30/04/2005

2/0/2005: JOSPIN, LE MENTEUR DE VILVOORDE



 
----- Original Message -----
 
 
From: do
Sent: Friday, April 29, 2005 3:52 PM
Subject: JOSPIN, LE MENTEUR DE VILVOORDE



JOSPIN, LE MENTEUR DE VILVOORDE

     Nous n'avons pas oublié qu'en 1997 Jospin nous avait promis que l'usine Renault-Vilvoorde ne serait pas fermée si on votait pour lui. Nous n'avons pas oublié non plus que quinze jours seulement après son élection au poste de Premier Ministre, il fermait Renault-Vilvoorde ! Si les promesses faites aux riches sont souvent tenues, celles faites aux pauvres ne le sont presque jamais !

     Hier soir, Jospin a eu le droit de passer 10 minutes à la télé. En 10 minutes, il avait moins le temps de se planter que Chirac qui, lui, devait tenir deux heures. De plus, contrairement à Chirac qui avait accepté d'avoir des opposants, même s'il les avait choisis jeunes et inexpérimentés, Jospin a préféré se faciliter le boulot en choisissant en face de lui un journaliste qui l'aidait à s'exprimer et qui lui servait d'aide-mémoire. Cela montre à quel point il savait que ses arguments tiendraient peu la route s'il était en présence d'un opposant ! Aurons-nous droit à Henri Emmanuelli interrogé par Marie-George Buffet dans la même émission ?

     Le menteur de Vilvoorde nous a dit qu'il fallait voter Oui même si ce que fait le pouvoir est totalement déplaisant (en parfait démagogue, il nous a donné raison d'être en colère !). Il nous a dit que le contenu de la constitution devait être dissocié du comportement du pouvoir, et que notre vote aussi devait être dissocié de ce qu'on pensait du pouvoir. Vous aurez sans doute noté que son discours à ce sujet était exactement l'inverse de celui du P"S" lors des précédentes élections. En effet, si la droite avait cherché à nous faire croire que le vote à des élections "locales", comme les Cantonales ou les Régionales, devait être déconnecté de ce qu'on nous faisait subir au niveau national ; par contre, le PS appelait à un vote sanction !

      Le pouvoir qui veut nous imposer cette constitution est le même que celui qui nous fait subir toutes les misères que nous subissons. Et bien sûr, notre vote sera un vote sanction !

      Le menteur de Vilvoorde, qui en tant que chef secret du Parti "Socialiste" fait partie du pouvoir, lui qui a privatisé plus que quiconque, lui qui, un jour de folie, nous avait avoué que son programme n'était pas socialiste, nous a juré ses grands dieux que la Constitution n'était pas libérale. Ce n'est qu'un mensonge de plus. Nous n'avons pas oublié qu'environ deux mois avant les Présidentielles de 2002, Jospin et Chirac ont signé ensemble à Barcelone un accord européen pour privatiser EDF et pour augmenter de 5 ans l'âge de la retraite. Il est donc effectivement vrai, comme l'a admis Jospin, que le Oui de droite et le oui "de gauche" sont parfaitement compatibles !

      Le menteur de Vilvoorde nous a promis que la directive Bolkestein n'avait rien à voir avec la Constitution. Promesse de menteur. Elle est en filigrane dans tout le côté libéral de la Constitution.

     Le menteur de Vilvoorde nous a dit qu'en votant NON la France s'isolerait. C'est bien entendu le contraire. En effet, tous les pauvres de tous les pays d'Europe (et tous ceux qui sont dans leur camp), qui pour la plupart n'auront pas le droit de s'exprimer par référendum, comptent sur nous pour nous opposer fermement à cette constitution. C'est si nous les décevons qu'ils ne comprendront pas.

     Le menteur de Vilvoorde nous a parlé de l'avortement. Il s'est moqué de celles et ceux qui disent que la constitution veut interdire l'avortement, il nous dit que presque tous les pays d'Europe ayant des lois autorisant l'avortement, ils n'ont pas négocié une constitution qui l'interdise, que cela reste de la compétence nationale. Eh bien ! justement, regardons en France, les acquis féministes se réduisent de jour en jour, la pilule est de moins en moins remboursée, et de moins en moins bien. Plus le temps s'écoule, et plus il devient difficile d'avorter. On a même tenté de faire passer une loi proclamant que le foetus est un être vivant. Quand on sait que dans la Constitution le "droit à la vie" est gravé dans le marbre, il y a tout de même de quoi s'inquiéter ; car, franchement, on ne voit pas pourquoi le pouvoir (toujours tenu en fait par les hommes) qui fait tout dans chaque pays pour détruire le plus possible les avancées féministes, on ne voit pas pourquoi il se priverait d'utiliser la Constitution pour supprimer un peu plus encore les droits des femmes !

     Le menteur de Vilvoorde, pour nous convaincre que ce qui serait constitué par la constitution ne serait pas un État européen, nous a dit que la constitution n'était qu'un traité comme les autres, que la constitution n'était pas une constitution ! Le pouvoir veut nous faire croire qu'il fait nuit en plein jour. D'ailleurs c'est ce qu'il fait : il voudrait nous faire allumer les lumières des autos en plein jour. Même en plein soleil !

     Cette histoire d'allumer les feux de croisement en plein jour n'est pas une simple anecdote. Cela vient des pays du nord. En effet, au Nord, la nuit dure 6 mois, et le jour aussi. Mais il n'y fait jamais vraiment jour et jamais vraiment nuit. C'est pourquoi il leur faut des phares blancs. Parce que les jaunes, ils ne les voient pas, dans ce coucher ou ce lever de soleil permanent qui règne chez eux. C'est ainsi que, pour construire l'Europe, on a imposé les phares blancs en France. Alors qu'avant, ils étaient interdit parce que trop éblouissants. Et c'est vrai, quand on croise la nuit des phares jaunes, c'est tout de même nettement moins désagréable que les phares blancs. Et surtout, c'est moins dangereux !

     De la même façon, dans leur pénombre perpétuelle, les gens du nord sont bien obligés d'avoir les lumières de leurs voitures toujours allumées. C'est pour cela qu'on veut nous imposer à nous aussi d'allumer nos feux de croisement en permanence. Et tant pis pour les motards, et tant pis pour la consommation d'essence augmentée, et tant pis pour l'usure augmentée des circuits électriques et des ampoules. L'Europe vaut bien un sacrifice. De la même façon, le pouvoir nous a imposé le changement d'heure, malgré tous ses inconvénients, afin qu'on soit à l'heure allemande. C'est ainsi que nous allons chercher midi à quatorze heures !

      Nous constatons par conséquent que la construction de l'Europe, c'est l'uniformisation forcée. Ce qui n'empêche pas le menteur de Vilvoorde de prétendre qu'avec la constitution, la France ne perdra pas sa personnalité !

 

              Merci pour votre attention,
            Meilleures salutations,
            do
            http://mai68.org
            http://vlr.da.ru
            http://hlv.cjb.net




16:54 Écrit par Roger Romain, a/conseiller communal, B6180 Courcelles, Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.