08/04/2006

04/04/2006: "On est leur futur et ils ne nous écoutent pas !",

 
----- Original Message -----
From: Al Faraby
Sent: Tuesday, April 04, 2006 5:55 PM
Subject: [ForumCommuniste] "On est leur futur et ils ne nous écoutent pas !"

"On est leur futur et ils ne nous écoutent pas !",
crient les jeunes à Paris
( Mardi, 04 Avril 2006 )
 
"On est leur futur et ils ne nous écoutent pas !": Aude, lycéenne de 18 ans, exprime le ras-le-bol des nombreux lycéens qui battaient le pavé parisien mardi, redoutant, comme les étudiants et salariés, une "réponse politicarde" du gouvernement à leurs exigences de retrait du CPE.
 
Son petit visage grimé en clown triste, Aude Lemoine, qui prépare un Bac professionnel de photographe, ajoute: "C'est pas normal !".
 
"On fait semblant de nous écouter, mais on est très nombreux dans la rue et on ne nous entend toujours pas", renchérit son amie Elodie Desrues, 19 ans, qui attend, place de la République, le départ du cortège.
 
Elèves au lycée Quinot (XVe arrondissement), elles sont opposées au blocage - "c'est imposer son opinion aux autres" -, mais participent aux sit-in quotidiens, s'inquiétant des intentions "pas claires" du gouvernement.
 
"Il faut continuer la bataille", glisse Elodie le sourire malicieux: "mes parents ont fait mai 68... c'est pas eux qui vont me dire d'arrêter !".
 
Car "juridiquement, le CPE existe, il est applicable, on nous parle d'un projet de loi à venir mais nous voulons le retrait de la loi existante", rappelle Karsten Beyer, cadre de 33 ans dans le BTP.
 
Gilles Dabin, conseiller prud'homal de 52 ans à Bobigny, est déguisé en Obélix: il fait mine de ployer sous le poids d'un menhir baptisé "CPE", "Rien n'est jamais gagné avec les politiques !", car la loi "a été promulguée", fait-il valoir.
 
En secouant ses nattes rousses, il ajoute: "Quand Chirac a parlé, on aurait dit une anguille qui fuyait entre les mains". Pour lui, cette 5ème manifestation anti-CPE est aussi importante que les autres, car "Il faut que les représentants du peuple voient qu'on ne lâche pas le morceau !"
 
Sika Fakambi, une traductrice de 29 ans, espère elle aussi "une réponse un peu moins politicienne et politicarde" aux manifestations, car le gouvernement "est en train de semer le trouble avec une réaction incompréhensible".
 
"On est face à un gouvernement qui ne comprend rien" renchérit son ami, Tristan Poullaouec, 31 ans, enseignant en sociologie, qui lui tient la main. "Les gens sont très motivés, ils veulent continuer jusqu'à l'abrogation du CPE", affirme-t-il.
 
D'une boîte flottant dans le ciel, suspendue à des ballons multicolores, s'échappent une multitude de petits rectangles roses et oranges où l'on peut lire: "Retrait du CPE, retrait du CNE".
 
Le gouvernement est "désespérant", affirme Camille Prioul, prof dans un lycée professionnel d'Argenteuil, opposée au CPE mais aussi à "toute la loi Egalité des chances", et notamment "l'apprentissage à 14 ans".
 
"Ce qu'on veut c'est pas la modification, c'est l'A-BRO-GA-TION", clame Aimée, 93 ans, militante communiste "de toute la vie". Elle a "fait 36 et 68", et a "soigné des blessés pendant les derniers jours de la Guerre d'Espagne" mais refuse de dire son nom.
 
"On vient du 93, le sale département, mais on est tous très bien", assure Alberte, sa copine de vingt ans sa cadette, qui elle non plus ne dira pas son nom. Son exigence: "On dialogue d'abord et on fait la loi ensuite".
 
 
Informations régulièrement
mises à jour sur :
 
 
 


Pour vous abonner à ce groupe, envoyez un email à :
ForumCommuniste-subscribe@yahoogroups.com

Visitez le site de ForumCommuniste
http://perso.wanadoo.fr/forumcommuniste/index.htm


10:28 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.