18/10/2005

18/10/2005: Les mesures du gouvernement sur les fins de carrière en bref

Une gifle dans la figure des travailleurs, jeunes et âgés
Les mesures du gouvernement sur les fins de carrière en bref

La majorité de la population devrait faire une croix sur la prépension à 58 ans. Et lors de restructurations, la prépension sera pour ainsi dire supprimée. Les mesures gouvernementales en bref.

Thomas Blommaert & Kris Hertogen
19-10-2005

1. Règle générale: la prépension à 60 ans, dans le meilleur des cas

Aujourd'hui, la réglementation générale permet d'obtenir sa prépension dès 58 ans, à condition d'avoir une carrière de 25 ans au moins. Chaque année, 5 à 6.000 personnes y font appel. Le gouvernement a décidé que, dès 2008, l'âge minimal passerait à 60 ans, la durée de la carrière à 30 ans (26 ans pour les femmes). Et en 2012, ce serait 35 ans (28 pour les femmes, voir tableau 1).

1 · Modification de la réglementation générale de prépension

   
 
2005
2008
2012
Age minimal
58 ans
60 ans
60 ans
Carrière minimale
25 ans
30 (26) ans
35 (28) ans

Ces conditions concernant la carrière sera également d'application à ceux qui aujourd'hui n'entrent pas en ligne de compte pour la «réglementation générale», mais peuvent prendre la prépension à partir de 60 ans (convention collective n°17). Actuellement, il ne leur faut que 20 années d'ancienneté. Cela concerne quelque 2.000 personnes par an.

2. En route vers la carrière de 40 ans

Le gouvernement prévoit deux exceptions à la nouvelle règle générale des 60 ans. Primo, à partir de 2008, une carrière de 35 ans permettra de prendre sa prépension à 58 ans (aujourd'hui, 25 ans suffisent). Et, à partir de 2012 (2014 pour les femmes), il faudra une carrière de 38 ans. Cela pourra même être porté à 40 ans, de 2005 à 2011, le taux d'activité des 55 ans et plus n'a pas augmenté d'au moins une fois et demi aussi rapidement que dans l'Union européenne des 15.

Le tableau 2 émane du Cimire (organisme collectant les données sur la carrière). Il montre, par rapport aux 100% de prépensionnables actuels, combien il en restera à l'avenir. En 2014, 49,2% des hommes et 71,4% des femmes n'entreront déjà plus en ligne de compte. Et si une carrière de 40 ans est exigée, à peine 29% des hommes et 16% des femmes pourront arrêter à 58 ans.

2 · Nombre de prépensionnables à 58 ans par rapport à aujourd'hui

      
Aujourd'hui
2008
2010
2012
2014
?
Hommes: carrière minimale
25 ans
35 ans
37 ans
38 ans
38 ans
40 ans
Prépensionnables
100%
75%
59,6%
50,8%
50,8%
29%
Femmes: carrière minimale
25 ans
30 ans
33 ans
35 ans
38 ans
40 ans
Prépensionnables
100%
78%
60%
56,67%
29,6%
16%

Les chiffres ne tiennent en outre pas compte des évolutions futures. Comme l'allongement de l'obligation scolaire, qui fait qu'on commence à travailler de plus en plus tard (voir tableau 3). Selon des chiffres de l'OCDE, en 2000, l'âge moyen du début de carrière chez les hommes et les femmes en Belgique était de 21,7 ans. Ajoutez-y 38 ou 40 ans et vous verrez le genre d'avenir que ce gouvernement nous réserve.

3 · Nombre de personnes ayant débuté leur carrière

    
1961
1961
1997
1997
 
Hommes
Femmes
Hommes
Femmes
A 14 ans
17,6%
11,7%
0%
0%
A 19 ans
50,3%
40,6%
7,8%
5,1%
A 24 ans
87,6%
52,2%
60,4%
52,2%
A 29 ans
97,2%
56,5%
93,0%
83,0%

3. Et si j'exerce un métier lourd?

La réglementation spécifique existante (56 ans) pour les ouvriers du bâtiment et les travailleurs de nuit (ou travail à pauses y compris travail de nuit) inaptes au travail peut, dans les négociations autour de l'accord interprofessionnel (AIP) être prolongée de deux ans. Peut, ce qui veut dire qu'il n'existe donc aucune certitude à ce propos.

Pour les autres professions lourdes, le gouvernement introduit une nouvelle réglementation: à partir de 2008, les travailleurs peuvent prendre leur prépension à 58 ans s'ils ont une carrière d'au moins 35 ans derrière eux. Mais ici aussi, il y a anguille sous roche: sur les dix dernières années de sa carrière, le travailleur doit avoir exercé une profession lourde pendant cinq ans au moins (ou sept ans sur les quinze dernières années). Un ouvrier de 49 ans qui a travaillé toute sa vie à pauses à Sidmar, mais qui a travaillé de jour les neuf dernières années de sa carrière, peut toujours courir pour sa prépension.

À noter encore: Le gouvernement décidera plus tard, sur base d'un avis du Conseil national de l'Emploi (CNE) de ce qu'est un «travail lourd». Au sein de ce conseil siègent également les patrons. Dans l'attente de cette décision, seul le travail à pauses tombe sous la réglementation.

Si votre entreprise subit une restructuration, vous devez «mériter»votre prépension en passant six mois dans une cellule de reconversion. Avec sanction à la clé. (Photo archives)


4. Les réglementations spéciales

Dans plusieurs secteurs (métal, chimie, textile) il existe aujourd'hui des conventions collectives permettant de prendre la prépension à 55, 56 et 57 ans après 38 ans de travail. Chaque année, 2.500 personnes y recourent. Ces conventions pourront être prolongées jusque fin 2009 au plus tard. Que se passera-t-il ensuite? Extrait de la déclaration gouvernementale: «Vu qu'il s'agit surtout de conventions collectives dans les secteurs industriels, le gros des personnes concernées retombera par la suite sur la dérogation pour le travail de nuit où à pauses ou sur la réglementation d'exception pour les professions lourdes.»La direction de la CSC appelle ça une victoire. En fait, il s'agit d'une énorme régression. Si ces personnes peuvent faire appel à la réglementation spéciale pour les travailleurs de nuit, dans ce cas, ils pouvaient le faire plus tôt aussi. Pour tous les autres, cela signifie, à partir de 2010 (au plus tard), un allongement de leur carrière d'un à trois ans. Certains vont devoir travailler 41 ans avant de pouvoir partir en prépension.

5. Maintien de la prépension en cas de restructuration?
Un énorme mensonge!

Votre entreprise subit une restructuration? A l'avenir, estime le gouvernement, vous devez «mériter»votre prépension en passant six mois dans une cellule de reconversion. Durant cette période, vous allez devoir chercher activement un autre emploi, sans quoi vous allez être sanctionné: «Celui qui ne fait pas d'efforts, doit déjà être invité, au cours des six mois mêmes, à se ressaisir. Si ce n'est pas le cas (), le chef de la cellule de reconversion transmettra cette information à l'Onem qui prendra une sanction.»Bref, le prétendu prépensionné devient un chômeur comme les autres. Avec en permanence l'épée de Damoclès, ou plutôt de l'Onem, suspendue au-dessus de sa tête.

En maintenant davantage de monde sur le marché de l'emploi et en mettant plus de monde en concurrence pour le même emploi, le gouvernement veut exercer une pression vers le bas sur les salaires. L'un et l'autre déboucheront sur des situations douloureuses. Un père prépensionné et son fils chômeur qui vont devoir se faire concurrence pour le même boulot, voilà un scénario qui n'est plus très éloigné.


 Envoyez vos réactionsréagirImprimerimprimerEnvoyer par e-mail

19:50 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.