17/10/2005

17/1/2005: LA GALERE EUROPE…

 

LA GALERE EUROPE…

 

Nous sommes solidaires  des salariés et de la CGT de la SNCM.

Solidaires du combat des travailleurs d’EDF et de GDF et de tous les « privatisables »

Un impératif  pour le peuple de France souverain : remettre en cause les privatisations néolibérales imposées par l’Euro-dictature et reconstruire un grand secteur public.

La Lutte de classes a pris un caractère national et républicain !

 

Dans son édition du 12 octobre, le Canard enchaîné titre : « Villepin et Thibault embarqués sur la même galère SNCM ». L’image est pertinente. Encore faut-il préciser que Bernard Thibault, en se soumettant allègrement aux « contraintes européennes », s’est affirmé, dans ce conflit, comme un allié de  Villepin et de ses amis. Cette galère s’appelle Europe de Maastricht. Les galériens en France, ce sont les salariés. Les gardes chiourmes gouvernementaux de la galère sont alternativement recrutés dans la « gauche » ou la droite, fédéralistes, chez les partisans de cette Europe de la Finance, néolibérale et atlantiste, qui détiennent l’argent, les médias, l’appareil d’état et la totalité du pouvoir…

Nous sommes évidemment solidaires du combat des travailleurs de la SNCM et nous partageons leur colère. Ils ont du reprendre le travail car certains dirigeants  de la CGT ou de la « gauche » n’ont pas souhaité que la lutte prenne de l’ampleur. Certains d’entre eux, coopèrent directement avec les milieux capitalistes concernés. L'un des plus importants responsables du syndicat CGT, Jean Christophe Le Duigou – qui aurait affirmé  n'être pas opposé à la privatisation de la SNCM- est en relation avec l’une des deux multinationales  qui ont obtenu le droit de "reprendre" cette entreprise publique. Ce dirigeant national de la CGT est fondateur et administrateur de Confrontations Europe, une organisation cofinancée par Bouygues, AXA,Suez, Danone, BNP Paribas et ... VEOLIA ( repreneur de la SNCM avec Butler Capital Partners).

Confrontations est une organisation de lutte de classes au service de l’Europe de la Finance. Dans son Comité de parrainage, Christophe Le Duigou, se retrouve en compagnie de ces grands défenseurs de la cause du peuple que sont Pascal Lamy, Gérard Mestralet, Mario Monti, Etienne Davignon, Michel Rocard, Jacques Delors, Pierre Moscovici, etc …

Certains responsables, sous influence, de la CGT ont donc eu le pouvoir  de circonscrire le combat des travailleurs de la SNCM, dans les limites des « contraintes européennes » et de l’isoler.  La privatisation de la SNCM concerne tous les Français. Ce combat de la SNCM n’est pas terminé, il souligne que la lutte de Classe, a pris à la fois un caractère national et républicain. Ensemble, CGT et PCF auraient pu stimuler, avec d’autres organisations, un vaste mouvement national de solidarité en reliant le cas de la SNCM à celui de l’EDF et, d’une manière générale, à la nécessaire défense de l’ensemble du service public et nationalisé, en cours de privatisation sur ordre de l’Euro-dictature. Un puissant mouvement populaire était possible. Il le reste potentiellement.

Quant au Parti socialiste, en dehors de quelques déclarations surréalistes, il serait plutôt content de voir la droite appliquer leur programme commun maastrichtien et faire, à son tour, sa part du sale boulot. François Hollande se paie même le luxe de protester, ce qui est le comble du cynisme pour qui souvient  que le gouvernement Jospin a été jusqu’ici le plus grand privatiseur.

Le mouvement populaire et social , dont tout dépend, peut se développer. Pour cela, il devra remettre en cause les fameuses contraintes européennes qui sont de plus en plus perçues par les citoyens pour ce quelles sont : des carcans qui emprisonnent les peuples d’Europe, des chaînes qu’il faudra bien briser.

Claude Beaulieu, Président du Comité Valmy.




19:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.