18/10/2005

18/10/2005: Pour ceux qui sont encore sur les bancs de l'école

Pour ceux qui sont encore sur les bancs de l'école

David Pestieau
19-10-2005

Ceux qui sont sur les bancs de l'école n'auront plus de prépension si ce plan se réalise. (Photo archives)


Ce Verhofstadt, il a de ces trouvailles. Il a appelé son nouveau plan «Pacte de solidarité entre les générations». Si, si, ce gouvernement veut votre bien pour les 30-40 ans à venir: «La prévoyance nous impose de nous pencher maintenant sur les pensions de ceux qui sont encore sur les bancs de l'école aujourd'hui» a déclaré le premier ministre.

Question de solidarité sans doute, ceux qui sont sur les bancs de l'école n'auront plus de prépension si ce plan se réalise. Verhofstadt l'a confirmé à la VRT dimanche: «Ce n'est pas un bain de sang social dès le premier jour. Nous prendrons les mesures progressivement». Car il faudra sans doute avoir 40 ans de carrière pour prendre sa prépension en 2014. Autrement dit, largement au-delà de 60 ans pour ceux qui sont à l'école aujourd'hui. Et qui commence en moyenne à travailler après 21 ans.

Question de solidarité, les mêmes qui sont à l'école devront attendre deux, trois, quatre ans de plus que leur père ou leur mère quitte leur boulot pour en obtenir un.

Question de solidarité sans doute, le gouvernement veut que les salaires des plus âgés soient modérés et qu'il y ait «une suppression progressive de la logique d'âge et d'ancienneté en vigueur» en matière de salaire.

Et dans le même temps, le gouvernement veut rendre plus attractifs les boulots à bas salaires pour les jeunes. En supprimant les cotisations que paie leur patron à la Sécu.

Question de solidarité entre générations donc, le gouvernement veut vous rendre tous moins chers.

Et si le plan concerne le secteur privé, «le secteur public sera tenu, lui aussi, de prendre des mesures».

Question de solidarité encore, le gouvernement a donné 940 millions de nouveaux cadeaux aux patrons, l'équivalent pour 78.000 personnes d'une allocation de pension à 1000 euros par mois. De quoi «prévoir» les pensions pour ceux qui sont encore sur les bancs de l'école.

Vous êtes sans doute parmi ceux qui ne veulent pas de cette «solidarité», qui mettrait demain jeunes contre plus âgés, employés contre ouvriers. Vous êtes de ceux qui veulent le retrait total de ce pacte de guerre entre générations, entre travailleurs.

Et aux Verhofstadt, Onkelinx et Vande Lanotte qui vous traitent de partisans de l'immobilisme, vous répondez qu'il y a un seul pacte de solidarité entre générations réaliste aujourd'hui pour le monde du travail: donner aux plus âgés le repos, aux jeunes chômeurs du travail.

Par exemple, par le droit à la prépension à 55 ans pour tous avec embauche obligatoire d'un jeune, comme le propose le PTB.

Et au 21e siècle, ce pacte est finançable dans un pays où nous produisons 17 fois plus que nos grands-parents il y a un siècle. Il s'agit d'un choix de société pour ceux qui sont aujourd'hui sur les bancs de l'école.


 Envoyez vos réactionsréagirImprimerimprimerEnvoyer par e-mailenvoyer

19:41 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.