31/03/2006

31/03/2006: COURCELLES: une information de Monsieur Clersy au sujet de l' enlèvement scandaleux des boîtes aux lettres de la Poste dans nos quartiers ...

COURCELLES: une information de Monsieur Clersy au sujet de l' enlèvement scandaleux des boîtes aux lettres de la Poste dans nos quartiers ...

 
 
A propos de la scandaleuse et progressive disparition des boîtes postales dans nos quartiers, Monsieur Christophe Clersy, conseiller communal Écolo, me fait parvenir l' information ci-dessous ce dont je le remercie. Elle confirme la justesse de la position que je défends. Je précise cependant qu'il n' est pas seulement question de disparités entre Flamands  et Wallons (je ne peux personnellement me placer dans ce contexte de sempiternelles rivalités Nord-Sud), entre zones rurales et urbaines, citadines.
Entre la Poste principale de COURCELLES-Trieu et l' entrée de l' Autoroute de Wallonie (pour ne prendre que cet exemple courcellois), TOUTES LES BOÏTES postales ont progressivement et sournoisement disparu: rue Monnoyer, rue des Déportés, Scaude, rue de Wallonie (desservant aussi la cité Confort), rue de Seneffe (celle-ci a été déplacée à l' entrée du Zoning (évidemment) donc rue du Hainaut.
Et ce uniquement pour des raisons de rentabilité capitaliste et de suppression de personnel. C' est scandaleux !
Il s' agit avant tout de DEFENDRE UN SERVICE PUBLIC à la POPULATION, face à un Poste transformée progressivement en Banque, en voie de privatisation capitaliste où ne compteront plus que la rentabilité et le profit...
RoRo
 
Pour votre information.
 
 
Christophe CLERSY,
GSM : 0476 / 86 87 57
 

Vers l'Avenir - toutes éditions, 29/03/2006, page 4: VITE DIT

 

 

Le combat wallon pour les boîtes postales De mars 2003 à fin 2006, le nombre de boîtes postales sera passé de 18 649 à 13 807, selon Bernard Wesphael (Écolo), auteur d'une motion qui sera votée ce mercredi au parlement wallon, et demande au gouvernement wallon de protester parce que cette diminution de 4 822 unités se fait surtout en Wallonie (61 % de la diminution, contre 22 % seulement en Flandre)

Le ministre Lutgen a emboîté le pas : il a écrit au patron de La Poste, et n'attendra plus que quelques jours avant de porter l'affaire au gouvernement wallon. La sauvegarde d'un service (au) public vaut bien qu'on saisisse le Comité de concertation entre fédéral et entités fédérées, estime le ministre de la Ruralité, lui aussi très courroucé par ce déséquilibre.

 

 

INTERPELLATION

M. Bernard Wesphael (Écolo). – LA SUPPRESSION DE BOÎTES AUX LETTRES EN RÉGION WALLONNE

M. Bernard Wesphael (Écolo). – Le problème de la suppression de boîtes aux lettres en Région wallonne est que cela va créer des difficultés, notamment pour les personnes âgées qui ont des problèmes en termes de mobilité ainsi que des problèmes pour poster une lettre.

À en croire les articles de presse, il y avait quelque 18.649 boîtes aux lettres en Belgique en mars 2003. Il en resterait 13.807 à la fin 2006. Soit une diminution de 4.842 unités, dont 2.508 déjà enlevées à ce jour.

Au total, il y aurait 61,56 % des boîtes supprimées pour la Wallonie contre 22,8 % en Flandre et 18,9 % dans l’ancien Brabant.

Pouvez-vous me confirmer ces chiffres ?

J’ai l’impression qu’une fois de plus c’est la Wallonie et le wallon qui vont trinquer.

De plus, je suis assez outré par le message envoyé par la Poste. Les explications de cette suppression du patron de la Poste ne me convainquent guère.

D’autres informations me reviennent comme quoi d’ici 4 à 5 ans, la distribution de toutes-boîtes se fera vers des centres de distribution.

Considérant cela, je me suis permis de rédiger une motion reprenant les éléments suivants : «Vu la réorganisation des services postaux, attendu les choix faits de privilégier le côté financier, attendu que les haltes postes ne répondent pas aux besoins des citoyens, attendu que les points postes sont importants pour les personnes dont la santé ou la mobilité est fragilisée, attendu le rôle bancaire de ceux-ci, attendu que les services mis en place n’offrent pas un service optimum, attendu que ceux-ci permettent de faire des cibles privilégiées ; le groupe Écolo exprime sa plus vive désapprobation à l’égard de la Poste, service public, qui se doit de répondre efficacement aux besoins des citoyens, relaye le mécontentement de ceux-ci et invite le gouvernement wallon à prendre clairement position.».

Je vais déposer cette motion.

 

M. le Président. – Quel est le statut de cette motion ? Va-t-elle prendre la filière normale ou est-ce uniquement une motion en conclusion d’Interpellation ?

 

M. Bernard Wesphael (Écolo). – C’est une motion en conclusion, comme toujours.

 

M. le Président. – Ne feriez-vous pas mieux d’attendre la réponse du ministre ?

 

M. Bernard Wesphael (Écolo). – Vous avez raison.

 

Mme Éliane Tillieux (PS). – Nous sommes les témoins de la libéralisation latente des services publics. En effet, la privatisation les gangrène.

Or, il faut gérer la Poste et, bien la gérer et ce, malgré une logique entreprenariale. Actuellement, les formules alternatives aux points-postes ne répondent pas aux besoins des citoyens. C’est pourquoi, à Namur, le Conseil Communal a décidé de relayer leur mécontentement. Il est un fait que la qualité du produit postal s’est détériorée. Cependant, en tant qu’entreprise, la Poste a un capital confiance et doit donc répondre le plus efficacement aux demandes des citoyens.

De plus, la suppression va particulièrement toucher le monde rural. Pourtant, il est illusoire de demander une même offre de service à ce niveau. Il faut plutôt réfléchir en terme minimal de service.

Afin de préserver les particularités du monde rural, nous attendons une politique proactive.

Envisagez-vous une politique de discrimination positive relative au monde rural ?

 

M. Benoît Lutgen, Ministre de l’Agriculture, de la Ruralité, de l’Environnement et du Tourisme. – Il n’est pas question que la Région wallonne se substitue aux obligations de la Poste.

J’ai cependant déjà entamé certains travaux notamment avec les supérettes installées pour répondre aux attentes de nos concitoyens.

Il est vrai que la Poste est autonome, mais elle a des obligations envers la Région au travers de son contrat de gestion. C’est dans ce cadre que j’ai écrit à la Poste concernant la suppression des boîtes postales. J’ai notamment contacté M. Thuys et M. Taminiaux de l’UVCW.

Je vous résume mon courrier du 17 mars dernier : «Je ne puis souscrire au plan de suppression de zones postales. Je pense que le calcul effectué est mauvais car il ne tient pas compte des distances à parcourir. À mon sens, on ne peut creuser de différences entre ruraux et citadins. Pourquoi les ruraux devraient-ils parcourir une distance plus grande pour avoir accès à une boîte aux lettres. Cette distance, calculée actuellement comme raisonnable à 1.500 mètres ne sera-t-elle pas plus grande à l’avenir ? De plus, de tels déplacements risquent d’encourager la motorisation sans oublier les difficultés pour les personnes plus fragiles. Considérant cela, je souhaiterais vous rencontrer.».

Il est clair que si je n’obtiens pas de réponse, je saisirai le Comité de Concertation car il me semble clair qu’à travers cette décision, la Wallonie est victime de discrimination.

Pour parvenir à un vrai débat avec la Poste à l’avenir il faudra cibler ceux-ci sur les obligations économiques, sociales et les enjeux environnementaux.

Si nous n’obtenons pas de réactions, nous prendrons nos responsabilités.

 

M. Bernard Wesphael (Écolo). – Je suis très satisfait des objectifs du Ministre. Je pense qu’il faut agir rapidement pour que cela ne traîne pas.

 

M. Benoît Lutgen, Ministre de l’Agriculture, de la Ruralité, de l’Environnement et du Tourisme. – J’ai envoyé ce courrier le 17. Si je n’ai pas de réponse dans les prochains jours, je réagirai.

 

M. Bernard Wesphael (Écolo). – Et si on vous répond par la négative ?

 

M. Benoît Lutgen, Ministre de l’Agriculture, de la Ruralité, de l’Environnement et du Tourisme. – Je passerai au prochain stade et parlerai au gouvernement afin de rédiger une note. S’il le faut, j’irai jusqu’au Comité de Concertation.

 

M. le Président. – Quoi qu’il en soit, la motion, telle que déposée, doit subir un sort demain.

 

M. Bernard Wesphael (Écolo). – C’est une résolution alors. Je demanderai au Ministre de répéter ce qu’il vient de dire.

 

M. Benoît Lutgen, Ministre de l’Agriculture, de la Ruralité, de l’Environnement et du Tourisme. – Je ne suis pas sûr que le Président me laissera faire.

 

Mme Éliane Tillieux (PS). – Je ne peux que me réjouir du courrier du Ministre. J’ai interpellé le Ministre Courard car je pensais qu’il faut insister sur le rôle communal. À ce titre, il a obtenu une avancée par rapport au plan communal. Désormais, les communes devront être mises au courant 25 jours à l’avance afin de pouvoir argumenter.

 

M. le Président. – Ceci clôture nos travaux de la matinée. Nous reprendrons entre 14 heures et 14 heures 15.

Je vous informe que les questions 8 et 13 sont reportées.

La séance est suspendue.

– La séance est suspendue à 12 heures 54 minutes.

La séance est reprise à 14 heures 7 minutes.

M. le Président. – Nous reprenons nos travaux avec les Membres qui sont déjà présents.

Par conséquent, la parole est à M. Stoffels.

11:20 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

30/03/2006

30/03/2006: La Poste de COURCELLES-Trazegnies à votre service ? Impensable il y a quelques années à peine... Le ras-le-bol se généralise ...

La Poste de COURCELLES-Trazegnies à votre service ? Impensable il y a quelques années à peine... Le ras-le-bol se généralise ...

 

Ce lundi, vers 13,45 heures, mon amie et moi, nous nous rendons chez Champion à Trazegnies pour faire des courses.
Passage obligé à la Poste de Trazegnies: pour déposer 4 virements dans la boîte ad-hoc (et oui, la franchise postale a été supprimée!) et faire la file au guichet afin d' acheter une enveloppe spéciale pour l'envoi d' une cassette sonore à une connaissance.
Bureau de Poste fermé "pour une cause indépendante de notre volonté"...
Elle sera cependant et seulement ouverte entre 15 et 16 heures.
Juste le temps de faire les courses et de repasser par La Poste.
Résultats: une seule employée surmenée au guichet face à un file de "clients" mécontents, 20 minutes d' attente, pour s' entendre déclarer qu' elle est démunie de la marchandise...
On repassera donc par la Poste, avec l' espoir d' avoir plus de chance, à Trazegnies ou dans un autre bureau 5 kms plus loin....
Le ras-le-bol devient général: il suffit d' écouter parler les gens pour se rendre compte que le mécontentement ne cesse de grandir, dans tous les domaines, dans notre "démocratie" capitaliste ... De tels exemples du gâchis et du "progrès" pourraient être multipliés par mille ...
Je suis à l' écoute des propositions de quiconque pourrait et/ou voudrait rendre ce système plus comestible... L' espoir faire vivre ...

Mais en attendant, si Elio-Di Rupo-le-privatiseur doit se rendre dans un bureau de Poste pour acheter quelques timbres, je lui conseille "Prior": ça va plus vite, paraît-il, quoiqu' un peu plus cher. Les services de luxe pour ministres et/ou embourgeoisés, ça se paie évidemment ...

Voir mes autres article dans le Menu Courcelles, pour mes autres infos sur "La Poste"-à-votre-service ... Il suffit de cliquer ...
RoRo

http://histoire.skynetblogs.be

18:38 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/03/2006

06/04/2006: Bruxelles: FILM à SUBTERRA

From: Sub Terra
To: Concert
Sent: Tuesday, March 28, 2006 5:46 PM
Subject: Jeudi 6 avril 2006 - FILM à SUBTERRA

Jeudi 6 avril 2006 - FILM à SUBTERRA
(Rue de Dublin 33 - 1050 Bruxelles)
 
 
A partir de 18h - PAF selon les moyens de chacun - BAR ouvert
 
Projection d'un reportage sur les conséquences du " PLAN COLOMBIA " pour le Vénézuela.
 
Plus de 3 millions et demi de personnes fuis leur village et leur pays. Tandis que des milliers passent la frontière pour se rendre au Venezuela.
 
Dans ce reportage, on pourra comprendre grâce à des interviews et des témoinages les raisons qui ont poussé ces personnes à quitter leurs pays et comment les autorités Vénézueliennes les ont accueillis.
 
Réalisé par Alessandro Bombassés
En castillan avec sous-titres en francais
Durée :  68 Min.


SUBTERRA asbl - Agenda Internet  :  http://subterrabxl.canalblog.com/
Rue de Dublin 33 - 1050 Bruxelles
tel 0496 40 33 09
Manifestation du 1 mai : http://1maimanif.canalblog.com/

22:56 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/03/2006: La mort du dieu dollar.

Si ce n 'est pas nécessairement à partir du 26 mars 2006, ça risque d' arriver bientôt ...

RoRo

 

 

 

 

----- Original Message -----
From: mouhoub
Sent: Friday, March 24, 2006 11:19 PM
Subject: [Transfer_info] ANALYSE : La mort du dieu dollar

La mort du dieu dollar.
mercredi 15 mars 2006, par Ashoka
 
 
Une crise d’une ampleur gigantesque nous menace, et elle éclatera un jour ou l’autre. L’économie mondiale va basculer pour un temps, et chacun d’entre-nous sera touché durement. Elle est inéluctable et certains la voient commencer le 26 Mars 2006. Elle mettra en scène certains acteurs incontournables du monde moderne : Le pétrole, les Etats-Unis, et le sacro-saint dollar.
 
La grippe aviaire, le chickungunya, les tsunamis, le réchauffement de la planète, le sida, et le basculement des richesses vers des pays émergeants sont des fléaux qui nous rappellent combien cette époque peut être pénible. Nous, les occidentaux, avions vécu jusqu’ici relativement protégés et étions de fait des privilégiés, pourvu qu’une certaine croissance permettant de limiter le chômage était au rendez-vous. Mais tous ces problèmes ne sont rien en comparaison de la crise qui va nous frapper de plein fouet, quand le dieu dollar s’effondrera, entraînant à sa suite les Etats-Unis et des pans entiers de l’économie mondiale.
 
Il y a parité, pour tous les pays au monde, entre leur puissance économique et la valeur de leur monnaie, à l’exception d’un seul pays, les Etats-Unis. En 1944, avec les accords de Bretton Woods, le dollar est indexé à l’or et les monnaies du monde entier le sont au dollar. Les Américains arrivent à ce moment-là à faire croire au monde entier que le dollar est « aussi bon que l’or », et sa parité est de 35 dollars pour une once d’or. L’or est tabou aux Etats-Unis et il est illégal pour les citoyens américains d’en posséder. D’énormes stocks d’or américains (souvenez vous de Fort Knox), ont été accumulés pendant la seconde guerre mondiale puisque les Etats-Unis ont exigé de l’or en échange de leur contribution à la guerre, leurs ventes d’armes, et les indemnités payables par les vaincus. Autant pour les naïfs qui croient que les americains étaient venus se faire tuer pour les beaux yeux des Européens envahis par les nazis.
 
Dans les années 1960, la France et certains autres pays exigent de reconvertir leurs dollars en or. Les Américains restituent gentiment de l’or jusque 1971, jusqu’à ce que, dans un discours célèbre Richard Nixon, alors Président des Etats-Unis, déclare que 35 dollars ne valent plus une once d’or et que l’état américain ne remboursera plus d’or. Cette monumentale faillite déclarée est gobée allègrement par le reste du monde, qui accepte de facto que l’Amérique les a floués entre 1944 et 1971 en imprimant bien plus de dollars que la contre-valeur de leur puissance économique et de leurs stocks d’or. Bien entendu, cet énorme excédent en dollars a servi pendant 27 ans aux Américains pour acheter des produits et des actifs aux pays étrangers avec de la monnaie qui ne valait rien.
 
Leur manège éventé, les Etats-Unis font alors avaler une autre pilule au reste du monde, en convainquant les pays de l’OPEP, producteurs de pétrole, d’exiger uniquement des dollars en paiement de l’or noir. Cet accord est négocié en contrepartie d’une promesse de les défendre militairement en cas d’agression. C’est ainsi que tous les états du monde constituent des stocks pléthoriques de dollars US pour acheter leur pétrole et se garantir contre des variations de cours et des ruptures de stock. Tout comme ils l’avaient fait entre 1944 (Bretton Woods) et 1971 avec l’escroquerie dollar/or, les Américains entre 1971 et aujourd’hui (35 ans qui s’ajoutent aux 27 ans) font marcher de façon frénétique leur planche à billet vert. Et croyez-moi, ça y va ! Ils auraient tort de se gêner. Ça ne coûte aux Américains que le papier, l’encre, et les frais d’impression, et ça achète tout : Les biens fabriqués à la sueur des travailleurs du reste du monde, les énormes actifs immobiliers, industriels, et financiers, ça finance les guerres américaines, leur arsenal militaro-industriel, et tout ce que vous pouvez vous imaginer, y compris bien sûr le monumental déficit américain. Jusqu’à aujourd’hui ! Le reste des pays du monde ferme les yeux, pour protéger leurs exportations vers les Etats-Unis.
 
Tout comme l’exigence de la France dans les années 1960 de vouloir récupérer la contrepartie entre ses dollars détenus et l’or des stocks US avait révélé l’escroquerie numéro 1 des Etats-Unis, le jour où le pétrole pourra être acheté dans une autre devise, comme l’Euro, ou être payé avec de l’or, l’escroquerie numéro 2 des Américains éclatera à la face du monde.
 
En 2000, Saddam Hussein accepte de vendre son pétrole contre des Euros. L’escroquerie du XX ème siècle, qui perdure au XXI ème siècle, va être révélée au monde et va sonner le glas de la pseudo puissance économique américaine. Qu’à cela ne tienne, Bush va donner une leçon à l’Irak et dissuader quiconque accepterait de vendre son pétrole en Euros de le faire. Quelques jours après l’invasion, le pétrole irakien est de nouveau vendu en dollars, et Bush peut se vanter, sur le pont d’un navire de guerre, que sa mission est accomplie. On s’est moqué de lui, mais en fait il a fait son boulot de Président au service du grand capital américain et par extension envers son peuple. De la même manière, lorsque le Vénézuela avait menacé de faire la même chose, Chavez avait été victime d’une tentative d’assassinat orchestrée par la CIA.
 
L’Iran a annoncé qu’il créerait le 26 Mars 2006 une bourse pour les transactions de son pétrole (5 % du marché mondial), en Euros. En même temps, la FED annonce qu’à partir du 23 Mars 2006 l’indice M3, qui dévoile le montant des émissions nouvelles de dollars, ne serait plus publié. Deux coïncidences troublantes qui font craindre à beaucoup, qui en parlent sur l’Internet, le déclenchement d’une crise mondiale majeure. Bien sûr, les Américains tenteront de dissuader l’Iran, via Israël, avec une guerre fulgurante. Mais les Iraniens ont une armée de 800000 hommes et peuvent faire sauter le détroit d’Ormuz, où transite jusqu’à 80 % du pétrole mondial. Les cours du pétrole flamberaient, au-delà de 100 $ le baril, avec toutes les conséquences pour les économies mondiales.
 
Si la bourse de Téhéran permet le paiement des exportations de pétrole en Euros, alors que jusqu’ici la mainmise des Etats-Unis sur les deux seules bourses accréditées (New York et Londres) permettait de s’assurer que seul le dollar soit la devise des transactions, ce sera à terme la fin du dieu dollar. La fin de la suprématie du dollar entraînera la faillite des Etats-Unis et, pour un temps, les économies mondiales seront touchées. Le dollar représente 75 % des devises mondiales ! La bulle immobilière va éclater et les conséquences seront terribles pour chacun d’entre-nous, avant que la situation ne se stabilise à nouveau. Une situation assainie, plus juste, bien que le transfert des richesses mondiales vers les détenteurs de fonds américains leur procurent un avantage exorbitant.
 
Ceci dit, cette perspective de l’effondrement du dieu dollar réjouira une bonne partie de la planète. Finie la morgue et l’arrogance américaines, et finie l’escroquerie qui perdure depuis 1944, et qui permet à une minorité de privilégiés de s’approprier à peu de frais les richesses de la planète, en payant avec de la monnaie de singe.
 
Ashoka.
 
 



http://fr.groups.yahoo.com/group/islam_jeunesse_internati...


http://www.islammessage.com/fr/




Liens Yahoo! Groupes

20:22 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/03/2006: ]L'Otan va débarquer au Cap-Vert en juin pour tester sa force d'élite

Il vaudrait mieux que l' Otan débarque au plus tôt ... à la poubelle !
Que de milliards d' euros (ou de dollars) en pure perte depuis sa création ....
Un monde cinglé et de massacreurs affamés ...
RoRo
 
 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Sunday, March 26, 2006 11:05 PM
Subject: [Anti-imperialiste_2006] [alerte_otan]L'Otan va débarquer au Cap-Vert en juin pour tester sa force d'élite

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++
ANTI-IMPERIALISTE la liste de
http://resistance.chiffonrouge.org

ARCHIVES ACCESSIBLE HERE/ICI:
http://chiffonrouge.org/cgi-bin/mailman/private/anti-impe...

 pour tester sa force d'élite

26/3/2006

BRUXELLES 26/03 (BELGA/AG) = L'Otan va faire une démonstration de force au Cap-Vert (ouest de l'Afrique) en juin pour tester une nouvelle force d'élite, censée montrer que l'alliance militaire occidentale est à même de se déployer rapidement en cas de crise d'où qu'elle survienne. Ces manoeuvres, en préparation depuis des mois et baptisées "Jaguar Résolu 06", sont prévues du 1er juin au 12 juillet. Elles mettront en scène environ 7.100 militaires des pays de l'Otan et d'importants moyens terrestres, aériens et maritimes. Le gros de l'exercice, qui n'a pas encore été officiellement annoncé, est concentré sur la période du 15 au 28 juin, a confié le lieutenant-colonel Petter Lindquist, du commandement de l'Otan à Brunssum, aux Pays-Bas. Il s'agira des premières grandes manoeuvres de l'Otan en Afrique. (GFR)

Belga (Belga Feed)




Pour retrouver les messages précédemment envoyés : http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

Cette liste est gérée par des membres du Comité de Surveillance OTAN. Les opinions éventuellement exprimées n'engagent que les auteurs des messages, et non le CSO.




19:47 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

29/03/2006: la grève des femmes à la Fn de Herstal: "A travail égal, salaire égal", il y a quelque 40 ans...

BELGIQUE: la grève des femmes à la Fn de Herstal: "A travail égal, salaire égal", il y a quelque 40 ans...

 

C' était il y a quelque 40 ans, lorsque je faisais mes premières armes en tant que permanent administratif de la Fédération de Charleroi du Parti communiste de Belgique (Pcb): les femmes de la Fabrique Nationale de Herstal (armes de guerre!) se mettent en grève.

Pour la revendication encore révolutionnaire à l' époque: "A travail égal, salaire égal !".

Les femmes de la FN se montrent déterminées à gagner. Si elles gagnent, leur victoire prendra des dimensions européennes, tenant compte qu' à l' époque, il était déjà question de la fameuse "construction européenne" et que l' on avait déjà à affronter les premières multinationales et transcontinentales capitalistes qui s' installaient partout ...

Pour que les femmes de la Fn puissent gagner, elles avaient absolument besoin de la solidarité agisssante des travailleurs des autres entreprises pour faire céder le patronat (en cela rien n' a donc changé depuis lors !). Pour cela, le déclenchement de la grève de solidarité des femmes des Acec de Charleroi (quelque 7.000 travailleurs à l' époque!) était indispendable (comme en 1960 - 1961!) pour entraîner d' autres travailleuses, d' autres entreprises, dans la lutte: le président et 25% des délégués syndicaux Fgtb étaient communistes et l' entreprise comptait quelque 300 adhérents. La section communiste avait un journal d' entreprise, né dans la clandestinité: "Dynamo !".

Hélas, la Fgtb liégeoise était contre la grève "sauvage" des femmes de la Fn. Et à la remorque de la Fgtb, la Fédération liégeoise du Parti communiste de Belgique lui emboîtait le pas, à travers certains permanents. En plus, un journaliste de service à la Rédaction du Drapeau Rouge (Dr), quotidien du Pc était plus soucieux de répandre dans les pages du journal le point de vue des deux fédérations (Fgtb et Pcb), que celui des femmes en grève et en lutte. Ne parlons même pas évidemment de la position du Parti "socialiste" ... d' où rien n' était à espérer.

A Charleroi  cependant, le staff des principaux permanents de la Fédération communiste est solidaire de la grève des femmes de la Fn, ayant convenablement évalué l' enjeu. Ensemble le député-président Georges Glineur (également membre du Bureau politique du Parti), le secrétaire politique fédéral Félicien Niéson, et moi-même, tirons un tract appelant les Acec de Charleroi à la grève de solidarité. Le Président "communiste" (qui ne bougeait et ne se manifestait pas!) de la délégation syndicale des Acec en est consulté et informé...

Le lendemain-matin, les permanents et d' autres militants communistes sont en place, à l' entrée de l' entreprise, pour distribuer le tract.

Mais remis entre-temps sur "la bonne voie" par quelques éléments opportunistes de la Fédération du Parti, arrive évidemment le Président "communiste" de la délégation syndicale de l' entreprise. Face aux divergences et pour ne pas mettre en péril l'unité et les structures de la Fédération communiste, les quelque 3.000 tracts tirés rejoindront les poubelles ... du réformisme et de la collaboration syndicale.

Les femmes grévistes de la Fn de Herstal et les travailleuses des Acec de Charleroi ignoreront absolument tout de ces confrontations en coulisses. La grève des femmes de la Fn s' épuisa donc. Une occasion manquée et une trahison de plus pour le monde du travail, même si la première réunion du Comité fédéral du Parti fut très chaude...

C' est ce qui justifie que quelque 40 ans après, "Solidaire", hebdomadaire du Ptb, puisse publier, avec raison, l' article ci-dessous, dans ses pages.

Personnellement, j' ai toujours gardé cet épisode sur la patate ...

Roger Romain,

permanent fédéral du Pcb (1965-1990)

 

 

mardi, 28 mars 2006, 11h09


«Les femmes gagnent 24% de moins que les hommes: une honte!»
Equal Pay day: entretien avec Gitta Vanpeborgh, responsable du gendermainstreaming de l'ABVV (FGTB)

C'est pour cette raison que les femmes de l'ABVV et Zij-kant, un mouvement de femmes social et progressiste, organisent le 31 mars la journée Equal Pay Day (journée du salaire égal).

An Lenaerts
29-03-2006

Gitta Vanpeborgh, responsable du gendermainstreaming pour l'ABVV (FGTB flamande), déclare à propos du fossé salarial entre hommes et femmes : «J'ai parfois l'impression qu'il existe un véritable refus de la part des politiques de combler ce fossé». (Photo Solidaire, An Lenaerts)

- Cliquez sur la photo pour l'agrandir -


Solidaire a rencontré Gitta Vanpeborgh, 39 ans et responsable depuis près de deux ans du gendermainstreaming pour l'ABVV.

Etre responsable du gendermainstreaming, qu'est-ce que cela veut dire exactement ?

Gitta Vanpeborgh. Garantir l'égalité entre hommes et femmes, tant sur le marché du travail qu'au sein même du syndicat. Le premier objectif est d'augmenter la participation syndicale des femmes. Nous voulons des femmes syndicalistes plus actives mais aussi un plus grand nombre de femmes aux postes de direction dans le syndicat. Le second objectif est d'augmenter la dimension de genre dans le syndicat. Cela signifie que nous voulons que les mesures et décisions prises soient systématiquement étudiées sous l'angle de leurs conséquences pour l'égalité entre hommes et femmes.

Pourquoi avoir choisi la date du 31 mars pour la journée du Equal Pay Day?

Gitta Vanpeborgh. Nous avons choisi cette date pour mettre en évidence l'écart salarial permanent entre hommes et femmes. Le fait que les femmes gagnent 24% de moins que les hommes signifie que les femmes doivent travailler en moyenne trois mois de plus que les hommes pour avoir le même salaire annuel. C'est comme si vous, messieurs, étiez payé le 31 mars.

En Europe, la Belgique est toujours présentée comme le bon élève alors qu'il n'y a eu aucune amélioration depuis 1995. Nous voulons tirer la sonnette d'alarme. Cette année, nous organiserons des actions dans toute la Belgique. Cette année notre message est «Les femmes gagnent 24% de moins que les hommes: une honte!».

Quel est l'objectif de cette campagne ?

Gitta Vanpeborgh. Sensibiliser les gens sur le fait que les écarts de salaire ont des conséquences pour les femmes et leur pension . Nous voulons par la même occasion lancer un signal aux responsables politiques qui sont chargés de prendre les mesures nécessaires.

Mais nous ne nous limitons pas à l'organisation de cette journée. Nous analysons systématiquement les statistiques salariales. L'année passée, nous avons examiné les résultats de toute une série de petites enquêtes. Par exemple, une étude réalisée par Dexia sur l'argent de poche des jeunes, un rapport de Randstad sur les salaires des jobs étudiants. Et nous avons constaté qu'il existait des différences manifestes entre les garçons et les filles. C'est aussi le cas pour les personnes hautement qualifiées: les femmes juristes d'entreprise ou journalistes gagnent clairement moins que leurs collègues masculins.

Il y a quarante ans, les ouvrières de la FN à Herstal se mettaient en grève et réclamaient «A travail égal, salaire égal». Un loi a été votée il y a près de trente ans. Comment expliquez-vous que l'écart salarial soit toujours là ?

Gitta Vanpeborgh. Durant les premières années qui ont suivi l'approbation de la loi, on a effectivement fait des progrès. Mais depuis 1995, on fait du surplace. Au cours de ces deux dernières années, on a même vu l'écart salarial augmenter. L'augmentation de la flexibilité et de la pression au travail joue en défaveur des femmes. Il est devenu pratiquement impossible pour les familles qui ont des enfants d'avoir deux temps plein. La plupart du temps c'est la femme qui opte pour le travail à temps partiel ou l'interruption de carrière. Les facteurs qui interviennent ici sont le rôle traditionnel de la femme et le fait que le travail des femmes n'est toujours pas considéré comme un travail à part entière (financièrement). Beaucoup de femmes n'ont d'ailleurs pas le choix. Dans un grand nombre de secteurs typiquement féminins, il n'est possible de travailler qu'à temps partiel et les horaires sont à ce point flexibles qu'il leur est impossible de prendre un second emploi à mi-temps. Les conséquences pour les revenus de la femme sont très sérieuses.

Quelles sont les actions prévues pour ce 31 mars?

Gitta Vanpeborgh. Nous organiserons dans diverses grandes villes du pays des actions ludiques. Nous parlerons aussi de tous les mécanismes directs et indirects qui font que les femmes gagnent moins que les hommes. Le besoin de garderies de qualité à prix raisonnable. Les emplois à temps partiel obligatoires dans certains secteurs. Nous distribuerons également ce jour-là dans diverses grandes entreprises des tracts, nous collerons des autocollants et nous porterons des T-shirts spéciaux. Dans certaines entreprises, les syndicalistes auront une entrevue avec les patrons au conseil d'entreprise.

Selon vous, que faudrait-il faire pour combler le fossé salarial?

Gitta Vanpeborgh. Lors de la journée Equal Pay Day, nous ferons diverses propositions aux politiques. Nous sommes aussi pour les campagnes de sensibilisation dans l'enseignement. Il faut améliorer les conditions salariales dans les secteurs où travaillent beaucoup de femmes. Mais le plus important c'est qu'une loi-action soit votée comme en Suède. C'est vrai, nous avons nous aussi une loi qui garantit «à travail égal, salaire égal» mais cette loi est plutôt théorique. Au contraire, une loi-action renferme des règles très concrètes que les employeurs doivent observer pour empêcher la discrimination lors du recrutement, la formation, l'instruction, la rémunération, etc.

Et les politiques, pensez-vous qu'ils vous écouteront?

Gitta Vanpeborgh. Un grand nombre de responsables politiques reconnaissent qu'il y a effectivement un problème. La première journée Equal Pay Day organisée en 2005 y a certainement contribué.

Le problème du fossé salarial c'est que souvent on l'envisage uniquement du point de vue d'une soi-disant liberté de choix individuelle. Nous avons du mal à accepter les arguments du style «si les femmes gagnent moins c'est parce qu'elles ont moins bien négocié leur salaire» ou «elles ont tout de même choisi de travailler à temps partiel». Les causes structurelles et d'ordre social sont balayées. J'ai parfois l'impression qu'il existe un véritable refus des politiques de combler le fossé salarial. Bien entendu, pour augmenter le salaire des femmes il faut de l'argent. Et pour moi, ils peuvent sans problème toucher aux gros salaires.


 Envoyez vos réactionsréagirImprimerimprimerEnvoyer par e-mailenvoyer
 
 

19:36 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, charleroi, communisme, courcelles, democratie, histoire, politique, pt, romain, solidarite, europe | |  Facebook | |  Imprimer | | |

28/03/2006

26/03/2006: Témoignage des magouilles des flics-casseurs en fin de manif parisienne.

Flics ou ... SA des années '30, en Allemagne nazie ???
RoRo
 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Sunday, March 26, 2006 9:58 PM
Subject: TEMOIGNAGE

  Ce message est disponible si vous consultez le site paris.indymedia.org , le site bellaciao.org , le site labanlieuesexprime.org et d'autres sites
  Amicalement
 
Témoignage des magouilles des flics-casseurs en fin de manif parisienne.
dimanche 26 mars 2006

Publié vendredi 24 mars 2006
Manifestation des Lyonnais-es à Paris le 23 mars 2006
Je suis allée à Paris hier. La manif s’est bien passée et il y avait du monde. Nous, gens de Lyon, de Grenoble, de Chambéry, avons formé un beau cortège "Lyon tient son Paris". Certains parisiens sont venus nous remercier d’être venus jusque là et nous étions fiers, même si le gros des lyonnais était à Lyon, sous les gaz des CRS.
Nous étions vraiment nombreux ! Puis, peu à peu, des vagues d’une centaine de "casseurs", appelés au son de cornes de brumes, dévalaient dans la foule, puis occupaient les lignes de bus ! Certains se sont fait voler ou frapper. À la fin de la manif, ils étaient des centaines... Environ 3 000 CRS et gendarmes mobiles bloquaient la place !
Les "casseurs" choisissaient une proie, fonçaient à 20, 30, 50, 100 sur lui (elle) et le (la) défonçaient et le dépouillaient ! Les forces de l’ordres s’en sont pris plein la gueule aussi mais les premiers visés étaient les manifestants. Les manifestants sortaient de la place tant bien que mal mais certains restaient à l’intérieur. Des voitures ont commencé à brûler, les vitrines à péter. Mon groupe a décidé de partir à la gare et je suis restée avec une amie car des potes à moi étaient à l’intérieur.
Les flics bloquaient l’accés à la place à tout le monde. Les passants nous ont accusés d’être les fauteurs de trouble, de faire repartir le bordel des banlieues ! On a dû leur expliquer qu’on était dans la rue car on n’en peut plus de vivre avec 300 euros par mois et d’être pris pour des cons ! Trois casseurs se sont précipités dans la rue, ils ont été interpellés puis sont passés... carte de Police à la main ! Là, on a halluciné, les mecs étaient vraiment chauds ! On s’est faufilé aprés eux car je voulais absolument rejoindre ma pote ! Un flic nous a avertis que si on repassait par là, il nous arrêterait. Il n’y avait plus rien ! Les pompiers éteignaient les voitures mais les casseurs étaient tous partis. Tout était calme...
J’ai rejoint les quais, il ne restait plus que des manifestants en état de choc. On a voulu sortir, mais les camions de flics nous prenaient en sandwich et nous empêchaient de sortir ! Je me suis avancée vers l’un d’entre eux pour lui expliquer qu’on n’était pas d’ici, qu’on hallucinait, qu’on voulait se barrer de cette ville de merde. Il nous a dit d’arrêter de sourire ou que ça risquait de mal tourner. Nous étions piégés ! Pourtant ils voyaient bien qu’il ne restait plus qu’une centaine de manifestants apeurés. Les flics ont commencé à nous filmer et étaient morts de rire face à notre incompréhension et à notre terreur. Ils ont commencé à charger sur ma droite et la foule s’est précipitée contre l’autre cordon de CRS. Une fille, paniquée, leur a demandé des informations, elle s’est fait gazée, puis le gendarme s’est excusé ! Mes genoux claquaient. Le cordon de flics s’est dissous, nous avons couru mais d’autres ont débarqué et ont fait barrage. En fait, ils nous déplaçaient contre le commissariat...
Les cordons se resserraient contre nous, ça hurlait dans tous les sens, deux filles voilées pleuraient. J’avais peur que l’un de nous tombe , que l’on meure étouffés ou piétinés... Les médias étaient parmi nous et nous canardaient de flashs, surtout dès qu’on hurlait. Les flics nous compressaient violemment pour qu’on se révolte et que les médias puissent prendre des photos ! Morts de trouille face aux assauts des forces de l’ordre, nous avons levé nos mains au ciel... Là, ils ont paru bien emmerdés ! Les flash fusaient toujours...
Un flic avec un fort accent de banlieue nous a dit de ne pas paniquer (très drôle), qu’on allait juste vérifier nos identités, que l’ordre de se disperser avait été donné plus d’une demi-heure auparavant et qu’il ne fallait pas nous étonner. Puis vint l’heure de la mise en scène médiatique ! 5 ou 6 flics rentraient en trombe parmi nous, se jetaient sur un mec, le plaquaient violemment au sol. Là, ils attendaient trente secondes, le temps des photos, puis viraient le mec. Ca a duré plus de deux heures. Je tiens à préciser que les arrestations se sont placées dans un ordre bien précis : ils ont commencé par les noirs, puis par les arabes, suivis des mecs qui avaient des dreads ou les cheveux longs, la violence était également graduée. Un gars s’est fait piétiné sous nos hurlements. C’était vraiment très violent..
Nous étions toujours filmés par les flics morts de rire. Ils évitaient tout de même de nous regarder dans les yeux. Par dessus la masse de casques de flics, le drapeau français flottait ; une drôle d’impression m’a serré le bide.... Une bande de 6 "racailles" est sortie escortée de la cour du commissariat. Ils se sont retrouvés avec nous, on a traité les flics de racistes, les gars scandaient artificiellement qu’ils n’étaient pas dans la manif. Ils se sont glissés dans un coin, 5 CRS les ont fait sortir discrètement (nous sommes 3 ou 4 a avoir vu la scène), une fille s’est accrochée à eux pour sortir, les flics sont allés la chercher et l’ont remise dans le cercle, les gars sont partis sous l’oeil complice des flics. Je hurlais sur un photographe, le traitait de collabo, de traitre. Il m’expliqua qu’il prenait juste des photos, qu’il n’écrivait pas les textes dessous, que parfois c’était utile, comme pour le syndicaliste dans la coma par exemple. Je me calmais, je voulais qu’il m’explique. Il m’a confirmé qu’il leur fallait des photos, que Sarkozy sait ce qu’il fait quand il ordonne de ne s’en prendre qu’au manifestants, que tout le monde sait que les RG sont avec les casseurs, sont dans toutes les manifs, dans toutes les AG. Je lui répondais que non, que moi, je ne savais pas, en tout cas pas à ce point !
Nous commencions à comprendre tous ce business, certains flics sont des "casseurs", des RG infiltrés pour embraser la foule, certains "casseurs" doivent avoir des arrangement avec eux pour nous taper sur la gueule dans les manifs (ça passe toujours mieux au JT plutôt que ce soit les CRS ou GM qui nous fracassent) et puis il y a les moutons, ceux qui suivent juste pour se divertir... Ils ont fini par me prendre par le bras pour m’interpeller, enfin ! Le flic était surpris que je vienne de Bron, je gardais le silence face à sa voix toute douce, il m’a souhaité un « passez une bonne soirée mademoiselle », sourire charmeur à l’appui, comme si tout cela était tout à fait normal, comme s’il avait l’habitude ! Il était 20 heures, l’heure des infos. Mes deux amies sont sorties juste après moi, mais nos deux potes, eux, n’étaient pas dans la rue...
On les a appelés, ils étaient dans un fourgon et allait être dispatchés dans des commissariats, ils ne savaient ni quand ni pourquoi, mais on les laissait répondre au téléphone. On a donc loupé notre train qui partait à 20h, on les a attendus jusquà 22h puis on a pris le dernier TGV pour Lyon. Un des deux a été relâché vers minuit, aprés avoir été transporté dans plein de cellules ; on lui a demandé s’il reconnaissait avoir perturbé l’ordre public puis on l’a relâché. Il n’avait toujours pas de nouvelles du dernier. Ils étaient de retour aujourd’hui.
Émilie Mourgues, étudiante en Anthropologie à Lyon II

16:41 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

28/03/2006: Belgique francophone: Elio, toujours le plus populaire des hommes politiques ...

Selon les indices de popularité des hommes politiques francophones, l' Elio Di Rupo continue de caracoler en tête des francophones et des Wallons.

Pourquoi ?  Est-ce en raison de ses bonnes ou de ses mauvaises positions, ça les faiseurs de sondages et d'opinions qui nous baratinent les oreilles ne nous le diront jamais ?
L' homme le plus populaire de la planète est actuellement un certain George W Bush. Le jour où l' intéressé sera traîné devant un tribunal (populaire ou non) pour ses crimes de guerre et crimes contre l' humanité, il deviendra évidemment encore plus ... populaire, pour quelques temps. Il suffira de nouveau que l' on parle de lui.
Pour en revenir à Elio (et aux autres!), tout dépend évidemment du moment du sondage, de l' endroit et de la catégorie des sondés.
Ainsi les sondeurs devraient en ce moment se rendre devant le piquet de grève à l' entrée de SONACA-Gosselies, pour connaître si Elio est aujourd'hui plus populaire qu'hier, lorsque l'on sait que la Région wallonne, présidée par ... Elio, cautionne la Direction de  Sonaca pour mettre sur le pavé une nouvelle fournée de travailleurs et économiser une fois de plus sur les salaires.
Allons Elio, un discours plus et un petit sourira satisfait, ça fait grimper et du bien dans le Parti "socialiste", acoquiné aux libéraux, aux patrons et à l' EURO-DICTATURE capitaliste... Un second plan Marshall pour la Wallonie ferait du bien également pour ces Chers patrons et les sondeurs ...
RoRo

16:04 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/0/2006: La victoire est à notre portée !

 
 
----- Original Message -----
Sent: Monday, March 27, 2006 4:54 PM
Subject: manif anti-CPE

Tract téléchargeable sur http://coordin.communiste.free.fr

 

Retrait sans conditions du CPE :

La victoire est à notre portée !

 

Pour leurs profits, de quoi les patrons ont-ils besoin ?

► Plus de travailleurs ultra-précaires, jeunes, immigrés, sans papiers, au moyen desquels tous les salaires sont tirés vers le bas; moins de représentants du personnel, plus de répression anti-syndicale; moins de ‘charges sociales’, plus de ponction dans les salaires différés (retraites, allocations, cotisations patronales sécu, etc.) et dans les salaires directs; une main d’œuvre plus docile, plus flexible, corvéable à souhait, plus de productivité (quitte à faire exploser le nombre des maladies du travail depuis plus de dix ans)…

 

Comment l’alternance des gouvernements a t-elle rendu ce processus possible ?

Par étapes! Cadeaux patronaux (annualisation et flexibilité du temps de travail, mise à mal des conventions collectives initiée par les 35 heures Aubry et renforcée par Raffarin), privatisations massives (Balladur, Jospin, Juppé, Raffarin, Villepin)… CNE pour les entreprises de moins de 20 salariés, CPE pour les moins de 26 ans, immigration jetable, retour du travail de nuit des femmes dans l’industrie, de l’apprentissage à 14 ans et du travail de nuit dès l’âge de 15 ans (mesures présentes aussi dans cette loi Borloo pour « l’égalité des chances » où figure le CPE)…

 

La prochaine étape, si nous laissons faire ?

Le Contrat Unique, calqué sur le CPE et applicable à tous les salariés quel que soit leur âge… est prévu pour juin. Il couronnerait le tout par la destruction du CDI tel qu’il est défini dans le code du travail (c’est à dire comme norme juridique, autour de laquelle tous les contrats précaires doivent être en principe justifiés et encadrés), pour l’ensemble des salariés, dans le secteur privé d’abord (qui sera d’ailleurs bientôt le seul…), en attendant la suppression pure et simple du SMIC...

Ils veulent passer par la fenêtre ce qui n’avait pu passer par la porte de la Constitution Européenne !

Nous sommes tous concernés! Si le CPE passe, le sacrifice social de la jeunesse de notre pays précèdera à très court terme celui de tous les travailleurs, du privé puis du public.

 

La jeunesse est exemplaire et courageuse !

 

Les étudiants et lycéens ont impulsé depuis plus d’un mois une lutte puissante, d’ampleur nationale, renouant par les blocages d’universités et de lycées avec la glorieuse tradition ouvrière des piquets de grève, nourrissant des manifestations quotidiennes partout en France, créant les conditions d’une grève générale. La jeunesse a mis les directions des organisations syndicales confédérales face à leurs propres hésitations et elles ne peuvent plus reculer.

La jeunesse, par sa détermination, regonfle le moral à l’ensemble des travailleurs qui ont subi, de recul social en recul social, pas mal de défaites ces dernières années. Pour nous redonner confiance, nous avons BESOIN  de cette victoire et elle est à portée de main. Après la victoire du 29 mai gagnée dans les urnes, cette victoire sera gagnée dans la rue !

 

C’est le moment !

 

Le moment est arrivé de lutter tous ensemble, jeunes, étudiants, travailleurs français et immigrés, chômeurs, sans papiers, pour le retrait non négociable de ce plan patronal :

-    Personne ne peut imaginer que le « contrat unique » puisse être combattu en juillet pendant les grandes vacances.

-    Personne ne peut plus imaginer qu’une « gauche » social-démocrate éventuellement victorieuse en 2007 remettrait en cause le CNE/CPE (le PS n’est jamais revenu sur les attaques anti-sociales de la droite).

 

Si le 28 mars ne suffit pas, il faudra, sans délai, reconduire la grève. C’est en tout cas dans ce sens que pousseront les militants de la Coordination Communiste, sur leurs lieux de travail et dans leurs syndicats.

Zone de Texte: Coordination Communiste 59/62
 pour la reconstruction d’un Parti Communiste révolutionnaire 

Pour tout contact, pour s’abonner au journal Chantiers (10 € / 6 n°) : 
Coordination Communiste, BP 51, 59007 Lille Cedex
 coordcommuniste@numericable.fr       http://coordin.communiste.free.fr

  28 mars 2006

 

 

 

 

 

 

 

12:09 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

SOLIDAIRE n° 13 du 29 mars 2006

La une et sommaire

Solidaire n° 13 du 29 mars 2006

29-03-2006

Enseignement: Belgique, championne des inégalités

En Flandre, 12,2 % des jeunes quittent l'enseignement secondaire sans diplôme. Le gouvernement flamand a l'ambition de ramener cet «afflux de non-qualifiés» à 10% en 2010.

> Lire l'article

«Femme seule, 2 enfants, ch. désespérément appt social»

«Tout le monde a droit à un logement décent», dit la Constitution. Mais les listes d'attente s'allongent dans les société de logement social. Qu'en pense Johan Vandepaer, conseiller communal PTB à Herstal?

> Lire l'article

«Le peuple au pouvoir, pour des changements profonds en Bolivie»

En exclusivité: l'interview de Leonida Zurita, dirigeante paysanne, sénatrice et bras droit du président Evo Morales, en Bolivie.

> Lire l'article

Les femmes gagnent 24% de moins que les hommes

C'est pour cette raison que les femmes de la FGTB et Zij-kant, un mouvement de femmes social et progressiste, organisent le 31 mars la journée Equal Pay Day (journée du salaire égal).

> Lire l'article

Débat sur l'avenir de la centrale des métallos

Le débat fait rage à la FGTB depuis qu'une de ses centrales se trouve devant la décision de continuer ou de se séparer en deux. Sur divers site web, des réactions de syndicalistes fusent. En voici quelques unes

> Lire l'article

Et en plus...

  • De Lijn: au-dessus des lois? > Lire l'article
  • France: shooter les enfants? > Lire l'article
  • Colombie: Farc, Renaud et Betancourt > Lire l'article
  • Musique: grand rock, petits prix > Lire l'article
  • Philippines: stop à la répression > Lire l'article
  • Corée: pas de nouvelle guerre > Lire l'article
  • Récit: à Cuba à vélo > Lire l'article
  • En photos: près de chez vous > Lire l'article
  • Foot: la menace du Vlaams Belang > Lire l'article

 Envoyez vos réactionsréagirImprimerimprimerEnvoyer par e-mailenvoyer
 
 
 
 

Éditorial
Les bénéfices déraillent, pas les salaires
Jo Cottenier

Belgique
Femme seule, 2 enfants, ch. désespérément appt social
Alice Bernard

Assemblée de chômeurs âgés à Zelzate

Hoboken (Anvers): les loyers augmentent en flèche
Thomas Blommaert

International
Bolivie • Interview exclusive: Leonida Zurita, bras droit du président Evo Morales
Bert De Belder

Jeunes
Camp pour la paix 2006

La Belgique, dernière de la classe sur le plan de l'égalité des chances
Dirk De Block

Premier résultat des actions dans l'enseignement supérieur
Wouter Van Damme

Régions
Tu vas nous manquer François

Cartoons
Cartoon • France: de Villepin a proposé un plan
Le dessin de Matiz

Presse et lettres
Bosser jusqu'à 70 ans?

Lettres

L'avocat vous répond
Le complément de reprise du travail pour les chômeurs âgés (1)

12:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

27/03/2006: Qui coupe les ailes des droits de l’Homme?

 
----- Original Message -----
From: ivan
Sent: Monday, March 27, 2006 4:58 PM
Subject: Fwd: Marie-Dominique BERTUCCIOLI : "L'avion et les droits humains"



Début du message réexpédié :

De: ivan <ilavallee@wanadoo.fr>
Date: 27 mars 2006 16:51:37 GMT+02:00
Objet: Réexp : Marie-Dominique BERTUCCIOLI : "L'avion et les droits humains"


Objet: Marie-Dominique BERTUCCIOLI : "L'avion et les droits humains"


Au moment où la Commission des Droits de l'Homme à Genève va renouveler sa
farce annuelle de résolution anti-cubaine
, un très beau texte de
Marie-Dominique Bertuccioli, journaliste à Radio Havana Cuba...
Bonne lecture à tous,
Françoise Lopez

L’avion et les droits humains…

Un avion qui vient d’Afghanistan atterrit à Guantanamo, Cuba. Des
hurlements résonnent en anglais. La porte d’une cellule s’ouvre. Un homme
est poussé à l’intérieur, on lui met des fers aux pieds, des chaînes à la
taille. L’interrogatoire commence : coups, lumière terrifiante,
cigarettes qui brûlent, drogues qui font mal, insultes à un livre sacré,
menaces de mort…

Un avion qui vient du Pakistan atterrit à La Havane, Cuba. Une voix
susurre en espagnol. La porte d’une chambre d’hôpital s’ouvre. Un enfant
unijambiste est porté à l’intérieur, couché sur des draps immaculés. On
lui essaie une prothèse. Les soins commencent : massages, médicaments qui
guérissent, jeux qui éveillent, mains qui caressent, rires, renaissance
de la vie…

Qui coupe les ailes des droits de l’Homme?

Marie-Dominique Bertuccioli
Journaliste de Radio Havane Cuba

11:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

26/03/2006

25/03/2006: En Belgique, l'étrange fuite d'une "terroriste" ...

Question: la chasse aux "terroristes", ou aux ... résistants,  face à un futur État membre de l' Euro-dictature capitaliste ???
Ces "terroristes" me rappellent toujours ceux qui il y a quelque 65 ans combattaient le nazisme et le fascisme ... Principalement les communistes dans la Résistance partout en Europe occidentale, ceux qui combattaient derrière les lignes nazies dans les terrirtoires envahis de l' Union soviétique, dans les rues de Prague, de Budapest, dans le Ghetto de Varsovie,  de Bruxelles, ou de Pairs, dans le maquis du Vercors ...
La question me turlupine d' autant plus que je me demande qui seront les "terroristes" de demain ...
RoRo
 
 
---- Original Message -----
Sent: Saturday, March 25, 2006 10:30 PM
Subject: FERIYE ERDAL

Chronique

En Belgique, l'étrange fuite d'une terroriste

LE MONDE | 23.03.06 | 13h58  •  Mis à jour le 23.03.06 | 13h58
BRUXELLES CORRESPONDANT
Le 14 mars, Fehriye Erdal, condamnée à quatre ans de prison par un tribunal de Bruges, a, par le biais de ses avocats, interjeté appel de ce jugement. Rien d'étrange, sauf que cette Kurde de 29 ans, convaincue d'appartenance au groupe terroriste DHKP-C (Front/Parti révolutionnaire populaire de libération) et réclamée par Ankara pour sa participation présumée à un triple assassinat, a disparu le 27 février. Embarquée dans la voiture de son chef, Musa Asoglu, aujourd'hui emprisonné, elle a échappé aux agents de la Sûreté de l'Etat, les services de renseignement, qui la surveillaient. Elle serait recherchée en Europe. Rien, jusqu'ici, n'a permis au gouvernement belge de calmer la colère des ministres et de la presse turcs.
Les comités "P" et "R", qui contrôlent les activités des services de police et de renseignement, ont été mandatés pour examiner cette bavure. La transparence a été promise, mais personne n'est en mesure d'expliquer comment la figure de proue d'un mouvement figurant sur la liste antiterroriste de l'Union européenne, et qui avait établi son quartier général à Bruxelles depuis 1997, a pu échapper à une surveillance constante.
Des services étrangers pensent que l'une ou l'autre autorité belge aurait organisé cette fuite. La Belgique aurait évité ainsi de devoir trancher la question d'une extradition. Car si le gouvernement avait aisément pu refuser deux premières requêtes d'Ankara, parce que la peine de mort était encore en vigueur en Turquie, une troisième demande, plus récente, formulée alors que la peine capitale a été rayée du code turc, pouvait créer un gros embarras.
Fehriye Erdal séjournait en Belgique depuis 1999. Elle avait fui son pays après l'assassinat, trois ans plus tôt, d'un patron, Ozdemir Sabanci, et de deux de ses collaborateurs. Mme Erdal aurait guidé les tueurs, a expliqué l'un d'eux, qui s'est livré. Lors de l'arrestation de la jeune femme, la police belge a mis la main sur des armes, de l'appareillage et les archives du DHKP-C (dont des photos des tortures infligées à des "traîtres"). Depuis, MmeErdal, libérée sous condition et demandeuse d'asile, s'était attiré la sympathie de divers groupes sensibles à la propagande du DHKP-C et à l'action, apparemment légitime, de son aile politique.
Le PS francophone était hostile à une éventuelle extradition. Marc Verwilghen, ancien ministre de la justice libéral, a évité de s'en prendre à une organisation qui, pourtant, semblait se financer à partir de trafics de drogue et d'armes. Confrontés à ce qui pouvait devenir un nouveau scandale politico-judiciaire, les actuels ministres de l'intérieur et de la justice, le libéral flamand Patrick Dewael et la socialiste wallonne Laurette Onkelinx, compétents l'un pour la police et l'autre pour les services de renseignement, ont vite rejeté la faute sur le patron de la Sûreté de l'Etat, Koen Dassen.
Les services de renseignement se défendront d'autant moins que M. Dassen est démissionnaire depuis quelques semaines. Ce bouc émissaire un peu trop parfait ne fera pas de révélations, sauf à perdre le poste d'expert antiterroriste qui lui a été promis au ministère de l'intérieur. M. Dassen ne dira donc rien d'une autre hypothèse évoquée par certaines sources dignes de foi. Elles affirment que la Belgique, qui aurait déjà négocié, en 2000, l'envoi de MmeErdal vers la Côte d'Ivoire, mettrait d'autant moins de zèle à retrouver la jeune femme qu'elle connaît les capacités des services secrets turcs.
Ceux-ci avaient repéré et enlevé Abdullah Ocalan au Kenya, en 1999, avant de le juger et de l'emprisonner. L'Italie, où Ocalan s'était réfugié un temps, ne pouvait, elle non plus, légalement expulser le chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), mais elle avait exercé une forte pression afin qu'il trouve un autre pays d'asile. L'errance d'Ocalan allait s'achever à Nairobi.
Selon des experts, la Belgique se serait, de la même façon, tirée à bon compte d'un épisode embarrassant. Et le bureau bruxellois du DHKP-C est toujours ouvert.
JEAN-PIERRE STROOBANTS

19:50 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

25/03/2006

22/03/2006: Mittal/Arcelor : la Belgique en train de griller Français et Luxembourgeois: lu dans l' Investigateur ...

22/03/2006: Mittal/Arcelor : la Belgique en train de griller Français et Luxembourgeois: lu dans l' Investigateur ...

 

 

Bref, les travailleurs sidérurgistes eux aussi sont à vendre ...  Travailleurs et actionnaires: même combat ! Mais qui sue ???
RoRo 
 
 
 
 
Mittal/Arcelor : la Belgique en train de griller Français et Luxembourgeois
Mar 22, 2006

Le gouvernement indien accueille favorablement la position de la Belgique face l'Offre publique d'achat (OPA) que le groupe Mittal Steel s'apprête à lancer sur Arcelor, a indiqué mardi le ministre indien du Commerce et de l'Industrie, Kamal Nath, à l'issue d'un entretien avec le ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt. Il y voit le signe d'une «ouverture d'esprit ».

Lorsque le patron de Mittal Steel, Lakhsmi Mittal, a fait part de ses intentions à propos du groupe sidérurgique européen, les gouvernements luxembourgeois et français ont signalé leur hostilité au projet. Au contraire de leurs voisins, les autorités belges ont préféré la prudence et la neutralité en annonçant qu'elles voulaient examiner le projet industriel de l'homme d'affaires indien avant de se prononcer.

«C'est un dossier d'actionnaires et d'experts industriels et non de gouvernements. C'est ce que j'ai dit et ce qu'a dit mon gouvernement. C'est aux actionnaires de décider. Nous sommes très heureux que la Belgique et la Wallonie ne voient pas ce projet comme celui d'un Indien », a souligné M. Nath.

Marcourt a abondé dans le même sens. «Il ne s'agit pas d'un problème de nationalité mais d'actionnaires et de projet industriel. Si le projet de Mittal est bon pour les travailleurs (???)  et les actionnaires, ils ne comprendraient pas que l'on y fasse obstacle parce que M. Mittal est Indien. J'ai toujours dit que pour nous, le premier problème était celui des implantations en Belgique, et en Wallonie en particulier. Ca reste la vérité aujourd'hui. Ce sont les projets industriels qui feront pencher la balance pour le gouvernement wallon », a-t-il expliqué.

Selon le ministre indien, l'attitude belge cadre bien avec les bonnes relations qu'entretiennent les deux pays. «Nous avons déjà de bonnes relations avec la Belgique. Cette attitude est en conformité avec les relations chaleureuses que nous entretenons », a-t-il ajouté.

20:09 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/03/2006: COMMUNIQUE DE PRESSE du Procés des 9 d'auxerre

 
Eh oui, en EURO-DICTATURE capitaliste, la "Justice" est avant tout au service des puissants, des possédants, des exploiteurs, de la propriété privée ...
RoRo
 
 
 
----- Original Message -----
From: OSPMH
Sent: Thursday, March 23, 2006 7:54 PM
Subject: [controle_omc] COMMUNIQUE DE PRESSE du Procés des 9 d'auxerre

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Souvenez vous :

 

Le 12 décembre 1999, l’ERIKA s’échouait au large de la BRETAGNE polluant des centaines de kilomètres de plage, l’affréteur de ce pétrolier poubelle est le groupe « TOTAL ».

 

Le 12 décembre 2001, 8 militants du collectif des victimes de l’ERIKA rejoint par une militante des victimes de l’usine d’A.Z.F. Qui avait explosé 3 mois plus tôt, propriété du groupe « TOTAL » aussi, occupaient le château de Monsieur Thierry DESMARET, Patron du groupe TOTAL.

 

Et ce pour dénoncer la non indemnisation des victimes par le groupe TOTAL ; ainsi que pour dénoncer le profit à tous crins de ce type de groupes industriels et financiers, au détriment de la nature, de l’environnement et, par delà, de la santé publique et de la population.

 

Le 30 Mars 2006, les 9 d’AUXERRE passeront à 14h00 devant le Tribunal de Grande Instance d’AUXERRE : Venez toutes et tous pour les soutenir !

 

Conférence de Presse de 12h00 à 13h30 au « Restaurant LA TOUR D’ORBANDEL »

Place des Cordelier à AUXERRE

 

Pour tout contact : 06.81.48.63.90

 coordination@ospmh.org

 

Communiqué de presse :

 

Claire Poinas du collectif "Plus jamais ça" constitué à la suite du drame d'AZF et Jo Le Guen qui a travaillé sur les conditions d'indemnisation des victimes de la marée noire de l'Erika, ont fait citer Mr Thierry Desmarest, Président-Directeur Général de TOTALFINAELF, en qualité de témoin devant le tribunal correctionnel d'Auxerre le jeudi 30 Mars 2006 à 14 heures.

 

Claire Poinas, Jo Le Guen et 7 autres personnes comparaîtront le 30 Mars devant ce tribunal pour avoir occupé le château de Thierry Desmarest en Auxerrois durant 24 heures le 12 décembre 2001 à l'occasion du second anniversaire du naufrage de l'Erika et 3 mois après le drame d'AZF.

 

Thierry Desmarest refuse d'admettre que cette occupation était un acte syndical ce qu'a pourtant reconnu le procureur d'Auxerre à l'audience du 24 novembre dernier.

 

Claire Poinas et Jo Le Guen demandent à Thierry Desmarest de venir expliquer au tribunal pourquoi dans ces conditions il a envoyé un des hauts responsables de la sécurité de TOTALFINAELF sur les lieux au moment de l'occupation pour évaluer la situation.

 

Depuis le naufrage de l'Erika le 12 décembre 1999 et le drame d'AZF le 21 septembre 2001 les victimes ont toujours été confrontées au mépris de TOTALFINAELF et de ses dirigeants qui n'ont jamais fait face à leurs responsabilités alors que depuis décembre 1999 le prix de l'action de TOTALFINAELF a doublé et que ses profits sont de plus en plus colossaux chaque année (12 milliards d'euros en 2005).

 

Pour ces dirigeants, zélés serviteurs d'un capitalisme financier sans état d'âme, les victimes d'accidents industriels, fussent-ils dûs à la négligence, au laxisme et à la recherche effrénée d'un profit toujours plus grand distribué à des actionnaires toujours plus riches, ne sont sans doute qu'une ligne dans une colonne en fin fond de bilan.

 

 

Claire Poinas / Jo Le Guen

 

 

Pour ne plus recevoir d'e-mail : contact@joleguen.net

19:46 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/03/2006: L'ancien chancelier Schröder conseiller de la banque Rothschild

Eh oui, le "socialisme"-"démocratique", avec ses perversions, ses renoncements, ses compromis, ses trahisons, ses collaborations, conduit à tout ....
Mais au fond, en quoi ce gaillard a-t-il jamais été socialiste ??? Conseiller grassement rémunéré, évidemment ... !
Avis aux amateurs:  faudra bientôt reclasser, recaser, également Tony Blair , dirigeant "travailliste" ...
RoRo
 
 
 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Friday, March 24, 2006 4:09 PM
Subject: FW: Social-démocrate c'est à dire social-traitre



L'ancien chancelier Schröder conseiller de la banque Rothschild

24-03-2006 10:52:48
FRANCFORT (Allemagne), 24 mars 2006 (AFP)
L'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder va conseiller la banque d'investissement Rothschild dans le développement de ses activités en Europe de l'est notamment, a annoncé l'institut vendredi.
L'ancien responsable politique, chef de gouvernement de 1998 à 2005, va entrer dans le comité Europe de la banque afin de la conseiller dans le développement de ses activités en Europe de l'est, en Russie, en Turquie, au Moyen-Orient et en Chine, a-t-elle précisé dans un communiqué.
"Je me réjouis d'apporter mes expériences dans le conseil de Rothschild", s'est félicité l'ancien responsable social-démocrate, cité dans le communiqué.
Depuis son retrait de la vie politique en novembre dernier, Gerhard Schröder multiplie les postes de conseiller.
Il a notamment été appelé par le géant russe Gazprom pour présider le comité d'actionnaires du consortium chargé de construire un gazoduc germano-russe en mer Baltique.
Cette annonce avait alors suscité de nombreuses critiques, l'ancien chancelier ayant accepté à titre privé de travailler pour ce projet qu'il avait fortement soutenu en tant que chancelier.

10:41 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/03/2006

24/03/2006: Le mouvement pour la fermeture du camp de concentration ricain de Guantanamo s'accroît dans le monde

Le mouvement pour la fermeture du camp de concentration ricain de Guantanamo s'accroît dans le monde

 

 

----- Original Message -----
From: Info-Cuba
Sent: Friday, March 24, 2006 2:29 PM
Subject: [Frances] Le mouvement pour la fermeture de Guantanamo s'accroît dans le monde

 

ACN

 

Service en langue française

 

Le mouvement pour la fermeture de Guantanamo s’accroît dans le monde  

 

La Havane, 24.03.06 (ACN)

 

Le mouvement pour la fermeture des centres de tortures que les Etats-Unis ont installés dans la base navale de Guantanamo et en Irak s’accroît sans cesse.

 

Florentin Melendez, vice-président de la Commission Inter-américaine des Droits de l’Homme, a déclaré au correspondant de Prensa Latina à Panama que la clameur mondiale est légitime.

 

Florentin Melendez qui est également rapporteur spécial pour la question des tortures et des mauvais traitements dans les prisons a souligné que les jours sont comptés pour le camp de concentration que les Etats-Unis ont ouvert dans la base navale de Guantanamo, installée sur une portion du territoire cubain contre la volonté du gouvernement et du peuple de Cuba.

 

Quelque 490 personnes sont détenues à Guantanamo. Elles sont soi-disant liées au mouvement taliban ou au réseau terroriste Al Qaeda mais aucune charge n’a été présentée contre elles. Les « prisonniers de guerre » des Etats-Unis ne jouissent d’aucune garantie judiciaire.

 

Une campagne de signatures exige depuis le 14 mars la libération immédiate de ces prisonniers qui font l’objet de tortures et la fermeture de ce véritable camp de concentration.

 

Cette campagne se base sur un appel intitulé « Que cesse l’hypocrisie en ce qui concerne les droits humains » Ce document demande aux hommes et femmes épris de justice d’exiger au Conseil des Droits Humains récemment créé la fermeture de Guantanamo et des autres centres de tortures yankees dans le monde.

 

Le document condamne également la connivence de l’Union Européenne avec les Etats-Unis pour ce qui est des « vols de la mort » qui survolent le Vieux Continent avec des opposants du régime de George Bush.

 

L’appel exige aux gouvernements européens de saisir les plaintes déposées par des citoyens de l’Union Européenne victimes de tortures, de la terreur et du manque de garanties judiciaires.

 

Plus de 4000 personnalités et quelque 80 organisations du monde entier ont jusqu’à présent apposé leur signature au pied de cet appel à la fermeture de Guantanamo et des centres de tortures des USA.

 

Service en langue française

Agence cubaine d'information

frenchnews@ain.cu

www.cubainfo.ain.cu

 

Crece movimiento por el cierre del centro de torturas de Guantanamo

  


_______________________________________________
Frances mailing list
Frances@ain.cu
http://ainch.ain.cu/mailman/listinfo/frances

18:12 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/03/2006: Qui croit Johnny Thijs ?

 

 
Le 31 janvier 2006, j' avais déjà diffusé le message ci-dessous, consacrée à "La Poste" privatisée capitaliste.
Faut croire que le mécontentement ne cesse plus de grandir du côté des usagers (appelés aujourd'hui "clients") et du personnel de la Banque de La Poste:  Johnny Thys, administrateur délégué se fend d'une nouvelle lettre aux "Chères clientes et aux chers clients", pour nous convaincre de quoi ???  
 
La Poste est en pleine évolution, dit-il. Nul ne l' ignorait. La privatisation (à la Di Rupo et à l' euroéanisation capitaliste !), la rentabilité du personnel, la recherche de profits, les services de plus en plus chers, les files qui s' allongent devant les guichets, sont en effet des signes "d'évolution".  Au profit de qui ??? De la Poste belge ou de la Poste suédoise, propriétaire désormais à 50 % de La Poste "belge", moins une action ??? 
 
S' adapter est absolument nécessaire, car vos besoins évoluent, rappelle-t-il.  Juste: naguère, un service public avait surtout pour tâche d' être au service de la population. Aujourd'hui, nos "besoins" sont ceux de la concurrence, de la libre circulation, des privatisations, imposées par l' Euro-dictature, avec la complicité et la collaboration de tous ceux (les partis "démocratiques", notamment) qui nous ont plongés progressivement dedans depuis plus de 50 ans. On connaît la chanson: "c' est pas notre faute, c' est celle de l' Europe !".   Mais comment y sommes-nous arrivés dans cette saloperie entre les mains des patrons, des banquiers, des multinatinales et transcontinentales capitalistes, où les intérêts s' affrontent de plus en plus, sans aucun loi, sans aucune limite, suscitant des luttes de plus en plus dures et une misère grandissante ... ? La France fait une éclatante démonstration en ce moment de mécontentement populaire grandissant ...
 
Le service postal classique est contronté à des nouveaux défits majeurs. Sans parler d' une concurrence de plus en plus rude:  Tu parles, c' est ce que je viens d' expliquer: parce que nous vivons dans un monde capitaliste, d' exploitation  éffrénée du plus grand nombre, au profit d'une minorité de possédants de plus en plus assoiffés et de plus en plus riches. Mais pourquoi diable est-il plus difficile aujourd'hui de distribuer le courrier aux habitants, de vendre des timbres-poste, de transférer des paiements, qu'il y a 50 ans ???    Est-ce en raison du progrès ???  Alors, si progrès il y a, il est mis principalement au service de qui ? La difficuluté est que la Poste entend aujourd' hui satisfaire les plus grosses entreprises, au détriment de la masse des usagers, c' est-à-dire de la population. Et elle entend le faire avec des machines informatique, manipulées par un personnel de moins en moins nombreux et de plus en plus flexible. C' est ce que l'on appelle la rentabilité du personnel ... et du profit.
 
Pour rester, à l' avenir, une entreprise (ce n' est plus un service publique : le langage a  effectivement changé !), saine et performante, La Poste doit se transformer et améliorer sont fonctionnement. Les guichetiers ne font plus auniquement du travail postal. Ils sont appelés aujourd' hui à faire tous les services bancaires (ce qui explique évidfemment les files d' attente dans les bureaux). Outre la vente de tous les gadgets exposés dans les bureaux de Poste, les guichetiers seront bientôt appelés à vendre aussi des journaux, des Durex, des pointes Bics et des paquets de cigarettes... La performance n' explique pas pourquoi le bureau de Poste de Gouy-lez-Piéton (quelque 3.500 habitants) est aujourd'hui fermé et que les boîtes aux lettres disparaissent progressivement de nos quartiers populaires (hormi celle qui a été déplacée et installée à l' entrée ... du zoning évidemment, au coin des rues du Hainaut et de Seneffe). A plaindre les personnes âgées, handicapées, isolées, ne disposant pas d' un véhicule, et qui habitent, par exemple, à Mont del Chive,  Morelmont, aux Culots, à La Fléchère, ... lorsqu' elles ont besoin d' un service postal, autre que le courrier ! 
 
94% des envois Prior arrivent à temps dans votre boîte aux lettres. C'est fort heureux, puisque certaines personnes paient aujourd'hui un supplément pour que leur courrier arrive à temps, pour un courrier qui arrive de plus en plus tard au tarif normal. C' est en fait une augmentation déguisée du tarif. Thijs nous prend vraiment pour des gogos.
 
Certains de ces changements vous causent peut être des désagréments. Culotté  et jésuitique jusqu' au bout, Thijs "nous comprend" et explique que cela requière un temps d' adaptation...
 
La Poste à votre service ( sans se foutre du monde, Monsieur Thijs) !
 
 
 
RoRo
 
 
----- Original Message -----
Sent: Tuesday, January 31, 2006 7:03 PM
Subject: 21- BELGIQUE: Bonnes nouvelles de "La Banque de La Poste", ex-service publique, en voie de privatisation et d' européinisation capitalistes ...

 

 

BELGIQUE: Bonnes nouvelles de "La Banque de La Poste", ex-service publique, en voie de privatisation et d' européinisation capitalistes ...
 
 
 
Bonnes nouvelles de "La Banque de La Poste", ce jeudi 30 janvier 2006 ! Un nouveau prospectus dans nos boîtes aux lettres, intitulé "Découvrez tout ce que La Poste peut faire pour vous: ".
J' ai de suite trouvé les réponses:
-comprimer au maximum son personnel
-augmenter ses tarifs au 1er février 2006, pour rattraper les prix, l' index et... la vie de plus en plus chère ...
-faire crever ses facteurs dans la course à la rentabilité et la productivité, au plus bas salaire et avec le moindre jours de congés légaux et/ou de récupération. 
-supprimer et privatiser les secteurs les moins rentables: les boîtes aux lettres, devenues "inutiles", dans nos quartiers populaires et populeux, voire les bureaux de Poste: exemple le Bureau de Poste de COURCELLES - Gouy-lez-Piéton (quelque 3.000 habitants ! )
-transformer ses guichets en boutiques, aggraver la durée des files d' attente et les manquements informatique ...
Décidément: il faut protester, résister, exiger des réformes et des mesures anti-capitalistes (pas à la sauce gortbatchévienne!), le remplacement de la société capitaliste du fric, du profit, de l' exploitation privée ...
RoRo

15:16 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

22/03/2006

22/03/2006: de Michel COLLON, journaliste belge: NOUVEAU : Monty Python, appel des 400, SAS, guerre mondiale, Corée...

----- Original Message -----

Sent: Wednesday, March 22, 2006 8:16 PM
Subject: NOUVEAU : Monty Python, appel des 400, SAS, guerre mondiale, Corée...

Vous désinscrire ? Changer ou ajouter une adresse ? Ne pas répondre, cliquer directement: http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

Nouveau sur :

Terry Jones - Un Monty Python's en guerre contre "l'Axe du Bien"
Contre Bush, Blair et leurs médias caniches, l'arme de destruction massive par le rire.
Monty Python

Saramago, Pinter, Menchu, Depardieu, Glover, Fo... - Halte à l'hypocrisie!
8 Prix Nobel et 400 personnalités internationales exigent que les USA respectent le droit international.
Appel des 400

BRussells Tribunal - Liste des conventions violées par les Etats-Unis
Puissances occupantes, les Etats-Unis violent une liste impressionnante de conventions internationales.
Conventions

Robert Fisk - Le Moyen-Orient en crise
Un des meilleurs experts de cette région y voit venir un nouveau 11 septembre...
Moyen-Orient

Michel Chossudovsky - Les dangers d'une guerre nucléaire au Moyen-Orient
Les "frappes chirurgicales" seraient nucléaires. "Sans danger" bien sûr.
guerre nucléaire

XXX - Un membre des SAS quitte l'armée britannique
Ben Griffin refuse de se battre à cause des illégalités commises par l'armée de Blair.
SAS

Indymedia - Base US en Corée du Sud : village en état de siège
Tracteurs contre chars : résistance à Bush qui veut imposer l'hégémonie militaireUS en Asie.
Corée du Sud

Marco D'Eramo - La guerre mondiale déjà en cours
La nouvelle "National Security Strategy" présente les prochains "Etats-voyous". Inquiétant.
Guerre mondiale

20:53 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

21/03/2006: de Jean-Marie FLEMA, traducteur politique belge: Le p'tit Robert est de retour

de Jean-Marie FLEMA, traducteur politique belge: Le p'tit Robert est de retour

----- Original Message -----
Sent: Tuesday, March 21, 2006 4:28 PM
Subject: Le p'tit Robert est de retour

Le Moyen-Orient en crise selon Fisk

par ABC Australia 03/06/06 <http://www.abc.net.au/worldtoday/content/2006/s1584...

 


The World Today – Lundi 6 mars 2006 12:34:00

Journaliste : Eleanor Hall

 

ELEANOR HALL: L’un des observateurs les plus expérimentés du Moyen-Orient nous prévient aujourd’hui qu’il est temps que nous nous préparions à une autre catastrophe majeure dans la région.

Robert Fisk déclare que, durant ses trente années de journalisme au Moyen-Orient, il n’a jamais considéré la région plus dangereuse qu’aujourd’hui et qu’il est certain qu’une autre crise majeure, voire un nouvel 11 septembre, se prépare.

Le correspondant de guerre vétéran déclare également qu’il demeure perplexe quant à savoir qui, au juste, tente de provoquer une guerre civile en Irak.

Robert Fisk se trouve en Australie cette semaine afin de faire la promotion de son dernier ouvrage, La grande guerre pour la civilisation (L’Occident à la conquête du Moyen-Orient – 1979-2005), et il est venu me voir au studio de The World Today, il y a quelques instants.

Vous étiez plutôt optimiste à propos de l’Irak et de la guerre civile, mais ne pensez-vous pas que ce qui se passe actuellement, c’est déjà une guerre civile ?

 

ROBERT FISK: Eh bien, c’est la preuve parfaite que quelqu’un veut réellement une guerre civile… Mais le problème, pour moi, c’est ce qu’on raconte en disant que les chiites sont attaqués par les sunnites et qu’on fait sauter leurs mosquées, et qu’aujourd’hui, c’est au tour des chiites d’attaquer les mosquées sunnites et que sunnites et chiites vont finir par s’affronter.

Je pense que c’est une version bien trop simpliste des événements. Il n’y a jamais eu de guerre civile en Irak. Sunnites et chiites, malgré le fait que les sunnites en tant que minorité ont toujours dirigé l’Irak dans les faits, n’ont jamais été animés de cet instinct de secte. Ce n’est pas une société sectaire, c’est une société tribale. Chiites et sunnites font des mariages mixtes.

Vous savez, j’ai assisté aux funérailles d’un sunnite et j’ai demandé à son frère – vous savez, l’homme avait été assassiné, et probablement par des sunnites, il me semble – s’il allait y avoir une guerre civile et il m’a répondu : « Regardez, je suis marié à une chiite. Vous voulez que je tue ma femme ? Pourquoi, vous autres, les Occidentaux, voulez-vous toujours la guerre civile ? »

Les premiers à faire état d’une guerre civile ont été les autorités d’occupation. Pas les Irakiens. Certains.


ELEANOR HALL: Mais les Irakiens en parlent, maintenant. Je veux dire, Al-Jaafari parle de guerre civile, aujourd’hui.


ROBERT FISK: Ils ne parlent pas de guerre civile, ils disent qu’ils sont effrayés par ceux qui commettent les attentats à la bombe. Mais, voyez-vous, nous ne savons toujours pas qui commet ces attentats à la bombe. De combien de noms d’auteurs d’attentats suicides disposons-nous ? Deux sur quelque 320 jusqu’à présent. D’où viennent-ils, ces gens-là ?

Je veux dire, on ne cesse de parler d’enlèvements. Dans chaque cas, les personnes enlevées l’ont été par des gens, ouvrez les guillemets, « portant des uniformes de la police », fermez les guillemets. Il y a un commissariat de police sur la route de l’aéroport, il a été pris d’assaut et tous les policiers ont été exécutés par des hommes, ouvrez les guillemets, « portant des uniformes de l’armée », fermez les guillemets.

Maintenant, nous avons eu le même phénomène en Algérie, lorsque je couvrais la guerre du gouvernement islamiste là-bas, et il a fallu du temps avant que nous ne réalisions que c’étaient des policiers et que c’étaient des militaires.

En d’autres termes, ils étaient payés par les autorités. Ce n’étaient pas des gens ordinaires. Il n’y a pas à Fallujah une grosse usine de vêtements avec, en stock, 8.000 uniformes de policiers dans l’attente du prochain attentat suicide. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. Ce que nous avons, ce sont des escadrons de la mort et certains d’entre eux travaillent manifestement pour les institutions gouvernementales en place à Bagdad même.


ELEANOR HALL: Donc, vous prétendez qu’il y a des escadrons de la mort, qu’il règne le chaos, mais que ce n’est pas la guerre civile ?


ROBERT FISK: Eh bien, c’est à coup sûr le chaos et c’est tout aussi certainement des escadrons de la mort. Mais je ne considère pas cela pour l’instant comme une guerre civile. Comme je l’ai dit, quelqu’un veut une guerre civile. Je veux dire, si vous essayez d’y arriver de toutes vos forces, réellement, et que vous tuez suffisamment de personnes, vous pouvez être à même de produire une situation comme celle-ci.


ELEANOR HALL: Ainsi donc, quelqu’un veut une guerre civile ?


ROBERT FISK: Oui.


ELEANOR HALL: Vous devez avoir des idées sur son ou leur identité…


ROBERT FISK: Pas la moindre. J’ai des soupçons, je n’ai pas d’idées. Je passe beaucoup de temps, quand je suis à Bagdad, à tenter de découvrir « qui » et « quoi ». Manifestement, le ministère de l’Intérieur a torturé des gens à mort et, manifestement, le ministère de l’Intérieur emploie des gens qui commandent les escadrons de la mort.

Mais vous devez vous souvenir de quelque chose : un personnage de tout premier plan en politique, en même temps que proche ami des États-Unis, a été accusé, juste avant les premières élections, d’avoir exécuté, ouvrez les guillemets, « des rebelles », fermez les guillemets, dans un commissariat de police que je connais très bien. L’affaire a été rapportée en Australie, à l’époque.

Je subodore que l’histoire est vraie. Je pense qu’il était un assassin et qu’il travaillait pour les Américains, et c’était un ancien agent de la CIA, comme nous le savons. Je ne dis pas que c’est la CIA qui fabrique les escadrons de la mort et qu’il s’agit d’un complot américain – je ne dis pas cela, non.

Mais je pense qu’il y a toutes sortes de tendances et de fractures au sein des autorités actuelles, qui vivent toutes dans la zone verte de l’ancien palais républicain de Saddam, entouré de barbelés américains et de la protection américaine.


ELEANOR HALL: Quelle serait la raison de tout cela ? je veux dire, si ces personnes sont au gouvernement, pourquoi veulent-elles qu’il y ait une guerre civile ?


ROBERT FISK: Je pense que ce qu’elles veulent faire, c’est créer une situation dans laquelle leur camp, ou leur parti, pourra contrôler l’Irak.

Vous devez comprendre que les rebelles aussi, dont la plupart, mais pas tous, sont des sunnites, nous continuons à considérer les rebelles comme des gens qui veulent voir les Américains s’en aller. Mais c’est avoir une vue très courte de la question. C’est la vision que nous en avons.

Il est tout à fait évident que les rebelles veulent que les Américains s’en aillent, mais ils veulent les avoir dehors de façon à pouvoir dire par la suite, nous avons libéré notre pays, nous voulons une place au sein du pouvoir. Voilà de quoi il retourne. Il s’agit d’assurer le pouvoir politique après le retrait des États-Unis.


ELEANOR HALL: Qu’en est-il des négociations politiques qui se déroulent en ce moment ? Je veux dire, n’y a-t-il pas lieu de leur accorder quelque crédit ?


ROBERT FISK: Vous voyez, je suis navré d’avoir l’air aussi pessimiste, mais toutes les négociations politiques en cours se déroulent sur quelques arpents gardés par des chars américains, et personne ne montre le bout du nez. Ces gens qui négocient, ils ne se rendent pas dans les rues de Bagdad, ils ne voient pas les gens, ils ne voient pas les bombes.


ELEANOR HALL: Mais les gens ont voté pour eux…


ROBERT FISK: Oui, les chiites ont voté pour eux en grande partie.

Vous voyez, les gens veulent voter. Les gens aimeraient avoir la liberté. Mais ils voudraient également être libérés de nous, et c’est ce que nous n’acceptons pas, parce que nous voulons contrôler l’Irak et nous assurer que l’Irak veuille la même chose que nous. Nous voulons contrôler le gouvernement de l’Irak.

Je veux dire, ils ont des élections démocratiques et que se passe-t-il ? Bush s’amène au téléphone et dit, amenez-vous, nous voulons une certaine unité, allons, bougeons-nous.


ELEANOR HALL: Vous dites que les États-Unis vont devoir s’en aller de l’Irak, mais il va falloir l’aide de l’Iran et de la Syrie, pour ça…


ROBERT FISK: Bien sûr, bien sûr, qu’il va la falloir.


ELEANOR HALL: Comment cela fonctionnerait-il ?


ROBERT FISK: Il va falloir l’aide de l’Iran pour s’assurer que toute résistance chiite aux États-Unis va se terminer durant le retrait, et il va falloir l’aide des Syriens, qui ont beaucoup d’influence le long de leur frontière avec l’Irak, pour s’assurer qu’il y ait l’un ou l’autre arrangement avec les rebelles de façon à ce que les Américains puissent quitter le pays sans essuyer des coups.

Vous voyez, je veux dire, j’ai dit cela plus tôt, mais la terrible équation, sur le plan politique, naturellement, d’un point de vue politique américain aussi bien qu’en Irak, c’est que les Américains doivent s’en aller, et ils s’en iront, et, en même temps, ils ne peuvent pas s’en aller. .

Et c’est cette équation qui transforme le sable en sang. Et cela reste le cas. Il est très facile d’envahir les pays d’autrui ; il est très difficile de s’en retirer. Ce devrait être l’inverse mais, malheureusement, ce n’est pas le cas. Voilà comment les choses se passent.

Et les Britanniques ont connu cela, vous savez, partout dans le Moyen-Orient. Et chaque fois, chaque fois, les autorités de la puissance occupante disent la même chose – nous ne discuterons pas avec des terroristes. Les Américains le disent aussi. Et ils ne lisent pas les ouvrages d’histoire parce qu’à la fin de la journée, les Américains vont devoir discuter avec les rebelles de l’Irak, et ils devront passer par là, ils le devront !


ELEANOR HALL: Maintenant, la victoire du Hamas, aux élections palestiniennes… À quel point le monde arabe considère-t-il de près la réaction de l’Occident à cette victoire ?


ROBERT FISK: Avec son habituel cynisme, oui. C’est toujours la même histoire – nous réclamons la démocratie, nous exigeons qu’ils aient le droit de vote, et ils votent pour les gens contraires, de sorte que nous essayons de torpiller le gouvernement qui a été librement élu. Nous aimons la démocratie, pourvu que les nations musulmanes élisent les gens que nous voulons voir au pouvoir.

Je veux dire, on n’arrête pas d’entendre que les Israéliens ne traiteront pas avec le Hamas. Ce sont les Israéliens qui ont créé le Hamas. Quand l’OLP était à Beyrouth et que les Israéliens voulaient contrer l’OLP, ils ont pressé le Hamas à installer davantage de mosquées et d’institutions sociales à Gaza.

Même après Oslo, un officier supérieur israélien, et la chose a été rapportée à la une du Jerusalem Post, a eu des entretiens officiels avec des responsables du Hamas à Jérusalem. Israël ne traitera pas avec le Hamas : c’est juste un discours de façade, pour nous, les gens de la presse.

C’est une histoire montée de toutes pièces pour nous, de dire qu’il n’y aura pas de négociations. Mais il peut y en avoir chaque fois que les Israéliens le voudront, et s’ils estiment qu’il y va de leur intérêt, ils négocieront.


ELEANOR HALL: Et vous ne doutez pas que le Hamas, ou du moins, certains membres du Hamas, soient des terroristes ?


ROBERT FISK: Attention, je n’utilise pas le terme « terroriste » à propos de n’importe qui. C’est devenu un mot sémantiquement vide. Voyez, il y a des gens au sein du Hamas qui soutiennent les assassinats d’innocents, oui, bien sûr.

Il y en a. je n’essaie pas de faire des équivalences, ici, mais quand vous avez un officier de l’aviation israélienne, comme ce fut le cas un jour à Gaza, qui bombarde un bloc d’appartements en sachant qu’il va tuer des enfants innocents, ou un homme dont on croit qu’il se trouve derrière les attentats suicides, qu’est-ce que c’est, cet homme ? Que se passe-t-il dans son cerveau, aussi ?


ELEANOR HALL: Vous parlez aussi dans votre ouvrage de la recrudescence des attentats ciblés contre les dirigeants du Hamas.


ROBERT FISK: Des homicides. Je ne parle pas d’attentats ciblés.


ELEANOR HALL: O. K.


ROBERT FISK: Homicides.


ELEANOR HALL: Les homicides perpétrés contre des dirigeants du Hamas vont revenir hanter les dirigeants occidentaux. Que voulez-vous dire par-là ?


ROBERT FISK: Eh bien, nous avons déjà eu – il y a un an et demi d’ici, je pense – le meurtre d’un ministre du gouvernement israélien à Jérusalem.

Hum ! Vous voyez, une fois que vous vous lancez vers le pouvoir, vous ouvrez une porte qui peut vous claquer à la figure. Et le grand danger, c’est qu’une fois que vous dites, tiens, nous pourrions liquider Yasser Arafat – enfin, il est mort de lui-même – mais je veux dire, c’est ce qu’on a dit constamment, donc, dans ce cas, vous ouvrez la porte à quelqu’un qui peut très bien dire, liquidons le patron d’Israël, ou liquidons le patron de la Grande-Bretagne.

Une fois que vous avez prononcé : nous allons tuer Osama bin laden, qu’est-ce que cela l’autorise à faire ? Il n’a pas besoin de votre permission, naturellement. Mais quel genre de porte ouvrez-vous ?


ELEANOR HALL: Ces portes ne sont-elles déjà pas ouvertes ?


ROBERT FISK: Oh, elles le sont, maintenant, bien sûr…

 

ELEANOR HALL: Mais n’étaient-elles déjà pas ouvertes pour des gens du genre… ?


ROBERT FISK: Dès le moment où nous avons tourné le dos aux législations internationales, où nous avons renoncé à la justice et où nous avons voulu nous venger, ç’a été la fin.


ELEANOR HALL: Maintenant, vous en parlez dans votre ouvrage, vous étiez sur place au moment de la mort de Rafiq Hariri au Liban…


ROBERT FISK: J’étais à 400 mètres de là, oui.


ELEANOR HALL: Après cela, vous écrivez que vous êtes de plus en plus déconcerté par la tragédie croissante du Moyen-Orient. Voilà. J’aurais pensé, voilà une fameuse déclaration de la part de quelqu’un qui travaille au Moyen-Orient depuis trente ans…


ROBERT FISK: Oui, mais le Moyen-Orient n’a jamais été dans une situation aussi terrible, jamais elle n’a été aussi dangereuse. Je ne me suis jamais trouvé dans des situations de danger comme aujourd’hui. L’Irak est la pire affectation que j’aie jamais eue, la pire, je dis bien.

Je pense que notre hypocrisie à l’égard du Moyen-Orient et la nature impitoyable de ses propres dirigeants, les dirigeants arabes, a atteint un tel degré maintenant qu’on en est arrivé à un certain stade. Je veux dire un stade où un certain genre de déflagration va se produire.

Enfin, soit. J’ai donné une interview à la CBC à Toronto, j’en ai gardé une copie, trois ans avant 2001,  j’ai dit alors qu’une déflagration allait se produire. Et, manifestement…


ELEANOR HALL: Mais vous croyez que cette déflagration doit toujours se produire ?


ROBERT FISK: Oh que oui. Je ne… Ce ne doit pas nécessairement être une véritable explosion physique qui fait « bang ». Ce pourrait l’être. Mais quelque chose s’amène. Je veux dire, je sens ça très fortement…

Quand je rentre, quand je suis rentré pour le livre, j’ai compris que je ressentais cela parce que je vis là-bas, je vis dans une société musulmane, je vis au Moyen-Orient et toutes les personnes qui m’entourent sont des musulmans.

Et, manifestement, en vivant là-bas, en respirant cet environnement, je savais que quelque chose allait se produire. Je ne veux pas dire le 11 septembre, mais quelque chose.


ELEANOR HALL: Mais de quel genre ?


ROBERT FISK: Eh bien, je veux dire, les Américains obligés de quitter l’Irak, c’est un événement, non ?


ELEANOR HALL: Mais si les Américains quittent l’Irak, cela peut suggérer qu’ils vont créer plus de stabilité là-bas. N’est-ce pas ce qui pourrait se produire ?


ROBERT FISK: Eh bien, j’espère que ce pourrait être le cas, oui. Hum ! Oui mais, vous voyez, si les Américains quittent l’Irak, ce sera un coup énorme pour l’armée américaine et pour le prestige politique et stratégique des États-Unis partout dans le monde, cela ne fait aucun doute.


ELEANOR HALL: Ainsi, vous avez été prévenus. C’était le correspondant au Moyen-Orient du quotidien britannique The Independent, Robert Fisk, qui travaille au Moyen-Orient depuis 30 ans et qui est en visite en Australie cette semaine afin de faire la promotion de son dernier ouvrage, La grande guerre pour la civilisation. C’est avec lui que nous nous entretenions ce matin.

15:15 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

SOLIDAIRE n°12 du 22 mars 2006

Solidaire n° 12 du 22 mars 2006

22-03-2006

1500000 manifestants contre le CPE en France

Liberté - Egalité -Unité

Pour un vrai boulot

Lycéens, étudiants, parents d'élèves, salariés et retraités ont défilé en France le 18 mars contre le CPE (contrat de première embauche), qui livre tous les jeunes de moins de 26 ans à la merci des patrons. Et l'on envisage une grève générale très vite.

> Lire l'article

ENQUÊTE

Le cabinet d'avocats
Claeys & Engels,
chouchou des patrons

C'est le cabinet d'avocats no1 du pays en matière de droit (anti)social. Il a entre autres offert ses immenses moyens aux patrons pour briser les grèves contre le pacte des générations.

> Lire l'article

Il faut des sanctions contre InBev

Avant la manif européenne InBev, Solidaire a demandé à quatre syndicalistes d'autres secteurs leur avis sur ce qui se passe aujourd'hui au sein du groupe brassicole.

> Lire l'article

«Vandenbroucke, dégage!»

Plus de deux mille étudiants se sont rendus au cabinet de Vandenbroucke ministre flamand de l'Enseignement. Celui-ci veut rendre l'enseignement supérieur plus élitiste, estiment les manifestants.

> Lire l'article

Le PTB peut bloquer le Blok à Hoboken et à Deurne

Dirk Van Duppen et Mie Branders (PTB) peuvent torpiller la majorité absolue du Vlaams Belang.

> Lire l'article

Et en plus...


 Envoyez vos réactionsréagirImprimer

14:44 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

18/03/2006

18/03/2006: Les élections communales approchent ...

18/03/2006: Les élections communales approchent ...

 

Les élections communales approchent ...    COURCELLES aussi prépare la nouvelle lessive ...

 

Tout va bien les amis: les élections communales auront lieu le 8 octobre 2006.

Du coup, le monde politique se réveille, commence à s' enflammer. Les blogs nouveaux commencent à proliférer dans la rubrique "Politique" chez Skynet.

Avant d' envahir nos boîtes aux lettres (postales) par d' innombrables circulaires "d'information".  Dès la rentrée de septembre, nous allons retrouver 4-5 tracts et bulletins chaque jour dans nos boîtes débordantes et polluées. Tous ceux qui pendant 6 ans n'ont rien dit, vont une fois de plus trouver le temps et l' argent nécessaires pour publier leurs belles photos, leur propagande, leurs promesses, dans le style: "Je suis le plus beau, j' ai des tas de diplômes et de mandats à la tête de ceci et de cela, j' ai fais cela avec votre fric, je vous promets de faire mieux la prochaine fois, etc, etc...". Bref tout sera de nouveau à prendre et/ou à vendre. Des sommes importantes seront de nouveau dépensées. La chasse aux mandats de plus en plus grassement rémunérés sera ouverte. Dans certains cas, comme le prouvent certains scandales, qui éclatent un peu partout et qui mettent à mal certains partis politiques "démocratiques", cela ouvre des perspectives intéressantes, pour futurs carriéristes ...

Bref, ne cherchons quand même pas trop pourquoi les faschos retrouvent eux aussi une nouvelle jeunesse. Il y en aura pour tous les monde...

Dès le 9 octobre 2006, votre commune aura de nouveau changé de visage, le cours des choses, le train-train quotidien reprendront comme avant, et le capitalisme pourri maintiendra son pouvoir total sur la "démocratie", la "liberté", la gestion et la propriété des affaires, grâce au fric, même venu d' ailleurs ... Que c' est beau la vie !

On avance aussi à COURCELLES: le Ps a déjà publié sa liste de candidats (diable !) ... Les Écolos auraient déjà fait de même (la liste serait dirigée par le conseiller Clersy, quant à Marion Hainaut, elle déménage à Charleroi-Roux, selon mes infos. Ernest quant à lui sera-t-il encore candidat ??? Après tellement d' années, il doit certainement, lui aussi, en avoir marre des "manoeuvres sous-paroissiales honteuses", pour reprendre une de ses expressions d' antan !).  Au Mr et au Cdh, ça se passe plutôt en famille paraît-il, en comité restreint.    Du côté de l' Ucpw?   Mystère: on ne sait toujours pas à quels "progressistes" et "démocrates" anti-staliniens, la liste va s' ouvrir ??? Mystère et boule de gomme !

En tout cas, je suis preneur. Si je ne suis pas candidat (sait-on jamais ?), pour être à la mode, c' est promis, je voterai pour ... une femme, et je suis même prêt à participer à la campagne électorale en jupon... Il faut en effet du "changement": quoique: Lizin, Onkelinkx, Meïr, Rice, Del Ponte, Lambot,  Allbright, Milquet (la liste s ' allonge chaque jour ...!) n' apportent pas grand chose de bien neuf ....  Je dirai même qu' elles sont (ou ont été) dans la plus pure des traditions.

RoRo

 

12:09 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

17/03/2006

14/03/2006: La Yougoslavie, les médias et le décès de Slobodan Milosevic

 
 
----- Original Message -----
Sent: Tuesday, March 14, 2006 11:42 AM
Subject: Fw: La Yougoslavie, les médias et le décès de Slobodan Milosevic
 

        Yougoslavie

Décès de Slobodan Milosevic

 

Milosevic meurt et, illico, l'intox refait surface.

 

On aurait pu espérer qu'avec le temps, les passions et partis pris se seraient atténués et que, dès lors, les journalistes auraient mis ce temps à profit pour se documenter et lever, ne serait-ce que partiellement, ce rideau occultant qu'est la version officielle des guerres  de démantèlement de la Yougoslavie.

Las, il n'en est rien.

Ils nous resservent à l'identique les mêmes formules et les mêmes affirmations manichéennes : Milosevic, dictateur, tyran, le boucher de Belgrade ou des Balkans, seul responsable du conflit ; les Serbes, champions des massacres, de la purification ethnique, des viols, des camps de concentration voire d'extermination, etc… etc…

Le terme de génocide est remis en piste et, bien sûr, "Srebrenica" avec les mêmes invraisemblances, les mêmes incohérences et surtout le même chiffre de 8000 morts que jamais, rien ni personne n'a été en mesure de justifier. Ce chiffre, bien que rond et formulé dès les premières heures après les événements et donc sans le moindre fondement bien évidemment, a conservé une étonnante stabilité, manifestement suspecte. Le corps journalistique ne s'interroge pourtant nullement. De nombreux éléments ont, au surplus, vu le jour depuis. Ils auraient pu, au minimum, introduire le doute. Non, les médias préfèrent –c'est plus confortable et moins risqué pour la carrière- s'en tenir à ce que, par exemple, le général Mackenzie, premier commandant des Forces de Paix de l'ONU à Sarajevo, dénonce comme "un événement en noir et blanc dont seuls les Serbes étaient responsables".

Dans un petit livre (1), ce haut responsable militaire analyse en à peine trois pages mais de façon parfaitement éclairante, le contexte de Srebrenica. Quel journaliste est aujourd'hui capable, par exemple, de citer le nom de Naser Oric, personnage clé pourtant de ce drame (2) dont il fut l'initiateur comme commandant des Bosno-Musulmans qui tenaient la place bien que réputée "zone démilitarisée" et qui durant les années précédant 1995 ont multiplié les raids sur les villages serbes environnants, responsables de ce fait "du meurtre, rappelle le Général Mackenzie, d'autant de civils serbes à l'extérieur de Srebrenica qu'il y a eu de gens massacrés par l'armée bosno-serbe (3) à l'intérieur de la ville". Cette considération n'est tout de même pas d'une mince importance ! Pourquoi nos journalistes ignorent-ils encore en 2005, ou font-ils mine d'ignorer tout ce contexte ?

Quant au terme de "génocide" que l'on brandit comme une banderole y compris dans les milieux branchés du théâtre (4), il est pour le moins excessif. Le général Mackenzie fait malicieusement remarquer que, "constatation déplaisante […] il faut admettre que si vous perpétrez un génocide, vous ne laissez pas partir les femmes qui sont la clé du renouvellement du groupe que vous voulez éliminer" ! Plus sérieusement, il ajoute toutefois que "un grand nombre d'hommes et de jeunes ont été exécutés et ensevelis dans des fosses communes". Qui n'en serait convaincu, honnêtement, puisque des charniers ont été retrouvés depuis 1995 et qu'ont été exhumés environ 2000 corps mais, précision capitale, "victimes de trois années d'intenses combats dans la région". Ce qui, Messieurs les journalistes, n'a rien à voir avec un génocide et n'est pas, hélas, un fait si rare en temps de guerre.

"Notre" Humanité fait-elle exception ? Durant le conflit des années 90, on pouvait y recueillir certains éléments qui ne figuraient généralement pas dans les pages des autres journaux sans cependant se démarquer vraiment puisque tel journal de la bonne bourgeoisie présentait quelquefois des reportages plutôt dérangeants et que, par ailleurs, un journaliste de France 2 (5) a même pu écrire, à chaud, un ouvrage extrêmement précieux, au titre évocateur : "Les vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire".

Pour évoquer la mort de Milosevic, l'Huma ne parle plus, comme dans les années de guerre, de dictateur ou de boucher de Belgrade, le défunt est redevenu "l'ancien président yougoslave", ce qui doit être noté, mais le correspondant (6) dans son article du n° de ce 13 mars 2006 ne manque pas de ressasser les 8000 Bosniaques massacrés (7), ni de reprendre l'affirmation selon laquelle "Milosevic était certainement le principalement acteur des guerres yougoslaves" même si l'on s'arrange pour mettre ce chiffre et ce jugement dans la bouche de tiers. Dans la chronologie des événements, on découvre curieusement, comme fait déclenchant en quelque sorte, qu'en 1990 "Milosevic dépêche des troupes yougoslaves en Croatie pour soutenir la création d'une République serbe de Croatie" ! alors qu'au pire, si l'on peut dire, le Conseil des Serbes de Zagreb s'était prononcé pour une forme d'autonomie afin de tenter de se protéger contre les premières mesures répressives envers les Serbes adoptées par le régime de Tudjman qui ne reniait pas sa filiation oustachie de sinistre mémoire (8).

Milosevic était-il pour autant, irréprochable ?

Évidemment non ! Quant à le charger de tous les maux du monde yougoslave –afin de dédouaner les puissances occidentales et plus particulièrement l'Allemagne et le Vatican- il y a un pas qu'il faudrait s'abstenir de franchir sans éléments suffisants.

On peut d'ailleurs lire un autre petit livre intitulé "Ma vérité", édité également par Le Verjus, et qui propose le texte intégral de l'exposé de Slobodan Milosevic devant ce tribunal qui n'a d'international que le nom et de légal que l'apparence, au cours des audiences des 31 août et 1er septembre 2004. On y trouve énormément de choses intéressantes.

L'ancien Président yougoslave s'avérait-il un témoin de première main particulièrement gênant ? Si gênant, semble-t-il, que depuis le début on n'a guère parlé de son procès ni sur les ondes, ni sur nos écrans, ni dans la presse en général. Étrange procès qui n'en finissait pas…

Qui l'a interrompu ?

 

                                                               Gaston PELLET

Le 13 mars 2006

 

Nota – Il faut impérativement se documenter aussi en se rendant sur le site de Michel COLLON : http://www.michelcollon.info/mailinglist.php

 

(1)     "Le dossier caché du 'Génocide' de Srebrenica", Editions 'Le Verjus'

sous-titré    -      L'analyse du Groupe de recherche américain

-          Des documents et des témoignages inédits

-          Le rapport censuré des Serbes de Bosnie

-          Une vidéo douteuse passée au crible

(2)     inculpé d'ailleurs à La Haye

(3)     et non  par Milosevic comme on le dit inconsidérément

(4)     "Requiem pour Srebrenica" d'olivier PY, joué notamment au Festival d'Avignon

(5)     Jacques MERLINO, rédacteur en chef adjoint de France 2. Quelle carrière a-t-il eue ensuite ?

(6)     Jean-Arnaud DERENS, spécialiste des Balkans et auteur de plusieurs ouvrages sur la Yougoslavie

(7)     L'emploi courant du terme "Bosniaques" en lieu et place de "Musulmans", terme désignant une population reconnue comme telle en Yougoslavie, ou "Bosno-Musulmans" n'est pas innocent : il implique que seuls les Musulmans auraient été des Bosniaques autochtones, les autres et notamment les Serbes, tout aussi Bosniaques pourtant, devant être considérés comme des étrangers, donc 'purifiables'. Sait-on que ce sont les Serbes qui comptent le plus grand nombre de personnes 'purifiées' pendant tout le conflit !

(8)     Ante PAVELIC, chef des Oustachis, arrivé au pouvoir pendant la seconde guerre mondiale dans les fourgons de l'armée nazie a fait massacrer dans le camp d'extermination de Jacenovac notamment, quelque 700 000 personnes, Serbes essentiellement, Juifs, Roms, etc…

Franjo TUDJMAN se targuait de ce que sa femme ne soit "ni serbe, ni juive

19:45 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

11/03/2006: ]Les députés américains pour une augmentation du budget de la défense des alliés de l'OTAN

Balkans, Afghanistan, Irak, armements: chômeurs, salariés, exploités, affamés, sdf, allocataires sociaux ... du "Monde libre": donnons du fric à l' Otan: nos alliés ricains l' exigent ! Ils nous invitent à leurs pique-niques et casse-gueules ...
RoRo
 
 
 
----- Original Message -----
Sent: Saturday, March 11, 2006 8:35 AM
Subject: [Anti-imperialiste_2006] [alerte_otan]Les députés américains pour une augmentation du budget de la défense des alliés de l'OTAN

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++
ANTI-IMPERIALISTE la liste de
http://resistance.chiffonrouge.org

ARCHIVES ACCESSIBLE HERE/ICI:
http://chiffonrouge.org/cgi-bin/mailman/private/anti-impe...


Les députés américains pour une augmentation du budget de la défense des alliés de l'OTAN
 
WASHINGTON, 9 mars (XINHUANET) -- Les députés américains ont  indiqué au commandement militaire de l'OTAN qu'ils voulaient que  les membres de l'OTAN assument davantage la charge financière de  l'alliance. 
 
 Les membres des commissions de défense de la Chambre des  représentants et du Sénat ont déclaré cette semaine au général  James Jones, officier de l'alliance et commandant des forces  américaines en Europe, que les autres membres de l'OTAN devraient  augmenter leurs budgets de défense. 
 
 Les députés américains ont adopté cette position après avoir  appris que seuls huit des 26 membres de l'OTAN consacraient au  moins 2% de leur PIB à la défense, conformément à un engagement  pris en 2002. 
 
 Duncan Hunter, président de la Commission des services armés de la Chambre des représentants, a comparé la situation à un pique- nique pour lequel les Etats-Unis fourniraient des steaks alors que d'autres pays apporteraient les fourchettes en plastique et  d'autres encore se contenteraient de venir en souriant. 
 
 M. Jones a reconnu les désaccords entre les membres de l'OTAN  au sujet du financement des opérations de l'organisation en dehors de l'Europe, notamment son rôle croissant en Afghanistan et son  aide aux soldats africains pour le maintien de la paix au Soudan. 
 
 Le général a indiqué que les pays de l'OTAN envisageaient  d'acheter des avions de transport C-17, ce qui donnerait à  l'alliance sa première capacité aérienne stratégique. 
 
 Actuellement, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont les  seuls membres de l'OTAN à disposer de ces moyens, ce qui oblige  l'alliance à louer des avions charters pour la plupart de ses  déplacements.


Pour vous désabonner de cette liste de diffusion, envoyez un email à :
alerte_otan-unsubscribe@yahoogroupes.fr

Pour retrouver les messages précédemment envoyés : http://fr.groups.yahoo.com/group/alerte_otan/messages

Cette liste est gérée par des membres du Comité de Surveillance OTAN. Les opinions éventuellement exprimées n'engagent que les auteurs des messages, et non le CSO.




_______________________________________________
Anti-imperialiste mailing list
Anti-imperialiste@chiffonrouge.org
http://chiffonrouge.org/cgi-bin/mailman/listinfo/anti-imp...

10:17 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

10/03/2006: Il y a cent ans : la catastrophe de Courrières Il y a aussi 50 ans: la catastrophe du Bois du Cazier à Marcinelle (Belgique): 262 mineurs victimes ...

 
----- Original Message -----
From: La Riposte
Sent: Friday, March 10, 2006 2:16 PM
Subject: [info] Il y a cent ans : la catastrophe de Courrières

 

Il y a cent ans : la catastrophe de Courrières

 

  

Il y a un siècle exactement qu’a eu lieu la catastrophe de Courrières (Pas-de-Calais), la plus grande catastrophe minière de l’histoire des houillères françaises, puisqu’elle fut à l’origine, officiellement, de 1099 morts.

 

Ce drame est entré dans l’Histoire sous le nom de « catastrophe de Courrières », bien qu’aucune des victimes ne résidait dans cette commune. Mais elles travaillaient pour une compagnie dont le siège se situait dans la ville de Courrières. A l’époque, c’était l’une des plus importantes compagnies minières de France

 

Le drame

 

Le 7 mars 1906, un feu est découvert dans l’une des veines de la fosse de Méricourt. Les ingénieurs et les chefs porions décident d’édifier des barrages pour l’étouffer. Pierre Simon, un délégué-mineur, demande à ce que personne ne descende tant que le feu ne sera pas éteint. Mais la direction refuse. Au travail ! Les profits n’ont pas un jour à perdre.

 

Trois jours plus tard, le 10 mars, le feu campe toujours à Méricourt, dans la Veine Cécile, et vers 6 h 40, c’est l’explosion. Des kilomètres de galeries sont balayés. Il est impossible de remonter la cage du fond ou de descendre : tout à été ravagé par l’explosion. Le chaos règne sur les carreaux des fosses. Les familles qui se massent devant les puits vivent une insoutenable attente – des heures, puis des jours.

 

Face à la catastrophe, la solidarité ouvrière se met en marche. Des mineurs allemands, équipés de matériel spécifique, rejoignent les sauveteurs et permettent de remonter de nombreux corps que les familles identifieront avec beaucoup de difficultés, tant ils sont calcinés.

 

Les obsèques des premières victimes ont lieu, le 13 mars, dans la souffrance et le déchirement des familles. C’est ce jour que, devant la fosse commune de Billy-Montigny, la foule réclame justice et scande : « Vive la révolution ! Vive la grève ! »

 

60 000 grévistes

 

Le lendemain des obsèques, les mineurs refusent de redescendre. Les deux syndicats de mineurs constituent un comité de grève. La grève, solide, s’étend très vite aux exploitations voisines. Le 16 mars, on recense 25 000 grévistes, et   60 000 à l’apogée du mouvement. Congrès et réunions se multiplient pendant que Clemenceau, ministre de l’intérieur, envoie des soldats    « cantonnés dans les carreaux et employés à leur garde. »

 

Le 30 mars, vingt jours après la catastrophe, 13 rescapés ressortent encore vivants de la fosse numéro 2. Ils ont vécu plus de deux semaines sous le sol, pendant qu’en surface on bouchait les puits… Le 3 avril, à la fosse 4 de Sallaumines, un mineur remonte vivant. C’en est trop : la population soupçonne la Compagnie de Courrières d’avoir laissé mourir ses ouvriers au fond. La grève se durcit ; des confrontations avec les forces de l’ordre ont lieu presque chaque jour. Dans les rues de tout le bassin minier résonne l’Internationale, et la grève continue de se durcir. Le 23 avril, suite au décès d’un officier, tué par un projectile, treize trains de renforts militaires arrivent dans la région. Les soldats patrouillent jour et nuit ; la répression sévit. On ne compte plus le nombre d’arrestations.

 

Fin avril, les patrons cèdent sur une partie des revendications – notamment des augmentations de salaire. A cela s’ajoute la faim des familles et une implacable répression. Au début du mois de mai, les mineurs reprennent le travail, mettant un terme à plusieurs semaines d’une abnégation et d’une combativité exemplaires. Nous devons nous souvenir de ces hommes, de ces mineurs qui, chaque jour, dans l’obscurité de nos sous-sols, risquaient leur vie pour extraire le charbon. Le sang de ces travailleurs a écrit l’histoire des houillères.

 

L’exploitation capitaliste était particulièrement dure dans le secteur minier. Les « gueules noires », qui ont toujours revendiqué de meilleures conditions de travail, resteront un modèle de courage dans la lutte des classes.

 

Le bassin minier aujourd’hui

 

La vie d’une grande partie du Nord-Pas de Calais tournait autour de la mine. On n’était pas de telle ville, on était de la fosse 7 ou de la 2… Les mineurs et leurs familles étaient logés dans des maisons de corons (cités réservées aux ouvriers). Une partie des villes telles que Lens, Bruay-la-Buissière ou Noeux-les-Mines étaient structurées autour de l’exploitation du charbon. L’arrêt de cette industrie a eu des conséquences sociales dramatiques. La fermeture, au début des années 90, des dernières mines du Nord-Pas de Calais, ainsi que de nombreuses usines (Dim, Metaleurop….) ont laissé une région en proie au chômage – 13% de la population active – et à la précarité.

 

La fierté de classe et les traditions de lutte sont toujours présentes au « pays du charbon », y compris dans la jeunesse. Cependant, les politiques pro-capitalistes menées par les gouvernements de gauche, depuis 1981, ont écœuré de nombreux travailleurs, et même poussé une partie d’entre eux à voter pour le Front National. Ainsi, un futur gouvernement de gauche trouvera de solides appuis et une formidable combativité dans la classe ouvrière de cette région – à une condition : que le réformisme sans réformes proposé par Hollande, Strauss-Khan et consorts cède la place à un programme véritablement socialiste.

 

Mathieu Monoky (MJC Béthune)
 
Pour écrire à La Riposte : redaction@lariposte.com
Pour consulter le site internet de La Riposte : www.lariposte.com
Ce courrier a été envoyé à nos 9122 abonnés
 
Pour vous abonner à notre liste de diffusion envoyer un e-mail vide à : info-subscribe@lariposte.com

09:51 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

16/03/2006

16/03/2006: Ca vient de la "Libre Belgique" ... Puisque "La Libre" est à la pointe des "bonnes" nouvelles, je diffuse ... Départ anticipé de DHL de l'aéroport national ?

Ca vient de la "Libre Belgique" ... Puisque "La Libre" est à la pointe des "bonnes" nouvelles, je diffuse ...
RoRo
 
 

COURRIER EXPRESS

Départ anticipé de DHL de l'aéroport national?
Philippe Lawson

Mis en ligne le 16/03/2006
- - - - - - - - - - - 

Les travaux à Leipzig finiront plus tôt. Les Belges doivent hâter le débat du plan social.

Johanna de Tessières

Le départ de la société DHL de Zaventem sera-t-il avancé de quelques mois au lieu d'avril 2008 comme annoncé fin 2004? En tout cas, des demandes formulées par la direction et l'évolution du chantier à Leipzig (site choisi pour accueillir le futur hub intercontinental) couplées à des informations concernant un retrait anticipé de DHL de Cologne vers Leipzig laissent entrevoir que la société décapiterait plus tôt que prévu son hub de Diegem. «Aucune décision n'est prise dans ce sens et le timing arrêté en 2004 est toujours d'actualité. Par ailleurs, il est trop facile de dire que la fin plus tôt que prévue des travaux à Leipzig entraînerait un départ anticipé de DHL de Cologne», dément Xavier De Buck, porte-parole de DHL en Belgique.

D'après le magazine flamand Knack du 15 mars, la société de courrier express cesserait ses activités à Cologne en septembre 2007, soit 3 mois plus tôt que prévu pour s'établir à Leipzig où les travaux d'agrandissement avancent à grands pas. Le chantier aurait même pris de l'avance sur le délai de clôture. Selon nos informations, la direction aurait soumis de nouvelles demandes aux syndicats belges. Elles viseraient notamment à avancer les discussions concernant l'aspect social du désengagement à Zaventem. Or, le début des négociations avait été fixé à septembre 2007. «Il y a une série d'éléments que DHL a mis sur la table et la société veut qu'on commence dès maintenant les négociations sur le volet social de son départ», confirme un responsable syndical. «Nous avons signé une convention collective qui garantit l'emploi jusqu'en avril 2008. Donc, DHL ne peut pas partir plus tôt au risque de payer d'importantes indemnités», se rassure Hendrik Vermeersch, secrétaire général du Setca Bruxelles-Halle Vilvorde.

500 à 600 emplois sauvés

Le désengagement partiel de DHL de Bruxelles-National devrait entraîner la perte de 1700 emplois sur un total de 2700 emplois actuels. Il faut dire que le dossier a donné lieu à d'intenses négociations et provoqué des tensions - notamment communautaires - au niveau politique avant que la maison-mère, Deutsche Post, ne décide finalement de réaliser son investissement d'extension d'environ 250 millions d'euros à Leipzig.

Aujourd'hui, les syndicats, soutenus par la direction de DHL-Belgique auraient mis sur la table une proposition qui pourrait limiter la casse sociale. «Nous avons proposé que le futur hub régional de Bruxelles accueille une partie des activités routières, ce qui permettra de sauver 500 à 600 emplois des 1700 appelés à disparaître en 2008. Nous n'avons pas encore reçu de réponse de Deutsche Post», dit M. Vermeersch. Il semble aussi que les activités de DHL connaissent une certaine croissance et que la société aurait demandé une augmentation de ses mouvements à Zaventem.

© La Libre Belgique 2006

19:41 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

23/03/2006: La Chine, pour beaucoup une énigme…

----- Original Message -----
From: cic
Sent: Thursday, March 16, 2006 1:26 PM
Subject: Chine

Le Centre international / Internationaal Centrum
bd Lemonnier 171 Lemonnierlaan, 1000 Bruxelles/Brussel - email: centrinter@wol.be
Verderop vindt u de Nederlandse versie

La Chine, pour beaucoup une énigme…

Qu’en est-il des salaires en Chine ?

Y a-t-il des riches et des pauvres en Chine ?

Le Chinois nous prennent-ils nos emplois ?



Questions et réponses sur la Chine


Introduction par Baudouin Deckers, secrétaire général du PTB, récemment encore en visite en Chine.

Témoignages de Mark Vandepitte (philosophe) en Ng Sauw Tjhoi (journaliste de la VRT) à partir de leurs voyages en Chine, sur la vie quotidienne en Chine.


Le jeudi 23 mars, à 20 h

Centre international, bd Lemonnier 171, 1000 Bruxelles


Paf : 2,5 euros.

CHINA, voor velen een raadsel…

Hoe zit het met de lonen in China?

Zijn er rijken en armen in China?

Pakken de Chinezen onze jobs af?


Vraag en antwoord omtrent China


Inleiding door Boudewijn Deckers, secretaris generaal van de PVDA, onlangs nog op bezoek in China.

Getuigenissen van Mark Vandepitte( filosoof) en NG Sauw Tjhoi ( journalist VRT) op basis van hun reizen naar China, omtrent het dagelijkse leven in China.


Op donderdag 23 maart, om 20u

Internationaal Centrum

Lemonnierlaan 171

1000 Brussel


Paf: 2,5 euro

16:07 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

24/03/2006: Bruxelles: Ciné Club: à 20h: Le zoo, l’usine et la prison

 

----- Original Message -----
From: cic
Sent: Thursday, March 16, 2006 1:32 PM
Subject: Ciné Club

Le Centre international / Internationaal Centrum
bd Lemonnier 171 Lemonnierlaan, 1000 Bruxelles/Brussel - email: centrinter@wol.be


Dans le cadre de la semaine contre le racisme

À l’initiative du MRAX

Le zoo, l’usine et la prison

Un film, plus que jamais d’actualité après les révoltes dans les banlieues en France.

Vendredi 24 mars à 20h

Centre International

Bd.Lemonnier 171

1000 Bruxelles

en collaboration avec Ciné Club CIC


 Le zoo, l’usine et la prison

un film réalisé par Eve Duchemin et Jean Pierre Griez

avec l’aide de Mourad Boucif

avec la participation comme acteur de Roberto D’Orazio

‘Lila, 17 ans, a eu une adolescence difficile: renvois de plusieurs écoles, sections professionnelles - voie de garage, fugues, petite délinquance etc. Suite au vol d’une caméra vidéo, le juge de la jeunesse lui impose une peine alternative…dans une association de quartier. Là… elle replonge dans son passé: la mort de son père suite à un accident de travail à Clabecq’

Introduction du film par le réalisateur Jean Pierre Griez

PAF: 3 euros

15:58 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

31/03/2006: Bruxelles: soirée - Marianne ...

 
----- Original Message -----
From: cic
Sent: Thursday, March 16, 2006 1:56 PM
Subject: Marianne

Le Centre international / Internationaal Centrum
bd Lemonnier 171 Lemonnierlaan, 1000 Bruxelles/Brussel - email: centrinter@wol.be
Verderop vindt u de Nederlandse versie
 

Bruxelles: Marianne: prochaine soirée-marianne, vendredi 31 mars 2006: au CIC, bd M. Lemonnier 171, Bruxelles.


ACTIVITE MARIANNE

Chère amie,


Nous vous invitons à notre prochaine soirée-marianne, vendredi 31 mars 2006,

au CIC,  bd M. Lemonnier 171, Bruxelles.

En collaboration avec Sombrero, nous portons le spectacle:


Murmure dans le désert

(Murmullos en el páramo)

par Mercedes Hernandez

Le spectacle est une mosaïque de poésie, de témoignages et d'art oral. Mercedes Hernandez (°1970) raconte l'histoire de femmes de Ciudad Juárez avec sa voix, son corps, son visage et ses émotions.


À partir de 18 h, nous vous accueillons autour d'un repas et nous papoterons un peu. Vous voulez manger avec nous? Alors, apportez quelque chose pour 2 à 3 personnes.


À 20 h, le spectacle commence. Après, nous ferons un débat sur le thème de la violence sur les femmes.


Pour plus d'info: 02/504 07 79 ou 0486 44 52 28.

Entrée 2 €, pour les membres de Marianne 1,5 €.


Salutations amicales,


MARIANNE ACTIVITEIT

Beste vriendin,


We nodigen jullie uit op onze volgende Marianne-avond, vrijdag 31 maart 2006 vanaf 18u, in het CIC, M. Lemonnierlaan 171, Brussel.

In samenwerking met Sombrero, brengen we de voorstelling:


Gefluister in de woestijn

(Murmullos en el páramo)


door Mercedes Hernandez


De voorstelling is een mozaïek van poëzie, getuigenissen en vertelkunst. Mercedes Hernandez (°1970) vertelt het verhaal van de vrouwen van Ciudad Juárez met haar stem, lichaam, gezicht en emotie.

Vanaf 18u verwelkomen we jullie, eten we samen en babbelen we wat bij.

Wil je samen met ons eten? Breng dan tegen 18u iets mee voor 2 à 3 personen.


Om 20u begint de voorstelling. Na de voorstelling debatteren we over het thema ‘geweld op vrouwen’.


Voor meer info kan je ons bereiken op 02/504 07 79 of 0486 44 52 28.

De inkom is 2 €, voor leden 1,5 €.


Kameraadschappelijke groetjes,

15:33 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

15/03/2006

SOLIDAIRE n°11 du 15 mars 2006

Solidaire n° 11 du 15 mars 2006

15-03-2006

Selon un document du Pentagone

Bush veut mener plusieurs guerres de front

Le nouveau rapport stratégique du Pentagone (ministère US de la Défense) est le premier du type publié depuis 2OO1. Il dresse de nouveaux plans de guerre.

> Lire l'article

Dimanche 19 mars

Manif contre la guerre et l'occupation de l'Irak

Bruxelles, gare du Nord, 14h

Damilot (CGSP) et Dalne (CSC) sur l'accord social à la SNCB

José Damilot, président de la CGSP cheminot, et Dominique Dalne, responsable des cheminots à la CSC Transcom, s'expliquent sur l'accord social 2006-2007 de la SNCB.

> Lire l'article

France: ch. emploi stable et bien rémunéré

«Vous coûtez plus cher que vos voisins français», disent les patrons belges. Mais en France, bas salaires et emplois précaires vont de pair. Ce qui provoque aujourd'hui un large mouvement social.

> Lire l'article

Opel: «Touchez à une usine, vous aurez des problèmes avec les autres»

Rencontre avec avec Rudi Kennes, délégué principal FGTB chez GM Belgium et vice-président du Conseil d'entreprise européen.

> Lire l'article

Palestine: rencontre avec Ahmed Saadat (FPLP)

Interview exclusive d'Ahmed Saadat, député palestinien emprisonné, secrétaire général du FPLP.

> Lire l'article

Et en plus...


 Envoyez vos réactionsréagirImprimerimprimerEnvoyer par e-mailenvoyer

12:00 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

14/03/2006: Réponse de RoRo ... à Monsieur le Sénateur Cornil

Réponse de RoRo ... à Monsieur le Sénateur Cornil


Monsieur le Sénateur,
J' aurais voulu publier votre texte. Mais je ne le ferai malheureusement pas, quoiqu'il y ait énormément de bonnes choses et pensées que je partage entièrement avec vous au sujet des laissés pour compte du capitalisme "à visage humain"....
Mais il y a parfois d' autres réalités qui nous divisent: Bucarest, Varsovie, Staline ...
Moi aussi, j' étais à Varsovie en ... 1955.
Pour l' anecdote, j' étais le plus jeune des 350 Belges qui se sont rendus, par train spécial, pour une durée de 2 ou 3 semaines, au 5e Festival mondial de la Jeunesse et des Etudiants, pour la Paix et l' Amitié. La social-démocratie dormait déjà sur ses lauriers du passé et participait à l' anticommunisme béat issu de la croisade du McCarthysme, prolongé par la guerre froide organisée déjà par les ricano-otano-occidentaux, sous le couvert de la "Liberté", du "danger rouge", de la "menace communiste", de "l' expansion soviétique", (et j' en oublie ...): le "péril jaune" est arrivé après ...
Le premier jour à Varsovie, c' était des centaines de milliers de Polonais qui acclamaient les 30.000 jeunes venus de plus de 100 pays différents (Mir i droujba !)  à l' appel de la Fédération mondiale de la Jeunesse démocratique ("communiste", comme diront certains !), dans une ville déjà entièrement reconstruite par "les communistes"... J' ai vu aussi ce fameux Palais de la Culture, judicieusement offert "par Staline", c' est-à-dire par l' Union soviétique  en gage d' amitié, alors que ce pays avait des milliers de villages, d'usines, de kolkhozes et de sovkhozes détruits par la barbarie nazie (et capitaliste!) à reconstruire sur son propre sol ... sans compter 20 millions de victimes pouyr la défense de la Liberté.
Il restait d'innombrables traces de la guerre fasciste: des murs entiers de ruines, criblés de balles, tous les centimètres...
Un effort considérables a été effectué par la "dictature" "communiste" "stalinienne". Tout ne pouvait être noir: 5 ans après, je suis repassé à Varsovie. Des centaines d' immeubles de logements neufs sur les rives de la Vistule,.. Méconnaissables et désertiques 5 années plus tôt !
Et oui, la "vérité" et les tabous ont différentes facettes ... Il n' y eut pas que Varsovie à reconstuire ...
Bien à vous et toujours au plaisir de vous lire !
 
Je pourrais vous entretenir pendant des nuits entières sur ce que fut la vie des militants communistes (les vrais!), "Staline" ou non ... A force de mélanger les préjugés et les "vérités", on détruit le combat commun d' AUJOURD'HUI, face à ce que sont les réalités de la dictature capitaliste actuelle et aux nécessités de la solidarité universelle des opprimés et des travailleurs ...
 
RoRo
66 ans, le 02 avril 2006. 

Quelques rêveries d'un promeneur solidaire...  Petites chroniques du nouveau millénaire... sur les sans-papiers, le contrôle des chômeurs, "le plombier polonais", l'adhésion de la Roumanie à l'Europe, le développement durable... et des livres !

Jean.

 

----- Original Message -----
Sent: Tuesday, March 14, 2006 4:10 PM
Subject: Un promeneur solidaire (1)

 

11:37 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |