28/09/2005

28/09/2005: Ford New Holland · Anvers: la grève dégonfle la pression au boulot

Ford New Holland · Anvers: la grève dégonfle la pression au boulot

Dans l'usine de tracteurs Ford New Holland, une sanction contre un ouvrier pour «faute grave» a débouché sur une grève spontanée et une victoire rapide.

Gaston Van Dyck
28-09-2005

La grève commence dans une section de 25 ou 30 hommes de l'équipe de jour, le 19 septembre. Ceux-ci n'acceptent pas la sanction adoptée contre un de leurs collègues: trois jours de mise à pied sans salaire pour une prétendue faute grave (un problème de numérotation des pièces de tracteur). Les chefs de production sont les premiers responsables, estiment les travailleurs.

Vers 8 h 30, ils se rendent dans les autres sections, qui n'hésitent pas longtemps avant de se joindre à l'action. «La politique des sanctions, tout le monde en a marre, nous explique le délégué syndical Fred Van Aelst. De plus, on se plaint depuis bien longtemps de la trop grande pression au travail, surtout aux lignes de production. La direction reconnaît qu'il y a des problèmes, mais elle ne se bouge jamais. Ces derniers temps, il y a eu beaucoup de malades ­ y compris à cause de cette pression ­ mais il faut produire autant. Par conséquent, les brigadiers qui, normalement, interviennent ici ou là pour alléger le boulot, sont tout simplement obligés de travailler comme nous.»

Au départ, la direction n'accepte de négocier que si tout le monde reprend le travail. Lorsque les secrétaires syndicaux arrivent et que les travailleurs, malgré un avertissement, refusent de reprendre le travail, la direction finit par accepter la discussion.

Finalement, vers 19 h, un accord intervient. La sanction est réduite à un jour et la faute sera réexaminée. Par ailleurs, pour fixer la production à atteindre, on ne comptera plus le brigadier et on tiendra compte du nombre de malades. Bref, une victoire dont les travailleurs ont tout lieu d'être fiers.


 Envoyez vos réactionsréagirImprimerimprimerEnvoyer par e-mailenvoyer

12:52 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.