26/12/2005

26/12/2005: Vers une interdiction des partis communistes !!??

L' EURO-DICTATURE capitaliste va se nazifier de plus en plus ...
RoRo
 
 
 

----- Original Message -----
From: cbo
Sent: Monday, December 26, 2005 9:56 AM
Subject: Vers une interdiction des partis communistes !!??



** 22.12.05: Theodorakis sur le mémorandum anticommuniste du Conseil de l'Europe **
"... au nom de mes camarades communistes morts, ceux qui sont passés par la Gestapo, les camps de la mort et les lieux d'exécutions, afin de défaire le nazisme et de célébrer la liberté, je n'ai qu'un mot à adresser à ces "gentlemen": HONTE!"







Commentaires:



Message de Mikis Theodorakis à l'adresse de ceux qui mettent dans le même sac qu'Hitler des personnages et des régimes aussi divers, voire même opposés que Staline, Che Guevara, les Zapatistes, Marx, Rosa Luxembourg, Castro, les Communards de Paris, les résistants communistes antinazis, les 3 millions de soldats soviétiques assassinés dans les camps nazis, les 20 millions de civils soviétiques morts face au nazisme, les partisans grecs, les Yougoslaves, Julien Lahaut, Marie-Georges Buffet, Olivier Besancenot, Ceaucescu, Pol Pot, Jean-Paul Sartre, Mao, Picasso, Cocteau, Gramsci, Bertold Brecht, Neruda, la Catalogne de 36, le gamin qui porte un t-shirt du Che pour marquer son envie d'un monde plus juste, le régime nord-coréen: tous pareils.



En attendant d'y ajouter Chavez, Lula, les opposants à Berlusconi et tous les altermondialistes qui ont l'idée bizarre de dire qu'une politique de rupture avec le capitalisme est possible.
Ce thème, bien que relayé par des institutions et personnalités plus 'neutres', est porté à bout de bras par la droite la plus réactionnaire depuis des années: dès que le vieux militant communiste inoffensif sera assimilé au premier skinhead nazi venu, inutile de dire à qui le crime profitera le plus: les fascistes qui représentent de 10 à 25% de l'électorat et sont parfois au pouvoir selon les pays, ou les anticapitalistes (communistes ou non) qui seront EUX amalgamés à la dictature, aux camps et à la terreur?



Par un subtil retournement des charges, opéré par l'extrême droite elle-même pour se dédouaner, et repris en choeur par les démocrates devenus les relais involontaires des think thank de la nouvelle droite (Club de l'Horloge, Grece) enfoncent le clou depuis des années: être anticapitaliste, c'est tout simplement pareil qu'être raciste, antidémocrate, autoritaire et violent ; on en arrive donc au choix suivant: soit on interdit les anticapitalistes car ce sont les mêmes que les nazis, soit on laisse parler les nazis car ce n'est quand même pas plus grave que d'autoriser les anticapitalistes de s'exprimer.
Quand tout se vaut, il est difficile de dire ce qui est vraiment grave, et on peut s'étonner du manque de nuance de certains antifascistes quand il s'agit de parler des "rouges" alors que l'analyse des mouvements nazis, conservateurs ou populistes fait l'objet de nuances et de subtiles disctinctions.



Car pour ceux qui se sentent à l'abri derrière leur anticommunisme viscéral et pensent qu'ils ne seront pas assimilés aux rouges, regardez simplement ce qui se passe concrètement en Italie: le moindre magistrat qui pose des problèmes à Berlusconi est qualifié de "Juge rouge", les anarchistes, syndicalistes et militants altermondialistes les plus pacifistes sont qualifiés de "voyoux communistes", et le cas du football mériterait une étude à lui seul.



Rappelez-vous aussi que dans la logique nazie, les socialistes, communistes, francs-maçons, démocrates et antifascistes portaient le même triangle ROUGE, car assimilés au même complot bolchévique.
Les fascistes espagnols ou chiliens n'ont eux non plus pas cherché à connaitre le caractère démocratique ou dictatorial des régimes de gauche qu'ils balayèrent dans le sang.






Article:
url: http://fr.mikis-theodorakis.net/index.php/article/view/460/1/93/







Au Projet de Calendrier de la première partie de la Session ordinaire de 2006 (23-27 janvier 2006) de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe, figure le point suivant: Mercredi, le 25 janvier 2006: Nécessité de condamner les crimes du communisme au niveau international (Doc.). Rapporteur de la commission des questions politiques: M. Göran Lindblad (Suède, PPE/DC)

A cela, Mikis Theodorakis a réagi en publiant une DECLARATION

Le Conseil de l'Europe a décidé de changer l'Histoire. Pour la distordre, il met sur un pied d’égalité les victimes et les agresseurs, les héros et les criminels, les libérateurs et les conquérants, les communistes et les nazis.

Il considère que les plus grands ennemis du nazisme, c.-à-d. les communistes, sont des criminels et, de fait, les égaux des nazis! Et il s'inquiète même et proteste, parce que, bien que le Hitlérites aient été condamnés par la communauté internationale, rien de tel ne s’est pourtant passé avec les communistes.

Pour cette raison il suggère que cette condamnation ait lieu maintenant au cours de la session plénière de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe du 24 au 27 janvier prochain.

En attendant, il s'inquiète, parce que "la conscience publique des crimes commis par des régimes communistes totalitaires est très pauvre", et également, parce que "les partis communistes sont toujours légaux et en activité dans quelques pays, même si dans certains cas, ils ne se sont pas distanciés des crimes".

En d'autres termes, le Conseil de l'Europe annonce d'avance la persécution future des communistes européens qui n’ont pas encore fait une rétractation comme celle exigée dans le passé par les sbires de la Gestapo et les tortionnaires du camp de Macronissos.

Peut-être que demain ils vont décider de proscrire les partis communistes, entrouvrant de cette façon la porte aux fantômes de Hitler et Himmler, qui, comme c’est notoire, ont commencé leur carrière en proscrivant les partis communistes et en enfermant les communistes dans des camps de la mort.

Cependant, à la fin, ils ont été noyés dans le sang même de leurs victimes, de ces 20 millions de morts de l'Union Soviétique communiste et de tant d'autres centaines de milliers de communistes qui ont donné leur vie, en se mettant à la tête des mouvements de résistance nationaux à travers toute l'Europe, comme cela s’est produit également en Grèce.

Pourtant, ces messieurs du Conseil de l'Europe, dans leur désir de faire ressusciter des méthodes condamnées par la conscience de l'histoire et des peuples, n'arrivent qu'en deuxième place, puisqu'ils ont déjà été dépassés par leur grand frère, - les Etats-Unis -, qui extermine des peuples entiers, en utilisant des méthodes à la Hitler, comme dans le cas de l'Irak qu'il a laissé en ruines: des ruines pleines de prisons américaines, où des milliers de victimes innocentes sont torturées quotidiennement d'une façon effroyable et indéniable.

Pour ce grand crime contre l'humanité, comme pour le camp contemporain de torture hitlérite de Guantanamo, le Conseil de l'Europe n'a absolument rien à dire.

Ainsi, comment quiconque peut-il croire que, honnêtement, ces messieurs soient concernés par les droits de l'homme, alors que, même dans leur propre maison, l'Europe, ils ont autorisé des avions de la CIA remplis de personnes spoliées de tous leurs droits, à les emporter vers des prisons spéciales afin qu'elles y soient torturées?

Des tels citoyens ne peuvent pas être des procureurs. Devant la Cour de l'Histoire qui, un jour se prononcera sur les crimes innombrables commis par leur grand frère, du Vietnam au Chili et de l’Amérique du Sud à l'Irak, le procès leur sera fait également pour le compte de la tolérance, si ce n’est pour collaboration à ces crimes.

Malheureusement, aujourd'hui je suis obligé de parler davantage au nom des morts qu’au nom des vivants. Par conséquent, au nom de mes camarades communistes morts, ceux qui sont passés par la Gestapo, les camps de la mort et les lieux d’exécutions, afin d'assurer la défaite du nazisme et de célébrer la liberté, je n’ai qu’un mot à adresser à ces "gentlemen": HONTE!

Athènes, 22.12.2005
Mikis Theodorakis

Traduction française: Guy Wagner


G Deby
Chargée de Recherche,
Centre de l'Oxygène, Recherche et Développement
Université de Liège

15:55 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.