16/07/2006

16/07/2006: COURCELLES: la majorité en 1958 ...

Courcelles: 1958 ....

 

En 1958, à COURCELLES, les élections communales furent particulièrement méchantes : il en résultat que la direction droitière du Psb local (Parti « socialiste ») réussit à faire éclater la majorité communale que le …  Psb détenait depuis des dizaines d’  années…

C’  était aussi une campagne électorale pendant laquelle l’ Echevin Meunier voulait déjà « stériliser » les communistes, une campagne électorale anti-communiste rabique …que les communistes courcellois avaient dénoncée avec vigueur. Elle était menée par certains dirigeants locaux du Comité central du Psb… Le résultat, c’  est le Psc (Parti social chrétien) qui en a profité. Déjà, l’  anticommunisme « de gauche »  avait profité surtout à la droite… Mais aussitôt les résultats connus, la bataille des mandats et les magouilles firent rage au sein du Psb qui avait obtenu les voix nécessaire pour garder la majorité communale « socialiste »

A la surprise générale, les candidats –qui avaient fait les très bons résultats du Psb en votes de préférence, furent  écartés des postes de Bourgmestre et Echevins. Ils entrèrent donc en dissidence et furent exclus du Psb local.

Les dirigeants « socialistes » recherchèrent donc des alliés pour conserver la majorité. Au lieu de s’  adresser à gauche (l’élu communiste et l’ élu libéral), ils s’ agressèrent à droite : au Parti social chrétien. L’  intérêt du mouvement ouvrier, la nécessité de veiller à garder intacte l’ unité de la section locale Psb n’ entrèrent pas en ligne de compte pour les dirigeants locaux du Psb.

Mais le Psc était maître du jeu : Dans l’  opposition depuis des dizaines d’ années, il choisit les dissidents « socialistes », l’ élu libéral et format la majorité pour 6 ans, envoyant ainsi les dirigeants « socialistes » dans l’ opposition. Robert SAMPOS devint bourgmestre dissident pendant 6 ans, Camille CHEVALIER (libéral) , Mathieu THIRY (Psc), MEUNIER et DECHAMP, furent échevins.

6 ans plus tard (en octobre 1964), les Courcellois votèrent pour une majorité socialiste-communiste. Le PCB passa de 1 à 3 élus: Georges GLINEUR (qui siégea pendant 50 ans), Roger ROMAIN père (qui fut déjà conseiller de I952 à 1958) et Marcel LEDUC (qui ségea pour la première fois).

Mais,  c’ est un autre épisode … Les socialiste (7 élus, avec à leur tête Ernest GLINNE, catapulté de Forchies-la-Marche), avaient besoin de nous pour récupérer un de leurs fiefs perdus par sectarisme politique ...

RoRo

 

12:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, communisme, courcelles, democratie, histoire, politique, ptb, romain, ps | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.