 

LA RICHESSE DE L'AFRIQUE POUR LES PEUPLES AFRICAINS

LES MULTINATIONALES HORS D'AFRIQUE 

NON AU PLAN AFRIQUE  

FRONTEX HORS DES CÔTES AFRICAINES

21:19 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afrique, belgique, capitalisme, courcelles, colonialisme, crimes, actualite, democratie, espagne, europe, euro-dictature, expulsions, fascisme, france, histoire, immigres, imperialisme, liberte, oppression capitaliste, onu, occupations, politique, presse, romain, propagande, raci | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/09/2006: Discours de Hugo Chávez, président du Venezuela, aux Nations Unies, le 20 septembre 2006


De : mannekenpeace@yahoogroupes.fr [mailto:mannekenpeace@yahoogroupes.fr] De la part de Roland Marounek
Envoyé : dimanche 24 septembre 2006 15:13
Objet : [mannekenpeace] Re: [siecle_de_combat] Discours de Chavez : entre réalité sociale et pouvoir des médias

 

pour ceux qui ne l'ont pas encore lu :

 

Discours de Hugo Chávez, président du Venezuela, aux Nations Unies, le 20 septembre 2006

http://questionscritiques.free.fr/discours/Hugo_Chavez_ON...

 

"Représentants des gouvernements du monde, bonjour à tous. Tout d'abord, je voudrais très respectueusement inviter ceux qui n'ont pas lu ce livre à le lire.

 

Noam Chomsky, l'un des Américains et des intellectuels du monde les plus prestigieux, Noam Chomsky, et ceci est l'un de ces tout derniers ouvrages, /'Hegemony or Survival: The Imperialist Strategy of the United States.'/ [L'hégémonie ou la survie : La stratégie impérialiste des Etats-Unis] [Chavez brandit le livre et l'agite en face de l'Assemblée Générale.] C'est un excellent livre qui nous aide à comprendre ce qui s'est passé dans le monde au cours du 20ème siècle, sur ce qui se passe aujourd'hui et sur la plus grande menace qui plane sur notre planète.

 

Les prétentions hégémoniques de l'Empire Américain mettent en danger la survie-même de l'espèce humaine. Nous continuons de vous alerter sur ce danger et nous en appelons au peuple des Etats-Unis et au monde à faire cesser cette menace, qui est une épée de Damoclès. J'avais pensé, un moment, vous faire la lecture de ce livre, mais pour des raisons de temps, [il fait tourner les pages du livre, qui sont nombreuses] je me contenterai de vous le recommander.

 

Il se lit facilement, c'est un très bon livre, et je suis sûr, Madame la Présidente, que vous le connaissez. Il a été publié en anglais, en russe, en arabe et en allemand. Je pense que les premiers qui devraient le lire sont nos frères et nos soeurs des Etats-Unis, parce que la menace se trouve exactement dans leurs propres foyers.

 

Le diable s'est introduit chez eux. Le diable, le diable lui-même, est dans leur maison.

 

Et Hier, le diable est venu ici. Ici, le diable est entré. Juste ici. [Il fait le signe de croix] Et ça sent encore le soufre aujourd'hui. Hier, Mesdames et Messieurs, de cette tribune, le président des Etats-Unis, le monsieur que j'appelle le Diable, est venu ici parler comme s'il possédait le monde entier. Vraiment. Comme s'il était le propriétaire du monde.

 

Je pense que nous pourrions appeler un psychiatre pour analyser la déclaration que le président des Etats-Unis a faite hier. En tant que porte-parole de l'impérialisme, il est venu pour faire partager ses remèdes de charlatan afin d'essayer de préserver le modèle actuel de domination, d'exploitation et de pillage des peuples du monde.

 

Alfred Hitchcock aurait pu utiliser [cette déclaration] comme scénario pour un de ses films. Je peux même proposer un titre : "La Recette du Diable".

 

Comme Chomsky le dit [dans son livre] de façon claire et détaillée, l'empire américain fait tout ce qu'il peut pour consolider son système de domination. Et nous ne pouvons pas lui permettre de faire cela. Nous ne pouvons autoriser que la dictature mondiale se consolide.

 

La déclaration du dépositaire du monde -- cynique, hypocrite, emplie de cette hypocrisie impérialiste provenant de leur besoin de tout contrôler.

 

Ils disent qu'ils veulent imposer un modèle démocratique. Mais c'est cela leur modèle démocratique ! C'est le modèle fallacieux des élites et, je dirais, une démocratie très originale qui s'impose par les armes, les bombes et l'artillerie.

 

Quelle étrange démocratie ! Aristote pourrait bien ne pas la reconnaître -- ou les autres qui sont aux racines de la démocratie. Quelle sorte de démocratie imposez-vous avec les Marines et les bombes ?

 

Hier, le président des Etats-Unis nous a dit, ici-même, dans cette salle, et je cite : "Partout où vous regardez, vous entendez des extrémistes vous dire que vous pouvez échapper à la pauvreté et retrouver votre dignité par la violence, la terreur et le martyre". Partout où il regarde, il voit des extrémistes. Et vous, mes frères -- il regarde la couleur de votre peau et il dit, oh ! il y a un extrémiste. Evo Morales, le valeureux président de Bolivie est, pour lui, un extrémiste.

 

Les impérialistes voient des extrémistes partout. Ce n'est pas que nous soyons des extrémistes. C'est que le monde se réveille. Il se réveille partout. Et les gens se lèvent.

 

J'ai le sentiment, cher dictateur du monde, que vous allez vivre le reste de votre vie comme un cauchemar, parce que le reste d'entre nous se lève, tous ceux qui se soulèvent contre l'impérialisme américain, qui réclament l'égalité, le respect, la souveraineté des nations.

 

Oui, vous pouvez nous appeler des extrémistes, mais nous sommes en train de nous soulever contre l'empire, contre ce modèle de domination.

 

Alors, le président a dit -- et c'est lui qui l'a dit -- : "Je suis venu parler directement aux populations du Moyen-Orient, pour leur dire que mon pays veut la paix".

 

C'est vrai. Si nous marchons dans les rues du Bronx, si nous nous promenons dans New York, Washington, San Diego, dans n'importe quelle ville, San Antonio, San Francisco et que nous demandons aux gens, aux citoyens des Etats-Unis, que veut ce pays ? Veut-il la paix ? Ils diront oui.

 

Mais ce gouvernement ne veut pas la paix. Le gouvernement des Etats-Unis ne veut pas la paix. Il veut exploiter son système d'exploitation, de pillage, d'hégémonie par la guerre.

 

Il veut la paix ? Mais que se passe-t-il en Irak ? Que se passe-t-il au Liban ? En Palestine ? Que se passe-t-il ? Que s'est-il passé ces 100 dernières années en Amérique Latine et dans le monde ? Et à présent il menace le Venezuela -- de nouvelles menaces contre le Venezuela, contre l'Iran ?

 

Il a parlé au peuple libanais. Beaucoup d'entre vous, leur a-t-il dit, ont vu comment leurs maisons et leurs communautés ont été prises dans les tirs croisés. Comment peut-on être cynique à ce point ? Quelle capacité à mentir d'un air penaud ! Les bombes sur Beyrouth d'une précision millimétrée ?

 

Ce sont des feux croisés ? Il pense à un western, lorsque les gens dégainent de la hanche et tirent et que quelqu'un se trouve pris dans les feux croisés.

 

Ceci est impérialiste, fasciste, assassin, génocide. L'empire et Israël qui tirent sur les Palestiniens et les Libanais. C'est ce qu'il s'est passé. Et à présent, nous entendons "Nous souffrons parce que nous voyons nos maisons détruites".

 

Le président des Etats-Unis est venu parler aux peuples -- aux peuples du monde. Il est venir leur parler -- J'ai apporté quelques documents avec moi, parce que ce matin je lisais quelques déclarations -- et je vois qu'il s'est adressé au peuple d'Afghanistan, au peuple du Liban, au peuple de l'Iran. Et il s'est adressé directement à ces peuples.

 

Et vous pouvez vous demander, alors que le président des Etats-Unis s'adresse à ces peuples du monde, ce que ces peuples du monde lui diraient si on leur donnait la parole ? Qu'auraient-ils à dire ?

 

Et je pense avoir une petite idée de ce que les peuples du Sud, les oppressés pensent. Ils diraient "Impérialiste yankee, rentre chez toi!" Je pense que c'est ce que ces peuples diraient si on leur donnait le micro et s'ils pouvaient parler d'une seule voix aux impérialistes américains.

 

Et voici pourquoi, Madame la Présidente, mes chers collègues, mes amis, l'année dernière nous sommes venus ici dans cette même salle, comme nous l'avons fait ces huit dernières années, et nous avons dit quelque chose qui s'est à présent confirmée -- entièrement, entièrement confirmée.

 

Je ne pense pas que quiconque dans cette pièce pourrait défendre ce système. Voyons les choses en face ! Soyons honnêtes ! Le système de l'O.N.U., né après la Deuxième Guerre Mondiale, a fait faillite. Il est inutile.

 

Oh, oui ! Il est bon de nous réunir tous ensemble une fois par an, de nous rencontrer, de faire des déclarations et de préparer toutes sortes de longs documents et d'écouter de bons discours, comme celui que de (inaudible), hier, celui du Président Lula. Oui c'est bon pour cela. Et il y a beaucoup de discours et nous en avons entendu beaucoup, du président du Sri Lanka, par exemple, et de la Présidente du Chili.

 

Mais nous, l'assemblée, avons été transformés en un organe à peine délibérant. Nous n'avons aucun pouvoir, aucun pouvoir d'avoir le moindre impact sur la terrible situation mondiale. Et c'est pourquoi le Venezuela propose une nouvelle fois, ici, aujourd'hui, le 20 septembre [2006] que nous ré-établissions les Nations-Unies.

 

L'année dernière, Madame, nous avons fait quatre propositions modestes que nous ressentions comme étant d'une importance cruciale. Nous devons en assumer la responsabilité, nos chefs d'Etats, nos ambassadeurs, nos représentants, et nous devons en discuter.

 

La première est l'extension [du Conseil de Sécurité], et Lula en parlé hier ici-même. Le Conseil de Sécurité comporte à la fois une catégorie permanente et une catégorie non-permanente, (inaudible) les pays en développement et les pays sous-développés doivent accéder à des sièges de membres permanents. C'est la première étape.

 

Deuxièmement, des méthodes efficaces pour s'occuper et résoudre les conflits mondiaux, des décisions transparentes. Point trois, la suppression immédiate -- et c'est une chose à laquelle tout le monde appelle -- du mécanisme antidémocratique connu sous le nom de veto, le veto sur les décisions du Conseil de Sécurité.

 

Permettez-moi de vous donner un exemple récent. Le veto immoral des Etats-Unis qui a permis aux Israéliens, en toute impunité, de détruire le Liban. Exactement devant nous tous alors que nous étions debout à regarder, une résolution du conseil fut empêchée.

 

Quatrièmement, nous devons renforcer, comme nous l'avons toujours dit, le rôle et les pouvoirs du secrétaire général des Nations-Unies.

 

Hier, le secrétaire général nous a pratiquement livré son discours d'adieu. Et il a reconnu que pendant ces dix dernières années, les choses sont tout simplement devenues plus compliquées ; la faim, la pauvreté, la violence, les violations des droits de l'homme se sont aggravées. C'est la conséquence extrême de l'effondrement du système des Nations Unies et des prétentions hégémoniques des Etats-Unis.

 

Madame, le Venezuela, il y a quelques années, a décidé de livrer cette bataille au sein des Nations-Unies en reconnaissant l'ONU. En tant que membres, et nous prêtons nos voix, nos réflexions. Notre voix est une voix indépendante pour représenter la dignité et la recherche de la paix et ré-élaborer le système international ; pour dénoncer la persécution et l'agression par les forces hégémoniques de la planète.

 

Voici comment le Venezuela s'est présenté. La patrie de Bolivar a cherché à obtenir un siège permanent au Conseil de Sécurité. Voyons ! Bon, il y a eu une attaque en règle par le gouvernement étasunien, une attaque immorale, pour essayer d'empêcher le Venezuela d'être élu librement à un poste au Conseil de Sécurité.

 

L'imperium a peur de la vérité, il a peur des voix indépendantes. Il nous appelle extrémistes, mais ce sont eux les extrémistes. Et j'aimerais remercier tous les pays qui ont aimablement annoncé leur soutien au Venezuela, même si le scrutin est secret et qu'il n'est pas nécessaire d'annoncer ces choses.

 

Mais étant donné que l'imperium a attaqué, ouvertement, ils ont renforcé les convictions de nombreux pays. Et leur soutien nous renforce. Le Mercosur, en tant que bloc, a exprimé son soutien. Nos frères du Mercosur. Le Venezuela, avec le Brésil, l'Argentine, le Paraguay, l'Uruguay, est un membre à part entière du Mercosur.

 

Et de nombreux autres pays d'Amérique Latine, *CARICOM* et la Bolivie ont exprimé leur soutien au Venezuela. La Ligue Arabe, l'ensemble de la Ligue Arabe a exprimé son soutien, nos frères des Caraïbes, l'Union Africaine. Presque toute l'Afrique a exprimé son soutien pour le Venezuela et des pays comme la Russie et la Chine et beaucoup d'autres.

 

Je vous remercie chaleureusement de la part du Venezuela, de la part de notre peuple et de la part de la vérité, parce que le Venezuela, avec un siège au Conseil de Sécurité, n'exprimera pas seulement la pensée du Venezuela, mais il sera aussi la voix de tous les peuples du monde et nous défendrons la dignité et la vérité.

 

Au-delà et au-dessus de tout cela, Madame la Présidente, je pense que nous avons des raisons d'être optimistes. Un poète aurait dit "désespérément optimistes", parce qu'au-dessus et au-delà des guerres et des bombes et de la guerre agressive et préventive et la destruction de peuples entiers, on peut voir qu'une nouvelle ère se dessine.

 

Ainsi que Silvio Rodriguez le dit, cette ère donne naissance à un coeur. Il y a des moyens alternatifs de penser. Il y a des jeunes gens qui pensent différemment. Et ceci s'est déjà vu en l'espace d'une simple décennie. Il a été démontré que la fin de l'histoire était une affirmation totalement fausse et la même chose a été démontrée à propos de la /Pax Americana/ et de l'établissement du monde capitaliste néolibéral. Il a été démontré que ce système engendre la pauvreté. Qui le croit maintenant ?

 

Ce que nous avons à faire maintenant est de définir le futur du monde. L'aube se lève partout. Vous pouvez vous en rendre compte en Afrique et en Europe et en Amérique Latine et en Océanie. Je veux insister sur cette vision optimiste.

 

Nous devons nous renforcer, notre volonté de livrer bataille, notre conscience. Nous devons construire un monde nouveau et meilleur. Le Venezuela se joint à cette lutte et c'est pourquoi nous sommes menacés. Les Etats-Unis ont déjà planifié, financé et mis en place un coup d'Etat au Venezuela et ils continuent de soutenir les tentatives de coup d'Etat au Venezuela et ailleurs.

 

La Président Michelle Bachelet nous a rappelé, il y a juste un instant, l'assassinat horrible de l'ancien ministre des Affaires Etrangères, Orlando Letelier.

 

Et je voudrais ajouter une chose : Ceux qui ont perpétré ce crime sont libres. Et cet autre événement où un citoyen américain est mort, tué par les Américains eux-mêmes. Ils étaient des tueurs de la CIA, des terroristes.

 

Et nous devons rappeler dans cette pièce que dans exactement trois jours il y aura un autre anniversaire. Trente ans auront passé depuis cette attaque terroriste horrible contre l'avion cubain de la ligne /Cubana de Aviacion/, où 73 innocents ont trouvé la mort.

 

Et où se trouve le plus grand terroriste de ce continent qui a pris la responsabilité de faire sauter cet avion ? Il a passé quelques années en prison au Venezuela. Mais grâce à la CIA et aux responsables du gouvernement [vénézuélien] de l'époque, il fut autorisé à s'échapper et il vit dans ce pays, protégé par le gouvernement [des Etats-Unis].

 

Mais il a été condamné. Il avait avoué son crime. Mais les normes du gouvernement étasunien sont à géométrie variable. Il protège les terroristes lorsqu'il le veut.

 

Et ceci, pour dire que le Venezuela est entièrement engagé à combattre le terrorisme et la violence. Et nous sommes l'un des peuples qui combattent pour la paix.

 

Luis Posada Carriles est le nom de ce terroriste qui est protégé ici. Et d'autres personnes extrêmement corrompues qui se sont échappées du Venezuela vivent aussi ici sous protection : un groupe qui a posé des bombes dans diverses ambassades, qui a assassiné des gens pendant le coup d'Etat. Ils m'ont kidnappé et ils allaient me tuer, mais je pense que Dieu est descendu et notre peuple est sorti dans les rues et l'armée y était aussi et ainsi je suis ici devant vous, aujourd'hui.

 

Mais ces personnes qui ont dirigé ce coup d'Etat sont ici, aujourd'hui, dans ce pays, protégés par le gouvernement américain. Et j'accuse le gouvernement américain de protéger ces terroristes et d'avoir un discours complètement cynique.

 

Nous avons mentionné Cuba. Oui, nous y étions, il y a encore quelques jours. Nous sommes revenus de là-bas très heureux. Et là-bas, vous voyez qu'une nouvelle ère est née. Le Sommet des 15, le Sommet des non-alignés, ont adopté une résolution historique. Ceci est le document qui en a résulté. Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous le lire.

 

Mais vous avez toute une série de résolutions ici qui ont été adoptées d'une façon transparente après un débat ouvert -- par plus de 50 chefs d'Etats. Pendant quelques semaines, La Havane était la capitale du Sud et nous avons donné, une fois encore, un nouvel élan au groupe des non-alignés.

 

Et s'il y a quelque chose que j'aimerais vous demander à tous ici, mes compagnons, mes frères et mes soeurs, c'est de bien vouloir prêter votre bonne volonté pour permettre un nouvel élan au Mouvement des Non-Alignés afin de donner naissance à une nouvelle ère, pour empêcher l'hégémonie et empêcher de nouvelles avancées de l'impérialisme.

 

Et comme vous le savez, Fidel Castro est le président des non-alignés pour les trois prochaines années et nous pouvons lui faire confiance pour qu'il dirige cette charge efficacement. Malheureusement, ils ont pensé "Oh ! Fidel est en train de mourir." Mais ils vont être déçus parce qu'il n'est pas mort. Et non seulement il est en vie, il est de retour dans son uniforme vert et il préside désormais les non-alignés.

 

Donc, mes chers collègues, Madame la Présidente, un nouveau mouvement, fort, est né, un mouvement du Sud. Nous sommes des hommes et des femmes du Sud. Avec ce document, avec ces idées, avec ces critiques. Je referme à présent mon dossier. Je prends le livre avec moi. Et, n'oubliez pas, je le recommande très fortement et très humblement à vous tous.

 

Nous voulons des idées pour sauver notre planète, pour sauver la planète de la menace impérialiste. Et espérons que dans ce siècle-même, dans pas trop longtemps, nous verrons cette, nous verrons cette nouvelle ère. Et pour nos enfants et nos petits-enfants, un monde de paix basé sur les principes fondamentaux des Nations-Unies, mais de Nations-Unies rénovées.

 

Et peut-être devrons-nous déménager leur siège. Peut-être devons nous le mettre ailleurs ; peut-être dans une ville du Sud. Nous avons proposé le Venezuela.

 

Vous savez que mon médecin personnel a dû rester dans l'avion. Le chef de la sécurité a dû rester enfermé dans un avion verrouillé. Aucuns de ces deux messieurs n'ont été autorisés à venir assister à la réunion de l'Onu. Ceci est un autre abus et un autre abus de pouvoir de la part du Diable. Cela sent le soufre ici, mais Dieu est avec nous et je vous embrasse tous.

 

Que Dieu nous bénisse tous ! Bonne journée à vous.

----- Original Message -----

From: Yves Wangneur

To: Albert ; Jean Bricmont ; Thierry Delforge ; Patsy ; radioairlibre ; thierry thomas ; Siecle ; Manneken Peace

Sent: Saturday, September 23, 2006 6:35 PM

Subject: [siecle_de_combat] Discours de Chavez : entre réalité sociale et pouvoir des médias

 


Suite au discours de Chavez à l'ONU, il y a eu beaucoup de réactions, essentiellement de la part de l'élite. Et puisque certains croient encore en l'angélisme de Clinton, le type qui se faisait tailler des pipes (par une moche en plus) au lieu de bosser, je vous propose de noter la réaction de cette personne : "Le discours de Chavez porte préjudice à son pays". Qui a dit que les Démocrates étaient le 2°parti servant l'impérialisme ?
Les différents journaux américains ont vivement critiqué les déclarations de Chavez, estimant que c'était "de la folie gauchiste". "El Comercio" (de Lima) a parlé d'insulte, La Libre Belgique parle d'injures.
Cela, c'est le discours des médias, des gens qui sont censés nous représenter.
Les représentés, donc nous, ont une réaction un peu différente. Comme vous le savez, Chavez fait référence à un des derniers bouquins de Chomsky : "Hégémonie ou survie". Sur Amazon, les commandes pour ce livre sont passés en 2 jours de la 160.772° place à la septième !!!
Ce qui tend à démontrer 2 choses : 1) Les gens écoutent Chavez, l'approuvent et suivent ses conseils, 2) Ils sont interessés par la pensée de Chomsky.

Ca doit être ça le populisme ...

20:07 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, amerique, afrique, belgique, courcelles, cuba, crimes, cia, colonialisme, chili, fascisme, gangsterisme, guerre, histoire, iran, irak, imperialisme, israel, liban, liberte, democratie, oppression capitaliste, onu, palestine, politique, presse, romain, resistance, silence | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/09/2006

22/09/2006: de Michel Collon, journaliste belge,...

De : Michel Collon [mailto:michel.collon@skynet.be]
Envoyé : vendredi 22 septembre 2006 3:08
À : Par
Objet : NOUVEAU : Bush, Ratzinger et Darwin, Cuba, Pub Télé, Europe génocidaire, Venezuela...

 

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur :

HISTOIRE :
Rosa Amelia Plummelle-Uribe - La longue tradition esclavagiste et génocidaire de l'Europe
Hitler n'est pas tombé du ciel. D'où vient le mot "esclave" ? De "slave". Notre histoire cachée.
Europe génocidaire

ACTUALITE :
David Pestieau et Dominique Meeùs - Bush, Ratzinger and C° contre Darwin
Interview du professeur de Duve, prix Nobel de médecine, sur l'évolution. Et les superstitions actuelles.
Darwin

Oxfam-Solidarité - Cuba aux Cubains!
Un des seuls pays du Sud à atteindre les "Objectifs du Millénaire" contre la pauvreté. Ca dérange l'UE ?
Cuba

Salim Lamrani - Le désespoir de l'opposition vénézuélienne
"Le système électoral vénézuélien est le plus avancé du monde", dit l'UE. Que pourra inventer Bush ?
Venezuela

MEDIAS :
Respire - RTBP : Radio Télévision Bourrée de Pub
La ministre Laanan laisse la pub envahir l'audiovisuel public. Pas qu'une histoire belge...
Pub et télé

 

14:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : venezuela, actualite, amerique, belgique, capitalisme, charleroi, communisme, courcelles, cuba, collon, colonialisme, europe, euro-dictature, fascisme, france, guerre, histoire, democratie, liberte, oppression capitaliste, politique, presse, ptb, romain, racisme, silence, solidaire, socialis | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/09/2006: COURCELLES : élections : sécurité, police de proximité, agents de quartier, …

 

COURCELLES : élections : sécurité, police de proximité, agents de quartier, …

 

Les policiers sont de plus en plus nombreux, de mieux en mieux équipés, harassés de paperasserie bureaucratique, de plus en plus motorisés, mais … de moins en moins présents, pour assurer notre tranquillité.

 

Pourtant, nous disposons maintenant d’  une police (  gendarmerie  !) unique, fruit des cogitations et d’ un accord unanime entre les partis  autoproclamés « démocratiques » et qui nous coûte la peau des fesses, de même qu’ aux communes.

 

Les agents de police de quartier sont de plus en plus absents, de moins en moins connus de tous et de moins en moins joignables. Il est loin le temps où, à n’ importe quel moment de la journée et de la nuit, en semaine comme le week-end, l’  on pouvait rencontrer 2 gendarmes, à pied ou en vélo, que nous évitions d’ ailleurs en changeant de trottoirs, d’  accotements, tellement ils nous inspiraient de la sympathie...

 

UN PROBLEME SERIEUX chez vous ? Il est loin aussi le temps où en moins d’ une demi-heure, vous voyiez, à n’ importe quel moment de la nuit ou de la journée, arriver à pied, le commissaire Dumont, Druine, Rosy, ou un des adjoints, en personne sur les lieux …

 

POUR LES ANCIENS , et les jeunes qui l’ apprendront : j’ ai voté pour la première fois début des années ’60. Comment nous parvenaient nos convocations électorales ? A COURCELLES, c’  était par l’ agent de police de quartier qui venait nous les apporter à domicile, en main propre.  Aujourd’ hui ? Elles nous parviennent par la Poste. Comme dans notre « démocratie, le vote reste obligatoire (même si les instituts de sondages capitalistes fabriquent les résultats à l’ avance et même si TOUS nos politiciens font tous le même travail à peu de choses près), si la convocation se perd en route : démerdez-vous !  Plus le temps pour ce genre de contact direct l’  agent de police de quartier ! …

 

C’  était lui aussi qui venait, à domicile recenser les chiens.  Mais, comme la taxe provinciale rapportait moins que ce qu’  elle coûtait, fini la taxe.  Et la visite annuelle de l’  agent de quartier avec …

 

L’  INSECURITE ?  Je reste persuadé que si l’  ensemble des jeunes trouvait du boulot à la sortie de l’  école, elle diminuerait de 50 pourcents. Alors, nos flics retrouveraient du temps pour faire autre chose que des pv qui et se perdent dans des tiroirs, après avoir servi à faire des statistiques…

 

Mais remettre les jeunes, les inactifs, au boulot, ce n’  est pas le rôle financier des communes. Le but des commune, c’  est avant tout de nous rendre des services : instruction, administration, culture, entretien, social, environnement, et bien sûr … sécurité de proximité dans les quartiers, au service direct de la population.

 

Mais ceux qui servent les maîtres capitalistes multinationaux, savent très bien que de grandes révoltes, de grands mouvements sociaux et populaires, se préparent (l’  exemple des banlieues françaises le prouve). Dès lors, ils préparent la répression et les répétitions (rappelez-vous aussi  l’  exemple du sauvage matraquage scandaleux des étudiants dans les rue de LIEGE , alors qu’ ils manifestaient pacifiquement), par le flicage, le fichage, les écoutes téléphoniques, le filmage permanent de la population, la censure du courrier et de l’ Internet,  la formation de Robocops super-équipés (voir Bruxelles), sous le prétexte de réprimer le banditisme.   Pour notre part, ce n’  est pas ce genre de police – là que nous voulons et que nous réclamons .

 

 

Roger ROMAIN,

1er candidat de la liste Ptb+Pcc, n° 11 à Courcelles

1er candidat de la liste Ptb+, n°10, à La Province   

13:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, histoire, courcelles, presse, silence, actualite, democratie, liberte, politique, ps, mr, cdh, ecolo, ucpw, alc, fn, ptb, belgique, hainaut, charleroi, oppression capitaliste, capitalisme, communisme, socialisme, europe, euro-dictature, social, syndicats, fascisme, flicage | |  Facebook | |  Imprimer | | |

SOLIDAIRE n° 34 du 20 septembre 2006

Solidaire n° 34 du 20 septembre 2006

20-09-2006

Cover Solidaire

Enseignement supérieur: bientôt moins accessible?

Cet été, les gouvernements de la Communauté flamande et de la Communauté française ont concocté de nouvelles mesures pour l'enseignement supérieur. Explications.

> Lire l'article

Solidaire a rencontré
un prix Nobel

Le prix Nobel de médecine Christian de Duve nous parle de l'évolution, de Darwin, du dessein intelligent et de la science.

> Lire l'article

Elections communales J-18

A quelques jours des élections, les dernières nouvelles de la campagne. Comment convaincre un collègue de ne pas voter extrême droite ? En utilisant les fiches de discussion du PTB, par exemple.

> Lire l'article

DJ Reynders dort, les gros fraudeurs dansent

KB-Lux, QFIE, sociétés de liquidités: trois méga-dossiers de fraude. Les faits sont établis, mais la plupart des coupables s'en sortent grâce à la passivité (complicité?) du gouvernement et de la justice.

> Lire l'article

FN (Herstal): victoire après 19 jours de grève

Le travail a repris ce 14 septembre à 6h à la FN de Herstal, après presque trois semaines de grève. La ténacité des travailleurs aura eu raison de l'entêtement de la direction sur les fins de carrière.

> Lire l'article

Et en plus...


 Envoyez vos réactionsréagirImprimerimprimer

12:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : capitalisme, ptb, oppression capitaliste, euro-dictature, solidaire, actualite, belgique, charleroi, communisme, courcelles, elections, elections 2006, histoire, politique, presse, romain, silence, collon, social, syndicats | |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/09/2006

22/09/2006: 60 ans d’immigration italienne… en Belgique

De : Jacques CHEVALIER [mailto:chevaljak@mail.be]
Envoyé : vendredi 22 septembre 2006 9:42

 

Bonjour,

Je vous prie de bien vouloir trouver en annexe le texte du discours qui sera prononcé ce soir par Myriam PIRON à l'occasion du vernissage de l'Exposition consacrée au 60ème anniversaire de l'immigration Italienne via les accords charbonniers belgo-italiens.

Le vernissage a lieu à 19 h au Tchératî, rue Aux Communes, 37 à 4602 Cheratte-Haut, l'exposition est accessible au public samedi 23 et dimanche 24 septembre 2006 de 11 h à 18 h.

Vous êtes cordialement invité(e) au vernissage.

Jacques CHEVALIER

Animateur ACPR - locale Visé-Cheratte

 

 

 

 

60 ans d’immigration italienne…

 

Cheratte, c’est un peu le nombril du Monde.

 

Aussi bien en surface, par la diversité des mélanges de cultures que l’on y trouve, la beauté de sa géographie entre collines et voies maritimes, et la richesse historique de son passé houiller et industrieux, que dans son ventre, avec ses galeries de mine actuellement noyées  et peut-être d’autres trésors qu’il renferme encore (ne prenons que les gigantesques travaux de démergements toujours en cours).

Cheratte, j’en suis tombée amoureuse en visitant pour la première fois les ruines du charbonnage du « Hasard » une froide après-midi d’hiver, et j’ai de suite adhéré à la philosophie culturelle de mon compagnon, Jacques Chevalier, bien connu pour son implication au sein de ce quartier, via notamment l’Association Culturelle Paul Renotte dont notre Camarade Marcel Levaux est le président. 

 

PAC et ACPR de Cheratte s’associent pour un hommage à la communauté d’origine Italienne les 23 et 24 septembre 2006

 

Le 23 juin 1946, les premiers accords entre la Belgique et l’Italie sont négociés par le biais d’une Convention préparant le transfert de cinquante mille travailleurs Italiens en 2 années, vers les charbonnages belges. En 1952, seulement, 48000 hommes auront répondu aux critères de l’accord charbonnier, et auront fait la connaissance de nos mines.

 

Comment en sommes-nous arrivé là ?

 

Après la seconde guerre mondiale  et la fermeture des frontières avec les pays de l’Est l’immigration Italienne devient dominante :

De 1946 à 1956

 

L’Italie s’attache à résoudre les problèmes dus  à l’effondrement de son économie ainsi qu’au désarroi et la révolte de sa jeunesse face au chômage.

 

Les patrons charbonniers de Belgique quant à eux doivent faire face au départ des prisonniers allemands travaillant dans les mines jusqu’à leur libération en 1947, et donc à une pénurie de main d’œuvre pour les besoins énergétiques du pays.

 

l’ Italie quant à elle à grand besoin de combustible également pour se reconstruire.

 

La « FEDECHAR » est chargée de l’organisation pratique de l’embauche (1 homme contre 1200kgs de charbon/semaine pendant+/- 1 an).

 

A partir  de Milan s’organise une véritable campagne publicitaire dans tout le pays (affiches, documentaires expliquant la bonne vie à la mine pour ceux qui auront le privilège d’être choisis : qualités requises : Jeunes hommes célibataires de moins de 35 ans en excellente santé : corps sain et vigoureux, courage, force et sang froid ).

 

Des médecins belges sélectionnent avec prudence les candidats au départ étant donné la dureté du travail.

 

Moins d’hommes que l’on espérait se présentent, ils vont alors diminuer leurs prétentions et élargir les critères de choix, c’est ainsi que des hommes plus vieux, avec charge de famille vont quitter leurs régions pauvres du sud de l’Italie pour s’installer ici.

 

Le voyage entre Milan et Bruxelles dure près de deux jours ; de longs convois arrachent à leur famille des milliers d'hommes, le cœur battant d'espoir vers une vie meilleure. Beaucoup d'entre eux ne reverront jamais leur terre natale.

 

A Bruxelles, la dispersion vers les différents charbonnages est organisée. Des interprètes et délégués des mines règlent les formalités et le précieux chargement d’Humains est dirigé vers les « cantines » qui les attendent, ce sont des anciens  bâtiments de charbonnages fermés depuis 1930 ou ayant servi de « baraquements » aux prisonniers Russes et Allemands, les conditions de vie y sont indignes et bien loin des promesses faites par la FEDECHAR.

 

Les années passent et la santé des mineurs s'affaiblit. Outre les maladies, il y a les différents accidents.

 

Entre 1946 et 1955, plus de 500 ouvriers italiens  périssent dans les différents charbonnages de Belgique. Et puis, vient le 8 août 1956, l'effroyable tragédie du Bois-du-Cazier, à Marcinelle ; 262 morts, dont 136 Italiens (il faut noter qu’il y a  eu peu d’accidents catastrophiques à Cheratte parce qu’il y a peu de « grisou » étant donné la qualité exceptionnelle du minerais (moins gazeux et donc de meilleure combustion), les accidents seront dus à l’eau et le plus souvent en surface..

 

Les conséquences de ce drame sont rapides : renforcement de la sécurité dans les mines et blocage de l'immigration italienne vers la Belgique. 

      

A la fin des années cinquante, beaucoup d'Italiens épuisés par le travail rentrent au pays avec une santé médiocre et sans pension.

 

Ils n’ont pas assez d'années de service dans les mines de Belgique

 

La  « silicose » ne fait pas partie des maladies professionnelles indemnisables.

 

Pour aider ses rapatriés, le gouvernement Italien, poussé par les partis politiques de gauche, approuve une loi en 1962, celle-ci prend en charge l'indemnisation de la maladie de la silicose, en attendant que le gouvernement Belge le fasse.

 

La reconnaissance de cette indemnisation entrera en vigueur dés le premier janvier 1964.

 

La silicose est reconnue comme maladie professionnelle : c’est rendre justice aux victimes de ce mal qui détruit tant d êtres humains depuis des dizaines d'années.

 

On s'est bien gardé de dire en Italie, au moment du recrutement des travailleurs, les différentes maladies que la mine peut occasionner, ainsi que les conditions de travail qu’ils allaient rencontrer.

 

Ceux qui resteront en Belgique et qui seront, mis à la pension prématurément suite à cette maladie devront subir des moqueries, rapidement généralisées à tous les Italiens sur la « moutouelle» voulant ainsi signifier qu’ils ne sont venus que pour émarger le plus vite possible à notre Sécurité Sociale!

 

Et tout cela en ne respectant pas les principes d’hygiène en vigueur chez nous. Je me souviens, petite fille, avoir entendu dire qu’ils étaient malades parce qu’ils mangeaient des tomates et de l’huile d’olive !!! et qu’ils ne vivaient pas comme nous !!!

 

La vie s’organise

 

Dans les années 1950, la recherche de logements plus décents et appropriés, principalement quand la « famille » arrive et s’agrandit,, relève presque de « mission impossible » et on voit fleurir sur bon nombre d’habitations privées des pancartes « ni animaux ni étrangers ».

 

Il y a bien les « Cités ouvrières » dont nous en avons un des plus beaux fleurons ici, avec une des premières cité d’habitations sociales construite en Wallonie (avec Tilleur) au début des années 1920, et destinée au départ à abriter une majorité de familles d’origine Polonaise, représentant la première forme d’immigration massive vers nos charbonnages, mais vu l’ampleur de l’immigration et des regroupements familiaux,, nous manquions de logements décents.

 

L’intégration n’est vraiment pas facile au début, malgré nombre de mariages mixtes entre ces jeunes hommes fougueux et nos jeunes filles locales, et ce, dès 1950.

 

La Belgique compte d’ailleurs, dès 1964 sur l’apport de nouvelles familles immigrées en plus de celles déjà installées (d’abord marocaines, ensuite Turques) pour redresser la courbe de natalité du pays.

 

Quelques politiciens « éclairés » (Marcel Levaux à Cheratte et André Cools à Flémalle) obtiennent, dès 1968, la création du Conseil Consultatif des immigrés, faute d’obtenir déjà un droit de vote pour les personnes résidant régulièrement en Belgique.

 

En 1972, le droit de vote est accordé aux étrangers pour les élections sociales (représentants syndicaux).

 

En 1974, la Belgique décide de stopper l’immigration étrangère tout en accompagnant cela d’une campagne de régularisation d’un faible pourcentage de celles-ci.

  

Dans les années quatre-vingt, les autorités Belges prennent conscience de l’installation définitive des immigrés en Belgique, et mettent enfin en place une politique d’ « intégration ». par le biais entre autre de la «  Loi GOL » de 1984 octroyant la nationalité Belge aux immigrés de la 2eme génération en cas de mariage mixte et automatiquement à ceux de la 3eme génération.

 

Celle-ci se confirme dans le temps puisque de plus en plus de jeunes générations sont essentiellement Belges.

 

Le 7 février 1992, le traité de Maastricht indique que les Européens peuvent voter aux élections locales et européennes.

 

Le 27 janvier 1999, droit de vote aux élections communales pour les européens, étendu le 19 mars 2004 aux non-européens inscrits depuis 5 ans en Belgique.

 

Le 8 octobre 2006, ce sera la première participation de ceux-ci aux « Communales »

 

Le combat continue pour les « Législatives » les « Régionales » et le droit d’éligibilité. (RoRo : et les provinciales … !)

 

La première immigration Italienne dont on parle peu

 

De 1920 à 1940

 

La première guerre mondiale cause beaucoup de dégâts en Europe, notamment en Belgique et  en Italie.

 

La Belgique se remet bien vite à la tâche, la plupart des usines et des charbonnages retrouvent leur rythme et leur productivité.

 

L'Italie, au contraire, se remet confusément de sa guerre. Le régime politique subit des assauts imprévus  : la pauvreté s'étend, Mussolini se prépare.

 

En 1922, soutenu par 30 députés fascistes, il obtient la maîtrise des principaux ministères. Deux ans plus tard, fort d'une majorité de +/- 80%( 405 élus sur 535), il écarte l'opposition et instaure la dictature.

 

Dés lors, par milliers, des Italiens vont fuir leur patrie. Certains aboutissent en Belgique car l'industrie lourde a besoin de nouveaux travailleurs, ils seront rapidement assimilés.

 

Ils arrivent petit à petit à partir de 1922.

 

En 1925,  le nombre d'Italiens travaillant dans les charbonnages peut s'évaluer à quatre ou cinq mille, soit plus de 3% du total du personnel.

 

Et cette proportion ne fera que s'accroître, d'autant plus que la communauté italienne de Belgique se développe sans cesse : ils sont 20 000 en 1930 ; ils seront près de 35 000 en 1940.

 

A l'arrivée de Mussolini au pouvoir, en Belgique comme ailleurs, l'ambassade et les consulats deviennent les symboles du fascisme italien, et tentent de rallier les émigrés à ce régime.

 

Il faut savoir que la plupart des immigrés italiens de l'époque sont antifascistes, et Mussolini va tout faire pour endoctriner ces fuyards.

 

A Charleroi, des écoles et des bibliothèques Italiennes sont organisées sous contrôle fasciste, et, les livres y sont triés.

(Pour information, l’Université du Travail créé par le Mouvement Ouvrier Chrétien va  trouver son essor dans les années 1960 afin de favoriser, l’intégration de ce qu’on appelle alors, les immigrés de la deuxième génération de par l’organisation de cours de haut niveau : graduats et universitaires).

 

Des informateurs produisent pour l'ambassade Italienne un rapport hebdomadaire, pour chaque antifasciste  vu en Belgique.

 

Sur base de ces dossiers, la police italienne demande et obtient , l'arrestation des " agitateurs " par la police belge. Ainsi la population italienne de Belgique, loin d'être à l'abri chez nous, fait en plus l'objet de diverses pressions de la part de son consulat.

 

A ce moment, en Belgique, pour obtenir un passeport, un document officiel, il faut s'inscrire à une organisation fasciste, du moins faire allégeance au Duce ou répondre à de longs questionnaires pour détecter les activités antifascistes. Autrement, les documents pourtant indispensables (extraits de naissance) se font indéfiniment attendre.

 

Cela serait un comble que l’histoire se répète puisque bon nombre d’ « anciens » Italiens déplorent  être toujours en possession d’une carte de séjour renouvelable tous les 5 ans, malgré plus de cinquante ans de résidence ininterrompue en Belgique.

 

Ils doivent même toujours avoir un passeport pour se rendre en Italie, à notre époque de libre circulation dans la Communauté Européenne et d’un retour de l’extrême droite en Italie, voire en Europe.

 

Conclusion

 

Actuellement on entend souvent dire que « l'intégration des Italiens est réussie ».

 

Je n’aime pas beaucoup ce terme …Intégration ?? Notre planète nous appartient, à tous, il y a toujours eu et il y aura toujours des brassages de populations, des départs, des retours, des installations, là où la vie s’organise.

 

Pourquoi penser qu'un peuple peut être meilleur qu'un autre ?

 

Peu importe la couleur de sa peau, peu importe le dieu qu'il prie, un Etre Humain reste une personne qui a le droit d'avoir des droits.

 

On entend souvent dire que la Belgique est envahie d'étrangers mais est ce vraiment le cas?

 

Si l'on se réfère à des chiffres officiels (source : INS,) on constate qu’en 2000, en Belgique, il y avait +/- 90% de Belges, +/- 6% d'étrangers d’origine européenne et +/- 4% d'étrangers hors Union européenne

 

Certains aussi s'interrogent sur les causes qui poussent les gens à partir de chez eux ?

 

Souvent derrière une immigration se cache un accord entre deux Etats, sans tenir toujours compte des désirs de leurs ressortissants

 

Départs forcés ou choix de vie, installations obligées ou espérées, et quoi qu’il en soit, quelles que soient les raisons pour lesquelles nous « émigrons » la terre nous appartient.

 

Les frontières, les régimes politiques, les dictatures, les oppressions sont le résultat de la guerre du Pouvoir, de la Loi du plus fort…

 

Nous, les « petits », les faiseurs de peuples, les forçats de la faim, apprenons à nous respecter, arrêtons de jouer dans la cour de nos oppresseurs, restons unis…Forçons les barrières, créons la solidarité…Et ne parlons plus d’intégration

 

Parlons d’abord d’accueil, d’échange, de vie commune, de partage de valeurs…parlons-nous, écoutons-nous, il y a tant à gagner…

 

Au niveau de la Communauté de Belgique d’origine Italienne, il faut savoir qu’en nombre, elle est plus importante que la communauté germanophone, est-ce que l’on parle d’intégration quand on parle des gens d’Eupen ??

 

Lorsque l'on parle d'immigration italienne et d’ « intégration réussie », on prend souvent comme exemple Elio di Rupo, Paola ou Adamo, mais il ne faut pas croire que les 300 000 italiens en Belgique ont tous atteint la réussite et la reconnaissance de ces personnes connues (Re-connues), un peu comme si les idées racistes étaient « excusées » parce que certains « représentants de nationalités » étaient reconnus ? Resteront-ils toujours, et après plusieurs générations étrangers en Belgique et idem dans leurs contrées d’origine ??

 

Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que les Italiens comme d'autres nationalités ne sont pas venus " voler " le travail aux Belges. Ils ont au contraire contribué à faire de la Belgique le pays qu'il est maintenant. Je pense donc que les partis d'extrême droite se voilent la face et devraient revoir leur Histoire car sans les « étrangers », l'économie belge actuelle ne serait pas ce qu'elle est.

Je termine en rappelant qu’à l’heure actuelle, dans notre beau pays, terre d’asile, il y a des Hommes, des Femmes et des Enfants, qui, sans papiers, se trouvent dans des situation de grand désarroi, ils souffrent de ne pas être reconnus, de n’avoir aucune existence légale, et d’être ainsi des proies faciles pour les marchands d’esclaves et d’illégalités en tout genre.

 

Des êtres humains qui ne savent pas ce que demain sera fait et qui sont sacrifiés au nom du libéralisme international et du profit maximum à n’importe quel prix…

 

Pour en revenir aux personnes d’origine Italienne, puisque c’est elles qui sont à l’honneur aujourd’hui, je tiens à ajouter que depuis l’ouverture des frontières (espace Shengen), bon nombre d’entre elles arrivent toujours en Belgique en espérant trouver une situation économique meilleure, et se trouvent rapidement dans la situation de « sans-papiers » ne pouvant prouver dans les 5 mois de leur arrivée d’un travail déclaré leur offrant la « carte de séjour ».

 

Et non, les « sans-papiers »ne sont pas toujours des étrangers de lointaines contrées, notre voisin ou nous-mêmes pouvons vite sombrer, ne l’oublions jamais…

Et enfin, je voudrais vous rappeler que ce 22 septembre, nous célébrons le triste huitième anniversaire de la mort de Sémira Adamu, candidate réfugiée Nigériane, qui n’a pas survécu aux sévices de ses bourreaux lors de l’expulsion par avion pour laquelle elle était condamnée.

 

Je demande un moment de silence en son honneur et pour toutes les personnes qui vivent actuellement dans la même souffrance 

 

 

 

                                                                                      Pour l’ACPR,

                          

                                                                                   Myriam Piron

 

Bibliographie

Livre

François CAVANNA, les ritals, Beffond, 1978

Articles

Hilde MEESTERS, Crime raciste à Schaerbeek, dans " Solidaire", n°19, 2002, pp 16-17.

François ROBERT, C'est la haine qui a frappé, dans " Le Soir", n°109, 2002, p.4

Sites

C. GOLIN, Et Si on racontait.... une histoire de l'immigration en Belgique, Février 2002, (05/03/02). http://www.iournalessentiel.be/agenda/lectr_emigr.html

(sans auteur), Les étrangers, les Belges et la Belgique, (07/05/02).

httD://www.cidj.be/dossiers/racisme/population.htmi

S. ABDESLAM, Histoire de l'immigration marocaine en Belgique, (0705/02)

http://users.pandoro .be/ibn_batouta/Belgica/historique.html

Livres

- " Siamo tutti neri ! ", Des hommes contre du charbon, Etudes et témoignages sur l'immigration italienne en Wallonie

Institut d'histoire ouvrière, économique et sociale, Seraing ,1998

- Per un sacco di carbone, Associations Chrétiennes des Travailleurs Internationaux, 1996

Articles

Anne Morelli, dossier "Immigration & citoyenneté " dans la Revue L'Observatoire n°6/1995

11:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, charleroi, courcelles, communisme, democratie, europe, euro-dictature, fascisme, hainaut, histoire, immigres, italie, logement, liberte, politique, presse, propagande, romain, sans-papiers, expulsions, silence, racisme, solidarite, syndicats, 127b | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/09/2006: COURCELLES: et hop, au - moins un accident réussi avenue de Wallonie ... !!!

COURCELLES: et hop, au - moins un accident réussi avenue de Wallonie ... !!!

 

Depuis des mois, aux côtés des riverains, je ne cesse de réclamer des autorités communales, la prise de mesures adéquates et rapides, rue de Seneffe et avenue de Wallonie, visant à garantir la sécurité routière et la tranquillité des habitants de ces rues : ralentisseurs de trafic, absence de signalisation (rappel de la vitesse), interdiction de doubler, détournement des poids lourds, rétablissement de la priorité de droite, tracé d’ aires de stationnement pour les voitures (désormais l’ on met les voitures sur les accotements et les piétons sur la route … : le monde à l’ envers !)..

La priorité de droite a été supprimée dans ces deux rues : par qui et pourquoi ?  Désormais, certains olibrius  foncent , en ligne droite, à du 100 kms/heure.

Aucun résultat : nos « chers » élus restent complètement sourds et muets, face aux revendications et aux difficultés des gens…

Il fallait donc s’ y a attendre : un accident assez sérieux ce mercredi-soir, à hauteur de TaxiPost : 2 voitures démolies ! Est-ce une conséquence supplémentaire (une boîte relais de Brutelé touchée, par exemple ?) : depuis lors, les riverains de mon quartier sont complètement coupés de leur télévision et d’  Internet.  J’  en saurai plus de la journée …

 

Ps : j’  avais vu juste : une boîte de Brutélé complètement démolie. Elle a pu être rapidement remplacée et les abonnés Tv et Internet ont vu leur connexion rétablie le lendemain jeudi, vers midi trente.

 

Roger Romain

1er candidat PTB+PCC à la Commune

1er candidat PTB+ à la Province

a/conseiller communal.

11:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, hainaut, charleroi, courcelles, elections, elections 2006, democratie, ps, mr, cdh, ecolo, fn, ptb, alc, ucpw, presse, silence, romain, histoirepolitique | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/09/2006

20/09/2006: Plaidoirie de Bahar Kimyongur sur fond de complot d'Etat

 

De : Turquie Rebelle [mailto:turquie.rebelle@gmail.com]
Envoyé : mercredi 20 septembre 2006 14:25
À : sre@rtbf.be
Objet :
Plaidoirie de Bahar Kimyongur sur fond de complot d'Etat

 

Une réunion secrète du gouvernement Verhofstadt a organisé la livraison d'un ressortissant belge à la Turquie.
Article du quotidien "Le Soir", 19 septembre 2006


Le gouvernement Verhofstadt aurait sciemment organisé la « livraison » le 28 avril dernier du ressortissant belge Bahar Kimyongur aux Pays- Bas en vue de son extradition vers la Turquie.

Selon la version constante des autorités belges, mise en doute par des révélations du Soir en mai et juin derniers, le porte-parole (ce qu'il nie) de l'organisation turque d'extrême gauche DHKP-C, actuellement jugé devant la cour d'appel de Gand, aurait été arrêté « fortuitement » aux Pays-Bas dans la nuit du 27 au 28 avril alors qu'il se rendait à un concert à 's Hertogenbosch.

Cette version, régulièrement avancée par la ministre de la Justice Laurette Onkelinx (PS), tant à la Chambre qu'au Sénat en réponse à des questions des parlementaires Ecolo Marie Nagy (députée) et Josy Dubié (sénateur), est démentie par un procès-verbal d'une réunion classifiée « confidentielle », tenue au centre de crise du ministère de l'Intérieur deux jours avant l'arrestation de Kimyongur.

Cette réunion, dont nous avons pu consulter le procès-verbal, s'est ouverte à 17 heures. Elle rassemblait 25 personnes, sous la présidence de Pascale Vandernacht, chef de cabinet adjoint de la ministre de la Justice, en charge des dossiers de terrorisme. Y assistaient un conseiller de Guy Verhofstadt (Premier ministre, VLD), Eugène Dimmock ; le directeur de la sécurité publique (Intérieur), Alain Lefebvre ; la conseillère juridique de Laurette Onkelinx, Pascale Petry ; l'administrateur général ff de la Sûreté de l'Etat, André Demoulin ; le procureur fédéral Daniel Bernard et ses adjoints, Johan Delmulle et Leen Nuyts (qui requièrent contre le DHKP-C) ; des représentants de la police locale et d'autres directeurs de la Sûreté ou de la police fédérale antiterroriste dont nous tairons les noms.

Le directeur général du centre de crise Jaak Raes, rédacteur du procès-verbal de la réunion, précise à l'entame des débats : « Cette réunion a lieu à l'initiative du cabinet Justice. Le centre de crise met sa structure à disposition. La présidence de la réunion est assurée par Mme Pascale Vandernacht. »

Les débats vont se poursuivre jusqu'à 20h02. Chaque service prend la parole. Vandernacht précise d'emblée que la ministre de la Justice « ne veut pas forcer les règles juridiques » dans le cadre de la préoccupation en débat : l'arrestation prioritaire de Bahar Kimyongur. L'assemblée discute sur le thème « de quelles possibilités dispose la justice belge ? ». Et analyse tous les cas de figure : « Arrêter ou interpeller la personne ; arrêter la personne s'il quitte le territoire et se réfugie à l'étranger ». Vers 18h, les représentants de la Sûreté de l'Etat interviennent. Kimyongur n'aurait pas l'intention de se présenter au procès de Gand (NDLR : en appel contre sa condamnation à 4 ans ferme en première instance à Bruges). Ils annoncent que le soir même à 19h30 une surveillance sur le suspect est organisée à l'occasion d'une conférence donnée par le militant à l'ULB. Ils précisent encore que, selon leurs informations, Kimyongur a peur de se retrouver en prison. Les représentants du parquet fédéral indiquent ensuite aux participants qu'en droit belge « il n'y a actuellement aucune possibilité d'arrêter Kimyongur », ce qu'acte la représentante de Laurette Onkelinx.

Les représentants de la police et du gouvernement décident alors qu'une observation des déplacements du militant sera opérée. Et, surtout, que le « parquet fédéral prendra contact avec son homologue néerlandais dans la perspective d'arrêter Kimyongur aux Pays-Bas (…) sur base du signalement Interpol en vue de la livraison à la Turquie ». La décision de livrer le ressortissant belge est ainsi approuvée. Il est décidé que le parquet fédéral prendra les contacts avec son homologue néerlandais, le Landelijk Parket. LaDSU(opérations spéciales de la police fédérale belge) est invitée à participer aux opérations de surveillance de Kimyongur. Le parquet fédéral demande aux services policiers de lui fournir des « sitrep » (rapports) le jeudi 27 à 08h, le vendredi 28 à 12h et à 18h. Une nouvelle réunion d'évaluation est fixée au 3 mai, après l'arrestation.

Le chef de la zone de police locale, impliquée dans l'opération de surveillance, s'inquiète toutefois : «Ne devons-nous pas prévenir le Comité P (police des polices) et le Comité R (surveillance des services de renseignement)? » Pascale Vandernacht répond que ces instances de contrôle ne dépendent pas des ministères de la Justice ou de l'Intérieur. La ministre de la Justice, que nous avons interrogée, confirme la matérialité de cette réunion du 26 avril. Elle nous déclare que le procès-verbal dont nous faisons état ne serait pas le « procès-verbal officiel » de cette réunion. Nous lui avons demandé de nous transmettre ce qu'elle considère être « le procès-verbal définitif » ; une demande qui n'a pu être rencontrée en raison, selon la ministre, du caractère « classifié » et « confidentiel » de ce document.

L'échange au Sénat entre le sénateur Josy Dubié et la ministre Onkelinx

Voici l'échange entre Laurette Onkelinx et Josy Dubié (Ecolo), en commission de la Justice du Sénat, le 18 mai.

o Josy Dubié : « M. Kimyongur, sur écoute, et surveillé par la Sûreté belge, a donc, selon moi, été livré aux Néerlandais, qui l'ont incarcéré sur la base du mandat international turc. »

– Laurette Onkelinx : « Ce genre d'affirmation est grave. »

o Josy Dubié : « Je relate des faits. (…) Je constate que M. Kimyongur a passé la frontière et qu'il a été arrêté par des policiers en civil, qui étaient là, selon vous, par pur hasard. Ce ne serait donc pas la Sûreté belge qui a communiqué des informations… (…) Je trouve simplement qu'un faisceau de présomptions permet de penser que M. Kimyongur a bel et bien été "livré", je ne dis pas par vous, mais par la Sûreté belge. »

– Laurette Onkelinx : « Vous dites n'importe quoi. »

Voici l'échange entre Laurette Onkelinx et Josy Dubié en commission de la Justice du Sénat, le 22 juin.

o Josy Dubié (intervenant suite aux révélations parues dans Le Soir) : « Il ressort donc, Madame la ministre de la Justice, du témoignage du procureur du Roi néerlandais que vous n'avez pas dit la vérité lors de votre réponse à ma question orale du 18 mai et que M. Bahar Kimyongur a bel et bien été "livré" à un pays étranger d'où il risque d'être extradé vers la Turquie. »

– Laurette Onkelinx : « J'ai pris connaissance, comme vous, via la presse, des informations suivant lesquelles les autorités judiciaires belges auraient communiqué aux autorités judiciaires hollandaises le fait que M. Kimyongur pourrait se rendre aux Pays-Bas. (…) Une nouvelle fois, je ne partage absolument pas votre analyse selon laquelle la Belgique aurait livré M. Kimyongur aux Pays-Bas afin de faciliter son extradition vers la Turquie. »

Le commentaire de Marc Metdepenningen: "Des mensonges nécessaires ?"

Le sort judiciaire de Bahar Kimyongur et de ses amis de l'organisation turque d'extrême gauche, qualifiée de terroriste, DHKP-C, qui a (étonnamment) pignon sur rue à Bruxelles, nous est indifférent. Leur procès en appel devant la cour d'appel de Gand, qui se poursuit actuellement, devrait déboucher dans un mois sur des condamnations - ou des acquittements - conformes à l'engagement personnel de chacun d'entre eux dans leurs activités terroristes, menées en Turquie et préparées en Belgique.

Ce qui nous importe est cette longue suite de mensonges gouvernementaux, qui ont été formulés tant en réponse aux médias qu'aux députés et aux sénateurs depuis l'échappée rocambolesque de Fehryie Erdal et l'arrestation aux Pays-Bas de Bahar Kimyongur, ressortissant belge et porte-parole du DHKP-C.

Depuis le 28 avril, date de l'arrestation de Kimyongur aux Pays-Bas, le gouvernement prétendait n'être jamais intervenu dans la remise d'un ressortissant belge à la Turquie, par Pays-Bas interposés. Le contenu de la réunion gouvernementale, que nous révélons, démontre qu'il aurait bel et bien organisé l'arrestation d'un ressortissant belge en vue de le livrer à une puissance étrangère.

Ce constat, s'il se confirme, est inquiétant. La lutte antiterroriste est certes une priorité. Et le gouvernement serait en droit d'invoquer la « raison d'Etat » pour esquiver les questions médiatiques ou parlementaires. Eviter le débat ou se réfugier honnêtement derrière le secret n'équivaut cependant pas à un permis de travestir la vérité. A accepter cet écart du gouvernement dans une affaire somme toute banale, on en arriverait à consentir que le mensonge puisse être accepté comme paravent du pouvoir dans toutes les affaires dont il a la charge, y compris les plus essentielles.

Les parlementaires, comme l'opinion ou la presse, peuvent légitimement se sentir floués par les « mensonges nécessaires » de l'équipe Verhofstadt. A elle de s'expliquer publiquement sur les véritables raisons qui l'ont conduite à proclamer le blanc pour le noir.

(Le Soir, 19 septembre 2006)

 

 

 

 

 

------------------------------------------------

 

 

 

 

Gand, le 19 septembre 2006

 

A l'attention de la Présidence de la Cour d'appel de Gand

Bahar Kimyongür

 

 

Messieurs les juges,

 

Ce serait un euphémisme que de dire que ce procès auquel nous assistons depuis quelques jours dans votre palais de justice est historique.

Et pour cause, ce sera l'une des premières fois que l'on appliquera en Belgique une loi qui apparaît comme étant l'une des plus liberticides que notre code pénal n'ait jamais connu.

Cette loi permet en effet au procureur fédéral de me poursuivre alors que je n'ai jamais commis le moindre crime ou délit, ni n'ai jamais eu l'intention d'en commettre. En fait, ce qui est fondamentalement attaqué dans cette affaire, c'est ma qualité de citoyen.

Je suis un citoyen belge qui entend jouir de ses droits, à savoir la liberté d'avoir des opinions et de les exprimer et ce, même si ces idées ne sont pas partagées par les autorités turques comme c'est le cas quand je dénonce les tortures subies par les prisonniers politiques et ce, même si je les exprime via le bureau d'information du DHKC.

La responsabilité qui pèse sur vos épaules est donc indiscutablement lourde.

En vous demandant de me condamner, le Parquet vous demande aussi de condamner la démocratie.

Aussi, j'espère, au nom des principes d'impartialité qui caractérise votre Cour, que votre verdict respectera les libertés individuelles et collectives dont se targue notre pays.

D'après la description du DHKP-C faite par le procureur fédéral Johan Delmulle et l'avocat de la partie civile Kris Vincke, ce mouvement politique est présenté comme étant dangereux, sectaire, extrémiste, fanatique, criminel, terroriste, etc.

A l'inverse, ils présentent le régime turc comme une démocratie et un Etat de droit.

Je souhaiterais commencer par épater messieurs Delmulle et Vincke : Oui, messieurs, l'Etat turc est une démocratie ! Elle est même LA démocratie de vos rêves. Une démocratie flamboyante dont vous jetez les bases en Belgique de manière chevronnée.

Une démocratie qui pratique la torture.

Une démocratie qui maltraite les prisonniers politiques par l'isolement carcéral, par des mesures coercitives et des châtiments disciplinaires, qui kidnappe et exécute ses opposants, qui tire sur des enfants, notamment kurdes, qui tabasse les ouvriers, les employés, les étudiants, les retraités, les chômeurs et les militants des droits humains, qui protège les assassins militaires et policiers, qui décore les bourreaux, comme par exemple le chef des prisons Ali Suat Ertosun, pour leurs loyaux services, qui impose la censure, qui saisit les organes de presse et emprisonne les journalistes, qui interdit des concerts de musique et des manifestations, qui suspend des émissions radio, qui uniformise la pensée et criminalise les idées alternatives, qui nie l'indéniable génocide arménien, qui arme des organisations paramilitaires commettant des attentats terroristes, qui décide « au nom de la nation » et ce, au mépris total de l'avis de la nation, qui affame la population en bradant les ressources du pays aux multinationales, qui organise le trafic de drogue avec des convois entiers escortés par la police, qui introduit la drogue là où règne la pauvreté, qui organise des attentats à l'étranger, notamment en Belgique [1] [1]

 

Une démocratie oui, mais une « panzer démocratie »  ! Monsieur le Procureur.

Et ignorer cette réalité scandaleuse, c'est plus que de la malhonnêteté intellectuelle, plus que de l'apologie du terrorisme d'Etat, c'est du négationnisme pur et dur.

Vous révisez l'histoire odieusement Monsieur le Procureur. Et votre parti pris n'illustre que trop bien le caractère politique du procès que vous nous intentez.

 

Oui, une PANZER DEMOCRATIE ! Messieurs les juges.

 

Vous devez certainement le savoir, l'armée turque est une des armées les plus spécialisées dans la guerre contre son propre peuple :

Ainsi, le 12 mars 1971, l'armée a pris de pouvoir et entamé une campagne d'extermination de toutes les forces de gauche, des plus radicales aux plus modérées. Les salles de torture tournèrent à plein rendement…

Le 12 septembre 1980, une junte dirigée par Kenan Evren a parachevé ce processus d'extermination.

 

Aujourd'hui, l'état d'exception est encore imposé dans plusieurs provinces où la rébellion nationaliste kurde est active.

Le couvre-feu est encore et toujours imposé dans les zones urbaines sous influence du DHKP-C comme à Armutlu, Gazi, Okmeydani, Nurtepe et autres quartiers stambouliotes.

Les panzers sèment littéralement la terreur durant les manifestations.

En août dernier, à l'appel de sympathisants du DHKP-C, des milliers de commerçants ont participé à une action de fermeture de leur échoppe qui dura plusieurs heures. Cette action était destinée à condamner les bombardements israéliens sur le Liban et la Palestine.

Le 28 août dernier, les forces de police menèrent plusieurs rafles à Istanbul et Ankara pour arrêter les instigateurs de cette action pourtant démocratique. Les commerçants ont été eux aussi terrorisés et les « agitateurs » jetés en prison de type F !

En voyant les déploiements policiers et leur brutalité, certains ont cru à un retour au coup d'état de 1980 et à l'état d'urgence.

Autre exemple, aujourd'hui, si vous déclarez que « l'objection de conscience » est un droit de l'homme, vous vous retrouvez sur le banc des accusés pour « insulte à l'armée ».

C'est ce qui est arrivé à cette malheureuse journaliste Perihan Magden…

Vous avez dit « Etat de droit » Monsieur le Procureur?

 

Suis-je un dirigeant du DHKP-C ?

 

Dans son réquisitoire, Monsieur le Procureur m'accuse d'être un leader du DHKP-C. Il explique en même temps que cette organisation croit posséder la vérité absolue et ne respecte aucune autre idée que la sienne.

Or, j'entretiens un contact régulier, avec diverses personnalités politiques, académiques, artistiques et scientifiques de Belgique et d'ailleurs, qui prônent des idées parfois diamétralement opposées aux miennes et collabore avec ces personnalités dans le respect total de leurs opinions.

Depuis 6 ans, je me consacre tout particulièrement à défendre le droit des prisonniers de Turquie à vivre dignement et décemment.

J'ai participé à l'envoi de missions d'observation en Turquie. Dans ce cadre, j'ai arrangé de nombreux rendez-vous entre des institutions turques et des observateurs européens.

J'ai traduit et rédigé des dizaines de milliers de pages de rapports sur les violations des droits de l'homme, d'articles de la presse gouvernementale, de témoignages de détenus et de leurs familles, de pétitions, de communiqués de presse d'ONG ou de lettres personnalisées notamment à des parlementaires belges et européens.

En ce moment même, je contribue activement au dialogue entre les détenus et le gouvernement pour la cessation du conflit dans les prisons et pour l'amélioration de leurs conditions de détention.

Alors de deux choses l'une : soit le DHKP-C n'est pas une organisation fanatique et sectaire comme le prétend le Procureur Delmulle. Soit, je ne suis pas membre de l'organisation.

Messieurs les Juges, l'Etat turc assène ses citoyens depuis le berceau jusqu'au tombeau, à l'école, au travail, à l'armée, de la devise que « chaque turc naît soldat », que « la plus grande joie est de se dire Turc » ou encore que « le Turc n'a d'autre ami que le Turc ».

Pour le DHKP-C, à l'inverse, chaque communauté du pays a le droit de clamer son identité nationale, ethnique, philosophique ou religieuse.

Musa Asoglu est Abkhaze.

Dursun Karatas et Fehriye Erdal sont Kurdes.

Sükriye Akar est Laze.

Zerrin Sari et Kaya Saz sont Turcs.

Et moi-même, je suis Arabe. Et dans les milieux proches du DHKP-C, j'ai toujours pu le revendiquer haut et fort.

Tandis que l'Etat turc, lui, crachait sur mes origines, mes amis du DHKP-C, les ont respectées et ont défendu mon droit de les revendiquer.

Je n'ai vu l'intolérance, le fanatisme et la cruauté que le procureur fédéral impute au DHKP-C que dans les agissements de l'Etat turc.

Regardez les premières pages du plus grand quotidien turc « Hürriyet » et vous verrez qu'il y est indiqué en en-tête que « la Turquie est aux Turcs ».

Lors de cérémonies militaires organisées le 30 août dernier, quatre étudiants ont été violemment molestés par une foule haineuse. Le crime de ses quatre étudiants qui entendaient protester contre l'envoi de troupes turques dans le sud Liban était d'avoir déployé un calicot arborant une devise qui n'a pourtant rien d'anti-militariste: « Nous ne serons pas des soldats d'Israël » disait la pancarte.

Savez-vous ce que Celalettin Cerrah le chef de la police d'Istanbul a déclaré suite à ce lynchage ? « Je félicite la population. Elle a bien réagi ».

C'est pas un appel à la haine et au meurtre ça ?

Vous avez dit « Etat de droit » et « démocratie » Monsieur le Procureur ?

 

Sympathie et empathie

 

Tout au long des années 90, les télévisions privées turques émettant par satellite nous montraient les images de militants, pour la plupart du DHKP-C, capturés et parqués dans une salle de la section anti-terroriste de la police après qu'ils aient disparu pendant plusieurs jours. Ces militants physiquement détruits par plusieurs jours de tortures, « noirs de barbes, hirsutes, menaçants » comme disait Louis Aragon dans son célèbre poème « l'Affiche rouge », se dressaient, le poing levé, fiers, sereins et stoïques.

En montrant ces images, l'Etat turc cherchait un effet de peur sur la population.

Chez moi comme chez de centaines de milliers de citoyens turcs, ces images suscitaient le respect.

Pour être plus précis, messieurs les juges : j'éprouve de l'admiration pour le courage, l'abnégation, la sagesse, l'humilité et l'altruisme des militants du DHKP-C.

Cela peut vous paraître invraisemblable mais c'est grâce au DHKP-C que j'ai commencé à aimer la Turquie, ce pays que j'ai longtemps détesté en raison du racisme, du chauvinisme et de la répression bestiale, qui y règnent. Oui, c'est grâce au DHKP-C que j'ai commencé à véritablement aimer la Turquie, au-delà d'une simple destination de vacances. C'est le DHKP-C qui m'a permis de refaire confiance en l'Homme, en ses espoirs et en ses capacités créatrices.

Sachez, Messieurs les juges que je n'ai jamais été membre du DHKP-C et que, par ailleurs, je ne m'étais jamais posé la question jusqu'au jour où l'on me traîne devant vous.

Pour moi, la question de mes sensibilités politiques relève de la liberté d'opinion et d'expression. Cette question est complètement accessoire.

J'étais d'ailleurs marxiste avant d'avoir rencontré le DHKC. J'ai découvert que son projet de société coïncidait avec mon idéal social. C'est ainsi que j'ai sympathisé avec ce mouvement populaire à travers mon engagement au sein du bureau d'information de Bruxelles en tant que traducteur et coordinateur de campagnes de soutien aux prisonniers politiques de Turquie. 

Messieurs les juges, je tiens à souligner qu'il faille ne pas confondre un bureau d'information avec l'ensemble du mouvement DHKC et de ses formes d'action. Dois-je rappeler que même Madame la ministre Onkelinx a reconnu en 2004 que ce bureau agissait selon des droits qui lui étaient garantis par notre Constitution ?

Je demande à la Cour, de faire la distinction entre mon sentiment d'appartenance que je clame sans réserve et une prétendue appartenance politique proclamée par des organes de presse sur lequel je n'ai jamais eu le moindre contrôle. L'empathie et l'appartenance officielle sont deux choses bien distinctes de même que le DHKC et le bureau d'information du DHKC.  Je n'ai jamais été coopté, nommé, adoubé, hissé, muté, ni gradé par les dirigeants du DHKP. Je ne connais d'ailleurs aucun dirigeant de ce mouvement et c'est bien la dernière de mes préoccupations.

La seule chose qui compte pour moi est de vivre en harmonie avec mes idéaux et de soutenir des prisonniers politiques dont j'estime le combat indispensable pour le progrès social en Turquie. Et rien ne m'en empêchera, ni la privation de liberté, ni la mort civique ni même la mort physique.

D'autre part, je m'indigne de la légèreté avec laquelle les autorités belges et turques se sont comportées dans le dossier d'extradition de l'assassin fasciste du journaliste turc Abdi Ipekçi, aussi ancien que ce crime puisse être. Le « Loup Gris » impliqué dans cet assassinat datant de 1979 se nomme Yalçin Özbey. Le journaliste qu'il assassina en Turquie n'était pourtant pas révolutionnaire et s'opposait ouvertement à la lutte armée. Mais qu'importe, pour l'extrême droite turque, ceux qui ne pensent pas comme eux sont des ennemis à exterminer… Grâce à ses liens avec les services secrets turcs de la MIT, Yalçin Özbey a pu s'en sortir à bon compte en Turquie et a été très vite relaxé en Belgique. Les autorités judiciaires turques auraient en effet commis une erreur formelle dans leur demande d'extradition de ce malfrat…

Je constate que le Parquet qui prétend que ce procès n'est pas politique, demande à la justice de ce faire plus répressive lorsque ce sont des communistes qui sont incriminés. Pour ma part, je fais simplement confiance en la justice de mon pays pour ne pas répondre à ces injonctions qui visent à limiter la liberté d'expression.

Permettez-moi de répondre une à une, aux accusations proférées par le procureur Delmulle et tout d'abord, à l'accusation d'avoir « grandi dans l'organisation ».

Dans son scénario loufoque, il y a :

 

1. L'accusation de « dirigeant d'un camp de jeunes du DHKP-C».

 

D'abord, les activités estivales et hivernales auxquelles j'ai participé ne sont pas des camps de formation militaire mais des camps de vacances tout à fait légaux, familiaux et ouverts, destinés à faire vivre « l'amitié, la solidarité et la culture populaire anatolienne ».

Les familles étaient hautement satisfaites de ce genre de rencontres. Elles se réjouissaient en effet, de voir leur fille ou leur fils être plus serviables à la maison, plus respectueux, plus humbles.

D'après une vidéo saisie à Amsterdam montrant un camp de vacances organisé à Spa, on me verrait aux côtés de Nuri Eryüksel, le « responsable du DHKP-C pour l'Europe ».

Permettez-moi de dire, messieurs les juges, que, quand bien même cette information serait vraie, le fait de côtoyer Nuri Eryüksel ne constitue aucunement un délit. Et quand bien même cela aurait été le cas, c'est un honneur pour moi d'avoir faire connaissance avec un homme d'une intelligence, d'une sagesse et d'un humour exceptionnels, malgré les souffrances qu'il doit endurer en raison de son handicap physique et de son long passé carcéral en Turquie. Cet homme qui est non-voyant et que le procureur dépeint comme un démon est en effet un homme de culture et de raffinement, qualités qui, manifestement, manquent beaucoup chez ceux qui le stigmatisent.

Ce dernier affirme que j'aurais organisé le camp de Spa et ce, alors que je déclare dans la même vidéo que c'était la première fois que j'y participais et que j'avais raté les premiers jours du camp.

Messieurs les Juges, permettez-moi de rappeler qu'en tant qu'arabophone n'ayant jamais fait d'études en langue turque, en 1997, année où le fameux camp fut organisé, je ne parlais qu'un Turc approximatif et donc, n'aurait aucunement pu assumer un rôle dirigeant dans ce camp.

A l'époque, ce qui m'intéressait, c'était la chanson engagée et si vous visionnez les images, vous verrez que je chante dans la chorale du camp. Vous ne pouvez pas ne pas le reconnaître Messieurs les Juges : la thèse du « dirigeant du camp » est pour le moins tirée par les cheveux.

 

2. L'interprétation de la phrase : « Les polices belge et turque collaborent contre le DHKP-C. Nous devons faire une action ».

 

Tout d'abord, cette collaboration existait bel et bien ! A ce propos, je tiens à préciser que cela fait dix ans déjà que j'organise des manifestations démocratiques et légales dans le cadre de mon engagement pour la démocratisation de la Turquie.

En tant que citoyen belge, je pense que ma Constitution m'autorise à mener des actions dénonçant ce genre de collaborations déplorables.

Le procureur me dénonce par un procédé malhonnête et provocateur tout en sachant que « l'action » dont j'aurais parlé n'avait aucune connotation violente ou illégale.

 

3. La découverte de mes papiers à Knokke

 

Permettez-moi d'expliquer les circonstances de cette découverte.

Un jour, quelqu'un est venu me retrouver et m'a confié qu'il me fallait prêter mon identité pour sauver une personne en danger.

Bien entendu, j'ai accepté sans la moindre hésitation. J'ai effectivement remis un croquis de ma signature avec les indications permettant de la falsifier.

Ma motivation était de participer à une cause noble, celle de sauver la vie d'un être humain.

Il y eut un temps en Belgique où il était illégal d'héberger des Juifs chez soi. Et pourtant, nombreuses sont les familles dont l'éthique et la conscience ont outrepassé les lois de l'époque, aussi dangereuses furent-elles.

Si j'ai pu sauver une vie humaine, je ne regrette absolument rien…

Petite précision : aucun des documents originaux évoqués par le Procureur fédéral n'a été retrouvé à Knokke. Je n'ai remis à la personne susmentionnée que les photocopies de mes pièces d'identité et de ma carte bancaire.

J'en tiens pour preuve le passeport que mon conseil Carl Alexander a exhibé devant la Cour la semaine dernière.

Encore une fois, il apparaît que le Procureur joue sur la manipulation, la contrevérité et la surenchère pour obtenir mon châtiment lourd, objectif qui semble devenir pour lui une véritable cause.

 

4. L'émission « Au nom de la loi » de janvier 2001

 

Sur les images de cette édition de l'émission « Au nom de la loi » consacrée à « l'affaire Erdal », j'ai effectivement parlé de l'attentat qui a visé le Sabanci Center ainsi que le jet de cocktails molotov sur des intérêts commerciaux turcs à Bruxelles. J'ai en effet justifié ces actes mais il serait abusif de déduire de cela que j'aurais joué un rôle dans son organisation.

De plus, mon état physique et émotionnel était frappé par une terrible nouvelle.

Lorsque je fus interrogé par le journaliste de la RTBF dénommé Michel Hucorne, c'était le 19 décembre 2000, précisément le fameux jour du massacre des prisonniers par l'armée turque. C'était un jour d'apocalypse. Je venais de sortir de 46 jours de grève de la faim, de deux heures de sommeil et venais d'apprendre le décès de plusieurs détenus dont certains, que je connaissais personnellement.

J'avais cru en une solution pacifique à la tragédie des prisons mais comme des millions de gens en Turquie, je m'étais trompé : le gouvernement préféra en effet gazer et achever au lance-flamme des prisonniers affaiblis par leur grève de la faim plutôt que d'entendre leurs souffrances et leurs griefs.

Une victime directe de cette tragédie aurait, par ailleurs, pu témoigner devant cette Cour si ses autorités n'avaient pas rejeté son témoignage.

Mes affirmations infondées et sans doute maladroites, diffusées dans l'émission précitée, sont manifestement à mettre sur le compte de mon affliction par rapport à ce qui venait de se produire sous nos yeux dans les prisons turques. Il a ainsi été très facile pour le journaliste de la RTBF de me piéger par ses questions inquisitrices.

Suite à cette interview, j'ai écrit plusieurs fois à Monsieur Michel Hucorne le conviant à retirer cette interview controversée.

Le journaliste m'a répondu par courrier et par téléphone par la négative, arguant que s'il retirait mon interview, tout son scénario s'écroulerait.

Il lui fallait du sensationnel. Tout comme à vous Monsieur le Procureur : sans cette interview, votre scénario s'écroule.

Soit dit en passant, comme l'a rappelé mon avocat , cette interview ne peut en aucun cas être retenue contre moi dans ce procès, vu son caractère obsolète.

 

5. La conférence de presse du 28 juin 2004

D'emblée, je tiens à souligner que durant cette conférence de presse organisée par une coalition du nom de « Resistanbul 2004 » et ce, en marge du sommet de l'OTAN qui se déroulait à Istanbul, il n'a jamais été question de parler de l'explosion accidentelle déclenchée par la combattante dénommée Semiran Polat.

La conférence portait strictement sur la militarisation abusive de la ville d'Istanbul en raison de la venue de Georges W. Bush et d'autres chefs d'état.

Certains provocateurs de la presse turque ont beau essayé de piéger Musa Asoglu en tirant le débat sur ce sujet, ce dernier a aimablement éludé la question pour recentrer le débat sur le véritable sujet de la conférence de presse. Si Monsieur Delmulle souhaite avoir une copie de la conférence de presse, il n'a qu'à contacter l'agence de presse turque Ihlas Haber Ajansi (IHA). Les images qui ont démenti la version du procureur fédéral proviennent précisément de cette agence de presse.

Par ailleurs, une correspondante de l'agence italienne ADN Kronos a également assisté à cette conférence de presse. Si une telle revendication avait été proférée, croyez-vous vraiment qu'une agence de presse internationale aurait ignoré cette information ?

Il est plus que navrant que nous nous retrouvions aujourd'hui à polémiquer sur de tels infantilismes. Pour dissiper les soupçons, voici un extrait du seul communiqué lu et distribué au cours de la conférence de presse que j'ai organisé au New Hotel Charlemagne :

 

« Depuis des mois déjà, la Turquie est sous occupation. C'est devenu un pays où se pavanent allègrement les agents de la sûreté de dizaines de pays, CIA et Cie. L'endroit où se tient le sommet a été baptisé la "vallée de l'OTAN". Dans cette zone de sécurité qui est la propriété de l'OTAN, aucune loi n'est d'application. Dans une métropole de 15 millions d'habitants, pas moins de 15.000 policiers, 500 tireurs d'élite et des troupes militaires déployés par terre, par mer et dans les airs.

Plusieurs associations ont été perquisitionnées et mises sous scellés sans l'avis d'un procureur, avec le prétexte de "préparatifs pour le sommet de l'OTAN". Des centaines de personnes ont été raflées chez eux ou au cours des démonstrations.

Dans cette "vallée", près de 300.000 personnes et 50.000 véhicules ont été fichés. Dans la galerie commerciale historique de Kapalý Çarþý, 15.000 commerçants et ouvriers ont été interrogés et fichés. Les personnes qui n'ont pas pu obtenir un certificat de "sécurité" ont vu leur magasin fermé obligatoirement. Ils ne pourront regagner leur boutique que sur présentation de leur carte de "sécurité". Cette galerie commerciale sera ainsi réservée à 800 délégués de l'OTAN. Les universités seront fermées pendant deux jours. » Fin de citation.

 

6. Mon interview pour le journal télévisé RTL du 28 juin 2004

 

J'ai beau lire et relire le procès-verbal relatif à mon intervention télévisée, je n'ai toujours pas reconnu de revendication dans mes propos.

Je m'excuse de devoir dire à nouveau que Monsieur le procureur se livre au plus odieux des mensonges et ne recule devant aucun artifice.

On voit très bien dans l'interview que je parle à la troisième personne du pluriel et l orsque l'on parle à la troisième personne du singulier, il n'est pas question d'une quelconque implication de l'orateur. De plus, pour qu'il y ait revendication d'attentat, il aurait fallu que j'en aie l'intention. Or, non seulement, ce n'est pas le cas, mais en plus, ce n'est pas moi qui ai été retrouver le journaliste ; c'est lui qui est venu vers moi. D'autre part, dans cette interview, je n'ai nullement appelé à la violence ni la haine.

C'est pourquoi je pense que cette nouvelle manipulation du Procureur Delmulle ne peut qu'être balayée d'un revers de la main.

 

Conclusion 

 

 

Force est de constater que les faits énumérés à mon encontre par le procureur Delmulle n'ont rien de subversif et encore moins de répréhensibles.

Les allégations de « dirigeant d'organisation terroriste » que je serais devenu après « avoir grandi dans l'organisation » sont manifestement un pur produit de son imagination malveillante et de son attitude partisane évidente.

En effet, en dix ans d'activisme politique et social, j'ai toujours utilisé les mêmes moyens d'expression légaux et démocratiques.

Plus qu'un qualificatif juridique, l'accusation de terroriste est une insulte visant ma personne mais également toutes celles et ceux qui ont consacré leur vie à faire de la Turquie et le monde un havre de paix et de fraternité.

Que le Procureur Delmulle haïsse mes opinions ne me dérange pas le moins du monde. Mais qu'il se mette à m'insulter en me traitant de « terroriste » : je trouve cela inacceptable.

Ces dernières années, j'ai eu l'occasion de côtoyer Sükriye Akar au bureau d'information du DHKC à Bruxelles. Sükriye y a consacré le plus fort de son temps aux détenus politiques, parmi lesquels Fikret Akar, son mari.

Elle passa des mois entiers à scanner les lettres, les dessins et les revues envoyés à notre bureau par les prisonniers politiques de Turquie. Elle organisait la connexion entre les prisonniers politiques de tous les continents en traduisant les lettres des uns et des autres.

A travers son incarcération, des centaines de détenus se retrouvent un peu plus réduits et condamnés, tant en Turquie que dans le monde.

En la châtiant, ce sont les prisonniers politiques victimes de terrorisme de l'Etat turc que l'on punirait.  

Je me souviens que Musa Asoglu et moi-même avions été reçus le 10 octobre 2002 par le directeur général du Parlement européen, Monsieur Bo Manderup Jensen, à qui nous avions remis 155.000 signatures collectées lors d'une campagne contre les mauvais traitements et le régime d'isolement dans les prisons de type F.

Ces deux faits indiquent bien que l'activité de Musa Asoglu et de Sükriye Akar dans le cadre du bureau d'information de Bruxelles, ont été de nature parfaitement légale et démocratique.

Tout au long de mes dix années d'engagement politique et social, je n'ai jamais appelé à la haine mais bien à la résistance à l'oppression, tel que me le permet l'article 2 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Ce n'est pas moi qui l'invente.

Or, quand je parle de résistance à l'oppression, M. Delmulle parle de terrorisme contre la démocratie. Ce sont là des points de vue politiques qui sont exprimés.

Vous m'accorderez donc, messieurs les juges, mon « médiactivisme »  est une pratique indiscutablement garantie par l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 qui prévoit que : « Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit ».

Messieurs les Juges, c'est par idéal démocratique, par amour des libertés publiques et privées que je vous demande de ne pas céder aux attaques que le Procureur portées contre la démocratie et la liberté d'expression. Son réquisitoire digne des pires périodes du MacCarthysme, dresse un portrait diabolique de ma personne en mettant bout à bout des éléments non seulement indépendants les uns des autres, mais en plus parfaitement anodins et relevant du stricte droit d'expression. C'est pourquoi messieurs les juges, je vous demande de m'acquitter et de me permettre de continuer mon travail d'information et de solidarité, pour que la Turquie que j'aime devienne un jour réellement un pays démocratique.



[1] [1] Le 17 novembre 1998, l'institut kurde de Bruxelles situé rue Bonneels ainsi que d'autres associations kurdes, furent la proie de l'hystérie fasciste et furent incendiés suite au refus des autorités italiennes d'extrader le dirigeant du PKK Abdullah Öcalan vers la Turquie A l'époque, le premier ministre turc de l'époque Mesut Yilmaz avait clairement appelé aux représailles anti-kurdes en ces termes : « la Turquie ne laissera pas cela sans réponse ».

16:50 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, capitalisme, courcelles, democratie, europe, euro-dictature, fascisme, gangsterisme, histoire, liberte, oppression capitaliste, politique, presse, propagande, romain, resistance, silence, solidarite, terrorisme, turquie, usa | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/09/2006: à COURCELLES: PAS DE PROMESSES ÉLECTORALES !

à COURCELLES:  PAS DE  PROMESSES  ÉLECTORALES !

 

(nous laissons toute cette démagogie aux autres ...)

      

NOTRE CAMPAGNE  ÉLECTORALE ?  

nous l' appuyons sur les quartiers populaires:

 

en soutenant les revendications légitimes des riverains

- à La Glacerie: affaire FOREVER               

- avenue de Wallonie, rues de Seneffe, de Viesville, Scaude: circulation, voirie, sécurité, zoning, ... 

- cité "Confort": une cité qui se meurt ...

- rue Jean Friot: qui vit encore une voirie du Moyen Age ...

- place Philippot: un coin oublié par "nos" élus communaux, ...

et on va nous voir aussi ailleurs, dans d' autres rues, d' autres quartiers, aux côtés de la population ...

 

NOS  QUARTIERS  MORIBONDS doivent revivre;

Ils sont les véritables noyaux d' un CONTRE - POUVOIR politique, populaire et réellement démocratique.

 

LES ÉLUS ? Nous voulons AGIR avec les gens pour les faire bouger, pour qu' ils rendent des comptes, qu' ils tiennent leurs promesses électorales, qu' ils nous informent, nous consultent, qu' ils sortent enfin de la routine et de la bureaucratie institutionnalisée qui déshumanise toute notre société.

 

Nous voulons les mettre au pied du mur, assurer le contrôle des élus, au cours de réunions publiques régulières d' information et de consultation de la population. Nous voulons participer aux décisions et non plus subir !

 

LES GENS en ont effectivement marre:

- des parvenus de la politique,

- de payer de plus en plus de taxes pour des communes de plus en plus pauvres, des services de plus en plus chers, voire réduits de plus en plus,

- des écoles, des bureaux de Poste, des hôpitaux, des gares, des entreprises, bureaux et magasins fermés, supprimés, délabrés et en ruines, de moins en moins entretenus, des rues en mauvais états,

- des jeunes qui n' ont plus que la rue comme loisirs,

-  d’  un enseignement de plus en plus bradé, mal orienté, et cher, dès l’ école primaire communale,

-  d’  une police - gendarmerie  unique, mal « réformée », mais ruineuse pour les finances communales, de plus en plus absente, invisible, dans nos quartiers abandonnés,

-  des bus qui ne circulent plus régulièrement qu’  aux heures de pointe, ou de devoir en changer pour pouvoir parcourir tout simplement  10, ou … 5 kms, alors que le capitalisme allongent toujours plus les distances à parcourir pour les déplacements au travail,

- de trier et payer les immondices de plus en plus à la place des véritables pollueurs,

- d' une nature et d' un environnement de plus en plus dégradés, pollués, bruyants, des espaces verts et naturels qui disparaissent, démolis par les promoteurs et les entrepreneurs,

- de devoir "vivre" dans quantités de maisons sociales mal entretenues et qui deviennent insalubres, à la limite de taudis ...?

- d' une société de plus en plus fichée, fliquée, figée, neutralisée: qui a remarqué que les panneaux d' affichage public communal ont progressivement disparu des différents coins de la commune ? Qui a pris cette décision et pourquoi ? Qui a protesté ?  De même contre la disparition progressive des boîtes postales dans nos quartiers par La Poste en voie de privatisation ???

 

OÜ PRENDRE L' ARGENT ?

Les multinationales et l’ Euro-dictature capitalistes ont mis la main sur le pays, son Administration, son économie, sa politique, ses gouvernants.

Elles PRIVATISENT nos services publics et réalisent des profits fabuleux, jamais atteints auparavant, des milliards d' euros de bénéfices annuels, ... Elles font la loi sans aucune limite à leur pouvoir absolu.

IL FAUT LES FAIRE CRACHER AUSSI pour aider à la réalisation des besoins sociaux, populaires et des communes.

 

VOUS AVEZ DONC LE CHOIX: élire:

- des mandataires opportunistes, intégrés, participationnistes, routiniers, qui gèrent le système en place et qui se servent ... et qui, par leurs magouilles permanentes, ont favorisé la création du front nazi.

-OU BIEN des mandataires qui agissent et qui luttent CONTRE le vieux système en place, AVEC VOTRE AIDE et A VOS COTES, pour doter nos communes de moyens nouveaux, suffisants, de développement et de relance communale.

SEULS LES COMMUNISTES du PTB, aux côtés de leurs alliés progressistes,  AGISSENT  EN CE SENS.

 

En leur donnant DES ÉLUS à COURCELLES et ailleurs, vous renforcerez leur combat, leur donnerez plus de force et de moyens.

VOTEZ à COURCELLES : PTB + PCC (liste n° 11)

(Parti du Travail de Belgique + Présence communiste courcelloise)

 

Notre campagne électorale ?

- à Courcelles: http://courcelles.skynetblogs.be

                      http://users.skynet.be/roger.romain/cc.html

- dans le pays: http://www.jechoisisptb.be/

- dans notre journal hebdomadaire: http://www.solidaire.org et http://www.ptb.be/solidaire.htm

 

Liste des candidats pour Coucelles (PTB+PCC)

  1. Roger Romain
  2. Mariette Dujacquier
  3. Frans Van De Meerssche
  4. Dominique Buscemi
  5. Gaetano Buscemi
  6. Evelyse Begon
  7. Daniel Leduc
  8. Mylène Deprèter
  9. Didier De Swert
  10. Nathalie Cooleman
  11. Sébastian Depasse
  12. Muriel Vander Stucken

16:07 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, presser, courcelles, histoire, romain, elections, silence, elections 2006, ps, mr, cdh, ecolo, fn, ptb, ucpw, communisme, socialisme, democratie, hainaut, charleroi, politique, propagande | |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/09/2006

17/09/2006: Belgique: le patron de la radio-télé publique flamande suspendu


De : romain@yahoogroupes.fr [mailto:romain@yahoogroupes.fr] De la part de yoyotte lucien
Envoyé : dimanche 17 septembre 2006 2:16
Objet : Belgique: le patron de la radio-télé publique flamande suspendu

 

Vendredi 15 septembre 2006

 

Belgique: le patron de la radio-télé publique flamande suspendu

© AFP 

Le conseil d'administration de la radio-télévision publique flamande VRT a "suspendu avec effet immédiat" son administrateur délégué, Tony Mary, qui était en conflit depuis plusieurs mois avec le ministre chargé de l'Audiovisuel en Flandre, Geert Bourgeois.

Le conseil d'administration (CA) de la VRT, composé de représentants du gouvernement régional, a décidé de rompre le contrat de M. Mary en raison de "contre-prestations au cours de la période récente", selon l'agence Belga.

Cette suspension n'est pas assortie d'indemnités de licenciement et l'affaire risque d'aboutir devant la justice, selon l'agence de presse belge.

Jeudi soir, le gouvernement flamand avait décidé de convoquer d'urgence une réunion du CA de la VRT après avoir appris que Tony Mary avait l'intention de "citer" son ministre de tutelle devant les tribunaux.

Depuis le début de l'année, le ministre de l'Audiovisuel et l'administeur délégué de la radio-télévision publique flamande se déchirent en public, principalement sur le degré d'autonomie dont doit disposer le directeur de la VRT, qui vit de la redevance, à l'égard des pouvoirs publics.

Partisan d'une large autonomie, Tony Mary, un manager issu du secteur privé, avait récemment provoqué la colère de Geert Bourgeois en concluant un accord pour que la nouvelle saison d'une série très populaire produite par la VRT soit diffusée en avant première sur une chaîne privée, BelgacomTV.

A la demande du ministre, le CA de la VRT avait cassé l'accord, poussant Tony Mary à se tourner vers la justice pour que ses "compétences" soient rétablies, selon les médias belges.

Le CA a désigné vendredi un ancien directeur de la radio-télévision flamande, Piet Van Roe, pour succéder provisoirement à Tony Mary.

__._,_.___

Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à :
http://fr.groups.yahoo.com/group/romain/

10:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : romain, courcelles, belgique, histoire, presse, silence, actualite, democratie, politique | |  Facebook | |  Imprimer | | |

16/09/2006

16/09/2006: COURCELLES: élections: ILLÉGAUX LES ÉCOLOS ? Le conseiller Psc-Cdh Robert PIRMOLIN a ouvert la chasse aux canards ...

 

COURCELLES: élections: ILLÉGAUX LES ÉCOLOS ? Le conseiller Psc-Cdh Robert PIRMOLIN a ouvert la chasse aux canards ...

 

Beaucoup d' arguments sont bons en campagne électorale et on fouille bien souvent les fonds de tiroir pour en tirer les meilleurs...

Ainsi dans ses mémoires n°6, Robert PIRMOLIN, 73 ans, candidat Psc-Cdh nous explique qu' Écolo (un parti d' opposition courcelllois) aurait tenu des festivités au 36 rue du Marais à Souvret, qui fut notamment le local de l' ex-FC SOUVRET.

Sacrilège: pour ceux qui l' avaient oublié, l' Administration communale aurait signé une lettre, miraculeusement retrouvée dans une mémoire perdue, disant textuellement: "Il est exact que les installation du club de football de la rue du Marais n' ont pas fait l' objet d' un permis de d' urbanisme...

Dès lors, le conseiller PIRMOLIN (qui était lui dans la majorité sortante) en conclut que les Écolos, ces sales gamins, se rencontrent et s' amusent dans l' ILLÉGALITÉ. De quoi ouvrir peut être une chasse aux "terroristes", suivant nos nouvelles lois d' exception voulues par l' ordre bushien en campagne pour 50 années...

Mais à 66 ans, je crois aussi me souvenir que bien des militants et adeptes de l' ex-parti catholique ont l' habitude de fréquenter les églises. Dès lors, j' en arrive à me demander si à l' époque la construction de ces imposants monuments féodaux a aussi fait l' objet d' une autorisation d' urbanisme (?)

S' il leur arrive d' encore se rendre de temps en temps à l' église, Monsieur Pirmolin et ses amis, se feraient-il bénir dans l' ILLÉGALITÉ. J’ en arrive aussi à me demander si tous les curés de village disposent aussi d’ une autorisation en bonne et due forme pour … sonner les cloches …

Mais quel folklore, au sein des (et avec les)  partis autoproclamés "démocratiques" ...

RoRo

22:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, presse, silence, elections, elections 2006, romain, courcelles, histoire, belgique, hainaut, charleroi, communisme, socialisme, ps, cd, mr, ecolo, ptb, fn, ucpw, alc | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/09/2006: COURCELLES: Aurelio CIGNA, conseiller communal Mr, recherche déjà des recettes supplémentaires... Est-il question de faire payer les riches ???

 

COURCELLES: Aurelio CIGNA, conseiller communal Mr, recherche déjà des recettes supplémentaires... Est-il question de faire payer les riches ???

 

Dans un précédent article, j' écrivais: "Et si Aurelio Cigna devenait notre futur échevin des finances ?".

Et effectivement, il doit y croire: il est déjà à la recherche de recettes supplémentaires, côté ... des amendes.

Elles rapportent beaucoup moins que ce qui a été prévu au rayon des recettes budgétaires communales: à peine "quelques centaines d' euros sur 3 ans ont été perçus pour verbaliser" certains contrevenants ...

Pourquoi ?: "les 5 agents constatateurs ont été nommés il y a quelques mois, mais sont occupés dans le cadre d' un contrat au sein de la commune (ce qui ne leur permet pas d' assurerune tâche complémentaire). Ils ne sont donc pas en priorité sur le terrain et leur visibilité ne leur permet pas d' assurer le caractère PREVENTIF (?) de leur mission"...

Je ne suis actuellement plus élu et je n' ai donc pas eu à me prononcer sur le "règlement général de police administrative voté le 9 décembre 2002 et mis en application à partir de 2003", mais j' ai quand même une petite anecdote, au conditionnel, à raconter:

Il y a quelques mois, deux préposés en civil - une femme et un homme- se serait pointés, "au nom de la Commune", chez une coiffeuse ayant grand pignon sur rue.

Motif: des sacs pmc, déposés par l' un des voisins, n' auraient pas été enlevés par l' Icdi (pourquoi ?) et étaient restés sur le trottoir devant chez elle.

Qu'à cela ne tienne: sans aucun discernement, au bout de 2 jours, les sacs doivent être enlevés, sinon c' est une amende d' autant d' euros par sac...

Est-ce ce genre "d' incivisme" qu' Aurelio CIGNA entend réprimer, au nom de l' ordre, de la propreté, de l' environnement, pour augmenter les recettes ? Et jusqu' à quelle auteur, car il y a gros à parier que certains agents pourraient vouloir se faire des primes...

Je suis au moins d' accord avec lui lorsqu' il souhaite "que chaque habitant de l' entité puisse disposer d' un exemplaire (du règlement) pour connaître ses droits et obligations pour le bien de tous" ... Car pendant que nous polluons en petit, certains polluent en grand. Les Ricains, par exemple: 5 % de la population mondiale, polluent 30% de la planète à eux seuls... 

Qu' à cela ne tienne: moi, je voudrais aussi connaître les droits et les limites d' investigation des agents en question, car il y a PREVENTION et INQUISITION.

Dans certaines communes (je crois que c' est le cas à LIEGE), les partis "démocratiques" sont allés jusqu' à engager des fouilleurs de poubelle.  Limitation aux recettes budgétaires positives: c' est qu' en même la population locale qui paie ... leurs salaires !

 

RoRo

19:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : presse, silence, elections, elections 2006, ps, cdh, ecolo, mr, fn, ptb, ucpw, romain, belgique, courcelles, hainaut, charleroi, democratie, communisme, socialisme, actualite | |  Facebook | |  Imprimer | | |

16/09/2006:De Michel COLLON , journaliste belge …

De Michel COLLON , journaliste belge …

 

 

 

De : Michel Collon [mailto:michel.collon@skynet.be]
Envoyé : samedi 16 septembre 2006 0:30
À : Par
Objet : NOUVEAU : Journalistes et pots-de-vin, Israël, "De gauche, mais", info cachée...

 

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur :

MEDIAS :
Associated Press - 10 journalistes US touchaient des pots-de-vin du gouvernement pour écrire contre Cuba
Trois seulement ont été renvoyés. Et combien n'ont pas été démasqués ?
Journalistes

Yann - La nouvelle qu'ils ne vous diront pas à propos du Venezuela
Tous les pays arabes soutiendront Chavez à l'ONU. Tous. "Inexplicable" ? Alors, on zappe !
Venezuela

ISRAËL :
Meron Rappaport - "Ce que nous avons fait au Liban était fou et monstrueux"
Qui le dit ? Le commandant d'une unité israélienne de missiles au Liban.
monstrueux

James Petras - La guerre du Liban prépare-t-elle celle de l'Iran ?
Les plans qu'on a cachés, la tactique suivie, les plans à venir
Liban-Iran

Uri Avnery - "De gauche, mais"
Comment des écrivains célèbres finissent toujours par soutenir l'agression
De gauche, mais

ACTUALITE :
Balasko, Kassovitz, Cali, Sergent Garcia... - Pillés là-bas, sans-papiers ici
Grands artistes français, petites phrases de solidarité qui font mouche...
sans-papiers

Michel Peiro - Ils ont assassiné Farley
Le système pénal raciste du Texas a encore frappé. Sentiments d'un proche.
farley

12:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, presse, silence, collon, romain, courcelles, histoire, belgique, hainaut, charleroi, israel, usa, sans-papiers | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/09/2006

14/09/2006: COURCELLES: élections: conclusions un peu hâtives dans "La Nouvelle Gazette" ...

 

COURCELLES: élections: conclusions un peu hâtives dans "La Nouvelle Gazette" ...

 

« La Nouvelle Gazette » consacrait une page entière aux élections dans l’ entité de COURCELLES le mercredi 13/09/2006.

 

S’il faut croire l’  auteur (ou les auteurs ?) de cette page, tout se jouerait donc simplement,  le 8 octobre 2006, entre les partis qui se partagent les 29 sièges du Conseil communal depuis 2000 : le Ps, le Mr, Écolo, le Psc-Cdh et l’ Ucpw.

 

Le Ps, 14 élus, voudrait récupérer sa majorité absolue et les candidats Sœur, Quériat, Hansenne, espèrent devenir  tous   3  mayeur. Hélas, il n’  y a qu’ un poste, bien rémunéré,  à occuper !

 

Le Mr, poussé par Cigna, se sent des ailes. Mais il y a une dissidence Alc….

 

L’  Ucpw se voit passer de 2 à 3 élus … Il y a donc une fameuse descente, depuis 1994, à enrayer …, avec un Parti « communiste » qui n’  est malheureusement plus qu’ un nom de circonstance sur le papier de Tan Que Vive …

 

Écolo mise toujours sur l’  effet Ernest Glinne, mais notre ancienne gloire « socialiste », nationale et européenne commence à prendre de l’  âge et brigue sans doute un dernier mandat après une carrière bien remplie.

 

Bref, si tous gagnent cependant, ça ne pourra être qu’ au détriment du Cdh qui reste persuadé d’ avoir fait du bon travail, malgré son échevine qui abandonne le plan communal et risque de laisser ses successeurs en déroute.

 

Mais les choses ont aussi bien changé à COURCELLES depuis 6 ans : 8 partis se présentent désormais aux électeurs (une liste de plus par rapport à 2000) et il risque d’  y avoir quelques surprises qui ne seront pas nécessairement des meilleurs pour tout le monde tant il y a des déçus (il faut écouter les gens parler … !) des résultats et de pratiques en cours au sein de partis autoproclamés « démocratiques ».

 

On est toutefois interloqué quand même par diverses données fournies par la gazette à propos de COURCELLES :

 

-le taux des demandeurs d’  emplois (par rapport à la population active) est de 24 %.

 

-800 demandes de logements sociaux restent insatisfaites (population : 29.721 habitants).

 

-le revenu annuel moyen/habitant est de : 10.759 euros. Il n’  y a vraiment pas de quoi se vanter : ça fait à peine 434.017 francs belges annuellement  .  Avec lesquels, il faut « vivre » : payer les loyers, rembourser la voiture et lui donner à boire, remplir la citerne de mazout pour se chauffer, payer la tva sur tout ce qu’  on achète, payer toutes les autres taxes, redevances et cotisations de « solidarité », les assurances, élever les enfants et se sacrifier pour leurs études, se vêtir, se nourrir avec des prix qui n’ arrêtent pas de monter et un index neutralisé, se soigner en passant régulièrement chez les pharmaciens en équilibrant aussi le budget des hôpitaux publics ou privés… 

 

La pension minimale mensuelle, à 65 ans, une carrière complète de 45/45, d’  un isolé est de 939,27 euros dans ce pays (37.890 francs belges). Si vous multipliez ce chiffre par douze mois, sans ajouter le pécule de vacances, nous en arrivons à 454.680 fb pour année. Montant taxable. Tous confondus, pauvres, riches, travailleurs, chômeurs, minimexés, commerçants,  les Courcellois vivent  donc tous en moyenne avec l’  équivalent d’  un revenu de pensionné isolé au taux minimum…

 

Et tout cela avec des « socialistes » au pouvoir depuis des décennies, dans un pays les plus riches du monde/habitant où les multinationales capitalistes font des milliards d’  euros de profits annuels. Bref, un pays de plus en plus pillé de l’ étranger, quoi !

 

Ce ne sera vraiment pas le moment pour les futurs élus, de « gauche » et/ou de droite d’  encore  aggraver la pression fiscale communale sur le dos de la population.

 

Quant au logement social, j’  ai récemment montré, il y a quelques semaines, photos à l’  appui, l’ état lamentable de délabrement de certains « maisons » … A la limite de taudis … !

 

RoRo

13:25 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : politique, communisme, socialisme, democratie, belgique, hainaut, charleroi, courcelles, actualite, romain, histoire, elections, presse, silence, ps, alc, ucpw, mr, fn, ptb, cdh, elections 2006 | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/09/2006: ISRAEL : La culture du mépris des Palestiniens

The Holocaust and Palestine - L' holocauste et la Palestine occupée     08/11/2001

 

 

 

 

De : Transfer_info@yahoogroupes.fr [mailto:Transfer_info@yahoogroupes.fr] De la part de adac association
Envoyé : jeudi 14 septembre 2006 14:13
À : Transfer info
Objet : [Transfer_info] ISRAEL : La culture du mépris des Palestiniens

 

BERNARD NOEL(POETE)...LA CULTURE DU MEPRIS EN ISRAEL

(Bernard Noel, Grand Prix national de Poésie 1992 EST né le 19 novembre 1930.

Il est écrivain et poète,

« Poète, dit-on de Bernard Noël (l'un des plus grands, ne dit-on pas moins). Oui, mais à la condition qu'on dise que la poésie serait alors : tamis, râpe, laminoir de la langue. Supplice de la pensée au sens de Kafka dans La Colonie pénitentiaire (où le texte s'écrit à même la chair) »)

 

INCURSIONS, IRRUPTIONS. CULTURE DU MEPRIS EN ISRAEL BERNARD NOEL POETE ECRIVAIN

 

INCURSIONS

 

Le mot « incursion » sert à désigner, dans les derniers bulletins d'information de France-Culture, les opérations militaires israëliennes au Liban. Ce mot saisit parce qu'il est original par rapport au vocabulaire des autres chaînes. D'après Littré, « l'incursion est une course ; par conséquent celui qui la fait passe seulement sur le terrain qu'il ravage ». Bien que vieille d'un siècle et demi, cette définition décrit assez bien l'action d'Israël, sauf que la « course » viole cette fois l'espace aérien et que le « ravage » tombe ainsi principalement du ciel.

 

Littré renvoie au mot latin « incursio » qu'il traduit par « invasion ». La consultation du Gaffiot donne « choc , attaque » pour « incursio », puis « se jeter sur » pour « incursito » et « fondre sur, attaquer » pour « incurso ». Il ne faut pas, dit le Dictionnaire analogique, confondre « incursion » , qui est le fait de pénétrer momentanément dans un domaine qui n'est pas le sien, avec « irruption », qui consiste à pénétrer de vive force et à s'installer…

L'aviation, est l'instrument parfait de « l'incursion » puisqu'elle « se jette sur » son objectif et retourne aussitôt vers sa base. Les chars , les commandos, l'infanterie, par contre, sont obligés de faire « irruption » même si, officiellement, leur commandement n'a pas l'intention de s'installer. L'armée israëlienne, dénommée Tsahal, combine de toute évidence depuis un demi-siècle « incursion » et « irruption » pour le plus grand dommage de ses voisins.

 

L'histoire de cette période prouve en effet que l'existence et le comportement de Tsahal font de l'incursion et de l'irruption une méthode d'intimidation brutale dont l'exercice est sans cesse nourri d'actions violentes. Cela va du « bouclage » toujours arbitraire à la confiscation des terres, de la destruction des oliveraies et des maisons à l'assassinat ciblé, du bombardement des infrastructures civiles au bombardement des civils, de l'enlèvement et de la séquestration des responsables politiques à l'emprisonnement et à la torture de quiconque a l'infortune d'être au mauvais endroit au mauvais moment. Tout cela au nom d'un droit à l'autodéfense et à la sécurité dont le résultat est de créer une insécurité générale, non seulement autour d'Israël mais dans tout le Moyen Orient.

 

Devant tant de violences, dont le seul succès est d'en appeler et d'en rappeler d'autres aux références totalitaires fâcheuses, il semble que le simple bon sens aurait dû conduire à demander à la paix ce que ne peut obtenir par la guerre. Mais non, l'Etat d'Israël s'obstine à entretenir l'oppression, la peur, la menace quand il ne passe pas à des actes qui visent à terroriser l'ennemi qu'en réalité ils fabriquent. Pourtant, ces jours-ci, les actes en question atteignent un degré où l'injustifiable le dispute à la sauvagerie. Une sauvagerie masquée par la technologie guerrière qui métamorphose les tueries en une affaire inhumaine que les communiqués qualifient de « dégâts collatéraux ».

 

L'humanité a sans doute besoin du contact, de la vision directe ou du face à face pour que le tueur ait conscience du droit de mort dont il dispose. On peut croire que tel n'est pas le cas de l'artilleur ou de l'aviateur qui tirent sur un « objectif », mais comment accorder cette circonstance atténuante aux généraux, ministres et chef de gouvernement dont le moins qu'on puisse attendre d'eux est qu'ils sachent ce qu'ils font ? Quand on compare l'importance des « dégâts » et la justification qu'en donnent les responsables israéliens, on se demande ce qui l'emporte chez eux du mensonge ou du racisme dans leur empressement à pousser au crime.

 

Bien sûr, une bonne partie de leur arrogance dans le déni des faits tient à l'aide constante et à la conduite exemplaire de leur soutien américain, qui a si brillamment réussi la démocratisation de l'Irak et de l'Afghanistan. Les crimes de guerre, la torture des prisonniers, les massacres changent de nature dès lors qu'on les qualifie de lutte contre le terrorisme : ils tirent même de cette qualité une sanctification. Et puis, de toute évidence, les victimes de cette lutte n'ont pas droit à ce statut : il suffit de vous étiqueter « terroriste » pour que vous cessiez d'être un humain.

 

Depuis des années, et les témoignages abondent à ce propos, on assiste en Israël à un entraînement au mépris. Au mépris du Palestinien, jour après jour humilié aux check-points, privé de travail, privé d'eau, d'électricité, de nourriture, malmené pour un oui pour un non, emprisonné sans jugement… Encore n'est-ce là que les formes les plus douces d'une oppression qui n'hésite pas à recourir aux obus, aux bombes, aux fusillades à Gaza ou au fameux « Mur » qui est en train de transformer la Cisjordanie en camp de concentration.

 

La gravité de la situation ainsi créée s'accompagne de dizaines de morts avec un fort pourcentage de femmes et d'enfants. Tout cela a été dénoncé en vain par des articles, des documentaires, des livres, mais rien ne dénonce la dégradation morale qu'entraîne chez les Israéliens l'exercice régulier de l'oppression. Si l'artilleur et l'aviateur ne voient peut-être pas ce qu'ils font, l'oppresseur le voit fort bien quand il laisse des malheureux attendre des heures durant un passage, quand il enfonce les portes, casse les meubles, quand il écrase une maison avec son tank ou son bulldozer, quand il tire sur des enfants. Pour supporter ce face à face, il faut avoir pratiqué longuement le mépris et même en avoir fait sa culture. On sait à quel point il faut déshumaniser l'Autre pour le traiter comme un être inférieur.

Le gouvernement israélien organise cette déshumanisation et le mépris raciste qui en découle. Il s'étonne de la résistance qu'il rencontre dans le temps même où il s'efforce d'en finir avec elle. D'où ce redoublement de violence, qui prouve un désir de génocide latent, et la rage de ne pas oser l'accomplir. Cette rage aveugle monsieur Olmert et sa clique puisqu'elle les fait agir à l'inverse de l'intérêt de leur peuple également aveuglé par leur propagande. Ainsi au quinzième jour de la destruction du Liban avec des bombes américaines dans le but de provoquer le rejet du Hezbollah cause, soit disant, de tout ce malheur, un sondage révèle aujourd'hui que 87% des Libanais voient dans le Hezbollah un mouvement de résistance qui les honore.

 

La bêtise politique est criminelle : on le voyait en Irak, en Afghanistan, on le voit hélas en Palestine et au Liban. Le plus accablant est que cette bêtise ne rencontre aucune opposition dans un Occident qui se déshonore en lui trouvant des motifs respectables. Les pays arabes ne font pas mieux mais ils ont l'excuse, grâce encore à l'Amérique, d'avoir des gouvernements qui sont étrangers aux aspirations de leurs peuples. Il n'est pas nouveau de traiter de terroristes des mouvements de résistance, mais les utilisateurs de cette rhétorique apparemment inusable devraient savoir qu'il est dangereux de précipiter la résistance dans le désespoir.

 

L'honneur n'a jamais été le fort des diplomates et des commerçants, mais il fut longtemps la règle du jeu des militaires. Quel honneur pourrait-il y avoir à bombarder une usine de lait, les pistes d'un aéroport civil ou les immeubles de l'autorité palestinienne ? Il est dommage que Tsahal et ses généraux n'aient jamais eu à méditer ce vers classique devenu proverbial : « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». L'honneur d'Israël ne tient plus qu'aux quelques « refuzniks » qui refusent de massacrer des innocents, mais pour Tsahal, il est trop tard, cette armée d'élite n'est entraînée qu'à écraser plus faible qu'elle, aussi doit-on la considérer désormais comme la plus lâche du monde.

 

Bernard Noël, écrit le 2/08/06.

 

http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=65869

 

Sites à visiter :

http://www.minorites.org/

http://www.palestine-vivra.org/

http://fr.groups.yahoo.com/group/assawra/

http://fr.groups.yahoo.com/group/islam_jeunesse_internati...


Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à :
http://fr.groups.yahoo.com/group/Transfer_info/

09:57 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, barbarie, courcelles, crimes, colonialisme, democratie, fascisme, guerre, gangsterisme, histoire, irak, afghanistan, imperialisme, israel, liban, liberte, onu, otan, ocupations, palestine, politique, presse, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solida | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/09/2006

14/09/2006: Actualité,Belgique,Courcelles,Romain,Histoire,Presse,Silence,Islam,Vatican,Palestine,Liban,Irak,Iran


De : Transfer_info@yahoogroupes.fr [mailto:Transfer_info@yahoogroupes.fr] De la part de djamel.kamirit
Envoyé : jeudi 14 septembre 2006 19:04
Objet : [Transfer_info] VATICAN : Quand le pape renoue avec le temps des croisades

 

 

Quand le pape renoue avec le temps des croisades

 

Le pape Benoît XVI serait-il devenu un nouvel apôtre du clash des civilisations que soutiennent les extrémistes de tous bords, de George Bush à Ben Laden ? Les propos tenus par le chef du Vatican lors du rassemblement de Ratisbonne (Allemagne) devant près de 250.000 personnes ce mardi ne souffrent en tout cas d’aucune ambiguïté. Par des propos scandaleusement outrageants à l’encontre de l’islam et du prophète Mohamed (SAWS), le pape allemand a effacé d’un seul coup le travail admirable de son prédécesseur Jean-Paul II qui n’avait eu de cesse d’ouvrir un dialogue respectueux et de rapprochement en direction des musulmans.

 

Le nouveau pape a quant à lui choisi la voie de la haine en renouant avec le discours mensonger et intolérant qui fut très longtemps la marque de  fabrique de l’institution catholique, à travers les croisades, l’inquisition ou la colonisation. 

 

En déclarant que l’islam était régi par l’obéissance à un Dieu transcendant  dont la volonté n’est lié à aucune  catégorie connu par les chrétiens,  « pas même celle de la raison » , le  commandant suprême de l’ Eglise catholique  cautionne les théories racistes  essentialistes qui cantonnent le  musulman à une qualité d’autre tellement  éloigné et impossible à comprendre,  donc à considérer comme  semblable. Le pape est allé même  encore plus loin en considérant clairement  que le Dieu des chrétiens était  différent de celui des musulmans.  Rompant de ce fait dangereusement  avec l’esprit de Vatican II qui reconnaissait  en 1965 (soit plus de 1300  ans après la naissance de l’islam) que  chrétiens et musulmans partageait la  foi en un Dieu commun.

 

Comment un homme lettré peut-il  avancer pareille ineptie alors que l’islam  se situe dans la plus pure continuité des religions monothéistes que  sont le judaïsme et le christianisme ?  Cela d’autant plus que l’exégèse musulmane  est très claire à ce sujet en  affirmant avec force que les religions  du Livre partagent la croyance en un  Dieu commun. Pour ce qui concerne  la question de la raison, il semblerait  que le pape ne soit pas vraiment au  courant des multiples travaux réalisés  par des scientifiques de renommée,  prouvant une surprenante compatibilité  entre le Coran et la science  dans la description des phénomènes  naturels, tandis que c’est exactement  le contraire qui se constate dans la  Bible. Serait-il nécessaire de lui rappeler  l’ouvrage du Professeur français  Maurice Bucaille, « La bible, le Coran  et la science ». Dans cet ouvrage  écrit par l’un des plus grands généticiens  de notre époque, le postulat  qu’il n’existe aucune contradiction  entre la science et le Coran est clairement  établi. Mais plus encore, l’argument  de la raison avancé par un dignitaire  chrétien aurait de quoi faire  longuement rire scientifiques et historiens  quand l’on sait combien fut  grande dans le passé l’aversion de  l’Eglise pour les sciences. Galilée et  son postulat de la rotondité de la Terre  en sait bien quelque chose. A ce  sujet, le Vatican ne lui a donné raison  qu’en 1987 ! 

 

Ne se contentant pas seulement d’ostraciser  la religion des musulmans  comme une foi tellement étrangère et  incompréhensible, le pape a commis  un dérapage autrement plus grave  lorsqu’il a évoqué en les soutenant les  dires de l’empereur byzantin Manuel  Paleolagos II. Benoît XVI a pu ainsi  lire devant une foule immense des  propos terrifiants à l’égard de l’islam: « Montre-moi ce que Mohamed a apporté  de nouveau, et tu ne trouveras  que des choses diaboliques et inhumaines  ». Prononcés par la plus haute  autorité catholique, ces propos font  froid dans le dos et laissent vraiment  interrogateur quant au tournant antimusulman  que le Vatican serait en  train de prendre. 

 

Devra-t-on s’attendre dans un proche  avenir à une alliance objective  entre catholiques et évangélistes protestants  à la façon Bush dans une croisade  antimusulmane ? 

 

Quoi que sera l’avenir, il est néanmoins  certain que la violente propagande  de dénigrement que subit le  monde musulman n’est certainement  pas étrangère à de tels propos. Il semblerait  aussi que le Vatican n’a pas  non plus vraiment conscience de son  histoire chargée de sang et de haine.  Le pape allemand s’est longuement  exprimé devant ses fidèles sur le concept  de djihad qui distancierait selon  lui l’islam du christianisme. Un peu  d’honnêteté lui aurait rappelé que le  djihad représente avant tout une démarche  personnelle de renoncement  aux richesses et aux passions du monde.  Il constitue aussi dans sa dimension  collective au devoir de faire la  guerre, mais uniquement et seulement  pour se défendre.

 

Pour sa part, la notion de guerre  sainte n’est pas musulmane. C’est historiquement  une notion absolument  chrétienne qui est née avec le sermon  du pape Urbain II lors du concile de  Clermont en 1096. Il justifiait l’utilisation  de la violence et l’assassinat  d’innocents dès lors qu’il s’agissait  d’infidèles, en l’occurrence il était  question des musulmans. Ce concile  marquait en fait le départ de la première  croisade. Jérusalem tombera le  15 juillet 1099 aux mains des troupes  de Godefroi de Bouillon qui fit  passer la totalité de la population au  fil de l’épée. Les estimations d’historiens  parlent d’environ 100.000  morts, majoritairement des femmes et  des enfants. Il s’agit là d’un des plus  vieux génocides répertoriés par la  mémoire humaine. 

 

L’Eglise catholique n’a jamais de  demandé  pardon aux musulmans pour  ces crimes atroces. L’Eglise n’a pas  demandé non plus pardon pour les  crimes de l’inquisition et pour la terreur  qu’elle a fait régner sur les populations  européennes durant de  nombreux siècles. Le pape n’a toujours  pas regretté non plus l’officialisation  de l’esclavage des noirs à des  fins prosélytes. En effet, dans une  bulle datant de 1454, le pape de  l’époque autorisait le roi du Portugal  à pratiquer la traite négrière pour répandre  le christianisme par ce biais.  Décision confirmée par la bulle de  1537 où le pape Jules III interdisait  l’esclavage des indiens mais confirmait  celui des noirs pour l’expansion  de la foi chrétienne mais aussi parce  que ces derniers n’étaient pas à considérer  comme des hommes...  Jusqu’à aujourd’hui ces bulles n’ont  pas été légalement abrogées tout  comme celles légitimant les croisades.  Nous pourrions nous étaler encore  longuement sur la responsabilité de  l’Eglise dans la colonisation et ses  horreurs. A travers les campagnes  d’évangélisation forcée des pères  blancs en Algérie où l’instrumentalisation  des minorités chrétiennes au  Moyen-Orient. Plus proche de nous,  la complicité du Vatican dans l’émergence  du régime raciste nazi est connue  de tous. Pie XII n’a jamais condamné  l’idéologie nazie et a vu plutôt  d’un bon oeil l’extermination des  juifs. Le pape actuel d’ailleurs a rejoint  volontairement les jeunesses hitlériennes  avant de s’engager dans l’armée  nazie en 1944. Un passé aussi  controversé devrait pourtant le pousser  à se garder de donner des leçons  aux autres religions, surtout lorsque  l’on dirige une institution incapable  de faire son autocritique. 

 

Aussi malheureux soit-il pour lui, il  est une évidence difficile à accepter.  Les musulmans n’ont pas tué ou massacré,  ne serait-ce que 10% de tout  le sang qui a effectivement été versé  par des chrétiens. C’est une vérité  même si la propagande des médias  américains tendrait à nous faire croire  le contraire. Cela ne saurait en  aucun cas justifier une supériorité de  l’islam sur le christianisme. Il s’agit  simplement d’une mise au point qui  devrait faire longuement réfléchir  Ratzinger le pape allemand avant de  prendre la parole.   

 

Hicheme Lehmici

 

 

 

http://www.quotidien-oran.com/

 

Sites à visiter :

http://www.minorites.org/

http://www.palestine-vivra.org/

http://fr.groups.yahoo.com/group/assawra/

http://fr.groups.yahoo.com/group/islam_jeunesse_internati...


Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à :
http://fr.groups.yahoo.com/group/Transfer_info/

22:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

13/09/2006

13/09/2006: COURCELLES: élections: avant l' arrêt définitif des listes de candidats: réclamation de Roger Romain (Ptb+Pcc), contre la liste du Fn ...

COURCELLES: élections: avant l'  arrêt définitif des listes de candidats: réclamation de Roger Romain (Ptb+Pcc), contre la liste du Fn ...

 

 

 

 

Comme on le sait, 8 listes de candidats ont été déposées à Courcelles en vue des élections du 8 octobre 2006 : Alc, Cdh, Écolo, Fn, Mr, Ps, Ptb+Pcc, Ucpw.  Il y a une liste en plus par rapport aux élections de 2000.

 

J’  informe que ce mercredi 13 septembre 2006, à 15,45 heures, conformément aux dispositions de la Loi électorale communale, j’  ai déposé la réclamation suivante,  devant le Bureau principal électoral communal, à l’ encontre des candidats du Fn :

 

« Réclamation de Monsieur Roger Romain, candidat de la (liste) Ptb-Pcc, et déposant de cette liste,

 

à l’ encontre de la liste présentée par Monsieur Roland Goffin, sous le signe Fn :

 

Détails :

 

Pour des raisons désormais connues, Monsieur Goffin ne peut réclamer le numéro 1 attribué au Fn, ni se présenter sous cette appellation.

 

J’  attire l’  attention sur le fait que le signe Fn est repris sur l’  acte de présentation des candidatures.

 

C’  est donc sous cette appellation que les candidats ont accepté leur candidature et qu’ au-moins 100 signatures de parrains ont présenté les candidats.

 

Par conséquent, si les candidats de Monsieur Goffin veulent aujourd’  hui se présenter sous un autre sigle, à mon avis, (la signature de) l’ ensemble des candidats et des parrains devraient être présentes sur l’ acte rectificatif déposé par ce dernier.

Si une de ces conditions n’  est pas réunie, il me semble que le Bureau principal devrait écarter définitivement cette liste ».

 

Conformément à la Loi électorale communale, le Bureau principal doit se réunir ce jeudi 14 septembre 2006, à 16 heures, pour l’  arrêt définitif des listes présentées. La balle est donc dans son camp, s’il apparaît que le Fn n’  est toujours pas LEGALEMENT en ordre de présentation.

 

Bref, la suite demain …

 

RoRo

18:49 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elections 2006, charleroi, actualite, alc, communisme, ecolo, elections, fn, fascisme, hainaut, histoire, liberte, mr, politique, presse, romain, democratie, belgique, courcelles, ps, ptb, silence, ucpw, cdh | |  Facebook | |  Imprimer | | |

12/09/2006: Non à la mission de l'ONU

Bravo : le Parti communiste grec est un Parti communiste qui voit clair dans le jeu impérialiste ricano-otan-occidental et pro-sioniste  !

RoRo

 

 

 

 

De : Antonio Artuso [mailto:pueblo@sympatico.ca]
Envoyé : mardi 12 septembre 2006 21:37
À : 00-artusoantonio
Objet : Fw: Liban-Lebanon - Non à la mission de l'ONU - No to UN mission

 


Vous voulez cesser de recevoir mes messages?  Changer ou ajouter une adresse?  Écrivez-moi : pueblo@sympatico.ca

Do you want to stop receiving messages:  Chage or add an e-mail?  Write to: pueblo@sympatico.ca

¿No quiere más recibir mis mensajes?  ¿Quiere cambiar o añadir una direccion?  Escribame: pueblo@sympatico.ca


[FRANÇAIS] + [ENGLISH]

 

[FRANÇAIS]

 

Traduction du Parti communiste du Québec (section du Parti communiste du Canada)

 

----- Original Message -----

From: SolidNet

To: info@solidnet.org

Sent: Friday, September 08, 2006 9:23 AM

Subject: CP of Greece, About the Mission of the Greek Frigate to Lebanon

 

http://www.solidnet.org 

News, documents and calls for action from communist and workers’ parties. The items are the responsibility of the authors.

Join the mailing list: info/subscribe/unsubscribe mailto:info@solidnet.org  .

 

PC de Grèce - Au sujet de la mission de la frégate grecque envoyée au Liban

-------------------------------------------------

From: Communist Party of Greece, Friday, September 08, 2006

http://inter.kke.gr , mailto:cpg@int.kke.gr

==================================================

 

Le Parti communiste de Grèce s'oppose à la participation

 de la Grèce à la mission militaire au Liban

 

Le bureau de presse du Comité central du Parti communiste de la Grèce (KKE) a émis la déclaration suivante au sujet de la décision du gouvernement grec d'envoyer une frégate de la marine se joindre à la force d'intervention des Nations Unies au Liban :

 

«Le gouvernement de Démocratie Nouvelle a assumé d'immenses responsabilités en prenant la décision d'envoyer une frégate grecque et d'autres effectifs militaires au Liban.

 

Le rôle de la soi-disant “mission de maintien de la paix” des Nations Unies est clair et net: il s'agit d'une force d'occupation et d'imposition des objectifs impérialistes, qui interviendra carrément dans les affaires internes du Liban à l'encontre des intérêts des populations de la région.  La mission de cette force consiste à réaliser ce que les envahisseurs israéliens n'ont pas réussi à obtenir, c'est-à-dire le désarmement de la résistance populaire armée.

 

Le gouvernement grec est confronté à une question impitoyable : les forces navales et militaires de la Grèce devront soit renforcer le blocus naval inacceptable et provocateur d'Israël contre le Liban, soit faire partie d'une force de remplacement.

 

L'une ou l'autre de ces options constitue un engagement inacceptable et dangereux.

 

Toutes les parties doivent prendre une position clairement opposée à cette mission.  Ne pas protester clairement constituerait un appui à celle-ci.

 

Le Parti communiste de Grèce (KKE) lance un appel au people grec pour qu'il dénonce cette décision agressive du gouvernement grec et s'y oppose.

 

Aucune participation, d'aucune manière et par aucun moyen à la force d'occupation au Liban!

 

Solidarité avec les luttes des peuples!

 

Athènes, le 6 septembre 2006

 

*FIN DU COMMUNIQUÉ*

 

Pour s'abonner ou se désabonner : mailto:info@solidnet.org

Internet : http://www.solidnet.org

 

 

[ENGLISH]

 

----- Original Message -----

From: SolidNet

To: info@solidnet.org

Sent: Friday, September 08, 2006 9:23 AM

Subject: CP of Greece, About the Mission of the Greek Frigate to Lebanon

 

http://www.solidnet.org 

News, documents and calls for action from communist and workers’ parties. The items are the responsibility of the authors.

Join the mailing list: info/subscribe/unsubscribe mailto:info@solidnet.org  .

 

CP of Greece, About the Mission of the Greek Frigate to Lebanon

-------------------------------------------------

From: Communist Party of Greece, Friday, September 08, 2006

http://inter.kke.gr , mailto:cpg@int.kke.gr

==================================================

 

KKE Condemns Greek Participation in the Military Mission to Lebanon

 

The Press Bureau of the CC of KKE issued the following statement about the governmental decision to dispatch a Greek frigate to the UN intervention force in Lebanon

 

“The government of New Democracy assumes huge responsibilities with its decision to send the Greek Frigate and other military forces to Lebanon.

 

The role of the so-called “peacekeeping mission” of the UN is clear-cut and defined: it is an army of occupation and imposition of the imperialist designs, a force that will pointedly intervene in the internal affairs of Lebanon, against the interest of all peoples of the region. The mission of that force is to accomplish what the Israeli invaders failed to achieve, to disarm the armed popular resistance.

 

The Greek government is faced with a merciless question: will the Greek naval and military forces reinforce the unacceptable and provocative naval blockade of Lebanon by Israel or it is going to participate in a force replacing it

 

Either option constitutes an unacceptable and dangerous engagement

 

All parties must take an unambiguous position against the mission, muttering means agreement and consent.

 

KKE calls upon the Greek people to condemn and express its opposition to this aggressive decision of the Greek Government.

 

No participation, in any way or means, to the occupation force in Lebanon

 

Solidarity with the peoples’ struggle

 

Athens, 6 September 2006

 

*End*

 

subscribe/unsubscribe mailto:info@solidnet.org,

http://www.solidnet.org


 

11:03 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : barbarie, courcelles, crimes, colonialisme, actualite, belgique, fascisme, grece, guerre, histoire, imperialisme, israel, liban, liberte, onu, otan, occupations, paix, palestine, politique, presse, romain, racisme, resistance, sionisme, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Facebook | |  Imprimer | | |

12/09/2006

12/09/2006: COURCELLES: élections: Le site de l' ALC :

COURCELLES: élections: Le site  de l' ALC :

 

Comme je l’  ai déjà expliqué depuis plusieurs semaines, tout ne va pas pour le mieux chez les libéraux courcellois : Claude (Claudy) BASTIN fait dissidence et a déposé une liste Alc (Alternative libérale courcelloise).

Qu’il soit élu ou pas, cela va coûter au-moins 1 siège aux libéraux du Mr.

Et voilà que le Claudy a décidé de lancer un site Internet : http://www.garfield39.net .

Il y a gros à parier qu’  en cliquant on va en apprendre pas mal sur les magouilles et les rivalités qui opposent nos réformateurs du capitalisme.

Du Ps aux Mr, en passant par le Cdh, tout n’  est pas rose au sein des partis autoproclamés « démocratiques » …

Il n’  y a vraiment que la véritable démocratie (celle qui tient compte vraiment de la population) qui n’  y trouve pas son compte …

Bref, avant de voter, pour ne pas être trompé, grugé, une fois de plus, je vous conseille de dresser une longue liste des promesses électorales des uns et des autres. Et de vous poser la question : pourquoi vont-ils faire demain ce qu’  ils n’ont pas fait hier … ? Le 8 octobre 2006, serait-il une date miracle, un tournant de l’ Histoire courcelloise  ?

Bref, quels que soient les résultats, je vous promets de vous  rappeler leurs promesses dès le 8 octobre 2006, car il faut vraiment que cela cesse de jouer avec les pieds des électeurs… Le jour viendra où,  pour se faire élire, il ne suffira plus de posséder du fric, de faire allégeance au capitalisme et d’  apposer sa binette sur des affiches parce que l’  on se trouve dans un parti qui possède du fric à gogo et à gaspiller  

RoRo

 

 

 

De : Claude Louis Bastin [mailto:claudybastin@hotmail.com]
Envoyé : mardi 12 septembre 2006 18:30
Objet : Le site ALC

 

Madame, Monsieur.

Chers amis.

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer l'accessibilité dès ce jour,  à notre Site ALC (Alternative Libérale Courcelloise),  presque terminé !

 

Pour  TOUT  savoir  :   www garfield39.net

 

Merci de vos visites,

 

Claude  BASTIN.

MEMBRE du CONGRES  du Mouvement Réformateur.

19:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elections 2006, actualite, belgique, charleroi, alc, communisme, courcelles, democratie, elections, fn, ecolo, hainaut, histoire, mr, politique, presse, ps, ptb, romain, ucpw, cdh | |  Facebook | |  Imprimer | | |

SOLIDAIRE n° 33 du 13 septembre 2006

Solidaire n° 33 du 13 septembre 2006

13-09-2006

Un bon logement pas cher: mission possible

Le PTB formule des propositions pour offrir à chacun un logement décent à prix raisonnable. Les exemples de La Louvière et Bruxelles.

> Lire l'article

Conseils pour éviter le gel de votre salaire cet hiver

Tout devient plus cher: à quand l'augmentation de votre salaire? Les négociations autour de l'accord interprofessionnel s'annoncent chaudes.

> Lire l'article

Des néo-nazis à l'uvre en Belgique

Des perquisitions ont permis de découvrir de nombreuses armes. Une vingtaine de néo-nazis et de militaires ont été arrêtés. Le Vlaams Belang nie toute implication.

> Lire l'article

Ken Loach en guerre aux côtés du peuple irlandais

Si ce n'est pas encore fait, oubliez toutes les sorties que vous aviez prévues pour ce week-end et courrez vite au cinéma voir le dernier film de Ken Loach.

> Lire l'article

Gaza: la terreur
au quotidien

Ehoud Olmert, Premier ministre israélien, n'y va pas par quatre chemins. Dans l'ombre de la guerre au Liban, à l'abri des caméras, la Pluie d'été israélienne continue de dévaster Gaza (Palestine).

> Lire l'article

Et en plus...


 Envoyez vos réactionsréagir

19:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, charleroi, communisme, courcelles, elections, ecolo, hainaut, histoire, liege, mr, politique, ps, ptb, romain, silence, syndicats, ucpw, cdh, presse, solidaire | |  Facebook | |  Imprimer | | |

11 septembre 1973 (Chili)

Oui, effectivement le 11 septembre, on ne commémore pas que les attentats de New-York, mais aussi les agissements fascistes au Chili, avec la complicité d’  une organisation terroriste mondialement connue : la Cia ricaine …

Le coup d’  État du fasciste Pinochet, les médias « libres » du capitalisme et bien de nos « démocrates » et « progessistes », bien des âmes sensibles, l’ ont oubliées …

RoRo

 

 

 

 

De : Antonio Artuso [mailto:pueblo@sympatico.ca]
Envoyé : lundi 11 septembre 2006 20:55
Objet : Le chant des partisans - journée internationale des luttes anti-impérialistes

 

 

----- Original Message -----

From: Antonio Artuso

To: 00-artusoantonio

Sent: Monday, September 11, 2006 2:52 PM

Subject: Le chant des partisans - journée internationale des luttes anti-impérialistes

 

11 septembre 1973 (Chili)

Un peu de culture, jeunes camarades!

Voici «Le chant des partisans»

de la glorieuse Résistance française

 

En ce 11 septembre, «Journée internationale des luttes anti-impérialistes»,

 

En ce 11 septembre, nous nous souvenons du 11 septembre 1973,

du camarade Salvador Allende

de toutes les personnes qui sont tombées

dans la lutte contre le capitalisme local et les impérialismes,

 

Que cette journée devienne la «Journée internationale de la lutte anti-impérialiste»

- contre le terrorisme d'État, de l'impérialisme US et des différents États qui lui servent de laquais!

- contre le terrorisme individuel.

De toute façon, nous avons toujours le Premier mai, journée internationale des travailleurs et des travailleuses.

 

Nous nous souvenons de tous les peuples qui ont toujours lutté et lutteront toujours :

- afghan,

- palestinien,

- libanais,

- haïtien,

- colombien,

- vénézuélien,

- cubain,

- vietnamien,

- philippin,

- iranien,

- irakien,

- israélien,

- soviétiques,

- coréen,

- et tous les autres peuples qui ont toujours lutté et lutteront toujours,

- jusqu'au socialisme et, plus tard, jusqu'à la société sans classe et le dépérissement de l'État.

Connaissez-vous Karl Marx et Lénine chers jeunes camarades?

Lisez-les!

Les essayer c'est les adopter!

 

Oui, un peu de culture, jeunes camarades :

 

Voici, pour les militants/antes de la nouvelle génération,

qui commencent à connaissent leur histoire,

une chanson célèbre : «Le chant des Partisans»,

de la Résistance française.

 

Vive la résistance des peuples contre les armées des envahisseurs!

 

Antonio Artuso, Montréal, pueblo@sympatico.ca

 

¡El pueblo unido jamás será vencido!

Le peuple uni ne sera jamais vaincu!

 

Voici le site de la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes:

http://www.fndirp.asso.fr/index.html

 

Vous y trouverez :

 

Le Chant des Partisans

 

Ami entends-tu
Le vol noir des corbeaux
Sur nos plaines.
Ami entends-tu
Les cris sourds du pays
Qu'on enchaîne,
Ohé partisans
Ouvriers et paysans
C'est l'alarme!
Ce soir l'ennemi
Connaîtra le prix du sang
Et des larmes…

Montez de la mine,
Descendez des collines,
Camarades.
Sortez de la paille
Les fusils, la mitraille,
Les grenades.
Ohé! les tueurs
A la balle et au couteau
Tuez vite!
Ohé! saboteurs
Attention à ton fardeau…
Dynamite…

C'est nous qui brisons
Les barreaux des prisons
Pour nos frères.
La haine à nos trousses
Et la faim qui nous pousse,
La misère.
Il y a des pays
Où les gens au creux des lits
Font des rêves.
Ici, nous vois-tu
Nous on marche et nous on tue
Nous on crève…

Ici, chacun sait
Ce qu'il veut, ce qu'il fait
Quand il passe
Ami, si tu tombes,
Un ami sort de l'ombre
A ta place.
Demain du sang noir
Séchera au grand soleil
Sur les routes.
Chantez compagnons,
Dans la nuit, la liberté
Nous écoute…

Ami, entends-tu
Les cris sourds du pays qu'on
Enchaîne!…
Ami, entends-tu
Le vol noir des corbeaux sur nos Plaines !…

11:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualite, belgique, amerique, courcelles, chili, cia, democratie, fascisme, histoire, imperialisme, liberte, politique, presse, romain, silence, solidarite, terrorisme, usa | |  Facebook | |  Imprimer | | |