30/04/2006

29/04/2006: Un premier mai bousculé par la police... Mobilisation générale pour libérer Bahar

C' est en EURO-DICTATURE capitaliste !
RoRo
 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Saturday, April 29, 2006 10:00 PM
Subject: [Difpol_mbietlot] Un premier mai bousculé par la police... Mobilisation générale pour libérer Bahar

Venez nombreux au rassemblement devant l'ambassade des Pays-Bas, lundi 1er mai à 10h30. Envoyez ce communiqué au ministre des affaires étrangères kab.bz@diplobel.fed.be  et à l'ambassade des Pays-Bas bru@minbuza.nl

 

Après avoir fait le tour des différents rassemblements de premier mai, nous irons à 17h30 au Ministère des Affaires étrangères déposer une pétition demandant le rapatriement de Bahar en Belgique.

 

 

Communiqué du Comité pour la liberté d'expression et d'association (Clea) du 29-04-2006.

 

 

 

BAHAR KIMYONGUR A ETE ARRETE AUX PAYS-BAS SUR DEMANDE DE LA TURQUIE qui exige son extradition.

Sa vie est en danger. Les libertés d'expression et d'association sont une nouvelle fois bafouées.

 

 

- NON A L’EXTRADITION DE BAHAR KIMYONGUR VERS LA TURQUIE

- Liberté pour Bahar

- La Belgique doit protéger son ressortissant et exiger son rapatriement dans notre pays

 

Rassemblement et conférence de presse

Lundi 1er mai 10h30

Devant l’ambassade des Pays-Bas

(Avenue Herrmann-Debroux 48, 1160 Bruxelles)

Entrevue entre la famille de Bahar accompagnée de personnalités politiques et l’ambassadeur

 

 

 

Dans la nuit du 27 au 28 avril, Bahar Kimyongur, ressortissant belge membre du bureau d'informations du DHKC en Belgique, a été arrêté en Hollande alors qu’il s’y rendait pour organiser une activité culturelle. Des indices sérieux font penser que  son intégrité physique et sa vie sont menacées.

 

 

Bahar :  prisonnier politique en Europe !

Bahar est un citoyen belge engagé qui exprime un point de vue critique sur la répression féroce menée par l’Etat turc contre les minorités et les opposants au régime. Il n’a commis aucun crime ni délit en Belgique, en Turquie ou ailleurs. Mais, en vertu des nouvelles législations antiterroristes mises en place en Europe, son engagement politique est présenté comme terroriste, ce qui permet aujourd’hui à la Turquie d’exiger son extradition.

Pourtant, s’exprimer, s’organiser, contester ne sont pas des actes terroristes mais demeurent des libertés démocratiques protégées par les Constitutions belge et hollandaise. Il  paraît donc essentiel de dénoncer toute tentative détournée de faire taire une parole alternative au nom de la lutte contre le terrorisme.

L’Etat turc pratique la torture des prisonniers, Bahar dénonçait ces exactions, c’est pour cela que la Turquie veut le faire taire !

Son extradition vers la Turquie constituerait une menace grave pour sa vie car ce pays est connu comme pratiquant la torture des prisonniers (décharges électriques, violences sexuelles…) et les exécutions sommaires d’opposants en toute impunité, comme le condamnent régulièrement Amnesty International et la Cour Européenne des Droits de l’Homme. L’Etat belge doit se positionner officiellement contre l’extradition de son ressortissant et prendre toutes les dispositions diplomatiques nécessaires pour ramener Bahar en Belgique.

 

Bahar Kimyongur a décidé d'entamer une grève de la faim pour protester contre son arrestation et sa détention qu'il considère comme arbitraires.

Lundi 1er mai, une instance hollandaise doit rendre son verdict sur la demande de la Turquie.

 

 

Nous appelons les citoyens, les autorités publiques et les organisations démocratiques à interpeller les autorités hollandaises afin qu'elles ne donnent pas suite à la demande d'extradition formulée par la Turquie.

 

 

! LIBERATION IMMEDIATE POUR BAHAR KIMYONGUR !

 

 

 

 

Contact : cleaclea@laposte.net

12:26 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/04/2006

29/04/2006: Deux mondes s'affrontent

----- Original Message -----
Sent: Saturday, April 29, 2006 4:16 PM
Subject: Premier Mai 2006: Deux mondes s'affrontent

Premier Mai 2006
Deux mondes s'affrontent
- Déclaration du Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste), Premier Mai 2006 -

Il y a actuellement deux mondes qui s'affrontent. D'une part il y a le monde de la bourgeoisie, de la contre-révolution, de la régression et de l'offensive antisociale. Ce monde de la réaction et de la guerre foule aux pieds le droit des peuples du monde de choisir le système qu'ils veulent. Puis il y a le monde de la classe ouvrière et de l'humanité progressiste, le monde de la révolution et du progrès de la société. C'est le monde des programmes pro-sociaux, le monde de l'unité et des peuples de tous les pays.

Alors que le monde de la bourgeoisie est en décadence, le monde de la classe ouvrière doit être créé à partir de zéro. Le monde de la classe ouvrière ne naîtra pas tout-prêt, ni ne surgira en réformant le vieux monde. C'est un monde qui doit être créé consciemment en s'appuyant sur les forces révolutionnaires les plus avancées engendrées par les conditions modernes. Le Premier Mai doit être un rappel à toutes les forces progressistes de décupler leurs efforts pour créer un monde nouveau.

Le monde ancien s'appuie sur tout ce qui est anachronique pour maintenir son existence. Dans le domaine de l'économie, c'est le vain espoir que la réalisation du profit capitaliste maximum dans un système mondial institutionnalisé mènera au bout du compte à la prospérité. Dans le domaine politique, c'est le vain espoir qu'en dernière analyse sa démocratie non représentative garantira qu'il conserve le pouvoir politique. Dans le domaine des relations entre les peuples, c'est l'espoir que la destruction de l'idée d'indépendance et de souveraineté des nations garantira éternellement sa domination mondiale.

Le monde de la classe ouvrière, le monde nouveau, s'appuie sur des définitions modernes. Il repose sur la résolution des problèmes dans tous les principaux domaines de l'activité humaine. La classe ouvrière organisera l'économie avec comme but de garantir à tous les êtres humains un moyen de subsistance sur la base des techniques les plus avancées et de l'élévation continue du niveau de vie. Dans le domaine politique, la classe ouvrière instaurera un système de démocratie moderne dans lequel les représentants sont subordonnés au peuple et où le peuple participe directement à la sélection et à l'élection des candidats et au gouvernement. Dans le domaine des relations entre les peuples, la classe ouvrière soutiendra le principe moderne du droit de tous les peuples de tracer eux-mêmes la voie de leur destinée.

Le Premier Mai 2006 pose un défi important pour toute l'humanité progressiste. C'est le défi de rejeter tout ce qui est vieux et décadent en menant contre le vieux monde une lutte impitoyable, tout en créant le nouveau en s'appuyant sur la classe ouvrière moderne et sur la pensée et la théorie les plus avancées qui soient, une pensée et une théorie modernes qui proviennent de la réalité contemporaine. Ce sont des temps pleins d'exaltation pour tous ceux et celles qui désirent créer un monde nouveau. Les ingrédients de base pour créer ce monde nouveau sont déjà là. La classe ouvrière a déjà à son compte plus de 150 années d'expérience de révolution et de socialisme, surtout au cours du vingtième siècle. Cette expérience est beaucoup trop précieuse pour qu'on la laisse se gaspiller. Le temps est venu de mettre cette expérience à profit et de l'enrichir pour détruire le vieux monde et bâtir le nouveau.

Que chacun prenne sa place dans ce combat historique du vingtième-et-unième siècle pour laisser le vieux monde derrière!

Pour plus d'information: bureau@cpcml.ca

www.pccml.ca

========

========

http://www.cpcml.ca/francais/index.html

ABONNEMENT:
Vous ou quelqu'un d'autre avez demandé que votre adresse soit ajoutée à la liste d'envoie du LMLQ. Si vous désirez que votre adresse soit retirée, de la liste, écrivez à postmaster@cpcml.ca

22:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/04/2006: Vous le saviez, ça?


----- Original Message -----
From: <Xarlo@aol.com>
Subject: Vous le saviez, ça?


> Piqué sur < _http://perso.wanadoo.fr/metasystems/Topics2.html_
> (
http://perso.wanadoo.fr/metasystems/Topics2.html)   >
>
> Quelques chiffres à méditer...
>
Selon un rapport du Programme des  Nations-Unies pour le Développement 
(PNUD):
Les 3 personnes les plus  riches du monde sont aussi riches que les 48 
pays les plus pauvres.
Les  avoirs des 84 personnes les plus riches dépasse le produit intérieur
brut de la  Chine avec ses 1,2 milliards d'habitants.
Les 225 personnes les plus  riches disposent d'une fortune équivalente au
revenu annuel cumulé des 47%  d'individus les plus pauvres de la planète, 
soit plus de 3 milliards de  personnes.
Selon le même organe des Nations-Unies, il suffirait de  moins de 4% de la
richesse cumulée de ces 225 plus grosses fortunes mondiales  (évaluées à 
plus de 1000 milliards de dollars) pour donner à toute la population  du globe
l'accès aux besoins de base et aux services élémentaires: santé, 
éducation, alimentation.

> ****
>
http://blogs.aol.fr/xarlo/txakal
>
>
http://www.diasporavasca.org/herri

12:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

01/05/2006: On manifeste, on se souvient, on commémore, on lutte ... en Belgique et dans le monde ...

On manifeste, on se souvient, on commémore, on lutte ... en Belgique et dans le monde ...
 
 
Avec le printemps revient le 1er Mai


24 avril 2006

1er Mai, Fête du Travail

Ce jour-là, il y aura bien des choses à voir, sur le campus de la VUB à Bruxelles: festival du film, détente, débats, rencontres, musique… Nous vous invitons également au café du 8 octobre. C’est en effet ce jour-là que doivent avoir lieu les élections communales. Au café du 8 octobre, les onze candidats du PTB de sept communes se présenteront à vous, dans l’espoir que vous leur confierez un mandat.
Programme complet sur www.ptb.be/1mai

Nous vous attendons!
Jan Hasaers et Martine Raeymaekers,
au nom de la direction nationale du PTB et Manifiesta, le bureau des événements.

N'hésitez pas à nous envoyer vos remarques, vos souhaits, vos questions: alice.bernard@ptb.be

Pour vous abonner, abonner un de vos amis, ou ne plus rien recevoir:
abonner 
----- Original Message -----
Sent: Friday, April 28, 2006 12:16 AM
Subject: [Difpol_mbietlot] plein de premiers mai

Un, deux, trois,… mille place Rouppe ???

Foisonnement ou division des forces en lutte ?

Je vous communique ci-dessous un florilège (non exhaustif) de rendez-vous militants organisés pour ce premier mai.

Pour ma part, je rejoindrai, avec les Piments Rouges, l’Eurmayday 006 à Liège…

 

Bonne fête et bonnes luttes,

 

Mathieu

-----------------------------------------

A LIEGE :

Le Premier Mai , les précaires rebelles sont dans la rue !

Vous le savez peut-être, cela fait 2, 3 ans qu'a lieu la MayDay parade à Liège, qui est une parade alternative, festive, politique et radicale, qui se déroule aussi dans une vingtaine de villes européennes. Le réseau EuroMayDay est un réseau auto-organisé de précaires qui s'est crée il y a quelques années autour d'une réflexion sur les nouvelles formes de vie et de travail, et sur la généralisation de la précarité sociale, culturelle et affective en Europe. Aujourd'hui les activistes MayDay luttent pour obtenir des nouveaux droits sociaux permettant aux précaires d'Europe de se loger, d'apprendre, de se déplacer, d'échanger, de bien se nourrir, ... Bref de vivre libres et dignes. 
Que vous soyez précaires ou opposés à la précarisation, la marchandisation ou le contrôle  de nos vies, vous êtes tou-te-s cordialement invité à venir participer à la MayDay avec vos familles, enfants, ami-e-s, désirs, revendications et vos rêves. Le premier Mai à 15h au kiosque d'Avroy à Liège...

Sites européen ( http://euromayday.org ) et belge ( http://euromaydya.be );

Travailleurs/euses flexibles et temporaires, migrant-e-s sans papiers, étudiant-e-s, intermittent-e-s, intérimaires, chercheurs/euses, licencié-e-s ou employé-e-s rompu-e-s au temps partiel, salarié-e-s à l’emploi discontinu, artistes sans statut, chômeurs/euses volontaires ou non, stagiaires, travailleurs/euses du sexe, parfois tout cela en même temps. Nous sommes la nouvelle réalité du travail européen, nos vies expriment la généralisation de la précarité et des nouvelles formes d’exploitation. Nous sommes au centre du processus de production de richesses et malgré cela nous sommes invisibles aux yeux du pouvoir, nous n’avons ni poids ni avenir dans les formes traditionnelles de représentation politique et sociale. 

Mais nous nous organisons pour lutter, pour vivre, pour nous réaliser. Les MayDay, les parades du 1er mai des précaires, existent en Italie, Allemagne, Danemark, Espagne, Suède, Hollande, Finlande, France, Slovénie, Angleterre, Grèce ... et gagnent chaque année en puissance. Nos luttes commencent à surgir dans l’espace social européen et à y imprimer des traces indélébiles. Au-delà de nos expériences de combat particulières et fugitives, le mouvement anti-CPE réactive à grande échelle une créativité et une radicalité absentes depuis trop longtemps, il participe à l’émergence d’une nouvelle génération et d’un nouvel imaginaire en Europe. Cette conscience émergente, notre conscience, c’est celle qui ne craint pas la précarité, qui accepte de vivre avec, qui veut vivre cette multiplicité des expériences et des possibles. Qui veut la vivre, pas la subir. C’est pourquoi nous luttons, nous conspirons, nous inventons, parce que nous ne voulons pas mendier, nous voulons prendre, nous voulons avoir et être. 

Nous ne voulons pas de l’illusion définitivement disparue du plein-emploi et du cdi pour tous. Nous voulons nous loger, dormir, apprendre, fonder les familles que nous souhaitons, produire et accéder à une information et une culture diversifiées, jouer, échanger librement des savoirs, bien manger, prendre soin de notre santé, respecter notre environnement, nous déplacer et nous installer librement, participer à la vie de la cité, créer de nouveaux espaces publics et de nouvelles manières de vivre en société. 

Bref, nous voulons des nouveaux droits collectifs en relation avec nos réalités de vie, et nous les voulons pour tous, indépendamment de nos mérites, emplois ou nationalités. 

Pour cela, et pour refaire du 1er mai la fête des travailleurs et non du travail, nous envahirons l’espace le 1er Mai à Liège comme dans 20 autres villes européennes. Nous paraderons dans la joie et la détermination, nous montrerons nos existences et nos désirs ... à partir de 15h au Parc d’Avroy (kiosque). 

Pour donner consistance à nos formes de vie et à toutes les autres, nous lançons un appel aux groupes et collectifs de la MayDay ou non pour qu’ils nous rejoignent avec leur héros, icône, logo, personnage ou marionnette symbolisant leur précarité, leurs subjectivités, leurs revendications et leurs rêves ... Pour une Europe libre, ouverte et radicale : précaires de ce monde et des autres unissons-nous ! 

MayDay ! MayDay ! MayDay ! 

 

=================================================================================

A BRUXELLES :

 Dehors !

Pour un premier mai de lutte à Bruxelles

 

Manifestation de solidarité organisée par &  pour les sans-papiers

12H30 place Rouppe

(regroupement anti-impérialiste en queue de manifestation)

 

À l’issue de la manifestation :

Rassemblement anticapitaliste

À l’appel du Bloc M-L, sur les marche de la Bourse

(durée : 1h)

 

À l’issue du rassemblement :

 

13-19h : Fête du Premier Mai

Organisée par le Centre Garcia Lorca (45-47 rue des Foulons)

Petite restauration, stands d’associations et organisations progressistes ; débats militants

 

--------------------------------------------------------------------------------------

 

Parce que la commémoration du Premier mai ne doit pas être vidée de sa substance combative et devenir simple prétexte de shows et des kermesses !!

 

Le Drapeau Rouge vous invite à:

 

UN PREMIER MAI  2006

INTERNATIONALISTE, COMBATIF ET SOLIDAIRE

 

A L’ESPACE MARX

4, rue Rouppe * – 1000 Bruxelles (M° Annessens)

 

MEETING ET FIESTA MILITANTE   (de 15  à 22:00H)

 

15:00 H: Témoignages des  luttes syndicales: 

-         Fernand Fyon et Sylvio Marra (Clabecq);

-         un délégué syndical de Volkswagen;

-         Maria Vindevoghel (ex-SABENA) 

 

17:00H: Des enjeux de société et politiques:

-         Zoé Genot (députée écolo), sur l'imposture des reformes des allocations du gouvernement Verhofstadt;

-         Manu Abramowicz (RésistanceS ; à confirmer) sur la menace croissante de l'extrême droite en Europe et en Belgique;

-         Paul-Emile Dupret (conseiller Gauche unie au Parlement européen) sur l'heure de l'insurgence latino-américaine.

 

Avec, toujours, des débats ! Des représentants de la gauche militante de divers pays: Chili, Viêt-Nam, Cuba, Italie, Grèce, Portugal, Espagne, Chypre (avec, en plus de petits goûters gastronomiques..)

 

Et pour la Fête (19:30):

 

-         Daniel  HELIN ;

-         Claude SEMAL  (à confirmer) ;

-         La chanteuse de blues Véronique RIHOUX 

-         Eddy Tornado et les scandaleux (groupe surf)..

 

et l'animation inimitable de Jacques POLFORT !   
 

 P.A.F.:  1 Euro;   (sans papiers, chômeurs, jeunes: gratuit) 

 

* (à deux pas de la Place Rouppe, ancien lieu des Premiers Mai militants  et que nous vous proposons de retrouver bientôt !)

===============================================================================

A LA LOUVIERE :

Le Premier Mai 2006, Cercle Horticole, 300, chaussée Houtart, Houdeng-Goegnies (La Louvière).

 

Dès 10 heures 30:

 

Débat COUP DE GUEULE:

« Les pauvres + pauvres, les riches + riches. Révolte ? Révolution? Résignation ? »

 

Avec

-         Jean Blanchez, Président de la fédération des Restos du cœur Belgique

-         Denis Uvier, Educateur de rue à Solidarités Nouvelles

-         Laura Pujol, Consul, Ambassade cubaine.

-         Jean Bricmont(sous-réserve): professeur de la physique théorique à l'université de Louvain et collabore depuis plusieurs années avec Noam Chomsky. Auteur de Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?, Aden, Bruxelles, 2005. (info: http://lesogres.org/article.php3?id_article=1111 )

-         Fred Lévêque: coordinateur du Réseau d’Information et de Solidarité avec l’Amérique Latine  et membre du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers-Monde.

-         Valérie Watillon: secrétaire de la section louviéroise du Parti Communiste.

-         Nadine Rosa Rosso du collectif « Rassembler les résistances » ;.

 

Dès 13 heures: Festival

 

-         MiCHEL MAINIL QUARTET ;

-         DJ LANDZAR http://www.michelmainil.be (jazz and electro)

-         LMC , http://www.lmc4000.be/ (Hip-Hop, Liège) ;

-         KMASS (Hip-Hop, La Louvière)

-         ELECTRIP, Funk-Soul avec un arrière fond rock '70

-         THE DANCING NAKED LADIES, http://www.thedancingnakedladies.com/ (rock noisy, Mons)

-         NEHAL http://www.nehal.be/ (grunge-rock)

-         KIKUNPAÏ, héros carolos, punk festif ; rock'n'ska !

-         MIRRORBALL http://www.mirrorball.be/ (rock mélo)

-         THE MUTANT WOLFS http://users.skynet.be/club.achille.chavee/musik.htm (psychobilly circus)

 

Une initiative du Lucha et Fiesta http://users.skynet.be/club.achille.chavee/search.htm

 

==================================================================

A CHARLEROI :

Ce dimanche 30 Avril 2006 de 14h à 21h, aura lieu le 1er Mai des précaires à Marcinelle, Rue Emile Nonnon N° 5.

Avec la participation de Franc D et ses danseuses. 

ORATEURS de 14h à 18h

-         Entraide-Humanitaire.be,

-         Le relais d' entraide des SDF,

-         Marie et ses cabossés, représenté par un membre de l'asbl,

-         Le comité des sans papiers (Charleroi-Bruxelles),

-         Les re présentants de Jardin des rêves,

-         Le comité de défense des péripatheticiennes de  Charleroi (suite aux derniers événements d'agression),

-         Xavier desgain mandataire ECOLO,

-         Les SDF et démunis,

-         Phil Lemoine représentant l'asbl Mont K'i, Un représentant probable de la sidérurgie.

Entrée : PAF: 1€ —Grande tombola limitée 1€ les 4 billets

Suivi d'un spectacle chanson retro et danse jusque 21h. 

Soyez les bienvenus à cette première fête du premier Mai des précaires pour l' union des travailleurs actifs et des non actifs.

==============================================================================

Les sans-papiers, un peu partout en Belgique

1 MAI MANIFESTATION NATIONAL
 
JOURNEE DE LUTTE DES TRAVAILLEURS


Le Premier Mai est le jour du travailleur dans la plupart des pays du monde, en honneur à la mémoire des travailleurs qui ont donné leurs vies pour obtenir la journée de travail de 8h.
 
Ce jour, partout dans le monde il y aura des manifestations pour revendiquer les droits de la classe ouvrière et des peuples opprimés, c'est un jour de lutte, de célébration, de fierté, etc.
 
Ce 1 mai nous avons appellé a une mobilisation Internationale pour la Regularisation des Sans Papiers, plusieurs pays on déjà signés l'appel, dont ; l'Italie, la France, l'Espagne, Les Etat Unis et la Belgique, vous pouvez lire l'appel sur le liens suivant :

http://1maimanif.canalblog.com/archives/2006/04/index.html
 
 
C'est notre jour, peu importe le pays d'où nous venons, peu importe si nous sommes nés ici ou à l'autre bout de la planète, nous faisons face aux mêmes injustices.

BRUXELLES :
 
- Manifestation / Rassemblement à 12h30 sur la place Rouppe - 1000 Bruxelles
- Syndicalisation des travailleurs Sans Papiers par la CSC
- Participation de l'UDEP et prises de paroles dans la fête du 1 mai organisé par le PTB a la VUB.
 
CHARLEROI :
 
- Occupation de la Basilique Saint Christophe.
- Manifestation organisé par la FGTB et visite de la basilique occupe par les manifestants.
- Entraide-Humanitaire (Charleroi) est signataire pour la défense des sans papiers, et organise le 30 Avril 2006 de 14h à 21h "Un premier Mai des précaires" à l' union des travailleurs actifs et  non actifs, en leur locaux site à la rue Emile Nonnon, N° 5, 6001 Marcinelle. Touts les sans papiers y serons les bienvenus et aurons droit à la parole.
 
NAMUR :
 
- 4 occupations en court par les sans papiers.
- Syndicalisation des travailleurs Sans Papiers par la FGTB Namur a partir du premier Mai.
- Participation du mouvement d'occupation  à la fête organisé par la FGTB avec une prise de parole des représentants des sans papiers.
 
 
LIEGE :
 
- Occupation de l'Eglise Notre Dame des Lumières à Glain par l'UDEP.
- Participation de l'UDEP à la Manifestation Européenne de l'EUROMAYDAY, rendez vous au Parc AVROY de Liège à 15h.
- Syndicalisation des travailleurs Sans Papiers par la FGTB Liège, depuis septembre 2005.
 
ANVERS :
 
- Participation de l'UDEP à la Marche du 1 mai organisé par la FGTB/ABVV
- Syndicalisation des travailleurs Sans Papiers par la CSC.
 
GAND :
 
- Asile des sans papiers dans l'eglise St. Antonius
- Syndicalisation des travailleurs Sans Papiers par la CSC.
 
VERVIERS :
 
- Occupation de l'UDEP dans la chapelle St. Lambert
- l'UDEP Verviers participe à la fois au village FGTB à Verviers et à l'EuroMayDay parade à Liège.
 
LA LOUVIERE :
 
- Occupation de l'UDEP dans l'eglise St. Joseph

 

Des précisions relatives à la fête du Garcia Lorca et deux rendez-vous supplémentaires, à Bruxelles et à Liège.

 

------------------------------------------

 

BRUXELLES

 

Fête de rue au Garcia Lorca

 

PROGRAMME DES DEBATS ET STANDS

 

-         13h00: Revue Contradictions: présentation du numéro «Résistances paysannes».

-         14h00: Perspectives politiques en Italie à l'issue des élections générales avec des membres de l’Unione organisé par Rifondazione Comunista –Gauche Européenne de Bruxelles- Izquierda Unida.

-         15h00: Asbl Garance: présentation du collectif contre la violence faite aux femmes.

-         16h00: Rassembler les résistances: présentation du mouvement politique " Une autre gauche".

-         17h00: Avec ou sans papiers nous sommes tous des Travailleurs : présentation du Collective des Sans Papiers.

 

STANDS :

- Ecolo de Bruxelles – Etopia- CNCD- Contradictions- Circolo Enrico Berlinguer(PRC)-Izquierda Unida Bruxelles- Gauche Européenne de Bruxelles- Secours Rouge- POS Bruxelles

 

-----------------------------------------------

Fête du 1er mai du Parti du Travail de Belgique

Ce jour-là, il y aura bien des choses à voir, sur le campus de la VUB à Bruxelles: festival du film, détente, débats, rencontres, musique… Nous vous invitons également au café du 8 octobre. C’est en effet ce jour-là que doivent avoir lieu les élections communales. Au café du 8 octobre, les onze candidats du PTB de sept communes se présenteront à vous, dans l’espoir que vous leur confierez un mandat.
Avec des délégations internationales de la Palestine, Irak, Venezuela, Bolivie, Cuba et autres. 

Nous vous attendons!
Jan Hasaers et Martine Raeymaekers,
au nom de la direction nationale du PTB et Manifiesta, le bureau des événements.

A partir de 13h
Meeting central à 18h
Programme complet sur www.ptb.be/1mai

Pour plus d'info: 0476 40 80 41

 

Un bus partira au Vieux Marché aux grains, à 15h15 vers la fête

=========================================================

 

LIEGE

 

Fédé Liégoise du PC : C’est un joli nom camarade!

 

(Concentration 10h30)

 

11h: Meeting

Place St Paul à Liège

-         André Beauvois, Président de l’ULDP

-         Julien Dohet, Porte parole « Une autre gauche »

-         Un représentant de Partido Communista Rifondazione

-         Myriam Machiroux—Vice présidente de la fédé liégeoise du PC

Sous la présidence de Marcel Bergen,

Animateur: Pierre Eyben, Secrétaire politique de la féd. liégeoise du PC

 

12h30: Cortège dans les rues de la ville

 

13h30: « EspaceMarx » animation sur la place St Paul

Pour y découvrir des publications, infos et restauration très sympa

Pour toute information: 04/227.41.33 ou liege@particommuniste.be

 

12:18 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

28/04/2006

08/05/2006: Paris: Meeting 8 mai: Non à la criminalisation du communisme

Paris: Meeting 8 mai: Non à la criminalisation du communisme

----- Original Message -----
From: PRCF.INTER
Sent: Friday, April 28, 2006 11:43 AM
Subject: Meeting 8 mai



MEETING

Non à la criminalisation du communisme

Criminaliser le communisme... pour tuer le combat de classe !

Le 14 décembre 2005, le député européen Göran Lindblad (Parti populaire européen/ Démocratie chrétienne) a proposé à la commission des questions politiques de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) un projet de résolution sur " la nécessité d’une condamnation internationale des crimes des régimes communistes totalitaires ". Ce texte devant être soumis au Parlement européen en séance plénière.

Ainsi resurgit donc ce vieux rêve de la bourgeoisie d’une sorte de " Nuremberg " du communisme, assimilant cet idéal de libération humaine au nazisme.

C’est évidemment indigne si nous considérons seulement le rôle joué par l’Union Soviétique et son peuple dans la victoire contre la barbarie hitlérienne et par les Résistants communistes en France et ailleurs.

Mais il ne s’agit pas uniquement d’une perversion historique. La manœuvre est à l’usage du présent. L’objectif est de criminaliser la lutte des classes. Tout ce qui relèverait de la contestation du capitalisme appartiendrait à l’empire du mal comme dit Bush.

C’est sur ce mode que les dockers ont été emprisonnés pour s’être opposés à la directive portuaire européenne, que des lycéens ont été mis en garde à vue, que des syndicalistes ont été traînés en justice….

Mais la répression du mouvement populaire n’est toujours qu’une manœuvre dilatoire. Elle n’arrête pas l’histoire dont la lutte des classes est le moteur. Elle ne rend pas le capitalisme éternel. Elle masque l’exigence grandissante d’en finir avec lui. Le communisme est toujours la jeunesse du monde !

Georges Hage.

Député, doyen de l’Assemblée nationale. Président d’Honneur du PRCF

LUNDI 8 MAI à PARIS.

de 14h30 à 18h00

Espace conférence des Diaconesses,

Rue du Sergent Bauchat Paris XIIéme

Sous la présidence d’honneur de

Georges Hage

Député, doyen de l’Assemblée Nationale

avec la participation de représentants de partis communistes étrangers

et d’anciens résistants dont :

  • Léon Landini, ancien FTP-MOI, Officier de la Légion d’honneur, médaille de la résistance, grand mutilé de guerre,
  • Arsène Tchakarian, ancien FTP-MOI du groupe Manouchian, chevalier de la Légion d’Honneur,
  • Pierre Pranchère, ancien FTPF, ancien membre du comité central, ancien député de l’Assemblée nationale et de la communauté européenne,
  • Jean-Pierre Hemmen ; fils de résistant fusillé par les nazis,
  • Simone Nicollo Vachon, résistante émérite,
  • Henri Alleg, ancien secrétaire général de " l’Humanité " auteur de plusieurs livres, en particulier " La question ".

Invitée d’honneur Annie Lacroix-Riz,

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris VII et historienne de renommée internationale, Mme Annie Lacroix-Riz est harcelée depuis des mois par une officine regroupant des nostalgiques de la Russie et de l’Ukraine " blanches ". Ignorant la loi, qui garantit aux fonctionnaires la protection de l’Etat contre les intrusions partisanes, un député de Mayenne franchit un cap supplémentaire dans le harcèlement et la tentative de chasse aux sorcières en relayant la lettre d’une Française d’origine ukrainienne qui exige que le Ministère désavoue publiquement, voire sanctionne, Mme Lacroix-Riz, accusée de manière irresponsable de " négationnisme " et de " révisionnisme ".

Pour ce rendre au Meeting : - en métro station Montgallet (ligne 8) rue de Reuilly ou à Nation

(lignes 1-6 et 9 ou RER A) et prendre la rue Jaucourt.

    • en voiture possibilité de se garer dans la rue ou au parking de l’hôpital (payant).

23:08 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

01/05/2006: Courcelles: A mon fils Stéphane ROMAIN (02/05/1973 - 01/05/1998): 8 ans déjà ce 1er mai 2006 !

BELGIQUE: Courcelles: A mon fils Stéphane ROMAIN (02/05/1973 - 01/05/1998): 8 ans déjà ce 1er mai 2006 !

 

 

A mon fils Stéphane ROMAIN  (02/05/1973 - 01/05/1998): 8 ans déjà ce 1er mai 2006 !
Je remercie tous les ami(e)s qui, en ce long week-end du 1er Mai 2006, auront encore une petite pensée pour lui,
se rappelant ainsi sa fin tragique et le vide immense et qu'il a laissé parmi les siens, parmi nous .
 
RoRo

16:37 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/04/2006

26/04/2006: Un rapport du Parlement européen accable la CIA

 
----- Original Message -----
From: Al Faraby
Sent: Wednesday, April 26, 2006 4:20 PM
Subject: [ForumCommuniste] Un rapport du Parlement européen accable la CIA

mercredi 26 avril 2006
Un rapport du Parlement européen accable la CIA
 
La CIA a enlevé des suspects de terrorisme sur le territoire de l'Union européenne avec la complicité passive de ses Etats membres et les a envoyés dans des pays où ils ont été torturés, peut-on lire dans le rapport d'une commission d'enquête du Parlement européen.
Ce projet de rapport, qui fait le point sur les travaux de la commission jusqu'à aujourd'hui, confirme les accusations qui ont suivi la révélation, en novembre dernier par le Washington Post, des pratiques des services secrets américains.
"La CIA a été, à plusieurs reprises, clairement responsable de l'enlèvement et de la détention illégaux de terroristes allégués sur le territoire des Etats membres ainsi que de restitutions extraordinaires", explique dans son texte le rapporteur Claudio Fava, un socialiste italien.
Le terme "restitutions extraordinaires" couvre la "livraison" des prisonniers à des pays où la torture a été utilisée pour tenter de leur extorquer des renseignements ou leur interrogatoire dans des bases de la CIA en Europe.
Fava juge également "invraisemblable (...) que certains gouvernements européens n'avaient pas connaissance des activités de restitution extraordinaire qui avaient lieu sur leur territoire et dans leur espace aérien ou leurs aéroports".
L'Italie, la Suède, l'Allemagne, l'Espagne, le Royaume-Uni et l'Irlande, mais aussi les pays de l'Est, sont visés dans ce texte qui arrive aux mêmes conclusions qu'un rapport du Conseil de l'Europe, institution basée à Strasbourg.
Le projet de rapport, qui pourrait donner naissance en juillet prochain à une résolution du Parlement condamnant certains gouvernements européens pour leurs manquements aux conventions internationales, se base sur de nombreuses auditions d'ex-captifs de la CIA ou de responsables gouvernementaux.
"Nous sommes persuadés qu'il ne s'agit pas d'incidents isolés", a expliqué Fava lors d'une conférence de presse. "Il s'agit de groupes organisés qui ont agi à plusieurs reprises en plusieurs lieux du territoire européen."
Deux avions affrétés par la CIA et qui ont servi à transporter les prisonniers ont fait des escales déroutantes et multiples - Fava parle de plus de 1.000 vols - qui auraient dû mettre la puce à l'oreille des autorités aéroportuaires.
Mais seule l'Espagne a demandé des explications.
L'Ouzbékistan a, selon les témoins qui ont déposé devant la commission d'enquête, dont l'ex-ambassadeur britannique sur place, servi de centre de torture d'islamistes présumés après la destruction des tours jumelles de New York le 11 septembre 2001.
Selon Fava, sept ambassadeurs européens à Tachkent étaient au courant mais aucun n'a mené de démarche particulière.
Le secrétaire au Foreign Office, Jack Straw, savait quant à lui que les prisonniers de la CIA étaient torturés dans ce pays mais s'est réfugié derrière le fait que les services britanniques n'étaient pas impliqués et se contentaient de se servir des informations obtenues par ce biais.
Des personnes ont été détenues pendant des années à Sarajevo sans jugement et, quand il n'a plus été possible de les y garder, elles ont été transférées vers la base américaine de Guantanamo, une zone de non-droit sur l'île de Cuba.
L'Italie, où le ressortissant italien Abou Omar a été enlevé selon le parquet de Milan, est mise sur la sellette.
"Il est difficile de croire que les autorités italiennes n'étaient pas au courant que l'enlèvement de l'imam était planifié depuis plusieurs mois", a estimé Fava.
Quant aux 300 kilos de glace commandés pour un avion de la CIA à l'aéroport de Palma de Majorque pour "rafraîchir les boissons", Fava se demande à quoi ils ont bien pu servir.
 
Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm
 
ForumCommuniste
- Pour correspondre avec la liste  :
ForumCommuniste@yahoogroupes.fr
- Pour vous inscrire à ForumCommuniste, envoyez un message à : ForumCommuniste-subscribe@yahoogroupes.fr
 
 


Pour vous abonner à ce groupe, envoyez un email à :
ForumCommuniste-subscribe@yahoogroups.com

Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm




22:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

12/04/2006: Une analyse marxiste de la globalisation actuelle

 
 
 
 

De : Annie Lacroix-Riz [mailto:annie.lacroix-riz@wanadoo.fr]
Envoyé : mercredi 12 avril 2006 23:02
Objet : TR: Une analyse marxiste de la globalisation actuelle

 

 

À lire et diffuser largement : pour rendre le monde intelligible à tous, on devrait quasiment rendre obligatoire l’ouvrage de Lénine, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, et son actualisation par Henri Houben.

 

Je ne vois guère à contester (formellement) qu’un point historique : « Une fois débarrassés de la lutte contre l’URSS, les Etats-Unis se lancent donc dans une offensive pour regagner de fait leur position de leader économique mondial. Ils instaurent un Conseil économique national, au service du président américain. Ils transforment leur diplomatie de “ guerre froide ” en actions commerciales en faveur des multinationales américaines. Ils orientent les actions de la CIA et de la NSA (National Strategy Agency) vers des objectifs économiques. »

L’offensive économique a caractérisé tout l’après-guerre (comme la période antérieure) et sa couverture « idéologique » n’a jamais entravé son extraordinaire vigueur. La lutte contre l’URSS, aussi politique et idéologique qu’elle semblât, était fondamentalement économique : à cet égard, entre mille autres manières de combattre la concurrence des rivaux impérialistes, ainsi que celle de l’URSS et des pays devenus socialistes après 1945,  la croisade des États-Unis contre le commerce Est-Ouest a constitué un vrai modèle.

Sur cet aspect économique des choses voir mes livres : Le choix de Marianne: les relations franco-américaines de 1944 à 1948, Paris, Editions Sociales, 1986; Les Protectorats d’Afrique du Nord entre la France et Washington du débarquement à l'indépendance 1942-1956; L'économie suédoise entre l'Est et l'Ouest 1944-1949: neutralité et embargo, de la guerre au Pacte Atlantique, L'Harmattan, 1991; et mes

articles  et communications : «Réflexion sur un ouvrage récent (1992)», 2 articles Cahiers d'histoire de l'institut de recherches marxistes (critique du livre de Gérard Bossuat, L'Europe occidentale à l'heure américaine. Le Plan Marshall et l'unité européenne 1945-1952, Complexe, Bruxelles, 1992), «Avant le Plan Marshall: Prêt-Bail et consensus américain», n° 54, 1994, p. 115-140; «Le Plan Marshall, ses clauses et ses conséquences», n° 55, 1994, p. 115-153; « Plan Marshall et commerce Est-Ouest: continuités et ruptures (cas français et perspective comparative) 1945-1952 », communication au colloque du comité pour l'histoire économique et financière de la France et du Comité d'histoire industrielle, Paris, 21-23 mars 1991, Le Plan Marshall et le relèvement économique de l'Europe, en trois parties :

« I. Une indispensable étude préalable: le commerce Est-Ouest de la guerre au Plan Marshall (1945-printemps 1947) »; « II. Les débuts du Plan Marshall et la codification de l'embargo (automne 1947-fin 1948) », Etudes et Documents, t. 4, 1992, p. 415-448 et 448-480.

« III. L'embargo marshallien de l'ère atlantique: de la signature du Pacte au miracle coréen (1949-1952) », Actes du Colloque, Imprimerie nationale, Paris, 1993, p. 650-683, etc., etc.

 

J’insiste, prenez une partie de votre temps, si occupé soit-il, pour lire ce texte joint. Il sera utile à tous.

 

Amicalement,

 

Annie Lacroix-Riz

 

 

 


De : Jean Pestieau [mailto:gr010471@worldonline.be]
Envoyé : mardi 4 avril 2006 21:31
À : eerstdemensen@yahoogroups.com
Objet : Une analyse marxiste de la globalisation actuelle

 

Une analyse marxiste de la globalisation actuelle

 

Contribution d'Henri Houben au colloque de Shanghai:

La mondialisation économique et l'économie marxiste moderne.

2-3 avril 2006

 

Lorsqu’on aborde la question de la globalisation actuelle, il est important, selon moi, de ne pas commettre deux erreurs.

La première, et incontestablement la plus importante, est de ne pas partir de l’étude sur l’impérialisme de Lénine, qui reste d’une actualité cruciale.

La seconde est de ne pas reconnaître les changements et les adaptations qui se sont déroulés depuis cette époque. La globalisation actuelle est d’abord et avant tout la situation de l’impérialisme propre à notre époque.

 

 

1. L’actualité de l’analyse de Lénine sur l’impérialisme

 

Lénine écrit son texte sur l’impérialisme, en 1916, en pleine guerre mondiale. Son point de vue est que cette guerre est le résultat de politiques impérialistes menées par chaque Etat européen belligérant et que ces politiques viennent eux-mêmes des stratégies des grandes entreprises dans leurs conquêtes des marchés.

Il souligne qu’il y a un changement qualitatif du capitalisme dans le passage de la situation dominée par la libre entreprise et les firmes de taille petite ou moyenne à l’ère des monopoles. Là où régnaient le “ libre marché ” et la concurrence sur le plan surtout économique se substitue la compétition entre géants sur tous les plans. Là où l’Etat servait avant tout à assurer le cadre du développement économique, par des investissements, par le contrôle des travailleurs et par l’unification monétaire succède un Etat impérialiste, prêt à tout pour défendre ses monopoles. Là où les contradictions opposaient travailleurs et patrons et firmes entre elles, les antagonismes prennent désormais un caractère planétaire et mettent en présence non seulement les classes sociales, mais des Etats entre eux. Là où le capitalisme pouvait apporter un développement des techniques et de la science et représenter un progrès par rapport au féodalisme, prend place un capitalisme rentier, parasitaire, vorace, pour qui le critère ultime des choix est la hausse maximale des bénéfices.

Aujourd’hui, l’époque de l’impérialisme est loin d’être révolue. Au contraire, elle est présente que jamais. Et ce qui a surtout changé, c’est l’ampleur avec laquelle les caractéristiques de l’impérialisme agissent.

 

1.1. Un monde dominé par les monopoles

 

Ainsi, en 1916, les monopoles intervenant à une échelle directement planétaire sont plutôt rares. Ils existent surtout dans le domaine des matières premières, déjà dans le pétrole avec Royal Dutch/Shell suivie bientôt par l’Anglo-Iranian Petroleum Company (qui deviendra BP) et la Standard Oil de Rockefeller (aujourd’hui ExxonMobil et, en partie, ChevronTexaco).

A l’heure actuelle, c’est plutôt l’inverse. Rares sont les secteurs qui ne sont pas régis par des géants mondiaux, qui ont une base productive un peu partout sur le globe. Il n’y a plus que deux grands constructeurs d’avions commerciaux : Boeing et Airbus. Il n’y a qu’une douzaine de multinationales automobiles. Elles assurent près de 90% de la production mondiale en 2004, comme le montre le tableau 1. En 1990, pour obtenir une proportion pareille, il fallait 25 firmes. La plupart ont fusionné entre elles ou ont été rachetées par des constructeurs plus puissants. (voir la suite dans le document attaché)

Henri Houben est économiste. Il est attaché à l'Institut d'Etudes marxistes (INEM) à Bruxelles. 

21:35 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/04/2006: 20 ans après, les enfants de Tchernobyl se soignent aussi à Cuba

----- Original Message -----
From: Al Faraby
Sent: Wednesday, April 26, 2006 6:23 PM
Subject: [ForumCommuniste] 20 ans après, les enfants de Tchernobyl se soignent aussi à Cuba

mercredi 26 avril 2006
20 ans après, les enfants de Tchernobyl se soignent aussi à Cuba
 
La peau et les os sous le soleil des Caraïbes, une brise marine qui lui rafraîchit sa tête déjà chauve, Mikhaïl, 16 ans, lutte à Cuba, loin de son Ukraine natale, contre le mal qui le ronge depuis sa naissance quatre ans après la catastrophe de Tchernobyl. Il est l'une des 22.000 personnes, parmi lesquelles 18.546 enfants d'Ukraine, du Bélarus et de Russie, traités depuis le 29 mars 1990 à l'hôpital pédiatrique de Tarara, à 20 km à l'est de La Havane, pour des pathologies associées à la radioactivité.
"Tous mes cheveux sont tombés, et ils ne repoussent pas. Je suis à Cuba pour essayer qu'ils reviennent", dit-il à l'AFP sur le seuil de sa petite maison, l'une de celles construites avant la révolution par les familles qui venaient ici passer les vacances au bord de la mer.
Tous les matins, depuis qu'il est arrivé à Cuba le 9 décembre, son crâne chauve badigeonné de pilotrophine, un produit cubain dérivé du placenta, est passé durant un quart d'heure sous une lampe à rayons infra-rouge pour traiter son alopécie, la maladie de la chute des cheveux.
A côté de lui, Dimitri, plus jeune de deux ans, raconte comment sa cure --dans son cas, pour traiter un vitiligo, une maladie de dépigmentation de la peau-- comprend une bonne dose quotidienne de soleil, de sable et de mer.
Tous souffrent de cancers de la thyroïde, de leucémies, de vitiligo, de psoriasis --autre maladie de la peau-- de scolioses, d'atrophies musculaires ou de maladies neurologiques, traitées en 45 jours pour les moins graves, en trois mois pour les affections de la peau, ou en six mois ou un an pour ceux dont la vie est menacée.
"Nous pensons que les malformations génétiques vont commencer à apparaître. Vingt ans ont passé et on ne connaît toujours pas les conséquences. Mais on lutte, avec effort et dévouement", déclare la pédiatre Maria Teresa Oliva, 51 ans, sous-directrice technique de l'hôpital.
"Il y a plusieurs programmes d'aide à ces enfants, mais aucun n'est aussi systématique ni aussi important que celui de Cuba. Plus de la moitié des enfants ont recouvré la santé et un tiers d'entre eux va mieux", a déclaré le ministre ukrainien de la Santé Youri Poliachenko, lors d'une visite à La Havane début avril.
Le ministre a renouvelé l'accord selon lequel l'Ukraine finance le voyage des enfants, tous les frais de traitement étant couverts par le gouvernement cubain.
Chaque année, accompagnés par leurs parents, tuteurs ou des guides, quelque 800 enfants de Tchernobyl viennent à Tarara.
Ils suivent des cours dans une école "russe" installée dans le complexe, dont ils ne sortent que pour des traitements dans d'autres cliniques spécialisées ou des excursions à La Havane, accompagnés d'un médecin ou d'un infirmier.
"Je me sens bien. J'aime aller à la plage, jouer aux échecs et écouter la musique", déclare le petit Viktor Vasiuk, avec la grâce de ses 10 ans et son espagnol fortement teinté d'accent ukrainien.
Il souffre d'une sévère déviation de la colonne vertébrale, mais qui ne l'empêche pas plonger dans l'eau sous l'oeil de sa grand-mère, Slava Kovalichina.
A côté de la maison de Viktor, Vitalic, 12 ans, écoute son père parler d'atomes, d'explosions et de l'immense nuage radioactif qui s'était propagé dans une bonne partie de l'Europe le 26 avril 1986, lors de la plus terrible catastrophe nucléaire civile de l'histoire.
"Mon fils n'a pas conscience de ce que Tchernobyl représente pour notre pays", dit le père, âgé de 51 ans, l'un des 600.000 "liquidateurs" --pompiers, civils et militaires-- mobilisés pour faire face à la catastrophe.
Un sourire éclaire soudain le visage de Mikhail quand il raconte comment il commence maintenant à bien se débrouiller au beisball, le sport national cubain. Mais la gravité reprend vite le dessus quand il souhaite que "jamais plus" ne survienne pareille tragédie.
 
Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm
 
ForumCommuniste
- Pour correspondre avec la liste  :
ForumCommuniste@yahoogroupes.fr
- Pour vous inscrire à ForumCommuniste, envoyez un message à : ForumCommuniste-subscribe@yahoogroupes.fr
 
 


Pour vous abonner à ce groupe, envoyez un email à :
ForumCommuniste-subscribe@yahoogroups.com

Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm


19:50 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

01/05/2006: Avec le printemps revient le 1er Mai

 
----- Original Message -----
From: Info PTB
Sent: Thursday, April 27, 2006 3:20 PM
Subject: Avec le printemps revient le 1er Mai


24 avril 2006

1er Mai, Fête du Travail

Ce jour-là, il y aura bien des choses à voir, sur le campus de la VUB à Bruxelles: festival du film, détente, débats, rencontres, musique… Nous vous invitons également au café du 8 octobre. C’est en effet ce jour-là que doivent avoir lieu les élections communales. Au café du 8 octobre, les onze candidats du PTB de sept communes se présenteront à vous, dans l’espoir que vous leur confierez un mandat.
Programme complet sur www.ptb.be/1mai

Nous vous attendons!
Jan Hasaers et Martine Raeymaekers,
au nom de la direction nationale du PTB et Manifiesta, le bureau des événements.

N'hésitez pas à nous envoyer vos remarques, vos souhaits, vos questions: alice.bernard@ptb.be

Pour vous abonner, abonner un de vos amis, ou ne plus rien recevoir:
abonner 

19:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/04/2006: "Les charters de la honte"

Pour expulser ses victimes, l' Euro-dictature capitalistes a du fric ...! Et ça se fera bien sûr en catmini, dans l' ombre des aéroports, derrière des barrières de sécurité et de contrôle... On ne nous dit pas s' il y aura encore des Sémira Adamu.
Par contre, on attend toujours la fameuse ... Europe sociale.
RoRo
 
 
 
 
----- Original Message -----
From: Al Faraby
Sent: Thursday, April 27, 2006 6:26 PM
Subject: [ForumCommuniste] "Les charters de la honte"

"Les charters de la honte"
 
jeudi 27 avril 2006
L'UE consacrera 15 millions d'euros aux charters de clandestins
 
L'Union européenne va consacrer quinze millions d'euros pour financer les vols charter communs aux Vingt-Cinq pour expulser les clandestins, ont décidé jeudi les ministres de l'Intérieur du Bloc.
Vingt projets pilotes seront ainsi financés. Environ 200.000 clandestins ont été ainsi rapatriés en 2004, alors que 600.000 avaient fait l'objet d'un arrêté d'expulsion.
"Les ministres de l'Intérieur ont appelé à un recours encore plus important aux vols groupés (...) afin d'augmenter le taux de retours à partir des Etats membres", indique un communiqué commun publié à l'issue de la réunion.
L'Allemagne, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne, l'Autriche et la France recevront ainsi 1,3 million d'euros pour des vols groupés.
On se refuse de source communautaire à avancer un chiffre concernant le nombre de clandestins dans l'Union mais on se réfère notamment aux 700.000 personnes qui ont sollicité leur régularisation l'an dernier en Espagne.
 
Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm
 
ForumCommuniste
- Pour correspondre avec la liste  :
ForumCommuniste@yahoogroupes.fr
- Pour vous inscrire à ForumCommuniste, envoyez un message à : ForumCommuniste-subscribe@yahoogroupes.fr
 
 


Pour vous abonner à ce groupe, envoyez un email à :
ForumCommuniste-subscribe@yahoogroups.com

Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm

19:11 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/04/2006: Le génocide des Arméniens: point de vue de deux communistes

 
----- Original Message -----
Sent: Thursday, April 27, 2006 11:38 AM
Subject: Le génocide des Arméniens: point de vue de deux communistes


Le génocide des Arméniens: point de vue de deux communistes

Le 24 avril 1915 marque le premier génocide du XXe siècle : le massacre de centaines de milliers d'Arméniens d'Anatolie par l'armée régulière et les bandes commandées par le gouvernement ottoman, Ittihat ve Terakki. C'est la date d'une catastrophe humaine, culturelle et historique d'une envergure sans précédent pour des peuples qui ont vécu ensemble durant des siècles : d'abord pour les Arméniens, mais aussi pour les Kurdes et pour les Turcs.

Ce génocide n'est toujours pas reconnu par l'État turc, et toujours nié par une idéologie nationaliste et xénophobe, responsable de bien d'autres méfaits contre les progressistes, les démocrates et les humanistes de Turquie. Or des voix s'élèvent aujourd'hui en Turquie pour refuser le négationnisme, pour dire ce qui s'est passé en 1915 et pour défendre la cause des peuples. Elles sont de plus en plus nombreuses, de plus en plus écoutées.

La grande catastrophe du 24 avril doit être reconnue pour ce qu'elle est par l'État de la République de Turquie. Cette reconnaissance, cet acte politique et juridique sera, certes, un pas important pour l'établissement des responsabilités et pour avancer sur le chemin difficile de l'accomplissement d'un authentique devoir de mémoire.

Pour nous, communistes d'origines arménienne et turque, ce devoir de mémoire implique, bien sûr et en premier lieu, que les responsabilités des autorités ottomanes dans ce génocide soient officiellement et publiquement reconnues par l'État turc qui doit en tirer les conséquences en vue d'une réconciliation historique.

Il implique en second lieu que les complicités actives et permissives des puissances impérialistes de l'époque soient établies, celles notamment de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne, des États-Unis, de la France et de la Russie tsariste. Car le génocide de 1915 n'est pas simplement le fait isolé de quelques dirigeants voyous et d'un appareil d'État dévoyé et criminel : nous ne devons pas oublier qu'il s'est déroulé dans le contexte d'une guerre mondiale, conséquence des menées prédatrices des forces capitalistes contre les peuples.

Pour nous, communistes, ce devoir de mémoire consiste à voir l'histoire du point de vue de la fraternité des peuples, à la juger avec les yeux des victimes ; c'est refuser la parole de haine des nationalismes et des fanatismes religieux de tous bords. Ces idéologies de mosquée, d'église et de caserne sont encore aujourd'hui vivantes et agissantes, elles sont à l'origine de renfermements et de comportements communautaristes violents : elles doivent être encore aujourd'hui combattues avec fermeté.

Pour nous, communistes, ce devoir de mémoire consiste à rappeler les noms de ceux qui ont résisté, de ceux qui se sont sacrifiés, de ceux qui ont espéré, de ceux qui ont désobéi avec courage au moment du choix, de ces Turcs et de ces Kurdes qui ont tendu la main aux victimes et ont sauvé des vies en risquant les leurs. Ces noms sont les oubliés, les effacés et les refoulés de l'histoire car, par leur existence même, ils réfutent les discours de désespérance.

Ce devoir de mémoire, ce sont tout ensemble les oeuvres du poète turc Nazim Hikmet et celles du compositeur arménien Komitas. Ce devoir de mémoire, c'est le lien qui unit les noms de Mustafa Suphi, fondateur du Parti communiste de Turquie, tué au moment de débarquer sur les rives de la mer Noire pour combattre les forces impérialistes qui occupaient son pays en 1920, et de Missak Manouchian, communiste arménien, survivant du génocide de 1915, et mort sous les balles nazies avec ses 22 autres camarades des FTP-MOI.

Hier comme aujourd'hui, ce devoir de mémoire est indissoluble de l'esprit de la Résistance : résistance aux oppressions, aux injustices, aux inégalités, résistance au capitalisme, aux guerres et aux violences contre les peuples.

À l'heure où la mémoire des peuples est de plus en plus accaparée par des politiques d'État au nom d'intérêts bien compris et par des réflexes communautaristes d'un autre âge, à l'heure où le libéralisme tente d'étendre sa domination partout dans le monde, les communistes ne doivent pas se lasser de rappeler ces vérités élémentaires. Nous devons continuer à parler haut et fort le langage de la fraternité humaine. C'est notre conviction : conviction de deux communistes qui ont un même combat, celui pour l'émancipation des peuples.

En ce jour de souffrance mais aussi d'espoir, nous voulons partager cette conviction avec tous ceux, notamment les jeunes, pour qui ces vers de Nazim Hikmet disent avec force l'horizon indépassable du monde que nous voulons construire :« Vivre seuls et libres comme un arbre / Fraternels comme une forêt / Telle est notre nostalgie. »

Par Taylan Coskun et Roland Vartanian
(L'Humanité, 24 avril 2006)

15:26 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

SOLIDAIRE n° 17 du 26 avril 2006

Solidaire n° 17 du 26 avril 2006

26-04-2006

80000 personnes à Bruxelles pour Joe

Parents et jeunes prennent leurs responsabilités

«Plus de sécurité pour nos enfants», demandaient les milliers de parents présents. Loin des solutions faciles de l'extrême droite, chacun cherche des réponses.

Bobards à propos de l'emploi et des salaires

Verhofstadt a-t-il vraiment créé 200000 emplois? Et ce, grâce aux réductions des charges salariales? Les chiffres...

> Lire l'article

Anvers: affaire «BASF contre Joris Van Gorp»

BASF accuse Joris Van Gorp de diffamation, d'atteinte à l'honneur et de harcèlement. Solidaire a lu les accusations grossières lancées par BASF contre Joris Van Gorp.

> Lire l'article

Basil Caisin, un an après le terrible accident

En mai 2005, sur un chantier près d'Alost, le jeune moldave Basil Caisin a fait une chute de 25 mètres. Son patron l'avait alors abandonné dans un fossé. Un an plus tard, qu'est devenu Basil?

> Lire l'article

Et en plus...


 Envoyez vos réactionsréagirImprimerimprimerEnvoyer par e-mailenvoyer

14:40 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/04/2006

23/04/2006: COURCELLES: "FOREVER PRODUCTS" Dans l' attente d' éléments neufs les habitants de La Glacerie restent vigilants et mobilisés ...

 

COURCELLES: "FOREVER PRODUCTS" Dans l' attente d' éléments neufs les habitants de La Glacerie restent vigilants et mobilisés ...

Une nouvelle affichette-fenêtre est sortie, disant:

Manipuler des produits chimiques, inflammables, explosifs:

- en contre-bas d’ un quartier populeux ?

- à proximité d’ une école ?

 

NON: que « Forever Products » aille faire cela ailleurs qu’à La Glacerie:

 

la sécurité 100%, ça n’ existe pas !

Les riverains solidaires dans le quartier !

AFFICHETTE-FENËTRE sur demande: Mariette DUJACQUIER, rue de la Glacerie 134 (Tél: 071.45.54.37.) et/ou Roger ROMAIN, a/conseiller communal,  avenue de Wallonie 127,  à  6180 Courcelles (Tél: 071.46.36.81.)

roger.romain@skynet.be          http://users.skynet.be/roger.romain/CourcellesGlacerie01.html           http://courcelles.skynetblogs.be

22:13 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

01/05/2006: On manifeste, on se souvient, on commémore, on lutte ... en Belgique et dans le monde ...

 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Sunday, April 23, 2006 1:43 PM
Subject: 1 MAI MANIFESTATION NATIONAL

1 MAI MANIFESTATION NATIONALE
 
JOURNEE DE LUTTE DES TRAVAILLEURS
 
2ème communiqué d'appel
 
Le Premier Mai est le jour du travailleur dans la plupart des pays du monde, en honneur à la mémoire des travailleurs qui ont donné leurs vies pour obtenir la journée de travail de 8h.
 
Ce jour, partout dans le monde il y aura des manifestations pour revendiquer les droits de la classe ouvrière et des peuples opprimés, c'est un jour de lutte, de célébration, de fierté, etc.
 
Ce 1 mai nous avons appellé a une mobilisation Internationale pour la Regularisation des Sans Papiers, plusieurs pays on déjà signés l'appel, dont ; l'Italie, la France, l'Espagne, Les Etat Unis et la Belgique, vous pouvez lire l'appel sur le liens suivant : http://1maimanif.canalblog.com/archives/2006/04/index.html
 
 
C'est notre jour, peu importe le pays d'où nous venons, peu importe si nous sommes nés ici ou à l'autre bout de la planète, nous faisons face aux mêmes injustices.
 
Plusieurs organisations et villes en Belgique on deja rejoint les différentes mobilisations du 1 mai.
 
Venez nous rejoindre pour les mobilisations partout en belgique, voici la liste des villes deja confirmées et leurs activitées ;
 
BRUXELLES :
 
- Manifestation / Rassemblement à 12h30 sur la place Rouppe - 1000 Bruxelles
- Syndicalisation des travailleurs Sans Papiers par la CSC
- Participation de l'UDEP et prises de paroles dans la fête du 1 mai organisé par le PTB a la VUB.
 
CHARLEROI :
 
- Occupation de la Basilique Saint Christophe.
- Manifestation organisé par la FGTB et visite de la basilique occupe par les manifestants.
- Entraide-Humanitaire (Charleroi) est signataire pour la défense des sans papiers, et organise le 30 Avril 2006 de 14h à 21h "Un premier Mai des précaires" à l' union des travailleurs actifs et  non actifs, en leur locaux site à la rue Emile Nonnon, N° 5, 6001 Marcinelle. Touts les sans papiers y serons les bienvenus et aurons droit à la parole.
 
NAMUR :
 
- 4 occupations en court par les sans papiers.
- Syndicalisation des travailleurs Sans Papiers par la FGTB Namur a partir du premier Mai.
- Participation du mouvement d'occupation  à la fête organisé par la FGTB avec une prise de parole des représentants des sans papiers.
 
 
LIEGE :
 
- Occupation de l'Eglise Notre Dame des Lumières à Glain par l'UDEP.
- Participation de l'UDEP à la Manifestation Européenne de l'EUROMAYDAY, rendez vous au Parc AVROY de Liège à 15h.
- Syndicalisation des travailleurs Sans Papiers par la FGTB Liège, depuis septembre 2005.
 
ANVERS :
 
- Participation de l'UDEP à la Marche du 1 mai organisé par la FGTB/ABVV
- Syndicalisation des travailleurs Sans Papiers par la CSC.
 
GAND :
 
- Asile des sans papiers dans l'eglise St. Antonius
- Syndicalisation des travailleurs Sans Papiers par la CSC.
 
VERVIERS :
 
- Occupation de l'UDEP dans la chapelle St. Lambert
- l'UDEP Verviers participe à la fois au village FGTB à Verviers et à l'EuroMayDay parade à Liège.
 
LA LOUVIERE :
 
- Occupation de l'UDEP dans l'eglise St. Joseph
 
 
 
On vous joint le liens ou vous pouvez telecharger l'affiche et tract, vous trouverez la plateforme d'appel initiale  : http://1maimanif.canalblog.com/
 
Dans les bas de l'affiche on a laisse un espace en blanc ou chacun peut y mettre l'activite qu'il organise et le randez vous .
 
 
Comite 1 MAI
0496 40 33 09
 
 
APPEL
 
 
AVEC OU SANS PAPIERS NOUS SOMMES TOUS DES TRAVAILLEURS 
 
 
Suivant que les immigrés représentent un « apport indispensable à notre économie », ou qu'ils sont considérés comme des fauteurs de chômage et de déficit de la protection sociale, l'Europe ouvre ou ferme ses frontières, adaptant sans état d'âme son discours à ses besoins. Cet utilitarisme migratoire se distingue de ce que serait une authentique politique migratoire par son caractère incohérent, immédiat, cynique et par ses effets souvent contraires aux droits de l'homme.
Quelles que soient les dispositions mises en place, le flux de l'immigration clandestine ne cessera pas, tant que les nations riches et les sociétés avancées n'auront pas décidé de rechercher avec l'ensemble des pays pauvres, et de manière sérieuse et déterminée, les meilleurs moyens de rompre le déséquilibre de plus en plus grand entre les peuples. 
Les mouvements de population, qu’ils soient volontaires ou forcés, ont toujours existé. Ces déplacements et l’intégration de nouveaux arrivants ont contribué, contribuent et contribueront encore à créer la richesse multiculturelle de la société belge.
L’immigration des travailleurs étrangers en Belgique est stoppée depuis 1974, alors que de nombreux secteurs continuent à recruter de la main-d’œuvre étrangère : la construction, le secteur Horéca, le nettoyage, les transports routiers, la cueillette des fruits, etc.
Plus de cent mille personnes sans papiers vivent ainsi d’un travail en noir sur des chantiers, dans des cuisines, etc…
Des contrôles ont lieu afin de poursuivre ces patrons peu scrupuleux. Les conséquences de ces contrôles sont des poursuites du patron et l’arrestation/expulsion des travailleurs, victimes de ce système.
Ces contrôles ne sont qu’une aiguille dans une botte de foin. Des milliers d’illégaux et de nouveaux arrivants continuent à travailler dans des conditions des plus précaires, sans aucun droit, sans  protection aucune.
Le président de la FEB ( Federation des Entreprises Belges ) a déclaré que la Belgique continuera à avoir besoin de main d’œuvre immigrée sur notre marché du travail.
Des sections syndicales ont appuyé les revendications des sans papiers et à Liège ont syndiqué ces travailleurs sans papiers.
La CSC de Bruxelles / Halle / Vilvorde est venue parler aux sans papiers à plusieurs reprises et a fermement déclaré son soutien dans leur lutte pour le droit au travail.
 
Nous exigeons que tout travailleur soit reconnu en tant que tel et obtienne un permis de travail aussi longtemps qu’il réside sur notre territoire.
 
Nous appelons les associations et les citoyens à réagir à cette situation contraire à tous les droits fondamentaux
 
Nous  invitons les syndicats à lancer une campagne d’affiliation de tous les travailleurs clandestins et à le soutenir publiquement pour leur droit au travail ce premier mai. 
 
DROIT AUX TRAVAIL POUR TOUS 
 
SYNDICALISATION DES SANS PAPIERS
 
REGULARISATION POUR TOUS AVEC DES CRITERES CLAIRES ET PERMANENTS
 
Premier signataires ;
 
- UDEP Union pour la Defense des Sans Papiers - Belgique
 
- CRACPE Collectif de Resistance aux Centres pour Etrangers - Liege
 
- VAK Vluchteling Aktie Komite - Gand
 
- CRER Coordination contre les Rafles, les Expulsions et pour la Regularisation - Bruxelles
 
- BASTA - Anvers
 
- LIT Ligue Internationale des Travailleurs - Belgique
 
- COLLECTIF DE VERVIERS Pour une société multiculturelle et pour le respect du droit d'asile - Verviers
 
- PTB/ PVDA Parti du travail de Belgique
 
- La fraction l'étincelle Belgique
 
- PARTI COMMUNISTE Belgique
 
- GRAPPE asbl  Namur
 
- POS/SAP Parti Ouvrier Socialiste Belgique

- UPJB Union des Progressistes Juifs de Belgique
 
- ECOLO Belgique
 
 
Signature de Soutien à l'Appel
 
- Association :
- Nom du signataire et telephone :
- Region ou ville :


SUB TERRA asbl  
Rue de Dublin 33 - 1050 Bruxelles
tel : 0496 40 33 09
Agenda Internet :  http://subterra.canalblog.com/

21:11 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

21/04/2006

21/04/2006: de Michel Collon, journaliste communiste belge: NOUVEAU : Ramadan, Ramonet, Chavez, Coca Cola, Vergès, Colombie, Hamas...

de Michel Collon, journaliste communiste belge: NOUVEAU : Ramadan, Ramonet, Chavez, Coca Cola, Vergès, Colombie, Hamas...

 

----- Original Message -----
Sent: Friday, April 21, 2006 8:46 PM
Subject: [controle_omc] NOUVEAU : Ramadan, Ramonet, Chavez, Coca Cola, Vergès, Colombie, Hamas...

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur :

Gloria Elena Rey - "Parce que j'aime la vie, je ne bois pas de Coca Cola"
Coca a fait assassiner des syndicalistes colombiens. Procès, boycott universitaire et pétition.
Coca Cola

Ignacio Ramonet - Castro : "Le peloton d'exécution a refusé de fusiller Chavez"
Castro révèle son rôle dans les fameuses journées du coup d'Etat de 2002
Ramonet

Tariq Ramadan - Les Palestiniens, l'Europe et ce que tout le monde sait
L'UE prétend imposer le respect du droit international que son protégé bafoue impunément
Ramadan

Odile Tobner - 500 milliards $ volés aux pays pauvres chaque année
Corruption, transfert de bénéfices et activités criminelles coûtent cher aux pauvres
Paradis fiscaux

Adam Hanieh - Hamas : la fin d'une fiction politique?
Pourquoi le mythe du "processus de paix" s'effondre. Que fera le Hamas ?
Hamas

Benito Perez - Colombie : Uribe, fraudes électorales, paramilitaires et mafia
Un ancien cadre des services secrets colombiens déballe tout
Uribe

BREVE DE NET
Michel Collon - L'image des Français
Comment les Etats-uniens voient les Français. Ou comment les médias créent une image ?
Français

MEDIAS
Silvia Cattori - Jacques Vergès : "Un jour l'opinion se réveillera"
"Le problème des médias, vous le connaissez : ils hurlent avec les loups"
Vergès

Ed Herman - Comparaison des "bons massacres" et des "mauvais massacres"
Charnier afghan + USA impliqués = enterrement médiatique.
Comparaison

HISTOIRE
Rémy Herrera - Pourquoi Cuba est devenue et reste révolutionnaire
Précis et passionnant résumé de cinq siècles de pillage. Et de résistance.
Cuba


22:34 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

18/04/2006: Memorandum - impérialisme et anticommunisme - PC de la Fédération russe

----- Original Message -----
Sent: Tuesday, April 18, 2006 9:16 PM
Subject: Memorandum - impérialisme et anticommunisme - PC de la Fédération russe

Chères / chers camarades,

Vous trouverez ci-dessous le Memorandum «Sur la lutte contre l'impérialisme et la nécessité d'une condamnation internationale de ses crimes» émis le 20 février 2006 par le Parti communiste de la Fédération russe.

Le
Parti du Travail de Belgique (PTB) a jugé important de le faire traduire en français et de le diffuser largement aujourd'hui.

Ce Memorandum est à la fois :
- une affirmation de l'importance de lutter contre l'impérialisme et l'anticommunisme.
- une présentation de la situation actuelle de l'impérialisme;
- une recapitulation de l'histoire et de certains principes communistes;
- une invitation à un large débat et à la formation d'une commission internationale sur ces questions;
- une distinction claire entre le «terrorisme» et les justes luttes de libération nationale et des peuples du monde contre l'impérialisme.
- un appel à l'unité et à la lutte des communistes et des progressistes contre l'impérialisme dans sa phase actuelle de «renaissance» du fascisme et des guerres impérialistes.

Le Mémorandum du Parti communiste de la Fédération russe mérite d'être lu avec attention, discuté et diffusé largement.

«Nous proposons de soumettre ce document à un large débat. Chacun peut apporter des ajouts et des propositions. Nous avons besoin d'élaborer collectivement les principales directions et les voies concrètes de lutte contre l'impérialisme international, nous devons faire en sorte que nos actions acquièrent un caractère offensif et il faut que nous opposions une ferme résistance à l'anticommunisme.»

Solidairement,

Antonio Artuso
Montréal
pueblo@sympatico.ca


Workers Party of Belgium wrote:

Sur la Lutte Contre l'Impérialisme et la Nécessité d'une Condamnation Internationale de ses Crimes

Parti Communiste de la Fédération Russe

http://kprf.ru , mailto:zabirov@duma.gov.ru

Moscou, le 20 février 2006

Aux Partis Communistes et de Gauche

Chers camarades:

L'année écoulée peut entrer dans l'histoire contemporaine du mouvement communiste comme l'année de puissantes actions conjointes contre la campagne anticommuniste déchaînée par les forces d'extrême-droite à l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe (PACE). Dans le cadre des nombreuses activités organisées par les communistes se déroulèrent de nombreuses actions de protestation, piquets, discours. Les partis communistes et ouvriers exprimèrent publiquement une condamnation ferme de cette provocation politique. A la PACE les députés communistes agirent selon les seules positions possibles. Au Parlement Européen aussi, les députés des partis communistes et de gauche ont participé à la lutte.

 Grâce à nos actions conjointes nous sommes parvenus à faire échouer les plans des provocateurs de la PACE et à empêcher qu'ils atteignent définitivement leurs objectifs. En même temps, cela n'exclut pas de nouvelles tentatives pour que cette hystérie anticommuniste se poursuive.

Au cours des rencontres internationales, régionales et bilatérales des partis communistes et ouvriers, de nombreuses propositions et opinions sur la nécessité de révéler au grand jour les crimes de l'impérialisme et de les condamner à un niveau international ont été exprimées dans les déclarations de protestation.

Le mémorandum que nous vous présentons est fondé sur les propositions et opinions des partis, organisations, mouvements, politiques et hommes publics, scientifiques et activistes du parti. Ce mémorandum ne prétend pas du tout imposer la vérité en dernière instance. Nous proposons de soumettre ce document à un large débat. Chacun peut apporter des ajouts et des propositions. Nous avons besoin d'élaborer collectivement les principales directions et les voies concrètes de lutte contre l'impérialisme international, nous devons faire en sorte que nos actions acquièrent un caractère offensif et il faut que nous opposions une ferme résistance à l'anticommunisme.

 

Guennadi Ziuganov

Président du CC du PCFR

 

 

Sur les Travaux de la Lutte Contre l'Impérialisme et la Nécessité de la Condamnation de ses Crimes

Mémorandum

I

La menace de l'instauration d'une dictature globale exercée par quelques puissances impérialistes menées par les Etats-Unis plane sur le monde moderne. Son objectif consiste à imposer le pouvoir du dénommé "milliard doré" [pays impérialistes] sur la périphérie exploitée, condamnée pour toujours à la dégradation sociale et économique. C'est pourquoi l'Humanité n'a pas de tâche plus impérieuse que celle de la lutte à livrer contre l'impérialisme et sa modalité moderne, la globalisation. Cette lutte ne sera couronnée de succès que si s'additionnent au niveau mondial les efforts de la classe ouvrière, des paysans, des intellectuels démocratiques et de ceux qui luttent pour la libération nationale.

Cette lutte se poursuit et se renforce malgré le recul provisoire du socialisme sur le continent européen. L'influence qu'exercent dans le monde entier les forces de gauche augmente à nouveau. Les communistes ont toujours été et sont à l'avant-garde de la lutte contre l'impérialisme. Il n'est donc pas fortuit que les provocations anticommunistes se multiplient dernièrement. Un exemple flagrant en est la résolution adoptée par l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe (PACE) lors de sa session de janvier de cette année.

Ce qui est sûr, c'est qu'aucune résolution n'est capable d'effacer le mouvement communiste de l'histoire, d'amoindrir son apport au progrès de la civilisation humaine. Mais cela ne nous exonère pas de l'obligation d'apporter une réponse de poids aux provocateurs. Car la résolution de la PACE n'est pas qu'une manifestation de l'amnésie historique et de la pire ingratitude envers l'Union Soviétique qui a sauvé l'Europe du joug fasciste. C'est une politique dont l'orientation est d'assurer la revanche et la "renaissance" fasciste.

Le monde vit un moment décisif : ou bien l'Humanité avancera un "non" résolu à la restauration fasciste, ou bien elle sera condamnée à de nouvelles souffrances pendant de nombreuses années. C'est pourquoi le Parti Communiste de la Fédération de Russie, tous les communistes russes considèrent que leur devoir international et social consiste à lancer l'initiative d'une élaboration de la stratégie et de la tactique d'une lutte active de l'Humanité contre la menace globalisatrice.

Cette tâche exige la présentation d'une évaluation internationale recouvrant de multiples aspects et la condamnation des crimes commis par l'impérialisme et la globalisation. Nous n'avons pas la prétention de présenter une liste exhaustive de leurs crimes. Le Mémorandum que nous offrons à la considération de l'opinion publique internationale est ouvert au débat, aux perfectionnements, modifications et ajouts. Nous considérons qu'il est nécessaire de créer une commission internationale composée de membres prestigieux pour mener à bien cette tâche.

 

II

Les auteurs du rapport du parlementaire suédois Lindblad ont abordé de façon présomptueuse et sans la qualification requise la très importante question théorique et pratique du rôle de la violence dans l'histoire.

Si l'histoire universelle est envisagée selon des critères petits-bourgeois, il faut la condamner dans sa totalité, depuis le jour où l'homme primitif est descendu des arbres et a commencé sa vie sociale. L'histoire universelle est, en de nombreux aspects, celle de guerres interminables, de pillages et de violence. Comment les communistes évaluent-ils ce fait lamentable mais indiscutable?

Le Marxisme n'a jamais exagéré le rôle de la violence dans l'histoire. Au contraire, ses fondateurs se moquaient de façon sarcastique des "penseurs" comme Dühring qui croyaient que la violence est la source principale du développement mondial. Et c'est évident : l'apologie de la violence est un indicateur de l'idéologie des classes réactionnaires et exploiteuses.

Mais le Marxisme n'a jamais diminué le rôle de la violence lorsqu'il a compris qu'à la violence des exploiteurs, les opprimés peuvent et doivent répondre en ayant recours à la violence de l'autodéfense. Or il y eut et il y a des raisons pour se défendre. Le capitalisme naissait peu à peu du processus de ce que l'on appelle l'accumulation primaire du capital, qui consiste en la séparation forcée du travailleur des moyens de production. Les horreurs de l'accumulation primaire sont inscrites pour toujours en lettres de sang dans l'histoire.

Le capitalisme est venu au monde éclaboussé des pieds à la tête de sang et de boue. Son histoire présente une infinité de raisons à la pénitence. Pour que le capitalisme s'affermisse dans sa patrie, l'Angleterre, il fut nécessaire de ruiner complètement et de liquider la paysannerie libre, propriétaire de la terre, en faveur des orgueilleux "yeoman" de Shakespeare. Et il fallut implanter les lois terroristes contre les "vagabonds" expulsés de leur terre, lois qui punissaient de peine de mort ceux qui portaient atteinte, ne serait-ce que de façon mineure, au "droit sacré" de la propriété privée. On utilisait largement le travail esclave de ces mêmes vagabonds reclus dans les dénommées "maisons du travail". La Révolution bourgeoise, qui n'est restée ni maladroite ni paresseuse au long de deux siècles et demi en Allemagne dévasta littéralement, en plusieurs occasions, le pays, réduisant de plus de moitié sa population. La Révolution française recourut sans hésiter à des mesures de terreur massive contre les ennemis du peuple. Les Etats-Unis d'Amérique du Nord construisirent l'édifice de leur civilisation sur les cadavres de millions d'indigènes et d'esclaves noirs. La satiété de l'Europe jusqu'à aujourd'hui est due à l'exploitation féroce des anciennes colonies et des semi-colonies actuelles.

Les guerres cruelles de l'époque de formation du capitalisme sont entrées dans l'histoire des pays européens comme une tache ineffaçable. Parmi elles figurent : la Guerre de Trente Ans au XVII° siècle, pendant laquelle près de la moitié de la population de l'Allemagne fut exterminée, et au cours de laquelle le régime royal de Gustave II Adolphe de Suède joua le rôle principal. La Guerre de Succession espagnole entre la France, l'Espagne et l'Autriche. La Guerre de Sept Ans initiée par le roi Frédéric II de Prusse. Les guerres napoléoniennes, qui plongèrent l'Europe entière dans le chaos et semèrent la mort parmi les populations civiles, furent accompagnées d'assassinats et d'exécution de millions de personnes, et de la destruction de mouvements culturels, etc.

Comment devons-nous qualifier cette chaîne de brutalités appelée Histoire universelle? L'humanisme bourgeois classique s'en remet au postulat suivant : la voie vers le bien passe par la violence et cherche à se réconcilier avec ses contradictions, grâce auxquelles le mal intervient comme la force motrice du progrès. Cette position a été exprimée de façon plus sincère et complète par les pères spirituels de la civilisation bourgeoise, l'économiste Ricardo et le philosophe Hegel.

Nous, communistes, ne sommes pas des petits bourgeois pleurnicheurs et nous connaissons le prix du progrès social. Il faut payer pour tout. Tant que l'Humanité vit la "préhistoire" (selon Karl Marx), elle est obligée de payer le progrès avec du sang. La doctrine communiste n'essaie pas de nier la réalité ni de l'embellir. Elle a à l'esprit toutes les brutalités de la vie et ne rejette pas les fruits du progrès acquis à un prix terrible. Mais elle se refuse à accepter un tel état des choses en fonction d'une éternelle norme et elle explore des voies menant à des formes différentes, plus humaines, de développement, vers l'histoire de l'Humanité proprement dite, à la différence de sa "préhistoire". Le communisme scientifique est l'unique doctrine sociale de l'histoire qui montre l'issue de cette impasse politique, économique et morale.

 Oui, le socialisme, tout comme les précédentes formations sociales, surgit de la violence et des sacrifices. Les "longues douleurs de l'accouchement" dont parlèrent Marx et Lénine ne sont pas une métaphore creuse. Mais en même temps, c'est le premier régime de l'histoire qui inclut en soi de façon objective le refus d'une voie sanglante "normale" du progrès. Et il met le refus de cette voie à portée de main de la conscience des masses.

Il faut différencier le sang répandu par les révolutionnaires en faveur du progrès social du sang versé par les réactionnaires lors de la lutte contre le progrès, avec pour dessein de le freiner et de l'inverser. Il existe une violence révolutionnaire juste qui veut conquérir la liberté et l'indépendance. Mais il existe aussi la violence réactionnaire, celle qui est utilisée dans la lutte contre la liberté et le progrès, en défense des intérêts égoïstes des classes exploiteuses réactionnaires.

Les révolutionnaires ne se sont pas repentis et ne se repentiront jamais de la juste violence exercée par les opprimés contre les oppresseurs. Ils considèrent que renoncer à faire la différence entre tuer un oppresseur et tuer pour piller conduit au pharisaïsme. Les grandes révolutions socialistes du XX° siècle en Russie et en Chine firent comprendre cette vérité simple, même à de fervents défenseurs du capitalisme comme Franklin D. Roosevelt, Winston Churchill et Charles de Gaulle. Bien plus, ils furent dans l'obligation de créer une alliance avec la Russie socialiste pour la lutte contre le fascisme. Cependant, les anciennes amitiés s'oublient. A la place des alliés des années 40 arrivèrent "ceux qui ont la mémoire courte et qui oublient leurs racines".

C'est pourquoi nous recommandons aux états occidentaux de jeter un regard critique à leur passé et de le juger honnêtement. En finir avec la pratique du "deux poids deux mesures". Les crimes doivent être blâmés, tout en distinguant ce qui a été positif et impérissable.

Il existe un critère précis pour établir la différence entre les crimes et la violence révolutionnaire nécessaire. Dans le "Manifeste Communiste" on dit que la bourgeoisie a joué dans l'histoire un extraordinaire rôle révolutionnaire. Et les communistes ne doivent pas sous-estimer ou passer sous silence ce rôle. Mais l'époque du caractère révolutionnaire de la bourgeoisie s'est achevée depuis longtemps. Le capitalisme est entré dans la phase de l'impérialisme et de la globalisation. Ses objectifs se sont complètement séparés de ceux du progrès social. Les communistes considèrent comme un crime historique tout acte de violence à l'encontre du progrès social. Et l'impérialisme est taché depuis déjà bien longtemps de ce type de crimes.

III

L'impérialisme existe sous deux versions : la libérale et la fasciste totalitaire. Elles se distinguent par leur forme d'organisation politique, mais leur base économique est la même : l'assurance de leur propre bien-être au travers de l'exploitation d'autres pays et peuples. L'histoire témoigne que le libéralisme dégénère facilement en fascisme de type allemand ou italien, ou bien en maccarthysme nord-américain. Très souvent les régimes fascistes coexistent bien avec l'économie libérale et jouissent de toute sorte d'appui de la part des libéraux ; un exemple en est le fascisme de Pinochet au Chili.

Les crimes du nazisme et du fascisme furent condamnés et punis par la communauté internationale. Les crimes des dénommés régimes libéraux n'ont pas été estimés jusqu'à présent à leur juste valeur, la communauté mondiale étant souvent mal informée des forfaits qu'ils commettent.

Les crimes de l'impérialisme diffèrent en fonction du pays et de la période historique. Ils incluent les assassinats et exécutions massifs, la création des camps d'extermination, la faim, les déportations, tortures, travaux forcés, ainsi que d'autres formes de terreur. Sa responsabilité est énorme aussi dans la destruction des ressources vitales de nombreux états et nations. Dans la violation des principes fondamentaux de la morale sociale, des traditions nationales et valeurs culturelles. Dans la création de situations de crises socio-politiques et spirituelles dans le monde.

  1. Crimes contre les travailleurs, contre la classe ouvrière, la paysannerie et les intellectuels démocratiques.

Le capitalisme s'est toujours efforcé d'écraser avec une cruauté extrême les soulèvements des travailleurs et du peuple exploité. Il convient de rappeler le sanglant massacre de la Commune de Paris, la fusillade de la manifestation du 1° mai à Chicago, les horreurs de la guerre civile en Russie.

Mais les principaux instruments de la lutte contre le peuple travailleur ont été l'esclavage direct ou indirect, la faim et les tortures. En particulier, l'utilisation du travail forcé des esclaves dans les conditions des régimes "démocratiques" de Grande-Bretagne, France, Hollande, Espagne, Etats-Unis, pendant la période de leur expansion coloniale et néocoloniale.

Les conséquences de la politique de globalisation impérialiste sont catastrophiques. Les coûts civils et sociaux de ce que l'on appelle politique libérale de marché des pays occidentaux ont des répercutions sur le reste du monde, ce qui provoque une augmentation brutale des souffrances de milliards d'habitants de notre planète. L'injustice flagrante des relations internationales s'aggrave, avant tout dans la division du travail, imposée d'après les préceptes des puissances occidentales. Cela a mené au cours des dix dernières années à l'aggravation sans précédent du problème de la faim. Les indicateurs de la mortalité infantile provoquée par la faim ont atteint, selon les statistiques de l'ONU, un niveau jamais vu auparavant : 17 000 morts chaque jour. Au total, 25 000 personnes meurent de faim chaque jour. Aujourd'hui, 777 millions de personnes, de pays dépendants de régimes libéraux, et 38 millions, de pays dans lesquels ont été instaurés des régimes à l'instar des démocraties occidentales, souffrent de sous-alimentation. Même aux Etats-Unis "libres et démocratiques", pas moins de 18 000 Nord-américains meurent chaque année, simplement par défaut d'assurance médicale.

Les données du Rapport de l'ONU sur le développement humain en 2005 sonnent comme une condamnation de l'impérialisme. Les revenus conjoints des 500 personnes les plus riches au monde dépassent les revenus des plus pauvres de la population de la planète, qui totalisent 416 millions de personnes. Entre ces deux extrêmes se trouvent 2.5 milliards de personnes qui vivent avec moins de 2 $ par jour. Ils constituent 40% de la population de la Terre, mais ils représentent à peine 5% des revenus mondiaux. Parallèlement, 10% des plus riches ont, quant à eux, 54% des revenus mondiaux. La politique des régimes occidentaux a pour conséquence que plus d'un milliard de personnes sur Terre vit dans des conditions de misère. Chaque année, 10.7 millions d'enfants n'atteignent pas l'âge de 5 ans. En même temps, d'après les calculs des experts de l'ONU, si l'on dépensait à peine 4 milliards de dollars, il serait possible de réduire la mortalité infantile de quasiment deux tiers dans les 75 pays les plus pauvres.

Jusqu'à aujourd'hui on a exploité le travail forcé à très grande échelle. Selon les données de l'ONU et de l'OSCE, sur les 2.5 milliards d'esclaves, jusqu'à 500 000 personnes vivent dans des pays occidentaux, et jusqu'à 200 000 dans des états qui ont une économie libérale en "transition".

L'imposition de la "démocratie" et des modèles libéraux en Russie sous la pression des Etats-Unis et des entités internationales qui se trouvent sous leur contrôle a provoqué des pertes humaines de l'ordre de 10 millions de personnes sur le territoire de la Fédération de Russie, dont 9 millions de nationalité russe. Le génocide du peuple russe et d'autres peuples de Russie comme étant le résultat d'une telle politique, a été traduit dans les pièces de la commission pour la destitution du président B.N. Ieltsine et a reçu l'appui de la majorité des députés de la Douma de la Fédération de Russie en 1999.

 

2. Crimes contre la liberté et l'indépendance des peuples.

Le capitalisme a une immense culpabilité dans les cruautés de l'époque coloniale. A l'époque de la lutte coloniale, les populations de l'Inde, de l'Algérie et du Cambodge, de l'Indonésie et de l'Ethiopie subirent l'extermination de la part des nations "libérales", telles que la Grande-Bretagne, la France, la Hollande, la Belgique, l'Italie. Il en est de même pour les peuples de Corée, Vietnam, Yougoslavie, Afghanistan et Irak au cours des agressions lancées par les Etats-Unis.

Le capitalisme s'est servi et se sert largement de la destruction des ressources vitales, et du génocide des peuples autochtones, des tueries et exécutions de masse :

Des indigènes d'Amérique du Nord par le régime des Etats-Unis.

Des minorités slaves d'Autriche-Hongrie au début du XX° siècle.

Des Chinois au cours des "Guerres de l'Opium" que menèrent les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et d'autres états européens, ainsi que le Japon.

Des peuples des pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine par les états de l'actuelle Union Européenne et des Etats-Unis aux XIX° et XX° siècles.

Des peuples biélorusse et ukrainien pendant la politique de "pacification" en Pologne, à l'entre-deux-guerres.

Le génocide des peuples russe, ukrainien, biélorusse, juif et autres, lors de la période de l'occupation de l'URSS par les troupes de l'Allemagne, de la Hongrie, de la Roumanie, de la Slovaquie, de la Croatie et de la Slovénie, ainsi que par les détachements de S.S. qui enrôlèrent des nationalistes et de riches paysans contre-révolutionnaires lettons, estoniens, lituaniens et de Galicie (Pologne).

Depuis la moitié du XIX° siècle, les Etats-Unis, guidés par la dénommée "Doctrine Monroe", mènent d'interminables interventions armées contre les pays d'Amérique Latine. Les arrestations et exécutions sans jugement de révolutionnaires comme Ernesto Che Guevara sont devenues depuis longtemps une caractéristique inaliénable de la "démocratie" nord-américaine et de l'"Etat de droit". Le coup d'état militaire au Chili inspiré par la CIA, l'assassinat du président Allende sont entrés dans l'histoire comme l'un des crimes les plus cyniques de l'impérialisme. Aujourd'hui le blocus contre Cuba se poursuit ainsi que les provocations interminables contre le Venezuela, dont les peuples ont opté pour la voie de développement socialiste.

Sous prétexte d'implanter la démocratie on mène une guerre impitoyable contre le peuple d'Irak, dont l'unique "faute" est le désir de vivre selon ses propres lois et de décider de son destin. Sous le couvert d'arguments hypocrites sur la défense de la liberté, on prépare des agressions contre l'Iran et la Syrie, on soutient la politique annexionniste d'Israël, on use de représailles contre tous ceux qui s'opposent aux prétentions des Etats-Unis et de leurs alliés hégémoniques dans le monde actuel.

En Europe, en Lettonie et en Estonie, grâce au consentement silencieux de l'Union Européenne, on ressuscite le système d'apartheid, qui pour des raisons ethniques prive de leurs droits politiques presque la moitié de la population.

  1. Crimes contre la paix et la vie sur la Terre.

L'impérialisme est responsable du déclenchement des deux guerres mondiales qui prirent les vies de presque 100 millions de personnes. Le plus grand crime de guerre de l'histoire de l'Humanité fut le bombardement atomique nord-américain contre les villes d'Hiroshima et de Nagasaki. L'usage d'armes de destruction massive contre les organismes vivants ne fut pas moins mortifère. Par exemple, la dissémination d'agents défoliants en Indochine par l'aviation nord-américaine.

Les guerres ont été accompagnées de déportations, tortures et de l'extermination de personnes dans les camps de concentration. Extermination de Russes dans les camps de concentration anglais sur l'île de Mudyuk, lors de l'intervention de l'Entente. Extermination de Russes, d'Ukrainiens, de Biélorusses et de représentants d'autres peuples, en tant que prisonniers de l'Armée Rouge, dans les camps de concentration polonais au début des années 20, et où furent tuées presque 20 000 personnes. Extermination d'Ukrainiens, de Biélorusses et de Juifs dans le camp de concentration polonais où étaient enfermés et où furent assassinés les dissidents qui défendaient les idéaux communistes, et qui luttaient pour la réunification des peuples ukrainiens et biélorusses.

20 millions de civils d'URSS tombèrent victimes des travaux forcés, de la faim, des pénuries de la guerre, des exécutions massives. Russes, Ukrainiens, Biélorusses, Juifs et Gitans exterminés lors de l'occupation du territoire de l'Union Soviétique par les troupes de l'Allemagne, de l'Italie, de la Hongrie, de la Roumanie, de la Slovaquie, ainsi que par les légions nationales S.S., sans oublier celles venant de Finlande, de Norvège, de Lettonie, d'Estonie et de Lituanie. Le blocus auquel fut soumise la population civile de Leningrad, qui provoqua la mort de plus d'un demi-million de ses habitants, représente l'un des plus terribles crimes de lèse-humanité.

Les guerres impérialistes sont le produit de provocations cyniques. L'incendie du Reichstag, l'explosion d'habitations à Moscou, le 11 septembre 2001 à New-York. La coopération active des services secrets occidentaux avec les terroristes internationaux, leur entraînement et leur équipement, le choix de leurs objectifs, cela n'est pas du tout un secret.

4. Crimes contre la culture.

Nous pensons que les crimes de l'impérialisme contre la culture universelle et la culture nationale méritent d'être l'objet d'une recherche rigoureuse et indépendante. Car tous les forfaits mentionnés ci-dessus sont le résultat direct de la "mission civilisatrice" de l'impérialisme, de l'imposition violente de la "démocratie", des conceptions du "manque de besoins" des cultures et civilisations nationales des peuples autochtones d'Asie, d'Afrique, d'Amérique et même d'une partie de l'Europe. Sur ces attitudes idéologiques s'est fondée la nécessité d'"éliminer" non seulement les personnes concrètes mais des peuples entiers qui, d'après ce qui était affirmé, entravaient la construction de la société "libre" et étaient même catalogués comme des "sous-hommes" inaptes à vivre dans les conditions de l'idéologie et de la politique démocratique libérale. Nous considérons que l'opinion internationale doit exprimer sa position et dénoncer de telles théories qui diffusent la haine parmi les hommes, telles que le malthusianisme, le darwinisme social, la doctrine de Nietzsche, le racisme, la mondialisation, etc.

Nous considérons aussi que les multiples guerres déclenchées par l'impérialisme dans les Balkans, qui durent depuis déjà un siècle et demi, poursuivent non seulement des objectifs économiques mais sont aussi destinées à détruire la Grèce comme berceau de la civilisation européenne, et la Serbie comme foyer de la religion orthodoxe en Europe.

IV

Les cercles des gouvernants et les partis politiques des pays occidentaux ont été liés dans de nombreux cas aux crimes du passé et à ceux qui sont commis aujourd'hui. En Europe, sous couverture de "démocrates" se déguisent souvent les partisans des régimes dictatoriaux en Espagne et en Italie, les nazis en Autriche, les partisans de Pilsudski en Pologne, de Stepan Bandera en Ukraine, des nains fascistes dans les républiques baltiques.

L'évaluation politique et morale des actions passées et présentes des impérialistes est nécessaire justement aujourd'hui, alors que les pays qui professent cette idéologie et ces objectifs tentent de présenter leur activité comme une sorte de modèle que devrait suivre toute l'Humanité. Le devoir de la communauté internationale est d'effectuer une évaluation juste de "l'apport" de ces régimes à l'histoire universelle et d'alerter les gens sur la répétition des crimes commis par les libéraux. L'évaluation objective de l'histoire de l'impérialisme est d'une extrême importance afin d'éduquer les jeunes générations, d'asseoir les bases d'une véritable coopération entre les états et peuples qui ont une histoire différente et appartiennent à des civilisations différentes.

Nous considérons que les victimes des crimes des régimes impérialistes, leurs familles et descendants méritent un dédommagement matériel pour leurs souffrances. Nous proposons la création d'un Jour international en mémoire des victimes des crimes de l'impérialisme. Ce pourrait être le 1° septembre, anniversaire du début de la Deuxième Guerre Mondiale.

Mais la condamnation seule est insuffisante. Il faut offrir une réelle alternative à l'Humanité.

L'impérialisme et la globalisation sont des formes réactionnaires, déformées de l'intégration mondiale. Mais l'intégration comme telle est inévitable. Ce n'est pas grâce à la bonne ou mauvaise volonté de quelqu'un, mais bien de façon objective et indéniable que l'Humanité avance vers une unité de plus en plus intense et diversifiée. C'est un fait positif et irréfutable. Toute tentative pour renverser ce mouvement, pour faire resurgir l'isolationnisme, est réactionnaire. Mais pour le destin de l'Humanité, pour le destin de toute l'espèce Homo sapiens, il est essentiel de savoir par quelles voies et vers quel type d'unité on est en train d'avancer.

Et si elle avance vers la subordination successive du travail et du capital ou vers l'émancipation du travail du capital et la conversion du travail en un besoin vital et naturel?

Et si elle avance vers l'unité dans la diversité, vers une association dans laquelle "le libre développement de tous est la condition du développement libre de chacun", ou vers l'unité de l'uniformité, vers un cartel mondial vers lequel le pouvoir du capital pousse l'Humanité?

Et si elle avance vers l'instauration du pouvoir oligarchique d'un cercle étroit de personnes ou vers l'interaction démocratique et la coopération des pays et peuples souverains?

Seul le socialisme peut offrir une alternative réelle, qui ne soit ni utopique ni réactionnaire, à la globalisation et au "nouvel ordre mondial". Voici la thèse des communistes russes : l'unité de la lutte des classes des travailleurs en faveur de l'émancipation sociale et la lutte des peuples pour l'indépendance, pour un développement libre, démocratique et original.

Nous sommes convaincus que le mouvement anti-impérialiste et anti-globalisation acquerra un essor encore plus grand et renforcera son unité sur les bases des objectifs de sa lutte conjointe. Ces objectifs sont les suivants :

Pour l'émancipation du travail issu de l'exploitation et pour la justice sociale.

Pour l'internationalisme et le patriotisme comme valeurs fondamentales de cohabitation entre hommes et à niveau international. Contre le chauvinisme et le cosmopolitisme.

Pour l'indépendance nationale et étatique.

Pour les droits humains, non seulement civils et politiques, mais aussi les droits sociaux et économiques tels que le droit au travail, au repos, à l'éducation, à l'assistance médicale, à la protection sociale.

Pour la liberté de l'information et de l'expression. Contre le totalitarisme de l'information et l'impérialisme culturel.

Pour la défense de l'environnement contre l'effet destructeur de la "course consumériste" et de l'actuelle division internationale du travail.

Pour le droit des peuples au soulèvement, à l'autodéfense face à l'agression, à la lutte armée contre les oppresseurs et les occupants.

Contre le terrorisme international. Pour une différenciation nette entre le terrorisme et la lutte de libération nationale.

Contre la discrimination raciale ou nationale, contre toute forme d'apartheid.

Contre le joug de la dette extérieure.

Pour la suppression du contrôle policier total sur les individus.

Pour la dissolution des blocs politico-militaires agressifs.

Nous pensons que la plate-forme que nous proposons pourrait constituer la base d'actions conjointes pour la lutte anti-impérialiste.

Chaque parti, chaque organisation et mouvement choisiront, en prenant en considération les particularités de chaque pays, les formes concrètes de lutte pour l'obtention des objectifs posés. Mais la réalisation de ces objectifs est extraordinairement nécessaire. Ils se réaliseront obligatoirement, avec les efforts associés de l'Humanité progressiste, si celle-ci aspire non seulement à survivre mais aussi à avancer sur la voie du progrès, de la paix, de l'égalité et de la justice.

Il faut se tourner vers le futur et ne pas régler nos comptes avec le passé.

Il faut aller de l'avant avec courage et détermination!

Guennadi ZIUGANOV

Président du CC du PCFR

http://www.solidnet.org
texte traduit en français par E.C., à la demande du PTB

00:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

20/04/2006

20/04/2006: Népal: La police tire sur des milliers de manifestants: au moins 3 morts. Est-ce avec les mitrailleuses belges ??? Pour ceux qui ont la mémoire courte ...

[----- Original Message -----

From: Al Faraby
Sent: Thursday, April 20, 2006 4:55 PM
Subject: [ForumCommuniste] Népal: La police tire sur des milliers de manifestants: au moins 3 morts

20 Avril 2006
Népal
La police tire sur des milliers de manifestants : au moins 3 morts
 
La police népalaise a tiré jeudi sur des milliers de manifestants dans la banlieue de Katmandou alors qu'ils se dirigeaient vers la capitale, tuant au moins trois personnes et en blessant plusieurs autres ayant violé le couvre-feu décrété pour la journée, selon des témoins et des responsables hospitaliers.
Le gouvernement a prolongé le couvre-feu de sept heures après ces violences. Il s'applique ainsi de jeudi, 2h, à vendredi, 3h, selon un communiqué lu à la télévision publique.
Des médecins de l'hôpital Model de Katmandou ont déclaré que deux personnes étaient mortes et plus de 40 autres se trouvaient dans un état critique, la plupart souffrant de blessures à la tête.
Des milliers de personnes s'étaient jointes à la manifestation et se dirigeaient vers le secteur de Kalanki dans l'ouest de Katmandou où les policiers ont d'abord tiré des grenades lacrymogènes avant de commencer à tirer avec des balles réelles et de caoutchouc, a déclaré Kunjan Aryal, un membre d'INSEC-Nepal, une organisation de défense des droits de l'homme basée au Népal.
Par ailleurs, 19 policiers pris en otages lors d'assauts meurtriers contre des bases de la sécurité dans le sud du pays le 5 avril ont été remis en liberté jeudi par la rébellion communiste. Un responsable gouvernemental ayant requis l'anonymat a déclaré qu'ils étaient en bonne santé.
Les rebelles multiplient les attaques contre des cibles gouvernementales depuis la fin de la trêve qu'ils avaient unilatéralement déclarée en début d'année. Ils ont pris les armes en 1996 pour tenter d'instaurer un Etat communiste. Les combats ont fait plus de 13.000 morts.
 
Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm
 
ForumCommuniste
- Pour correspondre avec la liste  :
ForumCommuniste@yahoogroupes.fr
- Pour vous inscrire à ForumCommuniste, envoyez un message à : ForumCommuniste-subscribe@yahoogroupes.fr
 
 


Pour vous abonner à ce groupe, envoyez un email à :
ForumCommuniste-subscribe@yahoogroups.com

Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm




LE CITOYEN MORIAUX CONTRE LA "DICTATURE" COMMUNISTE  au NÉPAL :

Dans le même numéro du "Point rosé" courcellois, au nom de la Fédération "socialiste", le citoyen MORIAUX défend évidemment la vente par la BELGIQUE de 5.000 mitrailleuse au gouvernement du NÉPAL. Il reprend évidemment la thèse du gouvernement arc en ciel suivant laquelle il faut défendre le gouvernement népalais en lutte contre une guerilla maoïste qui veut instaurer une "dictature communiste"... Rappelons tout simplement que la dictature existe déjà NÉPAL : celle du pouvoir féodal et réactionnaire en place. En 2001, dix membres de la famille royale, dont le souverain ont été massacrés à l'instigation de l' actuel roi. Il y règne une exploitation féroce des paysans par les grands propriétaires terriens. L' espérance de vie est de 57 ans. 77% des femmes y sont illettrées. Quatre mille personnes ont été tuées depuis 1996. On y compte des centaines de "disparus" et bien plus jetés en prison. Ce n' est qu' après avoir épuisé tous les moyens de lutte légaux pendant plusieurs décennies que les rebelles maoïstes ont effectivement pris les fusils. L'immixition ouverte dans un pays en révolte, voilà le genre de "coopération au développement" choisi par la BELGIQUE, le Parti "socialiste" et le citoyen MORIAUX : l'aide à la répression d'un peuple. Il est vrai que la BELGIQUE, le gouvernement arc en ciel, le PS se rangent ainsi dans le même camp qu' Adolf BUSH Jr et nos "amis" ricains dans le cadre de la lutte contre le terrorisme des autres et de la lutte anti-communiste. Alors, cela ne déplaît pas à MORIAUX.

Ces infos vont éclairer davantage ceux qui suivent les élucubrations du citoyen MORIAUX  (mars 2004)

Géographie : Le Népal est  densément peuplé et est enclavé entre la Chine et l'Inde.

Réflexion politique:
Dés la fin des guerres contre l‘ Afghanistan & l’ Iraq, l’ attention des EU se reporte a nouveau sur le sud asiatique. Le Népal se trouvant enclavé entre la Chine & l’ Inde, c’ est un pays de grande importance stratégique. 
En créant un climat de troubles et d’ instabilité les EU veulent créer la possibilité d’ intervention, ce qui fait partie de leur stratégie à long terme qui est d’encercler la chine. Et le contrôle sur tout le sud asiatique.
Les principaux événements depuis juin 2001: 
1er juin 2001, : L'auto proclamé roi Gyanendra prend le pouvoir (ceci suite au massacre de la famille du roi Birendra,  (Gyanendra est personnelement responsable du massacre du précédent roi et de sa famille)
Gyanendra dissout le parlement le 22 mai 2002
Le 18 juin 2002 : le secrétaire maoïste participant aux négociations à été kidnappé
Le 29 janvier 2003, le gouvernement du roi Gyanendra et les révolutionnaires sous la direction du Parti Communiste du Népal (maoiste) décident d' un cessez-le-feu et commencent la négociation pour la paix, ceci après 7 ans de guerre civile au Népal,
Le 13 mars, les parties signent une convention en 22 points.
Les Britanniques, pendant la période du cessez - le feu(trêves) ont envoyé 2 hélicoptères MI-17 et ont fait un don de 6,5 millions de livres sterling pour l’achat de matériel militaire....
la Belgique à également vendu du matériel militaire.
Le 25 avril 2003, le gouvernement conclu un accord appelé "opération pour combattre les rébellions " avec les EU. L’armée fait des manœuvres militaires sous les yeux des experts & conseillers américains & les Britanniques.
Les 2 parties sont venues à la table de négociation le 27 avril & le 9 mai 2003
Des décisions très importantes y ont été prises : comme  la libération des prisonniers politiques, la limitation de la liberté d' action de l'armée qui ne doit pas dépasser un rayon de 5 km autour de sa caserne, la mise en place d' un climat de confiance afin de discuter de l'agenda dans de bonnes conditions
 le 4 octobre 2003,  Gyanendra renvoie le parlement.(l' accusant de ne pas venir à bout de l' insurrection maoïste, et avait nommé une administration à sa dévotion.). Il a décidé de prendre seul le pouvoir décisionnel et à réinstaller la monarchie telle que l' Europe l’a connue au moyen âge, il est donc devenu un monarque absolu.au solde des impérialistes

La situation politique actuelle au Népal est la suivante : 

a) Plus de gouvernement élu par le peuple

b) plus de constitution.

(Au Népal, nous pouvons maintenant parler d'une puissance politique double, la nouvelle étant en train de supplanter l' ancienne.
L'ancienne  est administrée par le monarque absolu Gyanendra (Le gouvernement actuel sous strict contrôle du Roi, ne suit ni les décisions, ni les résultats des négociations).
Le nouveau pouvoir est administré par les révolutionnaires maoïstes.
(Cette situation est reconnue par les 2 parties
Que se passe- t - il actuellement sur le terrain? 
Vu objectivement, on peut considérer que toute la campagne où vit 80% (des 23,5 millions) de la population est sous contôle du nouveau pouvoir( les combatants révolutionnaires maoïste .). L'armée doit rester cantonnée dans ses quartiers généraux ainsi que dans les villes
Cependant :
Les Népalais sont à nouveaux soumis à un régime fasciste.
Les faits suivants parlent d’eux-mêmes. 
Divers journaux ont relaté que depuis le décret de "cessez - le - feu " Dans de nombreux villages,19 citoyens ont été assassinés.
ceci en violation avec le code de bonne conduite,
Des troupes, prétextant une campagne de santé, sont à nouveau présentes.dans les campagnes
Entre la période s’ étalant entre novembre 2001 et janvier 2003, 3.297 népalais ont perdu la vie dans des soi-disant actions armées.
Des milliers d’autres se retrouvent dans les prisons de l’ armée et de la police, où ils sont torturés, 169 journalistes ont été arrêtés. 7 d’en eux ont été tués.
348 personnes sont portées disparues, 326 le sont par les services d’ État, 22 par les maoïstes. (source : INSEC, une organisation humanitaire)
La période de 6 mois du cessez - le - feu est révolue et le gouvernement n’ a toujours pas fait la moindre proposition pour solutionner la crise.
Le seul projet du gouvernement est de régler la crise actuelle par la terreur et la répression ainsi que par l’ intervention de troupes étrangères.
Pendant cette période cruciale entre guerre et accord de paix, et afin de trouver des solutions à la crise, seul le CPN maoïste dépose des propositions de paix  ainsi que  proposition politiques démocratiques et concrètes mais néanmoins flexibles.
Afin de solutionner toutes les crises de ce pays, il faut trouver une solution politique constructive.
Pendant  que les EU & La Grande-Bretagne veulent "sécuriser" leur intérêt stratégique,   
2004 :  9.500 Népalais ont été assasssinés depuis 1994  

22:24 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/04/2006: de Michel Collon, journaliste communiste belge: NOUVEAU : USA-Iran, Venezuela, Irak, Yougoslavie, propagande de guerre...

 

----- Original Message -----
Sent: Friday, April 14, 2006 12:01 PM
Subject: [forumrougesvifs] NOUVEAU : USA-Iran, Venezuela, Irak, Yougoslavie, propagande de guerre...

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur :

Karim Lakjaa - Les Etats-Unis en guerre en Irak contre l'Iran
Révélations sur le chaos et la guerre déguisée contre Teheran
USA-Iran

Général Gallois - Ce que cache le TPI pour l'ex-Yougoslavie
Berlin, Washington et Milosevic : ce que l'armée française savait et n'a pu dire
ex-Yougoslavie

MEDIAS

John Pilger - Channel 4 prépare les esprits à une invasion du Venezuela
"Si une attaque avait lieu, Rugman en porterait une part de responsabilité"
Venezuela

Cismigiu - Samedi, j'étais en famille, et je regardais France 5...
Autopsie d'émissions sur la Roumanie, le procès Saddam, Adler et les USA
Roumanie

Andrew Buncombe - Oh, qu'elle est belle, la guerre !
Rumsfeld a chargé le Lincoln Group de présenter la version US. Confrontation aux faits.
Belle guerre


—————————————————————————————————————

Ce message vous a été envoyé via le forum du site des communistes rouges-vifs de Paris http://www.rougesvifs.org
Son contenu n'engage que son auteur.
En utilisant la fonction "répondre", vous écrivez au forum. Pour répondre à l'auteur du message seulement, utilisez son adresse.
Pour poster un message, utilisez l'adresse forum@rougesvifs.org.
Pour vous inscrire sur la liste, écrivez à inscription@rougesvifs.org. Pour vous désinscrire à desinscription@rougesvifs.org.

22:06 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

19/04/2006

19/04/2006: L'image des Français (Brève de Net), vue d' un pays "civilisé" ...

----- Original Message -----
Sent: Wednesday, April 19, 2006 7:17 PM
Subject: L'image des Français (Brève de Net)

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

BREVE DE NET :

L'image des Français
MICHEL COLLON

« La France est un pays socialiste », « Les Français passent tout leur temps en vacances » et « Les jeunes manifestants anti-CPE attendent que le gouvernement leur apporte un emploi au lieu de le chercher eux-mêmes ». Entendu, tel quel, de jeunes cadres new-yorkais, dans un reportage d'Arte la semaine passée.

Mais quelle image fantasmée les médias US donnent-ils donc des Français ? Voilà ce que se demanderont bien sûr ceux qui connaissent la France réelle.

Bonne question. En voici une autre, peut-être encore meilleure... Que vaut l'image que ces médias US - mais aussi français - nous ont apportée à propos d'autres pays diabolisés ces dernières années ?

+ + + + +


« Quand je vois ce que disent les médias sur mon pays que je connais bien, je me dis que je ne dois rien croire de ce qu'ils disent sur d'autres pays que je ne connais pas ! » (Ernesto Cardenal, ministre progressiste du Nicaragua, agressé économiquement, militairement et médiatiquement dans les années 80)

18 avril 2006
Retrouvez les autres "Brèves de Net" sur :
http://www.michelcollon.info/archives_articles.php?log=br...

23:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

19/04/2006: La face cachée de l’affaire Erdal

Menu

Appel du Clea 9-03

Tract Clea 20-03

Communiqué 01-03

Communiqué 21-02

Appel SAD

Lettre d'Henri Alleg

Analyse JC Paye

Réunions Clea

Contact :

cleaclea@laposte.net

Accueil

Clea

Comité liberté d'expression et d'association

 

 

Appel
La face cachée de l’affaire Erdal

S’exprimer, s’organiser, contester : ce n’est pas du terrorisme !

 

La fuite de Fehriye Erda a cristallisé l’attention des médias et éclipsé les enjeux du verdict du procès de Bruges.

Pourtant, ces enjeux sont importants. Le 28 février 2006, le tribunal correctionnel du Bruges a condamné sept personnes à des peines de 4 à 6 ans de prison. Parmi les condamnés, Mussa Asoglu et Bahar Kimyongür ont été respectivement condamnés comme chef et membre d’une organisation terroriste. Les sept ont été condamnés pour association de malfaiteurs. La présence d’armes et de faux papiers dans un appartement de Knokke a donné lieu à des condamnations pour toutes les personnes qui y ont été présentes (c’est-à-dire tous sauf Bahar Kimyongür).

Mussa Asoglu a déclaré devant la justice que les armes et les papiers découverts étaient destinés à protéger Fehriye Erdal contre les mercenaires que l’Etat turc et des industriels turcs avaient annoncé avoir lancés à travers l’Europe avec pour mission de la « liquider ».

Il n’y a aucun élément du dossier répressif démontrant que les personnes finalement condamnées aient commis des actes de violence en Belgique ou en Europe et qu’ils aient perpétré ou préparé des actions de ce type en Turquie ou même qu’ils aient eu l’intention de le faire.

La Belgique est confrontée à un problème d’ordre diplomatique avec la Turquie. L’Etat turc a plusieurs fois demandé l’extradition de Erdal. La Belgique s’est prononcée contre cette extradition qui risquait de la soumettre à une justice jugée politique, au risque de la torture et, de la peine de mort. Par ailleurs, la justice belge, forte du principe de territorialité, s’est déclarée incompétente à juger Erdal pour des faits présumés commis sur le sol turc. Aujourd’hui qu’elle a « échappé à la vigilance » de la Justice et de l’Intérieur, l’Etat Turc manifeste son mécontentement et l’ambiance diplomatique se tend entre les deux Etats.

L’agitation politique et médiatique liée à l’affaire Erdal recouvre fâcheusement d’un voile opaque les questions cruciales pour notre démocratie, que pose la loi contre les organisations terroristes, l’utilisation qui en est faite et le précédent judiciaire né du verdict du procès de Bruges. En effet, cette affaire pose une série d’interrogations au sujet des libertés démocratiques et de leur garantie par le droit pénal belge.

Le principe de territorialité

Le DHKC est un mouvement politique de gauche qui opère en Turquie pour dénoncer et agir contre ce qu’il considère comme une dictature fasciste. A ce titre, il est inscrit sur pression du régime turc dans la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne, liste qui a vu le jour suite aux attentats du 11 septembre. Ce mouvement n’a commis aucun acte jugé criminel ou terroriste en dehors des frontières de la Turquie. Et, en particulier, aucun de ses membres et sympathisants n’est soupçonné de s’être rendu coupable de tels actes sur le territoire belge.

Le droit pénal belge prévoit le principe dit de territorialité, qui garde la justice belge de devoir juger des personnes ayant commis des actes criminels ou délictueux en dehors du territoire à moins qu’il ne s’agisse de crime contre l’humanité, de crime de guerre ou de génocide. Ainsi le procès de Bruges pose la Belgique en arbitre de conflits politiques qui ont lieu en dehors de son territoire, au risque d’entraîner sa justice et sa diplomatie dans une situation absolument ingérable.

Le principe de responsabilité individuelle

Le droit pénal belge fonde la prévention et la condamnation sur le principe de responsabilité individuelle. Ce qui signifie que pour condamner une personne, il faut établir qu’elle s’est elle-même rendue coupable de crime ou de délit.  A travers le concept d’ « association de malfaiteurs », le droit pénal prévoit cependant que des personnes ayant contribué activement à une association ayant pour but de commettre un crime ou un délit, peuvent être condamnées à ce titre. La nouvelle loi sur les organisations terroristes rompt avec le principe de responsabilité individuelle et permet de condamner une personne au titre de sa seule appartenance à une telle organisation. Ce qui signifie qu’il n’est plus nécessaire de commettre un crime ou un délit, mais qu’il suffit d’être membre d’une organisation étiquetée terroriste pour être condamné comme terroriste.

Le principe de liberté d’expression et d’association

Le cas de Bahar Kimyongür est particulièrement significatif. Les préventions qui pesaient sur lui ont été établies sur le simple fait qu’il a traduit, diffusé et commenté un communiqué du DHKC. Comment comprendre que Bahar Kimyongür ait été condamné à 4 années d’emprisonnement pour ce délit d’information ?

Par l’utilisation de cette loi qui condamne l’appartenance à une organisation menant des actions dont le but serait de « contraindre indûment des pouvoirs publics ou une organisation internationale à accomplir ou à s’abstenir d’accomplir un acte », les libertés d’expression et d’association sont susceptibles d’être mises à mal. Ainsi par exemple, si cette loi avait été en vigueur à l’époque de l’apartheid en Afrique du Sud, toute personne associée à l’ANC (organisation de Nelson Mandela) en Belgique aurait pu se voir inculpée et condamnée à de lourdes peines comme membre d’une organisation terroriste. La définition des infractions laisse une telle marge de manœuvre et d’appréciation à la discrétion des autorités judiciaires qu’il n’est pas impensable que des personnes qui participent à des actions de contestation ou qui sont membres d’une organisation, telle un syndicat ou un collectif citoyen, se voient bientôt inculpées et condamnées, au titre de cette loi, comme membres d’une organisation terroriste.

Nous appelons la société civile et les responsables politiques à un débat sur les limites de la lutte contre le terrorisme et sur le respect des principes démocratiques qui fondent notre droit.

Nous appelons les citoyens à la constitution d’un Groupe de vigilance sur les risques d’utilisation possibles de la loi contre les organisations terroristes.


Premiers signataires :

 


Je signe :

Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

Nom(*)
Prénom(*)
Adresse E-mail(*)
Organisation
Profession
Pays(*)
Commentaire

L'adresse E-mail ne sera communiquée à personne.
Si le Clea devait l'utiliser ce ne serait que pour une éventuelle information
ou une prise de contact en rapport avec nos activités qui toutes sont explicitées sur ce site web..


Liste des signataires >>>

La liste des signataires ne sera rendue publique qu'au moment opportun
au regard de la stratégie d'information du Clea.

Pour en délibérer, rendez-vous à la réunion du lundi 13 mars
présentée en page d'accueil.

19:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

19/04/2006: TPI: Entretien avec Maître Jacques Vergès

Si vous lisez bien, et réfléchissez bien, cette interview de Maître Vergès est fantastique de réalité(s).
RoRo

 

 

Site d'information sur le conflit israélo-palestinien

 

Palestine - Solidarité

 

Retour : Sommaire Silvia  -  Accueil Analyses  - Ressources  -  Mises à jour



Entretien avec Maître Jacques Vergès
Silvia Cattori


Maître Jacques Vergès : "Le TPI est une institution illégale"


Entretien réalisé par Silvia Cattori avec Maître Jacques Vergès.
Paris, 14 mars 2006.

A l’heure où tant de gens peinent à comprendre le silence de leurs autorités face aux victimes qui, en Irak, en Afghanistan, en Palestine, mais aussi chez nous, sont laissées sans protection, nous croyons que des voix comme celle de Maître Vergès sont importantes.

Silvia Cattori - Vous connaissiez M. Milosevic. Qu’avez-vous ressenti à l’annonce de son décès ?

Jacques Vergès : Je suis son avocat, un parmi d’autres. Qu’ai-je ressenti ? J’ai ressenti de l’indignation parce que, manifestement, c’est une mort que l’on a voulue. De ce point de vue, c’est un assassinat. M. Milosevic était très malade. On lui a imposé des séances harassantes qui se terminaient après l’heure de la promenade journalière, qui consistait à faire les cent pas, dans la cour de la prison. Au début de cette année il a été très malade ; il a demandé à se faire soigner en Russie. Nous ne sommes plus au temps de la guerre froide. Les Russes avaient promis de le garder entre les mains de la justice, de ne pas lui permettre de s’évader. Le Tribunal Pénal International a refusé qu’il se fasse soigner en Russie. A cet homme qui avait besoin de soins urgents, on les lui a refusés, avec au bout sa mort. Aujourd’hui, l’autopsie dit qu’il est mort d’un infarctus, que c’est une mort naturelle. Ce n’est pas vrai. Des morts naturelles peuvent être provoquées. Pendant la guerre d’Algérie, j’ai été désigné par les nièces d’un Monsieur qui venait d’être arrêté. Je leur ai dit que j’allais intervenir auprès des autorités pour qu’il ne soit pas torturé et elles ont dit « mais il ne s’agit pas de tortures, il s’agit de sa vie, il est diabétique et a besoin d’une piqûre d’insuline tous les jours, sans quoi il meurt ». Il serait mort de mort naturelle. Dans le cas de M. Milosevic, même si l’on ne trouve pas de trace de poison, il est mort d’une mort naturelle, mais d’une mort naturelle provoquée. On me dit : mais pourquoi ceci ? Parce que, premièrement, c’était un homme qui était courageux, qui se défendait seul devant le tribunal, et on voulait le briser, au risque de le tuer. Eh bien, on l’a tué. C’est pourquoi je dis que ce tribunal est un tribunal d’assassins.

S.C.- En n’accordant pas au prévenu le respect auquel tout prisonnier a droit, fut-il un criminel, Mme Carla del Ponte a-t-elle donc failli ?

Jacques Vergès : Oui, on a refusé à M. Milosevic le respect que l’on doit à tout prisonnier. En France, nous avons un ancien ministre, M. Papon, qui a été condamné pour crimes contre l’humanité. Il s’est senti malade. Des médecins ont fait leur constat, et on l’a mis en liberté. Il a été traité humainement.

S.C.- N’avez-vous aucune considération pour le TPI ?

Jacques Vergès : Le Tribunal Pénal International est une institution illégale qui a été décidée par le Conseil de Sécurité qui n’a aucun pouvoir judiciaire. On ne peut pas déléguer un pouvoir que l’on n’a pas. Seule l’Assemblée pouvait décider cela. Deuxièmement, ce tribunal n’a pas de loi. En France ou en Suisse, quand vous allez devant un tribunal, il y a un code de procédure que l’on applique. Pour le TPI, il n’y a pas de code de procédure. Le TPI change la procédure selon les besoins qu’il éprouve. La procédure, en ce qui concerne M. Milosevic, a été changée vingt-deux fois. Troisièmement, ce tribunal s’occupe de faits antérieurs à sa création, ce qui est illégal. Cela s’appelle « la rétroactivité de la loi pénale », procédé qui est parfaitement contraire à toutes les règles démocratiques. Ce tribunal admet que des témoins puissent témoigner masqués. Quel débat contradictoire est-il encore possible ? ! Ce tribunal dit que, dans certains cas, la rumeur publique suffira comme preuve. Or, nous savons à quel point la rumeur publique est lourde d’erreurs et de manipulations. Enfin, pour couronner le tout, le tribunal accepte des dons : 14 % du budget du TPI provient de dons. Par exemple, M. Soros, (Sorros)  qui est un adversaire de la Serbie, contribue aux payements du salaire des juges. Que diriez-vous si vous deviez comparaitre devant un tribunal payé par une chaîne hôtelière ou par une chaîne d’épicerie ?

S.C.- N’y a-t-il plus de légalité internationale ? Quelle confiance, par conséquent, les faibles peuvent-ils encore avoir en la justice ?

Jacques Vergès : Ecoutez, la légalité internationale ? Vous avez entendu parler de Guantanamo. Quelle légalité ! ? Vous avez encore appris quelque chose qui est pire que Guantanamo : que des services secrets américains auraient, en Europe, des prisons où on envoie des gens pour y être torturés sans que cela se sache. On a avancé les noms de pays comme la Pologne et la Roumanie.

S.C.- Comment cela se fait-il que la France ou l’Europe ne tapent pas du poing sur la table face à la gravité des violations auxquelles le monde assiste ?

Jacques Vergès : Là-dessus, le souhait que j’aurais est que des pays comme la France s’y opposent mais, malheureusement, ce n’est pas le cas. Déjà, de sa part, s’être opposé à la guerre contre l’Irak, je considère que c’est une grande chose, c’est inespéré. Les Etats- Unis détiennent des gens à Guantanamo en-dehors de toute légalité. Ces détenus ne dépendent même pas de la loi américaine. On a vu également, à la prison d’Abou Graib, comment la torture n’était plus un instrument d’interrogatoire mais un instrument d’abaissement de la dignité humaine. En Algérie, quand les Français torturaient, ce qui était ignoble, c’était, disaient-ils, pour avoir des renseignements. Mais quand, comme cela s’est vu, une jeune Américaine rit en traînant par une laisse un homme nu agonisant, ce n’est pas pour chercher des documents, c’est pour l’assimiler à une bête. Là, nous assistons à une époque d’ensauvagement de l’humanité.

S.C.- En ne condamnant pas les Etats-Unis et la Grande Bretagne, durant les années où ces pays ont bombardé en Irak, en violation du droit, la zone appelée « No fly zone », l’ONU ne s’est-elle pas rendue complice des préparatifs de cette guerre ?

Jacques Vergès : Bien sûr. Aucune instance n’a vraiment condamné les mauvais traitements de ces prisonniers. Toutefois, la guerre contre l’Irak, l’ONU ne l’a pas votée. Les Américains ont engagé cette guerre sur un mensonge. Tout le monde savait très bien que Saddam Hussein n’avait pas d’armes de destruction massive. Et la guerre a quand même été menée sous ce faux prétexte. Et personne ne condamne les agresseurs. D’autre part, il y a eu l’embargo, entre les deux guerres ; embargo qui a causé la mort de cinq cent mille enfants. C’est l’OMS qui le dit. Quand on demande à Mme Albright ce qu’elle en pense, elle dit « C’est le prix de la démocratie ». Est-ce qu’un régime, quel qu’il soit, mérite le sacrifice de cinq cent mille enfants ? Les criminels contre l’humanité, c’est parmi les grandes puissances occidentales qu’on les trouve.

S.C- Les gens se souviennent de la période où les médias vous ont qualifié de « nazi », de « terroriste », pour avoir défendu Barbie et Carlos. Cela ne vous dérange-t-il pas quand on vous traîne dans la boue ?

Jacques Vergès : Non.

S.C.- Et quand on vous traite « d’antisémite » cela vous laisse-t-il indifférent ?

Jacques Vergès : Ecoutez, du moment que cela n’est pas vrai, cela me laisse indifférent.

S.C.- Mais la rumeur peut détruire des carrières !

Jacques Vergès : Je vis dans un pays qui s’appelle la France. Il existe une tradition en France : le Français a une tendance à se sentir seul contre l’establishment. Il est pour d’Artagnan, pour Mandrin. Un jour, je sortais de la cour d’Assise d’Aix. Je traversais le petit marché qui se tient aux abords du Palais de justice. Un confrère m’a dit : « Tu vois, quand les gens te reconnaissent cela ne m’étonne pas ; ce qui m’étonne c’est la manière dont ils te saluent ; ce n’est pas un notable qu’ils saluent, c’est un complice. Alors, Maître, on continue »

S.C.- A part vous, il y a des nombreuses personnes qui sont accusées « d’antisémitisme », d’être « anti-juives », qui est un délit qui pèse plus lourd que si l’on est accusés de « racisme », d’être « anti-arabes » !

Jacques Vergès : Actuellement, on ne me traite plus d’antisémite. Ma plaidoirie a été publiée et diffusée à la télévision ; on a bien vu que je n’avais pas tenu de discours « antisémite ». Le problème des médias, vous le connaissez : les médias hurlent avec les loups. Ils considèrent que c’est leur fonction. Je disais, au moment du procès Barbie, à un journaliste de télévision : le service que vous pourriez me rendre c’est de publier ma photo tous les jours dans votre journal en disant « cet homme est un salaud ». Les Français ne sont pas assez bêtes et ils décrypteront votre message et se diront : si on l’insulte tant c’est que c’est un type bien.

S.C.- Vous croyez vraiment que les gens soumis au matraquage médiatique savent faire la part des choses ?

Jacques Vergès : A la longue, oui.

S.C.- Vous avez connu des personnalités comme Tarek Aziz que beaucoup respectaient. Elles sont aujourd’hui traitées comme des chiens, livrées à la torture. Comment vivez-vous, en votre for intérieur, cette violence des Etats faite au nom « des droits humains et de la démocratie » qui a déjà fait tant de victimes, causé tant de souffrances ?

Jacques Vergès : Comme la grande imposture. Nous vivons une période de sauvagerie et d’imposture. Saddam Hussein était l’allié de l’Occident puis, un jour, on a pensé qu’il était trop fort et on a décidé de l’abattre. Et ensuite on l’a abattu sur des mensonges. On le reconnaît aujourd’hui. Et puis on nous dit que l’on se bat pour les droits de l’homme mais on n’a jamais autant humilié et bafoué les hommes que dans les prisons américaines, en Irak et à Guantanamo. On est allé en Afghanistan pour vaincre les Talibans et le résultat est que la production d’opium a été multipliée par dix. On menace l’Iran, en disant que l’Iran ne doit pas avoir la bombe atomique. Il ne doit même pas être soupçonné d’avoir les moyens de faire la bombe nucléaire. Alors que l’Iran a deux voisins qui l’ont déjà : le Pakistan d’un côté et Israël de l’autre. Pourquoi ces deux pays ont-ils droit à la bombe et l’Iran non ? Ne cherchez pas de réponses. Ce sont des décisions des puissants du moment.

S.C.- Imaginez-vous que l’on puisse modifier le cours des choses ?

Jacques Vergès : En 1941, en Europe, on pouvait prévoir que les choses changeraient si Hitler faisait une folie. La folie, il l’a commise : il a attaqué l’Union soviétique et il a été vaincu. Je pense que tout cela va se terminer par une folie et, malheureusement, un grand massacre. A ce moment là, il sera mis fin à cet état d’hypnose dans lequel vit le monde. On sait très bien, par exemple, que, si les Etats-Unis attaquent l’Iran, nous assisterons à une confrontation extrêmement grave dans tout le Moyen-Orient. Avec même des conséquences dans les pays occidentaux, avec le cours du pétrole. C’est pour cela du reste qu’ils hésitent tellement !

S.C.- Donc ces guerres « dites préventives », voulues même par des personnalités qui se disent humanitaires, comme Pascal Bruckner et Bernard Kouchner, par exemple, ne mènent pas vers le meilleur des mondes !

Jacques Vergès : Non. Vous n’avez qu’à voir, actuellement, cette prétendue « guerre contre le terrorisme ». Qu’est-ce que c’est que le « terrorisme » ? Ce n’est pas une entité. J’ai fait la guerre dans l’armée française libre ; j’étais artilleur. L’artillerie n’était pas une entité. Il n’y avait pas une artillerie contre une infanterie. Il y avait une artillerie allemande et une artillerie française. Les « terroristes » sont différents entre eux. Les gens de l’IRA et les gens d’Al Quaida ne sont pas les mêmes. Les gens de l’ETA et les Corses ne sont pas les mêmes. Mais, au nom du « terrorisme », on justifie tout.

S.C.- Pour les peuples sous occupation ou agressés, n’y a-t-il pas un droit international à se défendre ?

Jacques Vergès : Cela s’appelle la résistance. Le mot terrorisme a été utilisé pour la première fois, en France, par les Allemands, pendant l’occupation.

S.C.- Comment expliquer, dès lors, que le Parlement européen ait inscrit - avec l’accord de tous les partis, de l’extrême gauche à la droite - le mouvement du Hamas sur la liste des « organisations terroristes » à la demande d’Israël et des Etats-Unis ?

Jacques Vergès : Parce que, à mon avis, on vit sur une équivoque. Quand on examine les crimes de l’Allemagne nazie, je disais, au cours du procès Barbie : « avant de le juger, essayez de balayez devant votre porte ». La Gestapo a commis moins de crimes en France que la France n’en a commis en Algérie. Ou bien que les Russes n’en ont commis en Afghanistan, ou que les Américains n’en ont commis au Vietnam. Et on me répond « non, nous sommes une démocratie ». Mais une démocratie est capable de crimes. Il y a cette équivoque : la démocratie ne serait pas capable de crimes ! Au contraire. Près de la Nouvelle Zélande, vous avez une île qui est plus grande que la Suisse, la Tasmanie ; il n’y a plus de Tasmanie. La dernière tasmanienne est morte en 1977, détruite par les colons anglais. Prenez les Peaux Rouges, les Incas, les Aztèques, tous ont été détruits ; c’étaient des civilisations florissantes. Donc, les démocraties sont capables de crimes aussi bien que les dictatures. Avec des circonstances aggravantes dans le cas des démocraties : c’est que l’opinion est avertie. On me dit « mais il y a la liberté de la presse ». Mais alors, cela aggrave la responsabilité de l’opinion.

S.C.- Je crois que l’opinion n’est pas avertie !

Jacques Vergès : Pendant la guerre d’Algérie, la torture, nous la dénoncions. A Abou Graib, tout le monde est censé savoir ce qui s’est passé, les photos sont passées sur les télévisions.

S.C.- L’opinion a été pré-conditionnée : ne lui a-t-on pas présenté la guerre comme « un moindre mal » ?

Jacques Vergès : Mais l’histoire « du moindre » mal n’excuse pas cette inhumanité gratuite, et l’opinion le sait, et l’opinion démocratique n’a pas réagi.

S.C.- Auriez-vous pu imaginer, il y a quinze ans, que les choses se passeraient de la sorte ?

Jacques Vergès : Oui, à partir de la chute du mur et de la chute de l’URSS, où les Etats-Unis se retrouvaient être les seul maîtres, avec, à leur tête, des dirigeants incultes. Ce n’est pas étonnant que les dirigeants allemands et français aient été contre la guerre en Irak. La France et l’Allemagne ne sont pas des îles. Chirac a une expérience du monde arabe. Il était officier en Algérie, il sait ce que c’est qu’une guerre de libération. Les Américains ne savent pas. L’Amérique est une île. La couche éclairée de la côte Ouest et Est, peut-être, le savent. Mais l’Amérique profonde, du Nebraska à l’Arkansas, l’ignore. Je disais à des Serbes, à Belgrade : comment voulez-vous expliquer à un type de l’Arkansas que le Kossovo est le berceau de votre nation ? Eux, ils n’ont pas de nations. Ils n’ont pas d’histoire.

S.C.- Voulez-vous dire que les barbares sont de retour ?

Jacques Vergès : Oui, bien sûr. Je pense que jamais l’humanité n’a vécu une époque aussi sauvage qu’aujourd’hui. En Europe, il y avait certaines règles ; aujourd’hui on ne les respecte plus.

S.C.- Qui peut faire contrepoids à l’unique superpuissance américaine ?

Jacques Vergès : Au point de vue militaire, personne. Mais au point de vue économique, beaucoup de pays le peuvent. La guerre n’est plus seulement militaire aujourd’hui, elle est hors normes. Il suffit que deux tours s’effondrent à New York, sous les coups d’une organisation qui n’a pas de territoire, pour que les compagnies d’aviation américaines déposent leur bilan. Il suffit qu’il y ait des manœuvres chinoises sur le détroit de Formose pour que la bourse de Taipei s’effondre. A la fin, mêmes soumis, la télévision, les journaux, devront dire certaines choses. L’opinion est très lente à changer de point de vue, mais elle se réveillera. Un jour, elle changera de point de vue.

Silvia Cattori : Qui sont les propriétaires des démocraties occidentales aujourd’hui ? Qui commande réellement ? Vers qui les peuples opprimés peuvent-ils encore se tourner ?

Jacques Vergès : Dans nos démocraties, ce sont les dirigeants des grandes sociétés. L’exemple est typique : quand les biscuiteries « LU » licencient leur personnel, les grévistes s’adressent à M. Jospin, qui était alors le premier ministre, et celui-ci leur répond « Que puis-je faire » ? Effectivement, il ne pouvait rien faire dans le système actuel.

S.C.- Donc les gens ne peuvent plus rien y changer ?

Jacques Vergès : Si, mais pour changer il faudra vraiment de grands bouleversements.

S.C.- Actuellement, le rapporteur spécial du Conseil de l’Europe, le procureur suisse Dick Marti, chargé de faire la lumière sur l’existence des « prisons volantes » de la CIA, se débat avec les gouvernements qui sont réticents à lui fournir les informations. Pensez-vous qu’il va pouvoir arriver au bout de son enquête ?

Jacques Vergès : S’il le veut, il peut y arriver. Quand on s’acharne, la vérité finit toujours par éclater : il y a toujours des témoins. Il réussira à condition qu’il accepte d’être isolé et d’être insulté. Je lui souhaite beaucoup de chance.

Copyleft


 Source : Silvia Cattori avec Oulala.net
 http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=2362


Avertissement
Palestine - Solidarité a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient.
L' auteur du site travaille à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui lui seraient signalées.
Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas Palestine - Solidarité ne saurait être tenue responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.
D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont elle n'a pas la gestion, Palestine - Solidarité n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

Retour  -  Ressources  -  Analyses  -  Communiques  -  Accueil

19:48 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/05/2006: Ixelles: Conférence Kosovo ...

 
----- Original Message -----
From: mcp
Sent: Wednesday, April 19, 2006 2:09 PM
Subject: [mannekenpeace]

 

 

Merci de diffuser

 

Mouvement Chrétien Pour la Paix

9 Parvis St.Henri1200 BRUXELLES

0496.46.39.65
O2.734.79.82

Le Comité de surveillance OTAN,

le Mouvement Chrétien pour la Paix et Vrede

vous invitent à une conférence sur le thème

 

 

KOSOVO 2006 :

 

INDEPENDANT

ET

 MULTIETHNIQUE ?

 

 

le lundi 15 mai 2006 à 20 heures

à l’Espace XE, 39 rue Mercelis à Ixelles (1050 Bruxelles)

 

 

Sept ans après les bombardements de l’OTAN et sa mise sous protectorat, où en est aujourd’hui le Kosovo, alors qu’il semble être à la veille de son indépendance ? En particulier, où en sont l’instauration de la démocratie, le respect des droits humains, le retour des réfugiés et la multiethnicité, que les puissances occidentales s’étaient engagées à promouvoir et développer dans la province d’où étaient chassées l’administration et les forces de sécurité serbes et yougoslaves ?

 

 

Une soirée d’information et de débat exceptionnelle, avec la participation de :

 

·   Marek Nowicki, ombudsman officiel du Kosovo de 2000 à 2005, sur le respect des droits de l’homme et des minorités au Kosovo

·   Jean Toschi Marazzani-Visconti, journaliste italienne, sur le rôle des médias occidentaux durant la guerre du Kosovo

 

P.A.F. : 3 euros

 

Accès STIB : bus 54 et 71, trams 93 et 94

 

Plus d’infos :

·   téléphone : 02 511 63 10 ou 02 734 79 82

·   courriel : info@csotan.org ou mcp.belgium@swing.be

Kosovo 2006 : l’indépendance, prime au nettoyage ethnique ?

 

Il y a sept ans, les forces de l’OTAN bombardaient la Serbie et le Monténégro, sous prétexte de prévention d’un génocide au Kosovo, puis prenaient le contrôle militaire de la province, laissant les affaires civiles à une mission de l’ONU. Si 800.000 réfugiés albanophones – déplacés pendant les bombardements – rentraient rapidement dans leurs foyers, plus de 300.000 Serbes, Roms et autres membres de minorités kosovares quittaient les leurs, chassés par une campagne de terreur accomplie sous les yeux des forces de l’OTAN et de la police de l’ONU. Ceux-ci continuent à vivre loin de chez eux, surtout en Serbie, mais également en Europe occidentale où tentent de trouver l’asile de nombreux Roms.

 

Pour trouver une solution à long terme au problème du statut du Kosovo, dont la majorité albanophone réclame l’indépendance, mais qui reste une province de Serbie, l’ONU décida en 2001 d’appliquer la méthode des « normes avant le statut ». Un ensemble de normes relatives au respect des droits de l’homme et des minorités et à la bonne gouvernance devait être appliqué avant qu’on ne discute du statut futur de la province. En 2005, un envoyé spécial de l’ONU, après une enquête approfondie, constata que ces normes n’étaient nullement mises en œuvre, notamment au niveau des droits des minorités, totalement bafoués. Pourtant, il recommandait que commencent sans tarder des négociations pour déterminer le fameux statut du Kosovo, comme le souhaitaient d’ailleurs les puissances occidentales.


C’est ainsi qu’actuellement se tiennent à Vienne des négociations entre Belgrade et Pristina. Les jeux semblent cependant déjà faits, si l’on en juge les déclarations des responsables occidentaux, et même de l’envoyé de l’ONU qui dirige les pourparlers, le Finlandais Ahtisaari : la seule issue imaginable serait l’indépendance, une indépendance conditionnée au maintien de troupes de l’ONU et au passage de l’administration dans les mains de l’Union européenne. Le seul détail qui reste à négocier est le degré de décentralisation dont disposeront les dernières enclaves serbes.

En outre, c’est un Kosovo gangrené par une corruption généralisée et sous la coupe du crime organisé, qui s’apprête à accéder à une indépendance formelle. Cela règlera-t-il tous les maux dont souffre cette société, comme l’affirment les leaders albano-kosovars ? Ou bien, cela entérinera-t-il le nettoyage ethnique, comme le craignent les représentants des minorités ?

 

 

******

 

Parmi les orateurs

 

Marek Antoni Nowicki : un témoin exceptionnel

 

Avocat, proche du mouvement Solidarité dans la Pologne des années 80, actif depuis plus de vingt ans dans le domaine des droits humains, dans son pays et au sein de diverses organisations internationales, membre de la Commission européenne des Droits de l’Homme (1993-1999), Marek Antoni Nowicki a été nommé Ombudsperson (médiateur) international pour le Kosovo le 11 juillet 2000, fonction qu’il a exercée jusqu’à l’abolition du poste le 31 décembre 2005.

 

Après plus de cinq ans dans ce territoire administré par l’ONU et occupé par les armées de l’OTAN, Marek Nowicki a été confronté à des milliers de plaintes de citoyens du Kosovo. Nul autre que lui ne connaît aussi bien les multiples violations des droits humains dont se rendent responsables le crime organisé, une administration corrompue et les tenants d’un territoire « ethniquement pur », ainsi que l’impunité dont ils jouissent de la part d’un système judiciaire inféodé aux impératifs mafieux et claniques. En particulier, Marek Nowicki est apparu comme le dernier recours des diverses minorités – Serbes, Roms, Bosniaques, etc. – soumises à de multiples exactions et discriminations depuis la prise en charge du territoire par la communauté internationale.

 

Alors que sont en cours des négociations sur le statut futur du Kosovo, ce témoin exceptionnel livrera ses observations sur la situation actuelle dans cette entité et sur les problèmes rencontrés dans la mise en œuvre des normes d’un état de droit, tel que demandé par les puissances occidentales en contrepartie d’une probable indépendance.

 

 

 


14:53 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

18/04/2006

17/04/2006: Charleroi: Rencontre-débat Samedi 22 avril: Régularisation des sans-papiers

BELGIQUE: Charleroi: Rencontre-débat Samedi 22 avril: Régularisation des sans-papiers

----- Original Message -----
Sent: Monday, April 17, 2006 6:33 PM
Subject: Rencontre-débat

La Braise Culture asbl
 
Rencontre-débat
 
Samedi 22 avril 2006
 
à 16h00
 
Régularisation des sans-papiers
 
 
avec
 
 
Colette Moulaert, pédiâtre, Médecine pour le tiers-monde, qui présentera un power-point sur le pourquoi de l'émigration
et
Selma Benkhelifa, avocate, co-initiatrice d'un projet de loi sur la régularisation des sans-papiers
 
 
La Braise, rue Zénobe Gramme, 21 à Charleroi
 
 
Paf: 2,50€ (chômeurs, étudiants: 1,50€)
 
Entrée libre pour les sans-papiers

20:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

18/04/2006: Procès Erdal() : nos libertés condamnées !

 
Bref, demain tous ceux qui s'opposeront et qui lutteront, même pacifiquement, contre le capitalisme, risquent de se retrouver en taule pour "terrorisme" pendant plusieurs années. Bientôt des Guantanamo(s) européens ...
La "démocratie" ???    Tu parles !  D' Orazio et ses amis l' ont échappé belle ...
RoRo
 
 
 
 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Tuesday, April 18, 2006 12:20 AM
Subject: [CLEA] - Conférence le 26-04 - "Procès Erdal : nos libertés condamnées !"

Procès Erdal() : nos libertés condamnées !

 

 

 

Le Comité liberté d’expression et d’association (Clea)
vous invite à une

Conférence-débat

Mercredi 26 avril à 19h30

Campus du Solbosch (ULB),

Auditoire Chavanne,

Bâtiment U, porte D, niveau 2.

Avenue Héger, 1050 Ixelles.

Bus 71, Trams 93 et 94, Trams 3 et 90 à 5 minutes à pieds.

 

Intervenants :

 

Maître Paul Bekaert,
Avocat de Fehryie Erdal,

Il viendra nous parler des tenants et des aboutissants du dossier répressif de l'affaire Erdal.

Bahar Kimyongür,
condamné dans l'affaire Erdal au titre de la loi sur les organisations terroristes.

Il nous proposera son témoignage de militant engagé en Belgique dans un combat pour la démocratisation de son pays d'origine, la Turquie. Et il nous parlera des conséquences en terme de répression judiciaire et policière.

Jean Cornil,
Sénateur.

Jean Cornil fait partie d'un groupe qui a voté la loi de 2003 sur les organisations terroristes. Il viendra nous expliquer dans quel esprit cette loi a été votée, nous décrire les réserves des élus et les garde-fous qu'ils ont mis en place pour éviter les éventuelles dérives. Enfin, il nous donnera son point de vue sur la façon dont cette loi est utilisée dans le cadre du procès Erdal-Asoglu.

Jean-Claude Paye,
Sociologue et auteur de La fin de l'Etat de droit aux éditions La Dispute.

Il nous proposera son analyse sociologique et politique de l'utilisation des lois de répression du terrorisme. Il nous parlera des conséquences possibles pour les libertés démocratiques.

 

Pour toute information :
cleaclea@laposte.net 
http://perso.wanadoo.fr/clea.be/

 
___________________________________________________________________________________________________

Fehriye Erdal s’est volatilisée ! Dès cet instant, à la une de tous les médias belges, le débat s’est focalisé autour d’une idée centrale : la police dispose-t-elle de suffisamment de moyens pour lutter efficacement contre le terrorisme ? Fehriye Erdal est, en effet, l’une des 7 personnes prévenues sur base de la nouvelle loi anti-terroriste, dont deux (Bahar Kimyongür et Musa Asoglu) seront finalement condamnées à ce titre à Bruges le 28 février dernier lors du procès du DHKC.

 

Pourtant, le Comité pour la liberté d’expression et d’association (Clea) pense qu’il est nécessaire de reformuler les termes du débat. Il paraît indispensable que la société belge s’interroge sur la manière dont  les tribunaux peuvent, aujourd’hui, considérer une personne comme terroriste.

Sous cet angle, on remarque que le nouvel arsenal juridique adopté dans la foulée des attentats du 11 septembre constitue une menace réelle pour plusieurs principes fondamentaux sensés être garantis par la Constitution et renforce le dispositif qui permet de criminaliser les mouvements sociaux.

Dès lors, si, au niveau du discours, le terrorisme est présenté comme un danger pour la démocratie ; dans la réalité, c’est sous prétexte de lutte contre le terrorisme que les libertés d’expression et d’association sont mises en péril.

 

Le cas particulier de Bahar Kimyongur est très caractéristique de cette mise en question de certains principes de droit. Ce qui lui est reproché est d’avoir traduit, diffusé et commenté un communiqué ainsi que son activité en tant que membre d’un bureau d’informations sur la Turquie fondé en Belgique à l’initiative du DHKC. Comment comprendre dès lors qu’il ait été condamné à quatre ans de prison ferme pour ce « délit » d’information et d’association alors qu’aucun élément du dossier répressif ne démontre que lui ou les autres personnes condamnées aient commis des actes de violence en Belgique ou en Europe ou qu’ils aient perpétré ou préparé des actions de ce type en Turquie ou même qu’ils aient eu l’intention de le faire ?

 

La loi anti-terroriste a permis au tribunal de Bruges de porter un jugement sur la situation politique conflictuelle en Turquie et de déchoir le DHKC du statut de parti d’opposition qu’il revendique pour l’estampiller de l’étiquette d’organisation terroriste. Le procès devient de ce fait éminemment politique : la justice belge se pose en arbitre moral capable de décider de la légitimité d’une lutte sociale. Ainsi, par exemple, si cette loi avait été en vigueur à l’époque de l’Apartheid en Afrique du Sud, toute personne associée à l’ANC (organisation de Nelson Mandela) en Belgique aurait pu se voir inculpée et condamnée à de lourdes peines comme membre d’une organisation terroriste.

Qui plus est, la définition des infractions laisse une telle marge de manoeuvre et d’appréciation à la discrétion des autorités judiciaires qu’il n’est pas impensable que les personnes qui participent à des actions de contestation ou qui sont membres d’une organisation, telle un  syndicat ou un collectif citoyen, se voient bientôt inculpées et condamnées, au titre de la loi, comme membres d’une organisation terroriste.

 

Nous nous inquiétons du glissement de l’Etat de droit vers un Etat policier qui se dote d’outils qui permettent de restreindre encore le champ de l’action politique citoyenne et les droits d’expression et d’association. La criminalisation des mouvements politiques n’est pas chose nouvelle (parmi les exemples récents, citons le Collectif contre les Expulsions ou la délégation syndicale des Forges de Clabecq). Mais nous constatons qu’une nouvelle étape est en passe d’être franchie dans ce processus. A cet égard, la jurisprudence qui sera établie lors de l’Appel du procès du DHKC constitue un enjeu important pour les possibilités futures de contestation et d’organisation politiques en Belgique.

 

Le Clea est un comité visant à promouvoir le débat à propos des risques que les nouvelles législations anti-terroristes font peser sur les libertés.

 

Le Clea invite à la constitution d’un comité de vigilance sur les législations anti-terroristes et leur utilisation.

 

Signez l’appel : « S’exprimer, s’organiser, contester : ce n’est pas du terrorisme »
disponible sur le site :
http://perso.wanadoo.fr/clea.be
/ 

 

Venez assister aux audiences du procès en Appel du DHKC. La première audience aura lieu le lundi 8 mai 2006 devant la Cour d’Appel de Gand.

19:53 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/04/2006

16/04/2006: Chronologie 2005 - 2006 du mouvement pour et avec les sans papiers dans leur lutte ...

Partout en EURO-DICTATURE capitaliste: une très très longue marche et de multiples luttes des sans-papiers, tout simplement pour le droit à l' existence, le droit de survivre, dans un monde plus en plus inhumain et affamé, au-dessus d' innombrables richesses entre les mains de minorités exploiteuses, assoifées de profits, après plusieurs siècles de "civilisation", de domination et de pillages colonialistes... !
RoRo
 
 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Sunday, April 16, 2006 8:05 PM
Subject: [ForumCommuniste] Chronologie 2005 - 2006 du mouvement pour et avec les sans papiers dans leur lut

Chronologie 2005 - 2006 du mouvement pour et avec les sans papiers dans leur lutte pour la régularisation de tous


- Début du mois d'août 2005 : Découverte d'un Protocole de Coopération, entre FEDASIL et l'Office des Etrangers, qui autorise les arrestations et les expulsions de demandeurs d'asile dans les centres ouverts.

- Mardi 16 août 2005: Occupation de la Basilique St. Christophe à Charleroi et grève de la faim. Cette action est menée par les résidants du centre ouvert de Jumet pour protester contre le protocole. A cette occasion, l'arrestation d'un demandeur d'asile togolais, ainsi un déploiement de service de police avec hélicoptère avait causé la réaction et la solidarité, surtout de la part du syndicat FGTB et du MOC de Charleroi.

- Mardi 16 août 2005: Rassemblement et conférence de presse devant le centre ouvert du Petit Château à Bruxelles pour dénoncer le Protocole et l'arrestation de plus de 70 personnes dans les centres. A cette occasion le mouvement demande l'arrêt des détentions et des expulsions, et la suppression du protocole.

- Vendredi 26 août 2005: Manifestation contre le protocole de coopération. Elle rassemble plus de 1000 personnes de partout en Belgique et revendique entre autres la suppression du Protocole et la régularisation des sans-papiers. Lors de cette manifestation, une délégation de sans-papiers de l'UDEP, de collectifs de soutiens et d'avocats est reçue par le directeur de FEDASIL, un représentant de l'Office des Etrangers et un membre du cabinet du ministre de l'intégration sociale Dupont, en charge de la gestion de FEDASIL. Suite à ces rencontres, ils promettent un moratoire de suspension concernant le Protocole.

- Mercredi 14 septembre 2005: Dédé Mutombo Kazadi, demandeur d'asile congolais et porte-parole de l'UDEP (Union pour la défense des sans-papiers ) est convoque par l'office des étrangers pour une prise de photo. Une fois sur place, lui et toute sa famille sont arrêtés et enfermés dans le centre 127bis. Le lendemain, Dédé commence une grève de la faim pour sa libération et celle de sa famille.

- Lundi 19 septembre 2005: Manifestation pour la libération de Dédé Mutombo devant l'Office des Etrangers. Plus de 300 personnes seront présentes, dont des membres de l'UDEP, des parlementaires politiques et des associations telle que la Ligue de Droits de l'Homme et le MRAX.

- Samedi 24 septembre 2005: 7ème Commémoration de la Mort de Semira Adamu. Plus de 150 organisations appellent à manifester à Bruxelles entre la Gare du nord et le centre ouvert du Petit Château, pour commémorer la mémoire de Semira et exiger l'arrêt des Expulsions, l'abolition des centres fermés et la régularisation des sans-papiers. Plus de 2.500 personnes se sont réunis lors de cette manifestation.

- Lundi 26 septembre 2005: Manifestation devant le palais de justice pour demander la libération de Dédé Mutombo Kazadi, toujours enfermé au 127 bis, avec risque d'expulsion.

- Mardi 27 septembre 2005: Libération du membre de l'UDEP Dédé Mutombo K. et de toute sa famille. Son dossier sera réexaminé par l'Office des étrangers et il recevra la recevabilité de sa demande d'asile et une carte orange. Le 29 septembre, une conférence de presse est organisée dans les locaux du centre culturel flamand De Pianofabriek à St. Gilles, pour annoncer sa libération.

- Le 8 octobre 2005, Rassemblement devant l'ambassade du Maroc a Bruxelles pour manifester contre les massacres aux frontières de la forteresse européenne de Ceuta et Melilla.

- Samedi 15 octobre 2005: Rassemblement sur les marches de la Bourse de Bruxelles pour protester contre les massacres des réfugiés aux frontières espagnoles de Ceuta et Melilla au Maroc. Les organisateurs dénoncent la politique de l'Europe Forteresse et revendiquent la Libre circulation et installation des personnes.


- Octobre 2005: Reprise du Protocole de Coopération entre FEDASIL et l'Office des Etrangers, cette fois sous une autre forme et sous un autre nom ou "MODUS OPERANDI". Le mouvement réagit par rapport au Protocole et met en avant sa revendication pour la Régularisation de tous les sans-papiers.

- Le 19 octobre 2005, l'UDEP Bruxelles occupe l'église St. Boniface a Ixelles.


- Le 19 octobre 2005, une vingtaine de sans-papiers s'installent à l'église Saint-Boniface d'Ixelles, soutenus par le curé de la paroisse. Ils réclament la régularisation de tous les sans-papiers, l'arrêt des expulsions et une politique européenne de migration dans le respect des conventions internationales. Leur nombre augmente rapidement pour atteindre une cinquantaine.

- Le 19 novembre 2005, 200 personnes manifeste de l'ambassade d'Espagne à l'église Saint-Boniface pour revendiquer le premier mois d'occupation. Reliant ainsi, 2 symboles de l'actualité du secteur de l'immigration. Au départ, l'ambassade d'Espagne pour rappeler la mort de plusieurs Africains aux frontières de l'Europe de CEUTA et MELILLA ces dernières semaines.

- Le 25 novembre 2005, l'UDEP et les sans-papiers rejettent la proposition de réforme de la procédure d'asile du ministre de l'Intérieur Patrick Dewael et présentent une contre-proposition. Plusieurs partis politiques déposent des propositions de loi.

- Le 4 décembre 2005, Manifestation de St. Nicolas devant le centre fermé 127bis à Steenokkerzeel, cette action symbolique de la fête des enfants est organisée pour dénoncer l'emprisonnement d’enfants. Les organisateurs dénoncent depuis longtemps cette réalité. Lors de la visite du centre par une délégation de parlementaires fédéraux et organisateurs plus de 70 enfants sont enfermés. Une réaction importante se poursuit pour dénoncer ces enfermements par des organisations telles que Amnesty Internationale entre autres.

- Le samedi 7 janvier 2006, Le ministre de l'Intérieur Dewael, déclare dans «Gazet van Antwerpen», deux «petites idées» en matière de politique des étrangers ; la première, des sanctions auxquelles s'exposent ceux qui aident ou hébergent des personnes en séjour illégal sur le territoire belge en évoquant les dispositions prévues par l'article 77 et 77 bis de la loi de 1980 sur le statut administratif des étrangers, et ensuite indique son souhait d'instaurer une carte d'identité électronique comprenant des données biométriques (empreintes digitales, etc.) pour les seuls ressortissants étrangers - une initiative considérée par de nombreux défenseurs des droits de l'homme et des libertés individuelles comme un acte de stigmatisation et d'humiliation pour les personnes concernées. Suite a ces menaces plusieurs organisations tel que la CNCD et la Ligue des Droits de l'Homme préparent une pétition.

- le 21 janvier 2006, Plus de 200 personnes manifestants, au départ du centre d’accueil pour réfugiés de Morlanwelz jusqu’à l’hôtel de Ville pour revendiquer la régularisation des sans-papiers.

- Le 29 janvier, plus de 3000 personnes manifestent à Liège contre l'emprisonnement d’enfants et leurs parents dans les centres fermés. Cette action de protestation est organisée suite au nouveau projet du Ministre de l'Intérieur Dewael d’aménager des ailes spécifiques pour les familles dans les centres fermés de Vottem et Merskplas.

- le 5 février, une manifestation est organisée devant le Centre Fermé de Merksplas pour dénoncer l'existence des centres, l'enfermement des enfants et solidariser avec deux membres de l'occupation de l'église St. Boniface, David et Vincent, arrêtés et emprisonnés à Merskplas.

- Le 15 février la Communauté de Sant’Egidio organise une manifestation à Anvers avec plus de 5000 personnes pour demander une “amnistie humaine” (régularisation) pour les sans-papiers qui vivent dans le pays et sont intégrés

- Le 22 février, 23 sans-papiers de l'église Saint-Boniface entament une grève de la faim après le refus de leur demande d'asile par l'Office des étrangers. Le lendemain, une réunion est organisée entre les sans-papiers et le directeur de l'Office des Etrangers qui propose de réexaminer leurs dossiers de demandes de régularisation.

- Le samedi 25 févier, entre 7.000 et 10.000 personnes manifestent à Bruxelles sur l’initiative de l'UDEP pour demander la régularisation des sans-papiers. La soixantaine de sans-papiers de l'église Saint-Boniface annonce à leur tour le 1er mars leur volonté d'entamer une grève de la faim afin de rencontrer le ministre de l'Intérieur Patrick Dewael.

- Le 8 mars, un militant syndical de la CSC, Pol Van Camp, décide de rejoindre les sans-papiers qui ont entamé une grève de la faim à Saint-Boniface. Les occupants de l'église Saint-Boniface, à l'exception de huit Iraniens, suspendent le 16 mars la grève de la faim après une rencontre avec le chef de cabinet du ministre de l'Intérieur, qui promet un réexamen des dossiers avant Pâques. La plupart d'entre eux obtiendront la régularisation de leur situation.

- Le 29 mars, une vingtaine de sans-papiers occupent la basilique Saint Christophe à Charleroi pour protester contre la lenteur des procédures de régularisation. Une quarantaine avait déjà occupé la basilique en août 2005 pour protester contre des mesures d'expulsion qui étaient envisagées pour certains d'entre eux.

-L'occupation de l'église Saint-Boniface prend fin le 31 mars 2006, soit après plus de cinq mois.

- Le même jour, des Afghans qui avaient occupé l'église Sainte-Croix à Ixelles durant l'été 2003 décident de l'occuper à nouveau après un nouvel ordre de quitter le territoire, et ce malgré l'opposition du curé. Ils acceptent ensuite de se rendre dans un local paroissial mis à leur disposition.

- Le 1er avril, les Afghans de l'église Sainte-Croix débutent une grève de la faim.

- Le dimanche 2 avril, une vingtaine de sans-papiers iraniens occupent l'église Notre-Dame du Sacré-cœur à Etterbeek. Fin 2003, ils avaient mené une grève de la faim sur le site de l'ULB puis début 2004 à l'église des Minimes à Bruxelles. Ils demandent une régularisation de leur situation et de tous les sans papiers.

- Le 3 avril, une dizaine de sans-papiers décident d'occuper l'église Sainte Elisabeth à Mons, soutenus par l'UDEP. Le lendemain, un rassemblement de sans-papiers est organisé à l'église Sainte-Elisabeth à Mons en soutien à l'occupation. Le 5 avril, le doyen de la collégiale Sainte-Waudru de Mons annonce son soutien à l'action des sans-papiers, avec des conditions à l'occupation.

- A la basilique Saint-Christophe de Charleroi, 82 sans-papiers, hommes, femmes et enfants, occupent actuellement les lieux. Tous sauf deux sont menacés par un ordre de quitter le territoire.

- A l'église Sainte-Croix d'Ixelles, certains Afghans ont entamé une grève de la soif. Le ministère de l'Intérieur a déclaré le 5 avril que la suspension de la prorogation des ordres de quitter le territoire était une erreur administrative. L'Office des étrangers a été chargé de réexaminer le dossier.

- Le 5 avril, une centaine de sans-papiers ont été évacuée par la police alors qu'ils avaient l'intention d'occuper l'église du Parvis de Saint-Gilles afin de réclamer une régularisation de leur situation. Une nouvelle manifestation était prévue le 6 avril mais un arrêté de police interdisant tout rassemblement qui concerne les sans papiers a été pris par le bourgmestre faisant fonction de Saint-Gilles.

- Le 7 avril, une vingtaine de grévistes de la faim Algériens et Mauritaniens, apparemment très déterminés, parmi eux des anciens de l'église du béguinage occupent l'ancien local de la fondation J. Gueux, avenue Demeur, en face de la maison communale de St Gilles.

- Le 9 avril, une dizaine de sans papiers occupent l'église St. Joseph a Namur, cette Eglise se trouve au centre ville, en face de la maison communale de Namur.

- Le lundi 10 avril, les réfugiés de Morlanwelz et d’autres sans papiers de la région occupent l'Eglise St. Joseph de la Louvière, soutenus par différentes organisations et syndicats.

- Le lundi 10 avril, une conférence de presse est organisée dans l'église du Parvis de St. Gilles pour dénoncer l'attitude de la commune d'interdire des rassemblements de plus de 5 personnes sur le territoire de St. Gilles et demander au doyen de l'église de tenir ces promesses, a savoir ; une salle paroissiale à occuper. Plus de 300 personnes étaient présentes. Le même jour le Bourgmestre de St. Gilles retire son arrêté communale qui sanctionnait les rassemblements en faveur des sans papiers.

- Le 12 avril, une septantaine de sans papiers se réfugient dans l'Eglise St. Antonius dans la ville de Gand.

- Le 13 avril, une dizaine des sans papiers et résidents des centres ouverts de Belle Vue occupent l'Eglise de la ville de Erezée, dans la province du Luxembourg.

- Le 13 avril, une dizaine des sans papiers essayent d'occuper les locaux du CIRE a Bruxelles, des pourparlers seront entamés et une possible occupation négociée est prévue.

- Le 14 avril, 3 nouvelles occupations sont annoncées dans la province de Namur, la première dans les locaux du Centre Laïque, la deuxième dans la maison de l'évêché de Namur et pour la troisième dans une Mosquée de la Ville.





 
 

15:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

16/04/2006

16/04/2006: Rétablissez l'aide financière aux Palestiniens !

C' est clair: les ricano-otano-occidentaux sont pro-sionistes depuis l' expulsion des Palestiniens de leurs territoires....
Il y a autant de Juifs aux U$a qu' en ... Israël . Et beaucoup détiennent les rênes du pouvoir économique et/ou politique ...
On va m' accuser d' antisémitisme pour oser rappeler cette simple vérité, ce simple constat ... Beaucoup d' Israëliens possèdent d' ailleurs une double-nationalité, au cas où les choses tourneraient vraiment mal ...
RoRo
 

 

Palestine - Irak - Afghanistan, ...

Le dossiers d' actualités relatives à ces 3 pays occupés étant tellement volumineux, je ne retransmets plus, depuis ce 11 avril 2006, qu' aux camarades qui en ont fait expressément la demande, à mon adresse roger.romain@skynet.be  et/ou qui se sont régulièrement inscrits sur mes listes de diffusions "paix_socialisme_communisme", chez yahoo et smartgroups...

Je continue évidemment à prendre les adresses de tous ceux qui le désirent.

Merci à tous et vive la solidarité avec les résistants qui luttent contre les occupants sionistes et ricano-otano-occidentaux pour la libération de leur pays !

RoRo

 
 
 
----- Original Message -----
From: Al Faraby
Sent: Sunday, April 16, 2006 1:07 PM
Subject: [ForumCommuniste] Rétablissez l'aide financière aux Palestiniens !

Dimanche, 16 avril 2006
Rétablissez l'aide financière aux Palestiniens !
 
Les ministres des Affaires étrangères des 25 pays membres de l'Union européenne viennent de suspendre l'aide financière directe à l'Autorité nationale palestinienne. Chacun le sait, l'arrêt de cette aide aura des conséquences économiques et sociales dramatiques dans un contexte où la population des territoires palestiniens occupés se trouve déjà en situation d'urgence humanitaire. 140 000 agents de l'État privés de traitement, c'est près d'un million de Palestiniens privés de ressources.
 
Nous condamnons une décision qui revient à infliger une punition collective à tout un peuple à la suite des récentes élections législatives en Palestine, dont l'UE elle-même a reconnu le caractère démocratique.
 
Le peuple palestinien se trouve victime d'une stratégie des autorités israéliennes - confortée par les décisions de l'Union européenne et, auparavant, l'attitude de la communauté internationale - visant à l'isoler politiquement et physiquement, à le soumettre à une pression militaire intensifiée, à l'étrangler économiquement, à le pousser au désespoir.
 
Cette volonté ressort des déclarations contestant la légitimité du président de l'Autorité palestinienne et du gouvernement palestinien, de l'assaut récemment donné à la prison de Jéricho pour y capturer des responsables politiques palestiniens dont le secrétaire général du FPLP, de la transformation de Gaza en une prison où Israël affame la population, des raids aériens qui ont repris contre ce territoire et y ont fait de nombreuses victimes. Elle prolonge la construction accélérée, en Cisjordanie et à Jérusalem, du mur d'annexion qui vise à détruire les structures de l'Autorité nationale palestinienne et à priver les Palestiniens de leur droit à disposer d'un État viable, aux côtés de l'État d'Israël, comme le demandent les multiples résolutions des Nations unies.
 
C'est à cette entreprise que l'Union européenne vient de prêter son concours, encourageant une logique de guerre et éloignant un peu plus une solution de paix juste et durable dans cette région.
 
La poursuite de cette aide vitale a été conditionnée à des engagements politiques du nouveau gouvernement palestinien, alors qu'aucune pression n'a jamais été exercée sur l'État d'Israël pour qu'il cesse de violer le droit international.
 
Nous exigeons des gouvernements concernés, et tout particulièrement des autorités françaises qui ont accepté scandaleusement de participer à l'isolement des Palestiniens, qu'ils reviennent sur leur décision.
 
 
Signataires : Les Alternatifs, Americans Against the War, Association des combattants de la cause anticolonialiste (ACCA), Association France-Palestine-Solidarité (AFPS), Association des jumelages France-Palestine (AJFP), Association pour la taxation des transactions financières et l'aide aux citoyens (ATTAC), Association des travailleurs maghrébins en France (ATMF), Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien (CCIPPP), Centre de recherches et d'initiatives de solidarité internationale (CEDETIM), Collectif Faty Koumba (CFK), Collectif des musulmans de France (CMF), Comité Paix Palestine-Israël de Saint-Denis (CPPI), Comité de vigilance pour une paix réelle au Proche-Orient (CVPR-PO), Coordination des comités Palestine d'Ile-de-France, Droit-Solidarité, Coordination des groupes femmes Égalité, Confédération générale du travail (CGT), Fédération syndicale unitaire (FSU), Femmes en noir, Ligue communiste révolutionnaire (LCR), Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), Mouvement de la paix, Parti communiste français (PCF), Parti communiste des ouvriers de France (PCOF), Union générale des étudiants de Palestine (GUPS-France), Union juive française pour la paix (UJFP), Union syndicale Solidaires, les Verts, la LDH ...
 
 
Participez à la liste de Diffusion " Assawra "
Liste dédiée à l'Intifada ...
S'inscrire en envoyant un message à : 
assawra-subscribe@yahoogroupes.fr 
 
 


Pour vous abonner à ce groupe, envoyez un email à :
ForumCommuniste-subscribe@yahoogroups.com

Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm



19:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

16/04/2006: DES EGLISES OCCUPEES PAR LES SANS PAPIERS EN BELGIQUE SOLIDARITE ET COURAGE CAMARADES SANS PAPIERS !

Nous sommes toujours en EURO-DICTATURE capitaliste, McCarthyste et néo-colonialiste, avec des néo-fascistes au pouvoir dans certains pays membres  ...
RoRo
 
 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Sunday, April 16, 2006 6:35 PM
Subject: Fw: DES EGLISES OCCUPEES PAR LES SANS PAPIERS EN BELGIQUE SOLIDARITE ET COURAGE CAMARADES SANS PAPIERS !

 
----- Original Message -----
Sent: Sunday, April 16, 2006 6:35 PM
Subject: DES EGLISES OCCUPEES PAR LES SANS PAPIERS EN BELGIQUE SOLIDARITE ET COURAGE CAMARADES SANS PAPIERS !

SANS PAPIERS
en lutte >>>coordination nationale
 
 
DES EGLISES OCCUPEES PAR LES SANS PAPIERS EN BELGIQUE
SOLIDARITE ET COURAGE CAMARADES SANS PAPIERS !
 
 
Le dépôt d’un projet de loi élaboré par l’UDPES (Coordination nationale des sans papiers de Belgique) semble être la goutte d’eau qui a affolé le gouvernement Belge. La répression pour éteindre le feu de l’égalité entre les humains est la réponse trouvée.
 
Des Bourgmestres, mal inspirés, viennent de promulguer des décrets interdisant tout regroupement de 5 personnes affichant des mots d’ordre de régularisation des sans papiers.
 
La réaction ne s’est pas fait attendre, pas moins de 5 Eglises ont été occupées par les sans papiers qui réclament la régularisation et des lois humaines conformes à toute société civilisée. Des grèves de la faim ont été entamées.
 
La CNSP de France solidaire des sans papiers en lutte exige : la satisfaction des revendications légitimes des sans papiers de Belgique.
 
Courage camarades, quand le pouvoir n’a d’autres moyens que la répression, cela signifie que la victoire n’est pas loin !
 
F ait à Paris le 16/04/06

19:15 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/04/2006

15/04/2006: La catastrophe mlinière du Bois du Cazier, 50 ans après ...

 

21:25 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/04/2006: Jésus au tribunal de Strasbourg

 
----- Original Message -----
From: rchabert
Sent: Saturday, April 15, 2006 1:58 PM
Subject: Fw: Jésus au tribunal de Strasbourg

 
----- Original Message -----
Sent: Saturday, April 15, 2006 12:57 PM
Subject: Jésus au tribunal de Strasbourg

communiqué de press

Jésus au tribunal de Strasbourg

Jésus-Christ a-t-il oui ou non existé? Les avocats Giovanni Di Stefano et Domenico Marinelli s’occuperont de l’affaire Cascioli au tribunal des Droits de l’Homme
:
Italie – Rome - Saddam Hussein, Tarek Aziz, Telecom Serbie, Milosevitch, Kennedy, Lady Diana ne sont que quelques-unes des affaires retentissantes dont se sont déjà occupés les avocats Giovanni Di Stefano et Domenico Marinelli. Giovanni Di Stefano et Domenico Marinelli s’occuperont de l’affaire Luigi Cascioli, l’érudit, ancien séminariste, auteur du livre dénonciation “La fable de Christ – Irréfutable démonstration de la non-existence de Jésus”. Cascioli assure avoir démontré de manière irrévocable “la non-existence de Jésus dit le Christ”. En septembre 2002 Cascioli s’en prit à don Enrico Righi, curé de Bagnoreggio (Viterbe), pour “abus de la crédulité populaire” et “substitution de personne” parce que le prêtre avait ècrit dans un journal que Jésus ètait né de Marie et Joseph et avait vécu en chair et en os. Le Tribunal de Viterbe, après de longues hésitations a classé l’affaire bien que le prêtre n’ait apporté aucune preuve admissible de l’existence du Christ. Insatisfait de ce classement, Cascioli et ses avocats Giovanni Di Stefano et Domenico Marinelli s’adressent maintenant au Tribunal des Droits de l’Homme à Strasbourg. “La loi est basée sur le respect du droit national et international” commente Di Stefano, “laissons les hypothèses et conjonctures aux prêtres”. Si l’affaire ètait rouverte elle devendriat un procès d’importance planétaire étant donné qu’il remettrait sérieusement en cause la doctrine et les bases sur lesquelles se fondent le christianisme et l’église cattolique. Ce serait un procès au cours duquel les représentants de l’Église et le Vatican devraient démontrer, ce qu’ils prétendent depuis 2000 ans, que le Christ a existé, en exhibant des preuves concrètes admissibles et non des argumentations théologiques ou philosophiques. Rif. www.LuigiCascioli.it
Informations, interviews et adhésions: Axteismo, Mouvement International de Libre Pensée axteismo@yahoo.it tel. +39 3393188116 http://nochiesa.blogspot.com
 
Photo, Giovanni Di Stefano and Luigi Cascioli
 

communiqué de presse

19:49 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

 

C.R.E.R.  -  Bruxelles : http://regularisation.canalblog.com/
Tél :   0496 40 33 09   -   0473 62 87 33 - CeMAB  http://www.cemab.be/
Gand : VAK
www.vluchteling.beLiege : CRACPE http://cracpe.skynetblogs.be/

Soutien a la CRER au N° Triodos : 523 - 0801898 - 74