17/05/2006

17/05/2006: Massacre en Belgique

----- Original Message -----
Sent: Wednesday, May 17, 2006 12:54 PM
Subject: DHKC Bureau d'Information de Bruxelles: Massacre en Belgique

DHKC Bureau d'Information de Bruxelles: Massacre en Belgique

Alors que l'Etat belge « lutte contre le terrorisme », des massacres et des attaques se produisent à l'encontre des étrangers. En plein jour, une vague de terreur cible les étrangers.

Le dernier exemple est l'attaque raciste du 11 mai dernier dans la ville d'Anvers. Ce n'est pas une première. Et jusqu'à ce que de réelles mesures soient prises, ce ne sera pas non plus la dernière fois.

Le fascisme, le racisme, le caractère borné est partout semblable. Il est contre le peuple. Il s'attaque sans distinction aux innocents, jeunes ou vieux, femmes ou hommes, blancs ou noirs.

En l'espace de deux semaines, 4 différentes attaques racistes se sont déroulé en Belgique. Une d'entre elles a eu lieu le 6 mai à Bruges. Un individu originaire d'Afrique venant de Paris a été grièvement blessé après les attaques d'un groupe de crânes rasés. Le 8 mai, une nouvelle fois aux environs de Bruges, la maison d'une famille marocaine s'est faîte incendiée. Le massacre a été évité grâce aux passants qui ont remarqué la fumée, ce qui a permis d'éteindre le feu avant qu'il ne prenne de l'ampleur. Dans la nuit du 30 mars au 1er avril, un jeune marocain a été pourchassé par un groupe raciste provoquant sa mort. Le jeune s'est probablement jeté dans le fleuve pour échapper aux agresseurs, ou alors ce sont eux même qui l'ont sauvagement jeté.
Dix jours après, alors que l'on retrouvait le corps du jeune qui était mort noyer le 11 mai, une autre attaque a été réalisé. Un individu dont la cervelle a été nourrie par le racisme a tiré en pleine rue sur une femme de Turquie qui lisait un livre sur un banc, avant de ; croyant qu'elle était morte ; continuer son « épuration raciale » en tuant un bébé de deux ans et sa nourrisse africaine.

Après la dernière attaque, un certain nombre de groupes ont condamné l'événement en organisant des manifestations. Curieusement, le parti d'extrême droite raciste, le Vlaams Belang qui s'appuie sur l'Histoire Nazi, a aussi condamné l'attaque. Depuis des années, ce parti qui fait une propagande raciste, est obligé d'user de différentes manœuvres et d'en appeler à la démagogie afin de continuer à exister.
Avec les enseignements du maître de propagande Goebbels, un certain nombre de belges ont été formé d'une telle façon que dans leur conscience, les étrangers sont la cause de tous les problèmes.

Un mois auparavant, le 12 avril dans la station centrale de Bruxelles, un nouveau meurtre avait été commis. En voulant dérober le lecteur Mp3 d'un jeune nommé Joe Van Holsbeel, deux individus l'ont tué à coups de couteau. En s'appuyant sur les images prises par les caméras de surveillance, on en vient à la conclusion que les agresseurs sont des maghrébins. Pour la bonne et simple raison qu'ils sont bronzés : ces derniers sont tous des voleurs, des raquetteurs. Alors que la famille de la victime appelait au bon sens et à ne pas tomber dans le racisme, le Vlaams Belang a hurlé expressément en demandant des armes pour « assurer la sécurité ». Il a attisé les préjugés vis-à-vis des étrangers chez bon nombre de groupes et d'individus. Lorsqu'il apparut que les agresseurs n'étaient ni marocains ni maghrébins, un certain nombre d'organisations ont été dans l'obligation de présenter des excuses, mis à part le Vlaams Belang. Pour eux, de toutes les manières, les étrangers sont des voleurs, des criminelles, des terroristes.

Alors qu'hier ils disaient « vouloir des armes », ils trouvent le massacre d'aujourd'hui inacceptable. Sans en avoir honte, ils se présentent aux réunions où l'on observe une minute de silence pour ceux qui se sont fait assassiner. Le parti raciste qui endoctrine par la haine depuis des années fait de nouveau de la démagogie. Sachant qu'ils sont fautifs, ils sont sur la défensive et joue le rôle d'ange afin de rejeter la faute qui pèse sur eux.
Ils sont cependant encore une fois devant leurs contradictions.
Vous ne pouvez pas cacher les causes du meurtre en disant que les assassins sont des « fous dangereux ». Le jeune qui s'engagea dans la rue pour « tuer le plus d'étranger possible » n'est ni un fou, ni un psychopathe. Son grand père est ancien SS et sa tante est un membre député du parti Vlaams Belang, c'est un fasciste qui perpétue cette tradition.

Un autre débat sur la facilité d'acheter des armes, montré comme la cause du massacre a lieu. Mais cela n'est autre que volonté de fourber les gens. Que les armes soient si facilement vendues n'est qu'un moyen qui rend la tâche plus facile pour réaliser ce genre de massacres mais ce n'est pas l'essentiel. L'Etat belge le sait pertinemment. Après ce massacre, élaborer de nouvelles lois sur les armes ne servira à rien. Si l'on pense que l'on va empêcher ces événements de la sorte, on se trompe grandement. Par ailleurs, pour quelles raisons est-ce que lorsque l'on vend au roi du Népal des armes fabriquées en Belgique dont il se sert pour faire ses massacres, nous n'avons pas ressentit le besoin d'adopter une nouvelle loi ? Pourquoi ne traite-t-on pas le problème à la source ?
Pourquoi le Vlaams Belang, qui fait de la propagande raciste publique, n'est il pas fermé ? Le racisme n'est-il pas un délit ? Ou alors craignons nous qu'une ombre voile la « démocratie » ?

Alors qu'en Belgique on vit ce type d'attaques racistes, l'Etat belge est occupé à juger les révolutionnaires et créer des complots. D'un côté les représentants de l'Etat expriment leur tristesse lorsque des étrangers se font tuer ; de l'autre ils extradent leur propre citoyen vers l'Etat tortionnaire turc. Pourquoi l'Etat belge ne montre pas la même audace à s'attaquer aux partis, individus ou organisations fascistes comme il en montre à « juger » dans un total non droit, des révolutionnaires de Turquie qui luttent contre le régime fasciste turc ?

En tant que révolutionnaires de Turquie, victimes depuis des années de lynchages, de massacres et de tortures ; nous condamnons les attaques racistes.

Ce ne sont pas les mouvements révolutionnaires qui doivent être interdit mais les organisations et partis fascistes.
Lutter contre l'injustice, l'oppression, n'est pas un délit ; mais le racisme est un crime contre l'humanité.
C'est pourquoi nous déclarons que la justice doit être appliqué.

DHKC
Bureau d'Information de Bruxelles
Le 16 avril 2006
dhkc@post.com

13:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.