11/11/2005

11/11/2005: Le massacre de Katyn

traduit de l' anglais par notre ami
Jean-Marie FLEMAL
Avec tous mes remerciements !
RoRo
 
 
Le massacre de Katyn

par Ella Rule

voir : http://www.stalinsociety.org.uk

À la fin de la Première Guerre mondiale, la frontière entre la Russie et la Pologne fut établie le long d’une ligne que l’on appela la « ligne Curzon », du nom de Lord Curzon, l’homme d’État britannique qui l’avait proposée.

Cette ligne de démarcation n’était guère du goût des Polonais, qui partirent bientôt en guerre contre l’Union soviétique, dans l’espoir de repousser quelque peu leurs frontières vers l’est. L’Union soviétique contre-attaqua, prête non seulement à se défendre mais, contre l’avis de Staline, à libérer également l’ensemble de la Pologne. Staline considérait cet objectif comme étant voué à l’échec parce que, disait-il, le nationalisme polonais n’était pas encore arrivé au bout de son parcours. Les Polonais étaient fermement décidés à NE PAS être libérés, de sorte que cela ne valait même pas la peine d’essayer de le faire. Par conséquent, les Polonais opposèrent une violente résistance à la progression soviétique. Et, finalement, l’Union soviétique fut contrainte de se replier et même de céder à la Pologne une portion de territoire située à l’est de la ligne Curzon et composée de l’ouest de la Biélorussie et de l’ouest de l’Ukraine – des régions habitées en grande majorité, respectivement, par des Biélorusses et des Ukrainiens plutôt que par des Polonais. Tout cet incident ne pouvait qu’exacerber davantage encore l’animosité mutuelle entre Polonais et Russes.

Le 1er septembre 1939, l’Allemagne nazie envahissait la Pologne. Le 17 septembre, l’Union soviétique se mettait en campagne pour réoccuper les territoires annexés par la Pologne à l’est de la ligne Curzon. Après les avoir repris, l’Union soviétique se mit à distribuer la terre aux paysans et à introduire ce genre de réformes démocratiques très populaires auprès du peuple mais beaucoup moins chez les exploiteurs. Durant les combats pour la reprise des territoires à l’est de la ligne Curzon, l’Union soviétique capura quelque 10 000 officiers polonais, qui devinrent des prisonniers de guerre, furent installés dans des camps situés dans la zone litigieuse et, après cela, mis au travail à la construction de routes, etc.

Deux ans plus tard, le 22 juin 1941, l’Allemagne nazie attaquait l’Union soviétique par surprise. L’Armée rouge était forcée de battre en retraite en toute hâte et l’Ukraine était reprise par les Allemands. Durant la retraite précipitée, il ne fut pas possible d’évacuer les prisonniers de guerre polonais vers l’intérieur de l’Union soviétique. Le responsable du camp n° 1, le major Vetoshnikov, fournit la preuve qu’il avait demandé au responsable du trafic de la section de Smolensk des Chemins de Fer de l’Ouest qu’on lui fournisse des wagons pour l’évacuation des prisonniers polonais, mais il lui fut répondu que la chose ne serait sans doute pas possible. L’ingénieur Ivanov qui, à l’époque, avait été le responsable du trafic dans la région, confirma qu’on n’avait pu réserver des wagons pour cette évacuation. « En outre », dit-il, « nous ne pouvions envoyer des wagons vers la ligne Gussino, où se trouvaient la majorité des prisonniers polonais, puisque cette ligne était déjà sous la ligne de feu. » Il en résulta qu’après le retrait des Soviétiques de cette zone, les prisonniers polonais devinrent prisonniers des Allemands.

En avril 1943, les hitlériens annoncèrent que les Allemands avaient découvert plusieurs fosses communes dans la forêt de Katyn, près de Smolensk, lesquelles contenaient les corps de milliers d’officiers polonais supposés avoir été tués par les Russes.

Cette « révélation » était destinée à miner encore plus les efforts de coopération entre Polonais et Soviétiques en vue de vaincre les Allemands. L’alliance russo-polonaise fut toujours malaisée du fait que le gouvernement polonais en exil, installé à Londres, était manifestement un gouvernement qui représentait les classes des exploiteurs. Ils devaient s’opposer aux Allemands, puisque ces derniers avaient cyniquement envahi la Pologne pour agrandir leur lebensraum (espace vital). La position de l’Union soviétique était la suivante : Aussi longtemps que l’Union soviétique aurait pu conserver les territoires situés à l’est de la ligne Curzon, elle n’aurait pas eu de problèmes avec le rétablissement d’un gouvernement bourgeois en Pologne. Mais l’alliance connaissait déjà des difficultés du fait que le gouvernement polonais en exil, dirigé par le général Sikorski et installé à Londres, n’aurait pas été d’accord avec la restitution de ces territoires à l’Union soviétique. Ceci, malgré le fait qu’en 1941, après l’invasion de la Pologne par Hitler, l’Union soviétique et le gouvernement polonais en exil avaient non seulement rétabli des relations diplomatiques, mais avaient également convenu que l’Union soviétique allait financer – « sous les ordres d’un chef désigné par le gouvernement polonais en exil mais approuvé par le gouvernement soviétique » – la mise sur pied d’une armée polonaise. Ce chef aurait été en l’occurrence le général Anders, un homme absolument hostile aux Soviétique et prisonnier chez eux depuis 1939. Le 25 octobre 1941, cette armée comptait 41 000 hommes, dont 2 630 officiers. Le général Anders, toutefois, finit par refuser de combattre sur le front germano-soviétique en raison du différend frontalier opposant l’Union soviétique et la Pologne et il fallut envoyer l’armée polonaise combattre ailleurs, c’est-à-dire en Iran.

Pourtant, en dépit de l’hostilité du gouvernement polonais en exil, une section importante des Polonais résidant en Union soviétique et non hostiles aux Soviétiques acceptaient les prétentions de ces derniers sur les territoires situés à l’est de la ligne Curzon. Bon nombre d’entre eux étaient juifs. Ces gens constituèrent l’Union des patriotes polonais, laquelle constitua l’épine dorsale d’une alternative au gouvernement polonais en exil.

La propagande nazie autour du massacre de Katyn avait pour but d’empêcher irrémédiablement toute tractation entre Soviétiques et Polonais. Le général Sikorski reprit la propagande nazie par vengeance, en prétendant auprès de Churchill qu’il disposait d’une « montagne de preuves ». La façon dont il avait obtenu ces « preuves », au même moment où les Allemands « révélaient » ces prétendues atrocités soviétiques, est loin d’être claire, bien que l’affaire indique de toute évidence qu’il y eut une collaboration cachée entre Sikorski et les nazis. Les Allemands avaient fait état de leur « découverte » le 13 avril. Le 16 avril, le gouvernement soviétique publiait un communiqué officiel réfutant « les affabulations scandaleuses concernant de prétendues exécutions massives par des organes soviétiques, au cours du printemps 1940 dans la région de Smolensk ». Le communiqué disait encore :« Les allégations allemandes ne laissent aucun doute sur le sort tragique des anciens prisonniers de guerre polonais qui, en 1941, avaient été engagés dans des travaux de construction dans les régions situées à l’ouest de Smolensk et qui, en même temps que de nombreux Soviétiques, étaient tombés aux mains des bourreaux allemands après le repli des troupes soviétiques. »

En fabriquant leur histoire, les Allemands avaient même décidé de l’embellir d’un tour antisémite en prétendant être en mesure de nommer des officiers soviétiques responsables du massacre, lesquels avaient tous des patronymes juifs. Le 19 avril, la Pravda répondait :

« Conscients de l’indignation de l’ensemble de l’humanité progressiste à propos du massacre de citoyens paisaibles et en particulier de juifs par leurs troupes, les Allemands essaient maintenant de susciter la colère des gens crédules contre les juifs. Pour cette raison, ils ont inventé toute une série de ‘commissaires juifs’ qui, disent-ils, ont participé à l’assassinat de 10 000 officiers polonais. Pour des faussaires aussi expérimentés, il n’était pas difficile d’inventer quelques noms de personnes qui n’ont jamais existé – Lev Rybak, Avraam Brodninsky, Chaim Fineberg. Ces personnes n’ont jamais existé, ni dans la ‘section de Smolensk de l’OGPU’ ni dans aucun départment du NLVD… »

L’insistance de Sikorski à appuyer la propagande allemande se solda par une complète rupture des relations entre le gouvernement polonais en exil à Londres et le gouvernement soviétique. À ce propos, Goebbels eut le commentaire suivant dans son journal personnel : « Cette rupture constitue une victoire à cent pour-cent pour la propagande allemande et tout particulièrement pour moi-même, personnellement (…) Nous avons été à même de transformer l’incident de Katyn en une question hautement politique. »

À l’époque, la presse britannique condamna Sikorski pour son intransigeance :

Le Times du 28 avril 1943 écrivait : « Ils devront éprouver surprise et regret, ceux qui, ayant eu tant de bonnes raisons de comprendre la perfidie et l’ingéniosité de la machine de propagande de Goebbels, n’ont pu éviter de tomber dans le piège que celle-ci leur tendait. Les Polonais n’auront guère oublié un ouvrage largement diffusé durant le premier hiver de la guerre et dépeignant avec force détails et preuves circonstanciés, y compris des photos, les prétendues atrocités polonaises contre les paisibles habitants allemands de la Pologne. »

L’entêtement de Sikorski à prétendre que le massacre avait été perpétré par les Soviétiques plutôt que par les Allemands trouvait sa nourriture dans le différend concernant les territoires situés à l’est de la ligne Curzon. Sikorski essaya d’utiliser la propagande allemande pour mobiliser l’impérialisme occidental derrière les prétentions polonaises sur ces territoires, pour tenter de le faire revenir sur sa position, estimait Sikorski, qui consistait à prendre parti pour l’Union soviétique dans cette affaire de litige frontalier.

Si on parcourt les sources bourgeoises aujourd’hui, toutes affirment que l’Union soviétique a été responsable du massacre de Katyn et elles le font avec une telle assurance et un tel acharnement qu’à vouloir prétendre le contraire, on se sent dans la peau d’un révisionniste nazi tentant de nier le massacre des juifs par Hitler. Après l’effondrement de l’Union soviétique, Gorbatchev fut même enrôlé dans cette campagne de désinformation et il produisit du matériel supposé provenir des archives soviétiques et « prouvant » que c’étaient bien les Soviétiques qui avaient commis ces atrocités et que, bien sûr, s’ils avaient agi de la sorte, c’était sur les ordres de Staline. Evidemment, nous savons l’intérêt que tous les Gorbatchev de ce monde ont à diaboliser Staline. Leur cible n’est pas tant Staline que le socialisme. Leur but, en dénigrant le socialisme, est de restaurer le capitalisme et de s’offrir à eux-mêmes et à leurs partisans des existences de parasites de luxe au détriment de la souffrance de masse des peuples soviétiques. Leur cynisme vaut bien celui des nazis allemands et il n’est guère surprenant de les entendre chanter leurs hymnes d’après les mêmes partitions.

Les sources bourgeoises affirment allègrement que les preuves soviétiques permettant d’accuser les Allemands de ce massacre sont soit totalement absentes, soit simplement fondées sur des preuves par ouï-dire émanant des habitants terrorisés de la région. Elles ne mentionnent même pas un élément de preuve dont Goebbels en personne devait pourtant admettre qu’il était passablement embarrassant. À ce propos, le 8 mai 1943, il écrivait dans son journal : « Malheureusement, on a retrouvé des munitions allemandes dans les fosses de Katyn. (…) Il est essentiel que cet incident reste ultrasecret. S’il devait être porté à la connaissance de l’ennemi, il faudrait laisser tomber toute cette affaire de Katyn. » En 1971, un échange de lettres était publié dans le Times. L’une d’elles suggérait que les massacres de katyn ne pouvaient être imputés aux Allemands puisqu’ils se servaient de mitrailleuses et de chambres à gaz au lieu d’expédier les prisonniers de la façon dont les vicitmes de Katyn avaient été tuées, c’est-à-dire en leur tirant une balle dans la nuque. Un ancien soldat allemand vivant à Godalming, dans le Surrey, était intervenu dans cet échange de courrier :

« En tant que soldat allemand, convaincu à l’époque de la légitimité de notre cause, j’ai participé à de nombreuses batailles et actions au cours de la campagne de Russie. Je n’ai pas été à Katyn ni dans la forêt avoisinante. Mais je me souviens bien du tintouin qui a éclaté en 1943, à l’annonce de la découverte des horribles fosses communes près de Katyn, dont la région était alors menacée par l’Armée rouge.

« Josef Goebbels, comme le montrent les sources historiques, a trompé bien des gens. Après tout, c’était son boulot et peu de personnes, aujourd’hui, contesteraient sa maîtrise presque absolue en la matière. Toutefois, ce qui surprend, c’est qu’on en a toujours la preuve aujourd’hui, trente et quelques années plus tard, dans les pages du Times. Ecrivant par expérience, je ne pense pas qu’à cette tardive époque de la guerre, Goebbels soit parvenu à tromper de nombreux soldats allemands en Russie, en ce qui concerne l’affaire de Katyn (…) Les soldats allemands étaient bien au courant de cette façon de procéder en tirant une balle dans la nuque (…) Nous, les soldats allemands, savions pertinemment bien que les officiers polonais avaient été liquidés par nos hommes, et par personne d’autre. » En outre, d’innombrables témoins s’étaient présentés pour attester de la présence de prisonniers polonais dans la région après que les Allemands l’eurent reconquise.

Maria Alexandrovna Sachneva, une institutrice de l’endroit, en avait fourni les preuves devant une commission spéciale instaurée par l’Union soviétique en septembre 1943, immédiatement après que la région eut été libérée des Allemands. Ces preuves établissaient qu’en août 1941, soit deux mois après le repli des soviétiques, Sachneva avait caché un prisonnier de guerre polonais dans sa maison. L’homme s’appelait Juzeph Lock et il lui avait parlé des mauvais traitements infligés par les Allemands aux prisonniers polonais.

« Quand les Allemands sont arrivés, ils se sont emparés du camp polonais et y ont instauré un régime très dur. Les Allemands ne considéraient pas les Polonais comme des êtres humains. Ils les opprimaient et les brimaient de toutes les façons possibles. En certaines occasions, des Polonais étaient abattus sans la moindre raison. Le prisonnier, Juseph Lock, avait décidé de s’évader… »

Plusieurs autres témoins ont fourni des preuves qu’ils avaient vu les Polonais travaillant aux routes en août et septembre 1941.

Par ailleurs, d’autres témoins encore ont également affirmé que les Allemands avaient traqué et rassemblé des prisonniers polonais évadés en automne 1941. Danilenko, un fermier local, figurait parmi ces témoins :

« Plusieurs rafles ont eu lieu dans notre localité pour rattraper des prisonniers de guerre polonais qui s’étaient évadés. À deux ou trois reprises, les Allemands sont venus perquisitionner dans ma propre maison. Après l’une de ces visites, j’ai demandé au chef qui ils cherchaient dans notre village. Il m’a répondu qu’il avait reçu un ordre de la Kommandantur allemande disant qu’il fallait fouiller toutes les maisons sans exception, vu que des prisonniers de guerre polonais évadés du camp se cachaient dans notre village. »

Manifestement, les Allemands n’abattaient pas les Polonais en présence des témoins locaux, mais les gens de l’endroit ont toutefois fourni d’importantes preuves de ce qui se passait. L’un de ces témoins était Alexeïeva, que le chef de son village avait affectée au service du personnel allemand d’une résidence de campagne située à Kozy Gory, une section de la forêt de Katyn. La résidence avait servi de maison de repos pour l’administration de Smolensk du Commissariat populaire aux Affaires internes et elle se trouvait à 700 mètres environ de l’endroit où l’on avait découvert les fosses communes. Alexeïeva déclara : « À la fin du mois d’août et pendant presque tout le mois de septembre 1941, plusieurs camions sont venus, presque quotidiennement, à la résidence de Kozy Gory. D’abord, je n’y ai pas prêté attention mais, plus tard, j’ai remarqué que chaque fois que ces camions arrivaient sur le terrain de la résidence, ils s’arrêtaient durant une demi-heure, et parfois même toute une heure, quelque part sur la route forestière qui relie la résidence à la grand-route. C’est ce que j’ai conclu, parce que peu de temps après que les camions avaient atteint le terrain de la résidence, le bruit des moteurs cessait.

« Au moment où le bruit des moteurs cessait, on entendait des détonations au coup par coup. Elles se suivaient à intervalles brefs mais approximativement égaux. Ensuite, les coups de feu cessaient et, juste après, les camions arrivaient à la résidence. Des soldats allemands et leurs sous-officiers descendaient des camions. Tout en parlant bruyamment, ils allaient se laver aux sanitaires, après quoi ils se lançaient dans des orgies de boisson.

« Les jours où les camions arrivaient, d’autres soldats des unités militaires allemandes venaient aussi plus nombreux à la résidence. Pour eux, on préparait des lits spéciaux (…). Un peu avant que les camions n’arrivent à la résidence, des soldats en armes se rendaient dans la forêt, manifestement à l’endroit où les camions s’arrêtaient, parce qu’une demi-heure après, ils revenaient dans ces camions, en compagnie des soldats qui vivaient en permanence à la résidence.

« À plusieurs reprises, j’ai remarqué des traces de sang frais sur les vêtements de deux soldats de première classe. De tout cela, j’ai déduit que les Allemands amenaient des gens par camions à la propriété et qu’ils les y exécutaient. »Alexeyeïeva avait également découvert que les gens abattus étaient des prisonniers polonais.

« Un jour, je suis restée à la résidence un peu plus longtemps que d’habitude (…). Avant que j’aie terminé le travail qui me retenait, un soldat est entré et m’a dit que je pouvais m’en aller (…). Il m’a ensuite raccompagnée jusqu’à la grand-route.

« Sur la grand-route, à 150 ou 200 mètres de l’embranchement vers la résidence, j’ai vu un groupe d’environ 30 prisonniers de guerre polonais qui avançaient sous une lourde escorte d’Allemands (…). Je me suis arrêtée au bord de la route pour voir où on les conduisait et j’ai vu qu’ils bifurquaient vers notre résidence de Kozy Gory.

« Du fait qu’à ce moment-là, je m’étais mise à surveiller de près tout ce qui se passait à la résidence, la chose m’a intriguée. J’ai rebroussé chemin sur une certaine distance le long de la route, puis je me suis cachée dans des buissons à proximité de la route et j’ai attendu. Vingt ou trente minutes plus tard, j’ai entendu les détonations habituelles. »

Les deux autres servantes réquisitionnées à la résidence, Mikhaïlova et Konakhovskaïa, fournirent des éléments confirmant cette déclaration. D’autres résidents de la région firent eux aussi des déclarations allant dans le même sens.

Basilevski, le directeur de l’observatoire de Smolensk, fut désigné comme bourgmestre adjoint de Menchaguine, un collaborateur nazi. Basilevsky tentait d’obtenir la libération d’une enseignante incarcérée par les Allemands et il persuada Menchaguine de s’adresser au commandant allemand de la région, Von Schwetz, à propos de ce problème. Menchanguine s’exécuta mais il revint en disant qu’il était impossible d’obtenir cette libération parce que « Berlin avait envoyé des instructions prescrivant que fût maintenu le plus strict des régimes ».

Basilevsky raconta alors sa conversation avec Menchaguine :

« (…) Involontairement, j’ai répliqué : ‘Peut-on imaginer quelque chose de plus sévère que le régime existant dans le camp ?’ Menchaguine m’a regardé d’un drôle d’air et, se penchant à mon oreille, il m’a répondu à voix basse : ‘Oui, cela existe ! Au moins, on laisse les Russes mourir, tout simplement, mais, pour ce qui est des prisonniers de guerre polonais, les ordres disent qu’ils doivent être carrément liquidés.’ »

Après la libération, on découvrit le carnet de notes de Menchaguine, rédigé de sa propre main, comme l’ont confirmé les experts en graphologie. À la page 10, datée du 15 août 1941, on peut lire :

« Tous les prisonniers de guerre fugitifs devront être enfermés et remis au bureau du commandant. »

En soi, ceci prouve que les prisonniers polonais étaient toujours vivants à l’époque. À la page 15, Menchaguine a noté : « Y a-t-il des rumeurs parmi la population à propos de l’exécution de prisonniers de guerre polonais à Kozy Gory (pour Umnov) ? » (Umnov était le chef de la police russe.)

Nombre de témoins ont fourni la preuve qu’ils avaient subi des pressions de la part des Allemands, en 1942-43, afin de livrer des faux témoignages confirmant les exécutions des Polonais par les Russes.

Parfem Gavrilovitch Kisselev, un habitant du village le plus proche de Kozy Gory, témoigna qu’il avait été convoqué à la Gestapo, durant l’automne 1942, et qu’il y avait eu un entretien avec un officier allemand.

« L’officier avait déclaré que, selon une information mise à la disposition de la Gestapo, en 1940, dans la région de Kozy Gory, et plus précisément dans la forêt de Katyn, des membres du Commissariat populaire aux Affaires internes avaient exécuté des officiers polonais. Il m’a demandé dans quelle mesure je pouvais témoigner là-dessus. J’ai répondu que je n’avais jamais entendu dire que le Commissariat populaire aux Affaires internes avait abattu des gens à Kozy Gory et que, de toute façon, c’était impossible, ai-je expliqué à l’officier, puisque Kozy Gory est un endroit absolument ouvert et très fréquenté et que si des exécutions avaient eu lieu là-bas, toute la population des villages avoisinants l’aurait su.

« (…) Toutefois, l’interprète ne m’a pas écouté, mais a pris un document manuscrit sur le bureai et me l’a lu. Il y était dit que moi, Kisselev, habitant d’un hameau de la région de Kozy Gory, j’avais assisté personnellement, en 1940, à l’exécution d’officiers polonais par des membres du Commissariat populaire aux Affaires internes.

« Après m’avoir lu le document, l’interprète m’a ordonné de le signer. J’ai refusé (…). Finalement, il s’est mis à hurler : ‘Ou bien, tu le signes tout de suite, ou bien, nous allons te liquider. Fais ton choix !’

« Effrayé par ces menaces, j’ai signé le document en pensant que l’affaire s’arrêterait là. »

Mais l’affaire n’allait pâs s’arrêter là, parce que les Allemands attendaient de Kissilev qu’il fournisse des confirmations orales de ce qu’il avait « vu » à des groupes de « délégués » invités par les Allemands à venir visiter la région et y découvrir les preuves des prétendues atrocités russes.

Peu de temps après que les autorités allemandes eurent révélé au monde l’existence des fosses communes, en avril 1943, « l’interprète de la Gestapo est venu chez moi et m’a emmené dans la forêt, dans la région de Kozy Gory.

« Quand nous avons quitté la maison et que nous avons été seuls ensemble, l’interprète m’a prévenu que je devais répéter, aux gens qui seraient présents dans la forêt, exactement ce que j’avais lu sur le document que j’avais signé à la Gestapo.

« Quand je suis arrivé sur place, dans les bois, j’ai vu les tombes ouvertes et un groupe d’étrangers. L’interprète m’a dit que c’étaient des délégués polonais qui étaient arrivés pour inspecter les tombes. Quand nous nous sommes approchés de celles-ci, les délégués se sont mis à me poser diverses questions en russe concernant l’exécution des Polonais. Mais, comme plus d’un mois s’était passé depuis ma convocation à la Gestapo, j’avais oublié tout ce qui se trouvait dans le document que j’avais signé, j’étais déboussolé et, finalement, je leur ai dit que je ne savais rien de l’exécution des officiers polonais.

« L’officier allemand était furieux. L’interprète m’a écarté sans ménagement de la ‘délégation’ et m’a congédié. Le lendemain, au matin, une voiture avec un officier de la Gestapo est montée jusque chez moi. L’homme est venu me trouver dans la cour, m’a dit que j’étais en état d’arrestation, puis m’a fait monter dans la voiture et m’a emmené à la prison de Smolensk. (…)

« Après mon arestation, j’ai été interrogé à de nombreuses reprises, mais je recevais plus de coups que de questions. La première fois qu’ils m’ont fait venir, ils m’ont frappé et insulté avec une brutalité incroyable, se plaignant que je les avais laissé tomber, après quoi ils m’ont renvoyé en cellule. Au cours des convocations suivantes, ils m’ont dit que je devais déclarer publiquement que j’avais assisté à l’exécution de prisonniers polonais par les bolcheviks et que, tant que la Gestapo ne serait pas satisfaite de ma bonne foi, je ne sortirais pas de prison. J’ai dit à l’officier que je préférais rester en prison plutôt que de mentir effrontément à des gens. Sur ce, j’ai été vilainement tabassé.

« Il y a eu plusieurs interrogatoires du même genre, accompagnés de séances de coups, à la suite de quoi j’ai perdu toute ma force, je n’entendais plus très bien et je ne pouvais plus remuer mon bras droit. Environ un mois après mon arrestation, un officier allemand m’a fait venir et m’a dit : ‘Vous voyez les conséquences de votre obstination, Kisselev. Nous avons décidé de vous exécuter. Le matin, nous allons vous emmener à la forêt de Katyn et vous pendre.’ J’ai demandé à l’officier de ne pas le faire et je me suis mis à plaider ma cause en leur disant que je ne convenais pas pour le rôle de ‘témoin oculaire’ des exécutions, puisque je ne savais pas mentir et que, de ce fait, j’allais une fois de plus tout mélanger.

« L’officier a continué à insister. Plusieurs minutes plus tard, des soldats sont entrés dans la pièce et se sont mis à me cogner dessus avec des gourdins en caoutchouc. Incapable de supporter les coups et la torture, j’ai accepté d’apparaître publiquement et de raconter une histoire fallacieuse sur les exécutions de Polonais par les bolcheviks. Après cela, on m’a relâché, à condition qu’à la première requête des Allemands, je parlerais devant les ‘délégations’ à la forêt de Katyn. (…)

« Chaque fois, avant de m’emmener aux fosses, dans la forêt, l’interprète venait chez moi, m’appelait dans la cour, me prenait à part pour être sûr que personne n’entendrait et, durant une demi-heure, il me faisait apprendre par cœur tout ce que je pourrais avoir à dire à propos des supposées exécutions d’officiers polonais par le Commissariat populaire aux Affaires internes, en 1940.

« Je me rappelle que l’interprète m’a dit de répéter quelque chose de ce genre : ‘Je vis dans une fermette dans la région de Kozy Gory, non loin de la résidence du Commissariat populaire aux Affaires internes. Certaines nuits, au printemps 1940, j’ai vu des Polonais emmenés vers la forêt où on les exécutait ensuite.’ Puis il était impératif que je déclare littéralement que ‘c’était l’œuvre du Commissariat populaire ax Affaires internes.’ Après que j’eus retenu par cœur ce que l’interprète m’avait répété, il devait m’emmener auprès des fosses communes, dans la forêt, et m’obliger à répéter toute l’histoire en présence des délégations venues sur place.

« Mes déclarations étaient strictement contrôlées et dirigées par l’interprète de la Gestapo. Un jour, comme je parlais devant l’une ou l’autre ‘délégation’, on m’a posé la question : ‘Aviez-vous vu personnellement ces Polonais avant qu’ils ne soient exécutés par les bolcheviks ?’ Je n’étais pas préparé à ce genre de question et je répondis en disant la vérité, c’est-à-dire que j’avais vu des prisonniers polonais avant la guerre, quand ils marchaient sur les routes. Ensuite, l’interprète m’a tiré brusquement sur le côté et m’a ramené chez moi.

« Je vous prie de me croire quand je dis que je n’arrête pas d’avoir des tiraillements de conscience, puisque je sais qu’en réalité, les officiers polonais ont été exécutés par les Allemands en 1941. Je n’avais pas le choix, étant constamment menacé d’être arrêté et torturé à nouveau. »

De nombreuses personnes corroborèrent le témoignage de Kisselev et un examen médical confirma le récit des tortures que lui avaient infligées les Allemands.

Ivanov, un employé de la gare locale (Gnezdovo) subit également des pressions afin de faire un faux témoignage :

« L’officier m’a demandé si je savais qu’au printemps 1940, d’importants groupes d’officiers polonais capturés étaient arrivés à Gnezdovo dans plusieurs trains. J’ai dit que j’étais au courant, effectivement. L’officier m’a ensuite demandé si je savais qu’au cours du même printemps 1940, peu après l’arrivée des officiers polonais, les bolcheviks les avaient tous exécutés dans la forêt de Katyn. J’ai répondu que je n’en savais rien et qu’il ne pouvait en avoir été ainsi, puisqu’au cours des années 1940-1941 et jusqu’au moment de l’occupation de Smolensk par les Allemands, j’avais rencontré des officiers polonais capturés qui avaient débarqué à la gare de Gnezdovo au printemps 1940 et qu’on les avait employés dans la construction de routes.

« L’officier m’a répondu que si un officier allemand prétendant que les Polonais avaient été exécutés par les bolcheviks, c’est que c’était un fait établi. ‘Par conséquent’, a poursuivi l’officier, ‘vous n’avez strictement rien à craindre et c’est avec la conscience tranquille que vous pouvez signer un protocole affirmant que les officiers polonais capturés ont été exécutés par les bolcheviks et que vous en avez été témoin.’

« J’ai répondu que j’étais déjà un vieillard, que j’avais 61 ans et que je ne tenais pas à commettre un péché à cet âge. Tout ce que je pouvais déclarer, c’est que les Polonais capturés étaient réellement arrivés à la gare de Gnezdovo au printemps 1940. L’officier allemand a commencé à vouloir me persuader de donner le témoignage requis en me promettant que si j’acceptais, il allait me promouvoir du poste de garde-barrière à un passage à niveau à celui de chef de gare de Gnezdovo, poste que j’avais d’ailleurs occupé sous le gouvernement soviétique, et qu’il allait également subvenir à mes besoins matériels.

« L’interprète a insisté sur le fait que mon témoignage en tant qu’ancien fonctionnaire des chemins de fer à la gare de Gnezdovo, la gare la plus proche de la forêt de Katyn, était d’une extrême importance pour le commandement allemand et que je ne regretterais pas de faire ce témoignage. Je comprenais que je m’étais fourré dans une situation très difficile et qu’un triste sort m’attendait. Toutefois, une fois encore, j’ai refusé de donner un faux témoignage à l’officier allemand. Il a commencé à me crier dessus, m’a menacé de me battre et de me tuer et m’a dit que je ne comprenais pas ce qui était bon pour moi. Pourtant, j’ai tenu bon. L’interprète a ensuite sorti un bref protocole en allemand, une seule page, et m’a donné la traduction libre de son contenu. Le protocole ne mentionnait, comme me l’a dit l’interprète, que le seul fait de l’arrivée des prisonniers de guerre polonais à la gare de Gnezdovo. Quand je lui ai demandé que mon témoignage soit rédigé non seulement en allemand, mais aussi en russe, l’officier a fini par sortir de ses gonds et il m’a tapé dessus avec une matraque en caoutchouc, puis m’a fait sortir des bâtiments… »

Savvateïev fut lui aussi harcelé par les Allemands afin de leur livrer un faux témoignage. Il déclara à la Commission soviétique d’enquête :

« À la Gestapo, j’ai témoigné qu’au printemps 1940, des prisonniers de guerre polonais étaient arrivés à la garde de Gnezdovo dans plusieurs trains et qu’ils étaient ensuite montés dans des camions, mais que je ne savais pas où on les avait emmenés. J’ai également ajouté que j’avais rencontré ces Polonais plusieurs fois par la suite, sur la grand-route Moscou-Minsk, où ils travaillaient en petits groupes aux réparations routières. L’officier m’a dit que je mélangeais les faits, que je ne pouvais pas avoir rencontré les Polonais sur la grand-route, puisqu’ils avaient été exécutés par les bolcheviks, et il a exigé que je témoigne en ce sens.

« J’ai refusé. Après m’avoir menacé et tenté de me soudoyé pendant un bout de temps, l’officier a consulté l’interprète en allemand, après quoi celui-ci a rédigé un court texte et me l’a donné à signer. Il a expliqué que c’était un compte rendu de mon témoignage. J’ai demandé à l’interprète de me laisser lire le papier moi-même, mais il m’a interrompu en m’insultant, me commandant de le signer tout de suite et de sortir. J’ai hésité une minute. L’interprète a attrapé un gourdin en caoutchouc accroché au mur et a fait mine de me frapper dessus. Après cela, j’ai signé le protocole qu’on m’avait mis sous le nez. L’interprète m’a dit de sortir et de rentrer chez moi et de ne parler à personne, sinon j’allais être fusillé (…). »

D’autres personnes ont également témoigné en ce sens.

Des preuves ont également été fournies sur la façon dont les Allemands ont trafiqué les tombes des victimes dans l’espoir d’éliminer les preuves que le massacre n’avait pas eu lieu en automne 1941 mais au printemps 1940, peu après l’arrivée des Polonais dans la région. Durant l’occupation allemande, Alexandra Mikhaïlovna avait travaillé dans la cuisine d’une unité de la Wehrmacht. En mars 1943, elle avait découvert uin prisonnier de guerre russe caché dans sa remise :

« D’une conversation que j’ai eue avec lui, j’ai appris qu’il s’appelait Nikolaï Yegorov et qu’il venait de Leningrad. Depuis la fin 1941, il avait été dans le camp allemand n° 126 pour prisonniers de guerre, dans la ville de Smolensk. Au début mars 1943, il avait quitté le camp avec une colonne de plusieurs centaines de prisonniers de guerre et on les avait envoyés dans la forêt de Katyn. Sur place, les prisonniers, y compris Yegorov, avaient été forcés de creuser des tombes contenant des cadavres vêtus d’uniformes d’officiers polonais, de sortir ces corps des tombes et de vider leurs poches de leurs documents, lettres, photographies et autres articles.

« Les ordres des Allemands étaient stricts : rien ne pouvait être laissé dans les poches des cadavres. Deux prisonniers de guerre ont été abattus parce que, après qu’ils eurent fouillé ces corps, un officier allemand avait découvert des papiers sur ces mêmes corps. Objets, documents et lettres tirés des vêtements des cadavres étaient ensuite examinés par les officiers allemands qui, après cela, forçaient les prisonniers de remettre une partie des papiers dans les poches des morts, tandis que le reste était jeté sur un tas d’objets et de documents prélevés sur les cadavres. Et on brûlait le tout.

« En outre, les Allemands avaient forcé les prisonniers à placer dans les poches des officiers polonais certains papiers provenant de serviettes ou de valises – je ne me souviens plus très bien – qu’ils avaient eux-mêmes amenées. Tous les prisonniers de guerre vivaient dans la forêt de Katyn dans des conditions épouvantables et à ciel ouvert et ils étaient très sévèrement gardés. (…) Au début d’avril 1943, tout le travail planifié par les Allemands était apparemment achevé et, au cours des trois jours suivants, aucun des prisonniers de guerre n’a eu à travailler (…).

« Soudain, la nuit, tous sans exception ont été éveillés et conduits quelque part. La garde avait été renforcée. Yegorov a senti que quelque chose ne tournait pas rond et il a commencé à surveiller de très près ce qui se passait. Ils ont marché pendant trois ou quatre heures dans une direction inconnue. Ils se sont arrêtés dans la forêt près d’une fosse, dans une clairière. Yegorov a vu qu’on séparait un groupe de prisonniers de guerre du reste des hommes et qu’on les conduisait près de la fosse, avant de les abattre. Non loin de Yegorov, plusieurs prisonniers de guerre ont attaqué les gardes. D’autres gardes se sont précipités sur les lieux. Yegorov a tiré parti de la confusion pour s’enfuir dans la noirceur de la forêt, tout en entendant des cris et des coups de feu.

« Après avoir entendu cette terrible histoire, qui est gravée dans ma mémoire pour le reste de mes jours, j’ai été très ennuyée pour Yegorov et lui ai dit de venir dans ma chambre, de s’y réchauffer et de se cacher chez moi jusqu’au moment où il aurait repris des forces. Mais il a refusé. (…) Il disait que peu lui importait ce qui allait lui arriver, qu’il allait s’en aller cette même nuit et qu’il avait l’intention de traverser le front pour retrouver l’Armée rouge. Le matin, quand je suis allée voir s’il était parti, il était toujours dans la remise. En fait, la nuit, il avait bien essayé de s’en aller, mais il avait à peine fait une cinquantaine de pas qu’il s’était senti très faible et qu’il avait été forcé de revenir. Cet épuisement était provoqué par sa longue détention dans le camp et par les privations des derniers jours. Nous avons donc décidé qu’il resterait chez moi quelques jours de plus pour reprendre des forces. Après lui avoir donné à manger, je suis allée travailler. Quand je suis revenue, le soir, mes voisines Branova, Mariya Ivanovna, Kabanovskaya, Yekaterina Viktorovna m’ont dit que, l’après-midi, au cours d’une visite de la police allemande, le prisonnier de guerre de l’Armée rouge avait été découvert et qu’on l’avait emmené. »

D’autres confirmations ont été données par un ingénieur mécanicien appelé Soukhatchev, qui avait travaillé sous les Allemands en tant que mécanicien au moulin municipal de Smolensk :

« Je travaillais au moulin dans la seconde moitié de mars 1943. Là, j’ai bavardé avec un chauffeur allemand qui parlait un peu le russe et, puisqu’il transportait de la farine pour les troupes au village de Savenki et qu’il rentrait le lendemain à Smolensk, je lui ai demandé de m’emmener pour que je puisse acheter un peu de graisse au village. Mon idée, c’était que faire le trajet dans un camion allemand allait m’épargner le risque d’être retenu aux postes de contrôle. L’Allemand a été d’accord de me prendre, moyennant paiement.

« Le même jour, à 10 heures du soir, nous roulions sur la grand-route Smolensk-Vitebsk, moi, et le chauffeur allemand au volant. La nuit était claire et seul un peu de brouillard sur la route réduisait la visibilité. À environ 22 ou 23 kilomètres de Smolensk, près d’un pont démoli sur la chaussée, il y avait une descente assez raide sur la déviation. Nous avons commencé à quitter la chaussée quand, brusquement, un camion a jailli du brouillard et nous a foncé dessus. Soit parce que nos freins n’étaient pas en ordre, soit parce que le chauffeur était inexpérimenté, nous avons été incapables de faire arrêter le camion et, puisque le passage était très étroit, nous avons heurté l’autre qui venait en face de nous. Le choc n’a pas été très violent, puisque le chauffeur de l’autre camion a fait un écart, à la suite de quoi, les camions se sont touchés avant de glisser l’un contre l’autre.

« Toutefois, la roue droite de l’autre camion a versé dans le fossé et le camion s’est renversé sur la pente. Le nôtre, lui, était resté droit. Le chauffeur et moi avons tout de suite sauté de la cabine et nous avons couru vers la camion qui s’était renversé. Nous avons été assaillis par une lourde puanteur de chair en putréfaction venant évidemment du camion.

« En m’approchant, j’ai vu que le camion transportait un chargement couvert d’une bâche nouée avec des cordes. Les cordes avaient lâché avec le choc et une partie du chargement s’était renversée sur la route. C’était horrible, ce chargement : des corps humains vêtus d’uniformes militaires. Pour autant que je m’en souvienne, il y avait six ou sept hommes près du camion : un conducteur allemand, deux autres Allemands armés de mitraillettes et, le reste, des prisonniers de guerre russes, puisqu’ils parlaient russe et qu’ils étaient habillés en prisonniers.

« Les Allemands se sont mis à insulter mon chauffeur et ont ensuite fait plusieurs tentatives pour redresser le camion. En deux minutes à peine, deux autres camions sont arrivés sur les lieux de l’accident et ont poussé l’autre. Un groupe d’Allemands et de prisonniers de guerre russes, une dizaine d’hommes en tout, sont descendus de ces camions et sont venus vers nous. (…) En joignant nos efforts, nous avons commencé à soulever le camion. Tirant parti d’un moment favorable, j’ai demandé à l’un des prisonniers de guerre russes et à voix basse : ‘C’est quoi, ça ?’ Il m’a répondu très calmement : ‘Cela fait pas mal de nuits déjà qu’on transporte des cadavres vers la forêt de Katyn.’ 

« Avant qu’on soit arrivé à redresser le camion renversé, un sous-officier allemand est venu vers moi et vers mon chauffeur et nous a dit de nous en aller immédiatement. Comme notre camion n’avait pas de dégâts sérieux, le chauffeur a fait une manoeuvre sur le côté et est remonté sur la grand-route, et nous sommes repartis. Quand nous sommes passés devant les deux camions bâchés qui étaient arrivés après l’accident, j’ai senti à nouveau cette puanteur horrible de cadavres en décomposition. »

Diverses autres personnes ont également témoigné avoir vu des camions chargés de cadavres.

Un certain Tchoukhov, un pathologiste qui, en fait, a visité les tombes en avril 1943 à l’invitation des Allemands, a également apporté des preuves :

« Les vêtements des cadavres, particulièrement les capotes, les chaussures et les ceintures, étaient en bon état de conservation. Les parties métalliques des vêtements – les boucles de ceintures, les boutons et les clous des semelles de chaussures, etc. – n’étaient pas très rouillés et, dans certains cas, le métal gardait encore son brillant. Les sections visibles de la peau des corps – visages, cous, bras – étaient généralement d’un vert sale et, dans certains cas, d’un brun sale, mais il n’y avait pas désintégration complète des tissus, pas de putréfaction. Dans certains cas, on pouvait encore voir des tendons à vif, de couleur blanchâtre, et certaines parties de muscles.

« Alors que je me trouvais près des fosses, des gens travaillaient et retiraient des corps du fond d’une grande excavation. À cet effet, ils avaient des bêches et d’autres outils et ils attrapaient les corps avec leurs mains et les traînaient d’un endroit à l’autre par les bras, les jambes ou les vêtements. Je n’ai pas vu un seul cas où ces corps soient tombés en pièces ou aient perdu un membre.

« Si on considère ce qui précède, j’en suis arrivé à la conclusion que les corps étaient restés dans la terre, non pas trois ans, comme les Allemands l’affirmaient, mais beaucoup moins longtemps. Sachant que dans les fosses communes, et particulièrement quand il n’y a pas de cercueils, la putréfaction progresse plus rapidement que dans de simples tombes, j’en ai conclu que les exécutions de masse des Polonais avaient eu lieu environ un an et demi plus tôt, et elles auraient pu se produire en automne 1941 ou au printemps 1942. À la suite de ma visite au site dégagé, j’ai été fermement convaincu qu’un crime monstrueux avait été commis par les Allemands. »

Plusieurs autres personnes qui ont visité les tombes à l’époque donnent le même témoignage.

En outre, des pathologistes qui ont examiné les corps en 1943 ont conclu qu’ils ne pouvaient être morts depuis plus de deux ans. De plus, on découvrit sur certains corps des documents qui avaient manifestement échappé aux Allemands lorsqu’ils avaient truqué les preuves. Parmi ces documents, une lettre datée de septembre 1940, une carte postale datée du 12 novembre 1940, un billet de mont-de-piété encaissé le 14 mars 1941 et un autre le 25 mars de la même année. Des reçus datés du 6 avril, du 5 mai et du 15 mai 1941 et une carte postale en polonais, non postée et datée du 20 juin 1941. Bien que toutes ces dates précèdent le repli soviétique, elles sont postérieures à toutes les exécutions présumées des prisonniers par les autorités soviétiques au printemps 1940, la date que citent comme étant celle du supposé massacre tous ceux que les Allemands ont été en mesure de tromper en leur servant leurs faux témoignages. Si, comme le prétendent les propagandistes bourgeois, ces documents sont des faux, rien n’aurait été plus facile que de falsifier des documents et de les dater postérieurement au départ des Soviétiques, mais ce ne fut pas fait – et ce ne fut pas fait pour la simplissime raison que les documents découverts étaient incontestablement authentiques.



12:47 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.