16/06/2006

16/06/2006: Un film passe en catimini. Un de plus.

----- Original Message -----
From: nicolas
Sent: Friday, June 16, 2006 12:01 PM
Subject: Fw: Merci à JOSEY AIMES

 
----- Original Message -----
From: melusine
Sent: Friday, June 16, 2006 10:28 AM
Subject: Fw: Merci à JOSEY AIMES

 

Un film passe en catimini.
Un de plus.
Après Tabac: la conspiration(un excellent film)
 
Il s'agit de Josey Aimes, le film qui concerne la vie de cette jeune femme MINEUR(e) du Minnesota qui, harcelée, au quotidien et très gravement comme ses quelques rares collègues(femmes bien sûr) , sexuellement,  a choisi de faire front.
 
Ce harcèlement  apparaît clairement dans le film comme un moyen de défense-attaque  par les hommes de leur "monopole" dans un métier qu'ils revendiquent comme  spécifiquement masculin.
 
Josey Aimes et ses collègues femmes en tant que MINEUR(e)S  VOLERAIENT un emploi à ceux à qui il est "NATURELLEMENT" destiné: les hommes (je veux dire les Humains de sexe masculin car je reprends à mon compte la citation :"Les femmes sont des Hommes comme les autres" ).
 
Bien sûr, le travail-emploi est d'abord un droit masculin!
Surtout quand il est parmi les mieux(moins mal?)  rémunérés!!
(comme le travail de nuit dans l'industrie de la loi de 1892 que certains revendiquent comme monopole également ?)
 
Les femmes qui travaillent à la mine VOLENT leur emploi aux hommes.
C'est répété plusieurs fois dans le film. Dans le milieu professionnel et dans le milieu familial.
Josey est donc une voleuse d'emploi!!
C'est à ce titre que le harcèlement à son égard est "légitime"!
 
Dans le film, nous voyons toutes les bassesses lamentables dont Josey et ses collègues sont la cible.
 
Nous voyons également l'union objective qui unit sur ce terrain de l'oppression des femmes, le patron de la mine et les ouvriers de cette mine. 
Tous dans le même camp de la maltraitance odieuse à l'égard des femmes MINEUR(e)S, à la fois victimes et accusées( Toutes des putes!)
 
Nous voyons également comment cet emploi, très dur à plusieurs points de vue, constitue pour Josey un moyen fort d'émancipation et de fierté: pour la première fois, elle nourrit ses enfants elle-même, elle leur offre un logement, des jouets...de la joie de vivre.
Pour la première fois (et malgré tout!), elle se sent vivre.
 
ELLE EXISTE
Elle l'exprime.
 
 
Mon discours ne constitue  pas une valorisation de conditions de travail inhumaines, épuisantes pour les femmes et hommes de la mine. C'est une lumière braquée sur les sources de l'émancipation.
Le langage populaire l'exprime bien par l'expression "gagner sa vie". 
C'est le travail qui est la source de toutes les richesses et, parmi ces richesses, il y en a une très importante: l'émancipation humaine.
Ce qui ne signifie pas, bien sûr, qu'il ne  faut pas lutter pour de meilleures conditions de travail dont une très importante: la réduction du temps de travail ...Surtout dans ces métiers si durs!
 
Mon discours s'affirme en faveur du droit à l'émancipation pour tou(te)s .
Quel que soit le sexe.
(Et d'autres facteurs encore, bien sûr. Mais je reste ici dans le cadre du film)
 
 
Les textes de la fin du film nous apprennent (ce qui a été peu répercuté dans nos médias) que, grâce à Josey, une législation a été mise en place contre le harcèlement sexuel notamment au travail aux USA puis dans d'autres pays dont la France.
Reste à voir comment cette législation est mise en application,mais cela est une autre histoire.
 
En  tout cas, merci à toi, Josey.
 
Puisque le film passe en catimini, espérons qu'il va rapidement être vendu en DVD(sur internet ).
 
Mél.
 
PS: Il passe en Belgique dans peu de salles, peu de séances.
En France?
 

14:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.