18/05/2006

18/05/2006: Les « nègres marrons » français(e)s, immigré(e)s et sans papiers d’aujourd’hui disent : LA FRANCE, C’EST AUSSI NOUS!

----- Original Message -----
Sent: Thursday, May 18, 2006 6:34 AM
Subject: communiqué

SANS PAPIERS
en lutte>>>coordination nationale 
 
8 MAI :  FETE DE LA VICTOIRE CONTRE LE NAZISME ET LA COLLABORATION VICHYSTE!
10 MAI : COMMEMORATION DU CRIME CONTRE L’HUMANITE : LA TRAITE DES NOIRS!
Les « nègres marrons » français(e)s, immigré(e)s et sans papiers d’aujourd’hui disent : LA FRANCE, C’EST AUSSI NOUS!
 
 
Les tirailleurs sans papiers, Les nègres marrons immigré(e)s et les français(e)s issus(e)s de la colonisation ont battu les pavés des villes de France pour revendiquer le respect par la République de l’article premier de la Constitution et de la déclaration universelle des droits de l’homme (1789/1793/1948) : « les humains naissent libres et égaux en droit et en dignité ». 
 
Hier le Code noir de 1685 sous le règne du Roi Louis XIV, aujourd’hui 2006, le Code CESEDA de l’immigré(e) jetable sous le règne de la droite de SARKO NAGY DE BOSCA réduisent les humains parce qu’ils sont nés quelques part ailleurs ou en raison de leur couleur, de leur culture ou de leur religion à une marchandise.
 
LA FRANCE, C’EST AUSSI NOUS parce que sous la terre glacée de France sont inhumés par centaines de milliers nos pères victimes résistantes des colonialistes nazis et des collabos pétainistes dont l’historien burkinabé KI ZERBO (86 ans) dans sa préface au poème de Julien DELMAIRE intitulé « NEGRE S » dit : « c’est le cas aussi du scandale des anciens combattants africains. Et si le soldat inconnu était un africain!…Ce ne serait que justice; car ces contingents ont payé le prix fort sur tous les fronts. Instrumentalisés pour se couvrir de toutes les gloires mais aussi de certaines turpitudes en tant qu’engagés volontaires, sujets coloniaux, citoyens, chairs à canon, ils ont traversé le siècle avec vaillance sur tous les théâtres d’opérations avec un mépris souverain de la mort. –‘On s’en fout la mort’ » disaient-ils. Il faut vraiment être Le Pen, De Villiers et Sarkozy pour oser insulter les descendants de ces combattants de la liberté française retrouvée en 1945 par la formule ingrate : « La France, on l’aime ou on la quitte ».    
 
LA FRANCE, C’EST AUSSI NOUS parce que comme l’écrit l’historien burkinabé KI ZERBO : « Derrière le masque épais du mensonge officiel (de la droite et de SARKOZY), il y a la chasse à l’homme, les miradors des barrages électrifiés, les hautes tours de concentrations ethniques, les périmètres d’habitat bantoustan, les sacrifices humains quotidiens des sans papiers, des SDF, la traque du gibier humain clandestin a priori suspect pour cause de faciès. Mais périodiquement le Roi est nu. L’abcès crève et le pus pue sous la dentelle des mots : par exemple on annonce comme fait divers qu’un nègre candidat à la vie européenne et qui s’était embarqué avec des billes de bois dans la cale d’un bateau devenu néo-négrier à son insu, a été transformé en bois d’ébène d’un nouveau genre, broyé à mort avant d’arriver à destination »(idem). Il faut vraiment être Le Pen, De Villiers et Sarkozy pour oser mentir, mentir encore aux français en leur faisant croire que les patrons des Monopoles capitalistes français ne sont en rien co-responsables de la misère de l’émigration Nord/Sud subie. Il faut vraiment être Le Pen, De Villiers et Sarkozy pour oser faire croire que les 2 à 1% des sans papiers résidant dans les pays européens constituent une « invasion des la France par les bougnoules magrébins, les bamboulas africains et les fourmis asiatiques ». La réalité reconnue par tous les organismes sérieux nationaux et internationaux est que l’écrasante majorité de l’émigration est Sud/Sud. Comment dans ces conditions la France, pays riche, peut-elle échapper à la nécessité d’accueillir sa part de misère qu’elle crée dans les pays et peuples exploités et opprimés. Part de misère dans les pays du Tiers Monde qui permet jusqu’à un certain point de maintenir le RMI, etc.      
 
 LA FRANCE, C’EST AUSSI NOUS parce que toutes les générations d’immigré(e)s ont contribué aux conquêtes sociales, aux conquêtes démocratiques qui ont fait de la France, le pays historiquement berceau des droits de l’homme. Cela que ce soit la Révolution de 1789 qui a instauré pour la première fois la REPUBLIQUE, la COMMUNE qui a posé la question de la REPUBLIQUE SOCIALE, les congés payés et les 8h en 1936, la résistance entre 1940 et 1945, la reconstruction et les ‘30 glorieuses’ d’après guerre, les mobilisations anti-colonialistes avant et après guerre, les conquêtes sociales de 1968, les luttes des foyers SONACOTRA, les marches pour l’égalité des années 80, les luttes des ‘familles maliennes’ de Vincennes, du Quai de la Gare pour le logement social du début des années 90, les puissants mouvements grévistes de 1995, de 2003, de 2006 contre le CPE et la loi de « l’inégalité des chances », les mobilisations populaires dans les Antilles contre la loi sur le ‘colonialisme positif’ et les 10 ans de lutte des sans papiers pour la régularisation globale qui se poursuit.
 
LA FRANCE, C’EST AUSSI NOUS parce qu’elle est devenue de fait par son histoire multiculturelle, multiraciale, multi-religieuse et que nos luttes posent la question de la reconnaissance de cette réalité sur la base de l’égalité des droits par la régularisation de tous les sans papiers, le retrait de la loi CESEDA et l’abrogation de la circulaire des rafles planifiées du 21 février 06.
Fait à Paris le 13 mai 2006

20:59 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.