24/09/2005

21/09/2005: Les postiers refusent de travailler 40 ans pour la prépension!

Les postiers refusent de travailler 40 ans pour la prépension!

40 ans de carrière au lieu de 30 pour obtenir la prépension? Le signal de très nombreux postiers lors des récentes assemblées, c'est non. Ils estiment qu'à 57 ans, la prépension n'est pas un cadeau, ils l'ont méritée.

Edith Janssens
21-09-2005

Super-facteur peut-il tenir
pendant 40 ans?

- Cliquez sur le dessin pour l'agrandir -


«Nous devrions travailler plus longtemps alors qu'on ne donne pas leur chance aux jeunes?» Pour partir à 57 ans, il faudrait 40 ans de Poste, dont 35 dans la distribution. Pour partir à 58 ans, il faudrait 35 ans de travail à la Poste. Jusqu'à fin 2004 les postiers bénéficiaient du droit à la prépension à 57 ans, il fallait 30 ans de Poste. Dans les assemblées, des facteurs ont témoigné de leurs problèmes de santé depuis Géoroute. Ils se demandent s'ils seront encore capables de faire de telles tournées à 55 ans! Aux guichets, les employés subissent un stress terrible pour atteindre leurs objectifs. Il est plus que temps d'alléger les conditions de travail, et il y aura sans doute une sérieuse résistance à Géoroute 2. Mais Géoroute ou pas, guichet ou pas, les postiers estiment qu'à 57 ans,la prépension n'est pas un cadeau, ils l'ont méritée.

Un débat difficile, car, selon la direction, les prépensions seraient impayables pour la Poste. Des militants ont rétorqué: «Que vont-ils faire dans les nouveaux centres de tri s'ils ne laissent pas partir les anciens? Licencier les contractuels? La CCT prévoit le refus de licenciements secs, mais le non renouvellement d'un jeune contractuel est un licenciement aussi!» Et surtout: les prépensions sont en question pour l'ensemble des secteurs. Nous serons tous dans le même bain.

L'ancienneté en prend un coup

La CCT comprend aussi une réforme des barèmes, la classification des fonctions. L'ancienneté en prend un coup, car les contractuels ne bénéficieront jamais de l'augmentation la plus importante, celle qu'on obtient lorsqu'on atteint 17 ans d'ancienneté (entre 1400 et 3000 euros par an). Pourtant les contractuels seront bientôt la majorité à la Poste. Dans plusieurs assemblées, les militants syndicaux ont plaidé pour des examens afin que les jeunes et les autres contractuels puissent être nommés.

Enfin, cette atteinte à l'ancienneté va tout à fait dans le sens de ce que veut Verhofstadt: que les travailleurs de plus de 50 ans travaillent plus longtemps, mais coûtent moins cher aux patrons!

Prendre des positions fermes avant la privatisation!

La direction de La Poste ditaux syndicats: «Aujourd'hui vous négociez avec nous, demain vous aurez à faire à la société britannique CVC et à la Poste danoise, partenaires de la Poste; il n'est pas garanti que ceux-ci vous accorderont encore les mêmes avancées.» Quelles avancées? Il s'agit de barèmes un peu plus élevés en début de carrière pour les contractuels. Vu l'augmentation du coût de la vie, les délégués ne pouvaient pas négliger ce point. Voilà pourquoi le débat était aussi serré! C'était un chantage qui joue sur les sentiments de solidarité des délégués!

A la CGSP, les responsables ont expliqué que CVC est une entreprise qui n'est intéressée que par le profit maximum. Mais c'est justement là le problème. Le critère pour CVC, c'est une marge bénéficiaire de 20 à 25%1, augmenter leur capital, puis se retirer.

Des intervenants se sont donc inquiétés de savoir si CVC va respecter les accords du passé, y compris cette légère avancée. Ils peuvent très bien, au nom d'une faillite, abolir le statut et introduire des nouveaux contrats. Si nous votons contre cette CCT aujourd'hui, ont pensé des opposants au chantage,alors nous serons dans une meilleure position, face à CVC et aux Danois.Nous devons montrer aux futurs partenaires que les Postiers ne se laisseront pas faire!!!

1 Investment criteria, sur le site de CVC Capital Partners.

Le privé n'héritera pas d'un personnel docile

Lors des assemblées syndicales de la CGSP, le projet de Convention Collective 2005 ­ 2006 (CCT) a été rejeté dans toute la Flandre (sauf en Flandre orientale). Même chose pour la région de Bruxelles. En Wallonie, de nombreux délégués se sont battus pour s'opposer aux exigences de la Poste. S'ils n'ont pas gagné aujourd'hui, l'avenir dira qui avait raison. Dans plusieurs assemblées de la CSC-Transcom, le tout a été rejeté! Au syndicat libéral, il n'y a pas eu de vote au niveau de la base.

Si la balance penche vers le non, ce sera un camouflet pour Vande Lanotte qui le 23 septembre veut offrir aux candidats partenaires privés de La Poste, un personnel docile. Le signal adressé à Verhofstadt sera clair aussi: fais attention à ce que tu fais avec les prépensions!


 Envoyez vos réactionsréagirImprimerimprimerEnvoyer par e-mail

12:23 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.